13/07/2009

Les droits de l’Homme bafoués au Kurdistan !

Rapport de l’IHD: les droits de l’Homme bafoués au Kurdistan

L’association des droits de l’Homme (IHD - Insan Haklari Derneği  ) d’Amed (Diyarbakir) a publié un rapport semestriel qui fait état des violations des droits de l’homme dans la région du Kurdistan depuis le début de l’année 2009. Selon le rapport, les atteintes aux droits de l’Homme, pour ce premier semestre, se comptent au nombre de 131 249 et 112 018 personnes ne peuvent plus bénéficier de la carte verte au motif qu’elles ont voté pour le DTP lors des élections municipales.

Lors de la conférence de presse organisée devant le siège de l’Association, l’adjoint du secrétaire général, Mr Muharrem Erbey a déclaré que la lutte contre les violations des droits de l’Homme, dont les chiffres sont en hausse, suppose la résolution de la question kurde. Or, selon Mr Erbey, les violations des droits de l’Homme se sont multipliées au lendemain du 29 mars 2009, date des élections municipales en Turquie. « Bien que nous ayons été ravis de la baisse même minime des violations des droits de l’Homme au cours des trois premiers mois de l’année 2009, nous sommes préoccupés par la multiplication explosive des violations au lendemain des élections municipales du 29 mars » a-t-il déclaré. L’adjoint du secrétaire général vise notamment les arrestations massives qui ont eu lieu parmi les membres du DTP et du KESK ( Confédération des travailleurs de la fonction publique) en Turquie au lendemain des élections municipales qui ont marqué la victoire du DTP dans la région du Kurdistan, faisant d’elle la principale formation politique influente.


Annulation des cartes vertes pour les électeurs du DTP:



Selon les déclarations de Mr Erbey, au lendemain des élections municipales près de 112 018 personnes vivant dans la région du Kurdistan ont perdu le droit d’usage de la carte verte. La carte verte, créée pour pallier aux carences de la couverture sociale, est une carte d’accès aux services sanitaires et sociaux adressées aux familles les plus nécessiteuses.



Arrestations massives à la suite des élections municipales:



Lors de la conférence de presse, Mr Ekbey a dénoncé les arrestations massives qui ont eu lieu 14 jours après les élections municipales parmi les milieux associatifs, le KESK et les membres du DTP, qualifiant l’évènement de véritable « chasse aux sorcières ». Près de 945 personnes ont été placées en détention, parmi lesquelles 414 personnes ont été incarcérées, dans le cadre des opérations contre le DTP.

« Plusieurs personnes, contre lesquelles des discussions mêmes banales obtenues par écoutes téléphoniques ont été présentées comme éléments de preuves, ont été arrêtées dans un climat de violations des lois et des droits de l’Homme. Alors que les suspects et leurs avocats ne pouvaient étudier les dossiers en raison de leur « confidentialité », des informations ont été secrètement et illégalement communiquées à la presse. Les plaintes et les demandes d’application de la décision de « confidentialité » à l’égard de la presse ont été rejetées. Les personnes placée en détention ont été présentées comme coupables aux yeux de l’opinion publique alors qu’elles n’avaient même pas connaissance du chef d’inculpation » a déclaré Mr Muharrem Erbey.



Un bilan désastreux en matière de respect des Droits de l’Homme:

Après avoir rappelé l’existence des pratiques discriminatoires dans la région, l’adjoint au secrétaire générale de l’Association des droits de l’Homme a déclaré que le problème le plus critique et gangreneux se trouve être la polique carcérale puisque les violations des droits de l’Homme en prison sont systématiques (677 recours auprès de l’IDH pour des violations des droits au sein des établissements carcéraux). « Que personne ne vienne s’étonner si la situation en vient à exploser dans les prisons, en raison des conditions de vie et des politiques d’ oppressions » a-t-il expliqué en prenant l’exemple de Recep Çelik, un détenu qui s’est suicidé dans la prison de Batman.



Mr Erbey a également annoncé:



47 manifestations et / ou réunions ont été perturbées par les forces de l’ordre qui ont fait ingérence et  près de 501 personnes ont été arrêtées à la suite de ces manifestations démocratiques,

Près de 73 maisons ont été perquisitionnées par les forces de l’ordre qui ont agit avec violence,



21 personnes ont saisis l’IHD pour avoir été torturées et avoir subi des mauvais traitements lors de leurs détentions,



109 personnes ont saisi l’IHD pour avoir été torturé hors détention,

Près de 215 personnes ont été blessées par les forces de l’ordre lors de grandes manifestations,



Mr Erbey a rappelé qu’à Amed (Diyarbakır), une femme, invitée chez des connaissances qui habitent le quartier Ofis, a été violée par près de 4 agents de Police.



Mr Muharrem Erbey a rappelé que le système des gardiens de villages était à l’origine de nombreux cas de violations des droits de l’Homme. «  La mort et les larmes ont toujours été le résultat des politiques sécuritaires adoptées par l’Etat lorsqu’il s’agit de la question kurde. Pour les six premiers mois de l’année 2009, la violation des droits de l’Homme par les gardiens de village ont fait 49 morts et 8 blessés [NDLR: massacres à Bilge - Mardin], 33 cas de tortures et de mauvais traitements révèlent l’implication des gardiens de villages » a-t-il expliqué.

D’après le rapport, les pressions et menaces des policiers se multiplient au Kurdistan. Mr Erbey explique notamment que les agents de forces de l’ordre n’hésitent pas à kidnapper les individus pour les menacer et les obliger à travailler pour le compte de l’Etat en tant qu’agent informateur. Près de 7 personnes victimes des menaces ont saisi l’IHD depuis le début de l’année.



Après l’intervention de Mr Erbey, Mr Ali Akinci, représentant régional de l’IHD, a comparé les six premiers mois de l’année 2009 aux années 2006, 2007 et 2008. Le bilan est désastreux.



Alors que les morts et les blessés dûes à la lutte armée sont en baisse, les cas de mauvais traitements et de tortures sont en hausse: 560 cas dont 49 personnes ont trouvé la mort.



En 2008, les cas de violations des droits en prison étaient au nombre de 351. Ils sont au nombre de 677 pour les six premiers mois de l’année 2009. (Source: Firat News Agency - bersiv.com, 10 juillet 2009)

 

 

http://www.info-turk.be/371.htm#Rapport

 

 

Maison du Peuple de Genève

 

www.assmp.org

 

 

18:44 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.