03/12/2013

Mobilisation contre le "libre" échange

Manifestation ce soir contre les traités internationaux de libre échange. Près de 1000 personnes ont défilé entre la zone piétonne du Mont-Blanc et l'OMC. Ils dénonçaient des négociation secrètes à l'OMC qui marquent une nouvelle escalade du pouvoir des multinationales au détriment de la démocratie. L'Accord sur le Commerce des Services (ACS ou TiSA en anglais), qui est un nouveau projet de libéralisation des services auquel participe 22 pays dont la Suisse. L'Accord de Partenariat Transatlantique (APT) ainsi que l'Accord de partenariat Transpacifique (TTP). Les participants ont écouté diverses prises de paroles : les syndicats, le FSL, Attac, des délégués d'Amérique latine, Uniterre, la Coordination Climat et Justice Sociale, le Mouvement vers une Révolution citoyenne, solidaritéS, le PdT, les Verts, le PS genevois, La Gauche ainsi que La Gauche Anticapitaliste.

 

DSC_6193.jpg

Services publics, environnement et souveraineté populaire en danger!

Le « libre » échange menace la démocratie

OMC, TiSA, APT...


CONTRE de nouveaux traités négociés dans le dos des peuples!

Le « libre » échange menace la démocratie

Quinze ans après l'Accord multilatéral sur l'investissement (AMI), accord bloqué par une vague mondiale de protestations, des négociations secrètes en marge de l'OMC tentent à nouveau un véritable coup d'état mondial. Négociés en secret, de nouveaux traités permettraient aux multinationales d'attaquer en justice tout Etat dont les décisions pourraient nuire à leurs profits. Des amendes se chiffrant par milliards – imposées par des tribunaux extrajudiciaires composés d'avocats d'affaires – obligeraient les Etats à privatiser leurs services publics, puniraient un droit du travail trop contraignant ou encore une législation environnementale trop cohérente.

OMC, TiSA, APT... Un traité peut en cacher un autre !
 

Le 3 décembre, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) se réunit à Bali. Les prétentions exorbitantes des multinationales ont bloqué les négociations depuis une douzaine d'années, d'où le recours à ces négociations parallèles et secrètes pour imposer un fait accompli :

•    L'Accord sur le Commerce des Services (TiSA) actuellement négocié à Genève entre 27 pays dont les Etats-Unis, l'EU et la Suisse, imposerait la dérégulation de tous les services (notamment financiers !) et la privatisation des services publics. En effet, les Etats devraient subventionner autant les écoles et les hôpitaux privés que ceux du public, au nom d'une soi-disant « neutralité concurrentielle » ! Nos impôts financeraient leurs bénéfices !

•    L'Accord de Partenariat Transatlantique (APT) entre l'Amérique du Nord et l'EU (et qui s'imposerait à la Suisse via les bilatérales) attaquerait la souveraineté des Etats et des citoyens dans tous les domaines, notamment l'agriculture et l'alimentation . Ceux-ci ne pourraient plus interdire les OGM (ni même les étiqueter!) ou les additifs alimentaires toxiques, ni garantir la protection des données sur Internet, ni réglementer la finance. Même une municipalité n'aurait plus le droit de choisir le type d'aliments pour ses cantines scolaires, car les Etats devraient veiller à la « mise en conformité de leurs lois, de leurs règlements et de leurs procédures » avec le traité.

Sous couvert de stimuler une économie en crise, il s'agit en réalité d'éliminer toute règle pouvant limiter les bénéfices des transnationales et de livrer au capital financier des biens communs fruits de tant de luttes et sacrifices. Il s'agit des immenses « marchés » mondiaux des services publics, tels que la santé ($ 6460 milliards) ou l'éducation ($ 2500 milliards).

De la politique fiction ? NON !

Déjà, une multinationale réclame des milliards à l'Allemagne pour sa sortie du nucléaire ; une autre 1 milliard à la France pour le retrait d'un permis pour les gaz de schiste ; une troisième attaque un Etat qui a relevé son salaire minimum ! L'OMC a même condamné les Etats-Unis pour des boîtes de thon labellisées « sans danger pour les dauphins » ! Les traités bilatéraux récemment signés entre la Suisse et la Chine, comme avec la Colombie, font fi des aspects sanitaires et environnementaux de production, comme des libertés syndicales...

Une fois adoptés, ces traités seraient imperméables aux alternances politiques et aux mobilisations populaires, car ils ne pourraient être amendés qu'avec le consentement unanime des pays signataires.

C'est la souveraineté populaire, le principe même d'un contrôle du politique (et des tribunaux) sur l'économie et la société qui est en jeu!

On comprend alors le secret qui entoure ces négociations. Alors que des centaines de multinationales y participent, rien ne doit filtrer aux journalistes et citoyens. Ils seront informés lorsqu'il sera trop tard.


ATTAC Genève, Vaud, Pays de Gex, Haute Savoie · Communauté Genevoise d'Action Syndicale · SIT · SSP-vpod · UNIA · CETIM · Coordination Climat et Justice Sociale · La Gauche · Gauche Anticapitaliste · Forum Social Lémanique · Mouvement Vers une Révolution Citoyenne · Parti Socialiste genevois · Parti du Travail · Présence latino-américaine · Solidarité Bosnie GE · solidaritéS · Uniterre · Les Verts · www.acidus.ch.

 

DSC_6015.jpg

DSC_6023.jpg

DSC_6025.jpg

DSC_6040.jpg

DSC_6050.jpg

DSC_6052.jpg

DSC_6059.jpg

DSC_6060.jpg

 

DSC_6065.jpg

DSC_6072.jpg

DSC_6077.jpg

DSC_6083.jpg

DSC_6087.jpg

DSC_6097.jpg

DSC_6101.jpg

DSC_6104.jpg

DSC_6108.jpg

DSC_6113.jpg

DSC_6128.jpg

DSC_6136.jpg

DSC_6137.jpg

DSC_6144.jpg

DSC_6145.jpg

DSC_6152.jpg

DSC_6153.jpg

DSC_6155.jpg

DSC_6161.jpg

DSC_6182.jpg

DSC_6184.jpg

DSC_6185.jpg

DSC_6188.jpg

DSC_6193.jpg

DSC_6198.jpg

DSC_6208.jpg

DSC_6220.jpg

DSC_6229.jpg

DSC_6238.jpg

DSC_6253.jpg

DSC_6257.jpg

DSC_6261.jpg

DSC_6264.jpg

DSC_6266.jpg

DSC_6272.jpg

Les commentaires sont fermés.