18/12/2011

Occupy WTO in Geneva

Stop OMC !

Du 15 au 17 décembre, la 8ème Conférence Ministérielle de l’OMC  se tiens à Genève dans le contexte d’une crise mondiale sans précédent, crise que les politiques de l’OMC ont grandement contribué à provoquer. Il est temps de rebrousser chemin ! Mais les Etats-Unis, au contraire, proposent un « nouvel » agenda... pour rajouter encore une couche de « libéralisation » et d’ouverture des marchés au profit des transnationales !

Les négociations à l’OMC sont bloquées depuis dix ans – et c’est tant mieux - mais les transnationales reviennent à la charge. De plus, ce « nouvel agenda » oublie les maigres concessions en faveur des pays en développement que le « round de Doha » faisait miroiter.

Des représentants des mouvements sociaux du monde entier viennent à Genève pour demander au contraire un virage à 180 degrés. Les échanges commerciaux ne sont pas un but en soi. On constate les effets néfastes des accord actuels. Il faut changer radicalement de cap!

  • Partout, la crise aggrave le chômage. Les Etats doivent pouvoir mener une politique de création d’emplois. Pour cela il ne faut pas encore réduire, mais au contraire restaurer leur droit de protéger les industries nationales de la concurrence déloyale des transnationales. Les accords (AGCS) qui, de fait, imposent les privatisations et bloquent les nationalisations doivent être abrogés.


  • Les connaissances sont un bien commun de l’humanité. Les accords sur la propriété intellectuelle (ADPIC), qui organisent leur accaparement par les monopoles, doivent être remis en question. En particulier, pour que les pays pauvres aient accès aux médicaments et aux techniques de lutte contre le changement climatique. Le piratage des connaissances traditionnelles et le brevetage de la vie doivent être bannis !


  • Les accords agricoles actuels détruisent la souveraineté alimentaire. Ils ruinent les paysans, tout en laissant la spéculation affamer les peuples en période de pénurie. Chaque pays doit pouvoir protéger sa paysannerie et sa souveraineté alimentaire, notamment contre la concurrence déloyale des produits agroindustriels subventionnés des pays développés. Les subventions aux agrocarburants doivent être interdites, car elles sont des facteurs majeurs de dégradation écologique, d’accaparement de terres et de famines. Il faut une régulation du prix des matières premières pour réduire leur volatilité et interdire la spéculation sur ces marchés.


  • Les Etats-Unis et d’autres pays proposent que le changement climatique soit « traité » à l’OMC. Mais l’OMC, fait partie du problème ! En effet, tous ses accords visent explicitement d’augmenter le commerce international, lequel est justement une des sources majeures des gaz à effet de serre !


  • La dérégulation et la libéralisation imposées par l’OMC dans le secteur de la finance et ailleurs ont beaucoup contribué au désastre actuel. A présent, même le G20 et le FMI ont dû admettre la nécessité d’une re-régulation (sans pour autant agir...), mais les règles actuelles de l’OMC s’y opposent. Pire, on veut imposer de nouvelles dérégulations, un nouveau tour de vis de ce « libre »-échange qui ne profite qu’aux transnationales et aux financiers!

 

OMC = Organisation Maximisant la Crise ? OMC, marche arrière !

 

 

Statement of Our World Is Not for Sale (OWINFS) on the de Schutter-WTO Debate

WTO Turnaround: Food, Jobs and Sustainable Development First

 

Appel à l'action! - 8e Ministérielle à Genève, 2011

DSC_5869.jpg
DSC_5828.jpg
DSC_5810.jpg
DSC_5831.jpg
DSC_5834.jpg
DSC_5841.jpg
DSC_5838.jpg
DSC_5851.jpg
DSC_5861.jpg
DSC_5872.jpg
DSC_5873.jpg
DSC_5876.jpg
DSC_5878.jpg
DSC_5880.jpg
DSC_5882.jpg
DSC_5888.jpg
DSC_5891.jpg
DSC_5899.jpg
DSC_5911.jpg
DSC_5916.jpg
DSC_5923.jpg

DSC_5926.jpg

DSC_5928.jpg

 

DSC_5936.jpg

 

DSC_5944.jpg
DSC_5992.jpg
DSC_5994.jpg
DSC_5977.jpg
DSC_6012.jpg

 

DSC_5999.jpg

 

DSC_5969.jpg
DSC_5961.jpg
DSC_5981.jpg
DSC_6017.jpg

 

Maison populaire de Genève
www.assmp.org

14:31 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

Commentaires

"•Partout, la crise aggrave le chômage. Les Etats doivent pouvoir mener une politique de création d’emplois. Pour cela il ne faut pas encore réduire, mais au contraire restaurer leur droit de protéger les industries nationales de la concurrence déloyale des transnationales. Les accords (AGCS) qui, de fait, imposent les privatisations et bloquent les nationalisations doivent être abrogés."

C'est amusant, pendant des années j'ai entendu la lèpre gauchisante prêcher, au nom de l'aide aux pays sous développés / en voie de développement, pour l'ouverture des frontières. L'international socialisme quoi. Maintenant que l'occident, par le jeu des vases communicants et donc des délocalisations s'est fait bouffer des millions d'emplois et se retrouve plus ou moins sur la paille, voilà pas que cette même lèpre gauchisante demande, que dis-je, exige du protectionnisme. Bref, cette engeance là passe allègrement du gauchisme échevelé au national-socialisme. Il va donc falloir sévir grave et rapidement contre ces nuisibles.

Écrit par : Giona | 18/12/2011

Les commentaires sont fermés.