22/02/2014

Manifestation pour la liberté de parole au Venezuela

Manifestation pour la liberté de parole au Venezuela

Ce samedi 22 février, un rassemblement pacifique a réuni près de 300 personnes sur la place des Nations à Genève.

Cette action s'inscrit dans le cadre du mouvement citoyen "SOS Venezuela" dans le cadre du quel plus de 300 rassemblements s'organisent ce weekend à travers toute la planète.

Cette Manifestations contre la violence déchainée au Venezuela. Les manifestants  font  une appel au gouvernent Suisse et tous les organismes internationaux  pour qu’ils exigent au président Nicolas Maduro la cessation de la répression et de la violence d' état.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

Vénézuéliens en Suisse: "On craint pour la vie de nos familles"

Berne/Genève/Bâle - 20 février.- La communauté vénézuélienne qui réside en suisse organisera des concentrations à Berne, Basel et Genève ce weekend pour manifester contre la violence déchainée au Venezuela. Les vénézuéliens font un appel au gouvernement suisse et à tous les organismes internationaux pour qu'ils exigent au président Nicolas Maduro la cessation de la répression et de la violence d'état.

"Nous craignons pour la vie de nos familles au Venezuela. Ma mère m'informe que dans la ville de Maracaibo s'entendent des tires par tout et qu'elle a du se réfugier sous son lit" nous informe Katherine Portmann qu'est suisse et vénézuélienne résidente en Suisse. Hier, le prêtre José Palmar, qui milite pour les droits des peuples indigènes, fut victime d'une brutale agression de la part de policiers.

Les morts dans les manifestations continuent à se produire dans tout le pays, le nombre de blesses et d'arrêtés augmente et des dénonciations de citoyens torturés ne cessent d'être faites. Le nombre exact de victimes est inconnu. L'information n'est pas divulguée par les médias. La réalité dans la rue se voit reflétée via Facebook, Twitter et d'autres réseaux sociaux car les médias officiels taisent les événements. Les étudiants utilisent des applications de type Zello pour échanger des alertes sur la localisation des militaires et des bandes armées du gouvernement nommées "collectifs". Nombreuses vidéos circulent sur le web où l'on peut clairement voir la répression et la violence perpétrées au grand jour ou la nuit par les autorités et leurs collectifs en moto.

"Nos jeunes protestent parce qu'ils ne voient pas de futur pour le pays qu'ils aiment," déclare Margareth Messerli-Medina, organisatrice de la manifestation à Berne.

Des observateurs et acteurs de la société civile vénézuélienne ont priés le gouvernement pour qu'il accepte un dialogue honnête avec l'opposition. La réponse matérielle du président Maduro fut de réprimer les manifestations pacifiques et d'émettre un ordre d'arrêt contre le leadeur d'opposition Leopoldo Lopez. Celui-ci est en prison, accusé de terrorisme et d'incitation à la violence. Lopez s'est livré de son gré à la police dans un acte publique le 18 février.

Selon des chiffres officiels de la Banque Centrale du Venezuela, l'inflation se situe autour de 56%, un des taux les plus élevés du monde. La politique gouvernementale de nationalisation d'entreprises, de restriction d’accès au marché des devises étrangères et de manque d'incitation à l'investissement privée a eu comme conséquence une situation critique de manque de produits de nécessité basique. Le bolivar a déjà été dévalué deux fois en 2014. Le malaise causé par une délinquance effrénée, la répression, manque de nourriture et censure médiatique se ressentent dans les rues de toutes les villes du Venezuela. 

 

 

venezuela-2934.jpg

venezuela-2945.jpg

venezuela-2950.jpg

venezuela-2954.jpg

venezuela-2961.jpg

venezuela-2976.jpg

venezuela-2982.jpg

venezuela-2991.jpg

venezuela-2998.jpg

venezuela-3005.jpg

venezuela-3010.jpg

venezuela-3013.jpg

venezuela-3024.jpg

venezuela-3025.jpg

venezuela-3033.jpg

venezuela-3046.jpg

venezuela-3053.jpg

venezuela-3058.jpg

venezuela-3074.jpg

venezuela-3088.jpg

venezuela-3094.jpg

venezuela-3107.jpg

venezuela-3108.jpg

venezuela-3138.jpg

venezuela-3144.jpg

venezuela-3163.jpg

venezuela-3165.jpg

venezuela-3168.jpg

venezuela-3174.jpg

venezuela-3204.jpg

venezuela-3206.jpg

venezuela-3209.jpg

venezuela-3218.jpg

venezuela-3226.jpg

venezuela-3235.jpg

venezuela-3245.jpg

venezuela-3254.jpg

venezuela-3259.jpg

venezuela-3252.jpg

venezuela-3284.jpg

venezuela-3262.jpg

venezuela-3288.jpg

venezuela-3306.jpg

venezuela-3332.jpg

venezuela-3387.jpg

venezuela-3390.jpg

venezuela-3392.jpg

venezuela-3401.jpg


Commentaires

Un tres grand merci pour ce reportage. On volt toute l'émotion dans ces images.

Écrit par : Maria Alejandra Alvarez | 22/02/2014

Merci, cher Demir, pour tes images toujours aussi belles et pleines d'humanité ainsi que pour le temps passé avec nous.

Écrit par : Claudio Recupero | 22/02/2014

Merci pour être venu et d'avoir capter nos emotions dans ces belles images

Écrit par : Jenny Clauwaert | 22/02/2014

Tiens pour une fois il me semble pas voir les incontournables Pagani, Mugny et autre Vaneck... Seraient ils trop Chavezistes pour soutenir la liberté au Venezuela ?

Écrit par : Eastwood | 23/02/2014

Merci pour l'excellent reportaje et nous a permis d'exprimer notre tristesse pour notre pays venezuela

Écrit par : Richard vieira | 23/02/2014

Le socialisme conduit systématiquement à la pauvreté des citoyens et à leur oppression. Plus il avance dans une société et plus ces deux conséquences se font sentir fortement. Il n'y a pas un seul exemple du contraire dans l'histoire pour des sociétés qui dépassent une centaine de personnes.

Et le schéma est chaque fois le même: au début tous les socialistes appuient le nouvel état et félicitent les leaders qui se lancent sur cette voie. Puis, quand les choses commencent à mal tourner, on leur trouve des excuses. Ensuite, arrive un moment où l'on ferme les yeux, où l'on se tait. Finalement, si le point de nous retour est atteint, quand la société a basculé dans la ruine la plus complète et la tyrannie la plus abjecte, que les libertés politiques, d'opinions, de presse, etc., se sont évanouis à la suite des libertés économiques, on entend alors toujours le même refrain. Les socialistes répètent tous en coeur que ce qui s'est passé n'est pas du socialisme. Pas le vrai. Le vrai socialisme, entendu le leur, c'est bien sur tout autre chose. Et malgré que l'histoire ne cesse de se répéter, ils nous font à chaque fois le coup.

Qu'on soit clair: le socialisme n'a jamais fonctionné, pas une fois, et il ne fonctionnera pas plus dans le futur, même pas sur un malentendu ou sur un coup du sort. Jamais.

Écrit par : mais tout à fait | 24/02/2014

Les commentaires sont fermés.