16/10/2012

Les prisonniers politiques kurdes en grève de la faim illimitée

cezaevi.jpg


De Diyarbakir à Izmir, des centaines de prisonniers politiques kurdes observent depuis le 12 septembre une grève de la faim dans une quarantaine de prisons pour la libération du chef du PKK Abdullah Ocalan et contre la répression.

Le 14 octobre, plus de 400 prisonniers et prisonnières politiques kurdes étaient en grève de la faim illimitée. Des milliers d’autres prisonniers du PKK sont entrés en grève de la faim à partir du 15 octobre dans toutes les prisons, a déclaré Deniz Kaya, porte-parole des prisonniers politiques du PKK.

Le nombre des prisonniers du PKK est estimé à 8 mille personnes, sans compter des milliers d’autres accusés de liens avec le PKK dont des élus, journalistes, intellectuels, étudiants, avocats, syndicalistes, défenseurs des droits de l’humain et des enfants.

Les grévistes parmi lesquels figurent des femmes âgées et des journalistes réclament la libération d’Ocalan, emprisonné sur l’Ile d’Imrali, qui n’est pas autorisé à rencontrer ses avocats depuis 27 juillet 2011 et la suppression complète des restrictions de l'usage de la langue kurde dans tous les domaines.

Les prisonniers torturés et menacés

Refusant de répondre aux revendications des prisonniers comme si rien ne s’était passé, les autorités ont recours à la torture, à l’isolation et aux menaces pour intimider les prisonniers, selon le communiqué. « Si les autorités entendent faire reculer les prisonniers, en les jetant dans des cellules, en recourant à la torture et aux menaces, cela veut dire qu’elles nous connaissent pas encore (…) Nous sommes prêts à payer le prix fort, à affronter la torture, la répression et l’isolation. Faites tout ce qui est en votre pouvoir. »

« Arrêtez de torturez nos camarades ! Si un de nos camarades tombe en martyre suite à ces traitements, on entrera dans une période où personne ne sera en sécurité, notamment les décideurs et les exécuteurs de tortures » ont averti les prisonniers.

Les familles des prisonniers ont également annoncé qu’elles entameront une grève de la faim illimitée à partir du 16 octobre pour soutenir les mêmes revendications.

Préoccupée par la dégradation de la santé des prisonniers, la Fédération des associations d'assistance juridique pour les familles de prisonniers politiques (Tuhad-Fed) a affirmé que le gouvernement AKP, parti islamo-conservateurs du premier ministre Recep Erdogan, sera tenu pour responsable de toutes les conséquences négative.

« Les revendications des prisonniers politiques sont les nôtres » a déclaré, de son côté, Selahattin Demirtas, le co-président du principal parti kurde BDP, lors du congrès de son parti le 14 octobre à Ankara.

Entre février et mars 2012, plus de 400 prisonniers politiques et des milliers de kurdes à travers le monde avaient observé une grève de la faim contre la répression et pour la libération d’Ocalan.

Campagne internationale pour Ocalan

En outre, une campagne de signature au niveau international a été lancée par l’initiative internationale « Freedom for Abdullah Öcalan and the political prisoners in Turkey ». Parmi les premiers signataires figurent notamment Abdelhak Kachouri, vice-président de la Région Ile de France en charge de la Citoyenneté, Ela Gandhi, petite-fille de Mohandas Karamchand Gandhi, le père de la nation indienne, Gery Adams, président du Sinn Féin, Leyla Zana, députée kurde et prix Sakharov, Immanuel Maurice Wallerstein, sociologue américain, Noam Chomsky, un linguiste et philosophe américain.

http://www.actukurde.fr/actualites/347/les-prisonniers-politiques-kurdes-en-greve-de-la-faim-illimitee.html

 

Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

Commentaires

Un exemple sur les déplacements de l'armée turque sous prétexte syrien :

Turquie : 9 morts dans des combats contre le PKK Kurde
Six membres des forces de sécurité turques et trois combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont été tués dans la nuit de vendredi à samedi dans une série d'accrochages dans l'est de la Turquie, a-t-on appris auprès des autorités.Dans la province d'Hakkari, qui jouxte l'Iran et l'Irak, trois policiers des forces spéciales et trois peshmergas kurdes ont trouvé la mort dans une fusillade le long d'un axe routier.Dans la province de Bitlis, au nord-ouest d'Hakkari, ce sont trois agents communaux kurdes soutenus par l'Etat qui ont été tués lors d'un accrochage avec des rebelles du PKK à une trentaine de kilomètres de la capitale provinciale, Bitlis.

Écrit par : Corto | 20/10/2012

Les commentaires sont fermés.