• Démission collective à la tête de l'armée turque

    Imprimer

    Démission collective à la tête de l'armée turque

    pasalar123.jpg


    Le chef d'état-major turc ainsi que les commandants des armées de terre, air et mer ont démissionné sur fond de désaccord avec le gouvernement islamo-conservateur sur la promotion de militaires de haut rang incarcérés dans des affaires de conspiration.

    Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a nommé tard vendredi soir le commandant de la gendarmerie, le général Necdet Özel, chef d'état-major des armées en exercice, après la démission de l'actuel chef d'état-major sur fond de grave désaccord avec le gouvernement.

    Le général Özel est par ailleurs nommé chef de l'armée de terre, l'actuel chef de cette armée ayant lui aussi démissionné, avec les chefs de l'armée de l'air et de la marine, a indiqué l'agence de presse turque Anatolie, citant un décret du Premier ministre et du président Abdullah Gül.

    Les deux nouvelles fonctions occupées par le général Özel donnent à penser qu'il sera prochainement nommé comme successeur en titre du chef d'état-major des armées démissionnaire, le général Isik Kosaner, selon la presse turque.

    Le général Kosaner et ses adjoints ont ouvert vendredi une grave crise politico-militaire en Turquie en démissionnant, sur fond de désaccord avec le gouvernement islamo-conservateur à propos de la promotion de militaires de haut rang incarcérés dans des affaires de complot contre le régime.

    L'armée turque, autrefois intouchable et incontournable dans la vie politique, est depuis plusieurs années la cible de critiques et d'accusations, dont celle de complots présumés visant à renverser le gouvernement de M. Erdogan, dont le Parti de la justice et du développement (AKP) est issu de la mouvance islamiste.

    Quarante-deux généraux, soit un sur dix, et plusieurs dizaines d'officiers d'active ou à la retraite, sont actuellement incarcérés dans le cadre de ces complots présumés.

    Les chefs de l'armée exigent que les militaires en détention puissent bénéficier de promotions, même s'ils sont en prison dans l'attente de la fin de leur procès, et se heurtent au refus du gouvernement, selon la presse.

    Parmi eux se trouve un général quatre étoiles, qui était censé devenir le prochain commandant de l'aviation.

    Depuis 1960, l'armée turque a renversé quatre gouvernements, dont celui, en 1997, de l'islamiste Necmettin Erbakan, mentor de l'actuel Premier ministre.

    Plusieurs réunions se sont déroulées ces derniers jours entre le chef d'état-major, le général Isik Kosaner, et M. Erdogan avant une réunion la semaine prochaine du Conseil militaire suprême (YAS) qui décide des nominations dans la hiérarchie militaire.

    Outre le général Kosaner, les commandants des armées de terre, air et mer ont quitté leur poste, ce qui constitue une première en Turquie, pays membre de l'Otan, ont indiqué les chaînes d'information NTV et CNN-Türk.

    L'agence semi-officielle Anatolie a précisé de son côté que le chef d'état-major et ses commandants avaient demandé un départ anticipé à la retraite.

    Quarante-deux généraux et plusieurs dizaines d'officiers d'active ou à la retraite sont actuellement incarcérés dans le cadre de complots présumés visant à renverser le gouvernement du parti de la justice et du développement (AKP).

    L'armée souhaiterait que ces militaires puissent a priori bénéficier d'une promotion, même s'ils sont en prison dans l'attente de la fin de leur procès, tandis que le gouvernement voudrait qu'ils partent en retraite.

    Parmi eux se trouve un général quatre étoiles qui était censé devenir le prochain commandant de l'aviation.

    La décision des généraux de quitter leur poste est symbolique en Turquie où l'armée a été affaiblie depuis 2007 avec le lancement de plusieurs enquêtes sur des projets de complots qui auraient visé à déstabiliser le gouvernement par le biais d'un coup d'Etat militaire.

    Le général Kosaner avait été nommé pour trois ans en 2010. Les trois autres commandants devaient partir fin août à la retraite.

    L'an dernier, s'appuyant sur l'offensive judiciaire anti-complot, les membres civils du YAS, en particulier le Premier ministre, avaient bousculé la routine habituelle des promotions.

    Ils avaient refusé de promouvoir ceux dentre eux qui sont impliqués dans des affaires de complot, ce qui avait entraîné un retard inhabituel dans la nomination du chef d'état-major actuel.

    L'AKP s'est confronté plusieurs fois à l'armée turque depuis qu'il a pris les rênes du pays dans le but de vouloir réduire son influence dans la vie politique et à chaque fois réussi à remporter la bataille. (AFP, 29 juil 2011)

    3 militaires tués dans une embuscade

    Trois soldats turcs ont été tués dimanche dans le sud-est de la Turquie dans une embuscade tendue par des rebelles kurdes tandis qu'un officier blessé vendredi dans des accrochages a succombé à l'hôpital.

    L'embuscade s'est produite dans une zone rurale près de la petite ville d'Ömerli, dans la province de Mardin, a précisé une source de sécurité locale.

    Par ailleurs, un officier grièvement blessé vendredi dans des heurts avec des rebelles à Semdinli, proche des frontières irakienne et iranienne, est décédé dans une clinique militaire d'Ankara, a annoncé dimanche l'armée sur son site internet.

    Les accrochages entre les forces de sécurité et les rebelles se sont multipliés depuis les élections législatives du 12 juin.

    Le 16 juillet, treize soldats et sept rebelles ont péri dans des combats dans le sud-est de la Turquie, région peuplée en majorité de Kurdes.

    Cet incident, le plus meurtrier pour l'armée turque depuis octobre 2008, a suscité une vive émotion et le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a prévenu que l'armée turque allait faire payer "un prix élevé" aux rebelles.

    Les autorités ont depuis décidé de renforcer les forces de sécurité dans les zones de combats par des unités spéciales de la police. (AFP, 24 juil 2011)

    http://www.info-turk.be/395.htm#collective

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Le meurtrier de Hrant Dink condamné à 22 ans et 10 mois de prison

    Imprimer

    Le meurtrier de Hrant Dink condamné à 22 ans et 10 mois de prison



    Un tribunal d'Istanbul a condamné lundi à près de 23 ans de prison le meurtrier du journaliste turc d'origine arménienne Hrant Dink, dont l'assassinat en 2007 avait bouleversé la Turquie et soulevé une vague de critiques sur l'incapacité de l'Etat à assumer son devoir de protection.

    Le tribunal, une cour d'assises pour enfants, a dans un premier temps condamné Ogün Samast à la prison à vie, puis a réduit sa peine à 21 ans et demi du fait qu'il n'était pas majeur au moment des faits. Mais il l'a aussi condamné à 16 mois de prison supplémentaires pour possession illégale d'arme.

    Chômeur originaire de Trabzon (nord-est), Samast avait 17 ans quand il a abattu Hrant Dink le 19 janvier 2007 devant les locaux de l'hebdomadaire bilingue turco-arménien Agos, que celui-ci dirigeait, à Istanbul.

    Cet attentat avait créé une onde de choc à travers la Turquie, et quelque 100.000 personnes avaient assisté aux obsèques du journaliste, qui plaidait pour la réconciliation entre les Turcs et les Arméniens au regard de leur passé sanglant.

    Dink était cependant la bête noire des milieux nationalistes, qui lui en voulaient d'avoir employé pour le massacre des Armémiens sous l'Empire ottoman le terme de "génocide", qu'Ankara rejette farouchement.

    Le meurtre avait aussi donné lieu à des accusations contre les services de sécurité, informés des menaces qui pesaient sur Dink mais qui ne sont pas parvenus à assurer sa sécurité.

    Un tribunal a ainsi condamné le mois dernier un colonel de gendarmerie et cinq autres gendarmes de Trabzon à des peines allant de quatre à six mois de prison pour négligence en lien avec le meurtre de Dink.

    A l'issue du procès, les avocats de la partie civile se sont dits satisfaits du verdict.

    "La Cour a rendu un verdict qui est proche de la plus lourde sanction possible", a déclaré Me Fetiye Cetin à des journalistes.

    "Cette punition est importante pour empêcher que de tels actes mettant en danger notre capacité à vivre ensemble se répètent", a-t-elle ajouté.

    Lors de précédentes audiences, Ogün Samast a reconnu avoir abattu Dink parce qu'il était un "ennemi des Turcs".

    Lundi, peu avant que la cour rende son verdict, l'accusé a mis en avant sa mauvaise éducation et a affirmé qu'il avait été manipulé par la presse.

    "Où est-ce que j'ai entendu parler d'Agos ? Où est-ce que j'ai entendu parler de Hrant Dink, le traître à la patrie ? Dans (les journaux) Vatan et Hürriyet !" s'est écrié Ogün Samast.

    Six mois avant sa mort, Dink avait été condamné à six mois de prison pour "insulte à l'identité turque" en raison d'un article sur la mémoire collective des massacres d'Arméniens de 1915-1917. Il avait alors été pris à partie par de nombreux quotidiens.

    Bien que l'accusé ait admis le meurtre, son avocat, Me Levent Yildirim, a demandé en vain l'annulation du procès, arguant que le statut de mineur de son client n'avait pas été reconnu dès le début de la procédure.

    Les poursuites concernant Samast ne sont pas closes, puisque celui-ci est également jugé pour sa participation à une organisation terroriste, avec 18 de ses complices supposés.

    Les proches de Hrant Dink espèrent que ce deuxième procès sera l'occasion de faire la lumière sur le rôle joué par les forces de sécurité et de prouver la détermination de l'Etat turc à faire respecter l'état de droit.

    Les procureurs affirment que la police avait connaissance dès 2006 d'un complot visant à tuer le journaliste, orchestré depuis Trabzon.

    En septembre, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait estimé que les autorités turques n'étaient pas parvenues à prendre les mesures appropriées pour protéger Dink, et prévenir son assassinat. (AFP, 25 juil 2011)

    http://www.info-turk.be/395.htm#meurtrier

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • 85 jours de setting pour les iraniens et 0 couverture médiatique!!!

    Imprimer

    85 jours de setting pour les iraniens et

    0 couverture médiatique!!!


    Environ 250 militants se sont réunis aujourd’hui à Genève pour une manifestation pacifiste contre le régime iranien. Le rendez-vous a été pris à 11h00 samedi devant l’horloge fleurie.  A partir de là les manifestants  ont défilé dans le calme jusqu’au Palais Wilson siège du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) avant de regagner la Place des Nations où ils tiennent depuis 85 jours un setting dans l’indifférence totale. Aucune couverture médiatique. La lutte continue!

    IMG_2766.JPG
    IMG_2773.JPG
    IMG_2776.JPG
    IMG_2800.JPG
    IMG_2803.JPG
    IMG_2821.JPG
    IMG_2845.JPG
    IMG_2853.JPG
    IMG_2863.JPG
    IMG_2865.JPG
    IMG_2889.JPG
    IMG_2898.JPG
    IMG_2923.JPG
    IMG_2936.JPG
    IMG_2937.JPG
    IMG_2939.JPG
    IMG_2943.JPG
    IMG_2968.JPG
    IMG_3027.JPG

     

    A Lire :

     

    Les iraniens sur la Place des Nations,

    30 jours de présence et zéro visibilité!


    Comité Ashraf devant le Palais Wilson

     

    Une vague de soutien depuis la Place des Nations en faveur des luttes des peuples pour la liberté !

     

    Stop à l’occupation d’ACHRAF par les forces irakiennes !

     

    Massacre des résidents d’Achraf en Irak


     

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 2 commentaires
  • La Lake Parade of Geneva 2011

    Imprimer

    La lake Parade of Geneva 2011

    DSC_6717.JPG
    DSC_6723.JPG
    DSC_6732.JPG
    DSC_6735.JPG
    DSC_6737.JPG
    DSC_6747.JPG
    DSC_6757.JPG
    DSC_6772.JPG
    DSC_6793.JPG
    DSC_6794.JPG
    DSC_6795.JPG
    DSC_6797.JPG
    DSC_6805.JPG
    DSC_6808.JPG
    DSC_6813.JPG
    DSC_6818.JPG
    DSC_6820.JPG
    DSC_6823.JPG
    DSC_6831.JPG
    DSC_6845.JPG
    DSC_6857.JPG
    DSC_6860.JPG
    DSC_6862.JPG
    DSC_6864.JPG
    DSC_6865.JPG
    DSC_6867.JPG
    DSC_6868.JPG
    DSC_6872.JPG
    DSC_6873.JPG
    DSC_6880.JPG
    DSC_6881.JPG
    DSC_6887.JPG
    DSC_6888.JPG

     

    DSC_6894.JPG
    DSC_6895.JPG
    DSC_6897.JPG
    DSC_6919.JPG
    DSC_6928.JPG

    DSC_6938.JPG

    DSC_6947.JPG
    DSC_6953.JPG
    DSC_6959.JPG
    DSC_6966.JPG
    DSC_7027.JPG
    DSC_7034.JPG
    DSC_7038.JPG
    DSC_7043.JPG
    DSC_7044.JPG
    DSC_7046.JPG
    DSC_7074.JPG
    DSC_7077.JPG
    DSC_7083.JPG
    DSC_7108.JPG
    DSC_7113.JPG
    DSC_7117.JPG
    DSC_7120.JPG
    DSC_7126.JPG
    DSC_7130.JPG
    DSC_7137.JPG
    DSC_7149.JPG
    DSC_7156.JPG
    DSC_7159.JPG
    DSC_7166.JPG
    DSC_7171.JPG
    DSC_7174.JPG
    DSC_7175.JPG
    DSC_7183.JPG
    DSC_7187.JPG
    DSC_7231.JPG
    DSC_7238.JPG
    DSC_7241.JPG
    DSC_7246.JPG
    DSC_7250.JPG
    DSC_7261.JPG
    DSC_7263.JPG
    DSC_7265.JPG
    DSC_7268.JPG
    DSC_7273.JPG
    DSC_7277.JPG
    DSC_7289.JPG
    DSC_7310.JPG
    L1001775.JPG
    L1001778.JPG
    L1001780.JPG
    L1001781.JPG
    L1001788.JPG
    L1001790.JPG
    L1001791.JPG
    L1001792.JPG
    L1001795.JPG
    L1001798.JPG
    L1001803.JPG
    L1001812.JPG
    L1001814.JPG
    L1001819.JPG
    L1001820.JPG
    L1001828.JPG
    L1001836.JPG
    L1001838.JPG
    L1001842.JPG
    L1001843.JPG
    L1001857.JPG
    L1001869.JPG
    L1001870.JPG
    L1001872.JPG
    L1001875.JPG

     

     

    DSC_7319.JPG
    DSC_7320.JPG

    DSC_7325.JPG

    Lien permanent Catégories : Culture 0 commentaire
  • Les gestes qui sauvent! 144

    Imprimer

    En Suisse Chaque heure 6 personnes font une crise cardiaque.

     

    Si le massage cardiaque est entrepris immédiatement, les chances de survie double, et peuvent même tripler.


    Chaque minute compte :

    1 minute de perdue = la survie diminue de 10%

     

     

    Près de 80% de ACR ont lieu dans des endroits publics, pourtant moins de 5% des gens survivent.

    Sur  10 personnes, 9 personnes meurent d’un arrêt cardio-respiratoire en dehors d’un hôpital.

    Si la déffibrillation automatique précoce (AED) est pratiquée, les chances de réanimer la victime augmentent de 30%

    Si le massage cardiaque est utilisée conjointement au défibrilateur automatique, cela peut même aller jusqu'à 75% de chance de survie.
    DSC_6548.JPG

    DSC_6549.JPG
    DSC_6554.JPG
    DSC_6559.JPG
    DSC_6560.JPG
    DSC_6562.JPG
    DSC_6563.JPG
    DSC_6565.JPG
    DSC_6566.JPG
    DSC_6570.JPG
    DSC_6571.JPG
    DSC_6574.JPG
    DSC_6575.JPG
    DSC_6582.JPG
    DSC_6588.JPG
    DSC_6599.JPG

     

    Lien permanent Catégories : Sante 0 commentaire
  • Un poisson mort flotte

    Imprimer

    Aujourd’hui bord du lac à Anières un poisson mort flotte.

    poisson 1.jpg
    poisson 2.jpg
    poisson 3.jpg

     

    Lien permanent Catégories : Nature 0 commentaire
  • Adieu Eolo

    Imprimer

     

    Adieu Eolo

    1936-05-01geneve-adherez-aux-amis-de-l_Espagne-republicaine---college-du-travail-f7ffa.jpg

     

    Le Comité d’organisation des manifestations du 1er mai rend hommage à son camarade internationaliste

    Eolo_MORENZONI-b0142.png
    Eolo MORENZONI

    volontaire des Brigades internationales en Espagne

    pour y soutenir la République attaquée le 17 juillet 1936 par une partie de son armée conduite par les « nationalistes » ; commandée très rapidement par Francisco FRANCO, qui avait reçu en mars 1934 déjà la promesse de Mussolini d’armes et de subsides financiers…

    Il était le gosse du gérant du buffet de la gare de Lugano et il est parti à 16 ans, dans la nuit, en laissant une lettre à sa famille pour les informer de sa décision de rejoindre la lutte antifasciste en Espagne. Notre ami Eolo ayant choisi le camp de la démocratie, il affronta avec d’autres le camp de ceux-là qui - alors, mais aujourd’hui encore - expriment une haine féroce à l’égard des syndicats et des organisations de travailleurs, portent à bout de bras racisme et xénophobie, dénient l’universalité des droits humains.


    Les autorités suisses - qui furent parmi les premières à reconnaître le régime franquiste victorieux grâce à l’engagement des forces armées mussoliniennes et nazies - ont saisi nos compatriotes à leur retour à la fin de la guerre civile espagnole. Au prétexte qu’ils auraient servi une armée étrangère, ils furent condamnés par les tribunaux helvétiques… Pourtant, «  Rien ne nous a empêchés de nous présenter devant les juges, d’écouter avec fermeté la condamnation et de sortir de prison la tête haute  », déclarait Eolo MORENZONI lors de l’inauguration du monument érigé à la mémoire des Brigadistes rue Dancet à Genève.

     

    Nous conserverons le meilleur souvenir de son engagement et de ses choix de vie  : ils nous insufflent dignité et courage.

    Eolo MORENZONI.jpg
    Eolo MORENZONI 9 novembre.jpg

    Photos : Commémoration du 9 novembre 1932

    http://planetephotos.blog.tdg.ch/archive/2010/11/09/commemoration-du-9-novembre-1932.html


    voir également

    http://www.lescommunistes.org/spip.php ?article1068

    http://www.sinistra.ch/ ?p=110
    0

    http://blogs.mediapart.fr/blog/charles-heimberg/270611/les-fascistes-ont-apporte-la-ruine-je-suis-alle-me-battre-contre-e


    http://www.cgas.ch/1erMai/spip.php?article250

    =====================================

    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Histoire 0 commentaire