06/09/2010

Intervention de Rémy Pagani, Conseiller administratif de la Ville de Genève qui soutient les grévistes d’ISS Aviation à l’Aéroport International de Genève (AIG)

Intervention de Rémy Pagani, Conseiller administratif de la Ville de Genève qui soutient

les grévistes d’ISS Aviation à l’Aéroport International de Genève (AIG)

 

 

Remy Pagani.jpg

 

 

 

Chères amies, chers amis,

Camarades

Quoi qu’en disent les employeurs de ISS et le Conseil d’Etat, le problème mis en lumière par cette grève est une opération de sous enchère salariale, organisée sur les plus bas salaires d’un personnel presque exclusivement féminin.

Deux conventions collectives subsistaient avant la décision unilatérale des responsables de l’entreprise ISS de dénoncer ces contrats collectifs au profit de contrats individuels. La première, issue de la filialisation du groupe Swissair en de multiples entités notamment Swissport, qui elle-même a sous-traité à HASCO puis à ISS, le nettoyage des avions, et la seconde convention qui visait à canaliser le travail effectué par une majorité d’auxiliaires engagés à l’heure pour contourner la première convention collective.

A terme, en ne reconduisant pas la convention collective de travail cette entreprise tente de soumettre l’ensemble de son personnel aux conditions sociales et salariales les plus basses qu’elle offre, soit la convention collective du nettoyage alors que les conditions de travail du personnel qui nettoie les avions sont autrement plus complexes et astreignantes. Ceci est inacceptable et nous devons nous engager à y mettre un terme, le Conseil administratif avec moi sommes avec vous les grévistes et votre organisation syndicale. Les mesures de «réduction de coûts» par l’entreprise ISS, comme en ont été victimes les salarié-e-s d’ISS à Cointrin, servent à préparer le terrain pour un juteux lancement en bourse d’ISS par ses propriétaires.

Il faut savoir que la Ville de Genève attribue régulièrement des travaux à l’entreprise ISS en exigeant qu’elle se soumette aux conventions collectives qui régissent les métiers qu’elle fait exercer par le personnel qu’elle emploie, notamment le nettoyage des abris bus pour le Département des constructions et de l’aménagement.

.

Pour cette année

 

2010 : 250'208 CHF (à ce jour) soit environ 500'000 CHF

2009 : 319'604 CHF

et plus particulièrement le Département des constructions et de l’aménagement que j’ai l’honneur de présider :

2010:100'869CHF
(à ce jour y compris les abris bus représentant 12'057 CHF/mois)

2009 : 37'107 CHF

 

Il n’est pas tolérable que nous poursuivions dans la durée nos relations contractuelles avec cette entreprise alors qu’elle pratique, qui plus est dans une régie publique comme l’Aéroport, le dumping salarial.

 

 

P1020677.JPG

 

 

Notre alternative (PS, Vert, AGT) s’est toujours déclarée opposée à la sous enchère salariale. Le risque que nous prenons c’est de voir des partis politiques populistes s’emparer de cette problématique pour exiger des mesures racistes et xénophobes contre les travailleuses et travailleurs étrangers qui accepteront à terme de travailler à moindre coût. Nous devons donc être intransigeants quant au respect des conventions collectives. C’est une question de positionnement politique décisif en faveur de la protection des travailleuses et travailleurs, qui s’impose indépendamment de cette période pré-électorale.

Nous avons donc décidé d’envoyer une lettre destinée à l’entreprise ISS en l’invitant à maintenir les conventions collectives de travail qui existent à ISS Aviation depuis quinze ans ou, à défaut, de faire appliquer la convention collective de travail de Swissport, qui détient la concession et fait sous-traiter le nettoyage des avions par ISS Aviation

Nous avons encore décidé d’adresser une lettre destinée au Conseil d’Etat qui est responsable de la politique salariale menée par l’Aéroport International de Genève pour qu’il impose à Monsieur François Longchamp Conseiller d’Etat et président du Conseil d’administration de l’AIG d’inviter Swissport à changer de sous-traitant et de faire appliquer par le repreneur les conditions de la convention collective de travail de Swissport.

Enfin si dans les 15 jours des mesures ne sont pas prises pour mettre fin à ce conflit de travail d’entamer immédiatement une procédure de désengager de la Ville de ces rapports contractuels avec l’entreprise ISS.

Il nous faut être déterminé dans cette lutte et nous sommes à vos côtés, non au dumping salarial, non à la xénophobie non au racisme, tous unis nous sommes fort.

 

Rémy Pagani, Conseiller administratif de la Ville de Genève

Genève le, 02 août 2010

 

16:32 Publié dans Solidarité | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.