20/01/2011

187.000 femmes partagent leur mari avec une seconde épouse

En Turquie, pays musulman mais laïc qui aspire à intégrer l'Union européenne, 187.000 femmes partagent leur mari avec une deuxième épouse, par le biais d'un mariage religieux, alors que la polygamie est illégale, selon un rapport dont l'AFP a pu consulter les conclusions mardi.

Cette pratique a cours principalement dans le sud-est de la Turquie, zone pauvre et aux traditions féodales, peuplée majoritairement de Kurdes, mais aussi dans l'ouest industrialisé, précise une étude de deux démographes turques de l'Université ankariote de Hacettepe.

Le rapport a été présenté la semaine dernière à une commission parlementaire sur l'égalité des chances pour les hommes et les femmes.

Une majorité d'hommes prennent une deuxième épouse lorsque la première ne peut pas avoir d'enfant ou qu'elle n'a pas eu de garçon.

Plus de 7 millions de femmes, sur une population totale de 73 millions d'habitants, se seraient mariées sur décision de leur parents, c'est-à-dire par un mariage arrangé, et près de 5,5 millions de femmes se sont mariées avant l'âge légal, qui est de 18 ans, souligne l'étude.

450.000 femmes, pour la plupart dans le sud-est anatolien, sont liées à leur époux par un mariage religieux, en principe interdit en l'absence d'un mariage civil, et ne disposent donc d'aucun des droits conférés à une épouse légitime.

La Turquie a multiplié les réformes en faveur des femmes pour renforcer ses chances d'adhérer un jour à l'UE. Mais en pratique et dans les mentalités, beaucoup reste à faire pour réduire les discriminations dont sont victimes les femmes, selon les organisations féministes. (AFP, 18 jan 2011)

20:42 Publié dans Femmes | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

Commentaires

Finalement, mieux vaut une ou deux bonnes "copines" juste pour le plaisir partagé, loin de sa "paroisse"

Il faut que cet ETAT rende la dignité aux femmes, l'image de la Turquie n'en sera que meilleur.

Écrit par : Pierre NOËL | 21/01/2011

Que peut faire l'Etat pour endiguer cet état de fait si cette coutume populaire est encouragée ou tolérée par les instances religieuses ? Est-ce que les législateurs turques sont-ils prêts à interdire, contrôler et punir la polygamie ?

Écrit par : Sirène | 23/01/2011

que ces messieurs vivent comme ils le désirent chez eux,c'est leur affaire,la liberté de l'un cesse ou celle de l'autre commence,mais de grâce qu'ils divorcent avant de prendre nouvelle femme chez nous,bien souvent celles-ci souffrant d'une immmense détresse affective suite à un veuvage ou un divorce ,car une seconde fois marié ces messieurs oublient -ils qu'ils ont un humain entre les bras ou comparent-ils les femmes Suisses à un ballon de foot?en effet car le divorce prononcé chez nous,ils continuent de harceler ou brimer par téléphone des femmes prises de panique et qui ne trouvent aucun appuis intelligent pour les diriger rapidement vers une assistance juridique afin de mettre un terme à se qui se nomme l'indécence ! peut-être que pour les Turcs et autres mentalités ,car ils ne sont pas les seuls à paralyser d'angoisse,par des menaces d'autres Suisses qui aimeraient continuer leur vie avec ces femmes qui croyait en la sincérité d'hommes étrangers , peut-être que pour ces derniers l'Union Europenne signifie uniquement concubinage et rien d'autre,allez savoir,le code civile a aussi ses exigences dans notre pays!parceque même après un mariage blanc,un homme sans honneur continuera à empécher celle qui croyant bien faire se retrouve prisonnière d'un comportement ignoré de la langue fraçaise pour dire l'ignominie du dit-comportement!le plus ignoble en tous cas pour celles qui ont osé parler c'est d'être mère d'enfants souvent entretenus ensuite par les services sociaux,c'est tout de même un comble!

Écrit par : lovsmeralda | 24/01/2011

Les commentaires sont fermés.