18/08/2011

Si je suis élu au Conseil national...par Jacques Robert

Le candidat socialiste et syndicaliste Jacques Robert répond à la question que j'ai posée sur le chômage et la pauvreté. Rappel dans une précédente note j'ai posé cette question aux candidats des élections du 23 octobre prochain:

"Que ferez-vous si vous êtes élu-e-s au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

Jacques ROBERT 1 MAI.jpg

 

Réponse de Jacques Robert:

Je veux faire court, mais il y a au moins trois niveaux de réponses :

- le système

Nous vivons dans un système qui engendre la pauvreté, parce qu'il est conçu autour de la performance, de la cupidité et de l'égoïsme avec, de la part des possédants, un mépris des pauvres de plus en plus outrancier (sous couvert de la déification de la responsabilité individuelle, dans ce monde là, on tient les victimes pour responsables de leur sort). En Suisse, c'est l'UDC qui donne le meilleur coup de main aux ultralibéraux, en grossissant, déformant, exploitant les cas d'abus, à des fins électoralistes et pour contribuer au démantèlement social. Toutes nos actions doivent tendre à changer de système économique et à résister au rouleau compresseur ultralibéral, qui vise à écraser les salariés, les prestations sociales, les services publics, la redistribution par l'impôt, au seul bénéfice de la cupidité et de l'égoïsme. Et ce avec des résultats conformes au dogme ultralibéral et à ses attentes : des riches de plus en plus riches, et de plus en plus de pauvres avec, en prime de son imprévoyance, la lente destruction de la planète elle-même !

- l'activité économique

En tant que syndicaliste, je ne peux pas me contenter d'oeuvrer à la construction d'un futur monde juste. Je veux et je dois aussi travailler au quotidien à l'amélioration des conditions de vie et de travail de la population modeste, des salariées et des salariés en Suisse et dans le monde. C'est pourquoi je partage la volonté de soutenir l'activité économique et les conditions dans lesquelles celle-ci doit se dérouler ( un emploi intéressant, sûr et bien payé est le meilleur rempart contre la pauvreté...). Quelques-unes de mes priorités du moment :

- la résistance face à l’offensive menée par la droite contre toutes les assurances sociales (offensive puissamment favorisée par le problème fabriqué de la dette…)

- l’égalité hommes/femmes

- la conciliation vie professionnelle/vie familiale

- la défense et le renforcement de la redistribution par l’impôt, contre les cadeaux fiscaux aux riches et aux entreprises

- le renforcement des mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes

- l’initiative pour un salaire minimum légal

- la limitation des hauts revenus (initiative 1:12)

-  la caisse maladie unique

- une meilleure protection contre les licenciements, notamment des militants syndicaux

- la défense des droits syndicaux, dont la présence syndicale sur le lieu de travail

- la réorientation de la promotion économique, qui doit renforcer ses efforts vers les entreprises artisanales, locales et actives dans les technologies «vertes »

- la défense des services publics (dont l’initiative pour une poste forte)

- la régularisation des sans-papiers

- l’augmentation de l’aide au développement

- la construction de logements sociaux

- l'arrimage du franc suisse à l'euro, à un taux d'environ 1.40

- la régulation réelle et efficace de l'activité bancaire et spéculative

- les prestations

De la même façon qu'une chaîne n'a que la solidité de son maillon le plus faible, pour moi, la qualité d'une société se mesure aux conditions de vie des moins favorisés de ses membres. Je reprends donc en partie ici les propositions figurant ci-dessus qui sont de nature à réduire la pauvreté :


- maintien et développement des prestations des assurances sociales

- la défense et le renforcement de la redistribution par l’impôt, contre les  cadeaux fiscaux aux riches et aux entreprises

- l’initiative pour un salaire minimum légal

- la limitation des hauts revenus (initiative 1:12)

-  la caisse maladie unique

- la défense des services publics, dont un pan important à trait à la lutte

contre les effets de la pauvreté

- l’augmentation de l’aide au développement

- la construction de logements sociaux

- le maintien et le développement de prestations "type RMCAS"


-  le droit à l'emploi

Jacques Robert.jpg

Bien cordialement

Jacques ROBERT
Unia, Le Syndicat.
Secrétaire national
Chemin Surinam 5
Case Postale 288
1211 Genève 13
Tél. +41 22 949 12 06
GSM +41 79 476 59 09
Fax + 41 22 949 12 45
jacques.robert@unia.ch <http://admin.blog.tdg.ch/posts/jacques.robert@unia.ch>

 

 

======================================================

Maison Populaire de Genève
Demir SÖNMEZ
www.assmp.org

03:49 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.