25/05/2010

Soutien aux grevistes de l’huicoma (Huilerie Cotonnière du Mali)

Déclaration du Parti SADI sur la grève illimitée de la faim des travailleurs de HUICOMA Les travailleurs licenciés et non licenciés de HUICOMA ont entamé à partir du lundi 10 mai 2010 à la Bourse du Travail une grève illimitée de la faim.

Cette ultime action est le résultat du refus délibéré des autorités à respecter les engagements qu’elles ont pris lors des négociations avec l’Union Nationale des Travailleurs du Mali autour des revendications des travailleurs de HUICOMA.

Ceux-ci ont fait montre d’un sens de responsabilité et de maturité, usant des voies légales et pacifiques pour dénoncer avec propositions alternatives, les effets sociaux de cette privatisation, anti démocratique et non transparente d’un bien public au profit d’une élite économique improductive et parasitaire. Les conséquences sur la population, particulièrement sur les familles des travailleurs de Huicoma et l’économie du pays sont dramatiques.

A ce sens de responsabilité et de la mesure des travailleurs de HUICOMA, l’Etat leur a opposé la politique de fuite en avant, l’irresponsabilité et le mépris doublés de cynisme. Le Premier Ministre Modibo Sidibé a rejeté d’un revers de la main le paiement des indemnités négociées du Plan social et l’Administration provisoire sous le fallacieux prétexte de voir le Gouvernement assigné en justice par le groupe TOMOTA et complices - qui n’ont jamais respecté les clauses du protocole d’accord de cession de HUICOMA qu’il a signé avec l’Etat ?

Comment l’Etat peut-il craindre quelqu’un qui aurait dû se trouver entre les quatre murs de la prison de Bamako Coura pour n’avoir jamais respecté un seul article du cahier de charge malgré les multiples avantages qu’on lui a accordé (non paiement des taxes pendant 08 ans, exonérations douanières, baisse du prix de la graine de coton, cession de HUICOMA à 09 milliards de FCFA alors que son prix normal de cession est estimé à plus de 20 milliards de FCFA), qui n’a réalisé aucun investissement et n’a élaboré aucun plan social dans les 60 jours qui ont suivi le transfert des actions qui a eu lieu le 02 juin 2005 ?

Où se trouve la crédibilité d’un Gouvernement qui se dédie en permanence sous prétexte de ne pas décourager les investisseurs, lesquels n’ont d’autres desseins que de s’enrichir et vite au détriment des travailleurs ?

Cette croyance aveugle aux prescriptions néo libérales du marché a mis notre pays dans une situation de crise sociale particulièrement aiguë (grève illimitée des enseignants du Supérieur depuis plus de 2 mois , grève de 12 jours des contractuels des ordres de l’enseignement, mécontentement grandissant des autres secteurs sociaux, crise alimentaire au Nord, paysannat de plus en plus mécontent des nouvelles formes d’expropriation de terres à travers la prescription néolibérale de bail emphytéotique, déni de justice…).

La connexion de ses pratiques d’appauvrissement ne fait que pousser un nombre important des jeunes à la migration forcée ou des travailleurs en grève de la faim. En fait, Les travailleurs de HUICOMA ont démonté en pièces les mécanismes de gestion du Groupe Tomota à travers le non-paiement des salaires et cotisations INPS entraînant l’arrêt des prestations de la structure ; la non régularisation de la situation administrative des travailleurs ; la signature de contrats fictifs avec une société américaine portant sur près d’un milliard de FCFA qu’il a prélevé sur les comptes de HUICOMA ; le détournement des exonérations au profits d’activités qui ne rentrent pas dans la gestion de la société etc

Comment l’Etat peut-il avoir peur d’un tel opérateur indélicat qui a établi son incapacité managériale et financière à rendre viable cette entreprise stratégique ? L’Etat est-il au service du groupe Tomota et alliés ou de la défense des intérêts supérieurs du Pays ?

Le Parti SADI condamne fermement la duplicité du Gouvernement qui assumera entièrement les conséquences de la grève illimitée de la faim observée par les dignes travailleurs de HUICOMA ;

Réaffirme son soutien total à la lutte des travailleurs de HUICOMA et à leurs revendications.

Invite tous ses militants ainsi que l’ensemble des citoyens maliens à apporter leur soutien actif à la lutte populaire des Travailleurs de HUICOMA jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications ;

Invite tous les travailleurs du Mali à se mobiliser derrière les grévistes de HUICOMA jusqu’à la reprise publique de cette entreprise des mains des prédateurs.

 

Bamako le 12 mai 2010

Le Bureau National

Le Secrétaire à la Communication

Nouhoum Keita

 

Solidarité Africaine Pour la Démocratie et L’Indépendance (S.A.D.I)

Rue : 255 Porte : 50 Djélibougou Bamako BP : 3140

Tel : 20 24 21 01/ 66 72 89 00

Site Web : www.partisadi.org

E-mail : partisadi@yahoo.fr


 

Soutien aux grevistes de l’huicoma (Huilerie Cotonnière du Mali)

lettre ouverte au Président de la République HUICOMA

 

Excellence Monsieur le Président ; La grève de faim est l’ultime recours des travailleurs licenciés et non licenciés de l’HUICOMA, qui occupent la Bourses du Travail depuis le 10 novembre 2009 dans le cadre de la revendication de leurs droits, suite à la cession de cette entreprise au Groupe TOMOTA.

Enclenche le lundi 10 mai 2010, cette épreuve est un cri de détresse ainsi qu’une interpellation qui ne devrait laisser indifférent(e), aucune malien(ne). Jamais auparavant la lutte de nos concitoyens pour leurs droits n’a revêtu cette forme qui met en péril leur vie. Ce drame s’inscrit dans le contexte de la commémoration du cinquantième anniversaire de l’accession de notre pays à l’indépendance qui nous impose le devoir d’être rigoureux et solidaire notamment envers les groupes les plus vulnérables.

Monsieur le Président

La résistance et les revendications des travailleurs de l’HUICOMA s’inscrivent dans le contexte de crise systémique qui remet en cause le model néo-libéral qui a contraint notre pays à se débarrasser des secteurs stratégiques de notre économie. Nous avons le droit d’être audacieux au plan politique, intellectuel et social en innovant la gestion d’une entreprise comme celle de HUICOMA quand le repreneur se révèle incapable de respecter les clauses du cahier de charges.

Ignorer ou banaliser la grève de faim de nos concitoyens n’est pas acceptable ni moralement ni politiquement ni humainement.

Mais Monsieur le Président, les travailleurs de l’HUICOMA ne sont pas que les victimes d’une privatisation qui participe à la désindustrialisation et à la paupérisation de notre pays au profit d’une petite élite économique et politique. Les travailleurs de l’HUICOMA s’identifient a leur outil de travail. Ce sont des citoyens consciencieux qui veulent participer au sauvetage de l’un des maillons de notre industrie qui, gérée avec la rigueur et la transparence nécessaires peut contribuer encore comme au paravent à la relance économique à travers l’emploi, le revenu et la fourniture des produits de consommation de premières nécessités et de qualités : Huile, Savon, aliment pour bétail.

Monsieur le Président

Nous, acteurs sociaux, religieux, politique et culturels de cette lettre ouverte, proposons les mesures d’urgence suivantes :

· La protection des travailleurs en danger de mort en respectant le plan social élaboré par l’UNTM en faveur des travailleurs de l’HUICOMA et convenu avec l’Etat ;

· Le paiement des arriérés de salaires ;

· La nomination d’un administrateur provisoire en accord avec les travailleurs de HUICOMA en attendant la définition des modalités de réhabilitation de l’HUICOMA dans le sens des intérêts du peuple Malien, c’est-à-dire l’emploi, le revenu et les produits de qualités ;

· La mise en place d’une commission d’enquête indépendante sur les conditions de la cession de l’HUICOMA au groupe TOMOTA et de sa gestion.

Avec l’espoir que vous réaliserez l’urgence d’une réaction immédiate de votre part devant la dramatique situation qui motive la présente lettre, nous vous prions Monsieur le Président de la République de bien vouloir accepter l’expression de notre très haute considération.

Bamako le 13 mai 2010

Ont signé N° Structure 1 SADI (Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance) 2 FORAM (Forum pour un autre Mali) 3 UCADDDD (Union des Coordinations des Association pour le Développement et la Défense des Droits des Démunis) 4 AME (Association Malienne des Expulsés) 5 Forum des OSC (Forum des Organisations de la Société Civile) 6 CAD-Mali (Coalition des Alternatives Dette et Développement) 7 MOURASMA (Mouvement des Rastas du Mai) 8 SANFIN 9 Radio Kayira 10 ARCOM 11 ONG MEDS SAPECOM 12 ATVR 13 Union régional des retraités de Koulikoro 14 Union régional des personnes âgées de Koulikoro 15 MSV (Mouvement des Sans Voix) 16 Présidente des Veuves et orphelins 17 Association d’Entraide des femmes pour le développement 18 Réseau Etrange Rencontre 19 ONG OMADI 20 APELD Mali

18:54 Publié dans Solidarité | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci de nous rendre avec autant de vigueur la situation au Mali.
Cette grève est fondamentale pour faire basculer un système en place complètement aberrant et démontrer que chacun a droit à sa place dans n'importe quel lieu du globe.
Evidemment, le gouvernement est en cause. Il devrait y avoir aussi une autorégulation entre les entrepreneurs - qui forment une espèce de confrérie - dans ce sens que des responsables d'autres industries viennent faire sentir aux grands dissidents l'horreur de leurs attitudes.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 25/05/2010

Il est fondamental que chacun ait droit à la reconnaissance.

Écrit par : STAEGER | 26/05/2010

Merci de ces excellentes informations.
A ce jour les grévistes de HUICOMA viennent d'arrêter leur grève de la faim. Les négociations ont repris. Elles seront forcément difficiles, nous déclare le député de l'opposition Oumar Mariko, puisque depuis près de 15 ans tous les secteurs industriels gérés par l'Etat ont été ou sont en voie de privatisation. Le cas le plus tragique étant actuellement celui de la dépossession des terres - qui appartiennent par tradition aux communautés paysannes et assurent depuis des siècles leur survie - au profit des nouvelles fortunes maliennes ou internationales.

Écrit par : woodtli chantal | 27/05/2010

Les commentaires sont fermés.