• Turquie : les Alévis tirent la sonnette d'alarme.

    Imprimer

    Le désespoir envahit les Alevis face à la recrudescence de l'islamisation de la Turquie. Sous leur étiquette de pays "laïc", le gouvernement turc mène une politique de propagande, à l'encontre de la laïcité, avec comme seul objectif d'instaurer un nouveau modèle idéologique "une race, une religion, une langue".
    La Fédération de l'union des Alévis de France (FUAF) fait partie de la dynamique croissante du mouvement Alévi en Europe représenté par notre Confédération Européenne qui regroupe plus d'un million d'adhérents dans 14 pays différents. Ainsi les 200 000 Alévis de tout l'hexagone, de Bordeaux à Strasbourg, se battent pour la liberté d'expression et de croyance de leurs proches. En effet, près de 25 millions d'Alévis vivent en Turquie. Ils ont même fait appel à la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour demander la suppression des cours obligatoires religieux chez les enfants et la suppression de la mention religieuse sur la carte d'identité. La justice turque a délibérément ignoré la décision du 9 octobre 2007 de la Cour Européenne des Droits de l'Homme donnant raison à un plaignant alévi.

    Malgré notre combat acharné et une résistance continue, la Turquie continue d'appliquer une politique d'ignorance, d'injustice et avance progressivement vers une guerre civile par le biais d'une politique d'assimilation et de neutralisation par l'oppression. L'Anatolie, terre des richesses et des cultures, se transforme sous nos yeux en un lieu de haine et d'obscurantisme.

    Le responsable du gouvernement des affaires religieuses et du culte a refusé toutes les propositions avancées par les Alévis jusqu'à ce jour. Ainsi nos doléances telles que la prise en considération des besoins d'autres religions dans les projets de cette structure ont été rejetées. Le rôle de cet organisme, qui se nourrit de l'impôt de l'ensemble de la population, est de financer les besoins des structures islamiques tels que les imams, les cours religieux et les mosquées. Nos demandes concernant la suppression des cours religieux obligatoires dans le secondaire ou la reconnaissance et la construction de nos lieux de cultes "cemevi" ont malheureusement été en vain.

    L'atteinte des libertés fondamentales ne s'arrête pas là. La Turquie démontre une ferme volonté de créer des mosquées dans les universités, d'instaurer l'éducation religieuse dans le primaire et même d'interdire l'avortement.

    Que dire de la libération des coupables de l'incendie de Sivas sous le prétexte d'expiration du délai de prescription ? Doit-on encore, au XXIe siècle être brûlé vif pour que l'Europe voie la réalité en face ? Nous, les Alévis, peuple pacifiste et humaniste, demandons votre soutien afin d'éviter l'irréparable.

    Erdal Kilickaya, président de la FUAF

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/07/30/turquie-les-alevis-tirent-la-sonnette-d-alarme_1739037_3232.html


    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 4 commentaires
  • Un dimanche à Yvoire

    Imprimer

    47 photos d'Yvoire

    DSC_6885.jpg
    DSC_6678.jpg
    DSC_6683.jpg
    DSC_6686.jpg

     

    DSC_6689.jpg
    DSC_6690.jpg
    DSC_6693.jpg
    DSC_6701.jpg
    DSC_6707.jpg
    DSC_6713.jpg
    DSC_6730.jpg
    DSC_6731.jpg
    DSC_6732.jpg

     

    DSC_6741.jpg
    DSC_6743.jpg
    DSC_6748.jpg
    DSC_6752.jpg
    DSC_6755.jpg
    DSC_6756.jpg
    DSC_6758.jpg
    DSC_6765.jpg

     

    DSC_6769.jpg
    DSC_6770.jpg
    DSC_6776.jpg
    DSC_6778.jpg
    DSC_6783.jpg
    DSC_6793.jpg
    DSC_6794.jpg
    DSC_6796.jpg
    DSC_6798.jpg

     

    DSC_6804.jpg
    DSC_6808.jpg
    DSC_6817.jpg
    DSC_6818.jpg
    DSC_6829.jpg
    DSC_6836.jpg
    DSC_6849.jpg
    DSC_6852.jpg

     

    DSC_6861.jpg
    DSC_6866.jpg
    DSC_6870.jpg
    DSC_6877.jpg
    DSC_6891.jpg
    DSC_6894.jpg
    DSC_6910.jpg
    DSC_6912.jpg
    DSC_6924.jpg

     

    copyright.jpg

    Photos: Demir SÖNMEZ

     

    Lien permanent Catégories : France 3 commentaires
  • Démocratie en danger en Roumanie

    Imprimer

    “Démocratie en danger en Roumanie”

    Cette après  à 17 heures sur la Place des nations une trentaines manifestent se sont rassemblés pour la défense de l’Etat de droit en Roumanie. Manifestation organisée par mouvement de la diaspora roumaine né spontanément sur Facebook

    COMMUNIQUE DE PRESSE - Démocratie en danger en Roumanie


    Le 27 juillet 2012 – Place des Nations à 17:00 avais eu lieu une manifestation organisée par « L’ACTION pour la défense de l’Etat de droit en Roumanie », mouvement de la diaspora roumaine né spontanément sur Facebook.

    Cette manifestation, organisée deux jours avant le référendum qui doit ratifier la destitution du président roumain Traian Basescu, est une réaction à la dérive autoritaire du gouvernement Ponta qui s’est livré à un véritable coup de force institutionnel depuis son arrivée au pouvoir au mois de mai.

    La Roumanie se trouve aujourd’hui face à une crise politique sans précédent, la démocratie et l’Etat de droit sont remis en question. En seulement quelques semaines, le pays a vécu la destitution de l’Avocat du Peuple (l’ombudsman roumain), celle des présidents des deux chambres du Parlement et du président de la Roumanie. Le gouvernement a torpillé les institutions susceptibles de freiner son appétit anti-démocratique « à la Hongroise ». Notamment la justice et la Cour Constitutionnelle qui ont vu leurs pouvoirs réduits.

    La Roumanie vit un véritable « coup d’état légal ».

    Nous sommes inquiets de l’évolution des évènements et surtout de l’ambiance délétère qui règne dans le pays. Ce retour en arrière est inadmissible et dangereux pour un pays membre de l’Union Européenne. Nous refusons le chantage politique d’un référendum illégitime qui propose de choisir entre la peste et le choléra.

    La « chasse aux sorcières » lancée par l’actuel gouvernement, l’épuration politique qui rappelle les années 50, les actions en force (ordonnances d’urgences, décrets qui contournent le vote du Parlement), l'arbitraire et l’esprit de vengeance envers les partisans du président Basescu, détruisent les acquis de la Révolution roumaine : liberté d’expression, démocratie, la séparation des pouvoirs, le respect des lois et de la Constitution.

     

    DSC_6547.jpg
    DSC_6554.jpg
    DSC_6557.jpg
    DSC_6562.jpg
    DSC_6563.jpg
    DSC_6566.jpg
    DSC_6567.jpg
    DSC_6576.jpg
    DSC_6577.jpg
    DSC_6581.jpg
    DSC_6582.jpg
    DSC_6583.jpg
    DSC_6584.jpg
    DSC_6586.jpg
    DSC_6593.jpg
    DSC_6596.jpg
    DSC_6603.jpg
    DSC_6604.jpg
    DSC_6608.jpg
    DSC_6611.jpg
    DSC_6618.jpg
    DSC_6620.jpg
    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org
    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 3 commentaires
  • Un opposant turque risque d’être renvoyé de la Suisse vers la Turquie: SOLIDARITE !

    Imprimer

    LETTRE OUVERTE
    AUX AUTORITÉS SUISSES ;
    AUX DÉPUTE-É-S DU PARLEMENT EUROPÉEN ;
    AUX ORGANISATIONS INTERNATIONALES ;
    AUX DÉFENSEUR-E-S DES DROITS HUMAINS ET AUX MÉDIAS.

    prisonnier.jpgMadame, Monsieur,

    Il s'agit de l’arrestation et d'une éventuelle expulsion vers la Turquie d’un demandeur d’asile d’origine turque en Suisse.

    Il s’agit de Monsieur Levent Capa, un camarade turc que beaucoup ont vu dans le mouvement à Paris, notamment au collectif des mal logés du 18e sans frontière, dans les assemblées du 20ème contre les expulsions et au bâtiment occupé du 260 rue des Pyrénées.

    En 2011, après 11 ans de prison pour ses activités dans  Devrimci-Sol (la gauche révolutionnaire) il se rend en Europe pour fuir la pression d’Etat et le risque d’avoir de nouveau un procès et une longue peine.
    Une fois en Suisse en 2011, il connaît son premier contrôle de police et est contraint de donner ses empreintes à la police et dans la foulée  M.Capa dépose une demande d’asile en Suisse.
    Il doit ensuite se rendre en France où nous l'avons connu. Il cherche encore une fois à régulariser sa situation et  lors d’un rendez vous  à la préfecture de police de Clignancourt, on lui fait part d’une convocation en Suisse. Avant de s'y rendre, il  va au consulat suisse pour comprendre sa situation. Au consulat, il est rassuré : on lui affirme qu'il va pouvoir bénéficier de l'asile mais qu'il faut retourner en Suisse. Ce qu'il fait immédiatement afin de régulariser sa situation.

    Deux jours après son arrivé, il se fait arrêter et enfermer en détention administrative au sein de la prison régionale de Berne. Levent apprend alors que sa demande d'asile a été rejetée par l'Office fédéral des migrations (OFM). Il ne connaissait pas ce refus sinon, il ne se serait jamais rendu en Suisse. Par ailleurs ce refus semble antérieur à sa convocation car il est déjà trop tard pour faire recours.

    Les autorités suisses ont-elles tendu un piège à M. Levent  Capa?  Il est encore temps d'honorer sa promesse d'accord d'asile politique.

    Depuis le début de sa détention, M. Levent Capa a entamé une grève de la faim malgré ses problèmes de santé.
    Au vu de l'engagement politique de M. Capa, nous considérons que sa situation correspond pleinement aux critères déterminant l’obtention du statut de réfugié politique. Il convient de réexaminer attentivement son dossier.

    Par conséquent, nous vous demandons instamment d’intervenir auprès des autorités compétentes suisses, afin d’empêcher l’extradition de M. Capa  vers la Turquie où il risque d’être torturé et persécuté.

    A toutes fins utiles, nous vous rappelons que l’Etat turc est bien connu pour pratiquer la torture à grande échelle, ce malgré les pressions internationales et les condamnations continues de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Amnesty International, l’Organisation Mondiale contre la Torture, Human Right Watch ont clairement et explicitement dénoncé la pratique systématique de la torture en Turquie.

    De plus, l’article 33 alinéa 1 de la Convention de 1951 (et son protocole de 1967) - dont l’application est universelle pour les Etats qui l’ont ratifiée et n’admet aucune réserve - stipule qu’« aucun des Etats contractants n’expulsera ou ne refoulera, de quelque manière que ce soit, un réfugié sur les frontières des territoires où sa vie ou sa liberté serait menacée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. » Il en est de même pour l’article 3 alinéa 1 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (1984), dont la Suisse est signataire, qui dispose qu’« aucun Etat n’expulsera, ne refoulera, ni n’extradera une personne vers un autre

    Etat où il y a des motifs sérieux de croire qu’elle risque d’être soumise à la torture. »

    Nous sommes persuadés que, comme nous, vous refuserez d’assumer la responsabilité du renvoi d’un ressortissant turc dans un Etat antidémocratique, violent et criminel.

    En vous remerciant d’avance de l’attention que vous porterez à ce courrier, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.

    Comité de solidarité avec Levent CAPA à Paris



    Contact : libertepourlevent@gmail.com


    Actions : Nous vous prions de bien vouloir écrire aux instances onusiennes et aux autorités suisse :
    Office fédéral des migrations
    Quellenweg 6
    CH-3003 Berne-Wabern
    T +41 31 325 11 11, F +41 31 325 93 79
    http://www.ejpd.admin.ch/content/ejpd/fr/misc/conform.html


    Département fédéral de justice et police
    Service d’information
    Palais fédéral ouest
    CH-3003 Berne
    T +41 31 322 21 11 <file://localhost/tel/%252B41%252031%2520322%252021%252011> , F +41 31 322 40 82 <file://localhost/tel/%252B41%252031%2520322%252040%252082>
    http://www.ejpd.admin.ch/ejpd/fr/misc/conform.0005.html


    United Nations High Commissioner for Human Rights :
    urgent-action@ohchr.org

    United Nations High Commissioner for Refugees :
    1503@ohchr.org

    =======================================================================

    info Maison Populaire de Genève
    Case postale 1141
    Téléphone: + (41) 79 256 30 11
    1211 Genève
    www.assmp.org

    Inscription / désinscription
    listes Maison Populaire de Genève
    http://www.assmp.org/mail_listes/listes.html

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire
  • Le comité de soutien aux employé-e-s de Merck Serono: La lutte continue!

    Imprimer

    Le Comité de soutien était présent pour manifester sa solidarité avec les travailleuses et travailleurs de Merck Serono.

    DSC_6455.jpg
    DSC_6460.jpg
    DSC_6461.jpg
    DSC_6468.jpg
    DSC_6473.jpg
    DSC_6485.jpg
    DSC_6486.jpg
    DSC_6487.jpg
    DSC_6491.jpg
    DSC_6495.jpg
    DSC_6510.jpg
    DSC_6513.jpg
    DSC_6521.jpg

     

    Maison Populaire de Genève

    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Solidarité 0 commentaire
  • Nous sommes tous des Merck Serono !

    Imprimer

    Fermeture du site Merck Serono

    Nous sommes tous des Merck Serono !

    image[1].jpgLa fermeture du site genevois de Merck Serono nous concerne tous. Ce sont plus de 1'500 emplois qui seront supprimés d’ici le début de l’année prochaine et beaucoup ont des proches ou de la famille qui y travaillent.

    Cependant cette fermeture ne nous concerne pas seulement en raison de son ampleur (c’est le plus grand licenciement collectif de l’histoire de la région !).

    Beaucoup d’entreprises profitent de la crise économique pour opérer des restructurations au détriment des employé-e-s (augmentations du temps de travail, diminutions de salaires, réductions des effectifs,…). Elles le font avec une arrogance semblable à celle appliquée par Merck, une entreprise multinationale qui a réalisé l’année dernière près de 750 millions de francs de bénéfice et qui annonçait parallèlement aux licenciements l’augmentation de 20% des dividendes versés aux actionnaires !

    Malgré une mobilisation aussi inattendue qu’extraordinaire des employé-e-s pour conserver leur emploi, la direction de Merck Serono est restée inflexible aux revendications de son personnel et n’a concédé que de maigres améliorations au « plan social ».


    Cette situation doit nous amener à nous interroger sur l’efficacité d’une politique économique qui attire des entreprises à coups d’avantages fiscaux mais ne prévoit aucune mesure dissuasive contre leur départ (que ce soit au niveau fiscal par un système de pénalités en cas de fermeture ou restructuration d’entreprises réalisant des bénéfices ou que ce soit au niveau de la législation du travail quand l’on sait que la loi ne prévoit aucune obligation de plan social en cas de licenciement collectif !)

    La fermeture du site genevois de Merck Serono ne vise qu’à maximiser les rentes des actionnaires de l’entreprise et constitue une destruction de connaissances et d’expériences en matière de biotechnologie sans précédent qui laissera des traces dans toute la région. Cet aspect rend d’autant plus nécessaire l’investissement des pouvoirs publics pour la création d’un pôle de compétences (Biotech center) non seulement à même de préserver quelques centaines d’emplois mais aussi de garder une attractivité de la région en matière de biotechnologie.

    Le personnel de Merck Serono a aujourd’hui besoin du soutien de toutes et tous.

    Leurs connaissances, leurs savoirs, sont un bien commun. Gardon-le ! Étendons-le !

    Aujourd’hui Merck Serono, demain à qui le tour ?

    Nous sommes tous des Merck Serono !

     

    Invitation


    Le Comité de soutien aux employés de Merck Serono, tout nouvellement mis sur pied afin de vous soutenir dans votre lutte a le plaisir de vous inviter à une nouvelle….

    Pause

    CAFES-CROISSANTS

    Mardi 24 juillet 2012

    10h00 devant l’entrée principale

     

    Ce sera l’occasion de vous présenter toute notre solidarité et de faire connaître notre mécontentement devant la direction du site quant à l’échec des récentes négociations.


    Le Comité de soutien : Parti Socialiste Genevois (PSG), Les Verts Genève, SolidaritéS, Mouvement Pour le Socialisme (MPS), Gauche Anticapitaliste, Communauté Genevoise d’Action Syndicale (CGAS), Syndicat des Médias et de la communication (Syndicom), Syndicat des Services Publics (SSP), Syndicat du personnel des transports (SEV), Forum Social Lémanique (FSL), Association Euphoria, Association Maison Populaire de Genève,


    Comité de soutien aux employé-e-s Merck Serono
    chez : SSP/VPOD - 6, rue des Terreaux du Temple – 1201 Genève
    comite-soutien-merck@sspge.ch

    Lien permanent Catégories : Economie 4 commentaires
  • L'hypocrisie de la Turquie au sujet des Droits de l'Homme

    Imprimer

    akcam.jpg

    Le professeur Taner Akçam

     

    Cet article a été publié le 19 juillet 2012 dans le New York Times par Taner Akçam, professeur d'histoire à l'Université de Clark (Massachusetts, USA). Le point de vue présenté par ce spécialiste de l'histoire turque contemporaine est rarement entendu dans les grands médias traditionnels. Il est pourtant très pertinent et méritait à ce titre une traduction en français.


    Un nouvel ordre politique est en trai
    n d'émerger au Proche-Orient et la Turquie aspire à en devenir le leader en se positionnant contre les régimes autoritaires. Au début de cette semaine, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, est allé jusqu'à dénoncer les massacres continus de civils par le gouvernement syrien comme une "tentative de génocide".


    La volonté turque d'apparaître comme le champion des Droits de l'Homme dans la région constitue une initiative bienvenue mais la condamnation de la Syrie par M. Erdogan est remarquablement hypocrite. Tant que la Turquie continuera à nier les crimes commis contres les populations non-turques au début du 20ème siècle, dans les dernières années de l'Empire ottoman, ses appels en faveur de la liberté, de la justice et des valeurs humanitaires sonneront faux.

    Les tentatives effectuées par la Turquie pour cultiver une image de protecteur global des droits des Musulmans sont compromises par sa tradition de nettoyage ethnique et de génocide contre les Chrétiens et de terreur contre les Arabes et les Kurdes. La mémoire de ces crimes est très vivante à travers les anciens territoires ottomans. Et la Turquie ne peut servir de modèle démocratique tant qu'elle ne reconnaîtra pas qu'une politique de violence brutale, de transferts de population et de génocide a constitué le soubassement de l'Etat turc moderne.

    A partir de documents issus des archives gouvernementales ottomanes à Istannbul, qui furent naguère classés top secret, j'ai essayé de lever le voile sur un siècle de déni turc. Ces documents démontrent clairement que la politique démographique ottomane menée de 1913 à 1918 fut génocidaire. En fait, l'expression "crime contre l'Humanité" fut établie et utilisée pour la première fois en tant que dénomination juridique le 24 mai 1915, en réponse contre le génocide des Arméniens et des autres civils chrétiens.

    La Grande-Bretagne, La France et la Russie avaient initialement défini les atrocités ottomanes comme des "crimes contre la Chrétienté" mais il substituèrent ensuite "Humanité" à "Chrétienté", après avoir pris en compte les réactions qu'un tel terme spécifique aurait pu susciter de la part des Musulmans dans leurs colonies.

    Aujourd'hui, M. Erdogan s'essaie à devenir le porte-parole incontesté des valeurs musulmanes. En juin 2011, il a déclaré devant des milliers personnes rassemblées pour célébrer la victoire écrasante de son parti de la Justice et du Développement (AKP): "Sarajevo a gagné aujourd'hui, tout autant qu'Istanbul; Beyrouth autant qu'Izmir; Damas autant qu'Ankara; Ramallah, Naplouse, Jenine, la bande de Gaza, Jérusalem et Gaza autant que Diyarbakir".

    Parler au nom des Musulmans opprimés lui a gagné une popularité. Mais si M. Erdogan aspire à défendre la la liberté et la démocratie dans la région, il doit aussi tenir compte des peurs légitimes des Chrétiens du Proche-Orient. Exactement comme les puissances européennes ont opté pour l'universalisme en 1915 en dénoncant les "crimes contre l'Humanité", M. Erdogan doit dépasser sa vision étroite de "crimes contre les Musulmans". Tous les peuples opprimés méritent protection.

    Ce n'est pas par coïncidence que beaucoup de Chrétiens et d'autres minorités en Syrie soutiennent le parti Baas de Bachar el-Assad. Ils sont prêts à sacrifier la liberté pour la sécurité. Que la rhétorique turque appelle la majorité musulmane sunnite à exiger la liberté en Syrie n'allège pas l'anxiété des Chrétiens syriens quant à leur futur. Au contraire, les Chrétiens syriens, en entendant M. Erdogan et sa rhétorique négationniste, se rappellent de 1915 ce qui les conduit à percevoir la Turquie surtout une menace quant à leur sécurité.

    La confrontation avec la Passé est étroitement liée à la sécurité, la stabilité et la démocratie au Proche-Orient. La négation persistante d'injustices historiques est non seulement un frein à la démocratie mais empêche également des relations stables entre les différents groupes ethniques et religieux.

    Cela est particulièrement vrai dans les anciennes possessions ottomanes, où les peuples se voient les uns les autres à travers les masques de leurs ancêtres. En plus des répercussions du génocide arménien, la violence contre les Kurdes et les Arabes en Irak et les tensions entre Chrétiens et Musulmans en Syrie et au Liban continuent à empoisonner la politique contemporaine.

    La popularité de l'AKP en Turquie et dans le monde musulman donne à M. Erdogan l'opportunité d'inaugurer une ère de tolérance. En reconnaissant le génocide contre les Chrétiens et les crimes contre d'autres groupes, les Turcs peuvent devenir les leaders en matière de Droits de l'Homme. Mais les efforts de la Turquie pour se dépeindre comme un parangon de liberté et de démocratie echoueront tant que la Turquie refusera d'expier les péchés ottomans.

    Les puristes moraux et les réalistes purs et durs croient à tort que la poursuite de la justice et des intérêts nationaux sont mutuellement exclusifs. Mais reconnaître des torts historiques n'est pas un jeu à somme nulle.

    Au Proche-Orient, le Passé est le Présent. Et la Vérité et la réconciliation font partie intégrante de l'établissement d'un nouvel ordre régional stable fondée sur le respect des Droits de l'Homme et la dignité. La Turquie devrait montrer l'exemple.

    Publié par Laurent Leylekian à l'adresse :
    http://eurotopie.leylekian.eu/2012/07/lhypocrisie-de-la-turquie-au-sujet-des.html

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire
  • Le jet d'eau teinté de rouge pour attirer l'attention sur la journée de la Justice internationale et la Syrie!

    Imprimer

    Hier soir, le jet d'eau est illuminé de rouge à l'occasion de la journée de la justice internationale et la Syrie. Cet événement, lancé à l'initiative de l'association Trial, sera une manière de commémorer l'adoption le 17 juillet 1998 du Statut de la Cour pénale internationale. Cette dernière a fêté récemment ses 10 ans d'activité, elle était née en juillet 2002.
    DSC_6205.jpg
    DSC_6207.jpg
    DSC_6215.jpg
    Discours Philip Grand (TRIAL)


    Nous commémorons aujourd’hui la Journée de la justice internationale.

    Le 17 juillet 1998, à Rome, une longue conférence diplomatique se terminait par l’adoption d’un texte révolutionnaire. Le Statut de la Cour pénale internationale.

    Dans les jours précédents, des milliers de personnes étaient sorties dans les rues de Rome, au son du klaxon, pour manifester leur joie. Dans d’autres pays, du Brésil à la France, de la Croatie à l’Argentine, des dizaines de milliers de personnes faisaient part de leur espoir de manière très vocale.

    Leur espoir de quoi? Que leur équipe nationale remporte la coupe du monde de football.

    De justice internationale, de la création de la première cour permanente à même de juger les auteurs, présidents, ministres ou généraux, de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité ou de génocide, il n’en était presque nul part question en cet été 1998.

    Et pourtant, l’espoir était aussi au rendez-vous de la justice. Très rapidement, en moins de 4 ans, plus de 60 Etats avaient déjà ratifié le statut de la Cour pénale internationale. Incroyable, inattendu, ce soutien d’une large part de la communauté internationale à la lutte contre l’impunité permettait en juillet 2012 à la Cour d’ouvrir ses portes. Nous fêtons donc cette année son dixième anniversaire. Et 60 Etats supplémentaires ont rejoint depuis la cour, portant à 121 Etats le nombre de membres.

    La Cour pénale internationale, vous le savez, fait face à de nombreux défis. Elle vient de rendre son premier jugement, après 10 ans. Historique, car il porte sur l’emploi et le recrutement d’enfants soldats. Mais c’est peu. Plusieurs procès sont en cours. De nombreuses personnes ont été mises en accusation, dans 7 pays différents (RDC, RCA, Soudan, Libye, Côte d’Ivoire, Ouganda, Kenya) et des enquêtes sont en cours dans plusieurs autres, notamment la Colombie ou la Géorgie. Je l’ai dit, c’est tout de même peu. Mais c’est un début. La tâche est gigantesque, et les critiques sont évidemment aisées. Ce que l’on ne pourra jamais quantifé, c’est le nombre de souffrances évitées parce que des tyrans ont la crainte de finir dans le box des accusés.

    La CPI, quoi qu’il en soit, ne peut tout faire. Elle ne doit pas tout faire. Le rôle de la CPI n’est que subsidiaire à l’action des juridictions nationales. Ainsi, comme l’affirme le préambule du Statut de Rome, «il est du devoir de chaque Etat de soumettre à sa juridiction criminelle les responsables de crimes internationaux». Les Etats doivent en effet  être en première ligne du combat contre l’impunité: ils doivent se doter d’un arsenal juridique à même de pouvoir efficacement poursuivre les bourreaux, selon le principe de la compétence universelle, qui permet de poursuivre des individus pour des actes commis en dehors du territoire où ceux-ci sont poursuivis. Une fois ces lois adoptées, les Etats doivent se donner les moyens de les appliquer et mener des enquêtes efficaces.

    Cela vaut pour la Suisse, comme pour les autres pays.

    Regardez autour de vous. Est-il possible qu’aux abords de cette rade si belle et paisible ce soir, un ancien chef de milice, un ancien tortionnaire de commissariat, un ancien haut gradé d’un régime brutal admire le même jet d’eau que nous? Et bien c’est possible. Il n’y a pas de chiffres en Suisse. Mais il y en a à l’étranger.

    En Grande-Bretagne, le Home office a récemment indiqué que 700 suspects y auraient trouvé refuge. Les Pays-Bas pour leur part ont indiqué que plusieurs douzaines de suspects rwandais se trouveraient chez eux, sans même parler de ressortissants d’autre pays.
    Alors qu’en est-il chez nous?

    Il y a douze ans, un bourgmestre rwandais était condamné par la justice suisse à 14 ans de prison pour sa participation au génocide. C’est la seule affaire qui ait donné lieu à une condamnation en Suisse. Est-ce à dire que sur notre territoire, rare, très rares sont les tortionnaires ou les criminels contre l’humanité à trouver refuge ou à y passer leurs vacances? Certainement pas.

    Plusieurs exemples, concernant des Rwandais, des Irakiens, des Algériens, des Libyens et d’autres encore viennent démontrer que des auteurs de crimes graves viennent en Suisse, soit temporairement, soit plus durablement.

    TRIAL, qui fête également ses 10 ans cet été, effectue un travail qui ne concerne pas prioritairement la Suisse, sur la Bosnie-Herzégovine, le Népal, le Burundi, l’Algérie, la Tunisie, le Kenya, le Mexique, et d’autres. TRIAL garde toutefois un oeil ouvert sur ce qui se passe ici, sur ceux qui passent ici. En 10 ans, ce sont une douzaine de procédures qui ont été enclenchés par l’organisation, aboutissant parfois à des classements honteux de la part des autorités, voire même à des fuites permettant au suspect de s’enfuir. Aboutissant parfois à une renonciation à venir, comme ce fut le cas de George W. Bush l’année passée. Mais aboutissant aussi à des enquêtes, dont certaines sont en cours actuellement.

    Et des enquêtes, TRIAL continue à en mener. Certains d’entre nous partent sur le terrain, par ex. en Bosnie, par ex. dans ... hum, dans d’autres pays que ne je peux pas citer, pour récolter des preuves, rencontrer des témoins et des victimes, collaborer avec des avocats ou des organisations sur place. Plusieurs autres affaires sont en cours, qui aboutiront à des plaintes ici en Suisse, mais aussi de plus en plus à l’avenir, dans des pays voisins.

    Pour que ces affaires aboutissent, il faut que les autorités judiciaires et politiques soient réceptives, se donnent les moyens d’agir, de collaborer avec les collègues étrangers, mais aussi de collaborer entre services de police, entre procureurs et services d’immigrations. Il y a certainement quelques requérants d’asile qui ont commis des atrocités et qui se retrouvent chez nous. Mais il y a énormément plus de victimes qui trouvent refuge ici. Que fait-on de leurs témoignages, de leurs histoires, lorsqu’elles racontent des atrocités qui pourraient, et cela arrive, déboucher sur des poursuites pénales contre des suspects présents ou de passage en Suisse ou dans des pays tiers. Comment exploiter plus rationnellement ces informations?

    Il y a quelques mois, 10’000 personnes demandaient par pétition la création d’une unité spécialisé au sein des autorités fédérales pour traquer et poursuite les auteurs de crimes internationaux. On commence à être entendu, et les choses bougent gentiment à Berne. Il va le falloir, et très rapidement. Regardez du côté de Damas. Le régime vacille, les piliers du pouvoir que sont l’armée et la police vont être amenés à rendre des comptes. Et il parait évident que des centaines ou des milliers de bourreaux vont mettre les voiles, trouver refuge ailleurs et pour certains, peut-être, probablement en Suisse. A ce moment-là, comptez sur TRIAL pour se placer clairement du côté des victimes, contre la barbarie, et pour plus de justice.

    Dans quelques minutes, le jet d’eau va s’allumer de rouge. Rouge évidemment comme le sang qui coule à Damas aujourd’hui même, comme il a coulé par le passé à Sarajevo, à Kigali, au Kurdistan, en Birmanie, en Ituri, en Côte d’Ivoire, en Irak, au Darfour ou ailleurs. Mais rouge également comme la colère qui anime les artisans de la justice internationale, que ce soit à l’intérieur des instances internationales, comme la CPI, ou au sein de la société civile, comme chez TRIAL. C’est colère rouge devant la barbarie du monde, mais cette colère saine qui aboutira à l’infamie peu à peu recule devant la force et la puissance du droit.

    Bon dixième anniversaire à la CPI, bon dixième anniversaire à TRIAL, et bon courage à tous pour les combats à venir.
    DSC_6226.jpg
    DSC_6240.jpg
    DSC_6240.jpg
    DSC_6243.jpg
    DSC_6252.jpg
    DSC_6257.jpg
    DSC_6278.jpg
    DSC_6280.jpg
    L1007322.jpg
    Photos: Demir SÖNMEZ

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire
  • La LAKE PARADE: Un autre Genève (2)

    Imprimer

    Les photos de la Lake Parade 2012 à Genève

    DSC_5820.jpg

    DSC_5834.jpg
    DSC_5841.jpg
    Lien permanent Catégories : Fête 1 commentaire
  • La LAKE PARADE: Un autre Genève

    Imprimer

     

    Les photos de la Lake Parade 2012 à Genève

    DSC_5355.jpg
    DSC_5366.jpg
    DSC_5368.jpg
    DSC_5372.jpg
    DSC_5374.jpg

     

    DSC_5379.jpg
    DSC_5384.jpg
    DSC_5386.jpg
    DSC_5392.jpg
    DSC_5395.jpg
    DSC_5397.jpg
    DSC_5398.jpg
    DSC_5399.jpg
    DSC_5402.jpg

     

    DSC_5408.jpg
    DSC_5412.jpg
    DSC_5419.jpg
    DSC_5420.jpg
    DSC_5426.jpg

     

    DSC_5427.jpg
    DSC_5439.jpg
    DSC_5441.jpg
    DSC_5443.jpg
    DSC_5446.jpg
    DSC_5455.jpg

     

    DSC_5458.jpg
    DSC_5463.jpg
    DSC_5465.jpg
    DSC_5467.jpg
    DSC_5470.jpg

     

    DSC_5473.jpg
    DSC_5475.jpg
    DSC_5479.jpg
    DSC_5480.jpg
    DSC_5482.jpg

     

    DSC_5487.jpg
    DSC_5488.jpg
    DSC_5499.jpg

     

    DSC_5506.jpg
    DSC_5508.jpg
    DSC_5511.jpg
    DSC_5515.jpg
    DSC_5517.jpg
    DSC_5540.jpg
    DSC_5542.jpg

     

    DSC_5558.jpg
    DSC_5559.jpg
    DSC_5562.jpg
    DSC_5563.jpg
    DSC_5567.jpg
    DSC_5568.jpg
    DSC_5571.jpg

     

    DSC_5575.jpg
    DSC_5579.jpg
    DSC_5580.jpg
    DSC_5581.jpg
    DSC_5588.jpg
    DSC_5594.jpg
    DSC_5595.jpg
    DSC_5603.jpg
    DSC_5606.jpg

     

    DSC_5608.jpg
    DSC_5613.jpg
    DSC_5617.jpg
    DSC_5619.jpg
    DSC_5621.jpg
    DSC_5626.jpg
    DSC_5634.jpg
    DSC_5647.jpg

     

    DSC_5650.jpg
    DSC_5654.jpg
    DSC_5663.jpg
    DSC_5666.jpg
    DSC_5672.jpg
    DSC_5674.jpg
    DSC_5677.jpg
    DSC_5678.jpg
    DSC_5685.jpg

     

    DSC_5702.jpg
    DSC_5706.jpg
    DSC_5712.jpg
    DSC_5716.jpg
    DSC_5721.jpg
    DSC_5727.jpg
    DSC_5730.jpg
    DSC_5742.jpg
    DSC_5757.jpg

     

    DSC_5766.jpg
    DSC_5781.jpg
    DSC_5788.jpg
    DSC_5793.jpg
    DSC_5796.jpg
    DSC_5805.jpg
    DSC_5814.jpg

     

    Suivre: http://demirsonmez.blog.tdg.ch/archive/2012/07/15/c9a0cc85ac6dda2a59bc987b65c59f58.html

     

    copyright.jpg

    Photos : Demir SÖNMEZ

     

    Lien permanent Catégories : Fête 0 commentaire
  • La police du régime turc a semé samedi 14 juillet la terreur dans la ville de Diyarbakir

    Imprimer

    Résistance historique et terreur d'État à Diyarbakir

    La police du régime turc a semé samedi 14 juillet la terreur dans la ville de Diyarbakir, blessant des dizaines de personnes dont trois députées et un maire. La ville a connu à la fois une journée de résistance historique et le fascisme d'AKP, parti au pouvoir.

    A l’appel du principal parti kurde BDP et du Congrès pour une Société Démocratique (DTK), une plateforme d'associations et mouvements kurdes dont le BDP, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Diyarbakir, défiant l’interdiction des officielle de toute manifestation par les autorités turques.

    Protestant contre les conditions de détention du chef du PKK, Abdullah Öcalan, qui n’est pas autorisé à rencontrer ses avocats depuis un an, et contre la répression sans précédente visant les kurdes, ils ont affronté des policiers dans tous les quartiers de cette grande ville.

    Des milliers de policiers supplémentaires venus de 18 villes ont été déployés à Diyarbakir, en plus de 5 mille déjà mobilisés. Durant toute la journée, des hélicoptères ont survolé  la ville, pendant que la police fouillait les manifestants venant d’autres villes afin d’empêcher leur entrée à la ville.

    A partir de 14.00 (heure locale), plusieurs groupes ont commencé à se diriger vers la place d’Istasyon où la police a dressé des barricades, avant d’intervenir violemment dans tous les quartiers, notamment à Ofis, à Baglar et sur la place d’Istasyon, faisant massivement usage de gaz lacrymogènes.

    Trois députées et un maire blessés

    Plusieurs barricades de la police ont été brisées par des manifestants, tandis que la police du régime a visé directement les députés BDP sur la place d’Istasyon. Trois députées et le maire de Diyarbakir Osman Baydemir ont été blessés et hospitalisés. La députée Pervin Buldan a reçu une grenade de gaz lacrymogène sur son pied droit.

    Des dizaines de personnes dont 3 députés et le maire de Diyarbakir ont été blessées lors des attaques violentes de la police du régime AKP. Les co-présidents du BDP Gultan Kisanak et Selahattin Demirtas, la co-présidente du DTK Aysel Tugluk, les députés Ertugrul Kurkcu, Sirri Surreyya Onder et Ozdal Ucer ont également subi des attaques de gaz lacrymogènes et de canons à eau.

     

    Torture dans la rue

    Des dizaines de personnes dont des enfants ont été blessées, subissant à des tortures en pleine rue. Six policiers ont violemment frappé un enfant de 8 ans dans la rue de Sanat, tandis que les policiers ont grièvement blessés trois autres personnes dans le quartier de Sehitlik. Un jeune a été mortellement subi la violence policière sur la place d’Istasyon. Ses vêtements ont été déchirés, avant de recevoir des coups de matraque sur le dos nu.

    Deux journalistes arrêtés

    En outre, la police a procédé à des dizaines d’arrestations. Parmi les personnes arrêtées figurent deux journalistes de l’agence kurde DIHA.

    Malgré l’interdiction le principal parti kurde BDP a réussi à gagner la place d’Istasyon à Diyarbakir.

    La police a semé samedi 14 juillet la terreur à Diyarbakir, visant les députés du principal parti kurde BDP:

     

    Turquie: la police vise délibérément des manifestants:

     

    11.jpg
    452913-diyarbakir6.jpg
    452928-diyarbakir18.jpg
    453137-diyarbakir1.jpg
    453142-diyarbakir6.jpg
    453143-diyarbakir7.jpg
    453150-diyarbakir11.jpg
    453305-3.jpg
    453306-6.jpg
    453307-1.jpg
    453308-2.jpg

     

    dyb-1407-12-miting-yuruyus-mudahale2.jpg
    dyb-1407-12-miting-yuruyus-mudahale4.jpg
    dyb-1407-12-miting-yuruyus-mudahale8.jpg

    http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-azadi/140712/resistance-historique-et-terreur-detat-diyarbakir


    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire
  • Safari de la sous enchère : Voyage aux pays des patrons voleurs, fraudeurs et monteurs !

    Imprimer

     

    Communiqué de presse d’Unia

    Safari de la sous enchère :
    Voyage aux pays des patrons voleurs, fraudeurs et menteurs !


    Madame, Monsieur,

    Dans le cadre de la lutte contre la sous-enchère salariale et la détérioration des conditions de travail, le comité du secteur second-œuvre du syndicat Unia région Genève organise jeudi 12 juillet 2012 une action directe contre plusieurs entreprises crasses actives dans le canton de Genève.

    L’action se déroulera sous la forme d’un Safari: Autrement dit, nous vous convions pour une partie de « chasse au chacal »  lors de laquelle des travailleurs lésés, soutenus par le syndicat, iront collectivement visiter quelques entreprises crasses, afin d’exiger le versement de leurs salaires et charges sociales impayées.

    Toutes ces « sales boites », sont des entreprises genevoises, bien connues sur le marché local par les partenaires sociaux. La plupart est active sur le marché privé où elle travaille principalement avec des régies immobilières. Mais on retrouve aussi les mêmes entreprises sur de nombreux chantiers publics.

    Le Safari se concentrera sur sept entreprises genevoises dont nous ne dévoilerons les noms qu’au moment de l’action. Les travailleurs et travailleuses, victimes de ces marchands de misère, seront présents et éclaireront l’action de leurs témoignages.  

    Le but de cette action sera donc double :

    -d’une part dénoncer publiquement ces entreprises qui profitent des travailleurs, en particulier des plus vulnérables d’entre eux – travailleurs temporaires, travailleurs détachés, travailleurs sans-papiers, etc. – pour maximiser leurs profits.

    - d’autre part pointer les raisons objectives qui, selon nous, renforcent la pression à la baisse sur les salaires et favorisent la quasi-impunité dont disposent les employeurs véreux qui pratiquent la fraude aux assurances sociales, les faillites frauduleuses, la sous-traitance abusive,  etc., etc.. Le Safari sera donc aussi l’occasion de réaffirmer les revendications du syndicat et les solutions qu’il propose pour défendre les intérêts des travailleurs: salaire minimum légal, renforcement des contrôles de chantiers, responsabilité solidaire, liste noire des entreprises, ou encore régularisation des travailleurs sans-papiers.

    Genève, le 11 juillet 2012

    Ebénisterie des Vollandes :

    “Voyage au pays merveilleux des patrons voleurs”

    REVIM S.A :

    Travailleurs sans statut,
    L’exploitation continue !

    AC Gypserie Peinture :

    Assez Castillo !

    Mendes – Entreprise générale :

    Travail effectué
    Travailleurs non – payés,
    Droits syndicaux bafoués !

     

    DSC_5095.jpg
    DSC_5098.jpg
    DSC_5099.jpg
    DSC_5102.jpg

    DSC_5103.jpg

    DSC_5105.jpg
    DSC_5115.jpg
    DSC_5122.jpg
    DSC_5126.jpg
    DSC_5132.jpg
    DSC_5151.jpg
    DSC_5157.jpg
    DSC_5159.jpg
    DSC_5169.jpg

    DSC_5174.jpg

    DSC_5180.jpg
    DSC_5185.jpg
    DSC_5189.jpg
    DSC_5194.jpg
    DSC_5198.jpg
    DSC_5200.jpg

     

    DSC_5203.jpg
    DSC_5206.jpg
    DSC_5207.jpg
    DSC_5210.jpg
    DSC_5220.jpg
    DSC_5229.jpg
    DSC_5235.jpg
    DSC_5238.jpg
    DSC_5240.jpg

    DSC_5244.jpg

    DSC_5261.jpg
    DSC_5267.jpg
    DSC_5268.jpg
    DSC_5280.jpg
    DSC_5292.jpg

    DSC_5296.jpg

    DSC_5298.jpg
    DSC_5302.jpg
    DSC_5313.jpg
    DSC_5317.jpg
    DSC_5321.jpg
    DSC_5323.jpg
    DSC_5329.jpg
    DSC_5334.jpg

    DSC_5345.jpg

    DSC_5348.jpg
    DSC_5354.jpg
    DSC_5284.jpg
    copyright.jpg

     

    Lien permanent Catégories : Economie 4 commentaires
  • Loten Namling: "One man, one path, free Tibet!"

    Imprimer

    Cette après midi au place des nations des centaines d’ami du peuple tibétain ont chanté  avec Loten Namling , Franz Tricher, du groupe The Young Gods et d'autres musiciens genevois on soutenu l’homme en donnant un concert avec lui, cette Homme est partie de la place fédérale à Berne le 16 mai à pied pour arrivé à Genève le 8 juillet à 14h, ils ont chanté pour la liberté du peuple tibétain, la paix et l’amour.

    LES BUTS

    C'est avec une telle action spectaculaire que l'exilé Loten Namling veut attirer l'attention de la Suisse sur la situation de son pays: à mi-mai, il partira du de la Place Fédérale à Berne, à pied, pour se rendre au siège de l'ONU, à Genève, traînant derrière lui un cercueil symbolisant la lente agonie de patrie, marche qui doit durer des semaines.

    "L'année passée, pas moins de 35 Tibétains se sont immolés par le feu, mais ces cris de désespoir n'ont pas été entendus", dit Namling. "Mon intention est de renverser cet état de choses. Durant ma longue marche de Berne à Genève, je me prosternerai toutes les 35 minutes en mémoire de ces 35 personnes, observant en cela une vieille tradition tibétaine."


    Namling choisira les étapes de son pélerinage au gré des événements. Il lui sera possible de s'arrêter où bon lui semble, car son cercueil contiendra, outre son vieux luth tibétain, des habits, des provisions ainsi qu'une tente qui lui permettra de coucher à la belle étoile. A chaque étape il offrira un petit concert avec des chants patriotiques tibétains.


    A quoi bon une marche aussi fastidieuse que pénible? "Pour deux raisons", explique Namling. "Premièrement: jeune homme, mon père quitta son hameau pour atteindre, en pélerin, Lhasa, distante de plus de mille kilomètres. C'était pour y devenir moine. Comme nous le savons, le long parcours du pélerin fait partie de son but. Deuxièmement: traîner un cercueil est, à mes yeux, un symbole de la lutte incroyablement opiniâtre et malheureusement infructueuse de mon peuple pour retrouver sa liberté. Et cela depuis la fin des années cinquante! Ce n'est pas une croix que je porte: c'est un cercueil."

    LES OBJECTIFS

    "J'en ai cinq", dit-il.

    "Un: Je désire que le monde occidental libre tourne enfin son attention sur ce qui se passeau Tibet. Qu'il bouge enfin!

    Deux: un appel à la Chine: que son gouvernement accorde enfin au peuple tibétain son droit fondamental, la liberté.

    Trois: que tous les prisonniers politiques, dont nombre d'artistes, de musiciens, d'écrivains,soient enfin libérés.

    Quatre: je demanderai à l'ONU d'envoyer au Tibet une délégation dans le but de documenter de façon neutre la situation réelle.

    Cinq: exilé Tibétain depuis 22 ans en Suisse où j'ai trouvé une nouvelle patrie, je prie le Gouvernement Suisse d'initier un dialogue entre le gouvernement chinois et les représentants du gouvernement tibétain d'exil, d'inviter les deux parties à entamer un dialogue sur territoire neutre."

    Et Namling d'ajouter: "Dans le monde entier, la Suisse jouit du renom d'être une démocratie modèle, d'être impartiale et d'oeuvrer pour la paix. Si des pourparlers sont possibles en Suisse, ce seront des pourparlers sérieux." Namling met tout son espoir dans cette réputation, et il espère, pour le soutien de sa cause, trouver un large écho dans toute la population, dans la presse et tout le monde politique.

    Sa devise:
    "One man, one path, free Tibet!"

     

    DSC_4810.jpg
    DSC_4819.jpg
    DSC_4822.jpg
    DSC_4826.jpg
    DSC_4830.jpg
    DSC_4833.jpg
    DSC_4838.jpg
    DSC_4850.jpg
    DSC_4851.jpg
    DSC_4856.jpg
    DSC_4858.jpg
    DSC_4862.jpg
    DSC_4864.jpg
    DSC_4867.jpg
    DSC_4869.jpg
    DSC_4877.jpg
    DSC_4888.jpg
    DSC_4916.jpg
    DSC_4922.jpg
    DSC_4927.jpg
    DSC_4929.jpg
    DSC_4931.jpg
    DSC_4938.jpg
    DSC_4945.jpg
    DSC_4955.jpg
    DSC_4967.jpg
    DSC_4971.jpg
    DSC_4983.jpg
    DSC_4990.jpg
    DSC_4994.jpg
    DSC_4997.jpg
    DSC_5002.jpg
    DSC_5003.jpg
    DSC_5005.jpg
    DSC_5019.jpg
    DSC_5022.jpg
    DSC_5034.jpg
    DSC_5036.jpg
    DSC_5044.jpg
    DSC_5060.jpg
    DSC_5077.jpg

     

    copyright.jpg

    Photos : Demir SÖNMEZ


    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire
  • Le Monde: Le grand enfermement des libertés en Turquie!

    Imprimer

    Le journal “Le Monde” a publié un article qui a été signé par 50 chercheurs, écrivains, professeurs et journalistes, cet article montre encore comment les droits de l'homme ont été bafoués en Turquie.

    Le Monde: Le grand enfermement des libertés en Turquie!

    Alors que la Turquie affiche un taux de croissance qui fait rêver le reste du monde, dû à la longévité du gouvernement issu du parti islamo-conservateur AKP –, l'envers de ce tableau devient alarmant : un pouvoir hégémonique exerce une répression judiciaire toujours accrue sur les universitaires, chercheurs, éditeurs, étudiants et journalistes. Des vagues d'arrestations massives font régner la peur dans tous les milieux démocrates. La justice maintient des mois ou des années les prévenus sur la base d'accusations inexistantes, puis organise comme à Istanbul lundi un immense procès politique (193 accusés) destiné à briser le mouvement kurde civil et ses soutiens intellectuels.

    Dans ce contexte, les libertés de recherche et d'enseignement sont particulièrement atteintes. Le cas le plus flagrant est celui de Büsra Ersanli : professeure de science politique à l'Université de Marmara, membre du parti légal kurde BDP qui siège au Parlement, elle a été arrêtée le 28 octobre 2011 et doit être jugée dans le cadre de ce procès (dit "KCK"). Alors qu'elle est accusée de "diriger une organisation terroriste", son acte d'accusation ne fait qu'inventorier les activités ordinaires de n'importe quel chercheur : déplacements scientifiques à l'étranger, conversations téléphoniques avec des journalistes, études comparatives sur différentes constitutions européennes ou articles parus dans des journaux scientifiques.

    Ce genre d'accusations kafkaïennes est dirigé contre des milliers d'étudiants au sort également très préoccupant. Selon le récent rapport de l'Initiative de solidarité avec les étudiants détenus en Turquie (TODI), 771 étudiants se trouvent actuellement en détention, dont une large majorité est membre de l'organisation de jeunesse du BDP. Parmi eux, figure une autre Büsra, 22 ans, étudiante en science politique, qui dans ses lettres de prison souligne l'absurdité des accusations dont elle fait l'objet : des chansons en kurde trouvées dans son ordinateur, sa participation aux diverses manifestations et conférences de presse, etc. Comme elle, des centaines de jeunes gens se voient interdire d'étudier, soit qu'ils subissent de longues détentions préventives, soit qu'ils fassent l'objet des enquêtes disciplinaires menant souvent à leur exclusion des universités.

    Selon la même logique, des dizaines de journalistes et d'éditeurs sont détenus pour avoir enquêté et publié comme leur profession les y engage. Posséder un ouvrage de sciences sociales devient en soi une preuve dans les actes d'accusation, rappelant les années de la dictature militaire. Comment se fait-il alors que des actes aussi ordinaires puissent être associés au crime de terrorisme ? La modification de la loi anti-terreur en 2006 a banalisé la définition du terrorisme de manière à ce qu'elle couvre la moitié des crimes énumérés dans le code pénal. Ainsi, selon l'Associated Press, un tiers des détenus accusés de terrorisme dans le monde entier se trouve dans les prisons turques. Rien d'étonnant à cela, puisque la nouvelle loi, au lieu d'établir un lien avec l'action armée, permet de criminaliser de simples actes d'expression publique. La participation à la marche des femmes du 8 Mars ou au défilé du 1er Mai devient ainsi une preuve d'affiliation au terrorisme dès lors qu'une organisation illégale a fait appel à y contribuer.

    Dans le domaine de la recherche, des menaces systématiques sont exercées sur la liberté des universitaires et des chercheurs. Un rapport du Groupe international de travail sur la liberté de recherche et d'enseignement (GIT Branche Turquie) établit de nombreux cas récents d'étouffement de cette liberté. Selon ce même rapport, les chercheurs qui travaillent sur des sujets et des terrains sensibles font l'objet d'intimidation et peuvent voir leurs activités passer sous le coup de la loi anti-terreur. La mainmise du gouvernement sur la recherche est d'ailleurs attestée par la modification du statut du TUBITAK, l'équivalent du CNRS en Turquie, qui a perdu toute son autonomie – le numéro spécial de la revue de cette institution consacré à Darwin et à l'évolution a été ainsi censuré en 2009.

    En découle toute une nouvelle définition de la "terreur", menée sans armes ni violence ni intention. En conséquence, la population carcérale a augmenté de 250 % en huit ans, et sur ce chiffre, la part de la détention préventive s'élève désormais à 40 %. Comme l'ont montré les récentes émeutes carcérales à Urfa, la surpopulation des prisons constitue elle-même une manière de punir les détenus. Et l'Association des droits de l'homme en Turquie a recensé des centaines de cas de torture et de traitements dégradants commis au sein des prisons pour la seule année 2011.

    Toutes ces atteintes aux libertés, associées aux décisions judiciaires arbitraires, dévoilent les aspects autoritaires du gouvernement AKP et expliquent les raisons pour lesquelles la société civile turque s'inquiète de son avenir. Les milieux diplomatiques et les médias internationaux qui s'empressent de déclarer que la Turquie du premier ministre Erdogan est un pays modèle pour le Moyen Orient, pour sa stabilité politique et sa croissance économique, ferment les yeux sur le viol des libertés publiques, politiques et intellectuelles. On est loin de la démocratisation dont l'AKP s'était fait le héraut il y a 10 ans. Plutôt que de s'attaquer à l'appareil répressif de l'Etat hérité de la dictature militaire, il l'a repris à son propre compte et le dirige aujourd'hui contre tous les dissidents. Parmi eux, les chercheurs, les journalistes, les étudiants qui paient un lourd tribut au maintien d'un espoir démocratique. La voie de la liberté est de plus en plus étroite en Turquie. L'Europe doit en prendre conscience de toute urgence.

    Premiers signataires :

    Samim Akgönül, enseignant-chercheur à l'Université de Strasbourg-CNRS ; Salih Akin, maître de conférences à l'Université de Rouen ; Janine Altounian, essayiste, traductrice, membre fondateur d'AIRCRIGE ; Marie-Laure Basilien-Gainche, maître de conférences à l'Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle ; Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS/Sciences-Po Paris ; Annette Becker, professeure à l'Université de Paris Ouest ; Avner Ben-Amos, professeur à l'Université de Tel Aviv ; Faruk Bilici, professeur à l'INALCO ; Matthias Bjornlund, chercheur au Danish Institute for Study Abroad ; Olivier Bouquet, maître de conférences à l'Université de Nice ; Hamit Bozarslan, directeur d'études à l'EHESS ; Jean-Paul Burdy, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Grenoble ; Lieven De Cauter, professeur au Mediaschool Rits de Bruxelles, Christophe Charle, professeur à l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne ; Dominique Colas, professeur à Sciences-Po Paris ; Etienne Copeaux, historien de la Turquie ; Philippe Corcuff, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Lyon ; Yves Déloye, professeur à Sciences-Po Bordeaux et à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, secrétaire général de l'Association française de science politique ; Gilles Dorronsoro, professeur à l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne ; Vincent Duclert, professeur agrégé à l'EHESS et à Columbia University-Paris ; Deborah Dultzin, Universidad Nacional Autonoma de Mexico ; Ragip Ege, professeur à l'université de Strasbourg ; Jean-Louis Fabiani, directeur d'études à l'EHESS ; Sylvie Gangloff, chargée de cours à l'INALCO ; François Georgeon, directeur de recherche au CNRS, ; Catherine Goldstein, directrice de recherche à l'Institut Jussieu ; Nilüfer Göle, directrice d'études à l'EHESS ; Diana Gonzalez, enseignante à Sciences-Po Paris ; Benjamin Gourisse, postdoctorant de l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne ; André Grelon, directeur d'études à l'EHESS ; Gérard Groc, chercheur associé à l'IREMAN/CNRS ; Erdal Kaynar, postdoctorant de l'EHESS ; Ali Kazancigil, co-directeur de la revue Anatoli ; Raymond Kévorkian, professeur à l'Institut français de Géopolitique ; Hans-Lukas Kieser, professeur à l'Université de Zurich ; Michèle Lardy, maître de conférences à l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne ; Gulçin Erdi Lelandais, Marie Curie Fellow University of Warwick ; Henri Lombardi, CNRS Lab Besançon ; Hélène Piralian-Simonyan, psychanalyste et membre fondateur de l'AIRCRIGE ; Claire Mauss-Copeaux, chargée de recherches au CNRS ; Claire Mouradian, directrice de recherche au CNRS ; Veli Pehlivan, doctorante à l'EHESS ; Jean-François Pérouse, maître de conférences à l'Université de Toulouse-II ; Dalita Roger-Hacyan, maître de conférences à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Monique de Saint Martin, directrice d'études à l'EHESS ; Emine Sarikartal, doctorante à l'université de Paris-Ouest ; Inan Sevinç, doctorant et assistant à l'Université de Strasbourg ; Roger W. Smith, professeur émérite au College of William and Mary (Williamsburg, Virginie), ancien président de l'International Association of Genocide Scholars ; Emmanuel Szurek, doctorant à l'EHESS ; Ferhat Taylan, doctorant à l'université de Bordeaux ; Lucette Valensi, directrice d'études à l'EHESS ; Murat Yildizoglu, professeur à l'université de Bordeaux, signataires de la Déclaration inaugurale du Groupe international de travail "Liberté de recherche et d'enseignement en Turquie" (GIT initiative créé à Paris le 21 novembre 2011).

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/07/04/le-grand-enfermement-des-libertes-en-turquie_1728821_3232.html

    Lien permanent Catégories : Politique 6 commentaires
  • Pierre Maudet : un début de mandat au gaz Lacrymogène

    Imprimer

    Suite à l'appel des collectifs de soutien aux sans-papiers, environ 300 manifestant-e-s se sont réuni-e-s PACIFIQUEMENT devant l'aéroport de Genève afin de marcher jusqu'au centre de détention Frambois pour demander la fermeture de celui-ci et protester contre la politique d'asile inhumaine de la Suisse. La police à dressé des barricades devant les manifestant-e-s sur la route de Montfleury. Arrivé-e-s devant les barricades, les manifestant-e-s ont subi une attaque par gaz lacrymogène et spray au poivre, sans raison ni avertissement. Suite à quoi, une dizaine de manifestant-e-s se sont retrouvé-e-s aveuglé-e-s par terre dont une qui a perdu connaissance. Pierre Maudet, le nouveau Conseiller d'Etat en charge de la police commence son mandat au gaz lacrymogène et bafoue violemment la liberté de réunion !

    Aucun conseillers d’état ne respectant pas les libertés politiques fondamentales ne devrait rester en place plus de trois jours..


    Aucun Conseiller d'Etat ne peut contourner les droits humains et les libertés fondamentales ! is this what democracy looks like? Tout simplement scandaleux et révoltant!

    DSC_4694.jpg

    DSC_4696.jpg

    DSC_4699.jpg
    DSC_4701.jpg
    DSC_4702.jpg
    DSC_4703.jpg
    DSC_4705.jpg
    DSC_4707.jpg
    DSC_4711.jpg
    DSC_4717.jpg

    DSC_4720.jpg

    DSC_4732.jpg

    DSC_4748.jpg
    DSC_4786.jpg
    DSC_4791.jpg

    DSC_4796.jpg

    DSC_4803.jpg

    copyright.jpg

    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 11 commentaires
  • FERMER FRAMBOIS !

    Imprimer

    FERMER FRAMBOIS !

    Volspecial_261-580x386.jpg



    Dans le cadre de la marche européenne des sans-papiers et des migrant.e.s, qui tapera du pied contre toutes les formes d’injustice et de discrimination qui écrasent les couches précaires, dont notamment les sans-papiers, nous tenons vivement à agir pour dénoncer une Europe emmurée qui
    empeste l’état policier.

    Le 2 juillet, encerclons tou.te.s le centre de rétention de Frambois,

    lieu par excellence de la violence exercée envers les migrant.e.s, dont le seul "délit" aura été de chercher une vie digne, introuvable chez eux et elles tant le déséquilibre économique mondial divise et hiérarchise. La "Genève internationale" concentre d'ailleurs à elle seule bon nombre des acteurs de cette domination. La marche reliera l’aéroport de Genève à Frambois, inversant le parcours que subissent de force les migrant.e.s renvoyé.e.s par la machine à expulsion.

    Nous voulons aller les soutenir là où elles et ils sont enfermé.e.s, jouer de la musique devant leurs barreaux, partager une bouffe et l’espoir que nous serons en mesure de faire tomber ces murs, prisons et frontières comprises.

    Nous faisons appel à tous les mouvements sociaux, au syndicalisme de combat, aux organisations politiques non électoralistes, aux milieux de défense des migrant.e.s et des sans-papiers, et on vous
    invite à rejoindre notre lutte

     

    Frambois2.jpg

     

    Le lundi 2 juillet 2012
    12h30 à l’aéroport de Genève
    (arrêt bus 5 & 10 / sortie de la gare CFF)
    Pour une marche jusqu’à Frambois.
    Par solidarité, venez sans vos pièces d'identité !


    POUR LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES

    POUR L’ARRÊT IMMÉDIAT DES EXPULSIONS

    POUR LA FERMETURE DES CENTRES DE RÉTENTION

    ET POUR UN MONDE SANS FRONTIÈRES.

    DES PAPIERS POUR TOU-TE-S OU PAS DE PAPIERS DU TOUT

    http://actionframbois.noblogs.org

    http://www.assmp.org/spip.php?article716

     

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire