28/05/2009

Le Collective genevoise anti-crise

Une délégation du collectif genevois anti-crise a participé au rassemblement du 26 mai à 17h30 à ANNEMASSE devant la Bourse du Travail, lequel était organisé par les 8 syndicats français : nous avons témoigné de notre solidarité.
 
PICT3576.JPG

Journée de mobilisations décentralisées le 26 mai

Annecy + Annemasse + Cluse + Thonon

 

Le mouvement syndical s’est résolument engagé pour contrer les « plans » anti-crise qui avantagent toujours les plus « forts ou puissants » au détriment des travailleurs et des couches de population défavorisées. Cette lutte est entreprise partout, nos solidarités sont requises. La Communauté genevoise d’action syndicale souhaite plus succès à nos collègues voisins, une délégation sera sans doute constituée pour y contribuer…

 

Communiqué des huit organisations syndicales

PICT3577.JPG

CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, Unsa

 

 

 

Le 1er Mai 2009 a été une journée historique tant en raison de l’unité des huit organisations syndicales, qu’en raison de l’ampleur de la mobilisation au travers de plus de 280 rassemblements dans toute la France.

Troisième mobilisation à l’appel des huit organisations syndicales en quatre mois, ce 1er mai témoigne d’un enracinement de la mobilisation et de la détermination des salariés, demandeurs d’emploi et retraités à exprimer leurs revendications et à obtenir des réponses. Le gouvernement et le patronat auraient tort de les traiter par le déni et le mépris, alors que la crise, le chômage, les licenciements, les suppressions d’emploi et les politiques de fragilisation des services publics les percutent de plein fouet.

C’est pourquoi les organisations syndicales appellent solennellement le gouvernement et le patronat à prendre en compte l’ampleur de ces rassemblements qui expriment inquiétude, désarroi et profond sentiment d’injustice. Sur la base de leur déclaration commune du 5 janvier, elles préciseront, dans les prochains jours, des propositions sur lesquelles elles attendent des réponses rapides du gouvernement et du patronat.

Les huit organisations syndicales appellent les salariés à faire du 26 mai 2009 une journée de mobilisations décentralisées dans des modalités diverses en fonction des réalités locales et visant à la participation du plus grand nombre.

PICT3578.JPG

 

Elles soutiennent les manifestations syndicales européennes de la mi-mai.

 

Les huit organisations syndicales appellent aussi à une grande journée de manifestations dans toute la France le 13 juin 2009. Paris, le 4 mai 2009.

demir claude louis.jpg

 

Demir SÖNMEZ

Maison du Peuple de Genève

www.assmp.org

12:43 | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

25/05/2009

Une vache envoyée en exil pour avoir détruit un buste d’Atatürk

sumbul.jpg

 

 

Une vache a été envoyée dans un autre village par son propriétaire après qu’elle ait brisé un buste de Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la République Turque, dans le jardin d’une école primaire dans la province orientale de Malatya au début du mois.

Gül Kilinc, un résidant du village de Kadirusagi près de Malatya, a dit qu’il a dû envoyer sa vache à un de ses parents dans un autre village dans la province de crainte qu’elle soit punie après qu’elle ait accidentellement brisé un buste d’Atatürk dans le jardin scolaire.

"Comme d’habitude, j’ai emmené ma vache en promenade tôt le matin, mais soudainement elle a commencé à partir en courant. Comme j’essayais de l’attraper, j’ai vu qu’elle est entré dans le jardin scolaire et a brisé le buste d’Atatürk. J’étais très désolé. Alors, j’ai entendu dire qu’une enquête a été lancée contre ma vache pour la destruction du buste. Des fonctionnaires sont venus et nous ont interrogés. Nous avons dit que c’était un animal, mais ils ont dit que nous pouvons être punis pour l’accident. J’ai eu peur et ai décidé de me débarrasser de la vache" a déclaré Gül Kilinc.

Le nouveau propriétaire de la vache, Omer Ates, a déclaré pour sa part que l’animal était heureux dans sa nouvelle maison. " Gül Kilinc m’a dit que la vache a brisé un buste d’Atatürk et que cela lui causera des ennuis. C’était drôle, mais j’ai consenti à m’occuper de l’animal. La vache a été perturbé quand elle est arrivé ici, mais elle est très heureuse maintenant. C’est mon animal préféré" a-t-il noté.

Seyit Resitoglu, le directeur provincial de l’éducation à Malatya, a dit qu’une enquête a été lancée pour voir si le buste a été brisé délibérément. "L’enquête a révélé que la vache était responsable de l’accident. Nous placerons un nouveau buste d’Atatürk dans le jardin scolaire" a dit Seyit Resitoglu.
(Stéphane/armenews, 21 mai 2009)

Demir SÖNMEZ

www.assmp.org

 

11:12 | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

22/05/2009

Non à l'extradition Messieurs YASAR ILDAN REMZI KARTAL et EYYUP DORU

 

AUX AUTORITE ESPAGNOLES , BELGIQUE ET ALLEMANDES, 

AUX DEPUTES-ES DU PARLEMENT EUROPEEN, 

AUX ORGANISATIONS INTERNATIONALES, 

AUX DEFENSEURS DES DROITS DE L'HOMME ET MEDIAS DU MONDE !

 

                                                                                                          Genève le, 22 Mai 2009

 

 

Concerne : arrestation de Messieurs YAŞAR İLDAN  REMZİ KARTAL et EYYUP DORU

 

Madame, Monsieur,

 

Nous avons été informés de l’arrestation de Mr YAŞAR İLDAN par la police espagnole de Mallorca (Majorque) le 18 Mai 2009. Il est actuellement incarcéré dans prison de l’île de Majorque à la suite d'un mandat d’arrêt international lancé par les autorités turques auprès d’Interpol. Il risque d’être extradé vers la Turquie.

 

M. YAŞAR İLDAN est un réfugié politique reconnu en Allemagne.

 

Il est donc, selon les dispositions internationales ratifiées par la République Fédérale d’Allemagne, sous la protection des autorités de ce pays.

 

Militant politique, YAŞAR İLDAN a été arrêté plusieurs fois par la police turque et a passé de nombreuses années dans les geôles turques.

 

Nous vous rappelons que l’article 3 alinéa 1 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants – dont l’application est universelle - stipule “ aucun Etat partie n’expulsera, ne refoulera, ni n’extradera une personne vers un autre Etat où il y a des motifs sérieux de croire qu’elle risque d’être soumise à la torture”. Cela d’autant plus que Monsieur YAŞAR İLDAN possède un document de voyage valide, selon la susdite Convention.

 

Les gouvernements Allemands et Espagnols doivent assumer pleinement leur responsabilité internationale et humanitaire : la déportation de Monsieur YAŞAR İLDAN en Turquie signerait son arrêt de mort et violerait gravement les conventions signées.

Actuellement, deux Membres du Congrès National du Kurdistan, Messieurs Remzi Kartal et Eyyup Doru sont sous contrôle judiciaire en Espagne. Monsieur Remzi Kartal, membre du Conseil exécutif du KNK, a été, à la demande de la Turquie via l’Interpol, interpellé, le 24 Mars 2009 à Madrid, où il s’était rendu pour participer aux célébrations du Newroz, et, suite à la décision de la Cour, a été mis en garde à vue. Remis en liberté, le 28 mars, il est assigné à résidence à Madrid où il est toujours sous contrôle judiciaire.

Le 26 Mars, un autre membre du KNK, Monsieur Eyyup Doru, subissait le même sort : arrêté et relâché le même jour, il est assigné à résidence, sous contrôle judiciaire ; obligation lui est faite de se présenter deux fois pas semaine et il lui est interdit de quitter le territoire espagnol.

Ni YAŞAR İLDAN ni Monsieur Kartal et ni Monsieur Doru ne sont coupables d’aucun crime, si ce n’est, aux yeux de la Turquie, de vouloir poser politiquement la question kurde, celle des droits de l’homme et de la démocratie en Turquie. Pour la Turquie toutes les personnes politiques kurdes, turc et ceux qui se reconnaissent comme kurde et turc sont coupables.

Par conséquent, nous vous demandons instamment d’intervenir auprès des autorités compétentes, afin d’empêcher l’extradition de Messieurs YAŞAR İLDAN et REMZI KARTAL et EYYUP DORU vers un pays où les attendent la prison et vraisemblablement la torture.

 

En vous remerciant par avance pour votre compréhension et pour l’attention que vous porterez à ce courrier, nous vous prions d’agréer, Madame et Monsieur, nos salutations distinguées.

 

 

Maison du Peuple de Genève

Demir SÖNMEZ

www.assmp.org

 

 

Actions :

 

Nous vous prions de bien vouloir écrire aux autorités des Espagnols et Allemagne, Belgique, United Nations High Commissioner for Human Rights  et United Nations High Commissioner for Refugees

 

Mission de l’Allemagne à Genève

 

Chemin du Petit-Saconnex 28c

 

Case postale 171 1211 Geneva 19

 

mission.germany@ties.itu.int

 

Les Mission d’Espagne à Genève

 Avenue Blanc 53 Case postale 201

1211 Genève 20 Fax +41 22 / 731 53 70

mission.spain@ties.itu.int

 

Les Mission Belgique à Genève

Rue de Moillebeau 58 Case postale

473 ,1211 Genève19

Tel. +41 22 / 730 40 00

Fax +41 22 / 734 50 79

geneva@diplobel.fed.be

Représentation permanente de la France auprès de l’Office des Nations Unies |Genève

mission.france@ties.itu.int

United Nations High Commissioner for Human Rights

ngochr@ohchr.org

United Nations High Commissioner for Refugees

1503@ohchr.org

 

Veuillez nous informer de toute action entreprise en citant le code de cet appel dans votre réponse.

17:07 | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

19/05/2009

Solidarité avec le peuple tamoul !

 

Solidarité avec le peuple tamoul !

 

 

Libéré en 1948 de la colonisation britannique, le nouvel Etat du Sri Lanka accorde à la majorité cingalaise des droits qu’il refuse à la minorité tamoule. Les revendications non-violentes de celle-ci sont ignorées.

 

En 1983, une vague de massacres chasse de nombreux Tamouls vers les régions où ils sont majoritaires. Par centaines de milliers ils fuient le Sri Lanka. Ils sont aujourd’hui 45 000 en Suisse et un tiers sont devenus suisses sans oublier leur pays d’origine ni leurs proches.

 

Pour noyer dans le sang l’espoir d’une patrie tamoule, Mahinda Rajapakse, actuel président du Sri-Lanka, a rompu en 2005 les négociations entre les deux parties.

 

Par intérêt, les grandes puissances ont tourné le dos au peuple tamoul.

 

Pour cacher ses crimes de guerre, Mahinda Rajapakse a fermé aux médias l’accès aux zones de combat.

 

Depuis 4 mois, en Angleterre, en Australie, aux Etats-Unis, en France en Suisse et ailleurs dans le monde, l’information a filtré grâce à une mobilisation formidable de la diaspora tamoule. Elle n’a toutefois pu empêcher la tuerie.

 

Cent enfants tués, samedi 9 mai dans un hôpital. Et des milliers de civils tous les jours.

 

Mercredi 13 mai, Barack Obama demande au gouvernement sri lankais des mesures urgentes. La mort de civils préoccupe le Conseil de sécurité des

Nations Unies qui «reconnaît (pourtant) le droit légitime du gouvernement du Sri Lanka de combattre le terrorisme».

 

Jeudi 14 mai, le CICR annonce «une catastrophe humanitaire inimaginable».

 

Dimanche 17 mai, dans un bain de sang, le président sri lankais prévoit la fin dela guerre en 48 heures.

 

Nous avons souvent témoigné notre solidarité à des peuples en lutte. Il n’y a pas de précédent d’une communauté tout entière mobilisée dans nos rues pour éviter un bain de sang qui pourtant se produit.

 

Tragique pour les Tamouls, cette situation est préoccupante pour nous tou-te-s.

Qui pourra dire «nous ne savions pas»? Comment, une fois de plus, dire « plus jamais ça »?

 

SOUTIEN AUX REVENDICATIONS DU FORUM TAMOUL SUISSE :

 

• reconnaissance du droit des Tamouls à l’autodétermination et lareconnaissance du LTTE comme leur représentant officiel;

 

• arrêt immédiat des hostilités;

 

• libre accès des médias, des soins, des organisations humanitaires

aux zones de guerre;

 

• liberté d’opinion, d’expression et d’organisation;

 

• soutien public et soutien matériel des autorités genevoises

et suisses au peuple tamoul

 

VIVENT LE TAMIL EELAM ET LE LTTE SON LIBÉRATEUR !

 

Assemblée publique d’information sur la situation au Sri Lanka.

 

JEUDI 28 MAI 2009 • 20H. • SALLE SAINT-BONIFACE

 

(14 avenue du Mail - Plainpalais - Genève)

 

1er juin 2009, Place des Nations:

 

Départ d’une marche pour la paix au Sri Lanka de Genève à Berne du

 

Forum Tamoul Suisse  Manifestation de solidarité

 

 

 

Org: Forum Tamoul Suisse• ACOR SOS Racisme

Soutenu par: solidaritéS, United Black Sheep (UBS), Les Socialistes (PSG), Communauté genevoise d’Action Syndicale (CGAS)...

 

Maison du Peuple de Genève

Demir SÖNMEZ 

www.assmp.org

 

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

«J’exprime ouvertement et clairement mes dernières volontés dans cette déclaration à la communauté internationale qui a échoué à stopper le génocide contre les Tamouls vivant dans leur patrie traditionnelle (les provinces du nord et de l’est du Sri Lanka), commis par le gouvernement nationaliste bouddhiste du Sri Lanka, pour réveiller le coeur de la communauté mondiale.

 

Cette communauté mondiale qu’anime une vision toujours unilatérale, déraisonnable sur les esclaves, les pauvres et les minorités opprimées qui vivent dans de nombreux pays parmi lesquels le Sri Lanka.

 

Cette approche indifférente, antidémocratique et inhumaine de la communauté internationale et des organisations internationales, parmi lesquelles l’ONU, aide toujours le terrorisme d’Etat qui frappe toujours les minorités sur cette terre, parmi lesquelles les Tamouls du Sri Lanka. Pour

exposer cette vérité, je ne parviens à trouver de meilleur moyen que de sacrifier ma propre vie, si précieuse, en me brûlant moi-même devant le monde entier.

 

Je crois que les flammes sur mon corps, sur mon coeur, et sur mon âme, aideront la communauté mondiale à regarder de façon vraiment humaine les grandes souffrances des Tamouls du Sri Lanka. »

 MURUKATHASAN

 2 février 1982

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

19:26 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

12/05/2009

Membres du Congrès National du Kurdistan, Messieurs Remzi Kartal et Eyyup Doru

          Non à l’extradition de

MM Remzi  KARTAL

et

Eyyup DORU

à la Turquie

 

A L’OPINION PUBLIQUE

AUX AUTORITES D’ESPAGNOL, BELGIQUE et FRANCE

AUX DEPUTES DU PARLEMENT EUROPEEN,

AUX ORGANISATIONS INTERNATIONALES,

AUX DEFENSEURS DES DROITS D’HOMME

ET

AUX MEDIAS DU MONDE !

 

 

                                                                                                          Genève le , 12 Mai 2009

 

La Maison du peuple de Genève a été informée de la décision du gouvernement espagnol de poursuivre ce 8 mai la procédure d’extradition de MM  Remzi Kartal et Eyyup Doru, vers la turquie.

 

Membres du Congrès National du Kurdistan, Messieurs Remzi Kartal et Eyyup Doru sont sous contrôle judiciaire en Espagne. Monsieur Remzi Kartal, membre du Conseil exécutif du KNK, a été, à la demande de la Turquie via l’Interpol, interpellé, le 24 Mars 2009 à Madrid, où il s'était rendu pour participer aux célébrations du Newroz, et, suite à la décision de la Cour, a été mis en garde à vue. Remis en liberté, le 28 mars,  il est assigné à résidence à Madrid où il est toujours sous contrôle judiciaire.



Le 26 Mars un autre membre de notre Congrès, Monsieur Eyyup Doru, subissait le même sort: arrêté et relâché le même jour, il est assigné à résidence, sous contrôle judiciaire ; obligation lui est faite de se présenter deux fois pas semaine et il lui est interdit de quitter le territoire espagnol. En clair, ces deux membres de notre Congrès sont empêchés arbitrairement par les autorités espagnoles d'accomplir leur mission qui, nous le confirmons, est de nature à favoriser la paix et le processus de réconciliation pour une solution politique à la question kurde, comme toutes les missions de tous les membres du Congrès National du Kurdistan.


La Turquie abuse clairement de son mandat auprès de l’Interpol pour criminaliser les hommes et les femmes kurdes dont les  activités sont de nature politique. D’après les informations qui nous ont été parvenues, les arrestations de MM. Remzi Kartal et Eyyup Doru n’ont rien avoir avec un contrôle de routine ni avec toutes autres procédures en Espagne. Il faut plutôt en chercher la cause dans le rapprochement entre les autorités espagnoles et turques : les solides relations diplomatiques entre la Turquie et l'Espagne, les contacts personnels et amicaux entre Erdogan et Zapatero montrent que l'arrestation de nos membres n'est rien d'autre qu'un geste de l'Espagne vers la Turquie.

 


MM. Kartal et Doru, à qui le statut de réfugié politique a été accordé, le premier par la Belgique, et le second par la France, et ce depuis des dizaines d’années, se trouvent, de ce fait, placés sous la protection juridique internationale des conventions des Nations Unies. Le dossier de l'Interpol, qui n'est pas nouveau, avait déjà valu à Monsieur Kartal d'être arrêté en Allemagne, en 2005, et les tribunaux allemands, considérant sans fondement les accusations de la Turquie, avaient prononcé un non lieu et l'avaient libéré immédiatement. Le fait qu'un autre pays, membre de l'Union européenne arrête Monsieur Remzi Kartal avec le même dossier et la même accusation est significative d'une combinaison douteuse visant à protéger des intérêts inavouables de deux gouvernements.

 

L’Etat turc est bien connu pour pratiquer la torture à grande échelle. Or, nous vous rappelons que l’article 33 alinéa 1 de la Convention de 1951 (et son protocole de 1967) - dont l’application est universelle pour les Etats qui l’ont ratifié et n’admet aucune réserve - stipule qu’« aucun des Etats contractants n’expulsera ou ne refoulera, de quelque manière que ce soit, un réfugié sur les frontières des territoires où leurs vies ou leures libertés seraient menacées en raison de leurs races, de leurs religions, de leurs nationalités, de leurs appartenances à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. »

 

Il en est de même pour l’article 3 alinéa 1 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (1984) qui dispose qu’« aucun Etat n’expulsera, ne refoulera, ni n’extradera une personne vers un autre Etat où il y a des motifs sérieux de croire qu’elle risque d’être soumise à la torture. »

A noter que l’Espagne est partie à ces Conventions. Le gouvernement espagnol doit donc assumer pleinement sa responsabilité internationale et humanitaire : l’extradition de M. Kartal et M.Doru en Turquie signerait leurs arrêts de mort et violerait gravement les Conventions internationales précitées.


Ni Monsieur Kartal et ni Monsieur Doru ne sont coupables d'aucun crime, si ce n'est, aux yeux de la Turquie, de vouloir poser politiquement la question kurde et d'être la voix des Kurdes dans toutes les plateformes internationales, et même au Parlement de Turquie. Pour la Turquie toutes les personnes politiques kurdes et ceux qui se reconnaissent comme kurde sont coupables.


Malgré toutes les démarches que nous avons entreprises, depuis le 24 Mars 2009, auprès des autorités espagnoles les priant de bien vouloir fermer ces dossiers qui n'auraient jamais dû être ouverts, le conseil des ministres espagnol a pris la décision, ce vendredi 8 mai, de poursuivre la procédure d’extradition vers la Turquie.

 

C'est maintenant entre les mains de la justice espagnole. L’Espagne doit respecter les conventions internationales des Nations Unies. Nous appelons l'opinion publique européenne à nous soutenir et à être extrêmement attentive aux décisions qui vont sceller le sort de MM. Remzi Kartal et Eyyup Doru.

 

Nous vous demandons instamment d’intervenir auprès des autorités compétentes, afin d’empêcher l’extradition de MM KARTAL et DORU vers un pays où les attendent la prison et vraisemblablement la torture.

Actions : Nous vous prions de bien vouloir écrire aux autorités des

Espagnols Belgique et France

Les Mission d’Espagne à Genève Avenue Blanc 53 Case postale 201

1211 Genève 20 Fax +41 22 / 731 53 70

mission.spain@ties.itu.int

Les Mission Belgique à Genève

Rue de Moillebeau 58 Case postale

473 ,1211 Genève19

Tel. +41 22 / 730 40 00

Fax +41 22 / 734 50 79

geneva@diplobel.fed.be

Représentation permanente de la France auprès de l’Office des NationsUnies |Genève

mission.france@ties.itu.int

United Nations High Commissioner for Human Rights

ngochr@ohchr.org

United Nations High Commissioner for Refugees

1503@ohchr.org

Veuillez nous informer de toute action entreprise en citant le code de cet appel dans votre réponse.

Maison du Peuple de Genève

Demir SÖNMEZ

www.assmp.org

13:25 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

09/05/2009

Genève entends t-il les enfant kurdes ?

Communiqué de Presse

 

L’opération de séduction des autorités turques au  parc des Bastions réussira-t-elle à étouffer les cris des enfants kurdes emprisonnés en Turquie?

 

 

A l’initiative de l’ambassade de la Turquie en Suisse et avec le soutien des autorités cantonales et municipales genevoises, une journée culturelle turque sera organisée au parc des Bastions le 9 mai 2009 prochain.

 

Certes, Genève est une ville multiculturelle et a une tradition d’accueil.  Plus de 180 nationalités sont représentées dans notre ville. A ce titre, tous les peuples du monde peuvent faire connaître leur culture. Cependant, le fait que la journée culturelle turque soit placée sous le haut patronage dereprésentants du gouvernement turc pose problème. Pourquoi?

 

Pour répondre à cette question, il suffit de regarder l’histoire récente de ce pays. En effet, les fondateurs de la Turquie dite «moderne» ont bâti ce pays sur le génocide des peuples et de leurs cultures. Leurs successeurs ont poursuivi la même sale besogne. En voici quelques exemples:



 

 

 

 

 

  • Le génocide des Arméniens et des Assyro-Chaldéens (1915-1917): 1,5 million d’Arméniens ont été massacrés par l’armée turque entre 1915 et 1917
  • Le massacre des Kurdes, Alévis et Kizilbachs de Koçkiri (1919-1921)
  • L’expulsion brutale de 1.2 million Grecs (1923-1924)
  • Le massacre des Kurdes et des Assyriens après la révolte de Sheikh Said (1925-1928)
  • Les massacres des Kurdes, Alévis et Kizilbachs de Dersim: 40’000 morts et 12’000 personnes déplacées (1935-1938)
  • Les lois iniques et les déportations d’Arméniens, de Juifs, de Grecs (1942)
  • Les pogroms d’Istanbul et d’Izmir contre les Grecs, les Arméniens et les Juifs (1955)
  • La guerre contre les Kurdes de 1984 à ce jour, plus de 40’000 Kurdes ont été tués.
  • La destruction de 3848 villages kurdes et les déplacements forcés de trois à quatre millions de paysans kurdes entre 1989 et 1998.

Le but des auteurs de ces crimes contre l’humanité était de «turquiser» les terres de ces peuples, en exterminant d’abord les non-musulmans, puis les musulmans non-turcs et/ou, à défaut, de les assimiler.

 

Actuellement, on ne compte que 76.000  Arméniens, 15’000 Grecs et 2’000 Assyriens vivant en Turquie. Quant aux Kurdes, s’ils constituent le plus grand peuple du monde sans Etat (environ 20 millions en Turquie), ils sont toujours opprimés et menacés dans leur existence.

 

Selon un récent rapport de l’UNESCO, 18 langues sont menacées d’extinction en Turquie. Le turc reste la seule langue officielle et de l’enseignement.

 

C’est dans ce contexte qu’il faut analyser l’opération de séduction des autorités turques.

 

Le café turc respire la tyrannie et les tortionnaires des enfants

 

“Vous savez tuer les enfants…”

 

C’est ce qu’avait reproché le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan au Président israélien Shimon Peres à Davos le 29 janvier dernier. En pleine campagne électorale, il versait des larmes de crocodile sur les enfants palestiniens morts sous les bombes israéliennes lors du massacre de Gaza.


Cependant,  il omettait de mentionner que dans son propre pays, l’Etat turc qu’il représentait était tout aussi expert dans le meurtre d’enfants kurdes.


Pour s’en convaincre, il suffit de regarder la liste macabre (non exhaustive) de 351 enfants kurdes, dont des bébés, morts ces 20 dernières années sous les balles de l’armée ou de la police turques lesquelles avaient délibérément tiré sur des civils.

 

Plus récemment, plusieurs morts relèvent de la responsabilité directe d’Erdoğan notamment après qu’il ait déclaré lors des émeutes de mars 2006: “Femme ou enfant, peu importe, nos forces de sécurité feront le nécessaire. Les parents de ces enfants pleureront demain en vain.”

 

Actuellement, les prisons turques abritent 2’433 enfants dont une grande majorité de Kurdes. Entre juin 2008 et avril 2009, 67 enfants ont été condamnés à 290 ans et trois mois de prison pour avoir lancé des pierres contre les forces de l’ordre lors des manifestations.

 

Disparus au Kurdistan

 

Selon l’association des droits de l’Homme de Turquie (IHD), depuis 1990, près de 10’000 personnes sont mortes et 5'000 sont portées disparues suite à des gardes à vue. La Fondation turque des droits de l’homme estime que 4'122 personnes ont été victimes d’exécutions sommaires et extrajudiciaires entre 1990 et 2008. Selon le rapport de l’IHD de 2004, le sort de 834 personnes, des Kurdes pour la majorité, reste toujours inconnu. Quelques associations civiles contestent le nombre des disparus, l’estimant supérieur à 10,000 personnes. 

 

 

 

Liberté d’opinion et d’expression

 

 

Pour le seul premier trimestre de cette année, 110 personnes, dont 60 journalistes, sont poursuivies en justice avec des demandes de peines d’emprisonnement. A ce jour, 23 écrivains et journalistes croupissent dans des prisons turques pour avoir fait usage de leur droit à la liberté d'expression.

 

Outre les journalistes et écrivains, selon les chiffres officiels, il y aurait 5672 prisonniers politiques en Turquie.

 

Durant l'année 2008, 2’641 personnes ont été traduites en justice; 22 événements publics (manifestations, concerts, projections de films, pièces de théâtre, fêtes, conférences, etc.) ont été interdits; plus de 40 titres (livres, journaux, périodiques, etc.) ont été saisis; 45 titres (journaux et périodiques) et une chaîne de télévision ont été interdits de publication et d'émission; les locaux de 11 média (journaux et périodiques  en particulier, mais aussi une chaîne de télévision et une entreprise de diffusion) ont  été la cible d'une descente de police.

 

 

 

 

Plus récemment, le 14 avril 2009, une vaste opération d'arrestations a été lancée en Turquie contre les militants du Parti pour une Société Démocratique (DPT), lequel vient de remporter une large victoire aux dernières élections municipales du 29 mars 2009 dans le Kurdistan turc. Comme l'indique le Président du DTP M. Ahmet Türk: «Cette opération est une démonstration claire de l'incapacité du gouvernement [turc] à accepter le résultat des élections...».

 

A la botte des militaires, le gouvernement criminalise toute opposition: à deux reprises la semaine dernière, les milieux kurdes ont été la cible d’arrestations policières. Des opérations menées par la brigade antiterroriste dans 15 provinces kurdes de Turquie se sont soldées par l’arrestation de 80 personnes. Plusieurs vice-présidents ou responsables du DTP ont été arrêtés, mais aussi le rédacteur en chef d’une chaîne de télévision locale (Gün TV), ainsi que trois avocats d’Abdullah Öcalan, le leader du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) emprisonné sur l’île d’Imrali.

 

 

 

La politique négationniste, anti-démocratique, non respectueuses des droits des minorités, la stratégie de terre brûlée infligée aux peuples et à leur culture par les autorités turques porte un nom : terreur colonialiste.

 

Quelle est la signification de la «Journée culturelle turque» au parc de Bastions?

 

L’opération de séduction des autorités turques réussira-t-elle à étouffer les cris des enfants kurdes emprisonnés en Turquie? 

 

Genève les entendra-elle ?

 

 

 

 

 

Genève le, 7 mai 2009

 

Au nom du Maison du Peuple de Genève

 

Demir SÖNMEZ

 

www.assmp.org

10:08 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

05/05/2009

“Vous savez tuer les enfants…”

“Vous savez tuer les enfants…”

 

Cependant il omettait de mentionner que dans son pays, l’Etat turc qu’il représentait était tout aussi expert dans le meurtre d’enfants kurdes. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder la liste macabre suivante (non exhaustive) de 351 enfants kurdes dont des bébés, morts ces 20 dernières années sous les balles de l’armée ou de la police turques après que lesquelles aient délibérément tiré sur des civils.

L’année la plus meurtrière a été 1992 où la mort de 115 enfants s’apparente à un véritable massacre.

Plus récemment, plusieurs morts sont de la responsabilité directe d’Erdogan notamment après qu’il ait déclaré lors des émeutes de mars 2006 : “Femme ou enfant, peu importe, nos forces de sécurité feront le nécessaire. Les parents de ces enfants pleureront demain en vain.”

Et les forces de sécurité turques “ont fait le nécessaire” : 16 morts, tous des civils, dont 4 enfants de moins de 10 ans.

 

Voici la liste de la honte humaine :

 

 

Nom- prénom/Année-Mois-jour de disparition/Lieu :

 

 

1989 (Toplam : 2 çocuk)

19 Juillet : Mahmut Yaşar (10), Şırnak

20 Septembre : Fahrettin Ertaş (10), Şırnak

1990 (Toplam : 21 çocuk)

20 Mars : Abidin Tuncer (10), Cizre

1 Avril : Berivan Kara (1), Uludere

1 Avril : Behecan Kara (9), Uludere

31 Mai : Canan Özen (8), Derik

10 Juin : Rahime Kayran (10), Basa

10 Juin : Meryem Kayran (10), Basa

10 Juin : Taibet Öner (3), Basa

10 Juin : Vasfiye Öner (10), Basa

10 Juin : Sait Kahraman (4). Basa

10 Juin : Hayrettin Öner (5), Basa

10 Juin : Fatma Kayran (15), Basa

10 Juin : Mehmet Kayran (5), Basa

10 Juin : Hüseyin Kayran (3), Basa

10 Juin : Haniye Özdemir (10,) Basa

10 Juin : Takviye Öner (15), Basa

10 Juin : Ömer Bestaş (16), Basa

14 Juin : Cevdet Güler (14), Hakkâri

14 Juin : Fehime Güler (9), Hakkâri

6 Août : Faruk Aktuğ (13), Silopi

30 Octobre : Ş. Pınar (11)

12 Decembre : Hadi Dalan (11), Lice

1991 (Toplam : 12 çocuk)

28 Fevrier : Salih Talayhan (17), Şırnak

4 Mayıs : Murat Ardıç (13), Bingöl

8 Juin : Emine Latifeci (11), Hazro

25 Juin : Rinde Latifeci (13), Hazro

10 Juillet : Behzat Özkan (14), Diyarbakır

3 Août : Hediye Dilçe (18), Cizre

12 Août : Ferzan Ceylan (12), Dargeçit

12 Août : Abdullah Ceylan (12), Dargeçit

6 Septembre : Ömür Eriş (11), Kurtalan

20 Octobre : Nezahat Kızıl (6), Siirt

20 Novembre : İsmet Mirzaoğlu (15), Ahlât

24 Decembre : Veysi Aktaş (13), Lice

1992 (Toplam : 115 çocuk öldürüldü)

6 Janvier : Emine Turan, Nusaybin

14 Fevrier : Seyfettin Kapkaçin (18), Mardin

14 Fevrier : Abdülselam Özbey (15), Mardin

15 Mars : Mehmet Evren (12), Cizre

18 Mars : Vesile Say (9), Dargeçit

18 Mars : Bedia Say (15), Dargeçit

18 Mars : Yasin Say (17), Dargeçit

18 Mars : Sami Say (10), Dargeçit

19 Mars : Hıdır Acet, Nusaybin

21 Mars : Muhrise Altay (18), Cizre

21 Mars : Hüseyin Altan (14), Cizre

21 Mars : İsmet Arvas (16), Van

21 Mars : Çetin Bayram (16), Van

21 Mars : Davut Soyvural (15), Gercüş

21 Mars : Mehmet Emin Acar (10), Şırnak

21 Mars : Nebat Kakuç (17), Şırnak

21 Mars : Bülent Zeyrek (16), Şırnak

21 Mars : Emin Tetik (15), Şırnak

21 Mars : Mehdi Günen (9), Şırnak

21 Mars : Halil Bebek (2), Nusaybin

21 Mars : Ahmet Kaya (1), Nusaybin

21 Mars : Fatma Kaçmaz (4), Yüksekova

22 Mars : Hatice Acar (5), Şırnak

22 Mars : Kadriye Kakın (17), Şırnak

22 Mars : Mehmet Nezir (13), Şırnak

24 Mars : Medeni Aydın (18), Batman

24 Mars : Bahri Çınar (12), Ömerli

25 Mars : Nihat Celasun (14), Cizre

25 Mars : Fatma Kaçmaz (14), Yüksekova

25 Mars : Medeni Tunç (14), Siirt

25 Mars : Medine Sevgi (18), Siirt

27 Mars : Süleyman Ayal (14), Urfa

29 Mars : Bişeng Anık (16), Şırnak

29 Mars : Mehmet Ekinci (7), Mazıdağı

29 Mars : Şeyhmus Aktürk (16), Dargeçit

11 Avril : Yasin Çetin (16), Mevzitepe

11 Avril : Hasan Ayar (11), Mevzitepe

17 Avril : Cazım Kortak (17), Savur

17 Avril : Mustafa Ok (18), Savur

18 Avril : Metin Kıratlı (10), Yüksekova

21 Avril : Yusuf Bodur (1), Midyat

21 Avril : Abdurrahman Yeşilmen (12), Midyat

21 Avril : Hamza Bulut (8), Midyat

22 Avril : Ayşe Balım (18), Silopi

4 Mayıs : Bişar Bilen (10), Uludere

4 Mayıs : Hanım Tunç (12), Uludere

9 Mayıs : Sıraç Nergis (17), Nusaybin

9 Mai : Selim Ata (17), Nusaybin

9 Mai : Sait Sağlam (17), Nusaybin

3 Juin : Mehmet Naif Çevik (9), Nusaybin

10 Juin : Kemal Şili (18), Tatvan

10 Juin : Mahmut Güreş (12), Tatvan

12 Juin : Emir Eyvani (7), Muş

22 Juin : Gülbahar Tunç (8), Gercüş

22 Juin : Behçet Tunç (17), Gercüş

22 Juin : Abdurrahman Gök (14), Gercüş

22 Juin : Şükrü Gök (10), Gercüş

22 Juin : Sultan Gök (12), Gercüş

22 Juin : Emrullah Gök (4), Gercüş

22 Juin : Haşim Gök (3), Gercüş

22 Juin : Yeni doğmuş bir bebek, Gercüş

26 Juin : Medine Kartal (18), İdil

27 Juin : Yılmaz Tatar (12), Şırnak

Juin : Abdülcelil Toy (14), Siirt

Juin : Sadık Turlu (15), Siirt

11 Juillet : Gülistan Evin (6), Şemdinli

11 Juillet : Rehan Evin (8), Şemdinli

22 Juillet : Abdurrahman Akbalık (17), Nusaybin

25 Juillet : Kadir Balık (13), Dicle

28 Juillet : Nurcan Özatak (2), Hakkâri

Juillet : Zuhal Avcı (9), Kulp

Juillet : Çiğdem Esmer (10), Kulp

6 Août : Hüseyin Bayılmaz (10), Nusaybin

10 Août : Mehmet Erbek (12), Mardin

22 Août : Zeliha Nasanlı (10), Siverek

23 Août : Murat Dağkeser (10), Siverek

23 Août : Orhan Dağkeser (4), Siverek

23–24 Août : İbrahim Artunç (7), Şırnak

23–24 Août : Remziye Artunç (10), Şırnak

23–24 Août : Güler Sökmen (3), Şırnak

23–24 Août : Veysi Sökmen (6), Şırnak

23–24 Août : Sema Sökmen (9), Şırnak

23–24 Août : Gülüm Güngen (6), Şırnak

23–24 Août : Medine Güngen (14),Şırnak

5 Septembre : Fuat Keskin (14), Doğubeyazıt

7 Septembre : Mesut Dündar (15), Cizre

10 Septembre : Cumali Çetrez (9), Hamur

10 Septembre : Şefika Çetrez (7), Hamur

18 Septembre : Ahmet Alan (10), Solhan

1 Octobre : Hüseyin Esrai (16), Kars

3 Octobre : Aziz Bal (17), Dargeçit

20 Octobre : Sinan Demirtaş (18), Nusaybin

24 Octobre : Zeyni Dağ (17), Nusaybin

1 Novembre : Devrim Eleftoz (1), Silvan

5 Novembre : Şurzan Demirkapı (16), Kovancılar

6 Novembre : Milet Samur (14), Şemdinli

6 Novembre : İkmal Samur (18), Şemdinli

6 Novembre : Gülsüme Samur (4), Şemdinli

6 Novembre : Reber Samur (1), Şemdinli

7 Novembre : Şivan Çığırga (3), Cizre

7 Novembre : Nadire Çığırga (10), Cizre

7 Novembre : Sinem Çığırga (13), Cizre

7 Novembre : Fatma Çığırga (9), Cizre

7 Novembre : Bahar Çığırga (7), Cizre

22 Novembre : Coşkun Benzer (12), Kilis

22 Novembre : Fırat Geçmez (18), Silvan

3 Decembre : Mehmet İşler (18), Midyat

6 Decembre : Melek Bora (10), Dargeçit

16 Decembre : Garibe Karasakal (18), Nusaybin

17 Decembre : Veysi Başar (8), Diyarbakır

17 Decembre : Fatma Can (17), Diyarbakır

24 Decembre : Nafi Kalemli (14), Viranşehir

Decembre : Hüseyin Ensari (16), Kars

Decembre : Mehmet Yusufi (15), Başkale

Decembre : Novembre Oval (14), Yüksekova

1993 (Toplam : 66 çocuk)

11 Janvier : Gülistan İşiyok (12), Kulp

12 Janvier : Nezir Ergün (8), Cizre

12 Janvier : Hacer Ergün (6), Cizre

12 Janvier : Hıdır Ergün (17), Cizre

31 Janvier : Naze Ekici (12), Şırnak

31 Janvier : Şemsi Ekici (4), Şırnak

31 Janvier : Hamza Ekici (6), Şırnak

17 Fevrier : Esra Saçaklı (8), Silvan

20 Fevrier : Abide Ekin (3), Basa

7 Mai : Gürgiz Bayındır (5), İdil

23 Mai : Naim Aslan, Yüksekova

25 Mai : Semra Bayram, Silvan

18 Juin : İrfan Fidan (17), Savur

7 Juillet : Mahmut Aydemir, Silopi

7 Juillet : Fadile Aydemir (6), Silopi

7 Juillet : Ayşe Yıldız, Silopi

11 Juillet : Dinçer Levent (16), Hamur

11 Juillet : Feride Levent (15), Hamur

13 Juillet : Canan Çiftçi, Diyadin

13 Juillet : Dilşah Çiftçi, Diyadin

13 Juillet : Ender Çiftçi, Diyadin

13 Juillet : Ruken Çiftçi (6), Diyadin

20 Juillet : Azad Sabırlı (7), Bahçesaray

20 Juillet : Yunus Sabırlı (2), Bahçesaray

20 Juillet : Bahar Turan (3), Bahçesaray

20 Juillet : Sevil Ağaç (7), Bahçesaray

20 Juillet : Suzan Turan (10), Bahçesaray

20 Juillet : Yıldız Güzel (13), Bahçesaray

20 Juillet : Nezahat Elmalı (12), Bahçesaray

20 Juillet : Eylem Elmalı (4), Bahçesaray

20 Juillet : Azime Elmalı (14), Bahçesaray

20 Juillet : Muhammet Yaşar (8), Bahçesaray

20 Juillet : Hanım Yaşar (4), Bahçesaray

20 Juillet : Hürriyet Sevgili (12), Bahçesaray

24 Juillet : C. M. (12), Silvan

30 Juillet : Elif Rani (7), Pazarcık

30 Juillet : Gözde Rani (4), Pazarcık

14 Août : Zeynep Çağdavul (18), Digor

14 Août : Selvi Çağdavul (16), Digor

14 Août : Gülistan Çağdavul (18), Digor

14 Août : Yeter Keremciler (14), Digor

14 Août : Zarife Boylu (16), Digor

14 Août : Necla Geçener (14), Digor

Août : Seyhan Doğan (12), Dargeçit

Août : Abdurrahman Coşkun (18), Dargeçit

Août : M. Emin Aslan (18), Dargeçit

11 Septembre : Seyithan Balçık, Cizre

11 Septembre : Mesut Balçık, Cizre

13 Septembre : Yusuf Bozkurt (14), Şırnak

13 Septembre : Halit Akıl (12), Şırnak

21 Septembre : Ahmet Arcagök (11), Diyarbakır

28 Septembre : İdris Ülüş (12), Yüksekova

30 Septembre : Sercan Ülüş (7), Yüksekova

2 Octobre : Şakir Öğüt (7) Altınova/Muş

2 Octobre : Cihan Öğüt (4) Altınova/Muş

2 Octobre : M. Şirin Öğüt (1) Altınova/Muş

2 Octobre : Aycan Öğüt (6) Altınova/Muş

2 Octobre : Çınar Öğüt (3) Altınova/Muş

9 Octobre : Zana Zoğurlu (16), Lice

9 Octobre : Lokman Zoğurlu (17), Lice

10 Octobre : Yalçın Yaşa (13) Diyarbakır

22 Octobre : Dilbirin Canpolat (3,5), Lice

22 Octobre : Suna Canpolat (2), Lice

22 Octobre : Hüseyin Canpolat (15),Lice

17 Decembre : Halil Leco (13), Ovacık

Decembre : Mahmut Erol (15), Dargeçit

1994 (Toplam : 84 çocuk)

3 Janvier : B. A. (12), Hani

5 Janvier : Keko Gül (12), Adana

6 Janvier : Ali Katmış (1), Cizre

7 Janvier : A. Halim Rüzgâr (12), Batman

10 Janvier : Muhammet Bilgiç (5), Cizre

10 Janvier : Ahmet Bilgiç (6), Cizre

14 Janvier : Azad Önen (16), Diyarbakır

18 Janvier : Süleyman Gün (15), Diyarbakır

25 Janvier : Ahmet Efe (8), Diyarbakır

13 Fevrier : İbrahim Şeflik (5), Silopi

16 Fevrier : Hakan Yalçın (14), Diyarbakır

23 Fevrier : Bilavşan Asper (17), Tatvan

26 Fevrier : Sevgi Asma (7), Kurtalan

26 Fevrier : Sohbet Öngün (3), Sason

26 Fevrier : Hanifi Yıldız (13), Sason

26 Fevrier : Hüseyin Tekin (16), Sason

1 Mars : R. A. (3), Kızıltepe

19 Mars : Ferman Cingöz (16), Lice

27 Mars : Mirza Yıldırım (3), Şırnak

27 Mars : Mehmet Yıldırım (15), Şırnak

27 Mars : Abdülkerim Yıldırım (2), Şırnak

27 Mars : İrfan Yıldırım (5), Şırnak

27 Mars : Xunaf Yıldırım (3), Şırnak

27 Mars : Çiçek Benzer (2), Şırnak

27 Mars : Ali Benzer (7), Şırnak

27 Mars : Ayşe Benzer (1), Şırnak

27 Mars : Ömer Benzer (12), Şırnak

27 Mars : Abdurrahman Benzer (4), Şırnak

10 Avril : İlhami Menteş (12), Lice

10 Avril : Raif Menteş (13), Lice

27 Avril : Keziban Kalkan (15), Genç

28 Mai : Tuncer Güler (11), Ağrı

30 Mai : Şerif Ekin (13), Basa

2 Juin : Ahmet Kaya (13), Yüksekova

2 Juin : Hasan Demir (14), Yüksekova

5 Juin : Didar Elmas (7), Ovacık

8 Juin : Barzan…. (2), Silvan

25 Juin : Hüsnü Turan (10), Nusaybin

25 Juin : Eylem Tur (13), Nusaybin

25 Juin : Süleyman Erik (9), Nusaybin

25 Juin : Emrullah Zeybek (10), Bitlis

25 Juin : Hikmet Argün (13), Bitlis

27 Juin : Xanime Sincar (17), Ömerli

28 Juin : Hayri Yüksel (15), Ömerli

4 Juillet : Atilla Kılıç (14), Kozluk

8 Juillet : Nurullah Solhan (16), Kızıltepe

8 Juillet : Emrullah Solhan (14), Kızıltepe

8 Juillet : Selma Solhan (7), Kızıltepe

11 Juillet : A. Menaf Tunç (14), Siirt

16 Juillet : Kenan Dartan (12), Kozluk

31 Juillet : Gültekin Acet (10), Bismil

5 Août : Abdullah Kamçı (16), Yüksekova

8 Août : Sedat Barış (18), Batman

12 Août : Netice Coşkun (14), Kulp

12 Août : Mümine Zümrüt (18), Kulp

15 Août : Çelebi Özgüç (15), Savur

15 Août : İshak Özgüç (13), Savur

22 Août : Savaş Ateş (11), Dicle

22 Août : Halit Güneş (13), Dicle

22 Août : Bayram Güneş (13), Dicle

22 Août : Vedat Balta (12), Dicle

22 Août : İbrahim Balta (13), Dicle

22 Août : İsa Can (15), Dicle

1 Septembre : Nurettin Doruk (18), Diyarbakır

13 Septembre : Sadettin Doğan (10), Lice

15 Septembre : Sedat Öner (7), Eruh

15 Septembre : Mehmet Sercan (9), Eruh

15 Septembre : Cemşit Adıgüzel (13), Eruh

20 Septembre : Şükran Yıldız (11), Çukurca

25 Septembre : Dilek Serin (3), Dersim

25 Septembre : Yeter Işık (16), Dersim

25 Septembre : Elif Işık (18), Dersim

25 Septembre : Recep Tartar (8), Genç

25 Septembre : Kürdiye Savaş (8), Genç

25 Septembre : Emrah Tartar (8), Genç

25 Septembre : Faruk Savaş (11), Genç

2 Octobre : Filiz Kayış, Ceylanpınar

3 Octobre : İlyas Yiğit (6), Çat

3 Octobre : Adil Boztaş (10), Kağızman

9 Octobre : Nurşan Bulut (13), Palu

10 Octobre : Mehmet Üste (12), Pazarcık

31 Octobre : Hamdi Dündar (18), Yüksekova

31 Octobre : Fikri Yılmaz (15), Yüksekova

18 Novembre : Cüneyt Tarhan (11), Tatvan

1 Decembre : Yunus Turgut (13), Silopi

Decembre : Hasip Kaya (9), Doğubayazıt

Decembre : Yılmaz Kaya (10), Doğubayazıt

1995 (Toplam : 7 çocuk)

Avril : Erol Öztunç (2), Uludere

17 Mayıs : Ahmet Bulut (10), Ömerli

17 Mai : Rahim Kumru (10), Ömerli

25 Mai : Dinar Aras (12), Iğdır 1995

25 Mai : Cüneyt Aras (6), Iğdır

25 Mai : Ergün Aras (3), Iğdır

25 Mai : Ferdi Aras (2), Iğdır

1996 (Toplam : 6 çocuk)

2 Mayıs : Hazal Sevim (17), Baykan

8 Août : Dilan Bayram (2), Adana

8 Août : Berivan Bayram (4), Adana

13 Novembre : Hatice Bozaslan (17), Derik

2 Decembre : Oktan Çaçan (14), Diyarbakır

11 Decembre : Mehmet Banan (15), Midyat

1997 (Toplum : 7 çocuk)

6 Mars : Musa Adsız (12), Akçakale

23 Avril : M. Şerif Öztürk (11), Kızıltepe

25 Avril : Muhammet Kulçur (12), Dumlu/ Erzurum

25 Avril : Gökhan Kulçur (10), Dumlu/ Erzurum

8 Mai : Fedai Öğürce (4), Pasinler

10 Novembre : M. Özdemir (17), Ceylanpınar

11 Novembre : Bilal Alanca (5), Nusaybin

1998 (Toplam : 8 çocuk)

Janvier : Fatih Kaya (18), Batman

15 Mars : Engin Ceylan (14), Lice

1999 (Toplam : 12 çocuk)

14 Mars : Tugay Ergin (10), Hani

26 Mars : Abdurrahman Gezer (18), Osmaniye

17 Avril : Yılmaz Elüstü (17), Genç

15 Mai : Kenan Oğuz, Erzurum

15 Mayıs : Deniz Oğuz, Erzurum

15 Mai : Cansu Oğuz, Erzurum

20 Juin : Mehmet Algan (11), İdil

1 Août : Fırat Çiçek (9), Elazığ

1 Août : Onur Şahin (11), Elazığ

1 Août : Sedat Karakoç (14), Elazığ,

17 Août : Şaban Çadıroğlu (15), Van

25 Septembre : İnan Cila (11), Ovacık

2000 (Toplam : 3 çocuk)

Serdar Günerci (17), Diyarbakır

Welat Şedal (10), Yüksekova

İsmail Şedal (8), Yüksekova

2004 (Toplam : 1 çocuk)

21 Novembre : Uğur Kaymaz (12), Mardin

2006 (Toplam : 8 çocuk)

29 Mars : Abdullah Duran (9), Diyarbakır

30 Mars : Enes Ata (8), Diyarbakır

30 Mars : İsmail Erkek (8), Diyarbakır

Mars : Fatih Tekin (3), Batman

Mars : Ahmet Araç (17), Mardin

3 Avril : Mahsum Mızrak (17), Diyarbakır

3 Avril : Emrah Fidan (17), Diyarbakır

5 Septembre : Mizgin Özbek (10), Batman

2008

15 Fevrier : Yahya Menekşe (12), Şırnak

2009

23 Avril : Abdülsamet Erip (14), Hakkâri

(Firat News Agency - bersiv.com, 29 avril 2009)

http://www.info-turk.be/368.htm#savez

Demir SONMEZ

www.assmp.org

 

 

11:47 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

02/05/2009

Pour voir les images violence policière lors de la célébration du 1er mai en Turquie.

Violence policière lors de la célébration du 1er mai en Turquie

http://www.assmp.org/spip.php?article296


fft22_mf165664.jpg


Une cinquantaine de personnes, dont 36 policiers, ont été blessées dans des heurts entre manifestants et policiers vendredi à Istanbul et à Ankara en marge des défilés du 1er mai, redevenu cette année jour férié.



Pour la première fois en 32 ans, une partie d'un cortège a été autorisée à se rassembler sur la place la plus connue et la plus emblématique d'Istanbul, Taksim.


fft22_mf165642.jpg


La police antiémeutes et des groupes de centaines de manifestants lançant pierres, cocktails Molotov et boulons et cassant des vitrines de banques et de boutiques du centre-ville d'Istanbul, se sont affrontés pendant plusieurs heures.

fft22_mf165630.jpg



Le gouverneur de la plus grande métropole de Turquie, Muammer Güler, a déclaré à l’agence Anatolie que 21 policiers avaient été blessés et que 108 (Association des juristes progressistes a déclaré plus 400 manifestants) manifestants avaient été arrêtés, pour la plupart des jeunes.

 



Près de vingt autres manifestants ont été légèrement blessés dans les incidents, a-t-il ajouté.


La police a utilisé des canons à eau, des véhicules blindés et des gaz lacrymogènes pour disperser les émeutiers.



Selon la chaîne de télévision NTV, environ 20.000 policiers ont été mobilisés à Istanbul.



Deux importantes confédérations syndicales, le DISK et le KESK, ainsi que des partis de gauche et d'extrême gauche, et le Parti pour une société démocratique DTP, formation pro-kurde, avaient déployé de nombreuses banderoles.



Les manifestants ont scandé "Main dans la main contre le fascisme !", "La répression ne nous arrêtera pas !", "Longue vie au 1er mai !" ou "Longue vie à la révolution et au socialisme !".

taksim 1 mayis alani.jpg



Pour la première fois depuis 1977, une partie du cortège -environ 5.000 personnes selon les chaînes de télévision, dont les responsables syndicaux- a été autorisée à pénétrer sur la place Taksim. L'arrivée du cortège a été chaudement applaudie par la foule, des gens formant des rondes pour danser.

 



Cette place était en effet interdite aux cortèges du 1er mai depuis 1977, lorsque 34 personnes y avaient été tuées. Des tireurs, soupçonnées d'être des militants d'extrême droite soutenus par les services du renseignement, avaient ouvert le feu sur la foule.


isciler taksimde.jpg


"Pour moi, Taksim est très important. Ca fait 20 ans que je suis docker. Aujourd'hui, si je pleure, ce n'est pas seulement à cause des gaz lacrymogènes, mais c'est la joie d'être sur Taksim", a déclaré Hakki Taskin, un militant du DISK.



Le parlement a récemment adopté une loi rétablissant le 1er mai comme jour férié.


Des incidents ont également émaillé les célébrations dans la capitale Ankara.

Un groupe d'une centaine de manifestants ont affronté avec des bâtons et des pierres les polices antiémeutes sur la place de Sihhiye dans le centre-ville, où plus de 15.000 personnes s'étaient rassemblées sous une fine pluie.



Quinze policiers ont été blessés, dont un assez grièvement par une pierre qui l'a touché à la tête, a écrit Anatolie qui a fait état de six interpellations.

La police a tiré en l'air et a fait usage de canons à eau pour disperser les manifestants, a ajouté l'agence.



Le 1er mai, souvent considéré par les autorités comme une occasion pour les militants de gauche d'organiser des manifestations et de déclencher des émeutes, avait été retiré de la liste des jours fériés après un coup d'Etat militaire en 1980. (AFP, 1 mai 2009)

00:37 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |