17/03/2012

La journée mondiale de révolution syrienne à Genève

 

Samedi, à Genève, le Collectif Jasmin a réussi à organiser un très bel événement en solidarité avec le peuple syrien qui mène une extraordinaire révolution pacifique contre le régime mafieux et criminel des Assad. La marche pour le peuple syrien a réuni 600 personnes dont un très grand nombres de Syriennes et de Syriens venus de toute la Suisse. Jamais, en Suisse, un rassemblement n'avait réuni autant de personnes sensibles à ce noble combat pour la liberté, la dignité et la justice. A la fois graves et optimistes, les manifestants ont commencé par faire une minute de silence en hommage aux 12'000 martyrs tombés en Syrie et ont terminé en entonnant des chants révolutionnaires tant l'espoir de la victoire est grand et le bonheur immense que le peuple syrien ait pu brisé, après 50 ans de dictature, les chaînes de l'esclavage pour les remplacer par les liens de la solidarité et de la fraternité interreligieuse et intercommunautaire. Quelle leçon de vie pour l'humanité!

DSC_6749.jpg
DSC_6762.jpg
DSC_6774.jpg
DSC_6790.jpg
DSC_6794.jpg
DSC_6798.jpg
DSC_6802.jpg
DSC_6814.jpg
DSC_6817.jpg
DSC_6825.jpg
DSC_6831.jpg
DSC_6846.jpg
DSC_6848.jpg
DSC_6872.jpg
DSC_6893.jpg
DSC_6908.jpg
DSC_6916.jpg
DSC_6930.jpg
DSC_6945.jpg
DSC_6957.jpg
DSC_6972.jpg
DSC_6979.jpg
DSC_6995.jpg
DSC_6999.jpg
DSC_7023.jpg
DSC_7031.jpg
DSC_7047.jpg
DSC_7054.jpg
DSC_7072.jpg
DSC_7100.jpg
DSC_7132.jpg
DSC_7152.jpg
DSC_7157.jpg






Discours M. Shady Ammane

La révolution syrienne a aujourd'hui un an, le peuple syrien libre a aujourd'hui un an! Un an déjà!  Un an que le peuple syrien demande sa liberté et ne reçoit pour seule réponse que des balles, des enterrements et l'ignorance.

Le régime syrien continue de se targuer d'un permis de tuer et sa folie n'a plus aucune limite.
Il y a désormais 12000 morts en Syrie et 220'000 disparus!

Assez!

Mesdames et Messieurs, chers amis du peuple syrien: j'ai trois messages.

Le premier je l'adresse à la communauté internationale:

Au nom du  peuple syrien,  nous vous avons d'abord demandé de l'aider,  puis de le secourir puis de le sauver.

Aujourd'hui,  je demande à la communauté internationale de nous oublier. Je ne le fais pas parce que le peuple syrien n'est plus en danger ou que la révolution est terminée.

Je vous demande de nous oublier pour ne plus avoir honte de promettre aux nôtres une fois de plus, une fois de trop, que le monde est prêt à agir pour que chaque cri de liberté ne coûte pas une vie en Syrie.

Je vous demande de nous oublier pour ne plus avoir honte de faire croire à mon peuple qu'il compte autant qu'un autre, que les enfants syriens sont aussi chers que les autres enfants du monde, que les femmes syriennes ont autant de valeur que les autres femmes du monde.

Le peuple syrien vaincra avec ou sans la communauté internationale, avec ou sans cette honorable institution, avec ou sans vous ou moi.

Mais que dirons-nous alors pour justifier les centaines de milliers de martyrs en Syrie? Que dirons-nous aux veuves, aux orphelins, à ceux qui auront enterrés leurs enfants?

En attendant que le régime de ce criminel d'Assad tombe, je suggère à la communauté internationale de commencer à rédiger ses excuses les plus plates et les plus honteuses à l'adresse du peuple syrien.

Je suggère qu'un monument aussi gigantesque que le courage des Syriennes et des Syriens commence à être érigé à la mémoire d'un peuple qui aura sacrifié tant de vies pour que le mot  liberté garde toute sa valeur et toute sa noblesse pour les prochains peuples opprimés qui oseront s'en servir!

Je suggère de faire graver ce monument des seuls mots suivants : "Nous savions!"

Mon deuxième message va au régime syrien. Je sais que tout ce que nous pouvons dire ici arrive en Syrie:  Je vous prie donc Madame la Consul de bien vouloir transmettre nos demandes à Bachar, Maher, Souleiman et à vos autres camarades criminels:

Pourriez-vous exécuter nos enfants sans les torturer?
Pourriez-vous tuer nos femmes et nos sœurs sans les violer?
Pourriez-vous nous assassiner sans nous arracher les yeux, la gorge ou nous démembrer afin que nos mères puissent nous voir et nous embrasser une dernière fois avant de nous enterrer?

Mon dernier message va au peuple syrien: Au nom du monde entier,

PARDON!

MILLE FOIS PARDON!

Merci de nous donner chaque jour des leçons de courage,
d'amour
de dignité.
Merci

La victoire est proche! Tenez bon! Vive le peuple syrien libre!

Shady Ammane

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

 

21:36 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

Commentaires

Deux mots, pas plus. Il y a de cela deux jours, vous publiiez un billet dans lequel il y avait ceci : Puisque l'auteur de l'incendie criminel déclare avoir agi pour se venger du sang sunnite versé par les chiites en Syrie, il est peut-être temps de se pencher sur la responsabilité des chaînes qataries et saoudiennes de désinformation, respectivement Al Jazeera et Al Arabiya. On y trouve tous les clichés de la propagande djihadiste concernant les événements en Syrie. Quant aux médias internationaux tels que France 24, BBC ou CNN, leurs analyses de la situation syrienne à l'emporte-pièce et leur lecture confessionnelle des événements n'est certainement pas innocente. Les atrocités commises par les groupes terroristes comme le Jounoud Al Cham (Les Soldats du Levant) à Homs, Tal Kalakh et Rastan qui, depuis le départ des troupes syriennes du Liban en 2005, se sont installés et renforcés à Tripoli, sont soigneusement dissimulés par "nos" médias. Ces attentats odieux commis au sabre et au couteau sont systématiquement mis sur le compte de l'armée syrienne et des milices du régime, les "chabbihas" et ce, sans la moindre vérification. Violemment anti-chiite et changeant régulièrement de nom, ce groupe qui noyaute le mouvement syrien de contestation mène le djihad non pas pour instaurer la démocratie et la liberté d'expression mais un califat sunnite.

Par ailleurs, avec une propagande qui assimile à tort le régime laïc de Bachar El-Assad à un "pouvoir alaouite" et les alaouites aux chiites, qu'espère-t-on obtenir comme résultat sinon l'exacerbation des clivages confessionnels ?
Je viens juste de remarquer que ce n'est pas vous qui l'avais écrit. Du coup, veuillez m'excusez de vous avoir citer dans mon propre blog, car votre billet du jour a un contenu diamétralement opposé à l'autre.
Comme quoi, on peut toujours se tromper. Je salue quand-même le "vrai" auteur du billet en question.
Bien à vous

Écrit par : Christobal | 17/03/2012

J'ai juste oublié un "petit" quelque chose : vous commencez votre billet en parlant d'un peuple qui fait un extraordinaire révolution "pacifique". C'est bien. C'est certainement le hasard qui fait que ce pacifisme dont vous parlez tombe tout juste le même jour où les pacifiques ont commis trois attentats sanglants causant la mort d'une trentaines de victimes civiles.
Comment avez vous dit ?
Peuple ?
Révolution pacifique ?

Écrit par : Christobal | 18/03/2012

Les commentaires sont fermés.