09/10/2013

Le Prix Martin Ennals pour les droits de l'Homme 2013

Hier soir, La cérémonie de remise du Prix Martin Ennals 2013 au Uni Dufour à décerné cette année à ses trois nominé-e-s finaux Mario Joseph, Haïti, Mona Seif, Égypte,et Joint Mobile Group, Russie/Tchétchénie.

DSC_3090.jpg

DSC_2875.jpg

DSC_2885.jpg

DSC_2921.jpg

DSC_2928.jpg

DSC_2933.jpg

DSC_2938.jpg

DSC_2956.jpg

DSC_2959.jpg

DSC_2961.jpg

DSC_2965.jpg

DSC_2963.jpg

DSC_2969.jpg

DSC_2981.jpg

Le Prix Martin Ennals récompense des personnes qui s’illustrent de manière exceptionnelle dans le combat contre les violations des droits humains par des moyens courageux et innovants. L’objectif de ce Prix consiste à garantir une certaine protection aux défenseuses et défenseurs des droits humains à travers une médiatisation de leurs combats respectifs.


Les dix organisations membres du Jury du Prix Martin Ennals ( Amnesty International, Human Rights Watch, la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), Front Line, la Commission internationale des Juristes, Human Rights First, le Service international pour les droits de l’Homme, Diakonie Allemagne, Human Rights Information and Documentation Systems (HURIDOCS), et l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) ont désigné les trois nominé-e-s;

- Mona Seif, Égypte: Madame Mona Seif est égyptienne. Elle a fondé le Mouvement populaire «No to Military Trials for Civilians» (en français: «Non aux procès militaires pour les civils») qui milite pour l’arrêt des procès militaires intentés à des civils. Créé le 25 février 2011, ce mouvement réunit aujourd’hui de nombreux activistes, avocats, familles de victimes et acteurs locaux qui militent pour cette cause. Dans le contexte de répression des libertés fondamentales que connait l’Égypte depuis l’éviction de l’ancien Président Hosni Mubarak, Madame Mona Seif a été inculpée et subit des pressions à cause de son engagement. Elle a notamment dit:  «le soutien international, et je me réfère spécifiquement au soutien des gens et pas des gouvernements, nous donne la force de continuer notre combat contre les procès militaires intentés à des civils».

DSC_2993.jpg

DSC_2996.jpg

DSC_3020.jpg

- Mario Joseph, Haïti: Présenté comme le plus important avocat de droits humains en Haïti, Monsieur Mario Joseph a travaillé sur des cas très importants, notamment celui de l’ancien dictateur Jean-Claude «Baby Doc» Duvalier. Bien que sa famille ait décidé de s’exiler aux Etats-Unis en 2004, il est retourné à Haïti. Il subit des intimidations et des menaces depuis une vingtaine d’années à cause des actions qu’il entreprend dans le cadre de son travail. Ces pressions se sont toutefois accentuées ces derniers mois. Il a affirmé: «cette reconnaissance du Prix Martin Ennals donne de la visibilité à mon travail et à celui de toutes les personnes qui se battent pour les droits humains. Ceci va contribuer à rendre notre travail moins dangereux et plus efficace».

DSC_3029.jpg

DSC_3034.jpg

DSC_3037.jpg

DSC_3041.jpg

DSC_3042.jpg

DSC_3053.jpg

DSC_3056.jpg

DSC_3058.jpg

- Joint Mobile Group, Russie/Tchétchénie: Le Joint Mobile Group a été créé par Monsieur Igor Kalyapin suite aux meurtres de nombreux activistes de droits humains en Russie. Les membres de ce groupe mènent des investigations sur des violations de droits humains perpétrées en Tchétchénie. Les informations qu’ils récoltent sont ensuite rendues publiques ou utilisées dans le cadre de procédures judiciaires. Se référant aux effets de la publicité internationale, Monsieur Igor Kalyapin a déclaré «... quand la communauté internationale nous connait, il est plus difficile pour les autorités de prendre des mesures contre nous...».

DSC_2903.jpg

DSC_3066.jpg

DSC_3061.jpg

DSC_3073.jpg

DSC_3098.jpg

DSC_3106.jpg

DSC_3117.jpg

 

A cette occasion, se sont présentés: Micheline Calmy-Rey, ancienne présidente de la Confédération et président de la Fondation Martin Ennals, Madame Sandrine SALERNO, la maire de Ville de Genève, Madame Navanethem Pillay, Haut Commissaire des Nation Unies aux droit de l’homme, Monsieur Jean-Dominique Vassalli, Recteur de l’Université de Genève, Monsieur Alexandre Fasel, Ambassadeur, chef de la Mission permanente de la Suisse auprès de l’ONU et des autres organisations internationales à Genève, Monsieur Jean Ziegler, représenter la Suisse au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, Madame Ruth Dreifuss, ancienne présidente de la Confédération et les militant-e-s défenseur-euse-s des droits humains, puis plus de 500 personnalités.

Cette cérémonie se tiens en ouverture de la Semaine des droits humains organisée  jusqu’au 11 octobre par l’Université de Genève.

 

DSC_2907 - copie.JPG

DSC_3147.jpg

 

Remise du Prix Martin Ennals 2013

 

Mardi 8 octobre 2013 – 18h00

Uni-Dufour, Auditoire U600

 

Allocution de Madame Sandrine Salerno

Maire de la Ville de Genève

 

Madame la Haut-Commissaire adjointe aux droits de l’homme,

Madame la Présidente de la Fondation Martin Ennals,

Monsieur le Secrétaire général de la Fondation Martin Ennals,

Monsieur le Recteur de l’Université de Genève,

Messieurs les représentants du Joint Mobile Group,

Madame Mona Seif,

Monsieur Mario Joseph,

Mesdames et Messieurs, 

C’est un grand honneur pour moi que de prendre la parole ce soir devant vous, à l’occasion de cette cérémonie de remise du Prix Martin Ennals 2013. Ce prix récompense en effet le combat d’hommes et de femmes d’exception qui luttent, parfois au péril de leur vie et de leur liberté, pour le respect des droits humains dans le monde. Ce prix, comme les témoignages poignants que nous avons entendu tout au long de cette soirée, nous rappellent avec force qu’il est indispensable de continuer à nous battre pour qu’enfin chaque être humain puisse être libre de s’exprimer, de penser, d’être, quelles que soient ses opinions politiques, son identité sexuelle ou sa religion.

La Ville de Genève est profondément attachée à la défense des droits fondamentaux. Siège européen des Nations Unies et du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, ma Ville abrite également de très nombreuses organisations non gouvernementales qui travaillent sans relâche pour un monde plus juste. Véritable capitale internationale des droits de l'Homme, Genève se distingue au niveau mondial par le nombre conséquent de personnes qui y œuvrent au quotidien pour le respect des droits fondamentaux ainsi que par la multitude de projets et d’initiatives en la matière qui y fleurissent chaque année.

La Ville de Genève, elle-même, a fait de la promotion des droits humains l’une des priorités de sa politique de coopération internationale. Cet engagement est un engagement global, qui postule de l’universalité des droits humains, de leur interdépendance et de leur caractère indivisible En 2012, nous avons ainsi financé plus d’une trentaine de projets d’organisations actives dans ce domaine, pour un montant total dépassant les 1.6 millions de francs (1'625'025.-). Cet important soutien municipal permet de réaffirmer l’attachement historique de Genève au respect des droits fondamentaux. Surtout, ce soutien permet d’encourager des projets en faveur d’une meilleure application des normes internationales et de mieux protéger les défenseurs et défenseuses des droits humains.

C’est en adéquation avec cet engagement que la Ville de Genève soutient, depuis quelques années déjà, le Festival du Film et Forum sur les droits humains qui dénonce, sans complaisance, les violations des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels partout où elles se produisent. C’est dans cette logique également que ma Ville co-organise, depuis 2008, la cérémonie de remise du Prix Martin Ennals.

Aujourd’hui, le Prix Martin Ennals est considéré, à juste titre, comme le Prix Nobel des Droits de l’Homme. Il est en effet le fruit de la collaboration unique entre les dix plus importantes organisations non-gouvernementales des droits humains qui, chaque année, sélectionnent et récompensent des hommes et des femmes qui s’illustrent de manière exceptionnelle dans le combat contre les violations des droits fondamentaux. Ces organisations, qui sont chaque jour sur le terrain, au plus proche des luttes, sont les plus aptes à identifier celles et ceux qui ont besoin d’une protection médiatique. Leur travail est essentiel. Et je souhaite donc remercier ici l’ensemble des membres du jury, qui assument la délicate tâche de faire un choix parmi les nombreux défenseurs des droits humains et qui, année après année, placent au centre de l’attention des individus et des groupements qui forcent le respect.

Cette année encore, les trois nominés au Prix Martin Ennals se distinguent par la force de leur engagement et leur courage. 

Au nom des autorités de la Ville de Genève, je souhaite donc féliciter très chaleureusement le « Joint Mobile Group » pour cette récompense. Ce prix honore le remarquable travail d’investigation que vous menez sur les violations de droits humains perpétrées en Tchétchénie. Dans un climat de totale impunité et en dépit de toutes les pressions que vous subissez, vous défendez avec courage et abnégation la justice, la vérité et l’état de droit. En cela, vous offrez au monde un extraordinaire exemple. Vous êtes des héros.

Je voudrais également saluer le combat mené par Madame Mona Seif qui milite pour l’arrêt des procès militaires intentés à des civils en Égypte ainsi que celui de Monsieur Mario Joseph, considéré comme le plus grand avocat spécialisé dans la défense des droits humains en Haïti. Madame, Monsieur, votre courage et votre engagement sont exemplaires.

Bien sûr, à travers chacun des trois nominés, à travers leurs parcours et leurs combats, je pense également ce soir à toutes les militantes et tous les militants des droits de l’Homme traqués, menacés, blessés, arrêtés ou emprisonnés dans le monde. A l’occasion de cette cérémonie, c’est à toutes ces héroïnes et à tous ces héros de l’ombre que nous devons également rendre hommage ce soir. Car c’est grâce à elles et à eux que la lutte pour le respect des droits fondamentaux, pour le respect de nos droits à toutes et à tous, avance. Qu’ils en soient sincèrement remerciés ici.

Je vous remercie pour votre attention et vous souhaite une excellente soirée.

DSC_3132.jpgDSC_3150.jpg

DSC_3153.jpg

DSC_3155.jpg

DSC_3167.jpg

DSC_3194.jpg

DSC_3196.jpg

DSC_3202.jpg

DSC_3204.jpg

DSC_3206.jpg

DSC_3208.jpg

DSC_3210.jpg

DSC_3213.jpg

DSC_3215.jpg

DSC_3219.jpg

DSC_3220.jpg

DSC_3221.jpg

DSC_3222.jpg

DSC_3229.jpg

DSC_3232.jpg

DSC_3252.jpg

DSC_3260.jpg

Commentaires

@Demir Sönmez et Hayel
à propos de vos choix "Droits de l'homme" et sujets-cibles "actions solidaires"

Pas de photos? pas un mot? pourquoi êtes-vous restés muets

sur la grève de la faim de +30 jours Place des Nations des 12 iraniens, manifestations à Londres, Berlin, au Canada et Australie?

http://www.bluewin.ch/fr/index.php/139,902848/Un_opposant_iranien_en_greve_de_la_faim_hospitalise_a_Geneve/fr/news/international/sda/

Quelle sélectivité dans vos objectifs droitsdel'hommistes!

... quand vous avez consacré vos blogs et +14 sujets en médiatisation à outrance
au chantage de cet handicapé français squattant Place des Nations pour se dégotter un logement de convenance de Genève et contribuables


Tout ça vous vaudra bien à tous les 2 une nomination d'office... au Prix du bloggeur droitdel'hommiste gnevois(rien) 2013 !

Écrit par : pierre à feu | 09/10/2013

mea culpa et correction: j'aurais dire que vous n'avez "pas" (et non "jamais") traité la situation des iraniens en grève de la faim +30 jours Place des Nations - vous n'avez fait que poster 2 photos d'eux perdues en bas d'1 billet dont le sujet est consacré aux invités et à la tenue d'une conférence sur Achraf à Genève, l'autre concernant le Liberty Camp - et non les iraniens grévistes Place des Nations


vous avez consacré une suite de 14+ billets remplis de photos traitant d'un français en grève de la faim dans le but de se faire donner un logement par Genève

Alors que vous n'avez donné aucune suite de sujet après le 8e jour de grève, aucune information sur l'hospitalisation de l'un des iraniens après 30jrs de grève de la faim

soit le constat d'une énorme différence de traitement des sujets que vous faites, où s'impose la question des intentions qui vous animent.

Écrit par : pierre à feu | 09/10/2013

Les commentaires sont fermés.