30/08/2013

Hommage à Thierry Pier Graindorge ....

Thierry, Genève ne t’oubliera jamais!

L1060164.jpg

 

DSC_3011.jpg

DSC_3013.jpg

DSC_3014.jpg

DSC_3015.jpg

DSC_3022.jpg

Chère Famille, Chère Agrippine, Chères et Chers Ami-e-s de Thierry Pier,

permettez-moi de vous apporter officiellement les plus sincères condoléances du Conseil municipal de la Ville de Genève et de son Président, Pascal Rubeli, retenu, à cette même heure, à l’église Saint-Paul, par une autre cérémonie d’adieu. Je vous transmets aussi les plus sincères condoléances du Conseil administratif de la Ville de Genève représenté ici par M. Rémy Pagani, Conseiller administratif qui m'a autorisé à le faire en son nom.

C’est surtout en tant qu’ami de Thierry Pier que je vous adresse ces quelques mots. je remercie Agrippine, son épouse, de m'avoir accordé ce privilège.

Thierry Pier, c’est plus de 20 ans de collaboration professionnelle dans le cadre de reportages photos et films, dans le domaine de la prévention des addictions et de la promotion de la santé.

Thierry Pier, c’est l'homme d'une grande disponibilité, je ne me rappelle pas une fois où il n'aurait pas décroché son mobile pour me répondre. C'est l'homme d'une présence de tous les instants dans les très nombreuses manifestations, défilés et moments officiels de notre République.

Thierry Pier, c’est un homme passionné et passionnant, un honnête homme et un ami fidèle.

Cet après-midi, nous sommes ici rassemblés pour lui adresser comme on le dit un dernier hommage, rituel obligé pour commencer à réaliser l’impensable, que Thierry Pier ne nous accompagnera plus lors de tous ces évènements genevois.

Mais Thierry Pier sera toujours présent dans notre cœur mais aussi au fond de nos yeux, car il avait une manière particulière de nous solliciter comme si nous étions le Centre du monde à cet instant-là.

Nous avons été très nombreux à être honorés qu’il nous demande, un instant, cette attention pour nous immortaliser. Tous ces instants font partie de nous.

Thierry Pier sera en effet toujours présent parmi nous, par son humilité, sa gentillesse, sa disponibilité, sa fidèle Amitié, son sourire discret, son professionnalisme, vérifiant à chaque instant le résultat de son travail et aimant nous le montrer immédiatement si il en était satisfait.

Quelle belle profession aux multiples facettes, photographe, cameramen et journaliste.

Fin connaisseur des transports, il a écrit de très nombreux articles que l’on peut découvrir par Google.

Thierry Pier n’a cessé de créer des liens entre les êtres, c’est ces liens qui sont et resteront à jamais immortels.

Chère Famille, nous tenons à partager pleinement votre douleur et à vous assurer de toute notre sympathie!

Agrippine, je t’embrasse affectueusement, tous les ami-e-s ici présents pour rendre hommage à Thierry Pier sont la preuve de ce qu’il a construit lors de toutes ces années. Il a rassemblé les gens, les a valorisés et a témoigné de son époque.

Je vous remercie !

L1060178.jpg

L1060184.jpg

L1060185.jpg

 

L1060186.jpg

L1060189.jpg

L1060192.jpg

L1060193.jpg

L1060194.jpg

L1060196.jpg

L1060197.jpg

L1060199.jpg

L1060200.jpg

L1060201.jpg

L1060203.jpg

L1060204.jpg

DSC_3025.jpg

DSC_3027.jpg

DSC_3032.jpg

DSC_3040.jpg

DSC_3047.jpg

DSC_3050.jpg

DSC_3052.jpg

DSC_3056.jpg

L1060164.jpgPhotos: Demir SÖNMEZ

copyright.jpg

Commentaires

Thierry Pierre aimait la vie : il était joyeux et souriant. SVP dessinez un sourire sur vos lèvres lorsque vous pensez à lui. Il aimait l'élégance et le raffinement.

Écrit par : Adeline Grandjean | 30/08/2013

Ce que nos yeux ne voient plus parce qu'ils sont repartis d'où ils étaient venus, c'est dans nos cœurs qu'ils vivront à jamais.

Je ne te dis pas adieu mais A DIEU mon frère Thierry,

Je n'ai rien su...
Comme d'habitude, tu viens et tu pars sans faire de bruit sans déranger personne.
Je veux te voir et c'est au coin d'une rue que tu apparais sans rendez-vous...

Je viens de voir ces images sur ce blogs avec un titre "Hommage à Thierry Pier Graindorge: Genève ne t'oubliera jamais!"

Je n'en ai pas cru mes yeux et j'ai appelé Démir qui m'a bien confirmé ton départ vers l'Au-delà, vous avez certainement voyagé ensemble avec mon autre frère Mounir Michel Viala...
Cette fois-ci c'est le "grain d'orge" qui est parti germé ailleurs pour la plus belle des moissons.

J'ai cherché ton numéro de portable et j'ai appelé comme pour me consoler de n'avoir pas pu te dire au revoir, de n'avoir pas bu ce café qu'on se promettait de boire à chaque fois que l'on se croisait lors d'une manifestation ou d'une cérémonie...

Tu étais une emblème à Genève, qui ne t'a pas croisé lourdement chargé avec tes appareils photo et tes caméras.

Tu étais partout où il se passait quelque chose que ce soit dans le monde, dans la moindre des petites rues de Genève ou au fin fond de la Suisse et de l'Europe.
En effet Genève ne t'oubliera pas, tes pas, de jour comme de nuit, ont résonné et résonneront encore longtemps après ton voyage vers le firmament.
Pour chacun de nous tu avais un mot qui ouvrait son cœur et tu avais le sourire pour éclairer son visage et le rassurer. Tu étais un être d'Espérance. Oui, mon frère, tu étais un homme de confiance et le travail bien fait était ton pain quotidien. Je suis certain que chacun de nous te dois quelque chose. Tu ne réclamais rien à personne, pour toi la parole donnée suffisait.

Informer c'était ton souci quotidien et pour avoir souvent parler avec toi tu avais une analyse juste sur l'état du monde et sur celui des êtres humains.

Comme je le disais, j'ai fait ton numéro de portable et c'est Agripine qui m'a répondu, je lui ai dit en pleurant que j'ai perdu un frère et je ne savais rien sur son départ.
Une femme extraordinaire qui t'a toujours accompagné avec amour dans tout ce que tu faisais en plus de son merveilleux métier d'enseignante qui consistait à s'occuper des plus défavorisés. Tu mettre debout pour avancer, pour évoluer...

On a parlé de toi, elle m'a dit que tu étais parti satisfait du travail que tu voulais accomplir et aussi des derniers moments de bonheurs que vous avez partager en Allemagne et en te baignant dans le lac d'Aix-les-Bains. Tu as fait ce que aimais faire avant de quitter ce bas monde. Tu savais être heureux dans la discrétion et la simplicité.

Elle m'a donné son numéro de téléphone en me disant que si j'étais de passage à Ferney, je l'appellerai pour boire un café en ta mémoire, celui que je n'ai pas pu boire avec toi, parce que chacun de nous était pris par son travail qui n'avait pas de fin.

C'est vrai que ton sourire te survivra et comme le dit Adeline Grandjean dans son commentaire ci-dessus, en pensant à toi en ne peut que dessiner un sourire sur nos lèvres et c'est le tien.

Cher frère Thierry Pier, repose en paix là ou tu es, le Maître des lieux prendra soin de toi comme tu as su prendre soin de celles et ceux qui t'ont côtoyé.
Comme le dit le Coran que tu connaissais bien: "Nous sommes à Dieu et c'est vers Lui que nous retournons."

Que la paix de Dieu soit avec toi...

Écrit par : Ouardiri Hafid | 30/08/2013

Thierry va terriblement nous manquer . C'était un adorable petit frère . Il va tellement nous manquer Tous vos messages me vont droit au cœur .. Merci .. Isabelle

Écrit par : Isabelle Dubois | 31/08/2013

A la famille et proches de Thierry,

Je veux m'associer à tous ceux qui prennent part à votre peine. Veuillez recevoir mes condoléances très sincères et croire en mes respectueux sentiments.

Sofiane Bouchaïb

Écrit par : Sofiane Bouchaïb | 05/09/2013

Les commentaires sont fermés.