25/06/2011

Place des Nations : "Génocide et Liberté !"


JOURNEE DE LA COMMEMORATION DE GENOCIDE DE SREBRENICA

 

DSC_4555.JPG
DSC_4579.JPG
DSC_4585.JPG
DSC_4587.JPG
DSC_4596.JPG
L1001506.JPG

L1001517.JPG
L1001527.JPG
Bien chères toutes et tous,

Je suis venu ici à l’appel d’Avdurahman Avdic. Avec lui ainsi qu’Yvar Petterson, nous avons partagé des moments très émouvants lors de la Journée de la Mémoire consacrée au génocide de Srebrenica. Cette journée a eu lieu à l’ECG Henry Dunant le lundi 24 janvier de cette année.

Durant ces moments privilégiés, les intervenants ont d’abord resitué dans quatre classes de l’établissement le contexte général des événements, un petit film documentaire a été diffusé, puis Avdic est passé au témoignage de ce qu’il avait vécu.

Les élèves ont pu alors commencé à comprendre ce qui s’était passé lors de ce funeste mois de juillet 1995 à Srebrenica. Face à tant d’horreur, de souffrances et de douleurs, nous nous retrouvons souvent désemparés et sans voix. Comment alors expliquer l’indicible ?

Rester éveiller, essayer de transmettre les terribles faits voilà un des rôles de notre école. Il y a ici un nécessaire devoir de mémoire à accomplir. Ne pas oublier ce qui s’est déroulé à nos portes et qui démontrait de manière effroyable que la «bête immonde » pouvait aussi ressurgir là où on pensait que les braises du passé étaient éteintes.

Le lien doit être établi entre les souffrances de là-bas et la paix d’ici. Cette dernière n’est rien si on massacre impunément là-bas.

Pour ma part, le lien a vite été établi entre la guerre en ex-Yougoslavie et mon pays (la Suisse) que j’aimerais parfois plus accueillant. En effet, j’ai eu la chance de donner des cours répétitoires d’allemand à un jeune Bosniaque de Sarajevo réfugié avec une partie de sa famille à Genève. C’est à son contact que j’ai pu mieux comprendre ce qui s’est déroulé dans les Balkans. Cet élève est devenu pour moi le symbole de l’absurdité de cette guerre qui a pris en otage des centaines de milliers de personnes et où les appétits nationalistes ont eu raison d’un monde cosmopolite et ouvert d’esprit.

Cette guerre a cueilli aussi la mère de mon élève lors d’un des bombardements meurtriers de Sarajevo. On aimerait alors que tous ces malheurs ne se reproduisent plus, que les mères, les pères et leurs enfants vivent en paix. Que notre terre accueille tout le monde de manière indistincte.

L’école doit continuer, dans ce contexte, à jouer son rôle d’intermédiaire entre le monde qui nous entoure, souvent malheureusement violent et en guerre et les élèves qui deviendront de futur ( e ) s citoyen ( e ) s conscients de leur responsabilité.

La récente arrestation du général Mladic nous donne l’espoir que justice soit rendue, je l’espère, pour toutes les familles des victimes du génocide.

Damien Pattaroni

24 juin 20011
DSC_4615.JPG
L1001512.JPG
L1001515.JPG
L1001513.JPG

Un policier a dit :

“Cela fait 21 ans que j’encadre les manifestations, C’est la première fois que je suis invite par les manifestants pour manger !”

DSC_4634.JPG
DSC_4636.JPG
DSC_4577.JPG

 

 

 

 

Rassemblement de solidarité avec le peuple syrien

DSC_4519.JPG

L1001534.JPG
L1001536.JPG
DSC_4661.JPG
DSC_4718.JPG
$DSC_4740.JPG
DSC_4680.JPG
DSC_4687.JPG
DSC_4698.JPG
DSC_4702.JPG
DSC_4718.JPG
DSC_4720.JPG
DSC_4741.JPG
DSC_4655.JPG
DSC_4658.JPG
L1001532.JPG
DSC_4746.JPG
DSC_4762.JPGDSC_4769.JPG
DSC_4781.JPG
L1001479.JPG
DSC_4531.JPG
DSC_4512.JPG
DSC_4774.JPG

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

22:38 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci camarade pour ces deux excellents reportages.

Écrit par : Haykel | 28/06/2011

Les commentaires sont fermés.