09/04/2014

Policiers en colère contre le proje SCORE!

policier en colère-1019824.jpg

policier en colère-1019826.jpg

policier en colère-1019829.jpg

policier en colère-1160815.jpg

policier en colère-1160817.jpg

policier en colère-1160824.jpg

policier en colère-1160831.jpg

policier en colère-1160833.jpg

policier en colère-1160835.jpg

policier en colère-1160840.jpg

policier en colère-1160845.jpg

policier en colère-1160849.jpg

policier en colère-1160852.jpg

policier en colère-1160855.jpg

policier en colère-1160861.jpg

policier en colère-1160871.jpg

policier en colère-1160874.jpg

policier en colère-1019838.jpg

policier en colère-1019846.jpg

policier en colère-1160891.jpg

policier en colère-1160892.jpg

policier en colère-1160895.jpg

policier en colère-1160905.jpg

policier en colère-1160916.jpg

policier en colère-1160926.jpg

policier en colère-1160927.jpg

policier en colère-1160936.jpg

policier en colère-1160943.jpg

policier en colère-1160952.jpg

policier en colère-1160953.jpg

policier en colère-1160976.jpg

policier en colère-1160983.jpg

Discours  de Monsieur Davide De Filippo, secrétaire général adjoint SIT 


La mobilisation qui débute aujourd'hui dans les services publics pour défendre les principes d'une politique salariale juste égalitaire n'est pas la lutte de quelques privilégié-e-s qui ne font que défendre leurs acquis: c'est une lutte que nous avons en commun avec l'ensemble des salarié-e-s du secteur privé, une lutte pour une meilleure répartition des richesses que les salarié-e-s produisent par leur travail, pour que chacune et chacun puisse vivre d'un salaire décent.

Le 18 mai prochain, le peuple votera sur l'initiative fédérale pour l'instauration d'un salaire minimum légal en Suisse. A Genève, ce sont 35'000 salarié-e-s qui pour un équivalent plein temps travaillent pour moins  de 4000.-.

35'000, c'est à peu près le même nombre de salarié-e-s qui travaillent dans les services publics cantonaux, qu'ils soient fonctionnaires ou travaillant dans le secteur privé subventionné. Cela signifie que pour chaque agent-e du service public, il y a un ou une travailleuses qui travaille dans la précarité.

Nous avons donc la responsabilité de témoigner notre solidarité à l'égard des ces travailleuses et travailleurs, dans les urnes et dans la rue.

Le défilé du 1er mai ne sera donc pas qu'une promenade traditionnelle de printemps, ce sera une manifestation de lutte pour le salaire minimum, l'expression d'une mobilisation des salarié-e-s pour ce combat. Contrairement à de nombreux secteurs privés où le 1er mai est un jour de travail normal, les membres des services publics ont obtenu il y a bien longtemps que ce jour soit un jour chômé. Nous avons donc la responsabilité d'y être, et d'y être massivement pour témoigner de notre solidarité dans notre lutte commune.
Alors, le 1er mai, tous et toutes dans la rue!

Davide De Filippo, secrétaire général adjoint SIT

 

policier en colère-1019884.jpg

policier en colère-1160977.jpg

Discours de Monsieur Patrick Flury Président du Cartel

Contrairement à la manchette de la Tribune de Genève d'hier qui affichait l'hésitation des fonctionnaires à manifester.

Votre présence, notre présence, ici prouve le contraire et prouve notre détermination.

Si le Cartel est aujourd'hui présent à vos côtés, c'est qu'il l’a décidé, en toute liberté, sans dogmatisme, dans l'intérêt d'une fonction publique unifiée et forte au service de Genève.

L’Assemblée des délégué-e-s du Cartel du 18 mars a appelé à la manifestation unitaire de ce jour, à l'unité syndicale dans le soutien des luttes sectorielles liées à Score.

Si certains fonctionnaires, préfèrent découvrir les impacts de Score à la lecture de leurs feuilles de salaire ! Nous, nous sommes ici !. Nous avons décidé de ne pas attendre, car c'est aujourd'hui et dans l'unité, que ce construit un rapport de force, et non demain, chacun isolé dans un coin.

Sur une zone de conflit syndical, devant un champ de mines nommé SCORE, il y a deux possibilités :

  • Soit refuser de le traverser,
  • Soit prendre le risque de l’explorer et de désamorcer les mines.
  • Le Cartel intersyndical du personnel de l'Etat et du Secteur subventionné, a fait son choix : il explorera ce terrain, pour vous permettre de le connaître, et si nécessaire de le traverser, pour défendre la cause de l’ensemble de la fonction publique, pour que toutes et tous, nous portions la lutte au bon endroit avec des éléments concrets et factuels, pour nos salaires, pour nos conditions de travail. Mais jamais, je dis bien jamais, nous n’accepterons de nous soumettre à une quelconque clause de confidentialité. Car nous avons tous le droit de savoir,
  • sans attendre la fiche de salaire de 2016.
  • Dans son discours d’investiture, le Conseil d’Etat dresse les louanges du partenariat social, il dit qu’être suisse, c’est « négocier avant de décider ». Eh bien Madame et Messieurs les Conseilllers d’Etat, transformez ces belles paroles en actes !
  • La soupe à la grimace n'est pas une fatalité, la soupe doit être la meilleure pour la fonction publique !


Patrick Flury Président du Cartel

policier en colère-1160989.jpg

 

policier en colère-1019876.jpg


Discours de  Monsieur Albert Anor ( membre du comité directeur du SSP-GE)

Chers collègues bonjour à tous, nous sommes au moins 4'000 manifestants !
 
Cette manifestation n’est pas le début de la mobilisation, une première pétition de la fédération des enseignants genevois avec plus de 2'000 signatures à déjà été remise au conseil d’Etat (CE).

Notre mobilisation a déjà donné des résultats, elle a fait reculer le CE sur la séparation entre le CO et le PO, le CE a retiré ce point de SCORE.

Reste encore à clarifier le problème des salaires, tous les enseignants du secondaire en niveau 12 de SCORE c’est 1, 4% en moins pour les salaires ! Et que deviennent les 6, 3% du niveau 13 attribués au seuls enseignants du collège ? Seront-ils versés pour les basses classes ou simplement économisés ?
 
D’autre part, le CE à annoncé plus de souplesse dans le délais, nous ne sommes plus confrontés à la menace d’un projet de loi qui serait déposé fin juin, nous avons donc du temps pour amplifier la mobilisation et les obliger à négocier
 
Il y a un mot qui brûle les lèvres des conseillers d’Etat et c’est celui de « négociations », ils sont pour des échanges, des consultations, mais pas de négociation ! Pour notre part, nous sommes pour l’ouverture de négociations sur les conditions de travail pour des réévaluations des fonctions qui tiennent compte de la réalité du terrain, sur la base des revendications concrètes.
 
Derrière les discours rassurants et technocratiques des responsables du projet SCORE, il y a de la politique !
L’amélioration des services publics, des conditions de travail, des salaires et des emplois, des emplois surtout pour la jeunesse, a toujours été le résultat de luttes.
 
Nous assistons à un tournant dans la situation.
 
Les comptes 2013 affichent un excédent de 56 millions.
Les annuités seront versées…
 
Le CE déclare : « les charges de personnel et les dépenses sont maîtrisées » !
Pourtant l’élite du patronat, représentée par la Chambre de commerce et de l’industrie elle se déclare pour la poursuite de la baisse des impôts des grandes fortunes avec d’autres recettes libérales.
Le CE  répond de son côté : « Des choix courageux devront être faits » « nous examinerons toutes les pistes », en générale on sait où conduisent les pistes explorée par le gouvernement, directement à la fonction publique !
 
Les pistes étudiées portent sur la hausse du temps de travail (vers une annualisation généralisée), vers des « économies » dans les prestations et dans une baisse des salaires.
 
SCORE s’inscrit dans cette logique, le CE a expliqué lui-même qu’il fallait rapprocher les salaires de la fonction publique des salaires du privé. Qu’est-ce que cela veut dire lorsque l’on voit la nécessité d’augmenter les bas salaires, d’aller vers un salaire minimum de 4'000 francs, combien de salariés qui touchent moins de 4'000.- ? C’est inacceptable !
 
Et on voit le résultat avec SCORE, c’est la compression des bas salaires et la hausse des salaires des cadres dès là classe 27.
Et attention, ceux qui se croient « gagnants », ceux qui se croient être revalorisés par SCORE, c’est un leurre.
Sur les 110 millions environ d’indemnités et de primes, 44 millions au moins seront supprimés !
Les indemnités inhérantes à la fonction = 19 millions
la prime de gériatrie (inconvénient de service)= 4,7 millions
la prime EPM dans les HUG = 10 millions
 
D’autres indemnités seront partiellement conservées (quel pourcentage ?) :

Les indemnités de travail de nuit, du week-end, des jours fériés, des contraintes horaires…

Quelle diminution du salaire, lorsqu’on sait que ces indemnités, qui ne sont pas des cadeaux, sont partie intégrante des modestes salaires des soignantes et des aides soignantes ?

C’est inacceptable, ces primes ont été obtenues par le combat, elle découlent de négociations et aujourd’hui le CE prend la liberté de les supprimer, comme ça !
 
Chers collègues, pour conclure, je voudrais dire encore deux choses :

La mobilisation doit se poursuivre sur la durée. Aujourd’hui nous sommes 4'000, demain nous devrons être le double pour remettre au CE les milliers de signatures sur la pétition conjointe du SSP et des associations de police, plus de 4'000 signatures collectées à ce jour Nous convoquerons un nouveau rassemblement.
 
Enfin, nous devons veiller à maintenir notre unité et notre indépendance vis-à-vis de l’employeur, nous devrons éviter les pièges de la division que le CE n’évitera pas de dresser sur notre chemin.

Nous devons aussi donner la parole à la base pour décider de la suite et des modalités d’action à entreprendre, faudra-t-il faire grève ? c’est à vous de décider, il faudra donc convoquer des AG de secteurs et une AG de l’ensemble de la fonction publique pour prendre les décisions qui s’imposent.
 
Merci.
Albert Anor
Membre du comité directeur du SSP-GE

policier en colère-1160994.jpgpolicier en colère-1019885.jpg

policier en colère-1019892.jpg

policier en colère-1170020.jpg

policier en colère-1170033.jpg

policier en colère-1170011.jpg

 

policier en colère-1170058.jpg

policier en colère-1170082.jpg

policier en colère-1170084.jpg

policier en colère-1170089.jpg

policier en colère-1170103.jpg

policier en colère-1019913.jpg


 

Commentaires

Quelle honte cette manif.

Si nous étions riches, je n'aurais aucun soucis mais l'Etat de Genève croule sous les dettes. C'est colossal, nous pourrions nous approcher de la faillite.

Les fonctionnaires (et peut-être en suis-je) doivent se voir diminuer leurs salaires de minimum 5 à 10% pour les plus élevés. Et en cas de contestation, grève et toutes ces conneries d'enfants gâtés, au minimum blâme voir mise à pied sans solde. Ca commence à bien faire.

Écrit par : JDJ | 10/04/2014

Score Face et études de genre dans la fonction publique:
Le choc des photos le poids des maux.
où un ex leader de l'extrême gauche genevoise recyclé comité directeur SSP se pavane devant un ex syndicaliste du même SSP recyclé dans l'extrême droite .
Ray-Ban Tatoo et sage femme en colère: un Robo-Cop et une Bobo unis dans une nouvelle sainte famille pour enfanter une république des corpos.

Écrit par : briand | 10/04/2014

Salut Camarade
Merci pour toutes les photos
on va mettre tout cela dans notre base de donné Anti-Fasciste
il sont trop con
il ont mis des autocollants héhéhééh avec toutes les cameras qui viole la lois en ville hééhéhéh
les cons héhééhéhéhéé
j’espère que les sanctions vont suivre mais l’espoir est un truc de lâche.

Écrit par : fliquesporcsassasins | 10/04/2014

@Demir Sönmez

Il serait dommage de vous voir risquer des ennuis en laissant un un pseudo aussi crasseux que "fliquesporcsassasins" sévir dans votre blog.

Bonne soirée

Écrit par : Patoucha | 10/04/2014

Les commentaires sont fermés.