04/03/2012

Genève, pas Los Angeles!

10ième Festival du Film et Forum International sur les droit d'humain cérémonie d'ouverture ont eu lieux le 2 mars 2012 , salle arditi à Genève.

M. Didier Burkhalter, Conseiller fédéral, Chef du Département fédral des affaires étrangères, Mme Navi Pillay, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme (excuse et envoyé représentent), M. Ridha Bouabid, Ambassadeur de l'Organisation Internationale de la Francophonie auprès des Nations Unies, M. Sami Kanaan, Conseiller administratif de la Ville de Genève, Département de la culture et du sport, Mme Michelle Bachelet, Sous-secrétaire générale des Nation Unies et directrice exécutive de l'ONU Femmes (par vidéo) Ainsi que les membres du Jury international et notre chères et chers amis des droits humains ont participé le soirée 10ième Festival du Film et Forum International sur les droit d'humain cérémonie d'ouverture


Genève, pas Los Angeles.

Genève s'est encore prouvée être la capitale internationale des droits de l'Homme. Pendant que les Oscars étaient distribués à Los Angeles, à Genève il n'y avait pas de représentant des médias internationaux. Il n'y avait pas non plus les stars internationaux du tapis rouge mais les militants internationaux des droits de l'homme. cette rencontre fut amicale sans gala ni glamour.

C'est cela la différence entre le festival du film à Los Angeles et à Genève. Cette différence était visible dans les discours et la pensée des personnes présentes.

Toutes les conférences faisaient référence aux violations des Droits de l'Homme de notre époque. Dans son discours Sami Kanaan a dit que la votation du 11 mars sur la loi sur les manifestation était également une violation des droits fondamentaux et constitutionnels et a appelé à voter contre cette dernière. Et voici ci-dessous un discours de Sami Kanaan “

M. Didier Burkhalter, Conseiller fédéral, Chef du Département fédral des affaires étrangères a remercié les participants et a réaffirmé son soutien à ce festival.

Pour soutenir le cinéma et la lutte pour les Droits de l'Homme j'invite tout les résidents de la capitale internationale des Droit de l'Homme à se rendre dans les cinémas.

 

 

Voici le lien pour accéder au riche programme du FIFDH, qui se déroulera à partir du 2 mars jusqu’au 11 mars 2012.

http://www.fifdh.org/2012/index.php?rubID=1&lan=fr

======================================

 

Ouverture FIFDH / note intervention Sami Kanaan

 

Monsieur le Conseiller fédéral,

Madame le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme,

Madame la Sous-secrétaire générale des Nations Unies qui s’est adressée à nous par un message vidéo,

Monsieur le Représentant permanent de l’Organisation internationale de la francophonie,

Mesdames les ambassadrices, Messieurs les Ambassadeurs

Mesdames et Messieurs les Députés (du Grand Conseil),

Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux,

Mesdames et Messieurs les Constituants,

Messieurs les Directeur général et Directeur général adjoint du Festival du Film et Forum international sur les droits humains,

Mesdames et Messieurs les membres du Jury,

Mesdames et Messieurs,

Et surtout chères et chers amis des droits humains

Voici dix ans que le Festival du film et forum international sur les droits Humains (FIFDH) poursuit la mission qu’il s’est fixé : être une tribune libre, sans tabous, dédiée au respect des droits humains.

Le FIFDH nous rappelle à quel point il est important que l’art se saisisse de sujets tels que les droits humains. La culture, exceptionnelle caisse de résonnance, joue un rôle évident dans la défense de ces droits. Il l’est plus encore à Genève, ville de paix, ville internationale, carrefour d’organisations internationales et non gouvernementales. Je me réjouis ainsi du rôle que joue désormais le FIFDH dans la cour des défenseurs de la dignité et de la justice, à Genève, qui accueille, à la même période, le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU.

 

Très récemment nous avons pu apprécier un autre exemple d’expression artistique au service des droits humains, celui du spectacle « Human Writes » de la célèbre compagnie de danse William Forsythe au sein même du Palais des Nations à Genève, dans la salle des pas perdusLe respect des droits humains, c’est d’abord le respect des personnes. C’est affirmer que la vie, chaque vie, est une réalité à prendre en considération et une valeur à protéger. C’est aussi la lutte pour les droits civils, politiques, sociaux, économiques et culturels. C’est un combat permanent, incessant, qui implique un engagement sans complaisance, et qui est au cœur de la démarche du FIFDH.

Le FIFDH s’attache à présenter des œuvres fortes, comme autant de témoignages qui permettent de focaliser les débats sur des problématiques d’actualité. Les rencontres avec les cinéastes, les écrivains, les intellectuels qui mettent leurs expériences et leurs talents au service de la cause permettent d’impliquer un public nombreux - plus de 20'000 spectateurs l’an passé !Nous célébrons donc ce soir les 10 ans du festival, mais nous pourrions tout aussi bien souhaiter que la manifestation ait perdu sa raison d’être, faute de thèmes à traiter et d’injustices à dénoncer. Malheureusement, le rêve n’est pas prêt de devenir réalité.

Comme jamais, les indignations suscitent la révolte des peuples. Les colères, les soulèvements et les crimes d’état se manifestent aux quatre coins de la planète, tandis que les dérives du néo-populisme menacent même l’Europe. Même en Suisse, même à Genève, le risque de dérives néo-populistes et réactionnaires existe ; preuve en est la révision de la Loi sur les manifestations, soumise au vote populaire le dimanche 11 mars, et qui constitue une forte régression des droits démocratiques fondamentaux, une régression inacceptable. Il faut donc encore compter sur le rendez-vous annuel avec des cinéastes, des écrivains et des intellectuels engagés, ou tout simplement des militants eux-mêmes, qui risquent souvent leur vie, pour briser l’ignorance, dépasser l’indifférence et dénoncer les silences qui entrainent les sociétés sur les voies de l’oppression et de la manipulation.

Tout particulièrement cette année, on pensera au peuple syrien, à qui est dédié cette édition du festival, mais aussi à l’opposante birmane Aung San Suu Kyi, figure emblématique s’il en est d’une volonté de résistance inébranlable et non-violente.

La Ville de Genève et l’Etat de Genève, au nom de qui je m’exprime aussi aujourd’hui, soutiennent pleinement cette indispensable tribune libre qu’est depuis dix ans le FIFDH. Je me félicite aussi du partenariat fort avec les Nations Unies, notamment le Haut commissariat aux droits humains, ainsi qu’avec la Confédération, dont la présence ici ce soir du Conseiller fédéral Didier Burkhalter constitue une belle preuve. J’ai d'ailleurs appris avec plaisir qu’aujourd'hui même M. Burkhalter a publié les priorités du Conseil fédérale en matière de politique étrangère, et que la promotion des droits humains et de la Genève internationale figure en bonne place. Et souhaite que ces dix jours de projections et de débats contribuent à faire passer auprès du public un message essentiel : en matière de droits humains, le combat pour la dignité contre le silence est l’affaire de tous.

Merci aux organisateurs et aux membres du jury international pour cette piqûre de rappel bienvenue...

L1005448.jpg

DSC_4259.jpg
DSC_4247.jpg
DSC_4256.jpg
DSC_4262.jpg
DSC_4286.jpg
DSC_4257.jpg
DSC_4300.jpg
DSC_4340.jpg
DSC_4258.jpg
L1005486.jpg
DSC_4360.jpg
DSC_4365.jpg
DSC_4379.jpg
L1005473.jpg
L1005489.jpg
L1005491.jpg

Demir SÖNMEZ
Maison Populaire de Genève
www.assmp.org


21:51 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.