02/08/2012

Les Genevois ont fêté leur 1er Août !

DSC_7665.jpg

Discours de Monsieur Rémy Pagani, Maire de Genève, à l’occasion de la célébration de la Fête nationale suisse, Plaine de Plainpalais, 1er août 2012

 

Monsieur le Syndic de la Ville de Nyon, hôte d'honneur du 1er août,

Mesdames et Messieurs les représentant-e-s des autorités genevoises,

Mesdames et Messieurs les représentant-e-s de la Genève internationale,

du monde politique et du monde associatif,

Mesdames et Messieurs,

Chers Ami-e-s,

 

Au nom des Autorités de la Ville de Genève, j'ai le plaisir de vous souhaiter à toutes et à tous une très cordiale bienvenue sur la plaine de Plainpalais enfin rénovée, à l'occasion de la célébration de la Fête nationale suisse.

Chaque année, c'est au Maire de Genève que revient l'honneur de prendre la parole en ce jour symbolique, qui nous donne l'occasion de nous interroger sur la signification que l'on veut attribuer à la Fête nationale et sur ce qu'elle représente aujourd'hui dans une ville comme Genève, multiculturelle et internationale, mais aussi profondément attachée à ses traditions telles que, par exemple, l'Escalade.

 

Je crois pour ma part que dans la commémoration d'une Suisse originelle plus ou moins mythique, il y a une volonté d'inscrire dans notre mémoire collective les fondements de la Suisse que nous voulons Pour ma part, je retiens d'abord à ce titre l'expression de la volonté de vivre et d'avancer ensemble.

 

Vous le savez, la Suisse est parvenue à se forger, au fil du temps et de l'histoire et des conflits, une identité, et ce malgré - ou peut être justement grâce - aux populations, aux cultures et aux mentalités très diverses qui la composent. Elle a su prouver ainsi qu'on pouvait parfaitement tirer avantage de ces différences et que la diversité ne constituait en aucun cas un obstacle, mais qu'elle était au contraire un atout.

 

Commémorer le pacte de 1291, c'est se souvenir aussi que notre pays a mis des centaines d'années à devenir ce qu'il est aujourd'hui. Depuis plus de 700 ans, la Suisse s'est construite en adhérant à et en assimilant des valeurs universelles, celles qu'il est aujourd'hui impératif de défendre contre l'intolérance, l'indifférence et la barbarie.

 

Je pense d'abord à l'ouverture au monde. La Suisse a su, à nombre de reprises au cours de l'histoire, ouvrir ses portes. Cette tradition de terre d'asile remonte loin dans le temps. A une époque où l’intransigeance était souvent la règle, la Suisse a été porteuse de tolérance, de paix et d'ouverture au monde, fière d'en partager les espoirs, les souffrances, les défis.

 

Depuis qu'elle a accueilli au début du 20e siècle les tous premiers efforts entrepris pour créer une communauté internationale responsable et solidaire, notre ville est devenue le siège européen des Nations Unies et le lieu d'accueil de dizaines d'institutions spécialisées. Genève est une terre d'accueil privilégiée pour les rencontres internationales, favorisant ainsi le dialogue entre les nations.

 

Avec une population composée de près de 50% de personnes venant d'horizons divers, elle est la preuve vivante que différentes cultures peuvent vivre ensemble, en basant leurs relations sur le respect et sur une volonté d'ouverture vers l'autre. La Suisse se doit d'inscrire ainsi son action dans le monde qui l’entoure et faire preuve de solidarité.

 

« Un pour tous, tous pour un !». N'est-ce pas la devise gravée sur la coupole du Palais fédéral à Berne, qui symbolise l'esprit de solidarité dans que revendique la Suisse comme fondement de sa construction? Je suis profondément convaincu que cette valeur de solidarité doit en effet devenir encore plus et plus concrètement un des fondements de notre société.

 

Ce moment de partage et de souvenir doit en effet aussi nous permettre de nous projeter vers l'avenir en nous interrogeant sur ce que nous sommes et sur ce que nous voulons devenir. Les enjeux qui sont ceux du 21e siècle sont nombreux. Ils passent notamment par le renforcement des droits sociaux, la diminution de l'écart qui sépare aujourd'hui encore les pays du Nord de ceux du Sud, la tentative d'éradiquer la pauvreté dans le monde et aussi, bien sûr, par une juste répartition des richesses produites par l'ensemble de la  société. L’écart entre les riches et les pauvres ne cesse de grandir, ici, dans notre région. Ceci, est intolérable.

 

L'amélioration de la qualité de vie de chacune et de chacun - dans la durée - est donc une priorité. ll est donc indispensable de prendre un ensemble des mesures pour répondre à la crise écologique et climatique et pouvoir léguer aux générations futures un monde plus sain, plus convivial, plus vivable. J'ai voulu donner, dans cette Fête du 1er août, une place aux employés et employées de Merk-Serono qui luttent depuis plusieurs mois déjà contre la catastrophe industrielle qu'ils subissent et que nous partageons.

 

Alors que leur ancien propriétaire a vendu son entreprise en faisant un bénéfice de16 milliard et que des dividendes ont été grassement octroyés aux actionnaires il y a peu, ces employé-e-s sont réduits à se battre pour des indemnités de licenciement dérisoires. Tous les habitants et habitantes de la région devraient être à leurs côtés. Ils-Elles sont là, je vous propose de les applaudir.

 

Mesdames et Messieurs, la Suisse est vraiment un singulier pluriel. Elle n'est finalement que le résultat de 26 histoires cantonales et d'innombrables histoires locales. Elle est profondément enracinée dans son terroir et ouverte sur le monde traversée par les courants internationaux...

 

C'est la raison pour laquelle j'ai voulu que cette Fête nationale soit le symbole de son ouverture au monde, mais aussi de son ancrage dans la tradition. Voilà pourquoi j'ai souhaité que, pour la première fois à Genève, le public puisse assister à l'une des manifestations les plus typiques de notre pays que sont les combats de reines.

 

Ces vaches de la race d'Hérens sont uniques en leur genre. Elles sont la fierté de tout un canton et je suis ravi que Genève ait pu - exceptionnellement - servir de vitrine à cette magnifique tradition. Ces vaches ne sont pas des bêtes de cirque, mais sont nos invitées, venues en compagnie de leurs propriétaires, paysans de montagnes. Elles ne combattent que si elles le veulent.

 

Je vous invite par ailleurs à prendre connaissance des conditions de vie des paysans de montagne et à constater qu'ils ont subi et qu'ils vont encore subir une réduction très importante de leur revenu, pourtant garanti par une votation fédérale d'aide et de soutien.

 

Ce soir, vous pourrez aussi assister, également pour la première fois à Genève, à un concert des bluesmen touareg du groupe Tinariwen, qui chantent depuis 30 ans le désir de liberté qui étreint leur peuple.

 

Ils se produiront avec le trompettiste de jazz Erik Truffaz. Car la célébration de la Fête nationale, c'est bien sûr aussi l’occasion de se retrouver ensemble pour partager un moment de joie, de plaisir et de fête jusque tard dans cette nuit d'été.

 

Je vous remercie de votre attention et, au nom des Autorités de la Ville de Genève, je vous souhaite à toutes et à tous un magnifique 1er août.

 

Vive la République, Vive Genève, Vive la Suisse.

Rémy Pagani, Maire de Genève – 1er août 2012


DSC_6959.jpg
DSC_6963.jpg
DSC_6995.jpg
DSC_7001.jpg
DSC_7037.jpg
DSC_7040.jpg
DSC_7068.jpg
DSC_7087.jpg
DSC_7088.jpg
DSC_7089.jpg
DSC_7092.jpg
DSC_7131.jpg
DSC_7140.jpg
DSC_7146.jpg
DSC_7177.jpg
DSC_7178.jpg
DSC_7194.jpg
DSC_7196.jpg
DSC_7197.jpg
DSC_7212.jpg
DSC_7270.jpg
DSC_7273.jpg
DSC_7283.jpg
DSC_7287.jpg
DSC_7293.jpg
DSC_7315.jpg
DSC_7317.jpg
DSC_7318.jpg
DSC_7329.jpg
DSC_7375.jpg
DSC_7336.jpg
DSC_7347.jpg
DSC_7351.jpg
DSC_7375.jpg
DSC_7378.jpg
DSC_7388.jpg
DSC_7408.jpg
DSC_7416.jpg
DSC_7422.jpg
DSC_7435.jpg
DSC_7444.jpg
DSC_7459.jpg
DSC_7465.jpg
DSC_7477.jpg
DSC_7483.jpg
DSC_7500.jpg
DSC_7507.jpg
DSC_7512.jpg
DSC_7526.jpg
DSC_7532.jpg
DSC_7534.jpg
DSC_7539.jpg
DSC_7540.jpg
DSC_7545.jpg
DSC_7560.jpg
DSC_7562.jpg
DSC_7570.jpg
DSC_7572.jpg


Je vous souhaite à toutes et à tous un heureux 1er Août
dans le respect de la diversité et de la solidarité!

"Invité par le Bureau des 3 églises pour la célébration
oecuménique du 1er Août 2012 à 18 heures à la Cathédrale
Saint-Pierre,je m'y suis rendu le coeur léger et l'esprit
enchanté ce 13éme jour du mois de Ramadan de l'année de
l'Hégire 1433.

Dans cette immense Cathédrale pleine d'une belle
assemblée, nous étions assis les uns à côté des autres
toutes religions, tous partis politiques et tous
représentants de la société civile confondus, tous
humains, tous semblables.

Le pasteur Patrick Baud de l'Eglise protestante de
Genève, l'Abbé Daniel Brocca de l'Eglise catholique romaine
et le curé Jean-Claude Mokry de l'Eglise catholique
chrétienne nous ont accueilli et salué.

Accompagnés par l'excellent organiste Monsieur Vincent
Thévenaz nous chantâmes avec l'assemblée la "Prière
patriotique",des paroles merveilleuses qui parlent à
chacune et chacun de nous car c'est du Seigneur de tous
dont il s'agit, une prière inter religieuse et
universelle, jugez par vous-mêmes:

1. Seigneur accorde ton secours
    Au beau pays que mon coeur aime,
    Celui que j'aimerai toujours
    Celui que j'aimerai quand même.
    Tu m'as dit d'aimer: j'obéis,
    Mon Dieu protège mon pays(bis)
    (...)

Du haut de sa chaire, le pasteur Patrick Baud nous a
rappelé que cette année 2012 est marquée Genève, par la
fin des travaux de la Constituante. Ce groupe de 80
personnes, élus en 2008, a terminé son mandat et nous aurons
à voter pour ou contre cette nouvelle constitutionnel 14
octobre prochain.
Cette nouvelle Constitution commence par le préambule:
Le peuple de Genève ,reconnaissant de son héritage
humaniste, spirituel, culturel et scientifique, ainsi que de
son appartenance à la Confédération suisse, convaincu de la
richesse que constituent les apports successifs et la
diversité de ses membres, résolu à renouveler son contrat
social afin de préserver la justice et la paix, et à
assurer le bien-être des générations actuelles et
futures,(...).

Ceci dit, debout nous entonnâmes à l'unisson le chant du
Cantique suisse, celui qui commence par:
"Sur nos monts quand le soleil..." et finit par "Dieu nous
bénira du haut des cieux."

Quelques instants après je suis retrouvé sur la terrasse
de l'Uni Dufour pour écouter le discours de Monsieur
Pagani et des paroles encourageantes sur le grand Genève
de la part de Monsieur "Paléo" qui était l'invité
d'honneur de la ville.
Je n'ai pas pu rester pour la suite des festivités, il
était pas loin de 20 heures, juste le temps de rentrer chez
moi pour rompre le jeûne car ce 1er Août 2012 ou ce 13
Ramadan 1433 le coucher du soleil qui s'était voilé devait
avoir lieu à 21:08.
Je vous souhaite à toutes et à tous un heureux 1er Août
dans la célébration de la diversité, de la confiance, de la
solidarité et de la sécurité."
Hafid Ouardiri
Fondation pour l'Entre- connaissance.


Fondation pour l'Entre- Connaissance
14 rue du Môle
1201 Genève

T.+4122 7320137 | N.+4179 3320055

 


fec@worldcom.ch | www.fec-geneve.ch

DSC_7582.jpg
DSC_7585.jpg
DSC_7586.jpg
DSC_7605.jpg
DSC_7610.jpg
DSC_7614.jpg
DSC_7617.jpg
DSC_7629.jpg
DSC_7633.jpg
DSC_7638.jpg
DSC_7647.jpg
DSC_7652.jpg
DSC_7665.jpg
DSC_7671.jpg
L1007332.jpg
L1007334.jpg
L1007394.jpg
L1007409.jpg
L1007432.jpg

DSC_7681.jpg
DSC_7687.jpg

DSC_7699.jpg
DSC_7705.jpg
DSC_7715.jpg
DSC_7731.jpg
L1007474.jpg

DSC_7739.jpg
DSC_7824.jpg

 

14:23 Publié dans Fête | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

Commentaires

La gacuhe chasserait-elle sur les terres du PDC valaisant ???

Écrit par : Corto | 03/08/2012

Merci Demir ! J'ai ainsi pu voir les meilleures photos et très en détails des vaches d'Hérens.
Je ne pouvais pas venir au 1er août à Plainpalais, car j'étais dans le val d'Hérens ! Je vais aussi t'envoyer des photos de vaches de cette vallée

Écrit par : Maryelle BUDRY | 07/08/2012

Les commentaires sont fermés.