Le blog de Demir SÖNMEZ

  • Nûri Mehmûd, YPG Spokesman : World Community should assume it’s responsibility. ISIS prisoners of war should be judged by an International Tribunal.

    Imprimer

    DEM_3002.jpg

    Question : Because I cannot speak Kurdish I have to conduct this interview in Turkish, for which I apologise.

    Mahmud : There is nothing wrong in communicating in Turkish as that is also the language of a nation. In Rojova Kurds, Arabs, Armenians, Turkmens, Circassians, everbody, talk in their own language freely. We respect differences and freedom here. We see them as wealth, our wealth. In this respect Rojova believes in freedom…

    Question : I would like to start with a topic which is also on the agenda of the West. How many ISIS militants and their families are in your prisons and in the camps under your control?

    Mahmud : We cannot give you an exact number these days as their surrender continues. The war in Bahoz is ongoing and thousands of ISIS members who participated in the foundation of ISIS continue to get out of there. Before we had identified more than 800 captives from 48 different countries. Today the number has increased even more. We have thousands of terorists from a lot of countries. With their families and children.  Again many surrendered in Bahoz yet none of them are Bahoz locals. All have settled there from outside regions. Only terorists and their families surrendered or were captured.

    Question : As you know most of the countries are not keen on taking any action about the captives you have and this has turned into an international crisis. A very serious situation indeed as they do not want to take any sort of responsibility for their citizens. How do you appraise this situation ? How do you intend to overcome this crisis?

    Mahmud : We were alone in fighting against this terror especially until Kobani. Following Kobani we collaborated with the international coalition in the fight against this terror. They stood by us. Except that until now, the international community has not fulfilled its responsibilities despite international law. We have terrorists who have been involved in acts of terror in Asia, in Europe and in the USA. We know that the ISIS terorists in our custody have international court cases.
     

    That is why this issue requires serious attention and international involvement. Most of the governments think of their national interests, rather than the benefits of their countries or peoples. At this point they are unable to put international regulations and laws into practice. We expect international forces to assume their responsibility in accordance with the framework of the alliance.

    Question : How many countries have applied for the return of their captured citizens until now ? Have any actually returned ?

    Mahmud : In the past some families came and, as YPG, we sent some individuals who were not involved in acts of terrorism back to their countries. Russia for instance took back some of its citizens. They were women and children. But until now no country has officially requested the return of their citizen terrorists.

    Question : Most of the countries have not claimed their ISIS member citizens. Why do you think they do not want to take these people into their country?

    Mahmud : To be honest the responsibility Rojova and Northern Syria has with regard to this problem is very heavy. Today everybody knows that we are at war against a form of terrorism which is a curse for the whole world. The International coalition took its place by our side in this war.
     

    However the political, economic and legal embargo against Rojava is unfortunately still in force. Up until now international forces have not established a relationship with legal scope towards Rojava and northern Syria. In this respect we have been left alone.
     

    The important issue of prisoners has been put on the shoulders of a community which has had a very hard time building itself up by its own means. Rojova and the Northern Syrian administration covers 32% of Syrian territory. These regions amount to 40% of the Syrian population. People who live here are also Syrian citizens. They need to form their own institutions in order to solve the problems they face. Here also international forces have important duties. I mean they should take control over the issue of ISIS prisoners of war and assume a role in solving this problem.
     

    Unfortunately, however, no positive action has been taken on this matter until today. Countries still think in terms of the interests of their governments. They do not want to take action for judging ISIS member citizens. They act on the basis of their own self interest.
     

    Most of the terrorists we have here are dangerous. If they ever get the chance to organize they would do the same thing again; as the wives of most of them have emphasized. These women declared that they would raise their children, and also the children of their children for this cause.
     

    Frankly the world has to learn its lesson and take its responsibility. For the sake of the future of their countries as well as for the future of their citizens. How this terror has come into existence and how it has come to this level should be analysed well, in all its aspects, psychologically, socially, etc.
     

    However, as we mentioned, governments act on behalf of their daily interests. They are not acting in accordance with existing international practices and their allied responsibilities.

    Question : There are claims that the prisoners in your custody are guilty of war crimes and crimes against humanity. Where are these people? How, where and by which courts will they be judged ? Can you share your opinions and recommendations with us ?

    158A1787.jpg

    Mahmud : After the revolution in Syria, especially after the resurgence of nationalist or terrorist groups, communities became  organized, especially in Rojova cities. They discussed the kind of revolution they desired. At that time legislative and judicial institutions and constitutional (legal) councils were established in community centres. First in neighborhoods and villages, and later at the level of cantons. Today there is a constitution in Northern Syria. The community discusses and takes decisions at the communal level. Rojova and Northern Syrian courts act within this framework.
     

    In accordance with international law and the framework of the alliance these institutions act on behalf of human rights in the service of truth and humanity. In this respect our laws or the laws prevailing in Rojova constitute the Constitution of Northern Syria. In other words, the Canton of Kobani, the Canton of Cizire, the Rakka Civil Congress, the Tabka Civil Congress and the Deyrezor Civil Congress form a legal system within the Syrian Autonomous Administration.
     

    However, this is not sufficient. In order to judge terrorists in court we need international law practices. This is required for the condemnation of terorism. Our law system is a regional one. But these terrorists are terrorists of the world. They have undertaken acts of terrorism in Europe, Asia, the USA and in the Middle East and they have cases filed against them in various countries.
     

    This is why international law is needed. An International court is required so that they may receive fair judgement. The trials we have conducted are more like first base trials.
     

    However in order for the truth to emerge the world has to intervene. On financial, security, legal and moral grounds. To comfort the conscience of people who have suffered from international terrorism, like us, like people in Paris, Berlin, Washington and Moscow among others, the world has to take responsibility for the trial of these terrorists. 

    We do not want to put ourselves in the place of other victims and pass judgement. What we want is for the world to take responsibility. Therefore an international court where everyone can seek justice has to be established. This court will also acknowledge the victory won against ISIS.
     

    At the same time all parties have to assume legal, security, economic and ethical responsibility in this matter. In Northern Syria we defended everyone. This is why cooperation is required.  We have succeeded in ending terror.

    Question : An interesting situation indeed. Many countries in the world have capital punishment but there is no capital punishment in Rojova. Will thousands of people be given a fair defense? An organisation which has commited crimes against humanity will be tried. This will be the trial of the century perhaps. Do you have the sufficient conditions for an international court to be established here ? We are speaking of a court where thousands of people from different countries are to be judged.

    158A1474.jpg

    Mahmud : You are undoubtly right. This is exactly what we are talking about. We do not have sufficient resources to realize this. There is political, economic and legal embargo against Northern Syria. We are also subject to a diplomatic embargo. We are surrounded by the Syrian regime, Turkey, the Kurdistan Region and we are under their diplomatic embargo. All sides are closed to us and therefore Rojova and Northern Syria do not have sufficient facilities to judge these terrorists. Trials should comply with international law standards.

    We consider the courts we have as preliminary courts. Thus we appeal to the world to come forward. In order to resolve this issue we need to act jointly.

    In order to appease both our and the world’s conscience, and in order to render this terror meaningless, the international community needs to come together on this issue.
     

    Fascism, which pits people from one religion against another has to be counteracted. Such a trial can be the trial of the century in which the leaders who conducted the ISIS attack - just like the Mongol invasions of the past -  will be judged. It should be treated in accordance with its priority. Mongols and ISIS have similar moral characteristics. The world has to see this. The Northern Syrian administration is making huge sacrifices. This teror should be taken under control and prevented from reorganizing. They have the potential to reorganize. Only the cooperation of the world powers can prevent this.

    Question : The prisoners you hold, the prisoners of war, have some rights, some of these rights are carried out by your administration (accomodation, health, food, communication needs, etc) which require serious financial assistance. How do you do it? Do you get support from international organisations or have you applied for support from organisations such as the Red Cross or the Red Crescent?

    158A0771.jpg

    Mahmud : As I said before, communities should be able to form their institutions by their own means and abilities. In Rojova and Northern Syria these institutions were formed to solve their own economic, legal, and defense problems. They were sustained by their own strength. With the presence of these institutions we managed to control terrorism. However this is a very heavy burden for us to keep on bearing. These terrorists have health problems, they need rehabilitation because they are mentally ill. Their children have to be educated, they have to be prevented from growing up under their fathers’ culture.
     

    On the other hand there is also the legal side. We can’t keep them away from terrorism just by providing food for them. To this effect we are trying to build a relationship with the UN and the Red Cross but they are developing a  relationship with us via Syria. They do not establish a direct relationship with Northern Syria. They come to Northern Syria only if Damascus allows them. If  Damascus doesn’t then they don’t come. Institutions in Damascus are under the control of the Baas regime. Although 40% of the population lives in Northern Syria they do not benefit from any services. Only the Baas regime gets these services. All state institutions provide service for the Baas regime. International institutions only address Damascus. 

    Relationships need to be built with the communities in Northern Syria. However up until now this region has not been addressed directly. Their relationship with us is not in accordance with international law. Rather, it has been somewhat shy.
     

    We take this opportunity to launch an appeal to the UN and to other international bodies to act in accordance with international law and criteria in educating these people, in their rehabilitation and other related areas. The Red Cross is visiting prisons but they take Damascus as the basis. We expect them to strengthen their relationship with this Region as well.

    Question : You have citizens of Switzerland in your prisons and camps. This issue and their future is being heavily debated in the Swiss media nowadays. There are intensive arguments but the general opinion regarding their return to the country is negative. A persona non grata situation. Has there been an official or indirect attempt on the part of Switzerland on this subject ? Or have you made any attempts yourself? What is your opinion on the future of Swiss prisoners of war ?

    Mahmud : Neither Switzerland nor any other country has taken responsibility for their citizens until now. People in this region wanted a life without terror, they wanted a democratic, free, equal and peaceful way of life, just like in Switzerland. So these countries have to assume their responsibility. This community knew how to make a great sacrifice for the world. So these countries in turn cannot say, ‘we do not want to take our citizens back’. We can host an international court here. We can host a fair trial, in accordance with human rights in order to punish the terrorists. People here paid a great deal, made great sacrifices. Therefore, once more, we ask the world to take responsibility to end the terror.

    Question : Switzerland is a neutral country, especially the Geneva Canton hosts the European Headquarters of the United Nations, the International Red Cross and more than 500 international institutions and NGOs. As you know Geneva also hosts Syria’s peace negotiations. Taking all these into consideration, how can Geneva take part in the issue of the future of the prisoners of war in your custody which interests a lot of countries?

    158A1293.jpg
    Mahmud : Undoubtly the problems in Syria as well as many other issues have been discussed in Geneva. The terror problem is also an international problem.
     

    The opposition in Northern Syria should be taken into consideration in Geneva. This is an important agenda. If Geneva and the international powers do not take this responsibility, the potential for terror can be relived once again.
     

    Governments seeking status quo in the region benefit from this terror. The terrorists in our custody have the potential to serve these powers. There are powers supporting these terrorists indirectly. The AKP government in Turkey supports ISIS indirectly. The attack in Afrin almost brought our war against terror to an end. Again threats against Kobane and Rojova served to stop our war against terror. Declarations of war weakened our challenge against ISIS.
     

    These forces were helping ISIS in reorganizing and spreading their forces around the world. If Geneva does not take responsibility with its international power, this burden will be too heavy for Northern Syria to carry.
     

    ISIS can trouble the world just like it did before. The heads of this organisation have not been captured yet, el Bagdadi is still at large. This is a very serious threat, Bagdadi might have gone to Idlib.
     

    He might have gone to some other place where he can reorganize. Many of his leaders and subordinates are in our prisons. They are the ones who administered the ISIS terror, therefore the danger potential is big. If courts are not established to try and rehabilitate them they are capable of causing great danger. In this respect Geneva and the UN should seek an international response against these terorists.

    Question : What do you plan to do if no country responds to the calls or attempts you make for the trial of the prisoners ?

    158A0669.jpg

    Mahmud : We cannot say that we have not received any responses until now but we can say that we received shy responses. Some things exist at the level of discussion. But this is not sufficient. We have been left alone to face this burden until now. As I mentioned before there exists economic and legal embargos in the international arena. We only have a military relationship with the international community. This is not sufficient to hold the terrorists under control. Each country has to take up its responsibility in this matter.
     

    As per the goals of the revolution, we will fight against terrorism with all our power in order to protect our community, the communities of Northern Syria and our children. We will assume humanitarian responsibility, but we also expect the world to assume its own responsibility.  

    Undoubtedly Kurds are playing a leading role in the war against terrorism in Syria. The World has seen this, the people of the world have seen it. In the end we cooperated with the West to fight against terror. In this respect we do not owe gratitude to anyone and noone owes gratitude to us.
     

    We took this decision in accordance with our own means. It was a decision which served the world and humanity and it was realized. Just as we have fulfilled our responsibility towards humanity, no doubt the world needs to fullfill its responsibility as well. Our struggle will continue until the rights of the Kurds and other societies are accepted.
     

    Kurds have been living on this land since the beginning of history and have succeeded in protecting their existence against all forms of cruelty.

    Therefore our struggle will continue until our most basic right to rule ourselves and to live freely in our own land is guaranteed.

    Demir SÖNMEZ
    Qamichli, 17 mars 2019

    Fotoğraflar: Ersin Çaksu

     158A1811.jpg

    158A2128.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com

    Lien permanent 0 commentaire
  • Demir SÖNMEZ "une victoire pour la liberté d'expression"

    Imprimer

    Chère Madame, Cher Monsieur,

    Demir Sönmez est un photographe de presse bien connu des Genevois-es. Ses clichés figurent régulièrement dans la presse d’information, associative, politique, culturelle et syndicale.

    Il couvre la plupart des manifestations à Genève.

    Son objectif permet notamment de porter le message de celles et ceux qui se battent pour leurs droits.

    Le travail de Demir Sönmez est donc un élément important de la vie démocratique de Genève.

    Or, depuis qu'il a couvert une manifestation ayant donné lieu à une intervention musclée à l'Aéroport, Demir Sönmez fait l'objet de tracasseries policières (cf. question écrite du député Jean-Charles Rielle 423 disponible sur le site Internet du Grand Conseil http://ge.ch/grandconseil/search?search=423)

    Un tournant a eu lieu lors de la manifestation organisée par les syndicats de la fonction publique le 14 décembre 2017 devant l'Hôtel de Ville.

    Demir Sönmez a été accusé d’avoir entravé l'action de la police et a reçu une condamnation pénale du Service des contraventions.

    Il a contesté cette sanction auprès du Tribunal de police qui l’a acquitté lors d’une audience qui s’est tenue cet après-midi.

    Demir Sönmez remercie les nombreux soutiens dont il a bénéficié et se réjouit de continuer à œuvrer en faveur des droits et de la dignité humaine.

    En vous remerciant de votre attention, je vous transmets mes meilleures salutations.

    Christian Dandrès (079 738 23 66)

     

    190411_RSFCH_Communiqué Demir Sonmez.jpg

    lémanblue TV

    L'ACTIVISTE DEMIR SÖNMEZ BLANCHI

    Le 14 décembre 2017, Demir Sönmez travaillait lors d’une manifestation syndicale. Le photographe a été mis à l’écart par plusieurs policiers, car il entravait à leur action en “prenant des photographies par dessus leur épaule”, comme en témoigne le rapport.

    Cette après-midi, Demir a formé opposition contre son amende de 300 francs en paraissant au palais de justice.

    Le photographe ne comprend pas cette amende. Habitué du milieu militantiste, il voit cette bûche comme une menace pour son travail. Selon lui, son activité journalistique “dérange la police genevoise”.

    Des amis et associations syndicales sont venus le soutenir. Ils scandaient “Informer n’est pas un délit”. Pour eux, cette amende est une forme de répression, anormale à Genève.

    Il a finalement été acquitté, après plus d’une heure et demie à la barre.

    Vidéo

    http://www.lemanbleu.ch/fr/News/L-activiste-Demir-Sonmez-blanchi.html#

     

    Journal le Courrier 

    Le photographe Demir Sönmez acquitté

    https://lecourrier.ch/2019/04/11/le-photographe-demir-sonmez-acquitte/

    Lien permanent 0 commentaire
  • Journée Mondial liberté pour Lula

    Imprimer

    Environ 200 personnes se sont rassemblées sur la place des Nations Unies à Genève en faveur de La Liberté de Lula et pour le respect des Droits Humains au Brésil. Nous somme à un année d'injustice, 365 jours de prison politique pour Lula et un pays qui chaque jour s'éloigne de plus en plus des pratiques démocratiques, de la justice sociale et de l'égalité. Le Peuple de Brésil souffre, les populations les plus démunies sont de plus en plus précarisés, les violences contre les noirs, les femmes et les indigènes explosent. Le sang du peuple coule à cause des violences du gouvernement de Bolsonaro chaque jour; C’est pour cela que nous affirmons que Lula incarne l'opposition et la voix du peuple. Ils veulent nous faire taire, mais nous sommes des millions de Lula aujourd’hui et ils ne nous tairont pas notre voix.

    L1020733.jpg

    L1020759.jpg

    Acte Lula Livre -Journée Mondial Lula Livre

    Nous sommes là aujourd’hui, devant l’ONU, pour manifester contra un an de prison politique de Lula. Le 7avril 2018, le Président Lula a été arrêté et est devenu prisonnier politique après la condamnation sans preuves valables et concrètes.

    Lula a été injustement accusé et condamné pour possession présumée d'un appartement, sans aucune preuve matérielle. Cet appartement n'a jamais été utilisé par lui, il n'a jamais été le sien et il a été prouvé qu'il appartenait à une entreprise à l'époque, l'OAS.

    L'accusation de corruption qui pèse contre LULA est une autre aberration de la justice brésilienne, car selon la sentence, il s'agit de "faits indéterminés". Mais pour empêcher Lula de se présenter aux élections de 2018, tout à était permis.

    EN EFFET      Qui est Lula ?

    Métallurgiste et syndicaliste de formation, Lula était élu président du Brésil à deux reprises.

    Ses deux gouvernements ont été marqués par de grands progrès sociaux.

    Pendant ses deux mandats, le Brésil est devenu plus indépendant sur le plan international.

    Lula a été incarcéré pour des questions politiques et économiques.  La découverte d'une gigantesque réserve pétrolière, appelé PRE SAL, fruit des investissements à des recherche technologique faite par le gouvernement de LULA, a suscité l’avidité des gouvernements d’autres pays qui se sont ingérés dans les processus démocratiques du Brésil en envisageant les richesses brésiliennes. Pour avoir la possibilité de prendre les richesses du Brésil au point d’interférer dans la participation de Lula aux élections de 2018 avec son emprisonnement.  LULA EST DONC UN PRISIONER POLITIQUE !

    L’ascension au pouvoir d’un gouvernement de l'extrême droite est directement liée à la persécution et à l'emprisonnement politique de Lula. Les actes qui se succèdent le démontrent. Le juge Sérgio Moro, qui l’a persécuté et condamné, est maintenant ministre de la Justice, de ce nouveau gouvernement.

    Libérer Lula, c'est affronter les forces qui étranglent l'autonomie brésilienne et latino-américaine. C’est affronter les forces qui privent les travailleurs de leurs droits fondamentaux. C’est affronter les forces qui persécutent et menacent les dirigeants populaires non seulement au Brésil, mais aussi dans plusieurs pays d'Amérique latine.

    Libérer Lula, c'est relancer et réarticuler la lutte contre le gouvernement actuel au Brésil en défendant principalement les plus vulnérables du pays. C'est un pas fondamental vers la reprise de la démocratie au Brésil.

    TOUS ENSEMBLE POUR LULA

    LULA LIBRE

    NOBEL DE LA PAIX POUR LULA

    Comité International Lula Libre - Genève 

    L1020690.jpg

    L1020696.jpg

    L1020700.jpg

    L1020712.jpg

    L1020741.jpg

    L1020764.jpg

    L1020767.jpg

    L1020770.jpg

    L1020774.jpg

    L1020781.jpg

    L1020792.jpg

    L1020809.jpg

    L1020822.jpg

    L1020826.jpg

    L1020828.jpg

    L1020833.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 0 commentaire
  • Des milliers de militants de l'Etat islamique seront jugés par un tribunal international

    Imprimer

    DEM_3002.jpg

    DEM_2996.jpg

    "Tout comme nous nous sommes acquittés de notre responsabilité à l’égard de l’humanité, le monde doit aussi s’acquitter de sa responsabilité. Notre lutte continuera jusqu'à ce que les droits des Kurdes et des autres sociétés soient acceptés". Nûri Mehmûd  

    Je me suis rendu à Rojava (Kurdistan du Sud) et entretenu avec M. Nûri Mehmûd, porte-parole du YPG (Yekîneyên Parastina Gel – Brigades de Protection du Peuple) à propos de l'avenir des prisonniers de guerre d'origines suisses et européennes qui ont combattu dans les rangs de djihadistes. Lors de mon entretien, je lui ai demandé comment il voyait le jugement de ces prisonniers détenus par le YPG : « selon vous, où, comment, par qui, avec quelles lois et par quel tribunal ces prisonniers de guerre pourraient être jugés équitablement ? » 

    J'ai eu un entretien de 35 minutes avec M. Nûri Mehmûd du 17 mars 2019 à Qamichli  au Rojawa (Syrie). Enregistrement vidéo disponible. Si cela vous intéresse, j'attends vos suggestions. 

    Nûri Mehmûd a répondu aux questions suivante :

    Combien de prisonniers de guerre et combien de leurs familles sont détenus dans des camps ? Ensemble, ces derniers représentent combien de nationalités 

    Les États d'origines de ces prisonniers de guerre ont-ils fait des démarches auprès de vous ? Si oui, lesquelles ?

    Combien d'États sont intervenus jusqu'ici pour récupérer leurs ressortissants ?

    Comme vous le savez, plusieurs États ne souhaitent pas récupérer leurs ressortissants détenus ici. Cela est devenu une crise internationale. C'est très grave. Ainsi, certains États ont totalement abandonné leurs ressortissants. Comment analysez-vous cette situation ? Avez vous des projets pour surmonter cette crise ?

    Il y a des allégations sérieuses sur la commission des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité à l'égard des prisonniers de guerre que vous détenez. À votre avis, où, comment, par qui, avec quelles lois et par quel tribunal ces prisonniers de guerre pourraient être jugés équitablement ? Pourriez-vous partager avec nous votre analyse et propositions sur ce sujet ?

    Vous détenez des prisonniers de guerre. De ce fait, ces derniers ont des droits, conformément au droit international humanitaire. Pour le moment, c'est vous qui assurez leurs besoins essentiels (logement, alimentation, soin de santé, communication, etc.). Cela représente des dépenses importantes. Comment faites-vous pour couvrir ces dépenses ? À ce propos, recevez-vous des soutiens financiers des institutions internationales ? Ou, avez-vous solliciter le soutien de la Croix-Rouge ou le Croissant-Rouge ? 

    Parmi les prisonniers de guerre que vous détenez figurent des citoyens suisses. Il y a d'intenses débats dans les médias suisses sur le sort de ces derniers. L'opinion publique suisse semble être plutôt contre la venue de ces personnes en Suisse. Est-ce que les autorités suisses, de  manière directe ou indirecte, sont intervenues auprès de vous concernant ces prisonniers de guerre ? Ou bien, vous-même, êtes-vous intervenu auprès du gouvernement suisse ? Quel est votre avis et quelles sont vos propositions concernant le sort des ressortissants suisses détenus ici ?

    Une dernière question. La Suisse est un État neutre et le Canton de Genève abrite non seulement le siège européen de l'ONU mais aussi le siège de la Croix-Rouge internationale et plus de 500 ONG. Tenant compte de ces éléments, selon vous, quel rôle pourrait jouer la Suisse et le Canton de Genève en particulier sur le sort des prisonniers de guerre qui concernent plusieurs États.

    158A0669.jpg

    158A1293.jpg

    158A1804.jpg

    158A1811.jpg

    158A2128.jpg

    Photos:Ersin Çaksu

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Silence absolu de la Genève internationale au sujet du 38 jours de la grève de la faim

    Imprimer

    Depuis le 20 janvier 2019 Mr. M. Ali Koçak d’origine kurde a entamé une grève de la faim à Genève, respectivement sur la Place des Nations et à la maison des associations.

    L1010795.jpg

    Le but principal de cette grève est de soutenir la députée du HDP, Madame Leyla Guven qui a entamé une grève de la faim afin que cesse l’isolement imposé à Monsieur Abdullah Öcalan qui est détenu sur l’Ile Prison d’Imrali depuis 1999. Cela fait déjà 142 jours que cette grève a débuté.

    Ce mouvement de la grève de lafaim s’est élargi sur l’ensemble de la Turquie et en Europe.

    Ainsi, 7000 détenues politique dans les prisons turques ont eux aussi décidé de soutenir Leyla Guven dans ses réclamations en vue de la résolution par les voies démocratiques de la question kurde.

    Interrogé sur les motivations de sa participation à cette grève de la faim, Mr. M. Ali Koçak répond : «  Leyla Guven a clairement formulé que  nous voulons la fin de l’isolement d’Abdullah Öclan et la reprise du processus du dialogue afin que la paix sociale entre les minorités ethniques et religieuses soit possible en Turquie. Il atiré l’intention sur le fait que l’arrestation d’une dizaine de député du HDP dont les co-présidents Monsieur Selhattin Demirtas et Madame Figen Yüksekdag. Il persiste sur le fait que plus d’une dizaine de villes kurdes ont était détruites avec un armement lourds par les forces militaires turques.

    Ainsi il note que tous les co-maires et maires élus dans 101 municipalités kurdes ont été délogés et des personnes non élues démocratiquement ont été nommées d’office à leur place par le gouvernement antidémocratique d’Erdogan. Il insiste sur le fait que cette politique fasciste et totalitaire a été mise en place juste après l’arrêt des pourparlers du gouvernement turc avec Monsieur Abdullah öcalan. Pour ce qui concerne notre détermination à ce sujet, nous tenons particulièrement à souligner que ni les pressions du gouvernement islamo fasciste ni la politique d’extermination ne pourra nous lasser de résister et nous faire reculer.

    Car nous ne demandons rien de plus que les droits élémentaires pour un peuple et les droits de visite de la famille et des avocats d’Öcalan et des autres prisonniers politique dans les prisons.  

    Pour finir lors de la déclaration de presse organisé communément dans les locaux du parti du travail, le 29 mars 2019 à 11 h 00, il a lancé un appel de solidarité avec le peuple kurde et à dit ne pas vraiment comprendre pourquoi la presse Genevoise restait si silencieuse sur ce sujet.

    L1010792.jpg

    L1010784.jpg

    L1010799.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 1 commentaire
  • Manifestation contre le président Bouteflika à Genève

    Imprimer

    Manifestation pour protester le président Bouteflika et sa candidature annoncée à un cinquième mandat, Plus une centaines Algériens à Genève se sont rassemblées en face de la palais de Wilson contre le président Monsieur Bouteflika qui est soigné aux Hôpitaux universitaires de Genève. Un manifestant en colère crié« Bouteflika assassin ! Bouteflika criminel! Le peuple Algériens en a marre de ses pouvoir,  marre de cette dictature ! le président est finis, qu’il reste bien se faire soigner à l’hôpital en suisse, C’est tout! »

     
    Les manifestants veulent:
     
    Non à la mafiocratie, Oui pour  une  assemblée constituante, Non aux élections Truquées
     
    Oui changement radical du régime corrompu et criminel en Algérie                
     
    Oui pour une nouvelle Algérie avec une bonne gouvernance, Non à une régime militaire!

    L1000538.jpg

    L1000520.jpg 

    Nous sommes contre la dictature nous voulons la démocratie, pensez à la jeunesse, à la vie future . Le peuple est en colère nous voulons le changement intégral du système utilisé à l'heure actuelle, le système est corrompu par des hommes politiques qui en profitent pour le besoin personnel oubliant le peuple algérien. leurs comptes en banques sont remplies en Suisse on pourrait les comparer à "Ali Baba et les 40 voleurs",mais que pensent le peuple?
     
    Le peuple est l'avenir, la jeunesse est l'avenir, nous voulons une vie meilleure, pouvoir vivre dans notre pays d'origine sans vouloir constamment chercher à émigrer vers les pays Occidentaux et développés, beaucoup de jeunes algériens émigrent vers l'Europe dans de conditions très difficiles sans savoir s'ils vont survivre ou non pour pouvoir avoir une vie meilleure, un avenir assuré.
     
    Nous voulons la liberté et une Algérie démocrate.
     L1000516.jpg

    L1000431.jpg

    L1000447.jpg

    L1000451.jpg

    L1000463.jpg

    L1000466.jpg

    L1000472.jpg

    L1000476.jpg

    L1000481.jpg

    L1000494.jpg

    L1000497.jpg

    L1000508.jpg

    L1000514.jpg

    L1000525.jpg

    L1000533.jpg

    L1000519.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 2 commentaires
  • Tous à Genève pour la Paix et la souveraineté de l’Amérique latine !

    Imprimer

    Plus de deux cents personnes se sont rassemblées sur place des Nation Unies pour défendre la paix en Amérique latine et contre la menace d’intervention des états unis au Venezuela.

    L1000318.jpg

    L1000301.jpg

    L1000308.jpg

    L1000313.jpg

    L1000315.jpg

    L1000324.jpg

    L1000328.jpg

    L1000333.jpg

    L1000338.jpg

    Alba-Suisse condamne la politique américaine d'agression et d'ingérence militaire contre la République bolivarienne du Venezuela. 

    Contrairement aux mensonges des médias contre le Venezuela, la majorité de sa population est contre la guerre et pour une solution pacifique des conflits. Le peuple vénézuélien soutient, sans condition son président constitutionnel et légitime, Nicolás Maduro, qui a remporté avec 67% les élections présidentielles en mai 2018. Son gouvernement est soutenu par les autres branches de l'État, les forces armées bolivariennes et les milices populaires bolivariennes qui, dans l'unité civico-militaire, sont prêtes à défendre leur patrie contre toute action béliciste menée par le gouvernement des États-Unis.

    Sans aucun doute, une invasion du Venezuela signifierait une guerre de grande ampleur, avec des millions de victimes, en raison de la puissance militaire criminelle de l’impérialisme étatsunien et de la résistance inhébranlable du peuple au Venezuela avec son gouvernement et ses forces armées bolivariennes.

    Alba-Suisse condamne le blocus économique et financier des États-Unis contre la vie du peuple vénézuélien et dont ils sont les objectifs :

    1. s'approprier ses ressources stratégiques, telles que le pétrole, l'or, le coltan, l'eau douce, etc ;
    2. exterminer le socialisme comme projet de vie alternatif au capitalisme ;
    3. expulser les investissements chinois et russes, puissances économiques qui contestent le marchéaméricain en Amérique latine ; et,
    4. renverser le gouvernement dirigé par Nicolás Maduro, qu'il accuse, à tort, de dictature.

    L'agression militaire contre le Venezuela n'a rien à voir avec la défense de la démocratie et l'application des droits de l'homme, comme le gouvernement américain, les grands groupes de médias, le bloc complice de l'Union européenne, le cartel de Lima et l'OEA, tentent à tort de le faire croire. L'agression s'explique par la même politique impérialiste des Etats-Unis, qui tente de faire capituler tous les processus d'indépendance et de souveraineté en Amérique latine afin de piller, sans vergogne, les énormes ressources que possèdent des pays comme le Venezuela.

    Depuis la Suisse, nous condamnons fermement la menace d'une invasion étasuinienne contre la République bolivarienne du Venezuela. Nous faisons partie des forces progressistes, démocratiques et révolutionnaires qui, partout dans le monde, font campagne pour éviter la guerre au Venezuela. Alba-Suisse se joint à l'appel pour la construction d'un large mouvement mondial condamnant l'impérialisme américain et pour la paix au Venezuela.

    PAS D'INGÉRENCE IMPÉRIALISTE AU VENEZUELA !

    ARRÊTEZ L'INTERVENTION MILITAIRE AMÉRICAINE AU VENEZUELA !

    UNISSONS-NOUS POUR DÉFENDRE LA PAIX ! 

    Genève, 23 février 2019

    L1000347.jpg

    L1000351.jpg

    L1000353.jpg

    L1000354.jpg

    L1000362.jpg

    L1000361.jpg

     

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 2 commentaires
  • Journée internationale de l’action contre les stages non-payés

    Imprimer

    Une centaine de stagiaires des Nations unies ont manifesté mercredi devant le siège de l’organisation à Genève, dans le cadre d’une initiative mondiale pour attirer l’attention sur les difficultés de celles et ceux qui accomplissent ces stages non payés.

    DEM_1539.jpg

    Grève mondiale des stagiaires – Journée internationale de l’action contre les stages non-payés 
     
     
    Le 20 février 2019 marque la 3ème grève mondiale des stagiaires organisée par la coalition générale des stagiaires. La jeunesse internationale s’unit pour s’opposer à la tendance inquiétante et grandissante de l’exploitation, l’exclusion et les stages non-payés. 
     
    A Genève, les stagiaires et les jeunes travailleurs des organisations de l’ONU prennent part à la manifestation « UNpaid is UNfair » Elle a pour but de montrer sa solidarité avec les jeunes à travers le monde qui se voient refusés d’entreprendre un stage car ils ne peuvent pas se payer le luxe de travailler gratuitement. 
     
    La manifestation est soutenue par un certain nombre de comités de stagiaires à Genève, l’association des stagiaires de Genève, le syndicat Public Service International, le syndicat de l’ONUG, le parti des Verts de Genève, les Jeunes Vert-e-s Suisse, la Jeunesse Socialiste Genevoise, le Parti Socialiste Genevois, solidaritéS, le SIT (Syndicat Interprofessionnel des travailleuses et travailleurs). 
     
    La grève générale des stagiaires été composée d’une série d’évènements organisés par des groupes locaux d’à travers le monde, dans des villes telles que Genève, New York, Bangkok, Montréal, Bruxelles et Copenhague. Les actions incluront des sit-ins, des walkouts, des marches et des débats. L’action se déroulera sous la bannière d’une grève pour démontrer l’organisation ascendante de la force de travail des stagiaires et pour appuyer sur le fait que des stages justes sont un problème vital pour la jeunesse. 
     
    Les organisations soutenant l’action demandent un accès égal à des stages justes et de qualité. 
     
    Égal : les stages doivent être payés pour les rendre accessibles à tous, c’est-à-dire qu’ils doivent être indépendants de la provenance sociale ou économique de la personne. 
    Juste : les stagiaires doivent recevoir des droits au travail de base, tels que la protection contre le harcèlement et des conditions de travail justes. 
    Qualité : les stages doivent offrir une expérience significative qui aide les jeunes à transiter avec succès de l’éducation à l’emploi. 
     
    Les stages non-payés sont les plus souvent associés avec les professions liées à l’industrie, telles que les affaires publiques, les finances et les secteurs médiatiques. Toutefois, ils grandissent en nombre dans d’autres secteurs dans le monde. En Europe, il est estimé qu’il y a plus de trois millions de jeunes par année qui travaillent en tant que stagiaires non-payés, ce qui équivaut à l’entièreté la force de travail du Danemark. Pendant que les défenseurs de stages non-payés soutiennent que ceux-ci sont une « expérience d’apprentissage », les stagiaires réalisent un travail qui aurait pu être accompli par un employé ou un consultant, qui pourtant reçoivent déjà qu’une maigre rémunération ou une pauvre protection au travail. De plus, comme les stages sont devenus un tremplin pour accéder au marché du travail, ceux qui ne peuvent pas se permettre de travailler gratuitement sont laissés à l’abandon. Ceci réduit la mobilité sociale, augmente les inégalités et gâche les talents de nombreux jeunes, alors que l’ONU prêche exactement le contraire. 
     
    A Genève, où les organisations internationales accueillent des centaines de stagiaires et dont environ 80% restent impayés, en comparaison à d’autres lieux d’affectations, la situation est aggravée par les coûts exorbitants de la vie quotidienne. En général, seuls ceux et celles ayant le soutien financier de leur famille (ou autres financements) peuvent se permettre d’intégrer l’une des organisations de l’ONU. Selon un rapport publié par le Fair Internship Initiative, la participation de personnes moins privilégiées à des stages non-payés est 3,5 fois moins représentée que pour les stages payés. La moitié de ceux acceptant un stage non-payé à l’ONU admettent que ce dernier a causé des difficultés financière à eux-mêmes ou à leur famille, ou a impacté de manière négative leurs conditions de vie (certains incluant même des cas d’impacts permanents sur leur santé). L’ONU affirme combattre la discrimination, promeut l’égalité des opportunités et la valorisation de la jeunesse désavantagée, alors que ses pratiques internes démontrent exactement le contraire.
     
    Entre 2017 et 2018, l’UNICEF et l’HCR ont commencé à payer un léger salaire à ses stagiaires, bien que ce dernier reste inadéquat pour ce qui est de couvrir les dépenses de la vie quotidienne. En même temps, les Etats membres de l’OMS ont formellement demandé en 2018 que l’organisation paie ses stagiaires avant 2020, mais son exécution est encore peu claire. 
     
    Le Joint Inspection Unit of the UN system a publié un rapport compréhensible en juin 2018 avec de nombreuses recommandations, telles que payer ses stagiaires. Le rapport sera étudié en automne 2019 par l’Assemblée générale de l’ONU à New York.
     
    En décembre 2018, un rapport du Haut-Commissariat aux Réfugiés a clairement exprimé que « les stages non-payés (…) excluent de facto les plus marginalisés qui ne peuvent pas se permettre de travailler sans rémunération » et « limitent la liberté de choix de la jeunesse ». Pour cette raison, selon le rapport, les stages « devraient être remplacés par des stages payés », malgré le fait que cette organisation elle-même ne paie pas ses stagiaires. 
     
    En avril 2019, les agences de l’ONU débattront d’une réforme à la Haute Commission sur le Management de l’ONU. Le Fair Internship Initiative demande à tous les Etats membres et à l’ONU d’entièrement appliquer les recommandations du Joint Inspection Unit
     
    La grève générale des stagiaires a déjà reçu l’appui d’un certain nombre d’organisations et de leaders tels que des syndicats, des politiciens, des avocats, des ONGs et du monde académique. L’élan s’est aujourd’hui amplifié, les jeunes s’étant unis pour demander aux employeurs et aux politiciens de reconnaître la valeur du travail des stagiaires, ainsi que des dangers découlant des stages non-payés et de qualité médiocre. 

    DEM_1335.jpg

    DEM_1356.jpg

    DEM_1377.jpg

    DEM_1419.jpg

    DEM_1438.jpg

    DEM_1460.jpg

    DEM_1473.jpg

    DEM_1478.jpg

    DEM_1498.jpg

    DEM_1508.jpg

    DEM_1510.jpg

    DEM_1513.jpg

    DEM_1515.jpg

    DEM_1517.jpg

    DEM_1521.jpg

    DEM_1530.jpg

    DEM_1555.jpg

    DEM_1558.jpg

    DEM_1559.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    DEM_1593.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les "gilets jaunes" ont manifesté devant l'ONU à Genève

    Imprimer

    Plus de mille de gilets jaunes se sont rassemblés sur place des Nation Unies à Genève pour crier leur désarroi face au gouvernement français et à l'attitude des forces de sécurité.

    DEM_1019.jpg

    DEM_0464.jpg

    DEM_0611.jpg

    DEM_0632.jpg

    DEM_0687.jpg

    DEM_0693.jpg

    DEM_0701.jpg

    DEM_0727.jpg

    DEM_0794.jpg

    DEM_0827.jpg

    DEM_0870.jpg

    DEM_0883.jpg

    DEM_0910.jpg

    DEM_1129.jpg

    DEM_1135.jpg

    DEM_1314.jpg

     

    Pour voir la suit des photos:

    http://www.photographygeneva.com/gallery/manifestation-des-gilets-jaunes-devant-lonu-a-geneve/

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 0 commentaire
  • Manifestation lumineuse contre les politiques xénophobes et racistes

    Imprimer

    Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblées sur la place Neuve avec des flambeaux et banderoles pour des conditions d’accueil dignes, contre les politiques xénophobes et racistes et contre l’entrée en vigueur de la nouvelle « Restructuration du domaine de l’asile ».


    La manifestation lumineuse au départ de la place Neuve a traversé la ville jusqu’au Parc des Cropettes.

    L1010302.jpg

    L1010282.jpg

    L1010288.jpg

    Contre le durcissement des conditions d’accueil

    En avril 2019, la restructuration de l’asile entrera en vigueur en Suisse. En vue de faciliter l’« accélération des procédures » projetée par cette modification de la Loi sur l’asile (LAsi), la confédération prévoit d’administrer la gestion des procédures d’asile dans des CFA (Centres Fédéral pour requérant.e d’Asile). Ces centres sont en réalité le reflet d’une politique d’asile qui accroit volontairement la précarité de personnes vulnérables à travers l’isolement, l’enfermement ou le renvoi et s’inscrivent ainsi dans la continuité d’une logique carcérale, criminalisante, raciste, excluante et répressive de l’État envers les personnes en exil.

    Au Grand-Saconnex, la Confédération, le SEM (Secrétariat d’Etat aux Migrations), le canton de Genève et de la commune du Grand-Saconnex, prévoient de remplacer l’actuel foyer des Tilleuls par la construction d’un complexe comprenant un Centre Fédéral de renvoi de 250 places, une prison de détention administrative de 50 places ainsi qu’un service de police et des douanes. Collé au tarmac de l’aéroport international de Genève, le centre est imaginé comme un gigantesque complexe de renvoi. Il participe et renforce la politique hypercarcérale portée par le canton de Genève déjà placé en tête des expulsions.

    La vie des personnes requérantes s’apparentent à de la semi-détention

    Dans ces centres fédéraux destinés à « héberger » jusque 140 jours les personnes demandant l’asile, les diverses restrictions et privations qui conditionneront la vie des personnes requérantes s’apparentent à de la semi-détention : couvre-feux (horaire de sortie entre 9h et 18h), annonce obligatoire en entrant et en sortant, prise d’empreintes digitales, fouilles au corps, sanctions internes au bon vouloir arbitraire du personnel chargé de la sécurité, impossibilité de conserver les appareils électroniques personnels ainsi que les denrées alimentaires, travaux d’intérêts généraux payés 3.75 CHF de l’heure, scolarisation des enfants au sein même du centre, etc. Dans un tel contexte disciplinaire, arbitraire et infantilisant, il sera quasi impossilible pour les personnes requérantes d’asile de créer une vie sociale digne ou de construire les solidarités nécessaires qui leur permettraient de protéger leurs droits juridiques voire même leurs droits fondamentaux. Le cadre de ces centres, gouvernés principalement par une logique sécuritaire et contrôlés par un dispositif intrusif et carcéral, restreint excessivement et sans justifications l’autonomie des personnes demandant l’asile en Suisse.

    Nous ne voulons pas d’une Genève où l’on enferme et expulse à tour de bras des gens qui quittent leur pays et qui trouvent comme seul accueil une prison ! C’est pourquoi nous ne cesserons de lutter contre ceux qui participent à cette politique de l’enfermement, pour qui les personnes en exil ne sont qu’un flux à gérer, cacher, exploiter et renvoyer au plus vite.

    Refusons la construction d’un nouveau Centre Fédéral, ni à Genève, ni ailleurs.

    Refusons la violence structurelle imposée par cette nouvelle loi aux personnes en exil.

    Refusons le renforcement progressif d’un système raciste et xénophobe par l’État.

    https://renverse.co/Contre-le-durcissement-des-conditions-d-accueil-1877

    L1010347.jpg

    L1010379.jpg

    L1010394.jpg

    L1010415.jpg

    Pour voir la suit des photos:

    http://www.photographygeneva.com/gallery/manifestation-lumineuse/

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 2 commentaires
  • Manifestations anti-WEF à Genève

    Imprimer

    Plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées sur place de la Navigation à Genève contre la venue de Bolsonaro, Netanyahu le Forum Economique Mondial (WEF) de Davos et contre la chasse aux pauvres et le racisme, les droits des femmes et des personnes LGBT*IQ+, pour des mesures urgentes contre le réchauffement climatique.

    En solidarité avec celles et ceux qui luttent au Brésil, en Palestine, en Italie, en Colombie, en Turquie, en kurdistan et partout ailleurs contre ces dirigeants réactionnaires, montrons qu’il existe une autre Europe et une autre Suisse. Celle des milliers de femmes qui se préparent une grève féministe en 2019, celle qui fera une grève du climat, celle qui refuse de renvoyer des réfugié·e·s ou encore qui refuse les réformes fiscales injustes (RIE3, RFFA…) qui volent les pays les plus pauvres. 

    L1000826.jpg

    L1000802.jpg

    L1000805.jpg

    L1000811.jpg

    L1000813.jpg

    L1000829.jpg

    L1000833.jpg

    L1000835.jpg

    L1000839.jpg

    L1000841.jpg

    L1000843.jpg

    L1000854.jpg

    L1000862.jpg

    Discours de Ramazan Baytar Appel de solidarité avec la Députée kurde Leyla Güven et les autres grévistes kurdes de la faim

    Le 7 novembre 2018, la députée kurde Leyla Güven a entamé dans la prison de Diyarbakir où elle est détenue une grève de la faim pour demander la levée du régime d’isolement imposé à Öcalan. Dans sa déclaration faite à cette occasion, elle dit : « Nous avons plus que jamais besoin d’Öcalan. Le message qu’il peut transmettre est très important. Il faut qu’il rencontre ses avocats et sa famille ! Je revendique la fin de son isolement. »  

    L’action de Leyla Güven a suscité un grand mouvement de solidarité, d’abord dans les prisons de Turquie, puis dans la société civile. Par solidarité, le 27 novembre, des milliers de prisonniers politiques ont entamé des grèves de la faim tournantes de 10 jours.

    Ainsi, à l’exemple de Leyla Güven, Nasir Yagiz, un militant kurde réfugié au Kurdistan d’Irak, a commencé une grève de la faim illimitée le 21 novembre, dans les locaux de la représentation du HDP à Hewlêr (Erbil).

    Le 17 décembre, le mouvement s’est élargi à la diaspora kurde en Europe : 15 militants kurdes à Strasbourg et un autre, Ilhan Sis, au Pays de Galles, ont entamé une grève de la faim illimitée.  

    Début janvier, 250 prisonniers politiques détenus dans différentes prisons de Turquie se sont engagés dans une grève de la faim illimitée.

    Ce dont il est question ce n’est pas de demander des droits pour une personne quelconque mais d’exiger des droits élémentaires pour l’ensemble des prisonniers politiques, du peuple kurde et de son leader. Il s’agit d’exprimer la volonté du peuple kurde en faveur d’un changement démocratique en Turquie et par conséquent au Moyen-Orient.

    Les faits sont là et les motifs de notre lutte sont évidents : c’est depuis l’isolement total de notre Leader Abdullah Öcalan que la Turquie à détruit militairement une dizaine de villes kurdes, emprisonné des dizaines de député du HDP et des milliers d’opposants, fermé des milliers d’association de la société civile et qu’ainsi le gouvernement de l’AKP a mis en œuvre sa politique national islamiste à l’exemple de Hitler et de son argumentation nationale-socialiste.

    La situation est urgente, alarmante ! La santé des grévistes est préoccupante.

    Nos revendications sont dès plus élémentaires ; la fin de l’isolement d’Abdullah Öcalan. Le respect de la volonté du peuple kurde. La paix sociale.

    Rappelons les paroles de Leyla Guven qui est à son 73ème jour de grève de la faim :

    « Je suis au point où je respire la vérité d'une vie pour laquelle je suis heureuse d'embrasser la mort. Je vous salue avec la conviction que nous réussirons et de l’autre côté des murs qui nous séparent en ces jours de résistance, je vous salue avec la chaleur d’une camarade qui caresse votre cœur révolutionnaire. »

    Vive la solidarité ! Vive la résistance !

    Centre société démocratique kurde de Genève

    L1000865.jpg

    L1000879.jpg

    L1000887.jpg

    L1000890.jpg

    L1000894.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les étudiant-e-s font la grève pour sauver la planète 

    Imprimer

    Plus de 5000 milles  d’écoliers, apprentis et étudiants sont descendus dans la rue à Genève  pour défendre le climat et destinée à réclamer des mesures politiques urgentes en matière d'environnement.  

    L1000383.jpg

    L1000338.jpg

    L1000342.jpg

    le 18 janvier, des milliers de jeunes ont manifesté dans 16 villes de Suisse, inaugurant ainsi l’année climatique 2019.

    Ce vendredi, plus de 22 000 écolières, écoliers et sympathisants ont répondu à l’appel du Mouvement de la grève pour le climat suisse et sont descendus dans la rue. Cette grève est la plus grande protestation d’écolières et d’écoliers en Suisse depuis 16 ans, et ce malgré les menaces de sanctions disciplinaires de la part de nombreux établissements scolaires. Aux villes qui avaient déjà fait grève en décembre se sont ajoutées Genève, Lausanne, Neuchâtel, Fribourg, Lucerne, Zoug, Baden, Aarau, Delémont, Bienne, Soleure et Coire. Au total, des grèves ont eu lieu dans 16 villes suisses.

    Ce nouveau mouvement de jeunes suisse a fait de la grève son instrument principal. L’objectif : dénoncer la faiblesse de la politique climatique en place, en Suisse et dans le monde. Les jeunes s’organisent via des chats Whatsapp et des conférences téléphoniques ; la mobilisation, elle, se fait via les réseaux sociaux.

    "Je trouve cela bien que des milliers d’écolières et d’écoliers se soient retrouvés dans toute la Suisse pour critiquer l’état actuel de la politique climatique et exprimer leur mécontentement! Nous avons peur pour notre avenir, c’est pour cela que nous descendons dans la rue” a déclaré Constantin, gréviste à Baden.

    Dans les rues, les manifestantes et manifestants ont scandé des slogans sur l’avenir, le climat et la planète. Dans de nombreuses villes, ils ont également tenu une minute de silence pour le climat et les vies humaines déjà victimes de la catastrophe climatique.

    "Nos politiciens portent une immense responsabilité dans la catastrophe climatique en cours, et tel est le message que je veux leur faire passer aujourd’hui. Si tant de jeunes doivent désormais descendre dans la rue pour exiger une politique climatique acceptable, c’est en partie à cause d’eux”, explique Maude Suarez, originaire de Le Locle (Neuchâtel), qui a participé pour la première fois à la grève.

    En décembre 2018 déjà, plus de 4000 jeunes de Bâle, Berne, St-Gall et Zurich avaient suivi l’appel de la jeune Suédoise Greta Thunberg, militante pour le climat, et avaient manifesté contre la crise climatique au lieu d’aller à l’école.  

    Toutes les informations sur le mouvement ainsi que ses revendications se trouvent sur le site Internet climatestrike.ch.

     

    L1000396.jpg

    L1000420.jpg

    L1000438.jpg

    L1000472.jpg

    L1000478.jpg

    L1000494.jpg

    L1000499.jpg

    L1000507.jpg

    L1000512.jpg

    L1000513.jpg

    L1000540.jpg

    L1000542.jpg

    L1000557.jpg

    L1000567.jpg

    L1000574.jpg

    L1000626.jpg

    L1000631.jpg

    L1000635.jpg

    L1000640.jpg

    L1000651.jpg

    L1000676.jpg

    L1000691.jpg

    L1000753.jpg

    L1000780.jpg

    L1000787.jpg

    L1000790.jpg

    Pour voir la suit des photos

    http://www.photographygeneva.com/gallery/la-greve-pour-le-climat-a-geneve/

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les photographes sont là… Courage Demir!

    Imprimer

    Je partage avec vous la lettre de soutien de mon ami grand photographe M. Jean-Paul Levet. Mille mercis pour votre sensibilité.

    Un photographe traduit en justice !!!

    Manif et Demir.jpg

    Les bras m’en tombent…Comment en arriver là, alors que son œil grand angle est braqué sur la quantité des évènements, que ce fabuleux photographe reporter de presse, couvre à longueur d’année sur les manifestations politiques ou culturelles de Genève.

    Il faut aller sur son Blog, pour voir son travail, des centaines d’images captivantes prises dans des conditions difficiles, où il faut savoir passer l’appareil au dessus des têtes du public ou de la police,… avec qui il a toujours eu de bonnes relations  même en pleine bousculade.

    Il a l’art de se confondre au milieu de la foule, promenant ses objectifs au bout des bras.

    Demir a de nombreuses relations dans les milieux officiels et protocolaires. C’est le roi des copains dont je fais partie.

    En 2016, il a été honoré lors  d’une exposition place des Nations pour l’ensemble de son œuvre sur les témoignages  des causes humanitaires internationales.

    Pour conclure, je suis persuadé que la Justice aura  la « décence » de classer cette affaire. Si ce n’était pas le cas et que l’amende est appliquée, j’ose espérer que l’association des photographes de presse, ouvrira une souscription.

    Je serai le premier à participer.

    Les photographes sont là… Courage Demir.

    Jean-Paul Levet photographe

    Bernex, 27 novembre 2018

    Lien permanent 2 commentaires
  • Ma carte d’identité est mon avenir

    Imprimer

    Je partage avec vous l’entretien que Sylvain Thèoz à fait pour Causes Communes, bimestriel des Socialistes de la Ville de Genève, Merci à Sylvain pour ce beau travail.

    Demir SÖNMEZ.jpg

    Ma carte d’identité est mon avenir

     

    Entretien Sylvain Thévoz

    Si quelqu’un pense ne pas connaitre Demir Sönmez, il est assuré pourtant de l’avoir déjà vu quelque part. Camarade de toutes les manifestations, accompagné toujours de son appareil photo ; figure de toutes les luttes sociales et pour les droits humains, l’épicentre de son engagement se trouve à la place des Nations, mais il vient de loin. Qui est-il vraiment ?

    Je retrouve Demir pour que l’on partage un repas, son histoire. Généreux, passionné, Demir est né en 1960 à Erzurum, ancienne capitale d’Arménie. Sa date exacte de naissance, il ne la connaît pas. Sa carte d’identité suisse annonce un énigmatique 00.00. Âgé de deux ans, on lui détecte une tuberculose. Le médecin annonce, péremptoire : celui-là n’a aucune chance de survivre. sa grande-mèrel’emmène alors à Ankara. Il y grandit. Son père est orgine arménien, sa mère kurde, mais le génocide de 1915 a été caché et le père de Demir ne lui dira qu’à 50 ans qu’il est arménien, pour protéger la famille de la répression. Dès son adolescence, Demir se lance dans la militance. Il est cinq fois emprisonné en raison de ses activités politiques. En 1978, à 18 ans, il est en taule et torturé. Le 12 septembre 1980, l’armée turque organise un coup d’état, instaure un régime militaire. Il étudie les sciences politiques à l’université, rencontre sa femme et se marie en 1986. En 1990, la situation est intenable. Menacé, il quitte la Turquie et demande l’asile en Suisse. Il est accueilli par d’anciens camarades de lutte à Genève. Il ne retournera plus en Turquie. Sa mère décèdera sans qu’il puisse la revoir. Il ne peut retourner voir son père malade.

    Devenir Suisse sous conditionnelle

    Il vit d’abord dans les baraquements pour les requérants d’asile le long de la piste d’aéroport, dans des conditions correctes mais avec une liberté restreinte. Il se sent comme un poisson hors de l’eau, ne comprend rien à cette nouvelle vie. Il sait juste que la Suisse est un pays riche, produisant du chocolat et que c’est un symbole de démocratie mondiale.

    Sa femme le rejoint 9 mois après son arrivée à Genève. Deux enfants naissent, l’un en 1993, l’autre en 1996, la situation économique est toujours précaire. En 1994 il fonde la maison populaire de Genève, une association qui existe encore aujourd’hui. Il n’a pas le droit de travailler durant ces années, sa femme travaille dans un restaurant. En 1999, obtention du permis C, et naturalisé au tout début des années 2000. Jusqu’à cette délivrance, il attendait quotidiennement une réponse de l’ODM, regardant chaque jour la boîte aux lettres 3 à 4 fois. Mais la nationalité obtenue est conditionnelle ! S’il avait été condamné en Suisse ou dans un pays de l’Union Européenne par un tribunal, on lui aurait retiré son passeport. De 2000 à 2005 il était en quelque sort un Suisse au conditionnel.

    La militance se poursuit

    Demir a tout le temps continué à militer. Il rejoint le PS grâce à Laurence Fehlmann-Rielle rencontrée lors d’une coordination de soutien au peuple kurde. « Je suis photographe, journaliste » dit-il fièrement. Depuis 2009 jusqu’à aujourd’hui il a publié plus de 1'400 articles. « Je veux être le photographe des peuples opprimés » ! En 2016, une photographie de Demir d’une banderole révélant la mort de Berkin Elvan, adolescent tué par la police sur la place Taksim à Istanbulest exposée place des Nations. La Turquie cherche à faire censurer cette photo. Le Conseil administratif résiste. Demir devient un exemple mondial de la lutte pour la liberté d’expression. Quel est son modèle ? « Che Guevara » dit-il spontanément. Et à Genève ? « La place des nations ! On lui doit tout. »

    Les idéaux et le quotidien

    Au-delà de la lutte pour les idéaux, le quotidien n’est pas toujours rose. Manque de soutiens pour ses expositions, suspicion lors du délivrement d’autorisation, refus divers. « Je suis politique et donc suspect. Les élu.e.s étaient contents.e.s de s’afficher avec moi suite à l’exposition sur la place des Nations, mais après, il n’y a pas eu de vrai soutien » explique-t-il, un brin amer.  Son avenir comme photographe est incertain. Lucide, il explique : « Je ne vois pas loin devant moi. Je suis dans une situation de précarité, mais mon sort est pareil à celui de toutes et tous les photographes genevois.es. C’est très dur pour la profession,  la presse en général aujourd’hui ». Il vit une sorte d’exil dans l’exil, décrivant  Genève sans fards : « Si tu n’es pas Suisse, d’origine genevoise, si tu ne parles pas bien français, les exclusions s’accumulent. Régulièrement, dans les manifestations, la police vient vers moi pour me demander mes papiers et chercher à m’intimider. J’ai même un procès devant le tribunal de police. Un policier m’a collé un motif ridicule pour m’incriminer alors que je faisais mon travail. Imagine : un journaliste devant un tribunal de police à Genève ! Heureusement, le camarade Christian Dandrès me défend, j’ai confiance.» Demir est de toutes les luttes, mais il est aussi en lutte. Un appel ? « J’aurai besoin du soutien de mes camarades dans cette épreuve, je compte sur toutes et tous. Genève est la ville internationale des droits humains, mais au quotidien, nous avons encore un grand chemin à faire pour l’égalité et le respect de ceux-ci, ici comme ailleurs ». Demir n’a pas touché à son repas. On se dit au-revoir ou plutôt à bientôt. Rendez-vous à la prochaine manifestation. Elle sera peut-être pour l’indépendance et la liberté de Demir d’exercer son travail !

    Lien: http://www.ps-geneve.ch/wp/wp-content/uploads/2018/12/CC49_final.pdf

     

    1_MA CARTE D’IDENTITÉ EST MON AVENIR.jpg

     

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 1 commentaire
  • Wanders et Bekele à nouveau hors norme à la Course de l'Escalade

    Imprimer

    Deuxième victoire époustouflante et record consécutif pour l’athlète du Stade Genève Julien Wanders lors de la 41e édition de la Course de l'Escalade. Sous la pluie et par des températures clémentes (10 degrés), le néo-détenteur du record d’Europe du 10 km sur route a abaissé  de 12 secondes en 20’46 le record du parcours qu’il a établi en 2017. « C’était plus dur que prévu. Pendant deux tours, je n’étais pas sûr de pouvoir aller beaucoup plus vite », a soufflé heureux le prodige de 22 ans à l’arrivée après avoir été mis à mal par son copain kenyan Fredrick Kiptoo sur les deux premiers tours. Puis, grosse attaque de Wanders dans la montée de la rue St Léger. Kiptoo termine comme l’an passé 2e, cette fois à 12 secondes. Le Russe Rinas Akhmadeev complète le podium deux secondes derrière. L’autre Genevois d’exception, le marathonien Tadesse Abraham, a rejoint la ligne d'arrivée 5e, à 31 secondes de Julien Wanders, après avoir tenu la dragée haute sur le premier tour.

    DEM_5917.jpg

    Chez les dames, passe de quatre pour la Genevoise d’adoption Helen Bekele (ETH), licenciée comme Wanders au Stade Genève. La princesse éthiopienne et marathonienne de classe mondiale a fait une course d’attente, avant d’attaquer à plusieurs reprises dans la dernière boucle avant de parvenir à se défaire, sur la fin, d’un duo d’Angolaises : Peruth Chemutai termine comme en 2016 2e à 2 secondes, Esther Chebet 3e, à 11 secondes. Vaudoise, vice-championne du monde de course de montagne, Maude Mathys fini excellente 8e à 1’28 de Bekele.

    Les résultats complets de toutes les courses, sont disponibles sur le site de Datasport

    (https://services.datasport.com/2018/lauf/escalade/).

    Malgré la pluie persistante dimanche matin, qui n’a que peu entamé la motivation des enfants et les difficultés de certaines marcheuses et marcheurs à atteindre la ligne de départ à Veyrier samedi soir, le nombre de participants à avoir franchi la ligne d’arrivée est de plus de 40'600 personnes. 

    Résultats des courses Escaladélite :

    Elite Femmes

    Helen Bekele (ETH) 23’52
    2. Peruth Chemutai (UGA) 23’54
    3. Esther Chebet (UGA) 24’02
    4. Cynthia Kosgei (KEN) 24’13
    5. Mercyline Jeromoh (KEN) 25’04
    6. Daria Mykhailova (UKR) 25’08
    7. Katsiaryna Karneyenka (BLR) 25’12
    8. Maude Mathys (SUI) 25’20
    9. Stephanie Barnes (GBR) 25’25
    10. Malika Akkaoui (MAR) 25’32

    DEM_5312.jpg

    DEM_5846.jpg

    Elite Hommes 

    1. Julien Wanders (SUI) 20’46
      2. Fredrick Kiptoo (KEN) 20’59
      3. Rinas Akhmadeev (RUS) 21’01
      4. Florian Carvalho (FRA) 21’04
      5. Tadesse Abraham (SUI) 21’17
      6. Soufiyan Bouqantar (MAR) 21’24
      7. Alex Kibarus (KEN) 21’29
      8. Yoann Kowal (FRA) 21’33
      9. Bernard Matheka (KEN) 21’36
      10. Daba Teshome (ETH) 21’36

    DEM_5625.jpg

    DEM_5891.jpg

    DEM_5904.jpg

     

    Michael Kleiner

    Responsable relations médias

    Course de l'Escalade

    Jerry Maspoli

    Président du Comité d'organisation

    Course de l'Escalade 

    DEM_4254.jpg

    DEM_4264.jpg

    DEM_4290.jpg

    DEM_4293.jpg

    DEM_4322.jpg

    DEM_4435.jpg

    DEM_4480.jpg

    DEM_5103.jpg

    DEM_5203.jpg

    DEM_5356.jpg

    DEM_5435.jpg

    DEM_5442.jpg

    DEM_5483.jpg

    DEM_5759.jpg

    DEM_5803.jpg

    DEM_5808.jpg

     

    DEM_5884.jpg

     

    DEM_5942.jpg

    Pour voir la suit des photos:

    http://www.photographygeneva.com/gallery/la-41eme-course-de-lescalade-a-geneve/

    DEM_5963.jpg

     

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les Genevois fêtent le 150ème anniversaire de son journal « Le Courrier"

    Imprimer

    Les Genevois fêtent le 150ème anniversaire de son journal « Le Courrier" à la salle communale de Plainpalais. 

    L1150534.jpg

    L1150470.jpg

    L1150471.jpg

    L1150479.jpg

    L1150485.jpg

    L1150490.jpg

    L1150500.jpg

    L1150504.jpg

    L1150510.jpg

    L1150513.jpg

    L1150520.jpg

    L1150529.jpg

    L1150532.jpg

    L1150540.jpg

    L1150541.jpg

    L1150547.jpg

    L1150550.jpg

    L1150558.jpg

    L1150568.jpg

    L1150581.jpg

    L1150609.jpg

    L1150632.jpg

    L1150668.jpg

    L1150686.jpg

    L1150695.jpg

    L1150700.jpg

    L1150708.jpg

    L1150709.jpg

    L1150711.jpg

    L1150730.jpg

    L1150741.jpg

    L1150753.jpg

    L1150766.jpg

    L1150535.jpg

    L1150762.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 0 commentaire
  • Demir Sönmez, un phare sur la planète photo

    Imprimer

    Je partage avec vous l’interview que le journaliste Aram Gareginyan de Sputniknews  a réalisé avec moi lors de mon dernier voyage en Arménie. Merci à Aram Gareginyan pour ce beau travail et à Yeghisapet Tellalian pour la traduction du russe vers le français. 

     
    Demir Sönmez, un phare sur la planète photo
     
    Le photographe Demir Sönmez a participé à des manifestations à plusieurs reprises en Turquie, et, plusieurs fois dans sa vie, il a été arrêté. Pour quelle raison ? Parce qu’à côté d’autres activistes, il a milité et lutté en Turquie pour l’égalité entre tous les citoyens, quelle que soit leur origine ethnique ou religieuse, ce qui est loin d’être évident au pays héritier de l’Empire ottoman. 

    sputniknews.jpg

    Depuis déjà de nombreuses années, Demir Sönmez porte un grand angle à la place de l’oeil gauche, et, de l’oeil droit, il observe tout lereste sur 360 degrés ! C’est dire si l’addiction au selfie, ce n’est pas son truc, il est, tout au contraire, naturellement tourné vers les autres. Sa seule ambition est de capter la vie et de la montrer telle qu’elle respire, mal, tout autour de lui. Depuis la fin des années 70, il a participé aux mouvements d’opposition en Turquie, au départ comme activiste, puis comme photographe et comme journaliste. Ironie du destin, lui que son père a appelé « Fer (Demir) », s’est retrouvé plusieurs fois derrière les barreaux.
     
    Depuis 1990, ne se sentant plus en sécurité en Turquie, il s’est installé à Genève, sans renoncer en rien à son combat de toujours pour les Droits de l’Homme et la démocratie :
     
    «Là, à Genève, près du Palais des Nations, on peut observer, presque chaque jour, des manifestants brandissant leurs pancartes. Ils viennent tous dire quelque chose, sur leur peuple, sur ce qui les concerne, sur leurs droits. Durant les six ou sept dernières années j’ai pris en photo près de 2500 manifestations, presqu’une par jour ! Il y a eu des Kurdes, des Tamils, des Chrétiens d’Orient, et bien des représentants d’autres peuples, » dit Demir Sönmez.
     
    Une expo dérangeante

    -2014-03-14_Manifestation pour Berkin ELVAN copie 2.jpg

     
    A lui, chroniqueur maintenant de longue date à Genève, on a confié en avril 2016, pour le 70 ème anniversaire de l’Organisation des Nations-Unies, la charge d’organiser une exposition. 
     
    «J’ai sélectionné cinquante de mes photographies. Parmi ces clichés, des manifestations contre la guerre, pour la paix, pour les Droits de l’Homme, pour l’égalité hommes-femmes, pour la liberté d’expression, » raconte Sönmez, qui poursuit :
     
    «Quelques jours après l’inauguration, le représentant de la Turquie auprès du bureau de l’ONU à Genève s’est adressé aux autorités suisses pour exiger qu’une photo soit retirée de cette exposition. De quoi s’agissait-il ? Vous vous rappelez sans doute la manifestation au Parc Taksim à Istanbul, en 2013. Les manifestants brandissaient des pancartes avec l’inscription : « je suis Berkin Elvan ». Ce nom, Berkin Elvan, c’est celui d’un adolescent de 14 ans, sorti chercher du pain, banalement. Soudain, il se retrouve emporté par le courant de la manifestation que la police disperse, touché à la tête par une grenade lacrymogène. Neuf mois de coma, et il est mort. »
     
    « Alors en 2014, des Turcs démocrates et d’autres turcophones ont manifesté pour dénoncer cette injustice à Genève même et j’ai choisi d’exposer leur photo. »
     
    « Mais des diplomates turcs se sont adressés aux autorités de Genève pour exiger, disaient-ils, qu’on cesse de calomnier le nom d’Erdogan. Ils ont d’une part affirmé que la liberté d’expression, c'est très bien, mais que, sur la pancarte, on pouvait lire : « la police m’a tué sur ordre du Premier Ministre de Turquie ». Et à l’époque, précisément, le Premier Ministre, c’était Erdogan! Pourtant, les diplomates ont prétendu que l’affirmation sur la pancarte constituait un mensonge, niant toute responsabilité gouvernementale dans le drame.
     
    Face à cela, les autorités genevoises ont refusé de céder aux exigences de la partie turque. « Notre Ville est la capitale des Droits de l’Homme et de la liberté d’expression » ont déclaré les Suisses ». « Et c’est alors que l’ambassade turque à Berne s’est à son tour mêlée de l’affaire, s’adressant directement au gouvernement fédéral. Là encore, le Cabinet ministériel a soutenu la décision des autorités de la capitale helvétique ». 
     
    « Ensuite, le ministre turc des affaires étrangères, Mevlut Cavusoglou, est venu en personne réitérer l’exigence turque. Et, pour la troisième fois, les responsables genevois ont affirmé avec insistance que la photographie resterait en place jusqu’à la fin de l’exposition ».
     
    La Suisse ne cède pas
     
    « Cela a été, à ma connaissance, un des premiers cas où un pays européen n’a pas cédé aux exigences d’Erdogan concernant une question de morale sociale », affirme Sönmez. Plus encore, les représentants des autorités suisses ont soutenu Sönmez en assistant personnellement à l’exposition. Il y avait aussi des dizaines de ses collègues journalistes, dont des Turcs démocrates, ainsi que des artistes, des scientifiques et de simples citoyens.
     
    Si, d’aventure, vous rencontrez Sönmez dans la rue, son allure vous rappellera l’image du bon grand père qu’on imagine illustrer tant de contes orientaux. Le nom de Demir Sönmez pourrait se traduire par « le fer (Demir) qui ne refroidit jamais (Sönmez, littéralement qui ne s’éteint pas) ». Pourtant, Demir n’a pas de métal à la main, ni arme à feu, ni mitrailleuse; son fer à lui, c’est sa volonté inébranlable, qui n’a en rien diminué sur la route entre la Turquie de ses combats et la Genève prospère, où il s’est aujourd’hui réfugié. 
     
    Il a séjourné à plusieurs reprises en prison pour activismes pratiquement pendant cinq ans. Il connait bien Taner Akçam, l’universitaire turc qui vient d’authentifier, dans un ouvrage remarquable1, les télégrammes de Talaat Pacha, ministre de l’intérieur de Turquie en 1915, qui donna personnellement les ordres de déportations à toutes les préfectures, organisant méthodiquement le génocide des Arméniens, des Assyriens et de toutes les minorités non musulmanes de l’Empire ottoman.
     
    Demir Sönmez, Taner Akçam et bien d’autres démocrates en Turquie ont lutté ensemble pour que leur pays devienne meilleur et que des personnes issues de minorités ethniques et religieuses y deviennent des citoyens égaux en droit.
    Mais comment donc, demandera-t-on, un homme qui ne dispose individuellement d’aucun droit peut-il faire pour vivre en Turquie ?
     
     
    Sönmez le sait pour l’avoir vécu depuis son enfance, à Erzeroum, une ville de plusieurs centaines de milliers d’habitants de l’Est du pays. Sa mère est Kurde du Dersim et il n’y a pas si longtemps qu’il a appris que son père est Arménien. Il a vécu son enfance dans les années 70, quand la langue kurde était interdite en Turquie et que la moindre référence aux événements de 1915 était passible d’emprisonnement. 
     
    Sönmez ne connaît pas la haine

    Pohoto Jacqueline Messerli.jpg

    Pohoto: Jacqueline Messerli
     
    Sönmez n’a pas de haine contre les Turcs. « J’ai beaucoup d’amis et de collègues parmi les Turcs, » souligne-t-il. Ce n’est pas la première fois qu’il vient en Arménie, il était déjà à Erevan en 2015, pour le centenaire du génocide, puis à l’occasion de la visite du pape François 1er ; et il était aussi présent en octobre dernier pour le Sommet de la Francophonie dans la capitale arménienne.
     
    Sönmez est fidèle au peuple de sa mère. Il s’est trouvé en Irak durant les mois les plus tourmentés de la guerre, il a fait un reportage dans un camp de réfugiés, et il s’est même rendu au Kurdistan irakien pour le référendum de fin septembre 2017. De partout donc, le Demir Sönmez de fer ramène inlassablement des photographies par centaines. Il attire spectateurs et amis d’une force qui ferait pâlir le plus puissant des aimants. Il lui suffit de vous regarder et de vous sourire. Et c’est tout ? Oui, parce que, à bord de son sourire, rien n’affleure de métallique, et que tout entier il se révèle simplement humain.
     
    1 Killing Orders. Talat Pasha’s Telegrams and the Armenian Genocide, édité courant 2018 par Palgrave McMillan, ISBN 978-3-319-69786-4
     
    Interprété du russe et adapté par Yeghisapet Tellalian.
     
    Pour la version originale en russe de cet interview, voir:
     
     
     
     
    Lien permanent 0 commentaire
  • Situation scandaleuse à l'aéroport de Zurich

    Imprimer

    Une vingtaine de personnes kurdes sont actuellement détenues à l'aéroport de Zürich en vue de leur expulsion vers... l'Afrique du Sud!!!En effet, le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM), à l'appui d'arguments tout à fait abusifs a justifié le fait de ne pas examiner les demandes d'asile de ses personnes.

    vols speciale.jpg

    Les personnes concernées vivaient en Irak, en Syrie, en Turquie et au Kirghizistan. Toutes ont dû s'exiler pour des motifs liés à leur origine kurde. Parmi elles se trouvent 4 familles, le politicien Osman Erdal et le journaliste Mustafa Mamay, pour lequel Reporters sans frontières et la "European Federation of journalists" se sont déjà mobilisés. Toutes ont demandé l'asile en Suisse dès leur arrivée à Zurich, afin de pouvoir trouver protection aux persécutions subies. 

    Pourtant, en très peu de temps, TOUTES ces personnes ont reçu de la part des autorités suisses, un refus d'examiner leur demande d'asile sur le fond, arguant que leurs dossiers pouvaient être traités par le pays tiers sûr par lequel elles avaient transités. Cette décision ressemble fortement aux décisions de non entrée en matière rendues dans le cadre du règlement Dublin III.  Sauf qu'ici, le pays de transit en question est l'Afrique du Sud (!!) qui aux dernières nouvelles ne fait pas partie dudit règlement!!

    En rendant cette décision, le SEM semble naviguer en eau trouble. En plus du caractère légalement douteux des décisions de non-entrée en matière, il argumente dans une des décisions que l'intéressé peut retourner en Afrique du Sud car c'est un Etat tiers sûr et que l'intéressé y a déjà "séjourné" (art. 31 al. b point c LAsi). Pourtant le SEM reconnaît également que son "séjour" en Afrique du Sud n'a duré que "3-4 jours"!!! 

    Au-delà de la violente absurdité des décisions, les autorités suisses détiennent ces familles en toute illégalité! Encore récemment, le Conseil fédéral prenait position sur la détention administrative en précisant que "...l'application de mesures de contrainte aux familles et aux mineurs relève de l'exception [...] La détention administrative relevant du droit des étrangers est exclue pour le mineurs de moins de 15 ans." Pourtant, les familles – qui, par ailleurs, sont, pour certaines,  détenues à l'aéroport de Zurich depuis plus de 40 jours – ont des enfants de 3, 5, 6, 8 et 13 ans, la plus jeune est à peine âgée de 2 ans! 

    Les conditions de détention sont insupportables, surtout pour les enfants qui n'arrivent même plus à manger les repas proposés.

    Il est urgent de réagir, certaines des personnes détenues peuvent être déportées dans de brefs délais!

    Nous appelons les personnes solidaires et les organisations à se mobiliser !

    Nous appelons les médias à ne pas maintenir dans l’ombre ces pratiques totalement immondes dont nous avons eu échos grâce à quelques réseaux de soutien!

    Toutes les personnes concernées doivent être libérées immédiatement et leur demande d’asile doit être examinée en Suisse !

    Pour plus d'informations cliquez sur le lien suivant:

    infos kurdes détenus à Zurich.pdf

     

     

    Lien permanent 2 commentaires
  • Sommet de la francophonie à Erevan: j'y étais!

    Imprimer

    Je me suis rendu 5 fois jusqu'à maintenant, en Arménie mais je n'ai jamais travaillé en tant que journaliste dans de telles conditions. Je pensais que quelque chose avait changé, mais rien n’a changé au contraire les conditions de travail ont régressé. Un ancien journaliste est Premier ministre. La francophonie est un grand mensonge! Ils vivent ensemble mais chacun de son côté. Je suis vraiment désolé de dire que si Charles Aznavour n'était pas décédé, que serait-il passé lors de ce sommet? Le sommet s’est complètement transformé en un «hommage à Charles Aznavour ». 

     
    Le seul point positif du sommet se sont les activités culturelles. Le forum représente une bonne opportunité économique pour les grands pays comme la France, le Canada ou la Belgique Pour les autres pays francophones du continent africain ou asiatique ils se sont contenté de faire la figuration. Le stand de la Suisse est ridicule, il est représenté par une société arménienne!!! 
     
    "Vivre ensemble", mais chacun de son côté. 
     
    Les chefs d’État étaient à un endroit, les invités dans un autre et les journalistes sous une grande tente mais nous sommes tous réunis en Arménie pour la francophonie. La carte d’accréditation donnée aux journalistes n’a aucune différence avec celle des invités. 
     
    Aucun avantage ou facilité pour faire son travail correctement. A tout moment un membre du staff peut venir et vous faire sortir des lieux. 
     
    À la journée d’ouverture du sommet les journalistes ont tous été placé dans une loge au troisième étage de la salle, la scène se trouvait à 100 - 150m de là et nous étions des dizaines de photographes et de cameramans entassés dans une loge de 2m sur 10m de long, et de plus il y avait des bénévoles qui nous ont demandé d’où l’on venait et de quitter la loge alors que les discours débutés. 
     
    J’invite tout le monde a se rendre en Arménie et a persévérer la culture du peuple arménien, mais pas en tant que journaliste, car vous êtes un criminel potentiel. C’est le constat que je tire de mon séjour en Arménie pour couvrir ce sommet de la francophonie marqué par le décès de Charles Aznavour.

    DEM_0663.jpg

    DEM_0601.jpg

    DEM_0604.jpg

    DEM_0619.jpg

    DEM_0704.jpg

    DEM_0748.jpg

    DEM_0771.jpg

    DEM_0776.jpg

    DEM_0805.jpg

    DEM_0820.jpg

    DEM_0856.jpg

    DEM_0937.jpg

    DEM_0958.jpg

    DEM_0996.jpg

    DEM_1240.jpg

    DEM_1259.jpg

    DEM_1358.jpg

    DEM_1498.jpg

    DEM_1551.jpg

    DEM_1602.jpg

    DEM_1613.jpg

    DEM_1648.jpg

    DEM_1681.jpg

    DEM_1692.jpg

    DEM_1715.jpg

    DEM_1724.jpg

    DEM_1778.jpg

    DEM_1851.jpg

    DEM_1881.jpg

    DEM_1925.jpg

    DEM_2004.jpg

    DEM_2024.jpg

    DEM_2035.jpg

    DEM_2054.jpg

    DEM_2116.jpg

    DEM_2148.jpg

    DEM_2180.jpg

    DEM_2268.jpg

    DEM_2316.jpg

    DEM_2337.jpg

    DEM_2366.jpg

    DEM_2401.jpg

    L1120678.jpg

    L1120694.jpg

    L1120727.jpg

    L1120754.jpg

    L1120771.jpg

    L1120835.jpg

    L1120838.jpg

    L1120861.jpg

    L1120879.jpg

    L1120925.jpg

    L1120927.jpg

    L1120936.jpg

    L1120950.jpg

    L1120963.jpg

    L1120969.jpg

    L1130018.jpg 

    L1130061.jpg

    Pour voir la suit des photos de la sommet francophonie 

    http://www.photographygeneva.com/gallery/sommet-de-la-francophonie-2018-erevan-darmenie/ 

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    L1130089.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • La Ville de Genève honore Celine van Till avec la Médaille « Genève reconnaissante »

    Imprimer

    La Ville de Genève honore Celine van Till avec la Médaille « Genève reconnaissante » Mme Celine van Till, jeune sportive d’élite, conférencière et ambassadrice pour les personnes en situation de handicap, reçoit lundi 8 octobre 2018 la Médaille « Genève reconnaissante ». Au nom des autorités de la Ville de Genève, M. Sami Kanaan, Maire de Genève, lui remet cette distinction au cours d’une cérémonie qui se déroule à 18h au Palais Eynard.

     

    Cavalière très talentueuse, Celine van Till faisait partie du cadre Juniors suisse en dressage lorsqu’elle eut un grave accident de cheval en 2008, qui l’a laissée handicapée. Depuis dix ans, elle se bat pour retrouver ses moyens pas à pas, geste après geste, et reconquérir sa passion pour la vie et le sport. Ainsi, elle a réussi à prendre part aux Jeux paralympiques d’été de Rio en 2016, offrant au sport genevois l’une de ses plus belles expressions.

     

    Aujourd’hui, Celine van Till a décidé de se lancer un nouveau défi en passant de l’équitation à l’athlétisme, avec comme objectif de participer aux Jeux paralympiques de Tokyo en 2020.

     

    Par ailleurs, titulaire d’un Bachelor en management-marketing pour sportives et sportifs d’élite, elle s’engage désormais pleinement en tant qu’ambassadrice pour l’intégration par le sport des personnes en situation de handicap.

     

    La Ville de Genève a souhaité rendre hommage au parcours impressionnant de Celine van Till qui a su faire preuve de qualités de battante hors du commun et a démontré, à force de courage et de persévérance, que la pratique sportive, pour les personnes valides comme pour les personnes handicapées, représente un fantastique moyen de s’accomplir et de se dépasser.

     

    « Merci et bravo pour les victoires que vous avez remportées sur vous-mêmes, pour cette ouverture aux autres et cette envie de gagner en surmontant les difficultés, et surtout cette joie de vivre renouvelée que vous nous faites partager. C’est une magnifique leçon d’espoir et de courage, c’est une très belle leçon de vie que vous nous donnez» a déclaré le Maire de Genève Sami Kanaan en lui remettant la Médaille « Genève reconnaissante ».

    Communiqué de presse, 8 octobre 2018

     

    L1120542.jpg

    L1120470.jpg

    L1120476.jpg

    L1120484.jpg

    L1120488.jpg

    L1120502.jpg

    L1120514.jpg

    L1120530.jpg

    L1120550.jpg

    L1120554.jpg

    L1120557.jpg

    L1120575.jpg

    L1120579.jpg

    L1120593.jpg

    L1120603.jpg

    L1120605.jpg

    L1120607.jpg

    L1120652.jpg

    L1120613.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    L1120644.jpg

    Lien permanent 1 commentaire
  • Charles Aznavour; un nom lié à un pays et à un peuple

    Imprimer

    Charles Aznavour est un artiste de renommée mondiale, aimé et adulé par des millions de personnes à travers le monde.

    Aujourd’hui en présence des représentants de l’Ambassade d'Arménie en Suisse, des centaines d’Arméniens anonymes, des amis de l’Arménie et des fans d’Aznavour se sont rassemblés à l’Église Apostolique Arménienne de Genève Saint Hagop pour assister à une messe de requiem. 

    Le destin de Charles Aznavour est intimement lié à l’Arménie. Qui ne connait pas ce talentueux chanteur qui fait partie de l’Arménie où de nombreuses places et rues lui sont dédiées et où des statues à son effigie ornent plusieurs villes du pays.

    Il restera immortel par sa générosité, son talent et son répertoire musical va devenir un classique à enseigner dans les conservatoires de musique. Adieu l’artiste!

    L1120429.jpg

    L1120366.jpg

    L1120377.jpg

    L1120381.jpg

    L1120387.jpg

    L1120391.jpg

    L1120395.jpg

    L1120397.jpg

    L1120399.jpg

    L1120406.jpg

    L1120412.jpg

    L1120414.jpg

    L1120420.jpg

    L1120422.jpg

    L1120423.jpg

    L1120432.jpg

    L1120435.jpg

    Discours Mme A. Harutyunyan

     

    Révérend Père,

    Mesdames et Messieurs,

    Ces derniers jours, en préparant mon intervention je pensais constamment combien il était difficile de parler d'un homme à propos de qui tout est dit et tous les mots qu'on pouvait dire à son sujet seraient insuffisants. Les plus belles phrases ne pourront pas décrire les émotions que chacun de nous a éprouvées en apprenant la nouvelle du décès de Charles Aznavour.

    Cependant, le 5 octobre à Paris, le président Macron a brisé tous les stéréotypes. Avec son discours remarquable et très émotionnel, il a réussi à rendre au Grand Maître l'hommage qu'il mérite en faisant de cet instant un moment historique.

    Des millions de personnes à travers le monde ont suivien silence et avec émotion la majestueuse cérémonie des obsèques nationales organisées à Paris : des adieux solennels, austères et sobres, où le drapeau tricolore, le modeste bouquet de fleurs aux couleurs de l'Arménie et le brancard furent plus somptueux que tout autre dispositif.

    Le peuple français, représenté par Macron, a prouvé qu’il savait apprécier ses grands hommes à leur juste valeur au moment de leur faire ses adieux.

    Charles Aznavour n'a pas gardé le silence même ce jour-là. En 1988, après le tremblement de terre, il avait réuni tous ses copains artistes pour chanter pour l'Arménie. En quittant ce monde, il a fait en sorte que tout le monde parle de nouveau de l'Arménie et du peuple arménien. Nous n'avons pas le droit de trahir l'image de l'Arménien créé par Charles Aznavour à travers le monde, un nom qu'on peut prononcer partout sans avoir besoin de chercher des qualificatifs pour le présenter.

    Charles Aznavour était un homme de grande valeur, une légende, ressortant du cadre national étroit.

    Comme le Premier-ministre de la République d'Arménie l'a souligné lors de la cérémonie d'adieux, le meilleur hommage à Charles Aznavour serait l'émergence et le développement d'une Arménie libre et heureuse. Par conséquent, il appartient à chacun de nous, d'essayer au quotidien, de faire de notre mieux pour atteindre cet objectif et d'être digne de partager avec lui le sentiment singulier d'être Arménien.

    Merci!

    L1120440.jpg

    L1120444.jpg

    L1120455.jpg

    L1120458.jpg

    L1120461.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 0 commentaire
  • Brésiliens de Suisse:le fascisme ne nous représente pas et ne nous représentera jamais!

    Imprimer

    Samedi après midi, environ 200 Brésiliens de Suisse se sont rassemblés sur la Place des Nation à Genève contre le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro à la présidentielle dans leur pays et contre la discrimination contre les femmes et les LGBT.

    L1110991.jpg

    Bonjour à tous. Premièrement nous voulons remercier chacun d’entre vous pour votre présence, merci d’être venus nous soutenir.

    Nous voudrions vous expliquer un peu pourquoi nous avons décidé de nous mobiliser aujourd’hui, ce 29 septembre 2018. Cette journée entrera dans l’histoire comme un jour de lute et de resistance des femmes (mais pas que, des hommes sont aussi présents aujourd'hui) contre la montée du fascisme dans notre pays, le Brésil. Nous nous joignons à des milliers, des millions d’hommes et de femmes dans le monde qui comme nous s’opposent à ce discours fasciste qui met notre jeune démocratie en péril. Notre démocratie a été fragilisée depuis le coup d’état parlementaire de 2016 qui a amené à la destitution de la présidente Dilma Roussef. Ce coup d’état parlementaire a aussi mené à d’autres crimes politiques envers des défenseurs des droits humains : ainsi nous n’oublions pas non plus Marielle Franco, assassinée brutalement, et la prison politique de l’ex-président Luis Inacio Lula da Silva.

    A l’heure d’aujourd’hui, nous sommes à l’aune des élections présidentielles au Brésil, et l’un des candidats se nomme Jair Bolsonaro. Mais qui est-il? Cet homme est un candidat d’extrème droite, un ancien militaire nostalgique de la dictature militaire qui avait contrôlé le pays de 1964 à 1985. Son idole, le colonel Brilhante Ustra était chef d’un centre d’emprisonnement, de torture et de la mort à Sao Paulo. Au moins 50 personnes ont perdu la vie sous le commandement d’Ustra et sous ses ordres plus de 300 personnes ont été torturées, dont beaucoup de femmes, et même une femme alors enceinte.

    Son discours est fasciste, raciste, homophobe, misogyne, intolérant, autoritaire et fait l’éloge de la violence. Ses mots menacent nos droits, notre liberté et notre démocratie.

    Cet homme a profité d’un moment de fragilité politique dans notre pays et se présente comme la solution miracle contre la corruption et la violence. Il y a cependant un problème : il souhaite bannir la violence des rues en imposant un régime violent, il veut bannir la violence en la remplaçant par encore plus de violence. Quant à la corruption, je dois vous dire que sa fortune s’est multipliée de manière douteuse depuis son entrée en politique il y a 22 ans.

    Le projet politique de ce candidat d’extrême droite vont à l’encontre des droits de l’homme et dont le programme politique et économique amèneront notre pays dans le chaos.

    Voici quelques exemples:

    -diminution de la majorité pénale à 16 ans -armer la population

    -Diminuer le quotat de places à l’université

    -la privatisation de nos richesses et de nos ressources naturelles

    Nous nous tenons donc ici aujourd’hui, nous faisons partie d’un mouvement de millions de femmes qui s’est créé sur les réseaux sociaux. Notre revendication commune se résume en deux mots : PAS LUI (elenao en portugais). Sur facebook ce groupe rassemble près de 4millions de femmes organisant, comme nous, des manifestations dans plus de 100 villes au Brésil et 65 villes dans le monde entier.

    Nous sommes ensemble, unies par une même cause, mais nous souhaitons cultiver la diversité, nous souhaitons montrer notre respect pour la différence : oui, nous soutenons différents programmes politiques différents candidats. Mais LUI, ne nous représente pas. Nous sommes ici aujourd’hui pour clamer PAS LUI, JAMAIS LUI. Nous sommes ici pour poursuivre la lute contre tout ce que cet homme représente : non à la répression, non au totalitarisme, non à la violence. Nous sommes beaucoup plus fortes que la haine.

    L’histoire même du Brésil est une ode à la diversité. Cette diversité est aujourd’hui notre banière. Le fascisme ne nous représente pas et ne nous représentera jamais

    Pour la liberté, pour l’égalité et pour une vie exempte de violence! PAS LUI, LUI JAMAIS

     

    L1110968.jpg

    L1110972.jpg

    L1110977.jpg

    L1110999.jpg

    L1120007.jpg

    L1120025.jpg

    L1120034.jpg

    L1120049.jpg

    L1120061.jpg

    L1120072.jpg

    L1120075.jpg

    L1120085.jpg

    L1120106.jpg

    L1120113.jpg

    L1120115.jpg

    L1120124.jpg

    L1120142.jpg

    L1120144.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    L1120149.jpg

    Lien permanent 1 commentaire
  • Manifestation nationale pour l'égalité salariale et contre les discriminations

    Imprimer
    Des femmes et des hommes venus de toute la Suisse ont défilé à Berne en faveur de l’égalité salariale entre hommes et femmes et contre la discrimination, dans une loi qui sera soumise au Conseil national le 24 septembre prochain.Ce rassemblement a été convoqué par plus de 40 organisations.

    L1110258.jpg

    APPEL À TOUTES LES FEMMES « pour une grève des femmes* et féministe"
     
    Comme dans de nombreux pays, en Suisse nous manifestons pour l’égalité, contre le sexisme et les discriminations.
    Mais cette fois, nous voulons aller plus loin : jusqu’à une grève des femmes*, une grève féministe qui aura lieu le 14 juin 2019.
     
    Nous en avons assez d’attendre : 37 ans que le peuple a voté un article constitutionnel sur l’égalité. 22 ans que nous avons une Loi sur l’égalité. Mais nos salaires et nos retraites sont toujours plus bas, trop souvent misérables. Si nous travaillons à temps partiel, c’est que nous assurons les deux tiers du travail domestique, éducatif et de soins : le ménage, la cuisine, la lessive, les enfants, les petits-enfants, les proches malades ou âgés. Ce travail, sans lequel la Suisse ne fonctionnerait tout simplement pas, n’est pas rémunéré, mais produit de la richesse. Ce travail doit être valorisé !
    Nous en avons assez du sexisme et de toutes les formes de violence. L’égalité, c’est vivre sans la peur d’être agressée, travailler sans la crainte d’être harcelée, rentrer à la maison sans l’angoisse d’être maltraitée. Respecter nos corps, nos vies, c’est mettre fin à toutes les violences à l’encontre des femmes* et reconnaître notre droit à décider par et pour nous-mêmes.
     
    Nous voulons une société fondée sur l’égalité et la solidarité, sans discriminations, sans sexisme et sans violence à l’encontre des femmes* quels que soient notre couleur de peau, notre culture, origine ou religion, notre passeport, notre orientation sexuelle ou
    identité de genre, notre âge ou statut.
     
    C’est pourquoi, le 14 juin 2019, nous ferons grève.
     
    Notre grève sera globale : sur les lieux de travail et à la maison. Elle sera adaptée aux possibilités de chacune: croiser les bras un moment ou toute la journée, déranger au lieu de ranger, occuper l’espace public la journée et la nuit ! Notre grève ne sera pas contre les hommes, mais contre un système patriarcal qui a fait son temps. Le 14 juin 2019, les hommes solidaires seront invités à soutenir les femmes* en grève.
     
    Participez, vous aussi !
    Collectif pour une grève des femmes* et féministe

    L1100743.jpg

    L1100762.jpg

    L1100765.jpg

    L1100767.jpg

    L1100780.jpg

    L1100791.jpg

    L1100803.jpg

    L1100804.jpg

    L1100813.jpg

    L1100827.jpg

    L1100830.jpg

    L1100854.jpg

    L1100855.jpg

    L1100857.jpg

    L1100879.jpg

    L1100885.jpg

    L1100900.jpg

    L1100935.jpg

    L1100943.jpg

    L1100952.jpg

    L1100955.jpg

    L1100964.jpg

    L1100972.jpg

    L1100973.jpg

    L1100998.jpg

    L1110026.jpg

    L1110035.jpg

    L1110042.jpg

    L1110048.jpg

    L1110059.jpg

    L1110110.jpg

    L1110131.jpg

    L1110143.jpg

    L1110168.jpg

    L1110183.jpg

    L1110197.jpg

    L1110224.jpg

    L1110240.jpg

    Pour voir la suit des photos

    http://www.photographygeneva.com/gallery/manifestation-pour-legalite-salariale-hommes-femmes-a-berne/

    L1110257.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Manifestation pour les droits des paysan.ne.s

    Imprimer

    Á l'occasion de la tenue de la 39e session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, ce matin sur la Place des Nations à Genève, plusieurs dizaines de représentant-e-s des organisations paysannes membres de la Vía Campesina à travers le monde et des militants locaux se sont rassemblés pour s'exprimer en faveur:
        • de la souveraineté alimentaire
        • du maintien de la biodiversité et de la protection de l'environnement
        • de plus de justice, d'un monde solidaire et des conditions de vie saines pour tous !

    Ils ont réclamé l'adoption sans délai de la Déclaration sur les droits des paysans qui est négociée au sein du Conseil des droits de l'homme depuis de nombreuses années.

    Selon Melik Özden, Directeur du CETIM, "Ne vous fiez pas à l''apparence. Certes, nous sommes ici avec quelques dizaines de leaders paysan.ne.s, mais ces personnes représentent des centaines de millions de paysan.ne.s. Ce sont elles qui nourrissent l'humanité. Ce sont elles qui sont garantes de la biodiversité et de la protection de l'environnement. Pour qu'ils-elles puissent remplir leur rôle, on doit leur offrir des conditions de vie et de travail dignes. C'est ce que vise la Déclaration onusienne. C'est pourquoi, nous appelons tous les États membres du Conseil des droits de l'homme à voter en faveur de cette Déclaration la semaine prochaine." 

    DEM_8059.jpg

    DEM_7968.jpg

    DEM_7972.jpg

    DEM_7979.jpg

    DEM_7986.jpg

    DEM_7995.jpg

    DEM_8001.jpg

    DEM_8015.jpg

    DEM_8026.jpg

    DEM_8041.jpg

    DEM_8043.jpg

    DEM_8050.jpg

    DEM_8062.jpg

    DEM_8067.jpg

    DEM_8079.jpg

    DEM_7949.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le magazin Yves Rocher de Genève bouclée par les grévistes!

    Imprimer

    Une délégation de travailleurs de l'usine de cosmétiques Flormar en Turquie et de dirigeants syndicaux d'IndustriALL et de Sendicat petrol-is ont manifesté devant le magasin Yves Rocher France dans le centre de Genève avant de se rendre à une réunion de l'Organisation internationale du travail dans l'entreprise.

    DEM_7817.jpg
     
    Au début de cette année, l’usine de cosmétiques Flormar en Turquie a licencié 132 travailleurs pour avoir rejoint le syndicat Petrol-İş. La marque Flormar est majoritairement détenue par Yves Rocher. Petrol-İş a suivi la procédure judiciaire turque et a été reconnu à Flormar par le ministère du Travail. Lorsque la reconnaissance du syndicat a été accordée, l'entreprise a licencié les travailleurs syndiqués. IndustriALL a lancé une campagne internationale appelant l'entreprise à réintégrer les travailleurs.
     
    Les travailleurs sont sur le piquet de grève à l’extérieur de leur usine depuis 128 jours. ils ont amené le piquet de grève en Europe. Demain, ils iront au siège de la société à Paris, où ils remettront 123 000 pétitions signées demandant à Yves Rocher de réintégrer les travailleurs licenciés et de reconnaître le syndicat.
     
    Flormar est une marque de cosmétiques possédée à 51% par le Groupe Rocher qui détient également la marque Yves Rocher. En effet, le 16 août 2016 Groupe Rocher annonçait avoir acquis 51% de Flormar, son concurrent turc, en poursuivant ainsi son internalisation.
     
    Basée à Rennes, Yves Rocher est une marque mondiale de cosmétiques et de produits de beauté. L’entreprise est présente dans 88 pays et emploie 13.500 personnes, outre plus de 215.000 personnes employées indirectement. Kosan cosmétique emploie 400 travailleurs et produit pour l’enseigne Flormar, numéro un du maquillage en Turquie, avec 21% de la part du marché. L’usine exporte aussi ses produits aux marchés de 104 pays, principalement vers les pays en développement. 

    DEM_7806.jpg

    DEM_7827.jpg

    DEM_7828.jpg

    DEM_7845.jpg

    DEM_7859.jpg

    DEM_7868.jpg

    DEM_7878.jpg

    DEM_7895.jpg

    DEM_7906.jpg

    DEM_7894.jpgDEM_7916.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 0 commentaire
  • Cent kilos de charbon déversés devant le consulat d'Allemagne à Genève

    Imprimer

    Retour à l'expéditeur. Les membres du collectif BreakFree Suisse ont déversé tôt ce matin 100 kilos de charbon devant le consulat d'Allemagne à Genève. Ils demandent l'arrêt immédiat de l'offensive contre la forêt millénaire de Hambach, un moratoire sur l'importation d'électricité carbonée Allemande et l'accélération de la transition énergétique Suisse.

    DEM_7695.jpg

    Loin d'être un champion de la transition écologique, l'Allemagne est extrêmement impliquée dans l'exploitation et la combustion du charbonqui représentait encore en 2017 36,6% de son mix énergétique.

    La République Fédérale n'atteindra pas- et de très loin - son objectif national de diminution de ses émission de gaz à effet de serre fixé à - 40% (par rapport à 1990) pour 2020[1]. Et pour cause, en 2017 elle a exporté 55 Terawatt-heure d'électricitémajoritairement produite via des sources d'énergies fossiles (charbon, fuel, gaz) ; ce volume d'exportation représente en "équivalent carbone", les émissions annuelles d'un pays commela Hongrie[2].

    Le premier pays consommateurde son électricité est la Suisseavec 17,7 Terawatt-heureachetés en 2017 à RWE, une des plus grands producteurs allemands d'électricité. La demande helvétique, qui était de plus de 12 Terawatt-heure en 2016, est d'ailleurs en forte augmentation. En plus de ses émissions territoriales, la Suisse participe donc à cet immense volume de gaz à effet de serre et aux destructions directes qu'il génère.

    RWE exploite trois mines géantes de ligniteen Rhénanie, en ayant avalé villages, cultures et forêts sur une centaine de kilomètres carrés. La forêt la plus précieuse est celle de Hambach près de Cologne. Elle a pu se développer sans intervention au cours des derniers 12 000 ans. Par sa composition d'essences et sa faune riche d'espèces en voie de disparition, la forêt de Hambach est unique en Europe[3]. La mine voisine en avale chaque année un peu plus, tant et si bien qu'il n'en reste aujourd'hui que moins de 10 pourcent. Elle constitue un patrimoine commun essentiel. Des centaines de protectrices et protecteursy ont construit des maisons des cimes et tentent d'empêcher la déforestation permettant la progression des excavatrices[4].

    L'exécutif de la région a débuté la semaine dernière des opérations d'expulsion et de coupedans la forêt, ouvrant des voies d'accès pour de plus gros engins de chantier. Plusieurs milliers de policierset des dizaines de blindés sont en ce moment même en action[5]. L'intervention extrêmement violente fait scandale dans un pays très attaché à son patrimoine forestier et dont une partie de l'opinion est consciente de sa responsabilité climatique. Dimanche, une marche de soutienen direction de la forêt a réuni entre 4000 et 8000 personnes, tandis que plusieurs actions de blocage de la mine ont été mises en œuvre[6].

    Les membres du collectif BreakFree ainsi que de très nombreux citoyen.ne.s Suisses refusent d'être complices de la destruction de la forêt millénaire, de l’extension de la mine et de l'aggravationdu péril climatique. Nous avons décidé de renvoyer symboliquement le charbon à l'envoyeur.

    Nous appelons 1) à l’arrêt immédiat de l'offensivecontre la foret millénaire de Hambach, 2) à un moratoire sur l'importation d'électricité carbonée allemandeet 3) à l'accélération de la transition énergétiqueau sein de la Confédération.

    La Suisse doit respecter les engagements climatiques pris lors de la COP21 et cesser d'importer de l'électricité allemande produite à partir d'énergies fossiles. Il en va de l'avenir immédiat de nos enfants et de la vie de plusieurs centaines de millions de personnes dans le monde entier.

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    Collectif BreakFree Suisse

    Contact Médias

    Olivier de Marcelluselviejo@riseup.net

    Guillaume Durin guillaume_durin@hotmail.com

    [1]https://allemagne-energies.com/2018/01/09/le-paysage-energetique-allemand-en-2017/

    [2]https://sandbag.org.uk/project/carbon-haven/

    [3]https://foretdehambach.org/information-sur-la-foret/la-foret-de-hambach/especes-menacees/

    [4]https://www.democracynow.org/2017/11/15/special_report_from_the_occupied_forest

    [5]https://www.dw.com/en/german-police-arrest-hambach-forest-activists/a-45504419

    [6]https://hambachforest.org/blog/2018/09/16/press-announcement-16-09-18/

    DEM_7692.jpg

    DEM_7717.jpg

    DEM_7727.jpg

    DEM_7728.jpg

    DEM_7736.jpg

    DEM_7743.jpg

    DEM_7753.jpg

    DEM_7771.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com 

    Lien permanent 0 commentaire
  • Plus de 2000 Tamouls manifestent à Genève

    Imprimer

    Lundi après midi environ 2000 Tamouls venu de toute l’Europe se sont rassemblés au parc des Cropettes pour défiler avec des banderoles jusqu’à la place des Nations pour demander justice et dénoncé le génocide du peuple Tamoul. Arrivés, ils ont rendu honneur à Ratnasingam Senthilkumaran qui s’est immolé devant la place des nations le 5 septembre 2013, la famille du décédé était elle aussi sur place. Les pleurs et la tristesse étaient au rendez-vous de cet hommage.

    Parmi les revendications:  demande de l’ouverture de l’enquête internationale indépendante sur la crimes de guerre, les crimes contre humanité et le génocide commis contre le peuple tamoul par les gouvernement sri lankais depuis 1948.
    L1100699.jpgL1100586.jpgL1100595.jpgL1100596.jpgL1100604.jpgL1100612.jpgL1100614.jpgL1100617.jpgL1100621.jpgL1100623.jpgL1100625.jpg
     L1100626.jpgL1100630.jpg

    L1100632.jpg

    L1100636.jpg

    L1100648.jpg

    L1100661.jpg

    L1100666.jpg

    L1100672.jpg

    L1100688.jpg

    L1100693.jpg

    L1100696.jpg

    L1100703.jpg

    L1100706.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com 

    Lien permanent 0 commentaire
  •  Cortège de la fête des vendanges de Russin 2018

    Imprimer

    La fête des vendanges met un point d'honneur à mettre en avant les produits du terroir genevois, un véritable hommage au vignoble genevois.

    L1100274.jpg

    L1100178.jpg

    L1100180.jpg

    L1100190.jpg

    L1100175.jpg

    L1100200.jpg

    L1100207.jpg

    L1100222.jpg

    L1100212.jpg

    L1100214.jpg

    L1100218.jpg

    L1100239.jpg

    L1100228.jpg

    L1100259.jpg

    L1100223.jpg

    L1100272.jpg

    L1100231.jpg

    L1100277.jpg

    L1100284.jpg

    L1100291.jpg

    L1100296.jpg

    L1100306.jpg

    L1100308.jpg

    L1100327.jpg

    L1100333.jpg

    L1100337.jpg

    L1100351.jpg

    L1100381.jpg

    L1100394.jpg

    L1100400.jpg

    L1100402.jpg

    L1100410.jpg

    L1100425.jpg

    L1100434.jpg

    L1100436.jpg

    L1100447.jpg

    L1100494.jpg

    L1100508.jpg

    L1100530.jpg

    L1100551.jpg

    L1100559.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com

    Lien permanent 0 commentaire
  • Rassemblement contre l’exécution des activistes Kurde!

    Imprimer

    Environ d'une centaines de kurdes vivant en Suisse se sont rassembles sur la place des Nation Unies à Genève contre la violations des droits de l’homme, depuis le début de l’année, des nombreux prisonniers politiques majoritairement kurdes ont été exécutés par les autorités iraniennes. Depuis les derniers jours, 4 autre prisonniers politique Kurde ont été exécutés. Actuellement, des dizaines de prisonniers politiques et des activistes kurdes et iraniennes sont dans l’attente de leurs exécutions. De plus, il y a juste quelque jour que le gouvernement iranien a pris pour cible, un camp des réfugiés et des militants  politiques pacifistes Kurdes iraniens en Iraq, par les missiles Balistiques. Plusieurs personnes ont été tuées et blessées.  

    L1100128.jpg

    L1100064.jpg

    Appel des manifestants pour mettre fin à l'agression et les attaques du gouvernement iranien contre le peuple kurde !

    Le 08 septembre 2018, la République islamique d'Iran a commis d'autres crimes contre le peuple kurde à l'est du Kurdistan (nommé Kurdistan d'Iran).

    Ce jour-là, trois prisonniers politiques kurdes, Ramin Hussein Panahi, Zaniyar et Loghman Moradi, ont été pendus en même temps.

    En outre, le camp des familles et le bureau des deux partis principaux politiques Kurde opposés au régime iranien, le Parti démocratique du Kurdistan et le Parti démocratique du Kurdistan d’Iran qui se battent pour la résolution pacifique de question kurde en Iran depuis de nombreuses années, ont été pris pour cible par les missiles iraniens.

    Le camp et les bureaux politiques se situent à Koy Sanjaq à 200 km de la frontière entre l'Iran et l'Irak.

    À la suite de ces attaques de missiles, 15 personnes ont perdu la vie et des dizaines ont été blessées, et les habitants du camp de réfugiés Kurdes iraniens ont également quitté leurs maisons pour protéger leurs vies et se sont réfugiés dans les montagnes environnantes.

    Malheureusement, à ce jour aucune organisation ou institution international n'a condamné ces attaques du régime iranien. Même le gouvernement irakien ne s’est pas opposé à cette violation de la souveraineté de son territoire, et ne s’est pas engagé pour aider des victimes de l'attaque.

    Nous, les manifestants sur la Place des Nations, condamnons fermement toutes les formes d’attaque contre les militants politiques et pacifistes Kurde, l’exécution et l’assassinat d’activistes environnementaux et civils et les actes subversifs du gouvernement iranien dans d’autres pays du monde, et nous demandons aux Nations Unies et à ses Etats membres de :

    1-    Condamner l'exécution et l'assassinat systématiquement de militants politiques, civils et environnementaux par le gouvernement iranien, et faire pression sur la République islamique d’Iran pour qu’il mette un terme à toutes les peines et les punitions inadmissible visant les militants pacifiste Kurdes.

    2-    Condamner les bombardements et les attaques contre les bureaux des partis politiques kurdes et le camp des familles de réfugiés kurdes iraniens en Irak, et de les prendre sous la protection internationale,

    3-    Condamner la violation de la souveraineté irakienne et la région fédéral du Kurdistan et le lancement des missiles sur le territoire de ce pays.

    4-    Former une commission internationale pour enquêter sur ces attaques et les exécutions arbitraires par le gouvernement iranien.

    Genève, le 15 septembre 2018

    courriel : contact@zagros-centre.org

     

    L1100072.jpg

    L1100075.jpg

    L1100077.jpg

    L1100081.jpg

    L1100092.jpg

    L1100098.jpg

    L1100111.jpg

    L1100120.jpg

    L1100138.jpg

    L1100143.jpg

    L1100146.jpg

    L1100154.jpg

    L1100152.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com

    Lien permanent 0 commentaire
  • Evacuez les Erythréens de Lybie!

    Imprimer

    Vendredi après midi des dizaines Erythréen·ne·s et ses amies se sont rassemblés en face le Palais de Wilson pour demander l'évacuation des migrant·e·s africains (en l'occurrence des Erythréen·ne·s) de Lybie, où ils subissent des exactions.

    DEM_7160.jpg

    DEM_7126.jpg
    “Nous relayons ici l'appel d'une grande partie de la communauté érythréenne à Genève qui est profondément préoccupée par la situation de chaos que vivent les réfugié·e·s érythréen·ne·s, notamment en Lybie. Ils·elles subissent d’atroces sévices (exploitation, privations, détention dans des conditions inhumaines, tortures, viols, etc.)... autant de traitements qui, dans un déni absolu des droits fondamentaux, de la dignité la plus élémentaire et au su de la communauté internationale, provoquent d’indescriptibles souffrances et de profonds traumatismes.

    Le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) se doit d’urgemment prendre une action holistique. Le fait que les Erythréen·ne·s ne puissent pas s’attendre à une quelconque protection de la part de leur gouvernement devrait précisément renforcer la responsabilité du HCR et de la communauté internationale, Suisse comprise.

    Un réseau de communautés érythréennes à travers le monde est résolu à se mobiliser aussi longtemps que des solutions tangibles ne seront pas mises en œuvre afin d’évacuer les réfugié·e·s érythréen·ne·s vers des lieux sûrs”.

     

    DEM_7134.jpg

    DEM_7144.jpg

    DEM_7153.jpg

    DEM_7175.jpg

    DEM_7189.jpg

    DEM_7201.jpg

    DEM_7228.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com

     

    Lien permanent 0 commentaire