18/02/2012

Mendier n'est pas un crime!

Aujourd'hui place du molard plus de cinquante personnes se sont réunies pour composer une chaîne de mendiants pour soutenir la pétition lancée par la gauche et un grand nombre d'associations visant à abroger la loi 11a du grand conseil qui criminalise la mendicité et donc la pauvreté. Cette loi en plus d'être xénophobe est coûteuse: plus de 20 millions pour aucuns résultats si ce n'est d'utiliser la force de police à mauvais escient. Il faut donc la supprimer!

DSC_0097.jpg
DSC_0006.jpg


NON À LA CRIMINALISATION DE LA MENDICITÉ !

L’article 11 A alinéa 1 de la Loi pénale genevoise prévoit que : « Celui qui aura mendié sera puni de l’amende ».
Cette disposition légale, mise en application depuis le 29 janvier 2008, doit être abrogée car elle est :

INHUMAINE

Une société respectueuse des droits fondamentaux ne peut punir une personne uniquement parce
qu’elle est pauvre et demande l’aumône.

Le Tribunal pénal genevois a défini la mendicité comme « tout comportement tendant à récolter de l’argent ou de la nourriture donnée par charité afin de subsister ». Ainsi, faire appel la générosité de tiers pour survivre constitue une infraction et peut entraîner le prononcé d’une amende. En cas de non-paiement, l’amende sera commuée en peine privative de liberté. À Genève, on peut donc être amendé et jeté en prison, lorsque dans une situation de précarité on ose solliciter la générosité des passants en mendiant.

Il y a aujourd’hui en Suisse des personnes pour lesquelles la mendicité est devenue la seule possibilité de survivre.
En pénalisant les plus humbles, Genève, riche d’une longue tradition humanitaire, bafoue ses valeurs : la liberté, l’accueil des plus démunis et le respect de la dignité humaine. Respectons la générosité et la solidarité citoyenne au lieu de les proscrire.

DISCRIMINATOIRE

Cette disposition a été votée dans le but manifeste de réprimer les Roms, population peu nombreuse mais visible. En ancrant dans le tissu légal des mesures punitives clairement discriminatoires, elle contribue à la banalisation de l’ostracisme envers la population rom. De nombreux abus de la part des autorités ont d’ailleurs fait suite aux mesures d’amendement (harcèlement, confiscation de leurs biens, évacuations musclées, destruction de leurs abris de fortunes, etc.), enfonçant encore davantage les Roms dans la pauvreté.

Les Roms sont une cible aisée pour certaines autorités dans un contexte social et économique de plus en plus précaire. Une partie grandissante de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté et les Roms en sont l’aspect le plus manifeste.

STIGMATISANTE

En criminalisant la pauvreté, on porte atteinte à la dignité de toutes les personnes qui vivent dans
la précarité en Suisse.

Criminaliser la misère s’inscrit dans la suite logique du démantèlement des acquis sociaux des dernières années. Si cette disposition légale répressive frappe aujourd’hui plus particulièrement les Roms, elle pourrait viser demain de plus en plus d’exclus de notre système de protection sociale.

INEFFICACE

Aucune baisse du nombre de mendiants n’a été observée depuis l’entrée en vigueur de cette disposition légale. Elle donne surtout l’impression aux citoyens que les pouvoirs publics agissent, alors qu’elle ne résout rien.

Par ailleurs, la mendicité à Genève n’est pas le fait d’organisations criminelles. Mendier n’est pas un choix de vie, mais une question de survie, liée à une urgence sociale.

COÛTEUSE

L’application de cette disposition légale est très onéreuse : selon le Conseil d’Etat, la criminalisation de la mendicité a coûté trois millions de francs au cours de la période examinée de seulement 18 mois, sans compter les frais de justice et de fonctionnement de la police.

En réalité, l’ensemble des coûts engendrés à la charge des contribuables pourrait avoisiner les 20 millions de francs suisses ! Cet argent devrait être utilisé de manière bien plus constructive et appropriée.
DSC_0042.jpg


DSC_0010.jpg
DSC_0018.jpg
DSC_0023.jpg
DSC_0024.jpg
DSC_0026.jpg
DSC_0031.jpg
DSC_0035.jpg
DSC_0046.jpg
DSC_0051.jpg
DSC_0054.jpg
DSC_0056.jpg
DSC_0059.jpg
DSC_0062.jpg
DSC_0064.jpg
DSC_0071.jpg
DSC_0076.jpg
DSC_0079.jpg
DSC_0086.jpg
DSC_0090.jpg
DSC_0092.jpg
DSC_0093.jpg
DSC_0100.jpg
DSC_0104.jpg
DSC_0105.jpg
DSC_0106.jpg
DSC_0108.jpg
DSC_0110.jpg
DSC_0112.jpg
DSC_0114.jpg
PÉTITION AU GRAND CONSEIL GENEVOIS

NON À LA CRIMINALISATION DE LA MENDICITÉ !

À Genève, la mendicité est interdite et érigée en infraction pénale. En novembre 2007, le Grand Conseil a édicté une loi qui permet à la police 
d’amender les mendiants.

Mendier consiste à solliciter la générosité d’autrui pour obtenir une modeste aide pécuniaire. La criminalisation de la mendicité constitue une 
violation de la dignité humaine, qui est protégée par l’article 7 de la Constitution fédérale. Une 
société respectueuse des droits fondamentaux ne devrait pas punir une personne uniquement parce qu’elle est pauvre et obligée de demander 
l’aumône. 

En outre, les amendes infligées aux mendiants sont convertibles en peines de prison. Ils peuvent donc être mis en détention pour avoir osé tendre la main ! La criminalisation des personnes précarisées (principalement roms) laisse la place à toutes sortes d’abus à leur encontre (confiscation de l’argent récolté, de leurs biens, destruction de leurs abris de fortune, etc.), aggravant d’autant plus leur situation déjà fragile. Mendier n’est pas un choix, mais une question de survie.

L’expérience genevoise a montré que l’interdiction de la mendicité ne sert à rien. Le phénomène n’a pas diminué et son interdiction entraîne des 
coûts considérables pour les contribuables, tant en termes de personnel policier que de frais administratifs et judiciaires. Par conséquent, 
cette loi n’atteint pas le but escompté et apparaît manifestement disproportionnée face à la situation délicate qu’elle souhaite régler.



Organisations et partis politiques qui soutiennent cette pétition : ACOR SOS Racisme, AGORA, ALCIP, Aspasie, 

ATD Quart Monde, Caritas Genève, Carrefour-Rue, CETIM, CODAP, Collectif sans papiers, COTMEC, CSP, Espace Solidaire Pâquis, FAGE – Fédération associative genevoise, FIAN, Mesemrom, Les Verts genevois, LSDH – section Genève, OPP, Opre Rrom, Parti Socialiste genevois, Quakers Genève, SolidaritéS, StopEx.
DSC_0118.jpg
Pour télécharmente pétition:
Merci à toutes et tous pour la solidarité, l'engagement, de signer et faire signer cette pétition qui sera déposée le 15 avril devant les autorités cantonales.

13:40 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | | | |

Commentaires

MENSONGE ! Cette loi n'est pas discriminatoire. Elle s'applique à tout le monde.

Écrit par : Dolorès | 18/02/2012

Bonjour,
Si je ne pense pas que ce soit une bonne chose de criminaliser la mendicité, je suis néanmoins très mal à l'aise avec les mendiants: en effet, les seuls, LES SEULS! à mendier à Genève le font soit parce qu'ils sont drogués et ont dépensé en vilaines choses les sous du contribuable via l'Hospice, soit ce sont des mendiants importés, qui en font un business.

Dans ce contexte, on comprend mieux que certains veuillent criminaliser la mendicité.

Écrit par : vieuxschnock | 18/02/2012

Provocation et propos aberrants de la gauche... une fois de plus et encore une fois de trop.
Où vont-ils chercher ce coût de 20 millions ? Et comment osent-ils parler de xénophobie ? Les bras n'en tombent !
Arrêtons de leur donner et les mendiants disparaîtront d'eux-mêmes.

Écrit par : bidouille | 18/02/2012

Etre puni de l'amende signifie que l'acte est contraventionnel...et non pas criminel, ce qui ne relève donc pas du code pénal. Bref, hors-sujet, comme d'habitude lorsque la gauche fait du populisme.

Ensuite, ce sont pour la plupart des gens qui travaillent en réseau. Alors on est en droit de se demander si la petite roumaine qui se gèle et s'ennuie pendant des heures n'a pas besoin qu'on enquête un peu plus pour faire tomber ceux et celles-ci qui les placent dans nos rues pour ratisser l'argent du candide...

Écrit par : Bob Pahud | 18/02/2012

@ Bob Pahud,
Vous avez certainement des renseignements fiables pour affirmer que la plupart des mendiants et mendiantes travaillent en réseau.
Merci de nous informer et bonjour chez vous.

Écrit par : Benoît Marquis | 18/02/2012

Perso j'ai vu de mes yeux ces mendiants monter dans de grosses Mercédès noires le soir venu. Alors, vous pouvez faire semblant d'être naïfs ou l'être réellement, mais laissez les actes à ceux qui sont un petit peu plus réalistes!

Écrit par : Warren Soros | 19/02/2012

Il y a de nombreuses années il n'y avait qu'un règlement cantonal qui interdisait la mendicité et il n'y avait pas de mendiant. On n'a fait une loi et un nouveau règlement il y a quelques années et maintenant il y a une quantité de mendiants de l'est défendu par une avocate... du même pays.

Écrit par : Ivan Skyvol | 19/02/2012

Les commentaires sont fermés.