• Nous vous appelons à arrêter cette mort tous ensemble !

    Imprimer

    Nous vous appelons à arrêter cette mort tous ensemble !

     

    GULER ZERE.jpg

     

    Nouvel appel pour la libération de la prisonnière Güler Zere

    Güler ZERE est une détenue politique incarcérée depuis 14 années.  Aujourd'hui, elle se trouve à la chambre pour les détenus de l'hôpital "Balcali" de la Faculté de la Médecine de l'Université de Cukurova (Adana).

    Güler ZERE est privée du diagnostic à temps  et les soins efficaces à cause de l'isolement/traitement qui est en vigueur dans les prisons de la Turquie.



    Encore, aujourd'hui, Güler ZERE est privée des soins suffisants. Il y a le risque de vie.



    Les médecins spécialistes du département d'oncologie et de l'ophtalmologie de l'hôpital de l'université où Güler ZERE est soignée ont établie deux rapports médicaux.



    Ces rapports ont été demandés par le procureur général de la République d'Elbistan (la ville de la prison de Güler) en vertu de l'article 16/2 de la loi 5275 qui concerne l'Exécution des Peines et des Sécurités.

    Le procureur compétent est lui puisque Güler était dans la prison d'Elbistan jusqu'a son transfert à l'hôpital.



    L'article concerné est libellé :



    "(...) Pour les autres maladies, l'exécution de la peine continue dans les sections pour les détenus des institutions de santé officielles. Mais, même dans ce cas, si l'exécution de la peine de la prison constitue un danger précis pour la vie du détenu, il y a le sursis à  l'exécution de la peine jusqu'à la guérison du détenu."

    Le premier rapport établi par l'Université dit qu'il est impossible de soigner Güler ZERE dans les conditions de la prison et le deuxième rapport de l'Université dit que les soins pour Güler dans les sections pour les détenus des institutions de santé officielles non plus est possible.

    En conséquence, les résultats communs des deux rapports déclarent que Güler ZERE a un risque de vie et un sursis à l'exécution de sa peine est nécessaire.



    Le parquet d'Elbistan a envoyé ces rapports à la troisième section de la Médecine Légale d'Istanbul en se basant sur la circulaire de 01.01.2006/21 du Ministère de la Justice qui concerne "le sursis à l'exécution de la peine de prison à cause de la maladie".

    L'article de la circulaire est libellé:



    "(...) En cas de la contradiction dans les rapports établis par la Médecine Légale ou dans les rapports confirmés par la Médecine Légale et établis par les conseilles de santé des hôpitaux concernés ou dans le cas où le contenu des rapports n'est pas suffisant pour former une décision, il est nécessaire de demander un rapport Au Conseil Général de la Médecine Légale(...)".



    Le Ministère de la Justice, en se basant sur cette circulaire, prévoit le contrôle des opinions médicales des professeurs et des maitres de conférences de la Faculté de la Médecine spécialistes dans leur domaine par les fonctionnaires de la Médecine Légale qui dépendent de la Ministère de la Justice.

     

     

     

     



    Apres un voyage de 14 heures, on a traduit Güler ZERE devant le conseil de la Médecine Légale qui a fait un examen de 5 minutes.

    Le résultat est "il n'est pas nécessaire un sursis à l'exécution de la peine".

    L'examen de la Médecine Légale n'est pas scientifique.


    Les médecins spécialistes qui sont le personnel de l'Institution de la Médecine Légale contrôlent les rapports de leurs professeurs et de leurs maitres de conférences.



    Il y a plusieurs exemples qui démontrent que la Médecine Légale n'est pas impartiale et équitable. En plus, à cause des fautes scientifiques et des fautes de droit, le président de la République a demandé le contrôle de cette Institution par l'Institution de Contrôle de l'Etat.

    La situation de Güler ZERE s'aggrave et l'Etat l'a abandonnée à la mort puisqu'elle est privée des soins efficaces, du moral, de libre choix de médecin et des soins alternatifs.



    Le Ministère de la Justice doit corriger immédiatement sa faute de suivre la circulaire no.21 et doit laisser faire contrôler les rapports des Conseilles des Universités par l'Institution de la Médecine Légale.

    Cette appréhension n'a pas une base légale et scientifique.


    Güler ZERE doit être libérée immédiatement avec un sursis à l'exécution de sa peine en vertu de l'article 16/2 de la loi 5275.



    Nous vous appelons d'arrêter cette mort et empêcher la mort de Güler ZERE devant nos yeux.



    Pour cette raison, vous pouvez envoyer une télécopie ou vous pouvez appeler le Ministère de la Justice de la Turquie pour la libération de Güler ZERE.

    Vous pouvez protester cette situation. Vous pouvez écrire une lettre de la solidarité à Güler ZERE.



    Nous vous appelons à arrêter cette mort tous ensemble.



    Pour soutien à Güler ZERE, vous pouvez écrire à cette adresse:



    Güler ZERE


    Çukurova Universitesi Balcali Araştırma Hastanesi Mahkum Koğuşu

    ADANA – TURQUIE

    et
    Karatas Hapishanesi (Prison de KARATAS)


    ADANA – TURQUIE

     

    laha_kemoterapi.jpg

     

    Protestation auprès du Ministère de la Justice:

     

    Envoyez vos lettres de protestation au ministère turc de la justice :

    M. Sadullah ERGIN, Ministre de la Justice

    Republic of Turkey

    Ministry of Justice

    06669 ANKARA

    Courriel : sadullahergin@adalet.gov.tr

    TEL: 90(312)417 77 70


    FAX: 90(312)419 33 70

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Maison du Peuple de Genève

     

    Demir SÖNMEZ

     

    www.assmp.org

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Associations 1 commentaire
  • Grâce aux mobilisations de solidarité, Theodoris Iliopoulos est enfin libre après 49 jours de grève de la faim !

    Imprimer

     

    Grâce aux mobilisations de solidarité, Theodoris Iliopoulos est enfin libre après 49 jours de grève de la faim !

     

     

    Genève le, 27 août 2009

     

     

     

    Arrêté lors des manifestations des étudiants en décembre 2008 qui ont secouées la Grèce, Thodoris Iliopoulos était le dernier détenu dans les prisons grecques. Bien qu’il soit innocent, il avait été incarcéré sur la base des accusations fondées exclusivement sur le témoignage de deux policiers des forces spéciales. Pour dénoncer cette injustice, Thodoris Iliopoulos avait entamé un jeûne de la mort depuis le 10 juillet 2009.

     

    Durant plus d'un mois, les autorités grecques ont refusé de lui fournir le service de santé approprié dans un hôpital et l'ont maintenu dans le cabinet médical de la prison sous-équipé. Il a été hospitalisé dans l'hôpital de Sotiria seulement il y a quelques jours.

     

    Theodoris Iliopoulos a été libéré aujourd’hui midi après 49 jours de grève de la faim. Toutefois, sa libération est soumise à deux conditions : Theodoris ne doit pas quitter le pays et il doit se présenter au commissariat de la police local une fois toutes les deux semaines.

     

    Nous pouvons nous réjouir de la libération, même conditionnelle, de Theodoris Iliopoulos qui peut enfin respirer à l’air libre et se soigner.

     

    Nous tenons à remercier toutes personnes, organisations, institutions, médias, et autorités qui sont intervenues en faveur de la libération de Theodoris Iliopoulos.

     

     

    Demir SÖNMEZ

    Lien permanent Catégories : Associations 0 commentaire
  • «Mobilisation pour le climat à Genève»

    Imprimer

     

    Climat et Justice Sociale

     

    «Mobilisation pour le climat à Genève»

    Le dérèglement catastrophique du climat fait peser une menace imminente sur l'humanité

     

     

    La responsabilité essentielle en revient aux pays du Nord, plus riches et depuis plus longtemps industrialisés et qui sont - jusqu’ici - responsables de l’essentiel des émissions de gaz à effet de serre.

     

    Du 31 août au 4 septembre se tient à Genève la 3ème Conférence Mondiale de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) sur le climat.Cette Conférence est importante pour les négociations internationales de Copenhague de décembre prochain, portant sur la formulation de nouveaux objectifs et mesures en application du protocole sur le climat adopté à Kyoto.

     

    Les dernières nouvelles de ces négociations et les récentes déclarations du G8 à Aquila sont très préoccupantes. Au nom de la lutte  contre le changement climatique, c’est le grand retour du nucléaire, une nouvelle apologie du «marché libre», la promotion des agrocarburants, l’extension d’un système de marché des émissions de CO2 au profit des grandes entreprises...

     

    C’est le moment de faire entendre notre voix et de donner notre avis aux négociateurs-trices officiels !

     

    SAMEDI 29 août 2009

    Accueil de la campagne nationale

    «Voix pour le climat»

    GENÈVE

    Place de la Navigation

    de 10h00 à 12h30

    ONEX

    Place du 150e

    (Rue. du Vieux-Moulin . TPG terminus du 10)

    de 14h30 à 16h30

    Avec prises de parole et verrée.

     

    Venez exprimer vos revendications relatives aux négociations de Copenhague  sur l'un des plus grands drapeaux suisses jamais vus et exprimer votre opinion, en tant que habitant-e de la région genevoise, membres d'une association, élu-e-s...

    Ce drapeau sera déployé à Berne le 17 octobre lors d'un grand concert pour  le climat, puis apporté à Copenhague lors de la conférence, comme message de la société suisse aux négociateur- trices.

     

     

     

     




    DIMANCHE 30 août 2009

    Table ronde à 20H30

    Climat et Justice sociale

    Salle communale de Plainpalais

    52 rue de Carouge . GE

    . Changement climatique, les enjeux vus par

    le GIEC (Groupe d'experts

    intergouvernemental sur l'évolution du

    climat -
    www.ipcc.ch)

    Jean Pascal van Ypersele

    Vice-président du GIEC

    et professeur à l'Université

    de Louvain-la-Neuve (Belgique)

    . Les négociations de Copenhague:

    avancées, statu quo ou retour en arrière

    pour les pays les plus vulnérables?

    Angelica Navarro

    Ambassadrice de Bolivie auprès de l'ONU

    . La lutte pour la justice climatique: nouvelle

    urgence pour les mouvements sociaux

     



     

     

    Organisation:

    Coordination «Climat et Justice sociale» • Avec le soutien de la Ville de Genève.

     

    Pour toute info, climatjusticesociale@gmail.com / Tél: 022 740 15 80

    Lien permanent Catégories : Monde 0 commentaire
  • Où sont les défenseurs des droits de l’Homme !

    Imprimer

    LETTRE OUVERTE !

     

     

    Où sont les défenseurs des droits de l’Homme

     

     

    REAGIR MAINTENANT POUR SAUVER DE VIE !

     

    Genève le, 25 août 2008

     

     

    - Thodoris Iliopoulos a été arrêté lors des manifestations des étudiants en décembre 2008 qui ont secouées la Grèce.

     

    - Il a été arrêté pour avoir usé de ses droits démocratiques.

    - Bien que tous les manifestants soient libérés à ce jour, il est depuis huit (8) mois derrières les barreaux sur la base de témoignages de deux membres des forces spéciale.

     

    - En réalité, il est détenu pour avoir exprimé son opinion et avoir critiqué les autorités grecques. A ce titre, Thodoris Iliopoulos est un prisonnier politique et il s'agit d'une détention arbitraire.

     

    - En gardant en détention Thodoris Iliopoulos, les autorités grecques nient l'héritage démocratique de ce pays et les principes des droits humains qui sont sensé régir les pays européens.

     

    Pour dénoncer ces absurdités, Thodoris Iliopoulos a entamé une grève de la faim le 10 juillet dernier, plus exactement un jeûne de la mort, étant donné qu'il poursuit sa grève depuis maintenant 46 jours et il a déjà perdu 18 kilos, son état  de sante déjà critique

     

    Nous devons sauver Thodoris Iliopoulos, mais aussi dénoncer la violation des droits les plus élémentaires des citoyens grecques.

     

    C'est pourquoi nous appelons à la solidarité avec Thodoris Iliopoulos.

     

    Nous appelons l’opinion publique, les organisations de défenses des droits de l’homme et les autorités européens d’intervenir auprès des autorités Grèce et de tout mettre en œuvre afin obtenir :

     

    -        sa libération immédiate !

     

     

    Demir SÖNMEZ

    Maison du Peuple de Genève

    www.assmp.org

     

     

     

     

    Voici ce que Thodoris Iliopoulos écrit le 5 août :

    « Je fais une grève de la faim. C’est le seul moyen qu’a un prisonnier afin de protester pour la vérité et dénoncer l’énorme injustice, la haine et l’empathie des mécanismes de la « loi pénale », de l’arbitraire et la violence aveugle d’une « justice » et de ses fonctionnaires qui sont encore plus "aveugles". »

    « Tout dépend de ce que les membres de cet État vont décider : soit je suis sur la voie de la liberté, soit de la mort définitive, ce qui serait un vrai scandale. Ce sont les mêmes personnes qui couvrent les scandales de Siemens et des propriétés de l’Église ; ceux qui accordent la liberté de voler des trésors ; les mêmes qui dénient toutes responsabilités dans les attaques incessantes contre les immigrés ou les meurtres de travailleurs. Ce sont les mêmes personnes de cet État qui étiquettent "menace pour la démocratie" et violent les droits de l’homme de ceux qui expriment une opinion, demande l’égalité, la justice, un avenir meilleur, ou l’avenir de nos enfants.

    Je suis l’un d’eux.

    Je suis l’une de ces dizaines de milliers de personnes actives avec une conscience, et non pas un citoyen passif. »

    Thodoris Iliopoulos

    Lien permanent 1 commentaire
  • Exigeons la libération immédiate de Thodoris Iliopoulos !

    Imprimer

    Lundi 24 août 2009 à 20h

    Initiative commune de solidarité pour Thodoris Iliopoulos de par le monde !

    Exigeons la libération immédiate de Thodoris Iliopoulos !

     

    Pétition auprès du ministère de la justice grecque pour la libération immédiate de Thodoris Iliopoulos

    Un seul clic suffit

    http://www.petitiononline.com/tokeli41/petition-sign.html

    ou

    http://www.assmp.org/spip.php?article328

     

     

     

    Le jour d’action signalera pour Thodoris son 45ème jour en grève de la faim. Sa situation est déjà critique. La dernière personne de la révolte du décembre encore emprisonnée, doit être libérée – maintenant !

    L’INITIATIVE DE SOLIDARITE POUR THODORIS ILIOPOULOS FAIT APPEL POUR UN JOUR D’ACTION EN DEMANDANT LA MISE EN LIBERTE IMMEDIATE DE THODORIS ILIOPOULOS, EN GREVE DE LA FAIM DEPUIS LE 10 JUILLET.


     

    On fait appel à tous les groups de solidarité de coordonner leurs actions -initiatives d’information, meetings- à l’objectif de la mise en liberté de Thodoris. Ainsi, le moment pour joindre nos voix et notre force en demandant la mise en liberté immédiate de Thodoris Iliopoulos, c’est le 24 août à 8.00 pm.

    Dans le cadre de cette action, l’initiative de solidarité pour Thodoris Iliopoulos organise un concert de solidarité à Propylea, Athènes, le 24 août à 8.00 pm. Notre soutien à la lutte pour sa défense et sa liberté fait un souffle de vie pour Thodoris. Faisons sa voix entendue au bout du monde !

    Exigeons la libération immédiate de Thodoris Iliopoulos

    Publié jeudi 20 août 2009

     

    Sur les 270 personnes qui ont été arrêtées depuis le début de l’insurrection le 6 décembre 2008 dans 15 villes en Grèce, Thodoris Iliopoulos est le seul qui reste embastillé. Il est encore en ce moment en détention provisoire sans jugement. Thodoris est le seul et le dernier prisonnier de décembre de la révolte grecque à se voir refuser la libération sous caution sous le prétexte qu’il est un anarchiste et donc « une menace pour la démocratie » aux yeux des autorités grecques et notamment de la cour d’appel qui a rejeté sa demande le 9 juillet 2009. C’est ainsi que le lendemain, n’y tenant plus en apprenant que son emprisonnement était prolongé de six mois, Thodoris a pris la décision de faire aussitôt la grève de la faim.

    Voici ce que Thodoris Iliopoulos écrit le 5 août :

    « Je fais une grève de la faim. C’est le seul moyen qu’a un prisonnier afin de protester pour la vérité et dénoncer l’énorme injustice, la haine et l’empathie des mécanismes de la « loi pénale », de l’arbitraire et la violence aveugle d’une « justice » et de ses fonctionnaires qui sont encore plus "aveugles". »

    « Tout dépend de ce que les membres de cet État vont décider : soit je suis sur la voie de la liberté, soit de la mort définitive, ce qui serait un vrai scandale. Ce sont les mêmes personnes qui couvrent les scandales de Siemens et des propriétés de l’Église ; ceux qui accordent la liberté de voler des trésors ; les mêmes qui dénient toutes responsabilités dans les attaques incessantes contre les immigrés ou les meurtres de travailleurs. Ce sont les mêmes personnes de cet État qui étiquettent "menace pour la démocratie" et violent les droits de l’homme de ceux qui expriment une opinion, demande l’égalité, la justice, un avenir meilleur, ou l’avenir de nos enfants.

    Je suis l’un d’eux.

    Je suis l’une de ces dizaines de milliers de personnes actives avec une conscience, et non pas un citoyen passif. »

    Soutenons activement la libération de Thodoris Iliopoulos

    Thodoris Iliopoulos a été arrêté le 18 Décembre 2008 rue de l’Académie, à Athènes après avoir été frappé de façon aveugle par les forces spéciales de la police, selon des témoins et des journalistes qui étaient sur place.

    Il a été placé en détention depuis le 22 Décembre dans la prison de Korydallos, accusé de 3 crimes et 2 délits. Les accusations sont fondées exclusivement sur le témoignage de deux policiers des forces spéciales. Thodoris a nié toutes les accusations depuis le début et il a protesté de son innocence en rédigeant des lettres et en donnant des entretiens aux médias. Toutes ses demandes d’être remis en liberté ont été rejetées à ce jour. Le 9 Juillet la Cour d’appel a ordonné la poursuite de sa détention provisoire pendant 6 mois, en rajoutant plus d’éléments de preuve arbitrairement dans l’acte d’accusation initial, alors que toutes les autres personnes qui ont été en garde à vue, avec des accusations similaires pour les événements de décembre, ont été libérées. Après que toutes les procédures judiciaires en faveur de sa libération aient été rejetées, il a commencé une grève de la faim en prison le vendredi 10 Juillet.

    http://rebellyon.info/Exigeons-la-liberation-immediate.html

     

     

     

     

    Maison du Peuple de Genève

    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Associations 1 commentaire
  • ALERTE emploi 24 août 2009 à 12h rue de la Monnaie près de la place Bel-Air

    Imprimer

    alerte emploi

    24 août 12h-13h

    rassemblement rue de la Monnaie

    près de la place Bel-Air

    24 août 2009 = ALERTE emploi

     

    Pas question de continuer à payer leur crise !

     

     

    Le 24 août 2009 la Ministre confédérale Doris LEUTHARD avec le secrétariat à l’économie (seco) convoque - à Boudry dans le canton de Neuchâtel - des «spécialistes» pour une journée de réflexion sur l’employabilité et pour répondre à la question: comment mettre à profit la crise?

     

    Que peut-il bien en sortir pour les travailleuses et les travailleurs ?

    RIEN, car la cheffe de l’économie avoue au GHI «je n’ai pas de boule de cristal» et prétend faire confiance au «système suisse» en préconisant «discipline personnelle et dynamisme économique» ; elle laisse ainsi toute latitude aux Thomas Daum (directeur de l’Union patronale suisse) qui annoncent clairement la couleur: «ça ira mal à la rentrée, des décisions comme celle de Frank Muller, il y en aura certainement une par mois».

     

    Alors que l’on pourrait s’attendre à d’autres «mesures», l’orientation du seco persiste cependant dans la conception libérale qui affirme : «la crise est aussi une chance de réorganiser notre économie»...

     

    alerte emploi

    24 août 12h-13h

    rassemblement rue de la Monnaie

    près de la place Bel-Air

     

     

     

    Comment réorganisent-ils «notre» économie ? Avec un soutien sans  limites aux banquiers ; en renonçant à tout contrôle sur les activités des affairistes ou spéculateurs ; en favorisant la concentration des opportunités de profit ; en limitant l’accès aux crédits pour provoquer des faillites ; en délocalisant la production ; en transformant certains services publics en société anonyme ; en bousillant les

    socles de nos assurances sociales ! etc.

     

    Pour tenter de sortir de leur crise, le Conseil fédéral et les capitaineries patronales cherchent, encore une fois, à réduire par tous les moyens le«coûtdu travail». 24

     

    Nous nous opposons fermenent à ces choix politiques qui visent àreplâtrer le «système» en reportant tout le poids de ses contradictions

    sur les seuls salairé-e-s.

     

    Aux excès d’individualisme et d’exploitation, nous opposons notre action unie et solidaire : nous n’allons pas les laisser faire!

     

    C’est pourquoi nous organisons aujourd’hui un rassemblement ALERTE pour l’emploi qui s’inscrit dans la préparation de la manifestation convoquée par les deux centrales syndicales nationales (Union syndicale suisse et Travail.Suisse) à Berne du 19 septembre 2009.

     

    A Genève, une large coalition de syndicats, mouvements sociaux et

    partis politiques appellent également à manifester pour exiger:

     

    La création et la garantie des emplois pour répondre  aux besoins des plus démunis

     

    • Non aux licenciements, notamment dans les entreprises qui

     

    continuent à faire des bénéfices ou qui bénéficient d‘aide étatique, de

     

    rabais fiscaux ou du chômage partiel ;

     

    • Pour le maintien du pouvoir d’achat par une hausse des salaires et

     

    l’instauration d’un salaire minimum légal ainsi que le refus de toute

     

    forme de précarité et de sous-enchère salariale.

     

    Un véritable plan de sauvegarde des travailleurs-euses en lieu et place des cadeaux aux spéculateurs

     

    • Pour l’augmentation des prestations de chômage et de leur durée à

    540 jours et l’abolition des délais d’attente ;

     

    • Pour le maintien des rentes (LPP et AVS), et de mesures

    d‘assainissement à la charge des employeurs.

     

     

     

     

    Une large mobilisation des salarié-e-s est aujourd’hui une nécessité ! Nous vous invitons à une première action d’envergure...

     

    tous à la manifestation nationale à Berne le 19 septembre 2009

     

    rassemblement place du Molard à 8h30, puis déplacement en cortège jusqu’à Cornavin pour le train spécial de 10h51

    inscription en ligne à

     

    http://www.cgas.ch/SPIP/spip.php?article1301

    as question de continuer à payer leur crise!

    Premiers signataires : Communauté genevoise d’action syndicale CGAS avec notamment APC, Comedia, Communication, SIT, SSP/VPOD, Syna, Unia, puis solidaritéS, Parti socialiste genevois PSG, Parti du Travail PdT, Attac, Cartel intersyndical du personnel de l’Etat et du secteur subventionné, Gauche anticapitaliste, IGIF (Fédération des travailleurs immigrés kurdes de Suisse), Les Communistes, Association « 25 de Abril » de Genève, Jeunesses socialistes, United Black Sheep, Maison du Peuple de Genève, Comité du FSL, Mouvement pour le socialisme MPS, Comité Interdiction des Licenciements

     

    Lien permanent Catégories : Associations 0 commentaire
  • Le Musicien Arménian Aram TIGRAN n'est pas enterré à Diyarbakir !

    Imprimer

    Le Ministère turc de l’intérieur a refusé de délivrer l’autorisation nécessaire pour réaliser le dernier souhait d’Aram Tigran. Ce musicien qui avait souhaité à sa mort se faire enterrer à Amed/Diyarbakir (Dikranakert en arménien)), n’as pas pu en raison de son ethnie et de la langue de ses musique.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 2 commentaires
  • Campagne de signature pour Güler ZERE !

    Imprimer

     

    Campagne de signature pour Güler ZERE

    Maison du Peuple de Genève vous invite a cliqué sur le lien ci-dessous pour signer une petition en faveur de Libération de Madame Güler ZERE !

    S’il vous plaît

    Un seul clic suffit

    http://gulerzere.blogspot.com/

     

     

     

    Appel urgent pour sauver la prisonnière politique Güler Zere

     

    laha_kemoterapi.jpg


    Güler Zere, 37 ans, prisonnière politique incarcérée depuis 14 ans, atteinte d'un cancer terminal.


    Dans les prisons de Turquie où règne le modèle de l’isolement et du traitement (un euphémisme qui désigne le programme de dressage des prisonniers politiques, NDT), une détenue est sur le point de mourir. Bien que la Turquie ait signé toutes les conventions internationales relatives à la protection des droits de l’homme et du prisonnier, les violations des droits du détenu et la mort y sont légion. D’après les organisations humanitaires indépendantes, en Turquie, 306 personnes seraient mortes dans les centres d’enfermement de 2000 à 2009. La nouvelle proie du régime carcéral en Turquie est à présent une prisonnière politique dénommée Güler Zere, âgée de 37 ans et privée de liberté depuis 14 ans.



    Après avoir été condamnée par la Cour de sûreté de l’Etat (DGM) de Malatya, Güler Zere avait été incarcérée à la prison de Elbistan. C’est là que son cancer avait été diagnostiqué. Si elle a l’article de la mort aujourd’hui, c’est parce que son cancer n’a été dépisté que tardivement et que le traitement de sa maladie s’est heurté aux prétextes du « chacun son tour » et du « manque de place ».



    Etant entendu que « l’effet accru de la douleur et du chagrin inhérents à la peine »  produits par une « longue privation de liberté » constituent en soi un mauvais traitement, il n’est pas nécessaire de recourir activement à un pareil traitement pour causer du tort à un détenu. Dans l’application de la peine, une indifférence entraînée par « une insuffisance généralisée ou par un enchaînement de négligences individuelles » peut aboutir aux mêmes conséquences. L’échec et l’indifférence observés lors du traitement médical doivent par conséquent être considérés comme des preuves de mauvais traitements. La direction pénitentiaire a en effet affiché une indifférence totale de sorte que la maladie de la prisonnière a atteint un point de non-retour. Par conséquent, les articles 2 et 3 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) qui garantissent respectivement le « droit à la vie » et l’interdiction « de la torture, des peines ou traitements inhumains ou dégradants » ont été gravement bafoués.




    L’article 16 de la loi 5275 sur l’application des peines et des mesures de sécurité prévoit l’annulation de la peine si ses effets outrepassent les buts qui caractérisent cette peine. D’après le paragraphe 2 de cet article, il y a annulation de l’application de la peine en cas de manque de moyens pour les traitements médicaux ou s’il s’agit d’une maladie nécessitant une hospitalisation prolongée ou encore si le maintien du malade dans le service hospitalier de la prison constitue un danger imminent pour sa vie. C’est précisément ainsi que doivent être considérées la nature de la maladie de Güler ZERE et les négligences rencontrées au cours de son traitement. Malgré cette nécessité impérieuse, à nos jours, nos diverses requêtes sont restées lettre morte.

    Par la présente, nous demandons une nouvelle fois la libération immédiate de Güler ZERE telle que la loi l’y autorise. Toute attitude contraire entraînera inéluctablement sa mort. Nous appelons l’opinion publique à empêcher ce nouveau décès.

     
    Maison du Peuple de  Genève
     
    Demir SONMEZ
     
    Natel : 079 256 30 11
     
    www.assmp.org

     

     

    Actions : Nous vous prions de bien vouloir écrire aux instances onusiennes et aux autorités Turque

     

     

    · President of Turkey, Mr. Abdullah Gül, Cumhurbaskanligi

    06100 Ankara, Turkey ; Fax : +90 312 468 5026 ;

    Email : cumhurbaskanligi@tccb.gov.tr

     

    · Prime Minister, Mr. Recep Tayyip Erdogan, Office of the

    Prime Minister Basbakanlik 06573 Ankara, Turkey,

    Fax : + 90 312 417 0476 ;

    receptayyip.erdogan@basbakanlik.gov.tr

     

    M. Sadullah ERGIN, Ministre de la Justice

    Republic of Turkey

    Ministry of Justice

    06669 ANKARA

    Courriel : sadullahergin@adalet.gov.tr

    Tel : 00 90 312 419 46 69

    Fax : + 90 312 414 62 26

     

    · Ambassador, Mr. Ahmet Üzümcü, Permanent Mission of

    Turkey to the United Nations in Geneva, Ch. du Petit-Saconnex 28b - CP

    271, CH-1211, Geneva 19, Switzerland,

    E-mail : mission.turkey@ties.itu.int,

    Fax : +41 22 734 08 59

     

    · Diplomatic Mission of Turkey to the European Union in

    Brussels, avenue Louis Lepoutre, 99, 1050 Bruxelles, Belgium,

    Fax : + 32 2 340 98 79.

     

     

    · United Nations High Commissionner for Human Rights :urgent-action@ohchr.org

     

     

     


     

    Pour toute correspondance avec Güler ZERE :

     

    Bureau du droit du peuple
    (tayadkomite@hotmail.com, 16 juin 2009)


    Çukurova Üniversitesi Balcalı Araştırma Hastanesi Mahkum

     

    Koğuşu/ADANA

    Ve Karataş Hapishanesi/ADANA 


    Association des familles de prisonniers (TAYAD)

    Güzeltepe Mah.
    Öznur Sok. A Blok

    No: 19 Kat:1 D:2

    Eyüp / ISTANBUL

    Tel/Fax: +90 (0) 212 231 57 73

    Courriel : hucreiskencedir@yahoo.com ; tayadkomite@hotmail.com

     

     

    www.assmp.org

     

    Lien permanent Catégories : Associations 3 commentaires
  • Libération du groupe de Zahra

    Imprimer

    Libération du groupe de Zahra

     

    Liberté pour les embastillés de Marrakech !

     

     

    Ils ont été arrêtés en mai 2008, emprisonnés à la prison de Boulmharez à Marrakech, sauvagement torturés par la police pour avoir protesté contre les mauvaises conditions de vie et d’études. La police s’est acharnée de manière particulièrement abjecte sur Zahra Boudkour, la seule fille du groupe. Le 11 juin ils ont entamé une grève de la faim de 46 jours à l’issue de laquelle plusieurs d’entre eux étaient dans le coma.. Un procès en appel a eu lieu le 4 août : leur détention a été prolongée. Depuis les procès sont ajournés de mois en mois …

     

     

    Libération du groupe de Zahra

    Maison du Peuple de Genève vous invite a cliqué sur le lien ci-dessous pour signer une petition en faveur de Libération du groupe de Zahra !

    Un seul clic suffit

    http://www.cyberacteurs.org/actions/lettre.php ?id=421

     

    Voilà bientôt 15 mois qu’ils subissent une détention injuste et injustifiée, que les droits de l’homme y sont bafoués, que le pouvoir qui ose parler de « marche vers un Etat de droit » s’abaisse à harceler et mépriser la jeunesse qui est l’avenir du pays. Le dernier procès a eu lieu le 28 mai. Leurs familles ont voulu y assister. Elles ont été tabassées, humiliées, menacées de viol…

     

     

    Zahra est très malade, elle souffre d’une maladie gynécologique à la suite d’un viol à la matraque. On lui refuse le droit d’être examinée par un gynécologue. Le doyen de la fac s’acharne à lui faire échouer ses examens qu’elle tente de préparer malgré son état...

     

    A bout de force elle se remet en grève illimitée de la faim. Plutôt mourir que subir ces humiliations !

     

    "Pendant les années les plus noires du protectorat, pendant les années les plus dures du règne de Hassan II, un tel acharnement contre des prisonniers d’opinion et leurs familles était inconcevable.." Khalid Jamaï.

     

    Merci de votre mobilisation pour tenter d’obtenir leur libération.

     

    http://azls.blogspot.com/2009/06/liberte-poru-les-embastilles-de.html

     

    Prénom, Nom

    Profession :

    Adresse :

    code postal Localité :

     

    Monsieur le Premier Ministre,

     

    Monsieur le Ministre

     

    Je me joins à Solidarité Maroc 05 pour protester vivement contre la longue détention de 11 étudiants de Marrakech du groupe de Zahra toujours détenus à la prison de Boulmharez et demande aux autorités de procéder d’urgence à leur libération .

     

    Dans l’attente de vous lire, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma vigilance citoyenne

     

    Signe

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Associations 2 commentaires
  • 25 journalistes dans les prisons turques à l'anniversaire de l'abolition de la censure

    Imprimer

    25 journalistes dans les prisons turques à l'anniversaire de l'abolition de la censure

     

    La plate-forme de solidarité des journalistes Emprisonné (TGDP) rappelés à l'occasion du 101ème anniversaire de l'abolition de la censure en Turquie que 25 journalistes et auteurs étaient toujours dans les prisons de ce pays le 24 juillet 2009.
     
    La liste ci-dessous indique les noms de 25 prisonniers avec la mention des médias pour lesquels ils avaient fonctionné et la prison où ils sont gardés :


    1) M. İbrahim ÇİÇEK, écrivain-journaliste et éditeur responsable de l’hebdomadaire Atılım, la prison type-F à Tekirdag ;

     

    2) M. Sedat ŞENOĞLU, écrivain-journaliste et coordonateur d’édition de l’hebdomadaire Atılım, la prison type-F à Edirne;

     

    3) Mme Füsun ERDOĞAN, coordonatrice générale des émissions de la radio libre (Özgür Radyo), la prison spéciale à Gebze ;

     

    4) M. Ziya ULUSOY, journaliste à l’hebdomadaire Atılım, la prison type-F à Tekirdag ;

     

    5) M. Bayram NAMAZ, journaliste à l’hebdomadaire Atılım, la prison type-F à Edirne ;

     

    6) Mme Hatice DUMAN, directrice et propriétaire de l’hebdomadaire Atılım, la prison spéciale à Gebze ;

     

    7) M. Behdin TUNÇ, correspondant de l’agence DİHA, la prison type-D à Diyarbakir;

     

    8) M. Faysal TUNÇ, correspondant de l’agence DİHA la prison type-D à Diyarbakir,;

     

    9) M. Ali BULUŞ, correspondant de l’agence DİHA, la prison type-M à Karaman-Ermenek ;

     

    10) M. Mehmet KARAASLAN, employé administratif du quotidien Gündem, la prison type-M à Karaman-Ermenek ;

     

     

    11) M. Mahmut TUTAL, employé administratif du quotidien Gündem,la prison type E d’urfa ;

     

    12) M. Erol ZAVAR, directeur et propriétaire de l’hebdomadaire Odak,la prison type F d’Ankara ;

     

    13- M. Mustafa GÖK, correspondant de l’hebdomadaire Ekmek ve Adalet, la prison type F d’Ankara ;

     

     

    14) M. Barış AÇIKEL, Editeur responsable et propriétaire de l’hebdomadaire İşçi Köylü Gazetesi,; La prison type F kandira à Kocaeli

     

    15) Aylin Duruoğlu, Editeur de Vatan on-line, la prison enfantine des féminine à Bakırköy

    16) M. Erdal GÜLER, ancien directeur de Devrimci Demokrasi Gazetesi ; la prison type E à d’Amasya

     

    17) M. Hasan ÇOŞAR, écrivaine de l’hebdomadaire Atılım, la prison type-F à Sincan ;

     

    18) Mme Mine ÖZALP, ancien-employé administratif de la radio libre (Özgür Radyo) ,la prison type-T à Bakirköy;

     

    19) Ahmet Birsin, Coordonateur  générale de Gün TV, la prison type D Tipi à Diyarbakır ;

     

    20) Mehmet Yeşiltepe, employé administratif du mouvemente de révolutionnaire, la prison à Metris



    21) Mme. Nadiye GÜRBÜZ coordinatrice d’édition de la radio libre (Özgür Radyo), la prison type-T à Bakirköy;

     

     

    22) M. Abdurrahman GÖK, correspondant de l’agence DİHA ; la prison type E  à Siirt

     

    23) M. Şafak GÜMÜŞSOY, ancien- éditeur responsable de l’hebdomadaire Mücadele Birliği,la prison d’Amasya

     

    24) Bayram Parlak, Mersin correspondant du quotidien Gündem, la prison type-M à Karaman-Ermenek;

     

    25- Metin Bulut, Publieur et editeur de la revue Yürüyüş, la prison à Metris

    Source : Platform de solidarité avec les journalistes emprisonnés

    e-mail: tutuklugazeteciler@mynet.com
    gsm: 90-535929 75 86
    Fax: 90-212-514 68 77

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Demir SÖNMEZ

    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire