04/10/2013

Vague de manifestations: Emplois de solidarité, Gate Gourmet, taxis et foyers

Emplois de solidarité, Gate Gourmet, taxis et foyers se sont manifesté devant hôtel de la ville.

DSC_1561.jpg

DSC_1569.jpg

DSC_1583.jpg

DSC_1585.jpg

DSC_1616.jpg

DSC_1617.jpg

DSC_1619.jpg

DSC_1622.jpg

DSC_1625.jpg

L1080008.jpgDSC_1626.jpg

DSC_1649.jpg

DSC_1668.jpg

DSC_1678.jpg

DSC_1681.jpg

DSC_1700.jpg

DSC_1708.jpg

L1080013.jpg

L1080017.jpg

DSC_1713.jpg

DSC_1722.jpg

DSC_1733.jpg

DSC_1740.jpg

DSC_1743.jpg

L1080017.jpg

L1080020.jpg

DSC_1783.jpg

 

DSC_1809.jpg

DSC_1794.jpg

DSC_1807.jpg

DSC_1815.jpg

DSC_1817.jpg

DSC_1833.jpg

Les comités de soutien aux grévistes de Gate Gourmet et des EdS de Partage se sont associés lors de ce rassemblement devant l'Hôtel-de-Ville ce jeudi 3 octobre pour soutenir la résolution et la motion déposées auprès du Grand Conseil invitant le Conseil d'Etat à intervenir dans les deux cas.

L'urgence a été votée pour la motion et pour la résolution. Les débats du Grand Conseil du premier soir ont été trop longs et les urgences n'ont pas été traitées. Elles sont reportées à demain, vendredi 4 octobre.

Cornelia Hummel, présidente du comité de soutien aux grévistes EdS de Partage
Helena de Freitas, présidente du comité de soutien aux grévistes de Gate Gourmet

DSC_1837.jpg


Discours Monsieur François Lefort (Députe, Les Verts)

L’entreprise Gate Gourmet  dénonce de manière unilatérale sa convention collective de travail genevoise et ouvre une crise à l’aéroport de Genève.

Après l'échec de la conciliation à la chambre des relations collectives de travail, Gate Gourmet a refusé la proposition du SSP de demander l'arbitrage de la CRCT.

Gate Gourmet refuse même de parler avec  le syndicat,Gate Gourmet licencie ses employés pour les réengager sous un nouveau contrat de travail et sous une nouvelle convention collective et ceci sans négociation avec leur syndicat.

Cette façon de faire n’est pas respectueuse du partenariat social.

Et il n’est pas acceptable qu’une entreprise concessionnaire de Genève Aéroport se comporte de cette façon.
Il n’est pas acceptable que cela fasse sous le couvert d’une entreprise publique autonome présidée par une Conseillère d’Etat.
Les employés ont reçu le 13 septembre leurs lettres de congé - modification.
C’est un licenciement et le licenciement est donc en cours.
Quel autre choix alors que la grève pour ces employés?
Mais Gate Gourmet innove et va plus loin.
Depuis hier Gate Gourmet licencie des grévistes et des syndicalistes
Gate Gourmet dépose des plaintes pénales contre des grévistes et des syndicalistes.

La méthode est scandaleuse.

Ce sont ces vieilles méthodes du passé et qui viennent d’ailleurs aujourd’hui.

Une entreprise en bonne santé économique est en train de saboter le partenariat social parce qu’elle en refuse les règles.
C’est une nouveauté que nous ne pouvons tolérer.

Le grand conseil ne peut accepter que Genève Aéroport octroie des concessions à de telles  entreprises.

Alors ce soir nous demandons au Conseil d’Etat:

  • à intervenir urgemment auprès de la direction de l’aéroport pour faire respecter les règles du partenariat social au sein des entreprises concessionnaires
  • à agir  contre les tentatives de dumping salarial pratiquées par des entreprises concessionnaires,
  • à apaiser la situation en proposant aux partenaires de prolonger la CCT jusqu'au 30 juin 2014, pour  permettre la reprise des négociations,


  • et dans le pire des cas, à ne pas renouveler les concessions des entreprises ne respectant pas le partenariat social.

 

DSC_1844.jpg

DSC_1851.jpg

DSC_1845.jpg

DSC_1854.jpg

L1080020.jpg

L1080025.jpg

L1080029.jpg



Manifestation des Taxis

 

DSC_1861.jpg

DSC_1869.jpg


Les chauffeurs de Taxis de services public et privé ainsi que leur centrales se sont mobilisés afin de sensibiliser les députes et leur demander de ne voter l'urgence demandée par le conseil d'état.  L'ensemble des milieux professionnels des Taxis rejettent ce projet de loi estimé dévastateur pour les intérets de la profession. Ils estiment également ne pas être consultés et du moins écoutés lors de l'élaboration de ce projet.
Tous sont contre la centrale unique avec l'obligation de s'affilier, conter la suppression de taxe et l'indemnité qui encourageaient le départ des anciens chauffeurs pour laisser la place aux nouveaux arrivants.
Les milieux professionnels pensent que ce projet de loi péjore gravement  leur métier et demandent son renvoi en commission pour le réétudier en tenant compte de leur remarques.

 

 

Les commentaires sont fermés.