14/09/2013

Fosses communes au Sahara occidental!


Il a fallu attendre 37 ans pour que soient ouvertes en juin dernier deux fosses communes au Sahara occidental. Le rassemblement devant le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme ce vendredi 13 se voulait un hommage aux disparus, des civils nomades  tués par balle.

Le témoin de la barbarie était là, Monsieur Aali Said Da avait 13 ans à l’époque. Pour aboutir à ce résultat, il a fallu que la parole sahraouie se libère grâce à l’initiative de Carlos Beristain,  médecin, spécialiste du rôle de la mémoire collective dans les sociétés en reconstruction, Professeur à  l'université de Bilbao.

Il s’est entretenu en 2012 avec 241 Sahraoui-e-s  ayant vécu les drames de la colonisation marocaine depuis 1975. Dès lors la reconnaissance des fosses était possible. Le Maroc affirme pourtant que les personnes qui s’y trouvent seraient décédées en prison. Abdeslam Omar Lahcen, président de l’AFAPREDESA (l’Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis) a rendu hommage aux familles. La fille d’un disparu,  Gabula Selma Daf a raconté la disparition de son père et l’attente insupportable. Les analyses ADN faites par Francisco Exeberria, spécialiste en médecine légale et Professeur à l'université de Bilbao, avec son équipe ont corroborés les dires du témoin. Il y a certitude sur les identités des disparus et de leurs proches.

Le Conseiller administratif de la Ville de Genève, Rémy Pagani, le Conseiller national Carlo Sommaruga, l’ancien président du conseil municipal Jean-Charles Rielle, le Président de la coordination de la solidarité avec le peuple sahraoui, le Directeur de la MJC d’Annemasse notamment, ont témoigné de leur solidarité avec le peuple sahraoui et de leur soutien à la démarche entreprise. Dans la lettre que les participant-e-s ont porté à la Haut Commissaire aux droits de l’Homme, deux points ressortent : envoyer une mission officielle sur place avec, entre autres, les instances concernées du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme et du CICR et la protection urgente des fosses qui se trouvent du côté des territoires libéré tenus par le Front Polisario et du côté de ceux qui sont occupés par le Maroc.

 

DSC_5386.jpg

DSC_5388.jpg

DSC_5393.jpg

L1070216.jpg

L1070198.jpg

L1070213.jpg

L1070218.jpg

L1070219.jpg

DSC_5405.jpg

DSC_5409.jpg

DSC_5413.jpg

DSC_5417.jpg

DSC_5420.jpg

DSC_5424.jpg

DSC_5425.jpg

DSC_5430.jpg

DSC_5433.jpg

DSC_5437.jpg

DSC_5447.jpg

DSC_5451.jpg

DSC_5468.jpg

DSC_5470.jpg

DSC_5474.jpg

DSC_5477.jpg

DSC_5482.jpg

DSC_5484.jpg

DSC_5488.jpg

DSC_5491.jpg

DSC_5498.jpg

DSC_5517.jpg

DSC_5519.jpg

DSC_5501.jpg

DSC_5507.jpg

 

DSC_5522.jpg

DSC_5524.jpg

DSC_5525.jpg

DSC_5526.jpg

DSC_5528.jpg

DSC_5529.jpg

DSC_5531.jpg

DSC_5537.jpg

DSC_5538.jpg

DSC_5541.jpg

DSC_5552.jpg

DSC_5546.jpg

Commentaires

Il arrive des fois à certains de croire tous ce qu'on leur raconte et deviennent des acteurs bien codifiés dans leur alter-ego pour prendre part dans un conflit qui n'a pas lieu d'être .Cette mise en scène de la question du Sahara de l'ouest du Maroc, dit occidental par abus de la période postcoloniale, n'est qu'une instrumentalisation d'un même peuple en montant les uns contre les autres pour des intérêts stratégiques et économiques. Les sahraouis ayant choisi de vivre dans des camps à Tindouf en Algérie "pays des droits de l'homme", pour garantir à l'armée algérienne son positionnement et son souhait d'accéder à la mer Atlantique, en leur chantant le droit à l’autodétermination au fondement d'un nouveau pays qui amputera le Maroc de sa moitié, sont dans l'utopie totale et dans une logique absurde. Quoi qu'on dise sur les droits de l'homme, sur les disparitions des deux côtés, cette mise en scène qui perdure et qui alimente la haine et cultive une économie solidaire sans raisons politiques et sécuritaires, va acheminer le monde dans le Chao de l'identité unique. Le Sahara Marocain est un exemple parmi d'autres territoires du monde qui ont dépassé les sarcasmes du séparatisme et qui se sont lancer dans le développement durable, dans l'autonomie financière et dans la régionalisation et la décentralisation. C'est un territoire marocain qui bénéficie de l'autonomie, de la sécurité et des libertés individuelles et collectives.

Écrit par : HAMIDI | 16/09/2013

Les commentaires sont fermés.