25/06/2013

Un handicapé qui dort dehors dans le froid, comment vous pouvez encore bien dormir dans votre lit bien chaud ?

La responsabilité !

Depuis le 4 juin sous la chaise d’handicap international sur la Place des Nation, Eric Grassien proteste sur sa condition de logement et celles de ses amis.

Genève, la capitale des Droits humains et de la paix, mais un handicapé depuis 22 jours sur la place des nations dort sur place pour que les habitations des handicapés soient adaptées à leur mobilité.

Mais pourquoi depuis 22 jours ni les autorités cantonales, ni la Ville de Genève, ni les autorités communales n'ont-elles rien fait pour lui venir en aide?

Ne pensez-vous pas à comment cet homme se nourrit, qui s’occupe de lui, comment prend-t-il soin de son hygiène, comment fait-il avec le froid des nuits de Genève ? N’y pensez-vous pas ?

Voulez vous le savoir ?

Un jeune garçon, se lève à 6 heure pour préparer le repas de midi d’Eric, pour arriver l’heure le frère de ce jeune homme prends son scooter et va rejoindre Eric pour lui amener son repas.

Un autre ami lui prépare son diner et lui amène à l’heure de diner.

Puis un autre de ses amis lui amène à boire.

Les touristes sur la Place des Nations, lui laisse des pièces pour l’aider.

Je réfléchis que l’humain ne meurt pas, il y aura toujours des gens bien.

Un handicapé qui dort dehors dans le froid, comment vous pouvez encore bien dormir dans votre lit bien chaud ?

Et s’il lui arrive quelque choses dans la rue, qui en serait il responsable ?

Aujourd’hui il a pu retrouver son chien qui a mis 2 jours à se soigner.

 

DSC_9134.jpg

DSC_9136.jpg

DSC_9232.jpg

DSC_9237.jpg

DSC_9242.jpg

DSC_9247.jpg

DSC_9259.jpg

Photos: Demir SÖNMEZ

 

copyright.jpg

Commentaires

Je dors tout à fait tranquille.
Personne ne l'oblige à être où il est.
Il aurait pu accepter les propositions de logement en attendant de trouver mieux...comme beaucoup de familles...

Franchement!

Écrit par : vieuxschnock | 25/06/2013

Ce ton condescendant et moralisateur est désolant. Vous n'avez qu'à le loger chez vous le Éric, vous qui donnez des leçons de solidarité à tout le monde.

Écrit par : Corentin | 26/06/2013

Alors dormez tranquille, laisser votre cerveau en standbye.

Je pense tout d'abord que votre remarque n'est pas objective et même dénuée de sens. La raison est simple, vous ne le connaissez pas, vous ne savez rien à part ce que les journaux aurait pu vous apprendre. Cela dit ce qui était présenté était encore en dessous de la réalité. Donc pas de votre faute. Mais on reconnait ceux qui se pose des questions et ceux qui consomme le fastfood médiatique. Allez lui parler, enfin si vous osez ; il semblerait que les gens ont trop peur et il semblerait que vous en faisiez partie.

Aller râler ailleurs et pas sur un handicapé! C'est à se demander si avec des gens comme vous on en reviendrait pas à un régime ou les handicapés étaient gazés!

Écrit par : plume noire | 26/06/2013

Exact, je suis comme vieux schnock...
Eric Grassien avait un boulot aux HUG, il avait un appartement qu'il à choisi de quitter pour aller rejoindre sa mère patrie la France, voyant comme l'herbe était plus verte et surtout plus abondante à Genève, il choisi de revenir ... comme ce cher Eric n'as plus de permis de séjour toutes les démarches sont à refaire ...
Alors oui quand on fait des choix que l'on soit handicapé ou pas on doit les assumer, merci à tout les gens qui sont touchés par son histoire ô combien triste de lui donner un coup de main, mais la société n'a pas à assumer un Eric Grassien.

Écrit par : Eric | 26/06/2013

Bien sûr, être handicapé est difficile et il faut être solidaire, mais ce type s'est mis dehors tout seul, il a quitté son logement, il a quitté son travail alors que les deux lui avaient été donnés gracieusement. Il a un permis B qui fut obtenu en contournant la loi pour lui et dépense la grande majorité de ses allocations en alcool. Il est Français, et n'a donc pas à être à la charge de la Suisse. Lors de son passage à l'hôpital il n'a de plus pas laissé une grande impression sur ses collègues, notamment féminines, en raison de sa grossièrté et de ses remarques lubriques. Ceux qui l'ont un dans un bistrot peuvent d'ailleurs facilement confirmer cela! Alors moi aussi, je dors assez tranquille.

Écrit par : Ronfleur | 26/06/2013

Il se lève a 6 heures pour préparer le repas de midi? Il faudrait peut-être lui apprendre à cuisiner à celui-là...

Écrit par : Komik | 26/06/2013

"La responsabilité !"

Bein justement. Il a refusé une place dans un foyer, parce qu'il fallait repsecter un certain horaire.. C'est donc SA responsabilité, pas la notre, pas celle de l'Etat/Ville/Communes.

"Un handicapé qui dort dehors dans le froid, comment vous pouvez encore bien dormir dans votre lit bien chaud ?"

Je dors bien. Merci. C'est son choix de dormir dehors, plutot que d'avoir accepter la place en foyer, avoir un toit... quitte à ce que ce soit temporaire le temps de chercher un logement lui convenant mieux (sans horaire).

Combien de gens en bonne santé, familles, etc.. doivent se contenter d'un toit qui ne leur convient pas vraiment, mais faute de mieux ils y vivent avec encore parfois le vain espoir de trouver "logement à leur pied" ?

"Et s’il lui arrive quelque choses dans la rue, qui en serait il responsable ?

Bein... ce sera ses agresseurs en 1er lieu, évidemment. et dans une moindre mesure: Lui. C'est choix d'être dehors.

Écrit par : Pierre Roche | 26/06/2013

Demir,

Pourquoi voulez-vous responsabiliser quelqu'un d'autre

que cet adulte entièrement libre de ses choix
tellement libre de ses choix qu'il a fait celui de quitter son lit chaud en France

Quelles sont VOS motivations, chercher à scandaliser, à faire pitié sur un faux sujet? ou être le reporter de l'acte extraverti aux motifs déviés de ce monsieur?

Écrit par : Pierre à feu | 26/06/2013

Tout le monde à Genève connait Eric Grassien et ses excès. Le Professeur Morel aux HUG lui avait procuré un boulot et il avait un logement ainsi qu'un certain nombre d'aides. Il a choisi de tout quitter pour retourner dans son pays : la France.
Il essaye tout pour obtenir ce qu'il veut. Longtemps cela a été les couloirs de Cornavin. Il semble avoir réussi une fois de plus à se victimiser en restant sur la place de Nations, mais il a aussi réussi à lasser et épuiser les services sociaux de Genève avec ses idées de grandeur et le refus des solutions qui lui étaient proposées.
Le plus simple serait qu'il franchisse la frontière proche pour retourner dans son pays qui est prêt à l'accueillir et à l'aider.
Demir, un jour prochain vous comprendrez vous aussi ...

Écrit par : Pénélope | 26/06/2013

Les commentaires sont fermés.