24/06/2011

STOP aux Expulsions sans relogement!

 

Rassemblement le 23 juin devant l’Hôtel de Ville contre les expulsions
DSC_4336.JPG
DSC_4339.JPG
DSC_4341.JPG
DSC_4342.JPG
DSC_4345.JPG
DSC_4348.JPG
DSC_4349.JPG
DSC_4363.JPG
DSC_4371.JPG

 

DSC_4372.JPG
DSC_4379.JPG
L1001369.JPG
L1001371.JPG
L1001375.JPG
L1001376.JPG
L1001379.JPG

 

MOBILISATION CONTRE LES EXPULSIONS!

Cet été, plus de 800 nouveau cas d'expulsions de locataires devraient être jugés! Selon la nouvelle procédure accélérée, qui ne prévoit qu'une audience unique devant la Chambre des baux et loyers, la machine à expulser les habitants normaux de la ville s'emballe, et cela alors qu'aucune solution de relogement -même temporaire - ne soit proposée!

C'est inacceptable. Face à l'incurie des autorités et la violation toujours plus flagrante du Droit au logement, nous voulons nous organiser, c’est la seule façon de faire valoir nos droits !

Nous prévoyons plusieurs actions dès maintenant :

- Rassemblement le 23 juin devant l’Hôtel de Ville à 18h30, où se tiendra la dernière session du Grand Conseil avant la pause estivale. Venez nombreux avec du matériel pour faire du bruit !

- Présence lors des audiences au Tribunal où se décident les expulsions. Un premier cas, exemplaire (voir ci-dessous), se jugera le mardi 28 juin, à 13h45, 6 Rue de l'Athenée. Notre présence est importante! Venons à 13h30!


Laissez faire, c’est la honte!

En 2010, le nombre de procédures d'expulsion de locataires entamées à fait un bond de 25%. Les ménages effectivement expulsés de leur logement sont passés de 493 en 2009, à 559 en 2010.

Ce scandale est dû en partie au fait que les loyers dépassent les possibilités de paiement de plus en plus de personnes. En effet, les retards de loyer ont augmenté de 55%.

Mais à présent les spéculateurs ne sont même plus obligés de profiter d'un retard pour résilier un bail. Une jurisprudence récente leur donne même le droit de résilier le bail, simplement parce que l'état du marché leur font penser pouvoir louer plus cher à une autre personne ! Evidemment, ce n'est pas la peine même de proposer une augmentation au locataire modeste en place, quand on a l'intention de doubler ou tripler le loyer...

Un cas exemplaire:

Il y a deux ans, Maria prend un retard de deux mois dans son loyer, retard très vite rattrapé. Mais, le propriétaire, qui désire vendre, en profite pour lui résilier son bail. Habitant cet appartement depuis plus de trente ans, Maria risque de se retrouver à la rue, malgré des recherches intensives menées depuis des mois. La spéculation immobilière provoque toujours plus de situations dramatiques de ce genre. Soyons à ses côtés le mardi 28 juin, à 13h30, 6 Rue de l'Athenée !

 

 

08:33 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.