29/05/2011

Marche de solidarité pour le peuple syrien à Genève

&quo

Collectif Jasmin, Comité de soutien aux luttes populaires dans le monde arabe, solidaritéS ont organisé une manifestation de solidarité et de soutien mouvement pour la démocratie en Syrien à Genève


DSC_0005.JPG

Depuis le début des protestations pacifistes contre le régime dictatorial de Bachar el‐Assad en vue d'obtenirles droits démocratiques et sociaux promis onze ans plus tôt, ce sont plus de mille martyrs qui sont tombés enSyrie, victimes d'une répression aveugle et sanglante en guise de réponse. C’est un véritable massacre !

Toutes les régions du pays participent désormais au mouvement populaire, contre lequel l’armée et la police utilisent des fusils et des tanks, avec ordre de tuer, sans parler de la torture systématique des personnesinterpelées (hommes, femmes et enfants). Les villes de Daraa, Homs et Baniyas sont aujourd’hui littéralement
assiégées.

En 1982, Hafez el‐Assad, père du président actuel, n’avait pas hésité à massacrer plus de 20 000 personnes et à raser des quartiers entiers de Hama, sous prétexte de réprimer un soulèvement islamiste. Ces événements ont constitué un véritable traumatisme au sein de la population civile qui a voulu pourtant croire en son jeune président, intronisé en 2000, avant de comprendre qu'il ne différait en rien de son père. La même surdité à la voix du peuple et le même mépris pour les droits démocratiques.

Afin de « diviser pour régner », Assad se présente aujourd’hui comme le défenseur des minorités qu’il voudrait transformer en otages du régime, contre la majorité sunnite, nourrissant ainsi sciemment les tensions intercommunautaires. En réalité, le pouvoir appartient exclusivement au clan Assad et à ses proches alliés, qui contrôlent l’armée et de larges secteurs de l’économie.

Il accuse les révolutionnaires aux mains nues d'être des terroristes, alors que c’est lui qui recrute des bandes de voyous qu'il arme et paye afin de terroriser son peuple. Les écoles et les mosquées sont transformées en prisons et en centres de torture, les hôpitaux empêchés de recevoir des blessés qui finissent par mourir dans les rues, et même les convois funèbres deviennent des cibles pour les snipers du régime. fin de dénoncer les massacres perpétrés par le régime assassin de Bachar elAssad contre le peuple syrien, de soutenir ses revendications démocratiques et sociales et d’alerter les peuples du monde entier du bain de sang perpétré aujourd’hui en Syrie, samedi 28 mai prochain, les organisations soussignées vous appellent à marcher ensemble de la place des Nations à la plaine de Plainpalais.

A l’initiative de : Collectif Jasmin, Comité de soutien aux luttes populaires dans le monde arabe, solidaritéS.

Soutenu par : Acor SOS‐Racisme, AIPAZCOMUN, Association des Tunisiens et des Tunisiennes en Suisse,Association pour le droit au retour (DAR), Collectif Al‐Tahrir, Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde (CADTM), Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS), Droits pour tous, Fondation de l’Entre‐Connaissance, Gauche anticapitaliste, GSsA, Maison Populaire de Genève,Ligue suisse des droits de l’homme, Mouvement pour le socialisme, Parti socialiste genevois (PSG), UNIA.

DSC_0015.JPG
DSC_0029.JPG
DSC_0043.JPG
DSC_0047.JPG

DSC_0048.JPG

DSC_0053.JPG
DSC_0070.JPG
DSC_0078.JPG
DSC_0086.JPG
DSC_0092.JPG
DSC_0094.JPG
DSC_0096.JPG
DSC_0102.JPG
DSC_0111.JPG
DSC_0113.JPG
DSC_0118.JPG
DSC_0126.JPG
DSC_0128.JPG
DSC_0130.JPG
DSCJPG.JPG
DSC_.JPG
2.JPG
4.JPG

 

Demir SÖNMEZ
Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

08:42 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

28/05/2011

5eme Fête Genevoise des ONG

 

DSC_0004.JPG

Samedi 28 Mai 2011  Salle Communale du Petit-Lancy

 

Excellences, Honorables Invités, Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

Nous vous souhaitons à tous et à toute la cordiale bienvenue à cette 5ème Fête Genevoise des ONG pour le partenariat au développement. Comme le dit l'adage, je cite: « l'Union fait la Force» et permettez-moi d'ajouter qu'à l'heure de la mondialisation « il n'y a pas de développement sans partenariat ».

Notre présente manifestation s'inscrit donc dans cette perspective d'idées. Nous espérons de tout cœur que chacun et chacune de vous tirera bien profit de cette importante journée qui s'inscrit dans  le dialogue interactif et inclusif sur les deux thèmes qui sont proposés à savoir:

1/ Le Rôle des ONG dans los politiquas do développement tout particulièrement la politique du développement de la Suisse et leur implication dans la lutte contre la pauvreté.

2/ Acquisition des droits économiques, sociaux et culturels de la femme en Suisse, 40 ans de combat  jalonné par  les haut et les bas de 1971 à 2011 :  

Quel Bilan aujourd'hui ?

En 2010, deux évènements historiques se sont produits en Suisse et qui justifient largement le choix do nos deux thèmes. Il s'agit de l'élection en Suisse de 4bfemmes Conseil fédéral, ce qui ne s'était jamais vu depuis 1291 .En suite il a eu sur plan mondial, l'élection de SEM Joseph DEISS de nationalité Suisse comme président de la 65ème Assemblée Générale des Nations Unies.

Dès lors, «Village Suisse  ONG >> Organisation internationale non gouvernementale établie à Genève et  dotée du statut consultatif ECOSOC aux Nations Unies et membre du réseau des ONG de la DDC d'Aide privée Suisse  au développement a pris l'initiative d'organiser la 5ème Fête Genevoise des  ONG 2011 sur deux thèmes précités.


Au moment où nous confectionnons le présent programme, nous avons plus de 30 organisations de la société civile et  du secteur privé qui se sont déjà inscrites et environs une dizaine d’Ambassadeurs accrédités à l’ONU et des personnalités en Suisse qui nous ont répondu favorablement et à qui nous disons déjà un grand merci du fond du cœur.


Compte No 0279-103208.40


IBAN: CH44002792791 0320840 - BIC: UBSWCHZH80A.



Des artistes se sont joints à nous et nous feront découvrir leurs différents talents respectifs. L'Orchestre Mokhtar Kenifri du Maroc composé de 7 musiciens, le Groupe BY BOSSA de Genève composé de 4 musiciens et le DJ Crick-Crack HaIti Chéri vont animer la soirée et le Dîner de Gala en soutien à l'Education des élèves de l'Ecole AIT NOUH.

Les stands des organisations de la société civile, des organisations internationales, des artistes peintres marocains et du secteur privé présenteront leurs activités ainsi que les publications de la Direction du développement et de la Coopération (DDC) à Berne.

Nous vous adressons à tous et à toutes nos sincères remerciements pour l'intérêt que vous avez manifesté à notre égard. Un merci tout particulier à toute notre équipe de bénévoles dont le savoir faire et le dévouement ont permis l'organisation de cette 5ème Fête Genevoise des ONG 2011.

Que la fête soit belle et vive le Partenariat au Développement

Village Suisse ONG (AMSIS)

Adalbert NOUGA  (Administrateur Fondateur )     

Association Marocaine

Ahmed EL ALAMI (Président )

 

 

 

DSC_0005.JPG
DSC_0024.JPG

 

DSC_0037.JPG
DSC_0035.JPG
DSC_0033.JPG
DSC_0029.JPG
DSC_0015.JPG


Demir SÖNMEZ
Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

22:09 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

27/05/2011

Comité Ashraf devant le Palais Wilson

Rassemblement cet après-midi du comité Ashraf devant le Palais Wilson, siège du Haut-Commissariat des Nations-unies auprès des droits de l'homme. Le comité Ashraf demande à l'ONU d'envoyer des observateurs sur place. Les manifestants ont défilé dans le calme jusqu'à la Place des Nations pour défendre ce camp iranien en Irak.

DSC_0025.JPG
DSC_0018.JPG
DSC_0015.JPG
DSC_0023.JPG
DSC_0024.JPG
DSC_0030.JPG
DSC_0031.JPG
DSC_0035.JPG
DSC_0045.JPG
DSC_0155.JPG
DSC_0161.JPG
DSC_0164.JPG
DSC_0171.JPG

Le camp Achraf abrite environ 3.400 opposants au régime iranien appartenant aux  « Moudjahidine du peuple », principale organisation d'opposition iranienne, installés en Irak depuis 25 ans. Ce camp, situé environ 120 kilomètres à l'ouest de l'Iran aux frontières et à 60 kilomètres au nord de Bagdad  

Après la chute de Bagdad en 2003, les Etats-Unis ont désarmé le groupe et l'a été placé « sous protection» en vertu de la 4ème Convention de Genève. Leurs droits doivent donc être respectés selon le droit internationale  Depuis le le janvier 2009, les Etats-Unis ont officiellement cédé le contrôle du camp  au régime irakien.    

D'après des renseignements obtenus de l'intérieur de la Force 'Qods', une entité terroriste créée par le régime iranien, Nouri al-Maleki, dont le rêve de rester le premier ministre de l'Irak semble perdu, s'efforce de persuader le régime de Téhéran de faire pression sur l'Alliance national irakienne (coalition chiite soutenue par Téhéran) de l'accepter comme premier ministre en échange de l'accentuation de sa répression contre les résidents  d' Achraf et cela. alors qu'une intense activité est en cours en Irak et dans la région en vue de la formation (hm nouveau gouvernement à Bagdad.  

Depuis, le camp d' Achraf est menacé de fermeture. Fin juillet, l'armée irakienne est entrée de force dans le camp pour installer un poste de sécurité.  En juillet 2009 à cause d'une attaque brutale, Il personnes ont été tuées, 500 bles­sées et 36 ont été enlevées.  

Depuis deux ans (2009) que les résidents du camp d' Achraf en Irak sont soumis à un blocus. et depuis février 2010, les agents de régime iranien, pleinement soutenus par les forces irakiens aux ordres de AI-Maleki (premier ministre de l'Irak), se sont installés autour du périmètre d' Achraf en menaçant les résidents de mort et d'extradition par le biais de ces haut-parleurs. 240 haut-parleurs autour du camp  d' Adu'af hurlent jour et nuit.  

Sur ordre du Comité de répression d'Achraf des services du premier ministre irakien, les forces irakiennes poursuivent leur blocus inhumain et empêchent rentrée dans le camp de très nombreux produits de première nécessité achetés par les résidents, les forces irakiennes ont accentué les obstacles posés depuis 20 mois pour empêcher les résidents d'Achraf d'avoir accès aux soins médicaux. Ces mesures criminelles sont des violations flagrantes des conventions internationales, du droit humanitaire et du droit humanitaire interactionnel et constituent un crime contre 1 'humanité  le

10 décembre 2010, M. Mehdi Fathi est décédé à Achraf. Atteint d'un cancer depuis un an, il a souffert des restrictions imposées par les forces aux ordres de Nouri Maliki qui ont retardé de plusieurs mois ses soins dans un hôpital spécialisé, accélérant la détérioration de son état de santé vers un point de non retour.  

Le mercredi 6 avril 2011, 36 heures avant la catastrophe, quand les représentants de l'l.JNAMI et les officiers américains sont entrés dans le camp d'Achraf.les résidents du camp les ont infonm~s du massacre imminent mais malheureusement ils n'ont rien tàit. Les résidents d' Achraf leur ont demandé, avec insistance, de renforcer leur présence dans le camp.  

L'attaque a été lance à 04h45 (heure locale) vendredi 8 avril par des blindés, des commandos, des fantassins, des forces mécanisées, des bataillons du génie, des bataillons anti émeutes et de déploiement rapide. Elle a duré 6 heures. Rapidement, beaucoup de résidents d' Achraf ont été hlés. Jusqu'au vendredi soir, le nombre des martyrs a atteint le chiffre de 35 personnes.

 

 

 

 

 

======================================================================================

 

23:25 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

26/05/2011

Défendez les droits syndicaux en Turquie

Défendez les droits syndicaux en Turquie – stoppez les accusations criminelles massives contre les membres et les dirigeants des syndicats!


Des accusations criminelles ont été déposées contre 111 dirigeants syndicaux et syndiqués, incluant le président de l’affiliée de l’UITA TEKGIDA-İŞ, quatre autres dirigeants nationaux et 12 présidents régionaux, ainsi que des dirigeants actuels et passés des centrales nationales DISK et KESK, en lien avec une manifestation tenue à Ankara le 1er avril dernier en appui aux 12 000 travailleurs/euses du tabac dont les emplois et les droits ont été supprimés du jour au lendemain. Les accusés sont passibles de peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu'à cinq ans. Les procès, qui débuteront le 3 juin, constituent une attaque massive contre les droits syndicaux et les droits de tous les travailleurs/euses.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour faire parvenir un message au Premier ministre et au ministre du Travail et de la Sécurité sociale de la Turquie afin d’exiger l’abandon immédiat et inconditionnel de toutes les accusations.


Votre appui est vital!

CLIQUEZ ICI POUR ENVOYER UN MESSAGE [2]

======================================================

La Turquie criminalise l’action syndicale avec le dépôt d’accusation contre un grand nombre de leaders syndicaux – Agissez maintenant! pour défendre les droits syndicaux

Par Alma
Créé le 23/05/2011 - 10:35
23-05-2011
Le gouvernement turc a déposé des accusations criminelles contre 111 leaders, membres et militants/tes syndicaux/cales, pouvant entraîner des peines d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à cinq ans à la suite d'une manifestation tenue à Ankara en 2010. La manifestation d’Ankara avait été organisée en signe d’appui à plus de 12 000 travailleurs/euses devenus excédentaires du jour au lendemain à la suite de la privatisation du monopole d’État des tabacs, TEKEL [1].

Après la vente des activités de fabrication de produits du tabac de TEKEL à BAT en février 2008, l’État a conservé le contrôle des 40 entrepôts où étaient conservés les feuilles de tabac et les produits semi-préparés. L’affiliée de l’UITA TEKGIDA-İŞ, qui représente les travailleurs/euses de TEKEL, s continuellement tenté d’ouvrir des négociations avec le gouvernement sur l’avenir des 12 000 travailleurs/euses des entrepôts, qui n'ont reçu que des offres de contrats précaires à la moitié de leur salaire antérieur, sans droits ou avantages sociaux. En décembre 2009, leur emploi a été résilié de façon abrupte.

Après trois mois de manifestations syndicales à Ankara sans aucun résultat, le syndicat, dans un geste de bonne volonté, a mis fin à ses manifestations publiques et attendu une réponse à ses revendications de nouveaux emplois avec droits acquis – comme le prévoit la loi turque.

Le gouvernement n’ayant fait aucune offre concrète, TEKGIDA-İŞ et ses nombreux supporters ont manifesté de nouveau à Ankara le 1er avril 2010. Ils ont été battus et arrosés de gaz poivre – et risquent maintenant la prison.

La liste des personnes accusées par le procureur public d’Ankara comprend le président de TEKGIDA-İŞ Mustafa Turkel, quatre autres dirigeants nationaux et 12 présidents régionaux, le dirigeant actuel et le dirigeant sortant de la centrale nationale DISK, deux anciens leaders de la confédération du secteur public KESK et d’autres activistes sociaux et syndicaux bien connus.

Les procédures judiciaires doivent se mettre en branle le 3 juin.

Les accusations visent à paralyser le mouvement syndical en Turquie en criminalisant les actions de protestation en défense des droits d'emploi et des droits sociaux. Les lois du travail en Turquie restreignent déjà fortement le droit à l'organisation syndicale et à la négociation. Permettre la poursuite de ces accusations ridicules devant les tribunaux constituerait un recul majeur pour les efforts constants, au pays et ailleurs, visant à amener le système de relations de travail en Turquie  à se conformer aux conventions internationales.

Nous appelons par conséquent tous/tes les militants/tes des droits syndicaux à protester contre ces accusations criminelles auprès du gouvernement turc et à exiger que les accusations soient immédiatement abandonnées.

CLIQUEZ ICI POUR ENVOYER U
N MESSAGE [2]

5
66

L'Union Internationale des travailleurs de l'alimentation, de l'agriculture, de l'hôtellerie-restauration, du catering, du tabac et des branches connexes (UITA) est une fédéreation internationale de syndicats représentant les travailleuses et travailleurs employés dans l'agriculture et les plantations; la préparation et la manufacture des aliments et boissons; les services hôteliers, de restauration et de catering; toutes les étapes de la transformation du tabac. L'UITA compte 374 organisations affiliées dans 119 pays, représentant un effectif total approximatif de 2,6 millions de membres.

Pour contac
ter l'UITA:
Courrier électronique:: iuf@iuf.org
Adresse postale: Rampe du Pont-Rouge, 8, CH-1213, Petit-Lancy (Switzerland)
Téléphone: + 41 22 793 22 33
Télécopie: + 41 22 793 22 38

===========================================================================

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

18:40 Publié dans Solidarité | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

22/05/2011

Basta Ya ! ( Assez ! )

Dimanche à 11h00 devant le consulat d'Espagne à Genève. Une dizaine de manifestants ont soutenu avec le jeunes espagnoles.

 

Interview de Monsieur Alfonso Gomez CruzDSC_0102.JPG

DSC_0118.JPG
DSC_0124.JPG
DSC_0272.JPG
DSC_0275.JPG
DSC_0273.JPG

 

========================================================================================

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

20:58 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

21/05/2011

(Anti) fête foraine, sauvage et créative

 

DSC_0110.JPG

DSC_0114.JPG
DSC_0116.JPG
DSC_0119.JPG

DSC_0122.JPG

DSC_0125.JPG
DSC_0131.JPG
DSC_0138.JPG
DSC_0147.JPG
DSC_0156.JPG
DSC_0168.JPG
DSC_0172.JPG

DSC_0180.JPG

DSC_0181.JPG
DSC_0187.JPG
DSC_0191.JPG
DSC_0202.JPG
DSC_0225.JPG
DSC_0236.JPG
DSC_0240.JPG
DSC_0243.JPG
DSC_0251.JPG
DSC_0254.JPG
DSC_0260.JPG
DSC_0263.JPG
DSC_0266.JPG

DSC_0267.JPG

DSC_0271.JPG
DSC_0273.JPG
DSC_0274.JPG
DSC_0276.JPG
DSC_0281.JPG
DSC_0295.JPG
DSC_0296.JPG
DSC_0299.JPG
DSC_0302.JPG
DSC_0305.JPG
DSC_0310.JPG
DSC_0313.JPG

 

DSC_0097.JPG
DSC_0109.JPG

 

DSC_0104.JPG

 

DSC_0102.JPG

21:42 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

19/05/2011

Il y a des causes qui passent vraiment inaperçues à Genève, pourquoi!!!

 

Les iraniens sur la Place des Nations,

30 jours de présence et zéro visibilité!

Des manifestants iraniens occupent depuis maintenant un mois la Place des Nations. 30 jours de présences et autant de revendications. Aucune couverture médiatique. C'est à se poser la question: pourquoi autant de mépris envers ces manifestants?

Des humains manifestent tous les jours à Genève et ce depuis un mois et rien aucune ligne
dans les journaux! C'est kafkien comme situation. Ces iraniens ont l'impression qu'ils ne font pas le poids dans la ville de Jean- Jacques rousseau.

Honte à ceux qui détiennent l'information. Faut-il s'appeler DSK pour attirer l'attention???
Heureusement il y a les blogs...

interview d’un militant iranien


 

IMGP4842.jpg
IMGP4850.JPG
IMGP4855.JPG
IMGP4858.JPG

IMGP4879.JPGIMGP4888.JPG

IMGP4886.JPG
Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

22:45 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

Des enfants kurdes au siège des Nations - Unies !

 

Deux cent enfants Kurdes manifestent sur la Place des Nations pour leurs droits à l'éducation dans leur langue maternelle.

Des enfants Kurdes ont transmis leurs doléances cet après-midi aux Nations-Unies

DSC_1689.jpg
DSC_1678.jpg
DSC_1660.jpg
DSC_1647.jpg
DSC_1673.jpg
DSC_1630.jpg
Reportage photos: Bengül YAGIBASAN
---------------------------------------------------------------
Appel des enfants kurdes aux organisations internationales (ONU, UE UNICEF et toutes les autres)

Par le traité de Lausanne du 24 juillet 1923, notre pays, le Kurdistan, a été morcelé entre la Turquie (Kurdistan du Nord), l'Iraq (Kurdistan du Sud), l'Iran (Kurdistan du l'Est) et la Syrie (Kurdistan de l'Ouest). Mais il n'y avait pas seulement cette répartition, il y a aussi la répression de notre langue maternelle, le kurde. Les pays colonialistes ont non seulement essayé de nous anéantir par les armes, mais aussi par l'assimilation. La Turquie a déclaré le turc comme seule langue nationale et interdit ainsi le kurde, notre langue maternelle.

En plus, le gouvernement turc a proclamé le patrimoine culturel des Kurdes comme étant l'héritage des Turcs. Et maintenant encore, l'administration turque déclare qu'il y a seulement une seule nation et une seule langue dans la République turque et elle continue i. enseigner la langue turque au monde entier. Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan a par exemple lancé un appel au gouvernement allemand en 2008 en lui rappelant que l'assimilation des Turcs en Allemagne signifie une violation des droits humains, car par elle l'identité culturelle est reniée. Le même premier ministre a martelé quelques mois plus tard dans la ville de Colemêrg (Hakkari, Kurdistan du Nord) pendant un congrès de son parti AKP qu'il n'existe qu'une seule nation et qu'une seule langue dans la République turque: la nation turque et la langue turque. Ceux qui ne peuvent pas accepter ce fait doivent quitter le pays et en chercher un autre.

Le même Etat célèbre chaque année une journée des enfants le 23 avril. Lors de cette fête, les enfants kurdes et ceux d'autres minorités doivent se présenter comme des enfants turcs. Comme ce courant de pensée est obligatoire, des dizaines d'enfants kurdes comme Ceylan Onkol ou Ugur Kaymaz ont été tués par des unités des forces de l'ordre légales et illégales, violés ou emprisonnés à cause de leur revendication de parler leur langue maternelle, le kurde. Les tribunaux donnent généralement une peine de détention particulièrement longue à ces enfants.

La situation des Kurdes dans les autres pays est plus ou moins pareille, seulement les méthodes sont différentes: l'Iran et la Syrie essayent d'assimiler les Kurdes et d'anéantir leur identité culturelle en utilisant des méthodes primitives. En 2010, le gouvernement iran ien a exécuté trois enseignants à cause de leur activité culturelle et mis en prison beaucoup d'autres enseignants illégitimement. La Syrie connait comme la Turquie une seule identité, c'est la nation arabe. Seulement dans la partie sud du Kurdistan, la situation s'est améliorée ce qui nous remplit, nous les enfants kurdes, d'espoir.

Le traité de Lausanne a fait souffrir des millions de Kurdes. A cause de ça, les enfants kurdes font appel aux organisations internationales comme l'ONU, DE, UNICEF et toutes les autres pour intenter une action commune contre cette assimilation, car elle représente, comme le premier ministre Recep Tayyip Erdogan a dit, une violation des droits humains. C'est non seulement la faute des pays colonialistes (Turquie, Syrie, Iran et Iraq), mais aussi des autres pays qui ont signé le traité à Lausanne en 1923.

Depuis 88 ans, les Kurdes souffrent du reniement et de l'extirpation. C'est pourquoi nous, les enfants kurdes, nous disons: Ne touchez pas au futur des enfants kurdes et du peuple kurde!

Nous prions l'ONU de prendre les problèmes des Kurdes au sérieux et d'adopter les mesures suivantes:

1) L'ONU doit, dans une séance urgente, installer une commission qui est responsable des problèmes kurdes et d'une campagne urgente pour la langue kurde

2)  L'Europe doit assumer la responsabilité de l'assimilation et de l'extirpation de l'identité culturelle en combattant plus activement contre la Turquie et les autres pays

3)  Comme mesure alternative, nous proposons à l'Union Européenne de développer et de réaliser un projet pour la langue kurde

For it check you the Int. article : Das Buch 'MeDschRi Menschenrechte û Menschenrechtechartal 6. Auflage 2010 Art. 12 Seite 419,Art. 28 Seite 424,Art. 29 Seite 425,Art. 30 Seite 425(Kulturelle Identitiit),Art.l Seite 354,Art. 37 Absatz abc und d Seite 426,Art.26 Seite 9 und Absatz 3,Art.30 Seite 10 û hwd.
Comité des enfants kurdes en Suisse
PO Box
3616, CH-B021 Zurich

Reportage photos: Haykel Ezzeddine

20110518_7272.jpeg20110518_7270.jpeg20110518_7279.jpeg

20110518_7269.jpeg
20110518_7276.jpeg
20110518_7277.jpeg
Des enfants kurdes au siège des Nations - Unies ! .jpeg
20110518_7272.jpeg

Reportage photos: Haykel Ezzeddine

===========================================

Maison Populaire de Geneve

Case postale 1141

1211 Genève1 Suisse

Tel : 0041(0)79 256 30 11

 

11:04 Publié dans enfants | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

18/05/2011

Vague d’arrestations en Turquie : 771 kurdes arrêtés en 16 jours

Vague d’arrestations en Turquie :

771 kurdes arrêtés en 16 jours

 

polis tutuklamalari.jpg


La police turque a arrêté plus de 250 kurdes pour la seule journée du lundi 16 mai dans 14 villes, ce qui porte le nombre des arrestations à 771 depuis début mai. Parmi eux figurent des enfants, des étudiants et de nombreux responsables du principal parti kurde BDP.

Le gouvernement AKP du premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan intensifie la pression policière sur la principale formation kurde, Parti pour la paix et la démocratie (BDP) avant les élections législatives prévue le 12 juin.

Alors que l’armée mène des opérations d’envergure contre le PKK, parti des travailleurs du Kurdistan, malgré le cessez-le-feu unilatéral observé depuis aout 2010 par cette organisation, la police sème la terreur sur les sympathisants actifs du BPD dans les villes, arrêtant des milliers de personnes.

Selon un décompte basé sur les articles publiés par deux agences de presse kurde, Firat et DİHA, au moins 253 kurdes ont été arrêtés le 16 mai dans 14 villes, dont 54 à Hakkari, 53 à Istanbul, 50 à Diyarbakir, 33 à Siirt et 15 à Cizre.  Ce chiffre porte à 771 le nombre d’arrestations au cours de seize premiers jours de mai.

Les autorités turques procèdent à des vagues d'arrestations parmi les kurdes, notamment à la suite de la campagne de désobéissance civile sans précédente, lancée le 24 mars par les organisations kurdes pour les droits fondamentaux.

Au moins 2 788 personnes ont été arrêtées et 747 d’entre eux ont été écrouées dans la seule région kurde pendant les quatre premiers mois de l’année 2011, selon un rapport de l’Association des droits de l’homme (İHD), rendu public le 13 mai, ce qui porte à 3559 le nombre d’arrestations depuis début de l’année. Les arrestations sont multipliées par deux et les cas de torture et de mauvais traitements ont brutalement augmenté de 200 pour cent, dénonce l’association.

http://www.kurdish-info.eu/News-sid-Vague-d-arrestations-...

10:37 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

17/05/2011

L’explosion de colère kurde en Turquie

L’explosion de colère kurde en Turquie

De violents affrontements ont été éclatés lundi 16 mai en marge des manifestations organisées à travers la Turquie, notamment dans la région kurde, contre les opérations militaires qui ont fait 12 morts dans les rangs du PKK entre  les 12 et 14 mai.  Des milliers de kurdes ont défié l’armée turque en franchissant la frontière irakienne pour ramener les corps de combattants.

Réclamant les corps des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), tués par l’armée turque malgré les cessez-le-feu unilatéral déclaré par cette organisation,  des milliers de manifestants kurdes se sont rendus à la frontière au cours des deux derniers jours. Ils ont trouvé les corps de quatre combattants, défiant les soldats turcs qui ont ouvert le feu sur eux.

A Cizre, localité de Sirnak, environ 50 000 personnes ont assisté aux funérailles d’une guérilla. La police a fait usage de gaz lacrymogènes et de canon à eau pour disperser des manifestants qui ont riposté avec des cocktails molotov.

A Diyarbakir, la capitale kurde, plus de 20 personnes ont été arrêtés lors des manifestations violentes contre le gouvernement turc, criant vengeance.

A Yuksekova, dans la province de Hakkari, 30 000 personnes ont manifesté contre les opérations militaires et policières.  Ils ont crié des slogans comme « Les martyres ne meurent pas », « vengeance » et « Erdogan assassin », faisant référence au premier ministre turc.

A Istanbul, plusieurs milliers de personnes se sont réunis à Taksim où ils ont organisé un sit-in. Les manifestants en colère ont lancé des cocktails molotov sur les forces de l'ordre qui ont intervenu violemment dans le quartier de Tarlabasi. Environ 30 personnes ont été arrêtées à Istanbul.

TROIS JOURS DE DEUIL

D’autres manifestations ont eu lieu dans des villes comme Siirt, Hakkari, Mersin, Urfa et Agri.  Les commerçants ont fermé leurs boutiques, les écoliers et les étudiants ont boycotté les cours à travers le Kurdistan de Turquie.  Le principal parti kurde BDP qui a décrété trois jours de deuil.

PLUS 160 ARRESTATIONS

Plus de 160 personnes ont été arrêtées au cours de 24 dernières heures dans dix villes, dont 54 à Hakkari, 30 à Istanbul,  20 à Diyarbakir,  20 à Siirt et 11 à Cizre.

MA
http://www.kurdish-info.eu/News-sid-L-explosion-de-col-re...

10:37 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

L’explosion de colère kurde en Turquie

L’explosion de colère kurde en Turquie

De violents affrontements ont été éclatés lundi 16 mai en marge des manifestations organisées à travers la Turquie, notamment dans la région kurde, contre les opérations militaires qui ont fait 12 morts dans les rangs du PKK entre  les 12 et 14 mai.  Des milliers de kurdes ont défié l’armée turque en franchissant la frontière irakienne pour ramener les corps de combattants.

Réclamant les corps des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), tués par l’armée turque malgré les cessez-le-feu unilatéral déclaré par cette organisation,  des milliers de manifestants kurdes se sont rendus à la frontière au cours des deux derniers jours. Ils ont trouvé les corps de quatre combattants, défiant les soldats turcs qui ont ouvert le feu sur eux.

A Cizre, localité de Sirnak, environ 50 000 personnes ont assisté aux funérailles d’une guérilla. La police a fait usage de gaz lacrymogènes et de canon à eau pour disperser des manifestants qui ont riposté avec des cocktails molotov.

A Diyarbakir, la capitale kurde, plus de 20 personnes ont été arrêtés lors des manifestations violentes contre le gouvernement turc, criant vengeance.

A Yuksekova, dans la province de Hakkari, 30 000 personnes ont manifesté contre les opérations militaires et policières.  Ils ont crié des slogans comme « Les martyres ne meurent pas », « vengeance » et « Erdogan assassin », faisant référence au premier ministre turc.

A Istanbul, plusieurs milliers de personnes se sont réunis à Taksim où ils ont organisé un sit-in. Les manifestants en colère ont lancé des cocktails molotov sur les forces de l'ordre qui ont intervenu violemment dans le quartier de Tarlabasi. Environ 30 personnes ont été arrêtées à Istanbul.

TROIS JOURS DE DEUIL

D’autres manifestations ont eu lieu dans des villes comme Siirt, Hakkari, Mersin, Urfa et Agri.  Les commerçants ont fermé leurs boutiques, les écoliers et les étudiants ont boycotté les cours à travers le Kurdistan de Turquie.  Le principal parti kurde BDP qui a décrété trois jours de deuil.

PLUS 160 ARRESTATIONS

Plus de 160 personnes ont été arrêtées au cours de 24 dernières heures dans dix villes, dont 54 à Hakkari, 30 à Istanbul,  20 à Diyarbakir,  20 à Siirt et 11 à Cizre.

MA
http://www.kurdish-info.eu/News-sid-L-explosion-de-col-re...

10:37 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

16/05/2011

Journée du développement durable: la victoire de la mobilité douce

Journée du développement durable:

la victoire de la mobilité douce

Interview de M. François Baertschi, Le Maire de la Ville de Lancy


Interview M. Frédéric Renevey, Vice-président de la Ville de Lancy

Interview M. Francois Lance, Conseiller administratif de la Ville de Lancy

Festival du développement durable, Mobilité douce ATE

DSC_0001.JPG
DSC_0004.JPG
DSC_0005.JPG
DSC_0009.JPG
DSC_0012.JPG
DSC_0018.JPG
DSC_0020.JPG
DSC_0021.JPG
DSC_0025.JPG
DSC_0029.JPG
DSC_0034.JPG
DSC_0036.JPG
DSC_0043.JPG
DSC_0044.JPG
DSC_0051.JPG
DSC_0056.JPG
DSC_0065.JPG
DSC_0071.JPG

 

50,3% de la population de Canton de Genève

ne veut plus voir ce genre de scène

 

DSC_0091.JPG

 

===========================================================================


Communique presse

Les Genevois-es votent socialiste


Votations du 15 mai 2011

 

Seule formation à gauche à soutenir le déclassement des Cherpines et le soutien à la mobilité douce, le PS genevois est heureux des résultats.

Victoire d'étape sur le logement

Les besoins existants exigent de densifier partout où cela est possible pour répondre à la crise du logementet donc aussi aux Cherpines. Le PS s'engage pour que les réalisations aux Cherpines correspondent à un véritable éco-quartier, tel que la résolution socialiste adoptée au Grand Conseil le prévoit.

Dans le même mouvement, il s'agit de réorienter le développement économique de la région afin de corriger les dysfonctionnements à la source.

Pour l'agriculture, il nous faut pérenniser la zone agricole dans la mesure où elle produit pour les
besoins nécessaires d'approvisionnement local
.

Mobilité douce: Enfin un libre choix !

Le libre choix des moyens de transports est enfin assuré pour toutes et tous, y compris pour les usagers de la route les plus vulnérables. Le PS, qui était parmi les forces qui avaient lancé l'initiative pour la mobilité douce, se réjouit particulièrement de ce résultat et tient à remercier Thibault Schneeberger et Andréa Von Maltitz d'ActifTrafic pour l'excellent travail de coordination et de présence sur le terrain qu'ils ont apporté à la campagne unitaire.


Pour plus informations:
René Longet, Président, 079 690 31 19
Arnaud Moreillon, Secrétaire général, 079 633 34 63

11:54 Publié dans Développement durable | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

15/05/2011

Manifeste pour la réalisation du droit au logement

 

Manifeste pour la réalisation du droit au logement

La crise du logement à Genève, qui sévit depuis des décennies, est plus forte que jamais. Les collectivités publiques ne se sont pas saisies du problème malgré leurs promesses, et au mépris de leurs obligations. Au contraire, elles n'ont fait que l'alimenter par leur politique de développement économique inadaptée aux besoins locaux.

Avec un taux de vacance de 0,2%, trouver un appartement relève aujourd'hui de la mission impossible. La pénurie profite aux propriétaires et aux régies qui fixent les loyers à des prix abusifs selon la loi. Pour ne prendre qu'un exemple, de nombreux appartements de 4 pièces qui devraient être remis sur le marché aux alentours de 1000 ou 1200 francs par mois sont loués à 2000 ou 2500 francs.

Pour les propriétaires, le taux de rendement annuel sur fonds propres d'un appartement passe ainsi de 3,25%, considéré comme légal par le Tribunal fédéral, à parfois 13% par année! Sans compter le profit réalisé s'ils revendent l'immeuble plus du double qu'ils l'ont payé! Quand on sait qu'en moyenne seul 30% du loyer sert à la construction et à l'entretien de l'immeuble, le reste allant aux intérêts payés aux banques et aux propriétaires, on réalise l'ampleur de l'exploitation dont les locataires font l'objet.

L'augmentation générale des loyers chasse les habitants modestes et une partie des classes moyennes en France et dans les cantons voisins. La ville devient peu à peu une zone résidentielle et commerciale pour les plus aisés. Le droit au logement est aussi bafoué pour une partie de la population qui vit dans la rue et qui est, de surcroit, persécutée par les autorités (confiscation des matelas et couvertures en plein hiver). Les lieux d'accueil urgence ne couvrent pas toute la demande et les conditions de vie y sont inhumaines.

Pourtant, le logement est un droit qui figure dans la Constitution genevoise. Au même titre que l'éducation ou la santé. Or, il est géré comme une marchandise. Nous, habitants de Genève, réclamons le droit de vivre dignement en ville pour tous, citoyens, étrangers de tous pays, sans-papiers, Roms, et sans-abris!

Dans ce contexte, bien des régisseurs cherchent à faire partir leurs locataires pour relouer plus cher. Certains osent même le faire ouvertement pour cette raison, d'autres utilisent toutes sortes de prétextes. Ainsi, aujourd'hui, entre 3 et 6 personnes par jour sont expulsées de leur logement à Genève, soit entre 1000 et 2000 par année. Les autorités cantonales se font le bras armé de cette politique. Par ailleurs, elles répriment les jeunes qui occupent des logements et des locaux commerciaux laissés vides. Ceux-ci permettent pourtant de limiter la spéculation sauvage et créent des lieux de logement, de culture et de vie alternatifs qui font vivre Genève!

Nous, habitants de Genève, refusons cette situation intolérable. Nous nous rassemblerons le 14 mai pour faire entendre notre colère de façon créative, redonner courage à tous ceux qui subissent cette situation, et exiger des autorités qu'elles assument leurs obligations

Nous exigeons les mesures urgentes suivantes:

1. Limitation du règne du marché, car le logement est un droit

  • Acquisition et construction massives de logements sociaux durables par les collectivités publiques. Mise à disposition de terrains et de crédits préférentiels pour les coopératives.
  • Contrôle des loyers. L'Etat doit vérifier que le loyer de chaque nouveau bail mis sur le marché ne soit pas abusif au regard de la loi et de la jurisprudence genevoise
  • Interdiction des résiliations de bail pour relouer plus cher ainsi que pour revendre les appartements

2. Pas d'expulsions de locataires sans solution de relogement digne et durable

3. Acceptation de l'occupation des logements et locaux commerciaux laissé~ vides ainsi que la construction de logements de fortune (tentes, yourtes, roulottes, etc).

A plus long terme, ne faudrait-il pas faire passer la propriété des terrains de la ville aux mains de la collectivité, les sortant ainsi de la loi du marché? Une politique démocratique d'urbanisation digne de ce nom est impossible tant qu'il s'agit d'assurer des rendements financiers à des propriétaires privés.


Discours de M. Dandrès Christian (Député parti socialiste Genevois)

DSC_0189.JPG
DSC_0186.JPG
DSC_0181.JPG
DSC_0188.JPG
DSC_0192.JPG
DSC_0183.JPG
DSC_0195.JPG
DSC_0199.JPG
DSC_0207.JPG
DSC_0208.JPG
DSC_0212.JPG
DSC_0221.JPG
DSC_0223.JPG
DSC_0226.JPG
DSC_0228.JPG
DSC_0231.JPG
DSC_0240.JPG
DSC_0244.JPG
DSC_0243.JPG
DSC_0246.JPG
DSC_0249.JPG
DSC_0251.JPG
DSC_5201.JPG

DSC_5211.JPG

DSC_5216.JPG
DSC_5222.JPGDSC_5230.JPG
DSC_5232.JPG

DSC_5233.JPG

00:26 Publié dans Développement durable | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

13/05/2011

Le Bateau s'est échoué devant l'uni-mail

 

IMG_5268.JPG
IMG_5273.JPG
IMG_5264.JPG
IMG_5263.JPG
IMG_5258.JPG
IMG_5254.JPG
IMG_5249.JPG

 

IMG_5247.JPG
IMG_5246.jpg
IMG_5243.JPG
IMG_5242.JPG
IMG_5241.JPG
IMG_5216.JPG
IMG_5217.JPG
IMG_5218.JPG

 

IMG_5221.JPG
IMG_5222.JPG
IMG_5223.JPG
IMG_5228.JPG
IMG_5231.JPG
IMG_5236.JPG
IMG_5238.JPG
IMG_5241.JPG

 

IMG_5273.JPG

 

 

 

 

 

11:46 Publié dans Développement durable | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

10/05/2011

«Il faut se battre pied à pied pour la liberté de manifestation»

 

«Il faut se battre pied à pied pour la liberté de manifestation»

Une quarantaine de militants, représentant la quasi-totalité des organisations de gauche, se sont retrouvés le 9 mai au Tribunal de police pour soutenir Laurent Tettamanti. Le communiste est poursuivi pour avoir, sans l’aval de la police, co-organisé en octobre dernier une manifestation de solidarité envers le mouvement social français contre la réforme des retraites.

La police avait donné un préavis négatif à ce rassemblement réunissant une quinzaine de personnes devant le consulat de France. «Mais je n’ai jamais reçu de décision négative du Département de la police et de la sécurité», a expliqué le militant devant le tribunal. «Je me sentais en plein droit, sur le fond comme sur la forme, de maintenir cette manifestation.» Quant aux accusations d’avoir entravé le trafic et refusé de circuler sur les injonctions des pandores, elles ont été balayées par l’accusé comme par les témoins à décharge. «La police nous a dit de circuler, alors on a tourné autour du consulat, un peu comme le font les manifestants américains», a témoigné le syndicaliste Christian Tirefort. «Les seuls à occuper la rue étaient des gorilles en uniforme qui m’ont insulté», a assuré le communiste Jean-Louis Carlo. «Nous avons traversé la rue que lorsque la police nous a poussé et il n’y avait pas de voiture à ce moment-là.» Preuve que les manifestants n’étaient pas vraiment agressifs, «le consul est descendu discuter avec nous sur un ton très cordial», a déclaré devant les juges Anne Michel. «J’ai protesté, certes», a reconnu Laurent Tettamanti, «mais de manière polie et nous avons obtempéré».

Me Pierre Bayenet a plaidé l’acquittement: «Cette manifestation n’a pas été interdite puisque le Département de la police et de la sécurité ne s’est pas prononcé, on ne peut donc pas punir M. Tettamanti pour l’avoir organiser. D’ailleurs, les manifestants ont obéi aux ordres de la police alors qu’ils n’avaient pas cette obligation.» Le jugement sera rendu ultérieurement.

Pour Ueli Leuenberger, présent à l’audience, «il n’existe aucune raison ou risque de danger pour interdire une telle manifestation et pour la dissoudre. Il est important de ne pas restreindre la liberté d’expression et de manifestation, c’est une question de principe», souligne le conseiller national et président des Verts suisses. «Il faut se battre pied à pied pour défendre la liberté de manifestation», conclut Laurent Tettamanti.

Jérôme Béguin

IMG_2298.jpg

Laurent Tettamanti

IMG_2297.jpg
IMG_2295.jpg

Laurent Tettamanti et Ueli Leuenberger

( le conseiller national et président des Verts suisses ) t;/p>

IMG_2302.jpg
IMG_2300.jpg

(Photos Carlos Serra)

17:50 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

AKP sème la terreur sur les kurdes

AKP sème la terreur sur les kurdes

La tension monte au Kurdistan de Turquie après les opérations policières et militaires qui ont couté la vie de 25 combattants du PKK et deux civils depuis fin mars. Au moins 159 kurdes ont été arrêtés au cours des 24 dernières heures et environ 1 500 depuis 19 avril.

Le gouvernement turc vise violemment les kurdes avant les élections législatives du 12 juin, menant une politique nationaliste pour prendre des voix au MHP (Parti de l'action nationaliste, nationaliste et raciste). Selon le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, le problème kurde n’existe plus, alors qu’aucune mesure effective n’a été prise par le gouvernement Erdogan.

 

 

 

DES FILTRES SUR CHAQUE ORDINATEUR

Trompant l'opinion en promettant l'an dernier une solution durable à la question kurde, le gouvernement AKP a mis en place un véritable système policier contre toute opposition.  Le pays est devenu la plus grande prison du monde pour les journalistes, avec au moins 58 journalistes emprisonnées. Des dizaines des journaux ont été suspendus et plus de 7 milles sites d’internet ont été bloqués. Imposant aux internautes l’usage d’un filtre pour leur accès en ligne, la Turquie  suit le chemin qui mène vers Iran et la Chine.

Selon une décision du 22 février dernier, les utilisateurs d’Internet en Turquie auraient le choix entre quatre options : famille, enfants, domestique et standard. A partir du 22 août, il sera obligatoire d’installer l’une de ces offres sur chaque ordinateur en sa possession. Reporters sans frontières condamne la tentative du Bureau des Technologies de l’Information (BTK), qui dépend du Premier ministre, d’imposer l’usage d’un filtre pour  accès à Internet.

25 COMBATTANTS DU PKK TUÉS

Malgré le cessez-le-feu du PKK, Parti des travailleurs du Kurdistan, depuis aout 2010, l’armée turque  mènent des opérations à travers le Kurdistan de Turquie. 25 guérilleros du PKK ont été tués depuis fin mars. Le 4 mai, cent mille kurdes ont assisté aux funérailles de quatre guérillas du PKK à Diyarbakir, chef-lieu du Kurdistan, criant vengeance.

Au lendemain de ces funérailles, considérés les plus grandes depuis  20 ans, le premier ministre turc a appelé à la censure du principal parti kurde BDP dans les médias.

Parallèlement aux opérations militaires menées par l’armée, la police turque  sème la terreur dans les villes, ce qui a fait monter d'un cran la tension. La frénésie d’arrestations a pris de l’ampleur, notamment après l'éviction de sept candidats kurdes aux législatives. Cette décision qui a suscité la colère des kurdes avait finalement été annulée pour six d'entre eux. La police a tué deux manifestants et a blessé des centaines d’autres au cours de manifestations pour dénoncer l’éviction des candidats.

ARRESTATIONS EN MASSE

308 personnes, dont neuf policiers, ont été blessées et 831 autres, dont 198 enfants, ont été arrêtées entre le 19 et 29 avril en Turquie, selon un rapport de l’association des droits de l’homme (IHD).

Les opérations policières n’ont pas cessé les jours suivants. Il ne passe pas un jour sans qu’on rapporte l’arrestation en masse de kurdes. Au moins 86 kurdes ont été envoyés en prison au cours de deux dernières semaines dans la seule ville de Batman.

Le 5 mai, douze kurdes arrêtés lors des opérations menées dans neuf villes ont été mis en examen et envoyés en prison.

Deux jours avant, le 3 mai, 44 personnes arrêtées à Istanbul, Urfa, Batman et à Mardin ont été emprisonnées.

Le 6 mai, la police a procédé des perquisitions dans dix villes, saccageant les maisons, et a arrêté au moins 159 kurdes. Parmi eux figurent des enfants, des femmes, des étudiants, un journaliste et des membres du BDP.

Selon un décompte du blog Maxime Azadi,  environs 1 500 kurdes ont été arrêtés depuis 19 avril.

LE GOUVERNEMENT A PERDU LÉGITIMITÉ

Jeudi soir, le Congrès de la Société Démocratique (DTK), une organisation rassemblant de nombreux responsables kurdes, dont ceux du parti pro-kurde BDP (Parti pour la paix et la démocratie), a averti qu'elle pourrait appeler au boycottage des élections si les opérations militaires et les arrestations se poursuivent.  « Le gouvernement a perdu toute légitimité » et « il menace la sécurité des élections », a dénoncé Aysel Tugluk, la co-présidente du DTK, appelant à la résistance démocratique. (Kurdish Info, 6 mai 2011)

http://www.info-turk.be/393.htm#terreur

11:09 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

09/05/2011

Manifestation pour la mobilité douce

 

DSC_0003.JPG
L1000482.JPG

 

L1000480.JPG

Intervention de Madame Conseillère

d'Etat Michèle Künzler

L1000478.JPG
L1000475.JPG
L1000473.JPG

Intervention de Madame Aurélie Anstett

L1000470.JPG
L1000468.JPG

Intervention de Madame Anne-Cécile Reimann

DSC_0011.JPG

DSC_0022.JPG
DSC_0023.JPG
DSC_0033.JPG

Intervention de Monsieur Thibault Schneeberger

 

DSC_0044.JPG
DSC_0046.JPG
DSC_0062.JPG
DSC_0065.JPG

Intervention de Monsieur Léonard Graf

DSC_0068.JPG

DSC_0069.JPG
L1000486.JPG

DSC_0091.JPG
DSC_0087.JPG
DSC_0073.JPG
DSC_0095.JPG
DSC_0103.JPG
DSC_0106.JPG
DSC_0113.JPG

DSC_0127.JPG

DSC_0123.JPG

Plus jamais ça

DSC_0145.JPG
DSC_0153.JPG

DSC_0156.JPG

DSC_0149.JPG
DSC_0152.JPG
DSC_0158.JPG
DSC_0167.JPG
DSC_0171.JPG
DSC_0166.JPG
DSC_0170.JPG
DSC_0168.JPG

DSC_0164.JPG

15:13 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

02/05/2011

Manifestation 1er Mai : Journée revendicative internationale des travailleuses et travailleurs

 

IMG_4669.JPG
DSC_0045.JPG
IMG_4673.JPG

 

2011-05-01 discours Marguerite BOUGET - SYNA

près du Monument à la mémoire des Brigadistes - rue Dancet - Genève

Mon calendrier et mon agenda indiquent tout deux à la date d’aujourd’hui : dimanche1er Mai 2011, Fête du travail

Nous tous, ici présents, ce que nous voulons fêter ce n’est pas uniquement le travail, mais les travailleuses et les travailleurs.

Ce que nous voulons c’est rappeler qu’il y a des femmes et des hommes qui s’engagent quotidiennement pour faire que notre économie fonctionne au mieux et produise ce que nous avons besoin pour vivre.

Tous, à notre niveau, nous œuvrons pour le bien-être de l’ensemble de la communauté. Tous nous consolidons l’édifice social dont chacun devrait pouvoir bénéficier selon ses propres besoins et ceux de sa famille.

Chacun de nous, du plus faible au plus fort, nous aspirons à la paix et au bonheur. Le travail a été défini comme une base sociale, comme un moyen de contribuer à obtenir les conditions pour parvenir à ce bonheur et à cette paix. Le travail produit la richesse des pays. Le travail est revendiqué comme un droit. Et, parce que c’est un droit, son accès doit être facilité par l’accès aux formations tout au long de la carrière et son exercice doit s’accompagner de protections.

C’est peut-être aussi parce que c’est un droit qu’il est attaqué de toute part. Les défis que nous devons relever aujourd’hui sont de véritables combats.

La sécurité de l’emploi n’est plus qu’une illusion car les richesses que produit le travail attisent les convoitises et les protections mises en place sont insuffisantes à le garantir. Les conventions collectives de travail sont attaquées pour n’avoir pas à partager les profits générés par le travail fourni. Le bâtiment, les commerces affichent des chiffres record mais menacent, licencient et exigent toujours plus de flexibilité. Peu importent l’expérience ou l’ancienneté, les employé-es sont devenus jetables et si facilement interchangeables. La logique « travail contre salaire » est bafouée quotidiennement, les victimes exploitées sont innombrables. Impuissance ou complaisance de nos autorités ? Echec ou manque de volonté à changer les règles et à les faire respecter ?

Le nombre des exclus du travail ne cesse de croître pour aller grossir les rangs des chômeurs et de ceux qui, n’y ayant pas droit, vont entrer dans une spirale de paupérisation pour eux et pour leurs proches. La société civile se retrouve à son tour avec ces personnes à sa charge.

Les richesses qu’ils auront produites jusque-là reposant bien au chaud ailleurs. Alors que les assurances sociales continuent d’être attaquées, des voix s’élèvent pour demander plus de justice. Elles demandent que les salaires minimum pour un plein temps ne soient pas inférieurs à 4’000.- francs, comme une juste reconnaissance du temps consacré au travail, dans un pays où le coût de la vie est élevé. Elles demandent l’égalité des chances et l’égalité salariale entre les hommes et les femmes, non pas uniquement sur le papier mais dans les faits.

C’est sous ce double slogan que nous vous invitons aujourd’hui à manifester et à faire la fête. Ensemble, côte à côte, nous devrons nous mobiliser encore souvent. Il nous faudra rester uni pour défendre la dignité et les droits de chacune et de chacun. Nous vous invitons d’ores et déjà à prendre connaissance et à soutenir les diverses actions et manifestations qui auront lieu le 14 juin 2011 pour célébrer plusieurs dates anniversaire en lien avec le droit des femmes. Notamment dès 14h06, puis un défilé à 17h30 et dès 19h30 une grande fête aux Bastions. Et, surtout n’oubliez pas que la vraie richesse du monde du travail se sont les travailleuses et les travailleurs.

Bonne fête du 1er Mai

DSC_0057.JPG

2011-01-05 discours Alexander ENILINE PDT

près du Monument à la mémoire des Brigadistes - rue Dancet - Genève

Chères et chers camarades,

Puisque j’ai l’honneur de parler aujourd’hui ici, je souhaiterais commencer mon discours en insistant sur la cohérence symbolique de ce lieu et l’importance de notre pratique d’y débuter chaque premier mai. Ici le monument aux Brigadistes, héros de la guerre d’Espagne, persécutés à leur retour par l’Etat bourgeois suisse ; quelques mètres plus loin, la Pierre commémorative aux victimes de la tuerie de 1932 ; deux symboles forts de la lutte antifasciste, de la lutte populaire contre la tyrannie fasciste, et du sang des travailleurs versé par les hordes de Franco et par la droite genevoise qui n’a pas hésité à faire tirer sur la foule pour défendre un meeting fasciste ! Je souhaiterais évoquer aussi l’exposition temporaire sur la promenade Saint-Antoine qui rappelle tous les risques et les sacrifices qu’a encouru la République espagnole pour sauver l’héritage artistique de l’Espagne des bombardements franquistes.

Ces symboles, la mémoire qu’ils incarnent, sont aujourd’hui plus nécessaire que jamais, aujourd’hui que l’ombre sinistre du fascisme plane de nouveau sur l’Europe. Aujourd’hui, des partis fascisant, si ce n’est ouvertement fascistes, atteignent des sommets dans les votes : l’UDC, le MCG, La Lega dei Ticinesi, désormais deuxième parti du Tessin, le FN, la Ligue du Nord,…Dans les pays baltes, les anciens SS défilent ouvertement dans les rues, avec le soutien ouvert des liquidateurs du socialisme et le silence complice de l’Union européenne. Pendant ce temps, les partis bourgeois classiques, le PLR, le PDC, l’UMP, reprennent sans scrupules les idées de l’extrême-droite et passent parfois des accords électoraux avec elle, de la même façon qu’ils l’ont déjà fait dans les années trente. Par delà toutes les différences de forme, l’idéologie de l’extrême-droite reste la même que celle qu’elle a toujours été, et la menace reste la même : xénophobie exacerbée, racisme, démagogie sans borne et stratégie du bouc-émissaire, stigmatisation de l’étranger comme source de tous nos problèmes, même le nucléaire si l’on en croit l’UDC, prétention au droit exclusif de parler au nom du peuple, refus du débat rationnel et intolérance pour toute opinion contradictoire, démagogie pseudo-populaire qui masque mal une politique pro-patronale, racisme ouvert antimusulman et anti-rom qui est pour l’essentiel entré dans l’idéologie bourgeoise officielle, culte du chef, qu’il s’appelle Blocher, Stauffer ou Le Pen, projet de « milices citoyennes » du MCG qui ranime le spectre des SA. Aujourd’hui Carlos Medeiros déclare « nous sommes le peuple, nous voulons chasser les Roms », Pierre Maudet parade devant un campement rom démoli, Claude Guéant multiplie les provocations et l’ombre des heures les plus sombres de l’histoire plane sur l’Europe.

Comme autrefois, la montée de l’extrême-droite est due à des problèmes réels que vit le peuple, naguère la grande crise de 1929, aujourd’hui l’impasse qu’est la mondialisation néolibérale et l’idéologie du libre-marché et de la concurrence libre et non-faussée. Ces problèmes sont réels et il ne faut ni les nier, ni les sous-estimer. Mais l’extrême-droite n’a aucune solution à leur apporter, au lieu de cela elle en fait son fond de commerce pour faire passer son projet de toujours : xénophobie, racisme, obscurantisme, fascisme…et politiques libérales, qu’elle critique en paroles mais soutient dans les faits. Or la lutte réelle contre l’impasse qu’est la mondialisation néolibérale passe par la rupture avec les politiques libérales et le dogme de la concurrence libre et non-faussée. C’est pourquoi le Parti du Travail a toujours rejeté les accords bilatéraux avec l’Union européenne, qui gravent le néolibéralisme et la suppression des droits des travailleurs dans le marbre de la loi. La lutte contre les forces fascisantes et contre les problèmes réels que ces forces prétendent combattre passe par une lutte de classe sans concessions contre l’extrême-droite et la droite bourgeoise qui dans les faits s’aligne sur elle. Le monde capitaliste est aujourd’hui en crise systémique. La situation est exactement celle que décrivait Lénine il y a de cela un siècle déjà : « Partout, а chaque pas, on se heurte aux problèmes que l’humanité serait а même de résoudre immédiatement. Le capitalisme l’en empêche. Il a accumulé des masses de richesses, et il a fait des hommes les esclaves de cette richesse. Il a résolu les problèmes les plus difficiles en matière de technique, et il a stoppé la réalisation de perfectionnements techniques en raison de la misère et de l’ignorance de millions d’habitants, en raison de l’avarice stupide d’une poignée de millionnaires. » Les états de l’Union européenne sont touchés par des crises budgétaires les uns après les autres. L’oligarchie capitalisme mondiale mène une véritable campagne de guerre contre les peuples pour leur faire payer sa propre crise. Le FMI et l’Union Européenne impose des plans d’austérité insupportables en contrepartie de leur soi-disant aide. Les gouvernements des USA, du Royaume Uni, de Grèce, du Portugal…mènent une campagne d’une ampleur jamais vue de destruction de tous les acquis sociaux du XXème siècle.

Face à l’oppression capitaliste, la résistance et la lutte populaire sont indispensable, et de fait elles s’organisent. En Suisse, je commencerai par citer les thèmes choisis pour le premier mai de cette année. Tout d’abord, l’initiative fédérale sur le salaire minimum à 4’000,- actuellement en cours de signatures et soutenue par nous tous. La lutte pour un salaire minimum est aujourd’hui un combat prioritaire pour garantir aux travailleurs une rémunération digne de leur travail, alors que le patronat cherche à baisser les salaires au-delà de toute mesure et que la réalité de la surexploitation, mal masquée par l’anglicisme working poors, se généralise. Le montant de 4’000,- est plus que modeste en dessous duquel il est inacceptable de descendre, et il importe de l’emporter contre la droite et le patronat qui utiliseront toutes les ressources de l’argent et de la démagogie pour imposer aux travailleurs des conditions proches de l’esclavage.

Un combat cantonal prioritaire est de faire refuser par le peuple le démantèlement du RMCAS voulu par François Longchamp, de faire refuser la liquidation d’une protection sociale indispensable, de faire refuser que les chômeurs en fin de droit soient envoyés à l’aide sociale et condamnée à une précarité durable. Il faut aussi continuer jusqu’à la victoire totale la lutte pour l’égalité salariale homme-femme. L’inégalité qui subsiste dans ce domaine n’a aucune justification et doit être totalement éradiquée. Une autre priorité indispensable est la réduction générale du temps de travail. Pour lutter contre le chômage et pour la qualité de vie, plutôt que d’accroître encore et encore les profits démesurés du capital, il est indispensable aujourd’hui de travailler moins pour travailler tous, et vivre mieux. Je citerai aussi la lutte pour faire revoter la loi sur l’imposition des entreprises, qui n’est passée de justesse que grâce aux mensonges du Conseil fédéral, et la lutte contre une énième baisse d’impôts qui sera à l’ordre du jour des prochaines votations cantonales. En cette année 2011, après la catastrophe de Fukushima qui frappe le Japon, il est impossible de ne pas parler de la lutte pour la sortie du nucléaire, qui est une forme d’énergie potentiellement incontrôlable, pour laquelle aucune solution n’existe pour ce qui est des déchets, qui représentent un danger pendant plusieurs millénaires, et qui est une menace permanente pour l’existence de l’espèce humaine. Je ne peux pas non plus ne pas citer le combat fondamental qui commence contre les régressions inacceptables et les liquidations de droits gagnés en votations populaires voulues par la Constituante, ce qui est un combat absolument prioritaire étant donné que la Constitution est la loi fondamentale sur laquelle se calquent toutes les autres. Parmi les régressions voulues par la Constituante, je souhaiterais insister tout particulièrement sur une disposition digne du capitalisme sauvage du XIXème siècle et de l’Ancien régime : une limitation inacceptable du droit de grève, qui ne saurait autorisée que pour défendre la « paix du travail »…et pourquoi pas uniquement pour défendre la hausse des profits tant qu’on y est ! Nous devons dire haut et fort à la droite arrogante et au patronat rempli de suffisance qu’en régime capitaliste, fondé sur l’antagonisme entre classes, il ne saurait y avoir une quelconque « paix du travail ». Celle-ci n’est qu’un sophisme bourgeois, destiné à désarmer les travailleurs et leur faire accepter sans résistance l’oppression du capital. Aucune restriction du droit de grève n’est tolérable. Le droit de grève doit être garanti, sans restriction aucune.

En Europe, les peuples se soulèvent contre les plans d’austérité imposés par le pouvoir bourgeois, l’Union européenne et le FMI. La Grèce, l’Espagne, le Portugal, la France, le Royaume uni…sont secoués par les grèves. Le peuple islandais a refusé la soi-disant aide du FMI, a refusé de payer la crise du capital, a refusé de payer les dettes de ses banques, par référendum à deux reprises, et sous le silence assourdissant des médias bourgeois. Pour la première fois depuis des années, les Etats-Unis eux-mêmes, le bastion de la réaction mondiale, sont secoués par des grèves parties de l’Etat de Wisconsin et de la lutte des fonctionnaires contre la remise en cause de leurs droits syndicaux par le Parti républicain et le Tea Party. Des décennies de domination réactionnaire et d’anticommunisme le plus hystérique et violent qui soit n’ont pas étouffé la lutte des classe, n’ont pas permis à la bourgeoisie de mener la lutte de classe de façon unilatérale, sans rencontrer de résistance. Dans le monde arabe, des dictatures corrompues au service de la bourgeoisie compradore locale et de l’impérialisme euro-américain ont été renversées par des soulèvements populaires. En Tunisie la détermination du peuple a fait tomber le dictateur Ben Ali et son gouvernement ; et la lutte continue à ce jour entre les forces de la réaction qui ne veulent rien de plus qu’une révolution sans révolution, et les forces populaires démocratiques et progressistes qui se battent pour instaurer une authentique démocratie populaire. Il faut tout de même rester prudent dans l’analyse et ne pas perdre de vue la spécificité de la situation de chaque pays, ni extrapoler abusivement le scénario tunisien. Il faut en particulier condamner sans appel l’intervention impérialiste de l’OTAN en Lybie, l’ingérence dans une guerre civile qui n’a pas d’autre but que de mettre à genou la Lybie pour avoir le contrôle de son pétrole.

En Amérique latine, les régimes progressistes ses consolident malgré toutes les manœuvres et les tentatives de déstabilisation de la part des USA, et la révolution cubaine reste inébranlable malgré le blocus. L’Etat du Kerala, dirigé par les communistes depuis une cinquantaine d’années affiche des chiffres de développement social proches de ceux des pays développés, grâce à des politiques fondées sur le service public et la propriété sociale aussi étendue que possible des principaux moyens de production, et en contraste flagrant avec l’état de sous-développement du reste de l’Inde, gouverné par des partis bourgeois. Les médias bourgeois ne le disent pas, ou à peine, mais la lutte contre l’impérialisme et la tyrannie du capital se mène toujours arme à la main et sous le drapeau rouge. En 2007 le roi du Népal est renversé par une guérilla communiste qui a contrôlé jusqu’à 90% du territoire, une République est proclamée et depuis la lutte se poursuit pour l’établissement d’une République populaire. Une partie importante des régions rurales du Nord-est de l’Inde est contrôlé par une guérilla communiste qui lutte pour l’émancipation des masses populaires et pour le socialisme et qui résiste victorieusement à l’armée indienne.

Dans ce contexte de crise du capitalisme et de lutte des classes exacerbée au niveau mondial, toutes les forces populaires et progressistes doivent lutter pour que les classes populaires l’emportent face à l’oligarchie capitaliste. Pour cela, il importe de partir en toutes choses de la réalité de la lutte des classes. En ces temps de réaction sur toute la ligne et de luttes impitoyables, les peuples ont besoin d’organisations politiques et syndicales de lutte, prêtes à lutter jusqu’au bout, et non d’une gauche et d’un syndicalisme de compromis, qui recherche une paix impossible avec la droite et le patronat. Qu’il soit néolibéral ou régulé, le capitalisme demeure le capitalisme, un système fondé sur la prédation, l’inégalité et l’oppression. Il ne peut être amendé. Les nécessités de lutte exigent de rompre toutes les illusions sur la paix sociale, qui ne peut exister dans un régime fondé sur l’oppression et les antagonismes de classes, de rompre avec la paix du travail et l’idéologie du consensus, pour le renversement du pouvoir bourgeois, le dépassement du capitalisme, et le socialisme.

Je conclurai par une citation de Rosa Luxembourg : "Quiconque souhaite le renforcement de la démocratie devra souhaiter également le renforcement et non pas l’affaiblissement du mouvement socialiste ; renoncer à la lutte pour le socialisme, c’est renoncer en même temps au mouvement ouvrier et à la démocratie elle-même."

Alexander Eniline

DSC_0067.JPG
DSC_0073.JPG
DSC_0070.JPG
DSC_0074.JPG
IMG_4720.JPG
IMG_4741.JPG
DSC_0094.JPG
DSC_0101.JPG
DSC_0025.JPG
DSC_0144.JPG
IMG_4873.jpg
DSC_0208.JPG
DSC_0210.JPG
DSC_0212.JPG
IMG_4771.JPG
IMG_4775.JPG
IMG_4795.JPG
IMG_4809.JPG
IMG_4813.JPG
IMG_4814.JPG
IMG_4818.JPG
IMG_4823.JPG
IMG_4824.JPG
IMG_4827.JPG
IMG_4828.JPG
IMG_4835.JPG
IMG_4837.JPG
IMG_4846.JPG
IMG_4858.JPG
IMG_4910.JPG
IMG_4989.JPG
IMG_5018.JPG
IMG_5031.JPG
IMG_5057.JPG
IMG_5070.JPG
IMG_5072.JPG
IMG_5072.JPG
IMG_5078.JPG
IMG_5094.JPG
L1000400.JPG
L1000403.JPG
IMG_5088.JPG
IMG_5093.JPG

2011-05-01 discours Danielle PARMENTIER Unia

Contre la haine et l’injustice : Repartir du 1er mai !

Chères et chers collègues,

Chères et chers camarades

Je m’appelle Danielle Parmentier. Je travaille dans une pharmacie et je milite depuis plusieurs années avec le syndicat Unia. Comme vous, j’étais ici il y a deux ans au 1er mai pour dénoncer les financiers sans scrupules. Ceux qui étaient responsables de la crise qui a entraîné l’économie au bord du gouffre. Rappelez-vous : Les Etats ont dû sortir des milliards pour sauver les banques.

Et aujourd’hui ? L’économie a repris, nous dit-on. Mais pour qui ? Certainement pas pour nous, les employées de pharmacie, qui voient leurs conditions de travail se dégrader d’année en année. Ni pour les vendeuses ou les maçons qui voient leurs conventions collectives attaquées par les patrons. Ni pour les chômeurs de ce canton qui ont vu leurs droits brutalement réduits avec la nouvelle loi sur le chômage. Par contre, les hauts revenus et les bénéfices des banques ont repris l’ascenseur !

Ce sont justement ces injustices qui font le lit de la peur et de la haine. Quand je risque de perdre mon emploi ou quand je subis une énorme pression sur mon salaire ou quand je ne retrouve pas d’emploi, quelqu’un doit forcément être coupable de cette situation. C’est l’autre, nous dit-on à coup de millions en campagnes d’affichage, c’est l’étranger, le frontalier.

Mais moi, travailleuse genevoise, je vous dis : On en a marre de ce discours de haine ! Regardez-vous autour aujourd’hui. Combien de travailleurs ici présents sont suisses ? Qui construit les milliers de logements dont nous avons besoin à Genève ? Qui soigne nos malades, qui garde nos vieux à l’hôpital ? Qui sert les repas aux banquiers stressés à midi ?

En tant que travailleuse genevoise, je vous dis : Ce n’est pas la faute des étrangers ou des frontaliers s’ils sont sous-payés et exploités. C’est le problème des patrons qui en profitent et font pression sur les salaires pour augmenter leurs bénéfices ! Qui pratiquent la sous-traitance et engagent des intérimaires payés au lance-pierre.

En tant que travailleuse genevoise, je vous dis : Ce n’est pas la faute des étrangers ou des frontaliers si les chômeurs dans ce canton sont de plus en plus précaires, qu’on leur coupe des droits et on leur supprime le RMCAS. C’est le problème d’une politique cantonale qui, au lieu de créer des emplois, force les chômeurs à accepter n’importe quel petit boulot précaire avant de finir à l’aide sociale !

Oui, il existe la sous-enchère dans ce canton, oui, il existe la précarité et le chômage ! Mais camarades, ne nous laissons pas diviser, nous qui partageons tous les jours nos souffrances mais aussi nos joies sur les lieux de travail ou dans les quartiers !

Rappelons nous de ce qu’est le 1er mai. C’est la commémoration de la première lutte des travailleurs, unis contre leur patrons. Plus que jamais nous avons besoin de solidarité et d’unité, de renforcer notre résistance et nos luttes, dans nos syndicats, mais aussi dans nos quartiers.

Se sont en effet les syndicats qui aujourd’hui tentent de combattre les vraies raisons des injustices et des inégalités. En ayant lancé l’initiative pour un salaire minimum, les syndicats donnent première garantie contre le dumping salarial. Et les syndicats vont s’engager activement à améliorer les mesures de contrôle du marché du travail. Si le Parti radical demande 1 policier par 1000 habitants, quoi de plus normal d’exiger au moins 1 inspecteur pour 10’000 travailleurs ? C’est le minimum demandé par l’Organisation internationale du travail !

Nous exigeons aussi un changement radical de cap en matière de chômage, avec des mesures d’urgence pour les milliers de chômeurs qui se sont retrouvés brutalement dans la précarité le 1er avril. Nous exigeons des nouvelles indemnités cantonales de chômage pour les personnes touchées par la révision de la LACI, et des mesures afin de réduire le chômage de longue durée qui frappe le canton. Mais nous pensons aussi que lutter contre le chômage c’est exiger que l’Etat cesse de couper dans les services publics et contribue à créer un fonds pour l’emploi.

Camarades, alors que nous vivons aujourd’hui une concurrence grandissante entre différentes catégories de travailleurs, hommes contre femmes, jeunes contre vieux, résidents contre frontaliers, il nous faut repartir des valeurs du 1er mai, journée de lutte, de résistance et de solidarité entre tous les travailleurs. Merci pour votre attention.

L1000431.JPG
L1000439.JPG

2011-05-01 discours Jean BATOU solidaritéS

Chers camarades,

Il y a trois ans, l’ancien directeur de l’Office statistique du canton de Zurich tirait à boulets rouges sur la « féodalisation de la Suisse ». Aujourd’hui, l’explosion des inégalités au pays des barons du big business confirme son diagnostic.

Depuis 20 ans au moins, la part des salaires dans l’ensemble des revenus distribués n’a cessé de diminuer, même si cette baisse a été en partie escamotée par les montants de plus en plus élevés versés aux cadres supérieurs et aux managers. Et dans tous les cas, les inégalités salariales ont fortement augmenté, en particulier aux dépens des travailleurs les moins qualifiés, des plus jeunes et des femmes.

Pendant la même période, la fortune privée a crû beaucoup plus vite que l’ensemble des richesses créées, faisant plus que doubler en 15 ans (de 530 milliards en 1991, à 1100 milliards en 2005). Actuellement, la Suisse est aussi le pays de l’OCDE où la fortune est la plus concentrée : 4% des contribuables y sont millionnaires et disposent de 55% de la fortune privée du pays (ces chiffres ne représentent que les fortunes déclarées). Au bas de la pyramide, plus des deux tiers des contribuables ne déclarent que 5% de la fortune totale. De surcroît, depuis 20 ans, l’inégalité de la distribution du patrimoine ne cesse de s’aggraver.

La fortune privée n’est pas seulement un énorme trésor sur lequel les plus riches sont assis. C’est avant tout une formidable source de revenus, notamment à l’époque de la finance triomphante : ainsi, en Suisse, durant ces 20 dernières années, la capitalisation boursière a été multipliée par 6, passant de 200 à 1200 milliards ! Mieux, les sommes perçues par les actionnaires au titre de dividendes ou de rachat de titres par les entreprises ont été multipliées par 10, passant de 5 à 50 milliards… En clair, cela signifie que les grandes sociétés tournent de plus en plus exclusivement en vue de rémunérer grassement leurs actionnaires plutôt que pour financer l’investissement productif.

Les autorités cantonales et fédérales défendent aussi les intérêts des nantis en réduisant les transferts obligatoires en faveur des salarié-e-s, des chômeurs-euses, des jeunes en formation et des retraité-e-s. Ceci se traduit par une hausse continue des primes d’assurance maladie, du niveau des loyers subventionnés, des tarifs des transports publics, des taxes d’inscription à l’université, etc. ; et par une diminution du montant des retraites (de l’AVS au Deuxième pilier), des prestations de l’Assurance chômage, de l’Assurance invalidité et de l’aide sociale, mais aussi des dépenses en faveur de l’éducation, de la santé, du logement, etc. En même temps, le capital, les bénéfices, la fortune et les gros revenus ne cessent de voir leurs impôts s’alléger…

Par exemple, la réforme fédérale de l’imposition des entreprises, approuvée à une très courte majorité par le peuple en 2008, sur la base d’arguments reconnus aujourd’hui comme mensongers, va-t-elle faire perdre près de 10 milliards de recettes fiscales à la Confédération au profit des plus gros actionnaires, notamment des banques, dont les intérêts ont été pourtant sauvés, on s’en souvient, par l’injection de plus de 60 milliards de fonds publics.

De même, les autorités genevoises viennent-elles de mettre en discussion un projet visant à ramener l’imposition de toutes les entreprises au niveau le plus faible des holdings et des sociétés mixtes ou de domicile, et à supprimer la « taxe professionnelle » communale, faisant perdre le total astronomique de 1,2 milliard de francs par an aux finances cantonales et communales ! Cette baisse d’impôts pour les sociétés, si elle entrait en vigueur, représenterait l’équivalent de la suppression de deux fois la subvention de l’Etat aux HUG ou de plus de 12’000 postes de travail dans la fonction publique.

Face à l’ampleur de ces régressions sociales déjà passées en force ou annoncées, il est plus que temps que les salariés, les retraités, les bénéficiaires de l’aide sociale, les jeunes en formation, les usagers des services publics, femmes et hommes, disent NON à l’injustice érigée en véritable projet de société. Mais pour être entendu du plus grand nombre, rassembler les énergies nécessaires et déboucher sur de premiers succès, ce NON doit avant tout prendre en compte les intérêts des plus défavorisés, qui paient le tribut le plus lourd au démontage social en cours :

* Les femmes d’abord, dont les salaires sont inférieurs de 20% à ceux des hommes, cet écart ayant augmenté au cours des toutes dernières années. Déjà pénalisées par une double journée de travail, elles sont aussi les plus exposées aux très bas salaires ; elles sont plus nombreuses dans les secteurs non conventionnés ; elles sont aussi plus exposées que les hommes aux temps partiels imposés, au travail sur appel et à la flexibilisation des horaires. Ainsi, la motion Hutter, votée par une majorité du Conseil national, le 14 avril dernier, UDC en tête, vise aujourd’hui à priver le personnel de la vente des très maigres protections de la Loi fédérale sur le travail (LTr), ce qui représente une attaque violente contre un important secteur d’activité dominé par les femmes. A Genève, le refus actuel des associations patronales de signer une nouvelle Convention collective dans le commerce de détail va dans le même sens.

* L’ensemble des salarié-e-s qui touchent les plus bas salaires, subissent les conditions de travail les plus déplorables et sont les premières victimes du démantèlement de l’assurance chômage, en particulier les jeunes. C’est la raison pour laquelle nous voterons OUI, cet automne, à l’introduction du principe du salaire minimum dans la Constitution genevoise. C’est la raison pour laquelle nous allons aussi redoubler d’efforts pour faire signer l’initiative de l’Union syndicale suisse pour la fixation d’un salaire minimum légal de 4000 francs par mois, indexé au coût de la vie, qui concerne immédiatement 400’000 salariés, dont 300’000 femmes, sans compter celles et ceux que la perte de leur travail et les démantèlements successifs de l’assurance chômage contraignent déjà aujourd’hui, et contraindront plus encore demain, à accepter un nouvel emploi sous-payé.

Pour triompher, notre NON à la régression sociale doit aussi rassembler un large front de tous les salariés, femmes et hommes – employés, précaires et chômeurs ; Suisses et immigrés ; jeunes et moins jeunes ; travailleurs du privé et du public, etc. Il exige aussi l’unité des salariés, des retraités, des bénéficiaires de la prévoyance sociale, des étudiants, des apprentis et de tous les usagers des services publics.

Pour renforcer notre unité, nous devons contrer sans réserve la propagande raciste et xénophobe de l’extrême droite, qui désigne aujourd’hui les musulmans en particulier – ou les frontaliers à Genève – à la vindicte populaire afin de nous diviser, comme elle stigmatisait hier les Italiens, les Espagnols et les Portugais. Ne vote-t-elle pas toujours contre nos intérêts avec la droite patronale la plus dure ! Ouvrons grand les yeux : qui sont ceux qui licencient et délocalisent les entreprises pour accroître leurs profits, baissent les salaires, amputent les retraites ou réduisent les prestations de santé ? Ce ne sont pas les immigrés, les frontaliers ou les musulmans, mais les représentants attitrés des gros actionnaires !

Pour triompher, notre NON à la régression sociale suppose aussi la mobilisation et la lutte, qu’elle soit syndicale ou politique – sur les lieux de travail, dans la rue, ou au moyen de l’initiative, du référendum et du bulletin de vote. Celui et celle qui se bat n’est évidemment jamais sûr de gagner, mais celui qui renonce à lutter a déjà perdu ! Enfin, dans ce pays qui a voulu imposer aux travailleurs le corset de la « paix du travail », il faur clamer haut et fort que nous ne ferons pas reculer l’injustice sociale d’un pouce sans lutter avant tout au niveau des entreprises, c’est-à-dire là où le travail produit la totalité des biens et services indispensables à la société. Et que sur ce terrain, le débrayage et la grève sont les seules véritables armes à disposition des salarié-e-s. C’est pourquoi notre NON à la régression sociale exige aussi une solidarité sans faille avec les mobilisations de travailleuses et de travailleurs pour défendre leurs emplois, leurs salaires, leurs conditions de travail et leurs droits syndicaux, comme c’est le cas aujourd’hui du personnel de l’EMS de Vessy.

Egalité femmes-hommes, c’est tout de suite ! Participons massivement à la journée d’action du 14 juin prochain !

Pour un salaire minimum légal de 4000 francs par mois indexé au coût de la vie !

Toutes et tous ensemble pour de véritables conventions collectives de travail et le contrôle strict de leur respect au niveau des entreprises !

Suisses-immigrés, mêmes patrons, même combat !

Vive la solidarité internationale des travailleuses et des travailleurs !

IMG_5137.JPG

 

2011-05-01 discours Mohamed Ben Henda

Cher(e)s camarades, chers ami(e)s,

Le peuple tunisien a inauguré le processus révolutionnaire du 21ème siècle. Il a signé l’annonce d’une nouvelle marche de l’humanité vers un monde plus juste, plus équitable. La dignité, la liberté et la vraie citoyenneté sont les objectifs ultimes de cette révolution. Les peuples arabes ont vite répondu à cet appel et la révolution est entrain d’être généralisée dans la région. Du Maroc au Yémen, les peuples bien que composés de nombreuses ethnies et religions, se trouve unis devant des dictatures disposant de machines répressives impressionnantes et longtemps soutenues par l’impérialisme.

Chers camarades et chers amis,

Ici même, dans cette manifestation, voilà que nous revendiquons l’égalité des salaires entre la femme et l’homme ainsi que le SMIG de 4000.—Fr. C’est en fait la dignité à toutes et tous que nous revendiquons. Ne s’agit-il pas ici d’une synergie entre les peuples?! C’est la dignité qui est à l’ordre du jour que ce soit à Tunis ou à Genève. Nous avons le devoir d’être solidaire les uns envers les autres face à ce système néo-libéral qui domine la planète.

La région arabe est actuellement le fer de lance de cette lutte. Appuyons avec toutes nos forces cette entreprise révolutionnaire. Les pouvoirs dans les pays occidentaux, ces gardiens des oligarchies financières, ont été surpris par la révolution tunisienne. maintenant ils essayent d’intervenir par tous les moyens en vue de réorienter ou même d’avorter ces révolutions dans le but de sauvegarder leurs mains mises sur les richesses de la région et d’imposer leur choix économiques, politiques, et sociaux dans le monde. Plus dangereux encore, peut être sont-ils entrain de manigancer des nouvelles guerres civiles à travers leurs interventions militaires et diplomatiques. L’intervention en Libye et son ambigüité quant aux objectifs nous laisse penser qu’ils sont entrain d’égaliser l’équilibre de force à fin de perdurer la guerre. En Tunisie, français et étasuniens, sont entrain de renforcer les forces islamistes qui n’étaient pour rien dans la révolution. Ils ne veulent surtout pas qu’un nouveau modèle démocratique et social s’installe en Tunisie et qui pourra servir d’exemple à d’autres peuples.

Pour ce, nous revendiquons :

1-  L’arrêt immédiat de toute forme d’ingérence dans les affaires des peuples arabes. Laissons-les construire d’une manière endogène leur modèle sociétal ;

2-  La restitution des biens et des avoirs spoliés par les dictateurs. Nos peuples n’ont aucun envi de contracter de nouvelles dettes alors que les banques en Suisse et ailleurs détiennent immoralement des sommes d’argent colossales qui nous appartiennent ;

3-  L’annulation des dettes odieuses contractées par les dictateurs. A titre d’exemple, les tunisiennes et tunisiens ne sont pas prêts à payer les factures des bombes lacrymogènes et les divers armes envoyées par Sarkozy à son ami Ben Ali pour réprimer ces même tunisiennes et tunisiens pendant le soulèvement. Nous ne payons pas non plus les dettes qui ont servi à la corruption.

4-  L’arrêt immédiat de l’expulsion des immigrés et de leur octroyer un statut qui leur permettrait de vivre dignement.

Soyons solidaires en vue de construire un nouveau monde juste.

Vive les révolutions arabes, vive la solidarité internationale !

 

IMG_5118.JPG
IMG_5105.JPG
IMG_5190.JPG
IMG_5192.JPG
IMG_4697.JPG
IMG_5161.JPG
IMG_5162.JPG
IMG_4750.JPG
IMG_4752.JPG
IMG_4756.JPG
IMG_5145.JPG
IMG_5153.JPG
IMG_5158.JPG
L1000315.JPG
IMG_4743.JPG
IMG_4742.JPG
IMG_5164.JPG
IMG_5178.JPG
IMG_5179.JPG
IMG_5185.JPG
IMG_5188.JPG

IMG_4697.JPG

Photos : Ilhan Boran SÖNMEZ

02:16 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |