28/03/2012

Rapport d’Amnesty International sur la peine de mort en 2011 et la Manifestation le 29 Mars contre la peine de mort près de EU Parlement

150879_AI_Korea_Sand_Art_Video_-_stills_grab.jpgLes pays qui ont procédé à des exécutions en 2011 l’ont fait dans des proportions alarmantes ; toutefois, le nombre de pays qui recourent à la peine de mort a diminué de plus d’un tiers sur 10 ans. Seuls 10 % des pays du globe, soit 20 sur 198, ont procédé à des exécutions en 2011.

Les condamnations à la peine capitale et les mises à mort ont sanctionné toute une série d’infractions, notamment l’adultère et la sodomie en Iran, le blasphème au Pakistan, la sorcellerie en Arabie saoudite, le trafic d’ossements humains en République du Congo et les infractions à la législation sur les stupéfiants dans plus de 10 États.

Les méthodes d’exécution utilisées en 2011 étaient notamment la décapitation, la pendaison, l’injection létale et la fusillade.

Quelque 18 750 personnes demeuraient sous le coup d’une condamnation à mort à la fin de l’année 2011 et au moins 676 ont été exécutées dans le monde.


Toutefois, ces chiffres n’englobent pas les milliers d’exécutions qui ont eu lieu en Chine, où ces statistiques ne sont pas divulguées.

Ils ne prennent pas non plus en compte la probable extension du champ d’application de la peine de mort en Iran. Des informations crédibles faisant état d’un grand nombre d’exécutions non reconnues par les autorités qui doublerait le nombre de mises à mort officiellement reconnues

Au Moyen-Orient, le nombre d’exécution a augmenté brutalement de près de 50 % par rapport à l’année précédente.

Des milliers de personnes ont été exécutées en Chine en 2011, plus que dans tous les pays du globe réunis. Les statistiques sur la peine de mort sont classées secret d’État. Amnesty International a décidé de ne plus publier ses propres chiffres émanant de sources publiques en Chine, car elle est convaincue qu’ils sont bien en-deçà de la réalité.

Elle a choisi de demander aux autorités chinoises de publier les chiffres relatifs au nombre de personnes exécutées et condamnées à mort, afin de confirmer que, comme elles l’affirmaient, les diverses modifications de la loi et de la pratique avaient engendré un net recul du recours à la peine capitale dans le pays au cours des quatre dernières années.

Iran :

stoppez l’addiction à la peine de mort SIGNEZ
http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Violences/Peine-de-mor...

Au moins trois personnes ont été exécutées en Iran pour des crimes commis alors qu’elles avaient moins de 18 ans, en violation du droit international. Quatre autres exécutions non confirmées de mineurs délinquants auraient eu lieu en Iran, et une en Arabie saoudite.

Les États-Unis demeuraient le seul pays des Amériques et le seul membre du G8, qui réunit les plus grandes puissances mondiales, à exécuter des prisonniers – au nombre de 43 en 2011. L’Europe et les pays de l’ex-Union soviétique n’ont pas recouru à la peine de mort, à l’exception du Bélarus qui a ôté la vie à deux condamnés. La région Pacifique était également une zone sans peine de mort, à l’exception de cinq condamnations prononcées en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Au Bélarus et au Viêt-Nam, les condamnés à mort, pas plus que leurs familles et leurs avocats, n’étaient prévenus de la date de leur exécution. Des exécutions publiques ont eu lieu en Arabie saoudite, en Corée du Nord, en Iran et en Somalie.

Dans la majorité des pays où des personnes ont été condamnées à mort ou exécutées, les procès ne respectaient pas les normes internationales d’équité. Dans certains d’entre eux, des "aveux" étaient extorqués sous la torture ou la contrainte, notamment en Arabie saoudite, en Chine, en Corée du Nord, en Iran et en Irak.

Les étrangers étaient touchés de manière disproportionnée par la peine de mort, particulièrement en Arabie saoudite, en Malaisie, à Singapour et en Thaïlande.

Cependant, même dans les pays qui continuent d’ôter la vie à de nombreux condamnés, on a pu constater certaines avancées en 2011.

En Chine, le gouvernement a supprimé la peine de mort pour 13 infractions, principalement des "crimes en col blanc". Des mesures ont également été mises en œuvre par l’Assemblée populaire nationale (NPC) afin de réduire le nombre de cas de torture en détention, de renforcer le rôle de l’avocat de la défense et de garantir que tout accusé qui encourt la peine de mort soit représenté par un avocat.

Aux États-Unis, le nombre d’exécutions et de condamnations à mort a nettement chuté depuis 10 ans. L’Illinois est devenu le 16e État à abolir la peine de mort, tandis que l’Oregon a annoncé l’instauration d’un moratoire. En outre, des victimes de crimes violents ont fait campagne contre la peine de mort.

EN SAVOIR PLUS

LIRE-Télécharger le rapport : "Condamnations à mort et exécutions en 2011"

http://www.amnesty.org/fr/library/info/ACT50/001/2012/fr

Index AI : ACT 50/001/2012 - 27 mars 2012

 

 

Appel: participer à la Manifestation le 29 Mars contre la peinde de mort près de EU Parlement


Bonjour Monsieur/Mme,


La communauté sikhe organise un Manifestation près de Parlement Européén à Luxemburgplein 1050 Bruxelles le 29 Mars 2012 à ( de 11h00-13h00) pour exprimer sa profonde préoccupation qu'il a été confirmé le 13 Mars 2012 que l'Inde se prépare à rompre son moratoire sur la peine de mort par pendaison Monsieur BalwantSingh le 31 Mars 2012 à 9h dans la prison centrale de Patiala.

 

 

balwant-singh-rajowara-New.jpg



M. Balwant Singh Rajoana est configuré pour être exécuté dans le Punjab pour son implication dans l'assassinat d'ancien ministre en chef du Pendjab, M.Beant Singh. Il s'agira de la première exécution dans l'histoire du Pendjab en 24 ans. M. Beant Singh a participé à la réalisation meurtres brutaux etmassifs de sikhs au Pendjab. Il est largement tenu pour responsable par de nombreux sikhs pour commander l'enlèvement, la torture et la mort de nombreux jeunes hommes sikhs.

M. Balwant Singh a accepté la peine de mort sans protester, l'identification d'un manque de foi dans le système judiciaire indien et en accusant les tribunaux indiens pour l'application de doubles normes dudroit. Le système judiciaire est l'un des Indiens qui a continué à protéger les coupables des massacres de sikhs.

Il ya un risque réel ce qui peut ouvrir les vannes et permettre à l'Inde pour exécuter le Professeur Bhullar Davinderpal Singh. L'affair de Pro.Bhullar a été mis en évidence par Amnesty International et discuté avec les députés sur un certain nombre de reprises, comme il a été illégalement expulsés d'Allemagne. Il est maintenant en prison depuis plus de 17 ans et a été condamné à mort en prison centrale de Tihar Jail, à New Delhi depuis plus de neuf ans.

On vous prie de participer dans le manifestion.

Kulwinder Singh(Spokesperson)

Punjab Rights Organisation Benelux(PRO)

Rue Vivegnis 296

4000 Liège

Ph: 0475 49 98 19

kulwinder.singh@scarlet.be

Communique de presse d’Amnesty International

L’exécution de Balwant Singh constituerait un recul pour l’Inde

Les autorités indiennes doivent stopper l’exécution de Balwant Singh Rajoana et instaurer un moratoire officiel sur les exécutions dans le pays, écrit Amnesty International dans une lettre ouverte au Premier ministre indien Manmohan Singh.

Les autorités indiennes doivent stopper l’exécution de Balwant Singh Rajoana et instaurer un moratoire officiel sur les exécutions dans le pays, écrit Amnesty International dans une lettre ouverte au Premier ministre indien Manmohan Singh.

L’exécution de Balwant Singh est prévue pour le 31 mars, dans l’État du Pendjab.

Tandis que les tribunaux indiens continuent de prononcer des condamnations à mort, aucune exécution n’a eu lieu en Inde depuis 2004.

Amnesty International publie mardi 27 mars son nouveau rapport sur les Condamnations à mort et les exécutions en 2011.

Au 22 mars 2012, plus des deux tiers des pays du gobe avaient aboli la peine de mort en droit ou dans la pratique. Sur les 41 États que compte la région Asie-Pacifique, 17 ont aboli la peine capitale pour tous les crimes et 10 sont abolitionnistes dans la pratique.

« Si elle reprend les exécutions après une interruption de huit ans, l’Inde irait à contre-courant de la tendance régionale et mondiale en faveur de l’abolition de la peine de mort, a déclaré Bikramjeet Batra, conseiller en matière de politique pour Amnesty International.

« Amnesty International exhorte le Premier ministre Manmohan Singh à stopper l’exécution de Balwant Singh et à établir un moratoire, en vue d’abolir la peine de mort en Inde pour tous les crimes. »

Balwant Singh a été déclaré coupable en 2007 de l’assassinat de l’ancien Premier ministre du Pendjab Beant Singh en 1995. Sa condamnation à mort a été confirmée par la haute cour du Pendjab et de l’Haryana en octobre 2010.

Amnesty International s’oppose à la peine de mort en toutes circonstances, sans exception. C’est un châtiment des plus cruels, inhumains et dégradants.

•    Il est possible d’organiser des interviews avec des experts d’Amnesty International sur la peine de mort.

•    Pour consulter la lettre ouverte au Premier ministre Manmohan Singh, veuillez cliquer sur : http://www.amnesty.org/en/library/info/ASA20/011/2012/en.

•    Le nouveau rapport d’Amnesty International intitulé Condamnations à mort et exécutions en 2011, qui présente des faits et des analyses sur la peine de mort dans le monde, est disponible sous embargo.

•    Pour toute information,

veuillez entrer en contact avec Katya Nasim,

attachée de presse : katya.nasim@amnesty.org ; + 44 207 413 5871 / + 44 7904 398 103.

 

L’execution-de-Balwant-Singh-constituerait-un-recul-pour-...

 

http://www.amnesty.fr/Presse/Communiques-de-presse/

=============================================================

 

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

 

11:31 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.