02/09/2011

Droits des minorités : La Turquie fait profil bas.

Ne nous y trompons pas. Si la Turquie envisage de restituer des biens ayant appartenus aux minorités, ce n’est pas par un brusque désir de justice mais sur injonction de la Cour européenne des Droits de l’Homme et à la demande du Congrès américain.

La restitution ne porte que sur les confiscations effectuées après 1936. Concernant plus particulièrement les Arméniens, au lendemain du génocide, d’abord l’empire ottoman puis la république turque qui lui a succédé, ont confisqué les biens et les propriétés des victimes, déportées et massacrées.

Atatürk avait mis en place tout un ensemble de mesures et de lois concernant les Arméniens, lesquelles sont toujours en vigueur. Celles-ci interdisaient aux réfugiés arméniens originaires de Turquie de retourner dans leur village ou leur ville d’origine.

- La loi du 20 avril 1922 prévoit la confiscation en Cilicie de tous les biens appartenant aux personnes qui avaient ‘quitté’ la région ;


- La loi du 25 avril 1923 étend la confiscation à tous les Arméniens, quels que soient les motifs ou la date de leur départ du pays ;

- La loi de septembre 1923, article 2, interdit le retour des Arméniens en Cilicie et dans les provinces de l’Est (Arménie Occidentale) ;


- La loi du 23 mai 1927 exclue de la nationalité turque tous ceux qui, lors de la guerre de l’indépendance, n’y ont pas pris part ou qui sont restés à l’étranger entre le 24 juillet 1923 (Traité de Lausanne) et la date de la promulgation de cette loi.

Si l’on ajoute à ces lois scélérates, les obligations de la Turquie envers ses minorités non musulmanes, souvent non respectées, il est clair que le geste d’Erdogan n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des réparations dues au peuple arménien.

***

"Si la Turquie aspire à avoir ‘zéro problème avec les voisins’, comme a déclaré le ministre des Affaires étrangères, ne doit-elle pas suivre une politique similaire sur le plan intérieur ? Après des changements extraordinaires dans la dernière décennie, il y a des signes indiquant que la Turquie pourrait aller dans ce sens."

"Dans une étape qui commence à annuler des décennies de discrimination, Ankara envisage de restituer des centaines d’écoles, d’hôpitaux, d’orphelinats et d’autres propriétés saisies aux minorités depuis 1936. Certains de ces confiscations ont été de peu d’importance, mais d’autres faisaient partie de campagnes orchestrées contre les communautés minoritaires, grecque, arménienne et juive. Beaucoup plus que l’utilité pour ces communautés, c’est le symbolisme qui est inestimable," lit-on dans l’éditorial du ‘The National’.

Erdogan40_mediumSelon un décret publié au Journal officiel turc ce week-end, le gouvernement turc va restituer les biens confisqués depuis 1936, aux Arméniens et aux autres minorités religieuses, en réponse aux préoccupations de l’Union européenne sur le traitement des minorités dans le pays candidat à l’UE.

La décision a été annoncée par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan aux représentants des communautés chrétienne et juive à Istanbul dimanche soir, au diner célébrant la fin du Ramadan : "L’époque où l’un de nos citoyens était opprimé à cause de sa religion, de son origine ethnique ou de son mode de vie, est finie," a déclaré Erdogan.

"Les mots seuls ne pourront pas guérir les blessures ethniques et religieuses de la Turquie, mais c’est un début. L’histoire de la Turquie est remplie de crimes contre les groupes minoritaires, réprimés par les gouvernements laïc par peur du sectarisme. Les litiges sur les propriétés étaient juste un chapitre qui devait être fermé, en grande partie à cause de la pression de l’UE. Mais toute discussion sur les communautés minoritaires de Turquie doit désormais impliquer les Kurdes, qui représentent près de 20% de la population. Lorsque la république a été fondée, une loi interdisait tout ce qui avait trait aux Kurdes : langue, vêtements ou culture – des méthodes absurdement répressives qui n’ont été que partiellement assouplies ces dernières années," poursuit l’article.

Et d’indiquer que tout l’honneur en revient à M. Erdogan qui a reconnu la maltraitance historique des Kurdes, qui prône la détente avec l’Etat kurde d’Irak et a assoupli les restrictions sur les émissions en langue kurde et les règles d’éducation.

"On a besoin de plus. Il y a eu une recrudescence de la violence entre les forces de sécurité et les groupes rebelles du PKK, provoquant des appels renouvelés pour une répression contre les partis politiques et la société civile kurdes. Des pourparlers secrets entre Ankara et le leader emprisonné du PKK Abdullah Ocalan, ont produit peu d’effets. Sur certaines promesses, M. Erdogan a fait marche arrière. Même Ocalan semble avoir réalisé que les militants du PKK ne pourront jamais représenter les 14 millions de Kurdes. Il est grand temps que le terrorisme soit traité séparément des droits des minorités. Pour les minorités historiquement marginalisées, la restauration légitime de leur propriété n’est qu’une étape. Attendons de voir ce qui vient après," conclut l’article.

La Turquie a confisqué pour des milliards de dollars des biens appartenant à des fondations arméniennes et grecques. La Cour européenne des Droits de l’Homme a jugé que ces saisies étaient illégales.

Certaines des propriétés saisies étaient des hôpitaux, des écoles et des cimetières. Dans le cas des propriétés qui ont été vendues à des tiers, les fondations religieuses seront payées à la valeur marchande, par le Trésor turc.

Les experts pensent que sur les 2.000 églises de la communauté arménienne avant 1915, moins de 40 sont en activité aujourd’hui.

La plupart des chrétiens avaient fui la Turquie lors de la Première Guerre mondiale et de la Guerre d’Indépendance qui a suivi. 1,5 millions d’Arméniens ont péri dans le premier génocide du XX siècle, et autant de Grecs furent déplacés dans le cadre d’un échange de population.

Le traité de Lausanne de 1923 avec les puissances occidentales permet en principe aux communautés non musulmanes d’Istanbul de conserver certains droits spécifiques comme l’éducation ou la propriété.

Le président de l’ANCA, Ken Hachikian a déclaré : "Le décret de M. Erdogan, est clairement motivé par la décision du Congrès sur la répression de la Turquie envers de sa minorité chrétienne et celle de la Cour européenne des droits de l’homme. Moins de 1% des églises et des propriétés de l’église confisquées pendant le génocide arménien et les décennies qui ont suivi, seront restituées. Quatre-vingt seize ans après le génocide perpétré contre les Arméniens, les Grecs et les Syriaques, ce décret est un écran de fumée pour échapper aux conséquences beaucoup plus large de ces actes brutaux. L’ANCA va s’assurer auprès des institutions américaines que le gouvernement turc se réconcilie effectivement avec son passé brutal, respecte la liberté religieuse des survivants des communautés chrétiennes et restitue le fruit de son crime

 

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

http://eafjd.eu/spip.php?breve2890

07:56 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook | | | |

Commentaires

Les terres des indiens d'amerique on été réstitués?

Les terres des azeris on été restitués?

Pas de paix avec l'Armeinie qui on préféré les s'alliées avec les russes.

Écrit par : Kapo | 02/09/2011

Les terres des indiens d'amerique on été réstitués?

Les terres des azeris on été restitués?

Pas de paix avec l'Armeinie qui on préféré les s'alliées avec les russes.

Demir Sönmez pff encore un vendu changez de nom je vous propose Demirian Sönmezian.

Écrit par : Kapo | 02/09/2011

Bien au contraire la Turquie relève la tête et renvoie l'ambassadeur d'Israël.

Voilà un fait historique qui à mes yeux est tout aussi important que le cas de certains Kurdes proches de la CIA et de la piétaille israélienne.

Bravo à la Turquie qui n'a plus rien à cirer de l'Union européenne et de tous ces faux culs. Qu'elle poursuive sa marche en compagnie de la Syrie et de l'Iran.

Écrit par : Perrissaguet | 02/09/2011

Kapo : tu portes parfaitement ton nom...

Vive HAYASTAN et merci à Demir

Écrit par : Sam | 02/09/2011

Bonjour,

Je vais compléter la liste des lois , celles d'avant 1920 :

( source : http://bibliotheque.sciences-po.fr/statique/armenie/3_genocide.html )


16 mai 1915 :
concernant les instructions relatives aux biens mobiliers et immobiliers abandonnés par les Arméniens déportés, la loi prévoit l'installation de réfugiés turcs dans ces demeures et sur ces terres.


27 mai 1915
« loi provisoire de déportation des populations suspectes » dans l’Empire ottoman


10 juin 1915
« loi sur la vente des biens des déportés » dans l’Empire ottoman


Complété par une loi ottomane de 1880 :
30 aout 1880 : décret interdisant aux journaux arméniens et aux auteurs des demandes officielles d’user du nom « Arménie » en motivant qu’il n’y en a pas et qu’il aura jamais sur le territoire de l’Empire Ottoman d’unité administrative portant ce nom .

( Source le Genocide du peuple Armenien dans l'empire ottoman HAYK GHAZARIAN erevan 2005 . )

Cordialement ,

Écrit par : Imprescriptible | 02/09/2011

qui sont les turcs ou qui sont israeliens kurdes armeniens ou je sais quoi regardez vous avc ce instinct animal qui nous ronge vous savez bien que la race n est que retard de l humanite et pour la religion toutes les trois ont justement prone une belle civilisation social economik et politique de quoi vous parlez saviez vous que le corps est comme l aeroport l ame c l avion qui s y pose...comprenez que l aeroport de paris ne peut point bouger mais air france se pose dans tous les aeroports...personne n a les moyens de me faire detester les israeliens ou les palestiniens les hutus comme les tutsi...L Appartenance quand tu nous tiens

Écrit par : medoune | 03/09/2011

Genocide?
Montrer des photos de femme et d'enfant Ottoman (Turque) tué pendant que leurs maris étaient au front?
Ensuite montrer les vrai coupable, les TUEURS (arménien) comme victimes?
Dommage que l'empire Ottoman n'obligé pas les garçons arméniens à aller au front protéger les terre sur lesquelles ils vivaient MAIS qui aurait pu se douter une seule seconde que ce massacré allé être fait?
La Turquie appels les Historien Européen Russes et arménien pour débattre de se SOIS-DISANT génocide arménien.
mais bien sur la diaspora arménienne n'accepte pas ce face a face.
Laissé aux historiens qualifier faire leur travaille et pas aux historiens tenu en laisse par la diaspora.

La raison de tout se theatre et simple: L'histoire est écrit par les gagnant, l'empire Ottoman a perdu.
l'arménie gagne grâce a sa diaspora bien organisé.

Écrit par : Mehmet AkiF | 03/09/2011

La Turquie est un Etat de droit ou la justice fonctionne, mais quand est ce que la Grece pays de l'UE redonne à la population Turque de Grèce les bien spolié par l'Etat ?

Écrit par : Daniel | 04/09/2011

M. Sönmez, nous portons le même nom mais notre sensibilité et très différente.

En effet, je vous invite à être un peu plus honnête dans vos propos ou du moins plus équilibré dans votre vision, car la spoliation des biens et les massacres et je dis bien massacres on été commis par tous les partis en guerre, grecs et arméniens. La population musulmane de l'empire ottoman n'a pas été épargnée.

De plus, je précise que les kurdes n'ont pas été inactifs dans ces massacres et il serait bon pour l'Histoire de le dire de temps en temps. (j'écris cette phrase car vous présentez souvent les kurdes comme ne faisant pas partie de l'Histoire de la Turquie moderne)

Je tiens à préciser que je suis un laïc (agnostique) convaincu, que je soutiens l'idée que nos frères kurdes exercent légitimant leur culture en Turquie mais ceci vaut aussi pour TOUTES les minorités ethniques (laz, bosniaque, albanaise, grecs, arménienne etc.) et religieuse vivant sur le sol turc, que je suis un progressiste et que je soutiendrais toujours les plus faibles.

Cependant, je vous invite également à encourager dans vos textes, nos amis kurdes à lutter et à prendre position contre les agissements du PKK qui tue sans distinction et fait plus de mal à l'entente entre kurde et turc. Je sais que cette entente et possible car je la vie quotidiennement avec mes amis kurdes.

Finalement, la responsabilité de l'AKP, parti auquel je n'adhère absolument pas mais qui je dois le reconnaître a beaucoup fait dans ce domaine ces dernières années, de freiner les avancées politiques ne peut lui être uniquement attribuées, car une main tendu ne peut l'être indéfiniment si elle se fait taper dessus. Néanmoins si cette main était également soutenue par quelqu'un d'autre elle serait peut être plus forte pour construire l'avenir de la Turquie respectueuse de la minorité kurde.

M. Sönmez

Écrit par : Sönmez | 05/09/2011

Ce serait une immense erreur pour la Turquie d'entrer dans l'Europe!

Quand à ses liens tendus avec Israël, n'est-il pas normal d'être fâché avec un état dont les soldats (Tsahal) assassinent des citoyens turcs!? Les victimes ne sont pas montées sur les cordes qui tombaient des hélicoptères israéliens!
Un peu de décence SVP!

Pour la part des attentats en Turquie, j'y ai échappé de très peu à Istanbul en 97 lorsque les terroristes PKK ont fait exploser une voiture piégée dans un parking.

Les lâches! Et ils viennent pleurer misère...

Écrit par : denise | 07/09/2011

Complément :
1 janvier 1920 : Une « Loi de restauration des propriétés arméniennes », comprenant trente-trois articles, est adoptée par le Parlement ottoman, mais ne sera jamais appliquée.

Écrit par : Imprescriptible | 11/09/2011

Les commentaires sont fermés.