26/01/2014

Visite guidée au cœur de Genève place financière

Samedi midi, “Groupe écosocialiste de solidaritéS, Groupe jeunes de solidaritéS, Uniterre, L’Autre Syndicat, Attac-Ge et CADTM” sont organisée une visite guidée au au cœur de Genève place financière.

De passage à Genève à l’occasion des rencontres écosocialistes européennes, le maire de Marinaleda et d’autres militants européens du mouvement social et écologistes se réjouissent de cette petite balade.

Ecosolidarite-1130587.jpg

Ecosolidarite-2544.jpg

Intervention de M. Ducommun


Au nom de Genève place financière, je vous souhaite la bienvenue dans cette ville bien accueillante, particulièrement pour ceux qui ont beaucoup d’argent.

Pensez donc, avec 140 banques dans notre ville, nous avons de quoi vous accueillir !

Nos coffre-forts sont bien pleins, nous sommes fiers de gérer plus d’un quart de la fortune mondiale, à peu près 2'000 milliards de $, environ 10 fois le PIB du Portugal, qui se balade à la recherche de discrétion. Mais ne vous faîtes pas de soucis, il y encore de la place. Nous aimons ouvrir nos coffre-forts pour nos futurs clients, mais nous n’aimons pas quand certains veulent les ouvrir pour voir ce qu’il y a dedans. Nous aussi aimons la discrétion.

Et nous sommes efficaces : à partir de 100'000 ou 500'000 francs, on s’occupe bien de vous. Par exemple : Un patrimoine de 100.000 EUR investi en fonds obligataires à hauts rendements (17,5% par an, moyenne annuelle sur 3 ans), permet d’obtenir une ligne de crédit de 70% sur le montant net des fonds, soit ici 67.000 EUR nets. Cela permettra un nouvel investissement dans un portefeuille de fonds en actions (22% par an, moyenne annelle sur 3 ans). Au final, la fortune gérée en banque privée genevoise sera de 158.000 EUR et le rendement net de 28%, l’augmentation des actifs et l’utilisation d’une ligne de crédit à taux faible permettant, au final, une augmentation du rendement net de 100.000 EUR, montant de référence. La gestion de fortune, c’est cela, et c’est ce qui fait le succès de la place financière de Genève. Je remercie Gardiner Finance pour cet exemple qui doit faire envie !

Certains nous accusent d’être un paradis fiscal. Mais cette expression est inacceptable, elle associe Dieu, le paradis, au Diable, l’enfer fiscal ! Tout bon chrétien se doit de combattre l’enfer, et nous sommes fiers de protéger les citoyens, particulièrement les plus riches, de cet enfer. L’exemple que je viens de citer, avec un placement de 100'000 euros, montre que les riches gagnent durement leur fortune bien méritée. Leur retirer une part importante de cette fortune pour la donner aux pauvres qui ne font rien est d’une injustice profonde.

Notre noble tâche devient de plus en plus difficile, on vient nous chercher des noises sur ce terrain. Mais nous ne nous laisserons pas faire, heureusement nous avons de nombreux soutiens politiques. Donc nous ferons tout notre possible pour continuer de proposer le paradis, idéal du bonheur.

Aujourd’hui, Genève est classée au sixième rang des principales places financières dans le monde et au deuxième rang en Suisse. Elle occupe même la première place en matière de gestion de fortune privée. Genève gère plus de la moitié des capitaux étrangers placés dans le pays et 27% de la fortune off-shore (fortune placée à l’étranger) privée dans le monde.

 

Genève est la capitale mondiale de la gestion de fortune privée, avec 27% des actifs mondiaux sous gestion, grâce à 140 banques pour une ville de 160.000 habitants, ce qui est une densité très élevée. La gestion de fortune est la forme la plus sophistiquée disponible pour le management d’un patrimoine financier, à partir de 50.000 EUR minimum. Le crédit Lombard, ou ligne de crédit en contrepartie d’actifs financiers permet de créer un effet de levier avec le Franc suisse, au taux de 2,5% par an. Un patrimoine de 100.000 EUR investi en fonds obligataires à hauts rendements (17,5% par an, moyenne annuelle sur 3 ans), permet d’obtenir une ligne de crédit de 70% sur le montant net des fonds, soit ici 67.000 EUR nets. Cela permettra un nouvel investissement dans un portefeuille de fonds en actions (22% par an, moyenne annelle sur 3 ans). Au final, la fortune gérée en banque privée genevoise sera de 158.000 EUR et le rendement net de 28%, l’augmentation des actifs et l’utilisation d’une ligne de crédit à taux faible permettant, au final, une augmentation du rendement net de 100.000 EUR, montant de référence. La gestion de fortune, c’est cela, et c’est ce qui fait le succès de la place financière de Genève.(Gardiner finance)

 

 

Ecosolidarite-1130591.jpg

Ecosolidarite-2560.jpg

Ecosolidarite-1130604.jpg

Tony, un trader présente son activité depuis l’esplanade

du pont de la machine

 

Eh vous avez vu ces champs de blé ?

 

Et là regardez, vous avez vu le café qui pousse sur les toits ? On est meilleur que ceux qui font de l’alter urban farming n’est ce pas ?

 

Et là, mais si regardez bien, le long des rives, dans les bas-fonds, les champs de canne à sucre !!

 

Allez, ayez un peu d’imagination bon sang !

 

A Genève, on vend 50% du café mondial, 50% du sucre et 35 % des céréales alors ils doivent bien être quelque part non ?

 

Vous savez pourquoi on s’est posé sur les rives du léman pour subvenir aux besoins alimentaires de tout ces gens qui crient famine et pour améliorer le bien être de nos bons paysans?

 

Ben parce que les Suisse, dans leur grand esprit humanitaire ont bien compris notre rôle philantropique. Pour nous encourager ils nous ont tout de même octroyé

 

-Des avantages fiscaux

 

-Nous ont mis à disposition les experts de la place finanicère

 

-Et puis ici c’est silence, on ne filme pas et on tire les rideaux. C’est assez agréable ! 

Alors ben dans ces bonnes conditions, dans la dernière décennie, on a quand même multiplier les montants investis dans la spéculation par 30 en cinq ans. Tout de même faut montrer qu on est capables non ?

 

Vous me direz que il y a eu quelques effets indésirés… mais c’est des impondérables. On fait pas d’omelette sans casser les œufs. Et puis pour finir, nous on suit des modèles financiers, on s’appuie sur des programmes informatiques qui ont fait leur preuve, ce serait bien que les gens s’adaptent à tout cela.

 

C est quand même pas notre faute si dans la même  période ont a atteint le milliard de personnes qui souffrent de la faim. Ils ont qu’à venir à Genève pour bouffer, pour se servir dans les champs…

 

Et puis les paysans qui se plaignent que les prix de leurs produits font le yoyo, que la volatilité des prix est nuisible à une bonne conduite de leur ferme.  Ils sont là aussi pas très souples dans leur manière de gérer les affaires. Soyez innovants !

 

En tous les cas, nous ce qu’on trouve chouette dans toute cette histoire c’est que depuis la terrasse de ce bistro, ont peut vendre la moitié du café mondial et le tiers du riz. Comme des grands. On a plus besoin ni des paysans, ni des consommateurs.

 

On se débrouille tout seul et on se remplit les poches. Trop fort non ?

 

On est une petite centaine et ont contrôle 70% des flux agricoles et donc des décisions en ce qui concernent l’alimentation. Qui dit mieux ?

 

Par exemple, pendant qu’on parlait, j’ai tapé sur mon smartphone  et vendu la moitié de la production du cacao de la Côte d’Ivoire. Quoi ?

 

Tu dis quoi ? Toi aussi ? Et toi aussi ? Ben oui, c’est cela aussi notre secret, on achète et on vend 15 à 20 fois la production réellement produite pour créer la demande !

 

Moi je trouve qu’on devrait postuler pour le prix nobel de l’innovation !


 

Dans le cadre de la visite guidée de la Genève internationale. Le trading des matières premières agricoles.

Ecosolidarite-1130609.jpg

Ecosolidarite-1130613.jpg

Ecosolidarite-1130615.jpg

Ecosolidarite-1130642.jpg

Ecosolidarite-1130653.jpg

Ecosolidarite-2584.jpg

Ecosolidarite-1130657.jpg

Ecosolidarite-1130660.jpg

Ecosolidarite-1130669.jpg

Ecosolidarite-1130672.jpg

Les commentaires sont fermés.