20/02/2010

Turquie : prison pour les enfants

AUX DEPUTES-ES DU PARLEMENT EUROPEEN, AUX ORGANISATION INTERNATIONALE,

AUX DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME

AUX MEDIAS ET A LA PRESSE


Turquie : enfer pour les enfants


La Maison populaire de Genève est vivement préoccupée par l’incarcération et la condamnation massive d’enfants kurdes « lanceurs de pierre », arrêtés lors des manifestations publiques.

En effet, suite à la modification de la loi antiterroriste (loi n° 3713) en 2006, des mineurs sont poursuivis en justice au même titre que des adultes devant les Cours d’assise.

 

Selon la branche d’Adana de l’Association des Droits de l’homme de Turquie (IHD), en 2009, 3155 enfants entre 13 et 18 ans ont été arrêtés à Adana.

Selon la branche de Diyarbakir de l’IHD, en 2009, 1300 enfants ont été arrêtés à Diyarbakir.

Selon les informations des organisations de défense des droits de l’enfant, on compte actuellement dans les prisons turques 2814 enfants incarcérés dont certains sont condamnés à des lourdes peines. Ces milliers d’enfants sont jugés dans des Cours d’assises en vertu de la loi anti-terroriste « pour être membre » ou « pour avoir créé une organisation terroriste » !

A titre d’exemples, en octobre 2009, 97 enfants ont été condamnés au total à 440 ans de prison par la Cour d’assise d’Adana.

Au cours de 2009, le nombre des enfants kurdes condamnés notamment dans les provinces kurdes s’élève à 177. Ils ont été jugés dans 42 procès en vertu de la Loi anti-terroriste et condamnés à l’emprisonnement pour un total de 772 ans, 2 mois et 26 jours.

Ces condamnations n’ont rien perdu de leur intensité en 2010.

Le 28 janvier 2010, la Cour d’assise de Diyarbakir a condamné B. S. (15 ans) à 8 ans de prison pour avoir commis des « crimes au nom d’une organisation terroriste ».

Le 12 février 2010, la Cour d’assise de Diyarbakir a condamné C. E. (14 ans) à 5 ans de prison pour être « membre d’une organisation illégale ».

Selon la branche de Mardin de l’IHD, 100 ans de prison ont été requis contre 13 enfants détenus actuellement à la prison de Midyat (Mardin).

A noter que, outre ces arrestations et condamnations inadmissibles, selon les organisations de défense des droits de l’homme de Turquie, 372 enfants kurdes ont été tués par les forces de l’ordre durant ces 20 dernières années en Turquie.

Voilà le traitement réservé aux enfants par un Etat (Turquie) qui a pourtant ratifié la Convention internationale sur les droits de l’enfant (1989).

En tant que Maison populaire de Genève, nous vous appelons à intervenir d’urgence auprès des autorités turques en leur demandant :

· la libération immédiate des enfants emprisonnés ;

· le respect et l’application des engagements de la Turquie en vertu du droit international en matière des Droits de l’homme, en particulier la Convention internationale sur les droits de l’enfant, tout en retirant ses réserves concernant les articles 17, 29 et 30 de cette Convention.

En vous remerciant d’avance de toutes les démarches que vous entreprendrez dans ce sens, nous vous prions de recevoir, Madame et Monsieur nos salutations distinguées.

 

Actions : Nous vous prions de bien vouloir écrire aux instances onusiennes et aux autorités Turque :

 

President of Turkey, Mr. Abdullah Gül,

Cumhurbaskanligi

06100 Ankara, Turkey

Fax : +90 312 468 5026

Email : cumhurbaskanligi@tccb.gov.tr

Prime Minister, Mr. Recep Tayyip Erdogan,

Office of the Prime Minister

Basbakanlik 06573 Ankara, Turkey,

Fax : + 90 312 417 0476

receptayyip.erdogan@basbakanlik.gov.tr

Deputy Prime Minister and State Minister for Humman

Rights,

Mr. Cemil Çiçek

Fax : 00 90 312 417 42 06

Interior Minister

Mr. Beşir Atalay

Içisleri Bakanligi

06644 Ankara

Turkey

Fax : + 90 312 418 17 95 +90 312 418 7696

besir.atalay@icisleri.gov.tr

Justice Minister

Mr. Sadullah ERGİN

Adalet Bakanligi

06659 Ankara

Turkey

Fax : + 90 312 414 62 26

Foreign Minister and State Minister for Human Rights,

Mr. Ali Babacan

Basbakanlik

06573 Ankara

Turkey

Fax : +90 312 287 88 11

Ambassador, Mr. Ahmet Üzümcü, Permanent Mission of

Turkey to the United Nations in Geneva

Ch. du Petit-Saconnex 28b - CP271

CH-1211, Geneva 19

Switzerland

E-mail : mission.turkey@ties.itu.int

Fax : +41 22 734 08 59

OHCHR - Bureau

Haut-Commissariat aux droits de l’homme

Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l’homme

Madame Navanethem Pillay

Palais Wilson

52 rue des Pâquis

CH-1201 Genève

Suisse

Committee on the Rights of the Child (OHCHR)

Madame Maja Andrijasevic-Boko

 

8-14 Avenue de la Paix

1211 Genève 10

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

 

 

 

16:51 Publié dans Solidarité | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

Commentaires

Cher Monsieur,

Certes il faudrait trouver une solution pour ces enfants, avec des éducateurs à la clé, mais croyez-moi, je suis au courant de bien des crimes qui ont étaient commis par des enfants au Moyen Orient, souvent sur l'incitation d'aînés, en lançant des pierres sur les passants, manifestants et autres. Ne pas les punir c'est leur donner la voie libre, car ils ont tués des gens ainsi en toute connaissance de cause. Il s'agit là du droit pénal Monsieur. Je connais des familles, qui ont perdus une mère,ou un père, d'autres qui ont étaient sévèrement blessés, paralysés à vie,et d'autres enfants qui en patissent aujourd'hui, parce qu'ils ont perdus leur parents par la faute de ces enfants ciminels et ne se sont jamais remis. Les enfants criminels doivent obligatoirement être puni pour leurs actes,et être suvis par des éducateurs, dans des établissement spécialisés, naturellement pas des prisons, mais pour l'instant il n'y a pas de structures à ma connaissance pour cela dans certains pays, mais l'impunité totale JAMAIS. Désolé Monsieur, les droits de l'enfant ne sont pas de tué en toute impunité. Qu'en faites vous des frateries qui ont perdu leur vie de famille par la faute de ces soit disant enfants? Croyez-moi, si les policiers attrapent quelques uns, beaucoup restent introuvables à ce jour, et la langue de bois dans certaines contrés est de mise. Beacoup ne sont pas jugés pour leurs horribles crimes et ne seront jamais trouvés, ce qui leur donnera quartier libre ainsi pour continuer leurs actes criminels. Ils s'agit là d'ENFANTS CRIMINELS, et non pas d'enfants tout court et le droit pénal doit être mis en exergue.

Écrit par : Esméralda | 21/02/2010

Vous menez une très bonne action . Bravo , agissons ensembles contre ces condamnations "terroristes" et inadmissibles contre des enfants.

Écrit par : IZOULI - AYDIN | 05/04/2010

Je soutiens votre action noble. Mettre ses enfants en prison c'est se tirer une balle dans le pied. La turquie ne fait qu'iriter une plaie qui saigne depuis des années.

Écrit par : bari | 10/04/2010

Les commentaires sont fermés.