30/03/2011

Monument en mémoire du Génocide Arménien à Genève

Monument en mémoire du Génocide Arménien à Genève


Cher-e-s ami-e-s,

Nous venons de recevoir l’invitation de la Ville de Genève concernant l’exposition du projet de M. Melik Ohanian Les Réverbères de la Mémoire, choisi pour représenter à Genève la mémoire du génocide arménien.


L’édification de l’œuvre de M. Ohanian à Genève, avec votre concours, constitue sans doute un événement majeur non seulement pour les arméniens mais également pour Genève. En effet, réputée ville de paix et capitale des droits de l’homme, Genève honore ainsi la mémoire d’un peuple, victime du premier génocide reconnu du XXème siècl
e.

Au moment où certains milieux, autoproclamés représentants des turcs en Suisse, tentent d’imposer aussi en Suisse ( !) le négationnisme des autorités turques et d’empêcher la poursuite dudit projet, nous tenons à vous apporter notre soutien indéfectible dans vos démarch
es.

Que le monument à la mémoire du génocide arménien contribue à la connaissance de l’Histoire par les nouvelles générations. Plus jamais
ça !

Nous nous inclinons devant la mémoire des victimes arménien-
ne-s.

Avec nos salutations solidaires et fraternelle.

Maison Populaire de Genève

Genève, le 28 mars 2011

=======================================
========

Discourt Monsieur Zaré KURKDJIAN pour la soirée d’in
formation

La Communauté arménienne a été à l’initiative du projet de monument et nous sommes heureux d’aboutir à cette étape décisive et de présenter Le Réverbères de la Mémoire de Mélik Ohanian.

Je souhaite souligner ici trois aspects essentiels pour la communauté : le premier est, bien sûr, de contribuer à la lutte pour la mémoire des génocides et des crimes contre l’humanité, sans esprit revanchard. Tout de même : la notion juridique de génocide a été formulée par Raphaël Lemkin en référence au génocide des Arméniens de 1915. Il nous paraît donc légitime qu’un monument à la mémoire de ce génocide soit érigé à Genève, la Ville des droits de l’homme.

Le second est qu’un tel monument peut (et doit) servir comme un lieu de partage de la mémoire : un lieu où la communauté arménienne partage sa mémoire avec d’autres communautés porteuses d’une mémoire blessée et avec la société genevoise dans son ensemble. C’est pourquoi il est pour nous indispensable que l’œuvre soit située dans un espace public.

Le troisième est que la communauté se réjouit d’offrir une oeuvre d’art de grande qualité à la collectivité genevoise, et de contribuer ainsi au rayonnement de notre ville. A ce titre, nous saluons la qualité de la collaboration entre la communauté avec la Ville tout au long du processus, avec le Conseil municipal, le Conseil administratif (Patrice Mugny) et le Fonds municipal d’art contemporain (Michèle Freiburghaus).

Pour terminer, je veux insister sur le fait qu’il ne s’agit en aucun cas d’un geste anti-turc. Nous savons que la Turquie se transforme, lentement mais sûrement, et que de plus en plus de personnes en Turquie abandonnent la vision nationaliste de l’histoire. Un monument comme Les Réverbères de la Mémoire peut donc aussi accompagner cette transformation.

Bonne soirée

Président : Zaré KURKDJIAN

Union Arménienne de Suisse

Plus d’informations : Monument en mémoire du génocide arménien

www.les-reverberes-de-la-memoire.ch

_DSC8104.JPG
_DSC8132.JPG
_DSC8163.JPG
_DSC8191.JPG
_DSC8203.JPG
_DSC8204.JPG
_DSC8240.JPG
_DSC8208.JPG
_DSC8210.JPG
_DSC8158.JPG
_DSC8120.JPG

 

20:09 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.