30/03/2011

Monument en mémoire du Génocide Arménien à Genève

Monument en mémoire du Génocide Arménien à Genève


Cher-e-s ami-e-s,

Nous venons de recevoir l’invitation de la Ville de Genève concernant l’exposition du projet de M. Melik Ohanian Les Réverbères de la Mémoire, choisi pour représenter à Genève la mémoire du génocide arménien.


L’édification de l’œuvre de M. Ohanian à Genève, avec votre concours, constitue sans doute un événement majeur non seulement pour les arméniens mais également pour Genève. En effet, réputée ville de paix et capitale des droits de l’homme, Genève honore ainsi la mémoire d’un peuple, victime du premier génocide reconnu du XXème siècl
e.

Au moment où certains milieux, autoproclamés représentants des turcs en Suisse, tentent d’imposer aussi en Suisse ( !) le négationnisme des autorités turques et d’empêcher la poursuite dudit projet, nous tenons à vous apporter notre soutien indéfectible dans vos démarch
es.

Que le monument à la mémoire du génocide arménien contribue à la connaissance de l’Histoire par les nouvelles générations. Plus jamais
ça !

Nous nous inclinons devant la mémoire des victimes arménien-
ne-s.

Avec nos salutations solidaires et fraternelle.

Maison Populaire de Genève

Genève, le 28 mars 2011

=======================================
========

Discourt Monsieur Zaré KURKDJIAN pour la soirée d’in
formation

La Communauté arménienne a été à l’initiative du projet de monument et nous sommes heureux d’aboutir à cette étape décisive et de présenter Le Réverbères de la Mémoire de Mélik Ohanian.

Je souhaite souligner ici trois aspects essentiels pour la communauté : le premier est, bien sûr, de contribuer à la lutte pour la mémoire des génocides et des crimes contre l’humanité, sans esprit revanchard. Tout de même : la notion juridique de génocide a été formulée par Raphaël Lemkin en référence au génocide des Arméniens de 1915. Il nous paraît donc légitime qu’un monument à la mémoire de ce génocide soit érigé à Genève, la Ville des droits de l’homme.

Le second est qu’un tel monument peut (et doit) servir comme un lieu de partage de la mémoire : un lieu où la communauté arménienne partage sa mémoire avec d’autres communautés porteuses d’une mémoire blessée et avec la société genevoise dans son ensemble. C’est pourquoi il est pour nous indispensable que l’œuvre soit située dans un espace public.

Le troisième est que la communauté se réjouit d’offrir une oeuvre d’art de grande qualité à la collectivité genevoise, et de contribuer ainsi au rayonnement de notre ville. A ce titre, nous saluons la qualité de la collaboration entre la communauté avec la Ville tout au long du processus, avec le Conseil municipal, le Conseil administratif (Patrice Mugny) et le Fonds municipal d’art contemporain (Michèle Freiburghaus).

Pour terminer, je veux insister sur le fait qu’il ne s’agit en aucun cas d’un geste anti-turc. Nous savons que la Turquie se transforme, lentement mais sûrement, et que de plus en plus de personnes en Turquie abandonnent la vision nationaliste de l’histoire. Un monument comme Les Réverbères de la Mémoire peut donc aussi accompagner cette transformation.

Bonne soirée

Président : Zaré KURKDJIAN

Union Arménienne de Suisse

Plus d’informations : Monument en mémoire du génocide arménien

www.les-reverberes-de-la-memoire.ch

_DSC8104.JPG
_DSC8132.JPG
_DSC8163.JPG
_DSC8191.JPG
_DSC8203.JPG
_DSC8204.JPG
_DSC8240.JPG
_DSC8208.JPG
_DSC8210.JPG
_DSC8158.JPG
_DSC8120.JPG

 

20:09 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Le Prix Nobel de littérature Orhan Pamuk condamné pour ses propos sur le génocide arménien

Orhan Pamuk condamné pour ses propos sur le génocide arménien

Transfers-OrhanPamuk1V.jpgLe Prix Nobel de littérature Orhan Pamuk devra payer 6000 lires de compensation totale à cinq personnes pour avoir dit en 2005 : « les Turcs ont tué 30000 Kurdes et 1 million d’Arméniens sur cette terre ».

Orhan Pamuk a 15 jours pour faire appel de la décision de la cour selon les procédures légales.

L’écrivain a été poursuivi en justice en 2005 par cinq personnes dont l’avocat Kemal Kerinçsiz, le chef de l’Association des Avocats en ce temps-là et actuellement en prison dans le cadre de l’affaire Ergenekon, aussi bien que quatre autres personnes qui sont des parents de soldats tués dans l’action. Ils ont accusé Pamuk « d’avoir mis en accusation le peuple turc ». La court de Sisli d’Istanbul a au commencement rejeté d’entendre la plainte soutenant que « les plaignants sont simplement des individus de la nation turque » et qu’ainsi il était impossible d’accepter que ces droits individuels avaient été violés.

Kemal Kerinçsiz a alors fait appel de la décision devant la Cour de cassation, qui a décidé de rejeter la décision de la cour et a ainsi demandé à la cour de Sisli de reconsidérer la plainte une seconde fois. Au vu de résistance de cette dernière, la plainte a été envoyée au Comité Général de la Cour de Cassation. Le comité a décidé en 2009 que la plainte des individus aurait dû être pris en considération par la cour car il convient de « tenir compte de l’honneur populaire et du respect de soi, aussi bien que des sentiments d’appartenance à une nation, dans le cadre des dispositions constitutionnelles ».

La cour de Sisli a alors réévalué la plainte et a décidé que Pamuk doit payer des compensations aux plaignants.

« Le droit des individus de déposer des plaintes pour compensation a été achevé. Cette décision est un précédent [pour d’autres affaires], » a dit l’expert légal Ersan Sen ajoutant que le laps de temps pour le classement d’une plainte s’était étendue de un à huit ans via cette décision. (Stéphane@armenews.com, 29 mars 2011)

http://www.info-turk.be/391.htm#Orhan

12:17 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

29/03/2011

manifestation contre le chômage : 2 avril 2011 14h

des politiques qui s’attaquent aux sans-emploi mais pas au chômage

manifestation contre le chômage : 2 avril 2011 14h

Office cantonal de l’emploi aux Glacis de Rive



Les 1300 chômeurs laissés sur le carreau du jour au lendemain à Genève : voilà l’effet de la nouvelle loi fédérale sur le chômage (LACI) qui entrera en vigueur le 1er avril. Toutes les personnes au chômage sont concernées : les jeunes, les artistes, les chômeurs âgés et surtout les travailleurs de plus en plus nombreux qui dépendent d’emplois précaires à durée déterminée – en majorité des femmes – seront laissés pour compte avec des prestations au rabais.


A Genève : exigeons le respect de la volonté populaire !


Genève, l’un des cantons plus touchés de Suisse, s’est très nettement opposé à cette nouvelle loi avec un NON dépassant les 70% dans les communes populaires. Les autorités genevoises n’ont pourtant pas hésité, au lendemain de la votation, à supprimer purement et simplement le RMCAS (Revenu minimum cantonal d’aide sociale), le dernier filet du chômage avant l’assistance publique.


Près de 900 sans-empoi et 3500 personnes de leurs familles risquent d’être ainsi renvoyées sans délai à l’assistance. Les syndicats s’opposent à la suppression du RMCAS et ont co-lancé un référendum <http://www.cgas.ch/SPIP/spip.php?article1794>  pour lequel la récolte de signatures est en cours.


La politique cantonale en matière de chômage : totalement insuffisante


L’actuelle politique cantonale en matière d’emploi et de chômage poursuit quatre objectifs :

1.Réduire les statistiques du chômage officiel. Les autorités se glorifient de la réduction du séjour moyen au chômage ainsi que de la diminution relative du taux de chômage. Ce résultat a été obtenu par une accélération du « tournus » au chômage. Les assurés alternent entre périodes de placement précaires et périodes de chômage. Ils disparaissent ainsi fréquemment de la « photo instantanée du chômage » prise à un jour J, tout en continuant de peupler le « film annuel » du chômage, où défilent de plus en plus de gens.

2.Offrir un réservoir de main-d’œuvre à bon marché. Loin d’être indemnisés à ne rien faire, les chômeurs, et en particulier les chômeurs de longue durée, ne sont en réalité pas autre chose que des « intermittents du travail ». Affectés à des travaux dits d’utilité publique, ils nettoient et réparent les dégâts écologiques et sociaux de l’économie de marché aux frais de la collectivité. Les « Emplois de solidarité » constituent dès lors une sorte de service (public) après-vente du secteur privé. Des tâches qui pourraient être créatrices de vrais emplois, sont ainsi assurées par des travailleurs sous-payés et non reconnus car leur salaire se situe entre CHF 3250.– et 3750.– par mois).


3.Faire pression sur les conditions de travail et les salaires. Pendant la durée de son indemnisation, le chômeur touche 70% à 80% de son ancien salaire. Il se voit également contraint d’accepter à titre de gain intermédiaire des emplois à bas salaire, à temps partiel, à durée déterminée, etc. Loin de protéger la position des travailleurs sur le marché de l’emploi, comme devrait le faire une assurance perte de gain, le chômage tend bien plutôt à les éduquer à la précarité. Tout passage au chômage réduit donc les prétentions salariales et le niveau d’exigence des bénéficiaires, pour le plus grand profit des employeurs. D’autre part, la notion d’emploi convenable a été supprimée pour tous les travailleurs de moins de 30 ans sans enfant, dès lors contraints d’accepter n’importe quel emploi, sans tenir compte ni de la formation, ni de l’expérience professionnelle précédente.

4.Subventionner les entreprises. La généralisation des stages en entreprise payés par le chômage a permis à ces dernières de se décharger sur la collectivité des coûts de leur main d’œuvre. Certaines fonctionnent ainsi en permanence avec une rotation sur trois mois de « stagiaires » aux frais de la collectivité plutôt que d’engager des fixes ou des auxiliaires, alimentant le chômage.


L’OCE entend désormais doubler la durée de ces stages pour les porter à six mois, sous couvert ­d’offrir aux chômeurs une formation qualifiante. Des vendeuses de 20 ans d’ancienneté se retrouvent ainsi à remplir les rayons de la Migros, payées CHF 15.– de l’heure, sans que l’employeur n’ait à verser un centime de salaire ou de charges sociales (en 2009, la Migros annonçait un bénéfice de ­846 millions de francs).

Les syndicats membres de la CGAS exigent une autre politique en matière de chômage et la mise en place d’une réelle politique de création d’emplois socialement utiles.

Ils réclament entre autres :
des mesures urgentes pour contrer les effets de la révision de la LACI

• introduction dans la loi cantonale sur le chômage, d’un droit à 120 jours d’indemnités cantonales dès le 1er avril pour les chômeurs-euses que la révision de la LACI laisse sur le carreau et jette à l’assistance ;

• introduction dans la loi cantonale sur le chômage du droit à des indemnités cantonales de chômage pour compenser les réductions imposées par la révision de la LACI à toutes les catégories de chômeurs-euses ;

• le maintien et le renforcement du RMCAS.

Plus de protections pour les travailleuses et travailleurs

• un meilleur partage du temps de travail et des protections accrues contre la flexibilité : 188 millions d’heures supplémentaires ont été effectuées en Suisse en 2008, soit l’équivalent de 98’000 emplois à plein temps ;

• des protections contre les licenciements. Une politique volontariste de création d’emplois socialement utiles en lieu et place d’une politique économique obsessionnellement orientée vers l’attraction de capitaux.


PS:

APC 022 795 91 11 - Association du personnel de la Confédération
ASEB 022 810 27 13 - Association suisse des employés de banque
AvenirSocial 077 460 85 93 - Association suisse des professionnels de l’action sociale
GaraNto 022 979 19 01 - le syndicat du personnel de la douane et des gardes-frontière
H&GU 021 616 27 07 - Hotel & Gastro Union
New Wood 079 202 33 08 - syndicat Bois Neuf des Nations Unies
SEC 022 310 35 22 - Société suisse des employés de commerce pan>
SEV 021 321 42 53 - Syndicat du personnel des transports
SEV/TPG 022 731 07 73 - Section SEV du personnel TPG
SIT 022 818 03 00 - Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs
SSF - eldp 022 782 20 37 - Syndicat sans frontières
SSM 022 328 72 38 - Syndicat suisse des mass-media
SSP/VPOD 022 741 50 80 - Syndicat suisse des services publics
SSPM 022 320 21 93 - Société suisse de pédagogie musicale
SYNA 022 304 86 00 - syndicat interprofessionnel
Syndicom 058 817 19 22 - Syndicat des médias et de la communication
Transfair 022 798 19 68 - Transfair
UNIA 022 949 12 00 - UNIA Le syndicat.
USDAM 022 794 16 47 - Union suisse des artistes musiciens

 

http://www.cgas.ch/SPIP/spip.php?article1826

14:18 Publié dans Economie | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

27/03/2011

Rassemblement de soutien au peuple syrien

Aujourd’hui, Une trentaine de personne se sont rassemblé pacifique de soutien au peuple syrien à la place des Nations

Le 15 mars 2011, le barrage de la peur est tombé en Syrie.

Depuis, des milliers de syriens (arabes, kurdes, chrétiens, musulmans, alaouites, druzes...etc) manifestent main dans la main et pacifiquement sur les places, dans les rues et dans les mosquées de Damas, Alep, Hama, Dar3a...

La répression du régime syrien est féroce, sans pitié et sans limite. Des arrestations, des enlèvements, des centaines de blessés et déjà plus 100 morts.

Venez nombreux et nombreuses de toute la Suisse, de France et d'ailleurs soutenir les syriens et les syriennes qui rêvent de liberté, de justice et de droits fondamentaux depuis 40 ans.

Offrons enfin à Genève un rassemblement de solidarité avec le peuple arabe digne de ce nom!


DSC_0018.JPG
DSC_0030.JPG
DSC_0035.JPG
DSC_0039.JPG
DSC_0043.JPG
DSC_0048.JPG
DSC_0060.JPG
DSC_0062.JPG
DSC_0066.JPG
DSC_0069.JPG
DSC_0340.JPG
DSC_0343.JPG
DSC_0348.JPG
DSC_0349.JPG 2" src="http://demirsonmez.blog.tdg.ch/media/00/02/838199619.JPG" />
DSC_0353.JPG
DSC_0361.JPG
DSC_0368.JPG
DSC_0374.JPG
DSC_0381.JPG
L1000852.JPGDSC_0002.JPG

 

23:01 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

TCHERNOBYL, FUKUSHIMA... MÜHLEBERG ? STOP AU NUCLÉAIRE !

TCHERNOBYL, FUKUSHIMA... MÜHLEBERG? STOP AU NUCLÉAIRE!
Face à la terrifiante multi-catastrophe atomique en cours au Japon,

CONTRATOM appelle à une...

MANIFESTATION ANTINUCLÉAIRE À GENÈVE
SAMEDI 26 MARS 2011 14H30•PLACE
NEUVE

NOUS MANIFESTER
ONS...

International

En solidarité avec le peuple japonais qui, après Hiroshima et Nagasaki, est victime d’une catastrophe nucléaire durable, et des mensonges ou dissimulations des nucléocrates et des autorités.

Suisse

Pour l’arrêt immédiat du nucléaire en Suisse en commençant par l’arrêt du réacteur nucléaire vétuste et avarié de Mühleberg. Nous ne voulons plus: ni déchets radioactifs, ni risque de catastrophe atomique !

Pour un renoncement complet aux nouvelles centrales en Suisse. Nous refusons un simple moratoire sur leurs «procédures d’autorisation», pour mettre la question au frigo en attendant des jours meill
eurs pour le nucléaire.

Genève

Pour que la Constituante réintègre l’article antinucléaire sur l’énergie (art. 160E) dans son projet constitutionnel...
Pour que comme le veut cet article, le Conseil d’Etat emploie «tous les moyens juridiques et politiques» pour appuyer l’exigence de l’arrêt des centrales suisses, en commençant par Mühleberg tout de suite.

Cette manifestation est sout
enue par (liste non exhaustive):
Association AIPAZCOMUN (Suisse) • Comité pour l’Annulation de la dette du Tiers-Monde / CADTM-Suisse • Centre Europe Tiers-Monde (CETIM) • Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS) • Coordination Climat et Justice sociale • Femmes pour la Paix (GE) • Gauche Anticapitaliste • Greenpeace (Groupe de contact GE) • Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA) • Collégien-ne-s contre le Nucléaire • Jeunes Vert-e-s • Les Verts (GE + CH) • Maison populaire de Genève • Noé 21 • Parti du Travail • Parti socialiste genevois • Réseau Objection de Croissance (ROC) • solidaritéS • Sortir du Nucléaire • Syndicat SIT • United Black Sheep (UBS) • WWF (GE)...

DSC_0166.JPG
L1000748.JPG
L1000746.JPG
L1000745.JPG
DSC_0337.JPG

 

DSC_0334.JPG
DSC_0333.JPG
DSC_0321.JPG
DSC_0314.JPG
DSC_0306.JPG
DSC_0305.JPG
DSC_0301.JPG
DSC_0299.JPG

 

DSC_0297.JPG
DSC_0296.JPG
DSC_0290.JPG
DSC_0289.JPG
DSC_0287.JPG
DSC_0283.JPG
DSC_0279.JPG

 

DSC_0271.JPG
DSC_0265.JPG
DSC_0261.JPG
DSC_0258.JPG
DSC_0250.JPG
DSC_0230.JPG

 

DSC_0140.JPG
DSC_0139.JPG
DSC_0138.JPG
DSC_0133.JPG
DSC_0132.JPG
undefined
DSC_0127.JPG

 

DSC_0091.JPG
DSC_0089.JPG
DSC_0087.JPG
DSC_0082.JPG
DSC_0080.JPG
DSC_0079.JPG
DSC_0075.JPG
DSC_0074.JPG

 

DSC_0072.JPG
DSC_0071.JPG
DSC_0070.JPG

 

DSC_0068.JPG
DSC_0066.JPG
DSC_0064.JPG
DSC_0059.JPG
DSC_0058.JPG
DSC_0054.JPG
DSC_0052.JPG
DSC_0050.JPG
DSC_0045.JPG

 

DSC_0043.JPG
DSC_0039.JPG
DSC_0031.JPG
DSC_0030.JPG
DSC_0012.JPG
DSC_0010.JPG
DSC_0001.JPG

L1000779.JPG

 

12:59 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

21/03/2011

Liberté les peuples Arabes et Kurde !

 

Deux manif en un jour !
Rassemblement en soutien aux révolutions arabes
DSC_0062.JPG
DSC_0068.JPG

 

DSC_0073.JPG
DSC_0078.JPG
DSC_0086.JPG
DSC_0090.JPG
DSC_0092.JPG
DSC_0099.JPG
DSC_0101.JPG
DSC_0109.JPG
DSC_0115.JPG

 

DSC_0120.JPG
DSC_0123.JPG
DSC_0130.JPG
DSC_0132.JPG
DSC_0151.JPG
DSC_0152.JPG
uot;>DSC_0161.JPG
DSC_0162.JPG

 

DSC_0168.JPG
DSC_0192.JPG
DSC_0194.JPG
DSC_0219.JPG
DSC_0228.JPG
DSC_0234.JPG
DSC_0249.JPG
DSC_0269.JPG

 

DSC_0279.JPG
DSC_0284.JPG
DSC_0286.JPG
DSC_0294.JPG
L1000658.JPG
L1000673.JPG
L1000686.JPG

 

L1000693.JPG
L1000697.JPG
L1000700.JPG
L1000718.JPG
L1000727.JPG
L1000728.JPG
L1000730.JPG

Joyeux le nouvel an Kurde Newroz

Traditionnellement les célébrations du nouvel an kurde !

Manifestation à Genève

 

DSC_0298.JPG
DSC_0301.JPG
DSC_0302.JPG
DSC_0319.JPG
DSC_0322.JPG
DSC_0327.JPG
DSC_0330.JPG
DSC_0331.JPG
DSC_0351.JPG
demir 2.jpg
DSC_0354.JPG
DSC_0357.JPG

 

Diyarbakir célèbre un Newroz exceptionnel

dimanche 20 mars 2011


Historique ! Diyarbakir célèbre le Newroz comme jamais ! Pour ceux et celles qui ont déjà vécu l’événement sur place, c’est difficilement imaginable tant la foule est chaque année considérable.

Traditionnellement les célébrations du nouvel an kurde (le Newroz) sont l’occasion pour les Kurdes de manifester leur joie mais aussi leurs revendications identitaires, leur soif de liberté et de démocratie. Les feux allumés à cette occasion rappellent la légende du forgeron Kawa défiant et tuant le despote Dehak.

Diyarbakir3.jpg


A en croire les dépêches, les manifestations vont revêtir cette année une ampleur inégalée. Des centaines de milliers de personnes sont déjà parties en cortège du centre de Diyarbakir et des différents arrondissements pour se rendre au "Parc de Newroz" au point que le centre de la ville est désert et que les abords de la ville sont complètement embouteillés.

L’émotion est énorme et les slogans puissants font écho aux discours passionnés des orateurs.

A Diyarbakir, dans les provinces kurdes mais aussi ailleurs
Des manifestations analogues, hautes en couleurs, sont signalées dans les districts de Diyarbakir (Suruc, Hani, Hazro, Kocaköy, Ergani, Cinar, Cermik), Urfa (Urfa Halfeti, Birecik, Bozova, Ceylanpinar), Bingöl (Bingöl, Karliova), Elaziğ (Elaziğ, Karakocan), Batman (Batman, Besiri,Gercus, Hasankeyf), Sirnak (Sirnak, Idil, Uludere, Güçlükonak), Lice (Lice), Siirt (Siirt, Kurtalan), Tunceli (Tunceli, Ovacik),, (Adiyaman, Kahta ), Maraş (Pazarcik), Siverek, Nusaybin, Kulp mais aussi au sud-ouest anatolien (Konya, Mersin), au nord-ouest anatolien (Bursa, Eskisehir), sur les bords de la mer noire (Kocaeli) et de la mer Egée (Nazilli, Salihli et surtout Izmir). 50 000 Kurdes se sont rassemblés à Düsseldorf, en Allemagne. Les autres rassemblements sont prévus pour demain et les jours suivants dans les districts kurdes comme ceux de Hakkari, Van, Muş, Varto, Erzurum...

Newroz Diyarbakir.jpg

 

3b682f14-1.jpg
6ede3fab-4.jpg
024aafd3-newroz-ist2.jpg
29f83899-5.jpg
29f83899-5.jpg
41c5a8be-2.jpg
83b5d2ed-8.jpg
1533915088.jpg" id="media-80621" alt="87c8bd9c-7.jpg" style="border-width: 0; margin: 0.7em 0;" />
758e6ef7-mersin6.jpg
1589a9c9-mersin2.jpg

photo : http://www.firatnews.com/gallery/index.php?rupel=mal...

Abdullah Öcalan omniprésent

Abdullah Öcalan, président du PKK embastillé depuis onze ans, est présent partout : on ne compte plus les drapeaux portant son effigie, ni les banderoles "Bijî Serok Apo" (Vive le président Apo (Öcalan)), ni les chants, ni les slogans en faveur du leader incontesté du peuple kurde, accompagnés au son du tambour. Les mouvements folkloriques, les groupes musicaux, les équipes de football défilent en tenue. Les cortèges sont aussi noyés par les emblèmes du BDP, « parti (pro kurde) pour la Paix et la Démocratie ». Sont aussi présents des partis politiques de gauche, des organisations syndicales et des associations humanitaires et de défense des Droits de l’Homme. Des slogans sont lancés, comme à Hilvan, en faveur de "l’émancipation des femmes", de "l’autonomie démocratique". On peut lire aussi : "le PKK, ce sont les gens d’ici".


Un printemps à la tunisienne ?


Abdullah Öcalan, par la voix de ses avocats, prêche la modération : il veut éviter un bain de sang et laisser toutes chances à une négociation qui ne serait pas complètement rompue. Pour autant, le gouvernement turc ne baisse pas la garde et continue de préparer les élections législatives du 12 juin prochain en continuant sa politique d’arrestation de cadres de partis politiques d’opposition.


La délégation de Rennes fait le choix, cette année, de se rendre au Kurdistan fin avril [1], après les fêtes du Newroz et au moment de la reprise du procès de Diyarbakir et du lancement officiel de la campagne électorale. C’est dire que cette période mérite une attention particulière : plus que jamais sa mission d’information devrait permettre une meilleure appréhension de la situation et nourrir la réflexion pour la conduite des actions futures.

André Métayer

 

http://akbdrk.free.fr/spip.php?article342

 

10:32 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

19/03/2011

Les Jeunes Genevois mobiliser pour la population Japonais

Les Jeunes Genevois mobiliser pour la population Japonaise

La population du Japon qui vit des heures terribles et souffre des conséquences de la catastrophe naturelle qui l’a frappée vendredi dernier.

En plus du séisme et du tsunami, une catastrophe nucléaire menace le Japon. Plus de 215’000 personnes ont déjà dû être évacuées de la zone touchée par cette menace.

«Récolte  de dons pour le Japon,  On dépense pour le Japon »

Slogans d’un groupe de jeune cette après midi 19 mars 2011 à la place du Molard.

C’est avec se slogans qu’un groupe de jeune faisant du parcours soutienne et récolte des dons pour le japon qui ses derniers jours subit des séismes et tsunamis.

Nous devrions soutenir le Japon comme le fait se groupe de jeunes genevois.

Nous félicitons ses jeunes de leur action en vers le Japon.

 

DSC_0035.JPG

 

 

DSC_0034.JPG
DSC_0042.JPG
DSC_0043.JPG
DSC_0040.JPG
DSC_0044.JPG
DSC_0045.JPG
DSC_0048.JPG

18:15 Publié dans Aide Humanitaire | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

16/03/2011

Manifestation du jour

 

ContrAtom.jpg

Face à la terrifiante multi-catastrophe atomique en cours au Japon,

l’association ContrAtom appelle à une...

Grande manifestation antinucléaire
à GENÈVE samedi 26 mars 2011
Départ 14h30 • Place de Neuve


...avec le soutien attendu de toutes les organisations politiques, associatives et syndicales concernées.

NB: Les soutiens d’organisations à la manifestation sont à communiquer rapidement à: info@contratom.ch


Nous entendons manifester le plus massivement possible...

International

• en solidarité avec le peuple japonais qui après Hiroshima et Nagasaki est victime du nucléaire et des mensonges et des dissimulations des nucléocrates et de ses autorités.

Suisse

pour exprimer l’exigence incontournable de l’arrêt immédiat du nucléaire en Suisse - avec pour commencer - l’arrêt du réacteur nucléaire vétuste et avarié de Mühleberg.

• pour affirmer la nécessité d’un renoncement impératif et complet aux projets de nouvelles centrales helvétiques. Nous ne nous satisfaisons pas d’un simple moratoire sur les «procédures d’autorisation» les concernant, visant à mettre la question au frigo en attendant des jours meilleurs pour le nucléaire.

Genève


Helvetica, Arial;">La Constituante genevoise doit immédiatement se réunir en plénière pour réintégrer tel quel l’article antinucléaire 160E dans son projet de Constitution...


• Conformément à cet article - en vigueur - le Conseil d’Etat doit vraiment employer «tous les moyens juridiques et politiques» pour appuyer sérieusement l’exigence de l’arrêt des centrales helvétiques à commencer par Mühleberg tout de suite.
rong>

Rappelons en outre que jusqu’à dimanche prochain (en tous cas) ContrAtom soutient et participe au piquet antinucléaire quotidien dès 17h00 devant la Gare CFF de Cornavin à GE initié par Greenpeace.

L1000517.JPGL1000521.JPG
L1000531.JPG
L1000532.JPG
L1000539.JPG
L1000548.JPG
L1000554.JPG
L1000555.JPG
L1000567.JPG
L1000570.JPG
L1000575.JPG
L1000582.JPG
L1000585.JPG
L1000594.JPG
L1000598.JPG

Nous invitons enfin toutes les personnes ou représentant-e-s d’organisations intéressés à préparer la manifestation du 26 mars avec nous, à participer à la...

 

RÉUNION DE CONTRATOM DU MERCREDI 23 MARS PROCHAIN à 20h30

à la salle «Castafiore» au rez-de-chaussée de l’immeuble du


20 RUE DE MONTBRILLANT
(DANS L’ILOT-13 DERRIÈRE LA GARE)

Pour le comité de ContrAtom:
Anne-Cécile REIMANN (présidente) Sébastien BERTRAND, Corine GOEHNER DA CRUZ, Olivier de MARCELLUS, Gino NIBBIO, Eric PEYTREMANN, Pierre VANEK, Erwin WEISS...(pour le Comité)

Genève, le 16 mars 2010

 

22:29 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

15/03/2011

manifestation silencieuse et spontannée pour le Japon

POUR GENEVE: la gare de Cornavin toujours de 17h00 à 20h00 
Du LUNDI 14 AU DIMANCHE 20 MARS
DE 17H00 à 20h00

Nos pensées et notre compassion vont à la population japonaise qui vit des heures terribles et souffre des conséquences de la catastrophe naturelle qui l'a frappée vendredi dernier.

En plus du séisme et du tsunami, une catastrophe nucléaire menace le pays. Plus de 215'000 personnes ont déjà dû être évacuées de la zone dangereuse. On ne peut pas encore évaluer l'évolution future de la situation.
Nous voulons manifester silencieusement notre consternation et notre compassion. Nous y lions bien sûr aussi l'espoir qu'un changement de paradigme intervienne dans la politique énergétique suisse.

Nous serions ravis que vous participiez à cet événement. Vous pouvez par exemple apporter une bougie.
La manifestation silencieuse se déroulera à partir du lundi 14 mars dans les villes suivantes de 17h00 à 21h00:

Bâle: Münsterplatz auf der Pfalz
Berne: Waisenhausplatz
Genève: Place du Molard (17:00 - 20:00)
Zurich: Helvetiaplatz
Lausanne: Place de l'Europe

Si vous voulez organiser vous-même une manifestation silencieuse dans votre ville ou votre commune, veuillez avoir l'amabilité de vous annoncer sur greenpeace.ch/mahnwache/.
Nous publierons votre appel de façon à mobiliser un maximum de personnes.

CONTACT GREENPEACE GENEVE : 078 614 17 87
div>
Greenpeace Suisse
L1000459.JPG
L1000460.JPG
L1000462.JPG
L1000463.JPG

 

L1000469.jpg
L1000474.JPG
L1000483.JPG
L1000484.JPG
L1000489.JPG
L1000495.JPG

 

L1000496.JPG
L1000499.JPG
L1000498.JPG
L1000506.JPG
L1000511.JPG

 

14:13 Publié dans Développement durable | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

13/03/2011

Pour Conseil administrative de la ville de Genève et toutes les Communes , La lutte Continue

 

Nous félicitons tous les élues du conseil municipale de la ville de Genève et toutes les communes

Au nom du Maison populaire de Genève

Demir Sönmez

 

DSC_0280.JPG
DSC_0291.JPG
DSC_0301.JPG
DSC_0305.JPG
DSC_0306.JPG

 

DSC_0326.JPG
DSC_0439.JPG

 

DSC_0311.JPG
DSC_0314.JPG
DSC_0321.JPG
DSC_0332.JPG
DSC_0334.JPG
DSC_0337.JPG
DSC_0339.JPG

 

DSC_0343.JPG
DSC_0345.JPG
DSC_0350.JPG
DSC_0352.JPG
DSC_0377.JPG
DSC_0379.JPG

 

DSC_0380.JPG
DSC_0380.JPG
DSC_0382.JPG
DSC_0387.JPG

 

DSC_0390.JPG
DSC_0406.JPG
DSC_0409.JPG

 

DSC_0414.JPG
DSC_0417.JPG
DSC_0419.JPG
DSC_0429.JPG
DSC_0435.JPG

 

DSC_0443.JPG

 

DSC_0444.JPG
DSC_0450.JPG
DSC_0451.JPG
DSC_0458.JPG
DSC_0463.JPG
DSC_0466.JPG

 

DSC_0467.JPG
DSC_0470.JPG
DSC_0473.JPG
DSC_0493.JPG
DSC_0507.JPG

 

DSC_0508.JPG
DSC_0518.JPG
DSC_0523.JPG
DSC_0529.JPG
DSC_0536.JPGDSC_0496.JPG

Monsieur Rémy PAGANI,


Madame Sandrine SALERNO,


Monsieur Sami KANAAN,


Monsieur Boris DRAHUSAK


et


Madame Esther ALDER


Candidat-e-s pour Conseil administrative


de la ville de Genève,


La lutte Continue

 

 

 


23:47 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

12/03/2011

Le dernier jour de la campagne élection Conseil Municipale pour de la Ville de Genève

Le dernier jour de la campagne élection Conseil Municipale pour de la Ville de Genève

Bonne Change pour tous les  Candidat-e-s du  Conseil municipale de la Ville de Genève

 

L1000438.JPG

DSC_0208.JPGDSC_0172.JPG

DSC_0196.JPGDSC_0175.JPG

DSC_0176.JPG
DSC_0178.JPG
DSC_0179.JPG
DSC_0183.JPG
DSC_0208.JPG
DSC_0224.JPG
DSC_0250.JPG
DSC_0254.JPG
DSC_0257.JPG
DSC_0263.JPG
DSC_0269.JPG
DSC_0274.JPG
L1000389.JPG
L1000403.JPG
L1000415.JPG
L1000428.JPG
L1000429.JPG
L1000436.JPG
DSC_0208.JPG

 

DSC_0218.JPG

L1000399.JPG

DSC_0173.JPG

 

 

 

 

11/03/2011

La Turquie reste toujours un pays de répression,non un modèle de démocratie pour la région

La Turquie reste toujours un pays de répression,non un modèle de démocratie pour la région

Communiqué commun de quatre organisations issues de l'émigration politique en provenance de Turquie:

"Depuis quelques semaines, le 'modèle turc' flotte comme un cerf-volant au-dessus du monde arabe. Des analystes occidentaux l’évoquent comme une alternative raisonnable pour une région en ébullition. Des islamistes égyptiens et tunisiens s’y réfèrent pour donner des gages de leur modération. Mais de quoi et de qui parle-t-on?" (Jean-Paul Marthoz, Le Soir du 9 mars 2011)

C'est ce spécialiste en matière des droits de l'Homme qui répond justement à cette question:

"La Turquie, toutefois, reste une démocratie inachevée. En 2011, Freedom House l’a rangée dans la catégorie des Etats semi-libres et Reporters sans frontières l’a classée à la 138e place (sur 178) de son index mondial de la liberté de la presse. Baromètre de l’état de démocratie, la liberté d’expression reste sévèrement encadrée par un Code pénal qui criminalise l’atteinte à la 'Turcité... En septembre dernier, la Turquie a, d’ailleurs, été condamnée dans cette affaire par la Cour européenne des droits de l’Homme, qui a dénoncé les manœuvres visant à protéger les commanditaires du crime, enkystés au sein de l’appareil d’Etat.

"Dans son rapport 2010 sur les progrès d’Ankara dans le cadre du processus d’adhésion, la Commission européenne a elle aussi relevé de nombreux manquements relatifs, notamment à la liberté religieuse ou aux droits culturels de la minorité kurde. En dépit de réformes constitutionnelles, l’armée conserve un pouvoir excessif par rapport aux autorités civiles. Quant à la 'nature réelle' de l’AKP, elle suscite des suspicions au sein des milieux laïques turcs qui craignent une réislamisation rampante de la vie publique."

Tout récemment, le 9 mars dernier, dans une résolution adoptée à Strasbourg pour faire le point sur la candidature turque, le Parlement  européen s'est déclaré inquiet de la "lenteur des progrès" en matière de réformes en Turquie, soulignant que ce pays qui aspire à rejoindre l'Union européenne n'était pas encore une "véritable démocratie pluraliste". "Une réforme constitutionnelle globale qui transformerait la Turquie en une véritable démocratie pluraliste fondée sur la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales" est nécessaire, a estimé le Parlement européen.

Parmi les obstacles sur la route menant à l'adhésion, les députés ont cité l'impasse de la question chypriote, le climat de "confrontations" entre les partis politiques, et surtout "la détérioration de la liberté de la presse", qui passe notamment par des "actes de censure" ou par "l'autocensure de plus en plus pratiquée parmi les médias turcs, y compris sur internet".

En effet, malgré tous les discours d'ouverture et de démocratisation de l'AKP, la Turquie subit depuis deux ans une répression sans précédent visant le peuple kurde, les minorités ethniques et religieuses et surtout contre les médias.

Un pays ayant ce profile pourra-t-il être un modèle pour les peuples de la région qui luttent pour leur liberté?

Rappelons-nous que tout a commencé en Turquie avec le coup d'état militaire du 12 mars 1971.

Depuis plus d'un siècle, le processus de démocratisation en Turquie avait souvent été interrompu par des pratiques répressives et des coups d'état militaires: le coup d'état des Jeunes Turcs en 1908, le génocide des Arméniens et des Assyriens en 1915, l'oppression du peuple kurde et des forces de gauche suivie par la proclamation du régime parti unique en 1925, le pogrom des minorités non-musulmanes en 1955, le coup d'état de 1960…

Le 12 mars 1971, dans ce pays membre du Conseil de l'Europe et l'OTAN ainsi que membre associé de l'Union européenne, les généraux avaient renversé le gouvernement et ouvert une période de répression sans précédent.

Durant les deux ans suivant le coup d'état du 12 mars 1971:

    * Des milliers de personnes ont été jugées par les tribunaux militaires de la loi martiale sous l'inculpation de délits pour la plupart antérieurs à la proclamation de l'état d'exception.

    * Plus de 10.000 personnes dont 3600 enseignants, 118 journalistes, traducteurs, éditeurs, écrivains, artistes, 67 universitaires ont été mis en garde-à-vue, arrêtés ou jugés et condamnés.


    * 37 journaux ou périodiques ont été interdits ou suspendus.

    * Plus de 200 titres de livres ont été saisis et plus d'un demi million d'exemplaires détruits.


    * 28 personnes ont été tuées dans la rue par les forces de l'ordre, dans des circonstances douteuses.


    * Les inculpés, détenus souvent depuis plusieurs semaines, ont dénoncé lors de leurs procès les tortures qu'ils ont subies au cours de l'instruction. Ces accusations sont aujourd'hui confirmées par les rapports de plusieurs organismes internationaux de juristes.

    * Malgré l'indignation de l'opinion mondiale, trois leaders de la jeunesse progressiste ont été condamnés à mort et exécutés. D'autres condamnations à mort sont prononcées et 151 requises par les procureurs militaires.

    * Trois partis politiques ont  été dissous. Les dirigeants du parti socialiste TIP ont été condamnés à de lourdes peines de prison, allant jusqu'à 15 ans.
   

* La répression s'est durcie envers des minorités ethniques et les

opérations répressives contre les Kurdes généralisées non seulement dans le Kurdistan mais aussi dans les grandes métropoles du pays.
   

 * 111 personnes ont été condamnées à de lourdes peines de détention allant jusqu'à 16 ans, sous l'inculpation de "séparatisme".
   

* Le droit de grève et de syndicalisation a été limité par l'adoption des amendements législatifs sous la pression des militaires.
   

* Toutes les associations d'étudiants ont été dissoutes.
   

* Le Syndicat des Enseignants de Turquie (TÖS), groupant plus de 100.000 enseignants a été dissout, ses dirigeants condamnés à des peines de prison allant jusqu'à 8 ans, des milliers de ses membres ont été poursuivis. Tous les syndicats des secteurs publics ont été dissous.
 
Les 40 ans derniers ont été marqués de deux putschs sanglants des généraux turcs en 1971 et 1980: arrestations massives, tortures, pendaisons, violations des libertés d'expression, renforcement de l'injustice sociale, négations des droits fondamentaux du peuple kurde et  des minorités arménienne, assyrienne, grecque, etc.

C'est après ces coup d'états que l'ingérence du régime d'Ankara dans la vie politique des pays accueillant des immigrés turcs a été bien structurée et un système de pression et d'intimidation a été instauré afin d'étouffer toute voix s'élevant en dehors du contrôle du lobby turc.
 
Rappelons qu'en plus des coups d'Etat de 1971 et 1980, l'armée turque a effectué le 28 février 1997 une autre intervention directe dans la politique. Bien que le changement constitutionnel lève l'article interdisant l'inculpation des auteurs du coup d'Etat, les putschistes de 1971,1980 et 1997 restent toujours intouchables et la justice turque n'occupe que de la poursuite des suspects des tentatives de coups d'Etat des années suivantes.
Où en est la démocratisation en Turquie?

La constitution anti-démocratique prônant la supériorité et le monopole de la race et de la langue turques (Articles 3, 42 et 66), imposée en 1982 par la junte militaire, reste toujours en vigueur. L'article 4 déclare que l'Article 3 ne pourra jamais être modifié, même la modification de cet article ne pourra jamais être proposée.

En plus, un système électoral imposant un seuil national de 10% est toujours maintenu au détriment des partis politiques représentant des opinions différentes, notamment prokurde ou de gauche, afin que le parti islamiste reste au pouvoir avec une majorité absolue dans le Parlement malgré un score électoral inférieur à 50%.

Malgré la soi-disant "démilitarisation" du Conseil National de la Sûreté (MGK), les militaires continuent à dicter leurs choix militaristes  par les déclarations médiatisées du chef de l'Etat-major ou des commandants des forces terrestres, aériennes ou navales.

Les militaires exercent leur contrôle sur la vie économique du pays par le biais de leur holding financier sui generis OYAK et d'une série d'industries de guerre.

Le nouveau code pénal turc, applaudi par l'Union Européenne, constitue toujours une menace sur la liberté de presse. Quelques 60 journalistes, majoritairement kurdes et de gauche, se trouvent toujours dans les prisons turques. Des centaines de personnes sont toujours jugées pour insulte à la nation turque, à l'Armée, au gouvernement ou aux forces de sécurité en raison de leurs critiques, en vertu de l'article 301 (l'ancien article 159) du CPT.

Plus scandaleux, le sociologue turc Ismail Besikçi qui a, après le coup d'état de 1971, passé près de vingt ans dans les prisons pour ses écrits sur la réalités kurde vient d'être condamné à une peine de prison pour avoir prononcé le mot "Kurdistan". Les assassins du journaliste Hrant Dink ne sont toujours pas condamnés.

La Loi Anti-terreur qui condamne toute expression contestataire comme un "délit de terrorisme" reste toujours en vigueur.
 
Toutes les initiatives pacifiques du mouvement national kurde en vue d'arriver à une solution pacifique sont systématiquement déclinées et les opérations militaires se poursuivent afin de satisfaire la voracité de l'Armée et de l'industrie de guerre.

Actuellement, de dizaines de dirigeants ou bourgmestres kurdes sont jugès après avoir été scandaleusement arrêtés et menottés.

Malgré quelques réformes cosmétiques, les droits égaux ne sont toujours pas reconnus pour le peuple kurde ainsi que pour les minorités ethniques ou religieuses du pays, notamment  arméniennes, assyriennes, grecques et alévites. Le cloître araméen Mor Gabriel est exproprié par l'Etat turc et l'Institut de théologie orthodoxe de Halki à Istanbul reste toujours fermé.

Ankara ne montre aucune intention de reconnaître les injustices et atrocités commises dans l'histoire de la Turquie et poursuit une politique absolument négationniste.

Encouragé d'une part par la soumission des gouvernements européens aux chantages d'Ankara, et d'autre part, par le fait que plusieurs dirigeants n'hésitent pas à marchander avec les missions diplomatiques et les organisations d'extrême droite turque pour obtenir quelques voix de plus dans les villes et quartiers habités par les ressortissants turcs, le régime turc s'ingère de plus en plus dans la vie sociale et politique des pays. C'est le cas en Belgique. Les élus d'origine turque participent ouvertement aux manifestations négationnistes en dépit de la position contraire de leurs partis politiques.

Les conditions suivantes doivent absolument être remplies pour que la Turquie soit une véritable démocratie et pour qu’elle puisse adhérer à l'Union Européenne:

    * Inculpation des responsables des coups d'Etat de 1971, 1980 et 1997 pour crimes contre l'humanité.


    * Interdiction de l'ingérence des commandants actuels dans la vie politique, sociale et culturelle du pays.

    * Entière modification de la constitution actuelle imposée par les militaires; suppression des articles 3, 4, 42 et 66 prônant la supériorité et le monopole de la race et de la langue turques.

    * Diminution du budget des dépenses militaires utilisé pour opprimer le peuple kurde et menacer les pays avoisinants.

    * Modification radicale du système électoral imposant un seuil national de 10% au détriment des partis politiques représentant des opinions différentes, notamment pro-kurde ou de gauche.

    * Une amnistie générale doit être déclarée pour tous les prisonniers ou inculpés politiques.


    * Suppression de tous les articles anti-démocratiques du code pénal turc et de la loi anti-terreur et d'autres lois répressives.


    * Arrêt des poursuites judiciaires contre des journalistes, écrivains, artistes, enseignants.


    * Reconnaissance sans exception et sans restriction des droits fondamentaux du peuple kurde et des minorités assyrienne, arménienne et grecque.


    * Reconnaissance du génocide commis au début du 20e siècle contre les Arméniens et les Assyriens.


    * Arrêt de toute ingérence d'Ankara dans la vie politique et sociale des pays accueillant des ressortissants de Turquie.

Ceci est également un nouveau rappel aux dirigeants des pays européens qui flirtent toujours avec le pouvoir politique en Turquie et n'hésitent pas, pour des intérêts stratégiques, économiques et commerciaux, à promouvoir les serviteurs du lobby turc dans les partis politiques et dans les organes législatifs et exécutifs au détriment des valeurs démocratiques acquises grâce aux luttes historiques des peuples européens.
 
L'Association des Arméniens Démocrates de Belgique
La Fondation Info-Türk
L'Institut Assyrien de Belgique
L'Institut Kurde de Bruxelles

Contact:

Collectif1971@scarlet.be
Tél: 02-215 35 76 (FR) - 0479-562 962 (NL)

http://www.info-turk.be/391.htm#40ans

23:05 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

Parti socialiste fort, au sein d'une Alternative forte!

DSC_0156.jpg



J-3: Dernier moment pour voter et faire voter! (Lettre n° 5)
Ce dimanche nous connaîtrons la nouvelle configuration des Conseils municipaux des communes genevoises, et notamment celui de la Ville de Genève. A ce jour la participation est encore basse (cf. Service des votations et élections <http://www.ge.ch/elections/20110313/participation/> , 24.6% le 9 mars à 16h)! Il est donc URGENT de voter et faire voter, la liste des Socialistes <http://www.ps-geneve.ch/elections-votations/elections-mun...>  évidemment (n° 2)!

Chaque voix compte, réellement. Une abstention à gauche signifie un soutien aux forces populistes ou à la droite. Pensez-y! Si vous ratez le vote par correspondance (envoi jusqu'au jeudi 10 mars) allez dimanche matin dans votre local de vote, entre 10 et 12 heures, promenade sympathique avant ou après le brunch matinal, ou le culte ou la messe ou la balade du chien ou le passage au kiosque à journaux... ( vote, mode d'emploi <http://www.ge.ch/votations-elections/mode-d-emploi/welcom...> )

Dimanche soir, j'espère un parti socialiste fort, au sein d'une Alternative forte!

Cette semaine, encore une fois le logement et le fait que la droite a décidé de mener jusqu'au bout son combat en faveur de la spéculation immobilière, la sécurité, afin de rappeler qu'il ne faut pas prendre les Genevoises et Genevois pour des imbéciles, et le combat pour l'égalité entre femmes et hommes, encore et toujours...

Logement: C'est la droite qui a rompu l'accord sur le logement!

J
e recommande vivement de lire l'excellente et limpide contribution de Thierry Tanquerel sur son blog <http://ttanquerel.blog.tdg.ch/archive/2011/03/01/c-est-la...> , membre de l'Assemblée constituante sur la liste socialiste-pluraliste, qui montre que la droite a décidé de faire le jeu des spéculateurs immobiliers.

Sécurité : ne prenons pas les Genevoises et Genevois pour des imbéciles !

Le MCG a remis la compresse récemment avec sa proposition concernant les "patrouilles citoyennes". Cette idée est non seulement inutile pour améliorer la sécurité, mais en plus dangereuse pour les personnes qui auraient la naïveté de s'y engager.

A lire sur mon blog <http://samikanaan.blog.tdg.ch/archive/2011/03/08/securite...> !


L'Egalité aujourd'hui, l'égalité depuis toujours!
2011, c'est∑
40 ans du droit de vote des femmes suisses,
30 ans de l'article constitutionnel sur l'égalité,
20 ans de la Grève des femmes,
15 ans de la loi sur l'égalité entre femmes et hommes dans les rapports de travail.

Le 8 mars 2011, une occasion de se rappeler qu'il faut tous les jours un 8 mars!

En savoir plus <http://www.samikanaan.ch/actualites/09-03-2011/l%E2%80%99...>

Revue de presse
N'hésitez pas à aller consulter ma revue de presse <http://www.samikanaan.ch/medias/presse> !

Vous pouvez notamment prendre connaissance de mon article <http://samikanaan.ch/sites/default/files/scan_0093_0001.pdf>  dans la Tribune de Genève du mardi 8 mars 2011 et de mon interview <http://www.samikanaan.ch/sites/default/files/scan_0088_00...>  dans "Tout l'immobilier" du 28 février 2011.

Et la nouveauté de la semaine: Piedlib! ;-)

La solution à tous les problèmes de mobilité: PiedLib! Le nouveau système de marche à pied en libre service! A voir sur Youtube <http://www.youtube.com/watch?v=VfbsbnZlCOY> , une contribution souriante de l'Autre Salon!


Me  <http://www.samikanaan.ch/newsletter/confirm/remove/b391c6...> désabonner de ce bulletin <http://www.samikanaan.ch/newsletter/confirm/remove/b391c6...>


******************************************************************************************************************
Sami Kanaan

 

11:23 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

09/03/2011

Conférence internationale sur l'Iran à Genève

Conférence internationale sur l'Iran à Genève


Des parlementaires suisses, des personnalités américaines, des juristes et des personnalités internationales apportent leur soutien au soulèvement populaire pour un changement démocratique en Iran et demandent la garantie des droits des résidents d’Achraf

DSC_0058.JPG



CNRI - Le 8 mars, pour la Journée internationale des Femmes, et parallèlement à la session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, une conférence internationale s’est tenue à Genève. Elle rassemblait des parlementaires, des personnalités politiques et des défenseurs des droits humains suisses, européens, américains et arabes.

Ils ont salué les efforts des femmes à travers le monde pour acquérir la liberté et apporté leur soutien aux  soulèvements courageux du peuple iranien. Les participants ont souligné qu’avec la vaque de changement au Maghreb et au Moyen-Orient, la communauté internationale, en particulier l’Occident, devait se placer aux côtés du peuple iranien et de ses juste revendications.

La conférence a soutenu les droits des 3400 résidents d’Achraf en Irak, membres de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, et mis en avant la nécessité de lever le blocus inhumain de trois ans sur le camp et d’arrêter la torture psychologique exercée sur les Achrafiens 24h/24 au moyen de 210 haut-parleurs puissants.

Dans cette conférence, Jean-Charles Rielle, Francine John-Calame André Daguet, Luc Barthassat, Alice Glauser-Zufferey et Eric Voruz, conseillers nationaux suisses, Christian Dandrès  membre du Grand Conseil de Genève, Christiane Perregaux, présidente de l’Assemblée constituante du canton de Genève, Nils de Dardel, avocat et coprésident du Comité suisse de défense d’Achraf, Erica Deuber-Ziegler, historienne et ancienne parlementaire suisse, Howard Dean, président du parti démocrate américain (2005-2009) et ancien gouverneur de l’Etat du Vermont (1991-2003), Sid Ahmed Ghozali, ancien premier ministre algérien, David Mattas, éminent  juriste canadien et le Pr Ruth Wedgwood, directrice du département de diplomatie et relations internationales de l’université John Hopkins aux USA ont pris la parole.

Une délégation de parlementaires suisse a rendu publique une déclaration de soutien d’une majorité des conseillers nationaux à Achraf. La déclaration demande au gouvernement et au chef de la diplomatie suisse de convaincre le gouvernement  irakien de  « dissoudre le comité chargé de la fermeture d’Achraf et placer le dossier d’Achraf sous l’autorité du parlement irakien et de mettre immédiatement fin à la torture psychologique des résidents par les agents des services iraniens au moyen de 180  haut-parleurs » [passés à 210 depuis].

Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a adressé un message vidéo dans lequel elle déclare : « Cette conférence coïncide avec le printemps des peuples au Maghreb et au Moyen-Orient. Ils ne supportent plus de vivre sous la dictature et dans la pauvreté. C'est pourquoi ils aspirent à la liberté et à la démocratie au prix de maints sacrifices. Dans cette situation, il est indispensable de revoir la politique des pays occidentaux vis-à-vis du Moyen Orient et surtout de la dictature en Iran.

Ces dernières semaines, les Iraniens ont manifesté à plusieurs reprises pour un changement de régime. Il est donc plus que jamais honteux de se placer aux côtés du fascisme religieux. Il y a aussi la menace que pose le régime aux pays qui traversent une période de transition. Il est nécessaire d’adopter une nouvelle politique. » Elle appelé à l’arrêt des achat pétroliers aux mollahs, au renvoi du dossier des violations des droits de l’homme en Iran devant le Conseil de sécurité de l’ONU et à l’adoption des mesures nécessaires pour lancer un mandat international contre Khamenei pour crimes contre l’humanité.

Evoquant les pressions extrêmes et les restrictions que le gouvernement irakien et els agents du régime iraniens font subir aux résidents d’Achraf , elle a demandé à tous les participants de prendre des mesures urgentes pour  lever le blocus d’Achraf, les interdictions d’entrée, et enlever les haut-parleurs pour faire cesser la torture psychologique des résidents.

 

 

 


Elle a ajouté que la Suisse a une  réputation d’aide aux opprimés, mais que malheureusement  le gouvernement Suisse est un partenaire important pour le commerce et la complaisance avec le régime des mollahs. Sous le mandat d'Ahmadinejad, la Suisse a doublé ses relations économiques avec ce régime. En 2010, qui était l'année du développement des sanctions contre les mollahs, la Suisse a exporté près de 900 sortes de produits en Iran qui ont couvert une partie des besoins essentiels du régime des mollahs.

 

DSC_0016.JPG
DSC_0020.JPG
DSC_0026.JPG
DSC_0023.JPG
DSC_0038.JPG
DSC_0041.JPG
DSC_0028.JPG
DSC_0030.JPG
DSC_0037.JPG



Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne Le 8 mars 2011

http://www.ncr-iran.org/fr/communiques-cnri/achraf/9013-c...

 

 

 

 

 

11:00 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

08/03/2011

la Journée internationale des femmes le 8 mars

la Journée internationale des femmes le 8 mars DSC_0007.JPG

DSC_0078.JPG
DSC_0053.JPG
DSC_0048.JPGDSC_0136.JPGDSC_0070.JPG

22:29 Publié dans Femmes | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

07/03/2011

Congrés Parti Socialiste Genevois

Assemblée générale ordinaire du 5 mars 2011

Projet de Déclaration politique

Proposition du Bureau du PSG du 25 février 2011

Les solutions aux préoccupations quotidiennes des Genevoises et des Genevois, ce sont les Socialistes qui les proposent !


Les Socialistes genevois, réunis en assemblée générale ordinaire en date du 5 mars 2011 proposent les solutions concrètes suivantes afin de répondre aux besoins du plus grand nombre :

EMPLOI

20’000 chômeurs à Genève c’est 20'000 chômeurs de trop. Nous demandons que le développement économique de Genève soit recentré sur les besoins locaux, et crée des emplois accessibles à tous par une orientation sur les énergies et les technologies propres (Cleantech) et les services à la personne. Nous demandons que ce développement se fasse avec les PME et les demandeur-euse-s d’emplois. Nous demandons un salaire minimum garanti et une généralisation des conventions collectives. Nous voulons que les entreprises engagent des apprenti-e-s et sommes prêt-e-s à les inciter et à les aider à le faire.

LOGEMENT

Ce besoin fondamental reste cruellement insatisfait et des prix surfaits, inabordables pour la classe moyenne et populaire, continuent à être pratiqués. Ces loyers représentent bien plus que ce qui est nécessaire à l’entretien du parc immobilier, qui est d’ailleurs loin d’être optimal. Nous demandons que le prix du loyer soit proportionnel au revenu et que les collectivités développent l’offre publique de logements libérés de la pression spéculative. Nous demandons que les projets de construction prévus se réalisent rapidement, notamment aux Communaux d’Ambilly, et sommes en faveur d’une forte densité, garante de qualité et de non-gaspillage du précieux terrain à bâtir.

SOUTIEN AUX PERSONNES AYANT CHARGE DE FAMILLE

Les couples avec trois enfants ou plus et les familles monoparentales sont surreprésentés dans l’aide sociale et concentrent pour l’essentiel les 10% de «working poor». Après l’initiative "Pour une véritable politique d'accueil de la petite enfance», déposée le 22 juin 2009, rejetée par le Grand Conseil qui lui préfèrera un contreprojet aux contours encore à définir, nous avons déposé le 4 janvier 2010 l’initiative «Pour des allocations familiales dignes de ce nom». Elle pourrait trouver le soutien d’une majorité du Grand Conseil.

COUTS DE LA SANTE ET ASSURANCE MALADIE

Nous dénonçons la (fausse et inutile) concurrence entre caisses maladie et demandons que le risque maladie soit assuré comme d’autres risques par une institution unique (comme la SUVA, l’AVS, l’AI). Les coûts de la santé augmentent aussi parce que la durée de vie augmente et que les soins sont performants. Ces coûts doivent être répartis entre tous sans que des tiers prélèvent une dîme sans apporter la moindre plus-value. Nous demandons aussi à ce que les programmes de prévention et de promotion de la santé cessent d’être les parents pauvres des investissements dans la santé.

SECURITE
La loi doit être la même pour tous. Nous demandons, et en particulier pour les quartiers populaires, une présence effective de policiers patrouillant à pied, un accueil respectueux et efficace des victimes, notamment dans les postes de police, un développement du mode d’exécution des peines par le travail d’intérêt général en lieu de peines pécuniaires ou de prison qui restent sans effet. Il n’est pas acceptable que le niveau de sécurité varie selon le quartier où l’on habite. Il n’y a aucune raison de revendiquer le droit de vote pour les étrangers établis et de ne pas faire appel à ce bassin de population pour le recrutement de nos policiers !

 

MOBILITE


Nous dénonçons le mythe de la liberté de circuler en automobile partout et en tout temps entretenu tant par la Droite libérale que la Droite populiste, et postulons une mobilité durable, composée de la coexistence intelligente de tous les moyens de transport. En l’état, le développement de la mobilité douce, la sécurisation du trafic routier et le développement de l’offre des transports publics sont prioritaires. C’est la seule façon d’assurer la mobilité dans notre agglomération d’un demi-million d’habitants.

Au surplus, les Socialistes :

Dénoncent les méfaits de la mise en compétition croissante des humains et des nations voulue par le néo-libéralisme qui érige la loi du plus fort en loi du monde. Ils constatent que dans notre canton ces forces sont représentées et soutenues par la Droite libérale, regroupée sous la dénomination de l’Entente. Chaque régulation au bénéfice des plus nécessiteux de protection et de l’intérêt général doit leur être arrachée.

Dénoncent les dangers du populisme qui érige en valeur absolue le ressenti et les ressentiments des personnes victimes d’une situation, et qui au lieu d’en faire avec elles l’analyse et de proposer des solutions, s’en prend à plus vulnérables qu’eux.

o Sous la forme du «MCG», le populisme prétend que la gauche ne fait rien et la droite non plus d’ailleurs, et que les problèmes seront réglés par le refus d’embaucher des frontaliers à Genève. Ces approches simplistes finissent par faire oublier l’essentiel: la nécessité de donner à la région franco-genevoise, qui est notre bassin de vie depuis 500 ans, une gouvernance économique et sociale forte. La politique du repli a toujours conduit dans le mur (et contre un mur). Sur le fond, nous constatons que le «MCG» prend des positions de plus en plus proches de la Droite (LHOM, amnistie fiscale, RMCAS).

o Sous la forme de l’»UDC», le populisme fait tout pour que la couleur du passeport ou de la peau occulte toute autre considération. L’UDC poursuit par ses votes une politique économique ultralibérale et ne soutient pratiquement jamais les mesures de politique sociale. Son approche prenant en otage le patriotisme sape les valeurs de la coexistence nationale et la mission de notre pays de servir les droits humains dans le monde. Elle se met à la solde des puissants dans le monde (affaire Kadhafi) et trahit nos valeurs humanistes. Elle crée un fossé entre la Suisse et les étrangers, entre la Suisse et l’étranger. A quand la division entre «vrais» Suisses et Suisses naturalisés ?

Ces engagements ne sont pas des promesses. Ils sont la réalité du travail quotidien de notre parti. A tous les niveaux : communal, cantonal et fédéral.


Les solutions aux préoccupations quotidiennes des Genevoises et des Genevois, ce sont les Socialistes qui les proposent !

 

DSC_0110.JPGDSC_0106.JPG
DSC_0112.JPG
DSC_0119.JPG
DSC_0120.JPG
DSC_0123.JPG
DSC_0137.JPG
DSC_0139.JPG
DSC_0143.JPG
DSC_0145.JPG
DSC_0147.JPG
DSC_0154.JPG
DSC_0156.JPG
DSC_0167.JPG
DSC_0169.JPG
DSC_0175.JPG
DSC_0190.JPG
DSC_0191.JPG
DSC_0201.JPG
DSC_0203.JPG
DSC_0111.JPGDSC_0225.JPG
DSC_0206.JPG
DSC_0012.JPG
DSC_0006.JPGDSC_0001.JPG
DSC_0004.JPG
DSC_0103.JPG

 

DSC_0209.JPGDSC_0018.JPG
DSC_0021.JPG
DSC_0026.JPG
DSC_0030.JPG
DSC_0031.JPG
DSC_0040.JPG
DSC_0044.JPG
DSC_0047.JPG
DSC_0048.JPG
DSC_0051.JPG
DSC_0054.JPG
DSC_0057.JPG
DSC_0059.JPG
DSC_0060.JPG
DSC_0061.JPG
DSC_0062.JPG
DSC_0067.JPG
DSC_0070.JPG
DSC_0074.JPG
DSC_0075.JPG
DSC_0077.JPG
DSC_0080.JPG
DSC_0082.JPG
DSC_0089.JPG
DSC_0098.JPG
DSC_0121.JPGDSC_0116.JPG
DSC_0116.JPG
DSC_0105.JPG

 

 

 

 

15:38 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

La colère à la une de la presse turque au lendemain d'une nouvelle rafle

HRW dénonce l'arrestation de journalistes accusés de complot

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) a dénoncé samedi la récente arrestation de journalistes en Turquie, exhortant ce pays qui aspire à intégrer l'Union européenne à démontrer son engagement en faveur de la liberté de la presse.

"En l'absence de preuves crédibles de la part de la police selon lesquelles Nedim Sener et Ahmet Sik ont commis un crime, leur arrestation relève d'un développement gênant", a déclaré HRW dans un communiqué reçu à l'AFP d'Emma Sinclair-Webb, une chercheuse pour la Turquie de cette organisation.

L'organisation américaine de défense des droits de l'Homme exhorte Ankara à "éradiquer des lois toutes les restrictions visant la liberté d'expression".

Dix personnes, dont la plupart des journalistes connus, ont été placées en détention préventive jeudi, soupçonnées dans un complot présumé contre le régime islamo-conservateur du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

Mais l'opposition et une importante partie de la presse affirment que cette affaire de conspiration présumée, qui a provoqué l'incarcération depuis 2007 de centaines de personnalités d'opposition, vise à enrayer toute contestation politique en Turquie.

Après la nouvelle vague d'arrestation, l'UE et les Etats-Unis ont fait part de leur préoccupation quant à la liberté de presse en Turquie.

L'ensemble des journalistes arrêtés jeudi sont critiques vis-à-vis du gouvernement turc. Aux termes des lois, la police peut les interroger pendant quatre jours avant de les déférer devant un tribunal qui peut soit les libérer, soit les inculper.

Trois autres journalistes avaient été arrêtés et inculpés il y a deux semaines.

Cette offensive judiciaire contre les journalistes intervient à un moment critique en Turquie, trois mois avant des élections législatives, prévues le 12 juin, où le Parti de la justice et du développement (AKP) de M. Erdogan brigue un troisième mandat.

M. Erdogan a rejeté vendredi toute ingérence gouvernementale dans la "justice indépendante".

Des milliers de personnes, dont de nombreux journalistes, ont manifesté vendredi à Istanbul et Ankara pour dénoncer les arrestations. (AFP, 5 amars 2011)


Accusés de complot anti-gouvernement, sept journalistes inculpés



Sept journalistes turcs connus, arrêtés jeudi et soupçonnés de comploter contre le gouvernement islamo-conservateur, ont été inculpés par un tribunal d'Istanbul et écroués ce week-end dans une prison de la ville, malgré les critiques internationales.

Samedi, Nedim Sener et Ahmet Sik, deux journalistes d'investigation, connus pour leur critique du régime du gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan ont refusé de répondre aux questions des procureurs et des juges. Un groupe de journalistes a effectué un sit-in devant le palais de justice pour protester contre leur incarcération.


Dimanche,
cinq autres journalistes, Yalçin Küçük, Dogan Yurdakul, Sait Cakir, Müesser Yildiz et Coskun Musluk, ont été inculpés par le tribunal toujours pour implication dans un complot présumé contre le gouvernement islamo-conservateur. 

Les sept suspects avaient été placés en détention préventive lors d'une nouvelle rafle jeudi contre dix personnes, dont la plupart des journalistes.

Trois autres journalistes avaient été inculpés il y a deux semaines.

La Turquie, où 61 journalistes sont emprisonnés et des milliers d'entre eux objets de poursuites, est régulièrement montrée du doigt pour ses atteintes à la liberté de la presse. Parmi ces journalistes se trouvent plusieurs rédacteurs en chef des journaux kurdes ou de gauche.

L'opposition et une importante partie de la presse affirment que cette enquête qui a provoqué l'incarcération depuis 2007 de centaines de personnalités d'opposition, vise à enrayer toute contestation politique en Turquie.

Dimanche, le parquet d'Istanbul a affirmé que ces journalistes n'avaient pas été inculpés pour leur écrits ou leurs opinions mais à cause "de preuves qui ne peuvent être rendus publiques", selon une déclaration écrite.

L'Union européenne, les Etats-Unis et les organisations de défense des droits de l'Homme ont fait part de leur préoccupation quant à la liberté d'opinion en Turquie. (AFP, 6-7 mars 2011)

http://www.info-turk.be/391.htm#complot

 

La colère à la une de la presse turque au lendemain d'une nouvelle rafle

 



Plusieurs titres de la presse turque, et des centaines de manifestants à Istanbul et Ankara, ont bruyamment critiqué vendredi une nouvelle rafle visant en particulier des journalistes connus, soupçonnés dans un complot présumé contre le régime.

Des centaines de personnes, journalistes, intellectuels et artistes ont manifesté contre ces arrestations et le parti islamo-conservateur au pouvoir AKP, dans le centre d'Istanbul.

"Libérez les journalistes", "AKP, ne touche pas à la presse", "A bas la dictature de l'AKP", pouvait-on lire sur les banderoles déployées par les manifestants. Une manifestation similiaire a eu lieu à Ankara.

La presse d'opposition a elle aussi vivement protesté, dénonçant une dérive autoritaire du pouvoir islamo-conservateur.

"Donnez-nous une explication", protestait le quotidien libéral Radikal, tandis que Cumhuriyet, proche de l'opposition, s'insurgeait: "Ca suffit!".

Même le quotidien Taraf a émis des doutes sur les intentions des enquêteurs.

"Si aucune explication crédible n'est fournie, le gouvernement AKP va affronter la période la plus sombre de son existence politique", lisait-on dans ce journal, qui a pourtant toujours fermement soutenu l'enquête sur l'affaire Ergenekon, du nom d'un présumé réseau ayant voulu renverser le gouvernement.

Jeudi, la police a perquisitionné puis placé en détention dix personnes issues des milieux d'opposition, dans le cadre de l'affaire Ergenekon.

Au total, depuis le lancement de l'enquête en juin 2007, plusieurs dizaines de personnes, dont des généraux, des journalistes et des chefs de la pègre, ont été écroués.

Applaudie par les milieux pro-gouvernementaux comme une avancée dans la lutte pour un Etat de droit, l'enquête est dénoncée par les cercles pro-laïcité qui y voient la volonté du gouvernement de réduire au silence l'opposition et de poursuivre une islamisation rampante du pays.

Les arrestations de jeudi ont été condamnées à l'étranger, notamment par l'OSCE et l'Union européenne.

Parmi les personnes visées dans cette opération, menée à Istanbul et Ankara, figure Nedim Sener, du quotidien libéral Milliyet, distingué en 2010 par l'Institut international de la presse (IPI) pour son livre consacré à l'assassinat en 2007 en Turquie du journaliste arménien Hrant Dink.

L'incarcération d'Ahmet Sik a également indigné l'opposition, alors que ce journaliste est considéré comme l'un des premiers à avoir fait état d'un complot de généraux contre le gouvernement et l'AKP, le Parti de la justice et du développement. (AFP, 4 mars 2011)



Paris demande la libération des journalistes d'opposition



La France a exprimé vendredi sa "préoccupation" après l'arrestation en Turquie de journalistes d'opposition, demandant leur libération et rappelant à Ankara que les atteintes à la liberté de la presse entravaient son dossier d'adhésion à l'Union européenne.

"Nous avons appris avec préoccupation que des journalistes ont, à nouveau, été arrêtés dans le cadre d'une enquête sur un complot présumé visant le gouvernement", a observé lors d'un point-presse régulier le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

"La France suit avec la plus grande attention la situation de ces journalistes et souhaite leur libération", a-t-il dit.

M. Valero a rappelé que "la Commission européenne a relevé dans son dernier rapport de progrès un certain nombre d'atteintes à la liberté de la presse en Turquie".

La France diverge avec la Turquie sur ses négociations d'adhésion à l'Union européenne, Paris ne souhaitant pas qu'elles débouchent sur une entrée pleine et entière de ce pays dans l'Europe des 27.

La police turque a arrêté jeudi plusieurs personnes dans les milieux d'opposition, pour la plupart des journalistes connus, dans le cadre d'une enquête sur un complot présumé visant le gouvernement islamo-conservateur, selon les médias turcs.

L'opération policière visait notamment Nedim Sener, du quotidien libéral Milliyet, désigné "héros de la liberté de la presse" en 2010 par l'Institut international de la presse (IPI).

L'opposition et une partie de la presse ont accusé le gouvernement de chercher à museler toute contestation. (AFP, 4 mars 2011)



Reporters sans frontières s’indigne de la vague de perquisitions



Reporters sans frontières s’indigne de la vague de perquisitions et d’interpellations qui a touché des journalistes jeudi 3 mars à Istanbul et Ankara, dans le cadre d’une enquête sur un complot présumé visant le gouvernement. Alors qu’ils ont largement contribués à faire la lumière sur cette affaire, les journalistes d’investigation sont pris en otage dans l’affrontement entre le gouvernement et les milieux d’opposition kémaliste.

Reporters sans frontières dénonce l’invocation répétée du motif d’ « appartenance à une organisation terroriste » pour toucher des journalistes qui ne font que leur travail dans un contexte de règlement de comptes politiques et idéologiques. Nous nous inquiétons de la tendance lourde, intervenant après une période de relâchement, qui vise les journalistes porteurs d’informations ne correspondant pas à la ligne du pouvoir en place.

Jeudi matin, au moins 11 personnes ont été perquisitionnées à leur domicile par des policiers de la section anti-terroriste d’Istanbul. Le mandat a été délivré par le procureur Zekeriya Oz, chargé de l’enquête sur le complot présumé d’Ergenekon, groupuscule militaro-nationaliste d’origine kémaliste, contre le gouvernement islamo-conservateur. Des ordinateurs, carnets de notes et documents ont été confisqués, des disques durs intégralement copiés, en violation flagrante de la protection des sources journalistiques.

De plus, alors que 3 journalistes de odatv, site critique du parti AKP au pouvoir, sont encore retenus en prison à Istanbul depuis le 18 février, de nouvelles personnes ont été arrêtées, lors d’un vaste mouvement de répression qui touche également des écrivains et des universitaires proches de l’opposition. Parmi eux, figurent un autre journaliste d’odatv Sait Kilic mais également Ahmet Sik et Nedim Sener.

Ahmet Sik, enseignant à l’université Bilgi d’Istanbul et collaborateur de nombreux titres de presse incluant Milliyet, Cumhuriyet et Bianet, est à l’origine de nombreuses révélations sur l’affaire Ergenekon, sur laquelle il a publié plusieurs livres. Il travaille actuellement à la rédaction d’un document sur l’infiltration de la police par des éléments de la secte islamiste Gülen.

Nedim Sener, du quotidien libéral Milliyet, est quant à lui l’auteur d’un livre sur le meurtre de Hrant Dink, pour lequel il avait été menacé et poursuivi. Il a été désigné « héros de la liberté de la presse » dans le monde en 2010 par l’International Press Institute.

En Turquie et à l’étranger, ce nouveau coup de filet a suscité un large mouvement d’indignation. Évènement inédit, et qui souligne la gravité de l’affaire, un rassemblement est prévu aujourd’hui sur la place Taksim à Istanbul, à l’initiative de la Freedom for Journalists Plarform, qui réunit 24 organisations de journalistes turcs.

Reporters sans frontières réclame la libération immédiate et sans conditions des journalistes interpellés, dans le respect du droit international.



La Commission européenne préoccupée après les arrestations



La Commission européenne a fait part de sa préoccupation jeudi après l'arrestation de plusieurs personnes dans les milieux d'opposition en Turquie, pour la plupart des journalistes connus.

"La Commission européenne suit avec préoccupation la récente action de la police contre les journalistes", a déclaré le commissaire chargé de l'Elargissement, Stefan Füle, dans un communiqué.

"Le droit turc ne garantit pas suffisamment la liberté d'expression", a déploré M. Füle qui doit rencontrer vendredi à Bruxelles le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu.

"La liberté d'expression et la liberté de la presse sont des principes fondamentaux qui doivent être respectés dans toutes les démocraties modernes", a insisté le responsable européen.

"En tant que pays candidat (à l'UE), nous attendons de la Turquie qu'elle mette en oeuvre ces principes démocratiques fondamentaux et permette un débat pluraliste dans l'espace public", a-t-il ajouté.

Depuis l'ouverture des négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE en 2005, seuls 13 des 35 chapitres thématiques au programme de ces pourparlers ont été ouverts et un seul a pu être bouclé.

Une majorité des dossiers sont gelés, notamment en raison du blocage politique sur l'île divisée de Chypre car Ankara refuse de normaliser ses relations avec la République de Chypre, membre depuis 2004 de l'UE. (AFP, 3 mars 2011)

 

http://www.info-turk.be/391.htm#Protests

11:30 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Manuel Tornare, Ville de Genève ne t'oubliera pas

 

« Le PS Ville de Genève a accueilli vendredi soir à la salle du Faubourg 200 personnes venues saluer l’excellent bilan de Manuel Tornare à la tête, depuis 1999, du Département de la cohésion sociale, de la jeunesse et des sports. Même si l’intéressé a exprimé des doutes sur l’opportunité de l’évènement (« vous voulez déjà m’envoyer au cimetière des rois ! »), je crois que cette petite fête était mille fois méritée. Combien de partis à Genève sont aussi fier de l’action de leur magistrat après 12 ans d’exercice du pouvoir ?


Que ce soit avec l’accueil de 2000 enfants de plus en crèche, par son travail en faveur de l’insertion des jeunes ou son soutien indéfectible aux aîné-e-s, Manuel Tornare aura toujours agit pour le social, avec éthique et responsabilité. Le PS lui dit un grand BRAVO, et lui souhaite le meilleur pour la suite de sa carrière !

 

Grégoire Carasso, président du PS Ville de Genève

 

----------------------------------------------------------------------------

Cher Manuel,

Douze ans ont passé comme du vent, mais ce fut un beau vent. Genève a vécu ses quatre plus belles saisons avec toi, c’est toi qui as entendu en premier les cris des êtres de chaque coin du monde. Tu as su représenter avec fierté et honneur Genève, et Genève ne l'oubliera pas.

La vie et le combat vont continuer, tu le mèneras ailleurs et tu seras toujours l’annonceur des meilleures saisons !

Merci cher Manuel

Demir SÖNMEZ

 


DSC_0003.JPG
DSC_0005.JPG
DSC_0006.JPG
DSC_0009.JPG
DSC_0013.JPG
DSC_0014.JPG
DSC_0020.JPG
DSC_0021.JPG
DSC_0024.JPG
DSC_0026.JPG
DSC_0027.JPG
DSC_0029.JPG
DSC_0030.JPG
DSC_0031.JPG
DSC_0033.JPG
DSC_0034.JPG
DSC_0035.JPG
DSC_0037.JPG
DSC_0038.JPG
DSC_0039.JPG
DSC_0040.JPG quot; />
DSC_0042.JPG
DSC_0048.JPG
DSC_0053.JPG
DSC_0107.JPG
DSC_0108.JPG
DSC_0109.JPG
DSC_0110.JPG
DSC_0111.JPG
DSC_0112.JPG
DSC_0114.JPG
DSC_0115.JPG
DSC_0117.JPG
DSC_0122.JPG
DSC_0119.JPG

Manuel Tornare,

Ville de Genève ne t'oubliera pas

 

10:50 | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

03/03/2011

J-10: On vote et on fait voter!


J-10: On vote et on fait voter! (Lettre n° 4)
Jeudi 3 mars, J-10 avant les  élections!

Sami Kanaan.jpg



Si vous n'avez pas encore voté, c'est vraiment le moment de vous en préoccuper. Dimanche 13 mars un nouveau Conseil municipal (parlement) sortira des urnes, et chaque voix compte. Les écarts entre les différentes listes sont traditionnellement très faibles, donc votre voix a réellement une valeur. Votez et faites voter, de préférence la liste n° 2 (Les Socialistes) <http://www.ps-geneve.ch/elections-votations/elections-mun...> .
Je me permets de rappeler deux informations  essentielles:

- Les étrangères et étrangers résidant à Genève depuis au moins 8 ans ont le droit de vote à  l'échelon municipal.

- Le scrutin pour le Conseil municipal est basé sur le mode proportionnel. Ce qui compte avant tout, ce sont les suffrages de liste, qui déterminent le nombre de sièges de chaque groupe, et donc la légitimité à revendiquer des sièges à l'Exécutif. En 2007 chacun des 17 sièges socialistes pesait environ 420 bulletins de vote. Prendre la liste vierge et mettre juste un seul nom, sans indication de liste, est un acte très sympathique, que la personne concernée appréciera certainement. Toutefois, cette manière de faire a un effet tout à fait  marginal sur les résultats collectifs. Votre matériel de vote inclut des explications à ce  sujet.

Cette semaine le sport et la jeunesse sont à l'honneur de la Newsletter, ainsi que les recommandations de vote de l'Association transports et environnement et de la chambre de l'Economie sociale et solidaire. Mais  d'abord un cri d'alerte sur la crise du logement!

Les  Socialistes dénoncent l’apartheid social croissant sur le  logement

Christian Levrat, président du parti socialiste  suisse, et Sandrine Salerno, maire socialiste de la Ville de Genève, ont  mené une conférence de presse lundi à Berne. Le message est simple :  le marché du logement est plus que saturé dans les villes suisses, et les  principales victimes en sont les personnes aux revenus modestes jeunes,  familles, personnes retraitées. Il en découle un véritable  apartheid social, qui est inacceptable. A Genève, le  problème est particulièrement criant, et ceci contribue à augmenter les  tensions sociales et le déséquilibre structurel de notre agglomération. A  Genève et Zurich, le taux de vacance des appartements est d’environ 0,2%  alors que, selon les spécialistes il faudrait au moins 2% pour assurer un  équilibre du marché. A Genève, a rappelé Sandrine Salerno, il se  construit chaque année 1'400 logements, alors qu’il en faudrait au moins  2'500 pour faire face à l’arrivée de quelque 4'500 nouveaux résidents.  Les Socialistes ont toujours dit que l’ouverture des frontières devait  s’accompagner de mesures fortes dans plusieurs domaines, dont les salaires  et le logement, justement. Malheureusement la droite fait la sourde oreille,  à Berne comme à Genève.
Il est donc urgent de prendre des mesures, et le PS Suisse a publié une prise de positon complète à ce sujet, à consulter ici <http://www.sp-ps.ch/fre/Medias/Communiques/2011/Des-logem...> .

Voici quelques liens médias issus de cette  conférence de presse :
20Minutes <http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Le-PS-veut-evite...>

 


En  savoir plus <http://www.samikanaan.ch/actualites/01-03-2011/les-social...>


Soirée  citoyenne : plus de 1'000 jeunes fêtent leur majorité  civique

Lundi 28 février, a eu lieu la traditionnelle  « Soirée citoyenne », qui s’appelait encore il y a 10 ans les  « promotions civiques » : L’occasion de marquer dignement  l’accession à la majorité civique pour les jeunes citoyennes et citoyens  de notre canton.

40 communes sont associées à cet événement qu’organise la Ville de Genève, ensemble avec l’Association des communes genevoises et  l’Etat. Manuel Tornare a donné un nouveau souffle à cette tradition et  propose, chaque année, un témoignage d’une personnalité ayant marqué  l’histoire par son engagement civique (social, humanitaire, politique…)  ainsi qu’un spectacle. De plus, il a joué un rôle de précurseur en y  incluant aussi les jeunes d’origine étrangère résidant dans le  canton.

L’édition d’hier, dernière sous son égide, fut particulièrement  réussie. Les jeunes ont écouté avec une grande attention les témoignages  de Stéphane Hessel, ancien résistant français qui s’est rendu célèbre  à 93 ans en écrivant le livre « Indignez-vous », et Chum Mey,  un des seuls survivants du centre de torture des Khmers Rouges S 21. On a pu  aussi entendre le jeune avocat genevois Antoine Werner, qui s’engage  bénévolement aux côtés des victimes du génocide perpétrés par les Khmers Rouges, afin que ses responsables soient jugés.  Puisse ces témoignages inspirer les jeunes pour les inciter à s’engager  activement pour la démocratie et le respect de tous les droits humains sans  exception ! A l’heure où les peuples arabes sont en train de conquérir leur liberté et  de s’engager pour la démocratie, parfois au prix de leur vie, ce message  est d’autant plus d’actualité.
La soirée s’est ensuite poursuivie sur un mode plus festif avec les excellentes prestations d’Eric Antoine, magicien de génie, et de  Yann Lambiel, humoriste, chanteur et imitateur talentueux.

En  savoir plus <http://www.samikanaan.ch/actualites/01-03-2011/soiree-cit...>


Genève ville de  sport, ville en mouvement!

Le sport représente un réel  enjeu de société, comme loisir qui rassemble au-delà des origines, des  âges, des statuts sociaux, bien sûr! Mais aussi comme outil au service de  la santé, de la cohésion sociale, de l'éducation, de la promotion de  l'égalité hommes-femmes ou de l'intégration. Le sport est également un  domaine qui génère de nombreux emplois directs et  indirects.
Au vu des défis qui attendent le  sport genevois, des initiatives déjà engagées, et de la motivation  certaine des acteurs concernés, tous les ingrédients sont réunis pour que  la politique sportive figure dans les principaux sujets de la prochaine  législature!  

A lire sur mon blog <http://samikanaan.blog.tdg.ch/archive/2011/02/28/geneve-v...> !


Promotion du hockey sur glace: pour une stratégie  cohérente et crédible

Alors que la phase des play-off  avait commencé par une belle victoire du Genève-Servette Hockey Club en  match extérieur contre Zug (en espérant que le GHSC reprenne le  leadership!), le dossier de la Patinoire des Vernets fait l'objet de  nombreuses interventions publiques. La période électorale n'y est  certainement pas pour rien mas il est vrai que ce dossier est important et  mérite notre attention.

Seule une approche globale et  cohérente garantira des solutions viables à long terme pour que le Genève Servette Hockey Club puisse jouer  encore longtemps dans de bonnes conditions et que le public genevois puisse  pleinement profiter de sa passion pour les sports de  glace.
A lire sur mon blog <http://samikanaan.blog.tdg.ch/archive/2011/02/25/c66a394b...> !


L'ATE met les candidat-e-s sur le  grill!

A quelques jours des élections municipales du 13  mars, selon une tradition bien établie, l'ATE-Genève donne la possibilité  à ses membres et aux citoyen-ne-s que cela intéresse de faire un choix  éclairé et de voter pour des candidat-e-s qui partagent leurs valeurs - sur  la base d'un questionnaire qui leur a été envoyé.

La liste des candidat-e-s les plus «ATE-compatibles» est  disponible sur le site de  l'ATE <http://www.ate-ge.ch> , ainsi que l'intégralité des réponses de chacun-e. C'est  l'occasion de rappeler qu'en Ville de Genève  <http://www.ate-ge.ch/images/stories/municipales2011/genev...> deux membres du comité de l'ATE Genève  sont candidats sur la liste Socialiste, Grégoire Carasso et ... Sami  Kanaan.

En  savoir plus <http://www.samikanaan.ch/actualites/27-02-2011/late-met-l...>


L’Economie  sociale et solidaire : une force pour Genève !

En  appuyant leurs actions sur le respect de critères éthiques, sociaux et écologiques ; en mettant l’accent sur la  personne avant le profit ; en mobilisant prioritairement les ressources  locales pour répondre aux besoins de proximité ; les structures de  l’Economie sociale et solidaire (ESS) représentent une force pour toutes  et tous les territoires dans lesquels elles sont implantées…et Genève ne fait pas  exception à la règle.

A Genève, l’ESS est présente dans quasiment tous les secteurs de l’économie et couvre un large éventail de projets innovants  en matière d’habitat coopératif, de mobilité douce, de commerce  équitable, d’agriculture contractuelle de proximité ou encore de finances  solidaires. Selon une étude publiée en 2010 par APRES-GE <http://www.apres-ge.ch/index.php> (l’organisme faîtier de l’ESS à Genève), l’ESS représente environ  10 % des emplois à GE, soit plus de 1000 organisations et plus de 20'000  emplois (NB c’est le même % que dans la plupart des pays européens).
L’ESS est une démarche économique fondée sur  des valeurs d’égalité, solidarité et responsabilité ; c’est donc  bien une force pour Genève et Sandrine Salerno l’a bien compris en menant  une politique très active de promotion de l’ESS !

Les candidat-e-s au Conseil administratif de la Ville de Genève ont reçu un questionnaire d’APRES-GE concernant l’ESS. Quatre  d'entre eux ont pris le temps de répondre, dont votre serviteur et Sandrine  Salerno. Vous pouvez consulter leurs réponses <http://www.apres-ge.ch/index.php?option=com_content&t...> . Par ailleurs APRES-GE a publié la liste des candidatures <http://www.apres-ge.ch/index.php?option=com_content&t...> qu'elle recommande comme  faisant partie d'une des structures membres d'APRES, dont votre serviteur  (OSEO et ATE).
En  savoir plus <http://www.samikanaan.ch/actualites/02-03-2011/l%E2%80%99...>

Discrimination des porteurs de lunettes -  suite

Pour faire suite à mon article  <http://samikanaan.blog.tdg.ch/archive/2011/02/23/discrimi...> de la semaine passée, je signale qu'une pétition  <http://www.lematin.ch/actu/suisse/petition-remboursement-...> a été lancée par la Fédération romande des  consommateurs-trices (FRC) <http://www.frc.ch/index.php> , afin que les lunettes soient au moins  remboursées pour les enfants jusqu'à 18 ans, pétition qu'on peut signer ici <http://www.frc.ch/petitions/?petition=3> .

Un clin d'oeil sur  l'intégration

Et pour terminer Le Duo d’Extrêmes  Suisses chante les vertus de l’intégration. C’est étonnant, mais  indéniable :
http://www.cousumouche.com/xtremes/030_le_metis_du_villag...



Me  désabonner de ce bulletin <http://www.samikanaan.ch/newsletter/confirm/remove/d041bd...>

 

20:41 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |