07/02/2011

IRAN-TURQUIE : PEINE CAPITALE ET EXECUTIONS SOMMAIRES

Lettre ouverte


IRAN-TURQUIE : PEINE CAPITALE ET EXECUTIONS SOMMAIRES



Ces derniers temps, l’Etat iranien, toujours « gouverné » par des Ayatollah, de nouveau défraie la chronique avec ses pendaisons d’un autre âge. En effet, depuis le début de cette année, 71 personnes, y compris des prisonniers politiques, ont été exécutées dans ce pays. Le 27 janvier 2011, Farhad Taroum, un prisonnier politique Kurde a été exécuté dans la prison d’Orumieh au Kurdistan d’Iran et quelques jours plus tôt, le samedi 20 janvier 2011, un autre prisonnier politique Kurde, appelé Hossein Khizri a été aussi pendu dans la même prison. 16 autres prisonniers politiques, d’origine kurde, attendent actuellement dans les couloirs de la mort. Si les agissements de l’Etat obscurantiste iranien provoquent, à juste titre, l’indignation de l’Occident, son voisin turc, bénéficie au contraire une sympathie grandissante.


Certes, membre de l’OTAN, de l’OCDE, de l’OSCE, du Conseil de l’Europe, du G20, de la Conférence islamique et candidate à l’adhésion à l’Union européenne, la Turquie « moderne » est un allié important de l’Occident.


Pourtant, malgré son apparence démocratique et la suppression de la peine capitale, la Turquie n’a rien à envier aux pays de mollahs. En effet, les autorités turques ont recours à d’autres méthodes pour éliminer ses opposants : 1748 prisonniers politiques ont été tués au cours de ces dix dernières années sous la torture et/ou par manque de soin. L’an passé, 13 enfants ont été tués sous les balles des forces de l’ordre turques et/ou suite à l’explosion des mines anti personnelles. Pour ne citer que ces deux exemples.

D’un côté, un Etat islamique obscurantiste, de l’autre, un Etat prétendument laïc/démocratique et présenté comme model aux pays musulmans qui pratiquent les mêmes politiques : élimination de toute opposition.


Au nom de ses intérêts « supérieurs », l’Occident soutien des régimes oppresseurs comme la Turquie. Mais, les peuples enverront, tôt ou tard, les criminels et leurs alliés aux  poubelles de l’Histoire comme nous le démontrent les révoltes populaires dans le monde arabe.

 

Genève le, 08 février 2011

Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

Tout don, quel que soit son montant, sera le bienvenu. Il peut

être versé au compte suivant :

BCGE ccp 12-1-2 compte 5021.30.88 – Clearing : 788

E-mail : assmp72@bluewin.chassmp@assmp.org


23:26 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

Commentaires

faite donc un tour dans les prison francaise et apres on se revera... arreter de cracher sans sesse sur la Turquie

Un jour viendra vous aussi demanderait pardon a la Turquie, comme les arabes l'on fait, faite donc une recherche vous trouverais très facilment l'article en question demir

Écrit par : Francois | 08/02/2011

Diminuer la taille du texte Partager
Furl Y! Wists
Blinkbits Wikio Facebook
Google MySpace
Twitter LinkedIn WikioEs


Histoire et repères
Nous présentons nos excuses au grand peuple turc


appât accroché à l’hameçon terminant le fil de pêche que les Alliés avaient laissé tremper dans les eaux troubles du monde arabe était un cadeau enveloppé dans des papiers brillants portant les slogans de l’indépendance, de la libération, de la démocratie et des droits de l’homme : autant de mots ronflants vendus sur tous les marchés d’un monde impuissant, des mots qui leur cassèrent les oreilles mais dont ils furent contents : les Arabes ont poussé des youyous, ils ont dansé leurs dabkés de mariages puis ils sont allés se coucher. Ils ont dormi à poings fermés, faisant de beaux rêves, rassérénés qu’ils étaient par les missives de MacMahon, qu’ils conservaient pieusement dans les poches de leurs dishdashas. Ces lettres étaient de véritables chèques (en bois) libellés en promesses différées jusqu’au moment de l’indépendance et de la création du royaume arabe, à condition qu’ils s’allient avec les Alliés pour en finir avec l’« Homme Malade » de Constantinople.

Les Arabes se sont laissé entraîner par l’idée d’en finir avec le colonialisme ottoman « sanguinaire », ce colonialisme qui pratiquait les exécutions par empalement, et ils se sont rangés aux côtés des pionniers du néocolonialisme occidental opérant dans les pays arabes. Rappelons qu’à l’époque, les deux grandes puissances du moment avaient mis la main sur l’Algérie, puis sur la Tunisie et le Maroc, l’Egypte et le Soudan, ainsi que sur une partie de la Péninsule arabique.

Quatre siècle, exactement, après l’entrée des Ottomans, sous la direction du Sultan Sélim Ier dans le pays de Shâm, et après la défaite des Mamelouks, sous la direction de Qansô Al-Ghûriyy, à la suite de la bataille de Merdj Dâbiq, en 1516, se produisit ce que l’on appela la Grande Révolte arabe contre la Sublime Porte, une révolte emmenée par le Shérif Hussaïn. Les armées de l’Emir Fayçal appuyées par le colonel britannique Lawrence (dit ‘Laurence d’Arabie’, ndt), réussit à chasser l’armée ottomane après avoir pratiqué contre elle un massacre atroce.

Les Arabes se réjouirent bruyamment de cette victoire contre le Khalifat musulman d’Istanbul, puis ils se mirent à se préparer à recevoir leur indépendance et à instituer leur royaume unifié en se fondant sur les lettres de Mac Mahon qui contenaient ces promesses brumeuses auxquelles ils crurent dur comme fer, en dépit de leur intuition bédouine.

Très rapidement, les découvrirent, après la révélation du secret des négociations Sykes-Picot prévoyant le partage de l’héritage de l’« « « Homme Malade » entre la France et l’Angleterre par la Révolution bolchevique de 1917. L’allié colonialiste venait de leur enfoncer un premier « pal », un premier khâzûq, comme on dit en arabe, un khâzûq éternel dont ils ne parviendraient jamais à se libérer, sauf peut-être avec une intervention divine.

Mais, de surcroît, leur soi-disant allié polygraphe mac-mahonien leur fit une nouvelle surprise, alors qu’ils n’avaient même pas encore récupéré toutes leurs facultés après l’horreur de ce premier choc, d’un deuxième khâzûq, plus dévastateur encore que le premier. Un khâzûk encore bien plus difficile à retirer, j’ai nommé la déclaration Balfour et la création de l’Etat juif en Palestine. Cet Etat contre lequel ils n’ont pas encore cessé, jusqu’à aujourd’hui, de se casser les dents, un Etat autour duquel ils s’enlisent jusqu’aux genoux. Mais cette triste comédie n’allait pas s’arrêter là : ces « alliés » qui avaient promis leur indépendance aux Arabes leur réservaient encore un troisième khâzûq, bien dissimulé dans leur poche de veston. Ne le voilà-t-il pas que cet « allié » se fait colonisateur à son tour et impose aux Arabes leur ‘mandat’ en application des dispositions du Congrès de San Remo de 1920 ?!? C’est alors que les Arabes entamèrent leur longue pérégrination douloureuse avec ce que l’« allié occidental » voulait bien leur laisser, une pérégrination qui allait durer peut-être des siècles, allez savoir. C’est alors que les Arabes comprirent que les principes de liberté et de droit à l’autodétermination prônés par Woodrow Wilson n’étaient que de ces chimères et de ces illusions dont l’Occident machiavélique détient incontestablement le secret.

Aujourd’hui, après un siècle de ce calvaire, les Arabes s’interrogent : avons-nous eu vraiment raison de nous allier avec l’Occident contre le Sultanat ottoman ? Ce Sultanat, malgré toutes les critiques qu’on pouvait lui adresser, avait su conserver ses territoires, notamment ses territoires arabes. Lorsque l’on proposa au Sultan Abdülhamid de vendre la Palestine, il a refusé de la vendre, en dépit des offres considérables qui lui furent faites, et il paya en définitive le prix de ce refus obstiné (de vendre la Palestine aux sionistes, ndt) de son propre renversement et de son exil à Malte.

Si nous étions restés fermes sur notre principe de défendre le Califat, et si nous avions soutenu Istanbul dans sa guerre contre les Alliés, aurions-nous souffert de catastrophes pires que celles que nous avons connues ?

Et comment, après toutes ces trahisons de l’Occident, continuer à lui faire confiance ?

Nous devons reconnaître aujourd’hui que nous avons trahi le Califat islamique à Istanbul, et que nous avons été punis par la trahison de nos alliés occidentaux. Aujourd’hui, nous devons dire : « Pardonne-nous, ô, Grand Peuple turc ! » et nous devons imaginer désormais notre avenir en renouant notre alliance avec la Turquie, la Turquie qui est notre voisine et avec laquelle nous lient davantage de liens historiques, religieux et culturels que ce n’est le cas d’aucun autre pays tant au Moyen-Orient qu’au-delà du Moyen-Orient. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons éviter tout nouveau khâzûq que d’aucuns nous tiennent en réserve.

Ces réalités nous semblent aujourd’hui plus claires en raison des derniers développements extrêmement importants en Turquie, Ankara défendant désormais beaucoup mieux nos causes que tous nos régimes arabes pris ensemble.

C’est ce que les derniers événements ont traduit sur le terrain de la réalité. Les portraits de Tayyip Recep Erdoğan sont affichés sur les murs partout dans le monde arabe : ils remplacent ceux des leaders arabes. Nombre d’Arabes disent, aujourd’hui, qu’Erdoğan est ‘le plus grand de tous les leaders arabes' !


Traduit à partir de l'édition "papier" de Al-Quds Al-Arabi.
Traduction : Marcel Charbonnier



Vendredi 25 Juin 2010


http://ism-france

Écrit par : francoisdupond | 08/02/2011

Les commentaires sont fermés.