05/11/2012

Grève de la faim à Genève pour soutenir 10 mille prisonniers politiques kurdes en grève de la faim!

Grève de la faim à Genève pour  soutenir 10 mille prisonniers politiques kurdes  en grève de la faim!

Six membres de l’Association Culturelle Kurde de Genève, viennent de mettre un terme à leur grève de la faim qui avait débuté le vendredi 2 novembre sur la Place des Nations. Une déclaration a été faite par un des responsables, précisant que tant que la grève des prisonniers kurdes continuerait les kurdes vivant en Suisse les soutiendraient avec l’organisation de différentes manifestations. Par ailleurs, le rendez-vous est pris pour la prochaine manifestation qui aura lieu samedi 10 novembre 2012 à Berne. 
La lutte continue !

 

DSC_0548.jpg

L1008804.jpg



10 mille prisonniers politiques kurdes entrent en grève de la faim

A partir du 5 novembre, dix mille prisonniers politiques kurdes rejoindront la grève de la faim lancée le 12 septembre. Déjà quelque 700 prisonniers kurdes sont en grève de la faim illimitée.

Alors que le premier ministre Recep Tayyip Erdogan continue d’accuser les grévistes de faire « le show », ignorant leurs revendications,  les prisonniers politiques kurdes entament dimanche 4 novembre leur 54eme jour de grève de la faim.

Parmi eux, 63 prisonniers dont deux journalistes sont sont en grève depuis 12 septembre et leur état de santé est dans une phase très critique. Au bout de deux semaines, le nombre des prisonniers en grève avait atteint des centaines.

« A partir du 5 novembre, nous poursuivront notre action avec 10 mille personnes » a déclaré Deniz Kaya, porte-parole des prisonniers politiques kurdes, dans un communiqué.  « Hormis les prisonniers malades, âgés et enfants,  tous nos amis détenus participeront à la grève à durée indéterminée » a-t-il dit.
  
Répondant aux accusations du premier ministre, il a affirmé ; « Nous  ne faisons pas de chantage et ne céderons pas au chantage. Avec cette action, nous, en tant que prisonniers de la liberté, voulons faire entendre à l’opinion publique et au monde entier nos revendications pour les droits les plus humains »

Les grévistes parmi lesquels figurent des élus et neuf journalistes réclament la fin de l’isolement et la libération du chef du PKK Abdullah Ocalan, emprisonné sur l’Ile d’Imrali, qui n’est pas autorisé à rencontrer ses avocats depuis 27 juillet 2011 et la suppression complète des restrictions de l'usage de la langue kurde dans tous les domaines.

« Si nos revendications ne sont pas satisfaites, le gouvernement AKP et le premier ministre Erdogan  seront tenus pour responsable de toutes les conséquences négative » ont averti les prisonniers.

Depuis des semaines les kurdes organisent des grandes manifestations à travers la Turquie et dans la diaspora pour attirer l’attention sur la grève. Près de 10 mille kurdes ont manifesté le 2 novembre à Bruxelles, appelant les institutions européennes à agir auprès de la Turquie pour les grévistes. Défiant l’interdiction par les autorités turques de toute manifestation et le blocus policier, les kurdes sont descendus le même jour dans les rues de Diyarbakir. De violents affrontements se sont déroulés  entre les policiers turcs et manifestants pendant toute la journée.

manif-kurde-bruxelles-03_11_2012-2.jpg


En outre, des milliers de kurdes observent actuellement une grève de la faim de manière limitée à trois ou quatre jours dans tous les pays de l’Union Européens, en Russie, aux États-Unis, en Turquie et au Moyen-Orient. (Maxime Azadi, actukurde.fr/actualites, 4 nov 2012)

 

L1008637.jpg

L1008791.jpg

Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

Commentaires

Demir, je suis consterné par vos positions et vos alliances politiques !!

D'un coté, vous êtes très proche des milieux d'extrême gauche fondamentalement anti-israélienne, voir antisémite, si l'on se rapporte aux discours publics prononcés par certains membres de ces mouvements "politiques" (à mon avis nuisant aux véritables idéologies de gauche) et la situation politique en Turquie et au moyen-orient !

De fait, les pro-hamas pro-el-assad d'un coté et le gouvernement islamiste d'Erdogan, actuellement largement soutenus par les diverses gauches européennes, en raison de leurs positions vis-à-vis du hamas sont unis dans un même combat, incluant accessoirement le massacre de kurdes !

Nous assistons depuis le début de la crise syrienne, à une stigmatisation autant anti-israélienne qu'anti-kurde, du coup les ennemis d'Israël sont exactement les mêmes que les ennemis du peuple kurde avec en prime, un Iran dont vous ne rappelez que rarement les persécutions anti-kurdes !

Au travers des événements ayant réveillé les fureurs dans la région, les alliances sont claires et précises, le camp islamiste et le nazisme propre à cette idéologie ne cache plus ses alliances objectives ainsi que ses intentions, cependant, cette tendance ne cachant plus ses méthodes d'inspiration nazie est très liée et supportée par les mouvements de gauche européens, ne trouvez-vous pas que ce nouvel ordre amoral est gênant pour le militant engagé que vous êtes ?

Écrit par : Corto | 06/11/2012

Je vous rappel qu'en 1850 et selon des recensements opérés tant par l'occupant turque que par les représentants britanniques en place, ce que les anglais appelaient la "Palestine" (nom d'origine 100% hébraïque) était peuplée à plus de 60% par des juifs !!!

Écrit par : Corto | 06/11/2012

Syrie : le divorce est consommé avec le Hamas palestinien
lundi 5 novembre 2012 - 19h23

Selon plusieurs sources libanaises, les forces de l’ordre syriennes sont intervenues ce lundi pour fermer et « sceller à la cire » toutes les permanences du Hamas palestinien. Cette mesure intervient après l’engagement de près de 2.500 combattants palestiniens du Hamas dans les rangs de la révolution contre Bachar Al-Assad. Même les cadres du FPLP-CG d’Ahmed Jibril, un allié et client du régime, se rebellent contre leur direction et refusent de combattre avec les forces d’Assad. La fermeture des bureaux du Hamas après le départ de Khaled Mechaal de Damas vers d’autres capitales (Doha et Amman) confirme que le divorce entre Assad et le mouvement palestinien est consommé. Elle confirme également que le régime syrien a exploité la cause palestinienne uniquement pour réprimer son peuple, occuper le Liban et extorquer les pays arabes au nom de la résistance « verbale ».

Écrit par : Corto | 06/11/2012

Les commentaires sont fermés.