27/04/2014

Sortie réussie du Bureau du Conseil municipal de la Ville de Genève à la Landsgemeinde d’Appenzell

 

Sortie réussie du Bureau du Conseil municipal de la Ville de Genève à la Landsgemeinde d’Appenzell, du vendredi 25 au dimanche 27 avril 2014.

3 jours pour mieux comprendre l’une des deux (il y a encore Glaris) dernières traditions de la démocratie directe dans un canton suisse.

 

Belle réception par les autorités locales d’Appenzell-Dorf, cours de fabrication de pain d’épice (bärli-biber), dégustation de fromage d’Appenzell sous toutes ses formes, y compris les célèbres fondues (14 sortes) et des autres produits locaux, charcuterie variées et gâteaux crèmes et fruits, tout cela accompagné de bières locales et de vin suisses et autrichiens.

 

Rencontre des Genevois avec le Président de la Confédération, Didier Burkhalter et son épouse Friedrun Sabine, tous les deux disponibles et souriants et en passe de gagner le cœur des petites et petits Appenzellois.

 

Une météo alternée, dans le réchauffement des cœurs, au travers de quelques gouttes de pluie dansant sur les parapluies !

 

Quelques mots sur la Landsgemeinde (tiré de l’encyclopédie Wikipédia :

La Landsgemeinde (littéralement en allemand : « Communauté rurale » ou « Assemblée du pays ») est une institution de démocratie directe que l'on trouve dans certains cantons suisses.

Son objectif est de résoudre des problèmes collectifs en réunissant les citoyens de la commune ou du canton. La Landsgemeinde s'inscrit dans cette tradition, en disposant toutefois de pouvoirs plus étendus. Une fois par an, généralement un dimanche de printemps, l'assemblée procède, sur la place du chef-lieu, à l'élection à main levée du président de la Landsgemeinde, puis du Landammann (président du gouvernement), de ses collègues du gouvernement, des représentants du canton au Conseil des États, des juges et de certains fonctionnaires. Les votations s'y déroulent également. Le résultat du vote est le fruit d'une estimation plutôt que d'un calcul précis.

Si la Landsgemeinde est introduite pour la 1re fois dans le canton d'Uri en 1231, elle n'existe désormais plus que dans deux cantons : Appenzell Rhodes-Intérieures et Glaris. Dans les communes, en revanche, elle est encore très répandue puisque 4/5e d'entre elles disposent d'une assemblée populaire en lieu et place d'un parlement et ce, principalement en Suisse alémanique. Mais l'absence du secret du vote — le vote à main levée permet de savoir ce que pensent les voisins ou les amis — ainsi que la durée (plusieurs heures) de la procédure conduisent les citoyens à se désintéresser de cette forme de participation directe. De plus, se pose le problème de l'absence à la Landsgemeinde en cas de maladie ou d'obligation inévitable. Dans ce cas, l'individu ne peut se rendre à l'assemblée et donc ne pas exécuter son droit de vote.

Appenzell-6040.jpg

Appenzell-6049.jpgAppenzell-6052.jpgAppenzell-6129.jpgAppenzell-6134.jpg
Appenzell-6152.jpg



Appenzell-6154.jpgAppenzell-6182.jpgAppenzell-6207.jpgAppenzell-6219.jpgAppenzell-6258.jpgAppenzell-6269.jpgAppenzell-6275.jpgAppenzell-6288.jpgAppenzell-6293.jpgAppenzell-6343.jpgAppenzell-6362.jpgAppenzell-6377.jpgAppenzell-6381.jpgAppenzell-6406.jpgAppenzell-6410.jpgAppenzell-6411.jpgAppenzell-6419.jpgAppenzell-6465.jpgAppenzell-6476.jpgAppenzell-6480.jpgAppenzell-6487.jpgAppenzell-6489.jpgAppenzell-6492.jpgAppenzell-6502.jpgAppenzell-6510.jpgAppenzell-6513.jpgAppenzell-6515.jpgAppenzell-6521.jpgAppenzell-6523.jpgAppenzell-6533.jpgAppenzell-6536.jpgAppenzell-6537.jpgAppenzell-6541.jpgAppenzell-6544.jpgAppenzell-6545.jpgAppenzell-6551.jpgAppenzell-6573.jpgAppenzell-6577.jpgAppenzell-6578.jpgAppenzell-6587.jpgAppenzell-6590.jpgAppenzell-6592.jpgAppenzell-6594.jpgAppenzell-6595.jpgAppenzell-6596.jpgAppenzell-6601.jpgAppenzell-6602.jpgAppenzell-6607.jpgAppenzell-6608.jpgAppenzell-6612.jpgAppenzell-6613.jpgAppenzell-6618.jpgAppenzell-6622.jpgAppenzell-6632.jpgAppenzell-6635.jpgAppenzell-6638.jpgAppenzell-6640.jpgAppenzell-6641.jpgAppenzell-6642.jpgAppenzell-6643.jpgAppenzell-6651.jpgAppenzell-6652.jpgAppenzell-6656.jpgAppenzell-6660.jpgAppenzell-6709.jpgAppenzell-6719.jpgAppenzell-6721.jpgAppenzell-6726.jpgAppenzell-6732.jpgAppenzell-6744.jpgAppenzell-6750.jpgAppenzell-6756.jpgAppenzell-6758.jpgAppenzell-6761.jpgAppenzell-6769.jpgAppenzell-6770.jpgAppenzell-6772.jpgAppenzell-6776.jpgAppenzell-6783.jpgAppenzell-6791.jpgAppenzell-6795.jpgAppenzell-6798.jpgAppenzell-6800.jpgAppenzell-6806.jpg



 

 

 

Lire la suite

25/04/2014

La Tulipe est l'emblème des Pays-bas et dans le monde entier

 


Lire la suite

24/04/2014

Hommage à Michel CHEVROLET !

Michel, Genève ne t’oubliera jamais!

DSC_1981.jpg

DSC_1991.jpg
DSC_1993.jpg
DSC_1999.jpg
DSC_2005.jpg
DSC_2009.jpg

DSC_2012.jpg

DSC_2015.jpg
DSC_2018.jpg
DSC_2020.jpg
DSC_2022.jpg
DSC_2023.jpg
DSC_2030.jpg
DSC_2032.jpg
DSC_2033.jpg
DSC_2041.jpg

DSC_2045.jpg

DSC_2048.jpg
DSC_2050.jpg
DSC_2056.jpg
DSC_2057.jpg
DSC_2059.jpg
DSC_2060.jpg
DSC_2062.jpg
DSC_2064.jpg

DSC_2065.jpg

DSC_2067.jpg
DSC_2069.jpg
DSC_2070.jpg
DSC_2081.jpg
DSC_2083.jpg
DSC_2084.jpg
DSC_2086.jpg
DSC_2091.jpg
DSC_2092.jpg
DSC_2094.jpg
DSC_2098.jpg
DSC_2099.jpg

DSC_2101.jpg

DSC_2105.jpg
DSC_2109.jpg
DSC_2111.jpg
DSC_2113.jpg
DSC_2117.jpg
DSC_2119.jpg
DSC_2122.jpg
DSC_2123.jpg

DSC_2125.jpg

DSC_2129.jpg
DSC_2130.jpg
DSC_2131.jpg
DSC_2133.jpg
DSC_2135.jpg
DSC_2136.jpg

DSC_2141.jpg

DSC_2142.jpg
DSC_2145.jpg
DSC_2147.jpg

DSC_2148.jpg

DSC_2149.jpg
DSC_2150.jpg
DSC_2151.jpg
DSC_2152.jpg
DSC_2158.jpg
DSC_2162.jpg
DSC_2166.jpg

Adieu Michel CHEVROLET!

 

DSC_2181.jpg

DSC_2188.jpg
DSC_2191.jpg
DSC_2195.jpg
DSC_2196.jpg
DSC_2199.jpg
DSC_2200.jpg

Pourriez-vous expliqué avec une phrase Michel CHEVROLET

DSC_2185.jpg

 

DSC_2184.jpg

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

 

copyright.jpg

 

14:22 Publié dans Amis - Amies | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

22/04/2014

CEVA: Le chantier du siècle

Depuis longtemps je pense à photographier le CEVA. J’ai demandé une autorisation. Aujourd’hui je suis allé à mon rendez-vous avec monsieur Anet qui m’a accompagné sur le chantier pour ma sécurité. C’est avec un casque, un gilet de sécurité et des bottes que nous avons visité le chantier de la future gare de Genève-Eaux-Vives. Monsieur Anet m’a expliqué comment le tunnel se creusera. Entre 500 et 1000 employés travaillent sur les chantiers du CEVA depuis le Bachet jusqu’au Foron, le chantier du CEVA est le chantier du siècle. Après la visite du chantier, je suis monté pour photographier la vue d’une grue. Tous les partis politiques et syndicats devraient aller visiter ce chantier, ils pourront en parler plus à propos. S’il me le permette je continuerai à photographier les autres chantiers pour vous.

 

Ceva-1020219.jpg

Ceva-1020220.jpg

Ceva-5581.jpg

Ceva-5587.jpg

Ceva-5594.jpg

Ceva-5598.jpg

Ceva-5601.jpg

Ceva-5602.jpg

Ceva-5610.jpg

Ceva-1020223.jpg

Ceva-1020227.jpg

Ceva-5619.jpg

Ceva-5621.jpg

Ceva-5631.jpg

Ceva-5633.jpg

Ceva-5670.jpg

Ceva-1020242.jpg

Ceva-5682.jpg

Ceva-5684.jpg

Ceva-5687.jpg

Ceva-5706.jpg

Ceva-1020244.jpg

Ceva-5723.jpg

Ceva-5736.jpg

Ceva-5739.jpg

Ceva-5745.jpg

Ceva-5759.jpg

Ceva-5818.jpg

Ceva-5819.jpg

Ceva-5823.jpg

Ceva-5824.jpg

Ceva-5828.jpg

Ceva-5836.jpg

Ceva-5840.jpg

Ceva-5759.jpg

Ceva-5761.jpg

Ceva-5762.jpg

Ceva-5785.jpg

Ceva-5792.jpg

Ceva-5803.jpg

Ceva-5808.jpg

Ceva-5813.jpg

Ceva-1020245.jpg

Ceva-1020248.jpg

Ceva-1020250.jpg

Ceva-1020252.jpg

Ceva-1020253.jpg

Ceva-1020255.jpg

Ceva-1020261.jpg

Ceva-1020269.jpg

Ceva-1020265.jpg

 

 www.photographygeneva.com


13/04/2014

Marche Noire: « Une meilleure justice pour tous »

Une cinquantaine de personnes se sont présentées au rendez-vous du 12 avril 2014 pour cette Marche Noire, organisée par l'Association « Main dans la Main, pour Eux ». Le point de départ était fixé au Tribunal d'Arrondissement de Montbenon à Lausanne.


Les manifestants se sont arrêtés à la Place de la Rippone pour une minute de silence, puis l'Association  a présenté le livre «  Je te salue Marie, ma fille » écrit par Antoine Schluchter, le père de la victime assassinée en mai 2013.
 
La Marche a repris sa procession pour se diriger au Tribunal Fédéral.
 
A l’arrivée, les participants sont montés sur les Marches, pour scander « Une meilleure justice pour tous ».

Conscient du fait que manifester sur les marches d'un bâtiment vide un samedi après-midi est symbolique, les participants ont été invités a signer une lettre adressée à la magistrature du Tribunal Fédéral.
 
Une chanson chantée par l'entourage d'une des victimes a été diffusée lors de la récoltes des signatures.
 
Cette manifestation c'est déroulée dans le calme et le silence en respect des victimes.

main à main-4810.jpg

main à main-4844.jpg

main à main-4854.jpg

main à main-4855.jpg

main à main-4863.jpg

main à main-4871.jpg

main à main-4913.jpg

main à main-4920.jpg

main à main-4938.jpg

main à main-4948.jpg

main à main-4951.jpg

main à main-4962.jpg

main à main-4962.jpg

main à main-4966.jpg

main à main-4974.jpg

main à main-4996.jpg

main à main-5007.jpg

main à main-5009.jpg

main à main-5018.jpg

main à main-5029.jpg

main à main-5047.jpg

main à main-5055.jpg

main à main-5061.jpg

main à main-5062.jpg

main à main-5066.jpg

main à main-5069.jpg

 

La  lettre adressée au Tribunal Fédéral.

L'Association Main dans la Main, pour Eux a organisé:

 

Une "Marche Noire" à Lausanne
le samedi 12 avril 2014
 

Par cette Marche Noire, nous demandons une meilleure protection et sécurité de la population ainsi qu'une meilleure application des lois et des peines.

Que le bien-être des délinquants ne passe plus avant la sécurité des citoyens car, cela fait gravement ressentir la faiblesse du système juridique suisse actuel qui nous donne trop cette impression, à nous habitants, d'être laissés pour compte.

En conséquence, nous réclamons fermement une reconnaissance du statut de victime par la justice.
 
Que cette même justice admette aussi que son fonctionnement n'est plus adapté, ni adéquat en regard de la société actuelle. Enfin, que cette même justice reconnaisse que son devoir est de rendre la priorité à ses citoyens contribuables, qui sont trop souvent des victimes oubliées et, réclament une sécurité adaptée et digne de ce nom.
 
Au nom de l'Association « Main dans la Main, pour Eux »
Amandine Lambercy, Présidente
 
  
Signatures des participants de la «Marche Noire» :


 www.photographygeneva.com

09/04/2014

Policiers en colère contre le proje SCORE!

policier en colère-1019824.jpg

policier en colère-1019826.jpg

policier en colère-1019829.jpg

policier en colère-1160815.jpg

policier en colère-1160817.jpg

policier en colère-1160824.jpg

policier en colère-1160831.jpg

policier en colère-1160833.jpg

policier en colère-1160835.jpg

policier en colère-1160840.jpg

policier en colère-1160845.jpg

policier en colère-1160849.jpg

policier en colère-1160852.jpg

policier en colère-1160855.jpg

policier en colère-1160861.jpg

policier en colère-1160871.jpg

policier en colère-1160874.jpg

policier en colère-1019838.jpg

policier en colère-1019846.jpg

policier en colère-1160891.jpg

policier en colère-1160892.jpg

policier en colère-1160895.jpg

policier en colère-1160905.jpg

policier en colère-1160916.jpg

policier en colère-1160926.jpg

policier en colère-1160927.jpg

policier en colère-1160936.jpg

policier en colère-1160943.jpg

policier en colère-1160952.jpg

policier en colère-1160953.jpg

policier en colère-1160976.jpg

policier en colère-1160983.jpg

Discours  de Monsieur Davide De Filippo, secrétaire général adjoint SIT 


La mobilisation qui débute aujourd'hui dans les services publics pour défendre les principes d'une politique salariale juste égalitaire n'est pas la lutte de quelques privilégié-e-s qui ne font que défendre leurs acquis: c'est une lutte que nous avons en commun avec l'ensemble des salarié-e-s du secteur privé, une lutte pour une meilleure répartition des richesses que les salarié-e-s produisent par leur travail, pour que chacune et chacun puisse vivre d'un salaire décent.

Le 18 mai prochain, le peuple votera sur l'initiative fédérale pour l'instauration d'un salaire minimum légal en Suisse. A Genève, ce sont 35'000 salarié-e-s qui pour un équivalent plein temps travaillent pour moins  de 4000.-.

35'000, c'est à peu près le même nombre de salarié-e-s qui travaillent dans les services publics cantonaux, qu'ils soient fonctionnaires ou travaillant dans le secteur privé subventionné. Cela signifie que pour chaque agent-e du service public, il y a un ou une travailleuses qui travaille dans la précarité.

Nous avons donc la responsabilité de témoigner notre solidarité à l'égard des ces travailleuses et travailleurs, dans les urnes et dans la rue.

Le défilé du 1er mai ne sera donc pas qu'une promenade traditionnelle de printemps, ce sera une manifestation de lutte pour le salaire minimum, l'expression d'une mobilisation des salarié-e-s pour ce combat. Contrairement à de nombreux secteurs privés où le 1er mai est un jour de travail normal, les membres des services publics ont obtenu il y a bien longtemps que ce jour soit un jour chômé. Nous avons donc la responsabilité d'y être, et d'y être massivement pour témoigner de notre solidarité dans notre lutte commune.
Alors, le 1er mai, tous et toutes dans la rue!

Davide De Filippo, secrétaire général adjoint SIT

 

policier en colère-1019884.jpg

policier en colère-1160977.jpg

Discours de Monsieur Patrick Flury Président du Cartel

Contrairement à la manchette de la Tribune de Genève d'hier qui affichait l'hésitation des fonctionnaires à manifester.

Votre présence, notre présence, ici prouve le contraire et prouve notre détermination.

Si le Cartel est aujourd'hui présent à vos côtés, c'est qu'il l’a décidé, en toute liberté, sans dogmatisme, dans l'intérêt d'une fonction publique unifiée et forte au service de Genève.

L’Assemblée des délégué-e-s du Cartel du 18 mars a appelé à la manifestation unitaire de ce jour, à l'unité syndicale dans le soutien des luttes sectorielles liées à Score.

Si certains fonctionnaires, préfèrent découvrir les impacts de Score à la lecture de leurs feuilles de salaire ! Nous, nous sommes ici !. Nous avons décidé de ne pas attendre, car c'est aujourd'hui et dans l'unité, que ce construit un rapport de force, et non demain, chacun isolé dans un coin.

Sur une zone de conflit syndical, devant un champ de mines nommé SCORE, il y a deux possibilités :

  • Soit refuser de le traverser,
  • Soit prendre le risque de l’explorer et de désamorcer les mines.
  • Le Cartel intersyndical du personnel de l'Etat et du Secteur subventionné, a fait son choix : il explorera ce terrain, pour vous permettre de le connaître, et si nécessaire de le traverser, pour défendre la cause de l’ensemble de la fonction publique, pour que toutes et tous, nous portions la lutte au bon endroit avec des éléments concrets et factuels, pour nos salaires, pour nos conditions de travail. Mais jamais, je dis bien jamais, nous n’accepterons de nous soumettre à une quelconque clause de confidentialité. Car nous avons tous le droit de savoir,
  • sans attendre la fiche de salaire de 2016.
  • Dans son discours d’investiture, le Conseil d’Etat dresse les louanges du partenariat social, il dit qu’être suisse, c’est « négocier avant de décider ». Eh bien Madame et Messieurs les Conseilllers d’Etat, transformez ces belles paroles en actes !
  • La soupe à la grimace n'est pas une fatalité, la soupe doit être la meilleure pour la fonction publique !


Patrick Flury Président du Cartel

policier en colère-1160989.jpg

 

policier en colère-1019876.jpg


Discours de  Monsieur Albert Anor ( membre du comité directeur du SSP-GE)

Chers collègues bonjour à tous, nous sommes au moins 4'000 manifestants !
 
Cette manifestation n’est pas le début de la mobilisation, une première pétition de la fédération des enseignants genevois avec plus de 2'000 signatures à déjà été remise au conseil d’Etat (CE).

Notre mobilisation a déjà donné des résultats, elle a fait reculer le CE sur la séparation entre le CO et le PO, le CE a retiré ce point de SCORE.

Reste encore à clarifier le problème des salaires, tous les enseignants du secondaire en niveau 12 de SCORE c’est 1, 4% en moins pour les salaires ! Et que deviennent les 6, 3% du niveau 13 attribués au seuls enseignants du collège ? Seront-ils versés pour les basses classes ou simplement économisés ?
 
D’autre part, le CE à annoncé plus de souplesse dans le délais, nous ne sommes plus confrontés à la menace d’un projet de loi qui serait déposé fin juin, nous avons donc du temps pour amplifier la mobilisation et les obliger à négocier
 
Il y a un mot qui brûle les lèvres des conseillers d’Etat et c’est celui de « négociations », ils sont pour des échanges, des consultations, mais pas de négociation ! Pour notre part, nous sommes pour l’ouverture de négociations sur les conditions de travail pour des réévaluations des fonctions qui tiennent compte de la réalité du terrain, sur la base des revendications concrètes.
 
Derrière les discours rassurants et technocratiques des responsables du projet SCORE, il y a de la politique !
L’amélioration des services publics, des conditions de travail, des salaires et des emplois, des emplois surtout pour la jeunesse, a toujours été le résultat de luttes.
 
Nous assistons à un tournant dans la situation.
 
Les comptes 2013 affichent un excédent de 56 millions.
Les annuités seront versées…
 
Le CE déclare : « les charges de personnel et les dépenses sont maîtrisées » !
Pourtant l’élite du patronat, représentée par la Chambre de commerce et de l’industrie elle se déclare pour la poursuite de la baisse des impôts des grandes fortunes avec d’autres recettes libérales.
Le CE  répond de son côté : « Des choix courageux devront être faits » « nous examinerons toutes les pistes », en générale on sait où conduisent les pistes explorée par le gouvernement, directement à la fonction publique !
 
Les pistes étudiées portent sur la hausse du temps de travail (vers une annualisation généralisée), vers des « économies » dans les prestations et dans une baisse des salaires.
 
SCORE s’inscrit dans cette logique, le CE a expliqué lui-même qu’il fallait rapprocher les salaires de la fonction publique des salaires du privé. Qu’est-ce que cela veut dire lorsque l’on voit la nécessité d’augmenter les bas salaires, d’aller vers un salaire minimum de 4'000 francs, combien de salariés qui touchent moins de 4'000.- ? C’est inacceptable !
 
Et on voit le résultat avec SCORE, c’est la compression des bas salaires et la hausse des salaires des cadres dès là classe 27.
Et attention, ceux qui se croient « gagnants », ceux qui se croient être revalorisés par SCORE, c’est un leurre.
Sur les 110 millions environ d’indemnités et de primes, 44 millions au moins seront supprimés !
Les indemnités inhérantes à la fonction = 19 millions
la prime de gériatrie (inconvénient de service)= 4,7 millions
la prime EPM dans les HUG = 10 millions
 
D’autres indemnités seront partiellement conservées (quel pourcentage ?) :

Les indemnités de travail de nuit, du week-end, des jours fériés, des contraintes horaires…

Quelle diminution du salaire, lorsqu’on sait que ces indemnités, qui ne sont pas des cadeaux, sont partie intégrante des modestes salaires des soignantes et des aides soignantes ?

C’est inacceptable, ces primes ont été obtenues par le combat, elle découlent de négociations et aujourd’hui le CE prend la liberté de les supprimer, comme ça !
 
Chers collègues, pour conclure, je voudrais dire encore deux choses :

La mobilisation doit se poursuivre sur la durée. Aujourd’hui nous sommes 4'000, demain nous devrons être le double pour remettre au CE les milliers de signatures sur la pétition conjointe du SSP et des associations de police, plus de 4'000 signatures collectées à ce jour Nous convoquerons un nouveau rassemblement.
 
Enfin, nous devons veiller à maintenir notre unité et notre indépendance vis-à-vis de l’employeur, nous devrons éviter les pièges de la division que le CE n’évitera pas de dresser sur notre chemin.

Nous devons aussi donner la parole à la base pour décider de la suite et des modalités d’action à entreprendre, faudra-t-il faire grève ? c’est à vous de décider, il faudra donc convoquer des AG de secteurs et une AG de l’ensemble de la fonction publique pour prendre les décisions qui s’imposent.
 
Merci.
Albert Anor
Membre du comité directeur du SSP-GE

policier en colère-1160994.jpgpolicier en colère-1019885.jpg

policier en colère-1019892.jpg

policier en colère-1170020.jpg

policier en colère-1170033.jpg

policier en colère-1170011.jpg

 

policier en colère-1170058.jpg

policier en colère-1170082.jpg

policier en colère-1170084.jpg

policier en colère-1170089.jpg

policier en colère-1170103.jpg

policier en colère-1019913.jpg


 

Plus de nature en ville pour plus de convivialité

 

Développer la nature en ville c’est favoriser la qualité de vie des habitants, Le canton, ville et les communes de Genève favorisent la biodiversité dans l’espace bâti pour donner plus de convivialité dans nos quartiers.

nature-3795.jpg

A GENÈVE, LA NATURE EN VILLE S'APPRÊTE À FLEURIR

Communiqué de presse conjoint du département de l'environnement, des transports et de l'agriculture (DETA) et du département de la culture et du sport de la Ville de Genève

 

nature-3826.jpg


Développer la nature en ville, c'est ramener de la biodiversité dans l'espace bâti afin de favoriser la qualité de vie des habitants. Grâce à l'engagement de nombreux acteurs, la nature en ville se concrétise encore un peu plus ce printemps, avec le lancement simultané de trois actions originales et innovantes : une exposition-promenade au Jardin botanique, un classeur de conseils pratiques pour les communes ainsi qu'un nouveau concours ouvert à tous. Ces actions encouragent à chaque échelle la réalisation de nouveaux aménagements qui favorisent la nature dans l'habitat pour plus de convivialité dans les quartiers.


La zone bâtie représente environ 30% du territoire genevois et elle tend à s'étendre à la faveur du développement de notre canton. Maintenir de la convivialité et de la verdure favorable à la nature sur ces surfaces est donc un enjeu important pour la qualité de vie des habitants.

C'est pour cette raison que le canton de Genève s'est engagé avec conviction en faveur du développement d'espaces favorables à la biodiversité dans l'habitat en lançant en juin 2013 le "Programme Nature en ville". Espaces de nature et de rencontre, toitures végétalisées, potagers urbains, haies indigènes ou prairies fleuries… voici quelques exemples des réalisations qui sont encouragées par ce programme. Pour les mettre en œuvre, de nombreux acteurs se mobilisent : propriétaires de jardins, groupes d'habitants, entreprises, associations et collectivités publiques. Les communes du canton et la Ville de Genève constituent ainsi des intervenants importants dans ce domaine. C'est aussi avec l'implication de ces acteurs que le développement de la nature en ville promu par le Canton de Genève franchit une nouvelle étape ce printemps, avec le lancement simultané de trois nouvelles actions.

Une exposition-promenade au Jardin botanique

Le parcours « Un hérisson en toute saison » est une exposition-promenade permanente installée en Terre-de-Pregny, dans l’enceinte des Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève. Il représente une vitrine des bonnes pratiques de la Charte des Jardins (voir encadré) et a été imaginé par le Jardin botanique avec les spécialistes de la nature en ville du Canton de Genève. Cet itinéraire agréable à parcourir avec une classe ou en famille présente les aménagements naturels où se déroule discrètement la vie des plantes et des animaux du jardin, au fil des saisons. Les haies, pierriers, souches d’arbres et autres petites structures - faciles à réaliser aussi dans un jardin privé - mettent ainsi en évidence la vie du lézard des murailles, du criquet mélodieux, de la carotte sauvage ou encore du hérisson. Une plaquette tirée du parcours a également été éditée afin d'accompagner les promeneurs durant leur visite. Richement illustrée, elle fournit aussi des conseils utiles à ceux qui souhaitent accueillir la nature dans leur jardin.

Un recueil de conseils pratiques pour les communes genevoises

Les communes sont des acteurs essentiels des mesures en faveur de la nature en ville. Elles ont l’expérience de la gestion des espaces publics et sont en contact direct avec leurs habitants, qu'ils soient amateurs d'espaces verts ou propriétaires de jardins. Afin de faciliter les actions communales dans ce domaine, le Canton de Genève a répertorié les mesures qui peuvent être mises en place à cette échelle en s’appuyant sur les principes de la Charte des Jardins - un outil à la fois simple, efficace et très bien accueilli par la population. Edité sous la forme d’un classeur distribué à toutes les communes genevoises, ce recueil constitue un catalogue très complet d’idées et de conseils pratiques pour favoriser la nature dans l’espace public et valoriser les actions qui sont entreprises.

Un nouveau concours ouvert à tous !

Enfin, pour favoriser l'émergence de nouveaux projets, un concours innovant est proposé à la population. Son objectif : permettre la réalisation d'aménagements urbains qui favorisent la nature, en apportant un soutien financier aux dossiers lauréats. Doté d'une enveloppe annuelle de 30'000 F grâce au mécénat de la Fondation Terrévent et de la Fondation du Parc Roger et Françoise Varenne, ce concours géré par le Canton de Genève est ouvert à tous. Pour l'édition 2014, les candidats peuvent soumettre les projets encore au stade d’idée jusqu'au 15 juin prochain. Le règlement du concours ainsi que toutes les informations utiles sont disponibles sur la page www.ge.ch/nature-en-ville/concours.

 
La Charte des Jardins

La Charte des Jardins est un "pense-bêtes" qui propose dix bonnes pratiques à adopter pour favoriser la nature dans un jardin. Ce n'est pas une liste d'exigences à remplir pour obtenir un label contrôlé, ni un document juridique, mais en engagement bénévole. La Charte des Jardins s'adresse notamment aux propriétaires de jardins, mais elle convient aussi très bien aux communes et aux entreprises. En effet, elle peut s'appliquer sur n'importe quel terrain, du grand parc au petit jardinet. Quel que soit le jardin, on peut cesser d'utiliser des pesticides, tondre différemment, pratiquer une petite ouverture dans sa barrière, éteindre l'éclairage extérieur quand il est inutile, et opter pour des plantes sauvages indigènes lorsque l'occasion de renouveler des plantations se présente. La Charte des Jardin compte plus de 400 adhérents à Genève.
Pour en en savoir plus : www.charte-des-jardins.ch

 

nature-3839.jpg

nature-3841.jpg

nature-3845.jpg

nature-3846.jpg

nature-3848.jpg

nature-3856.jpg

nature-3861.jpg

nature-3863.jpg

nature-3867.jpg

nature-3874.jpg

nature-3877.jpg

nature-3881.jpg

nature-3897.jpg

nature-3910.jpg

nature-3917.jpg

nature-3922.jpg

nature-3922.jpg

nature-3932.jpg

Interview M. Pierre-André Loizeau, Directeur Conservatoire et Jardine botanique de la ville de Genève

 

"A l'exception de deux postes, le parcours que nous proposons a été construit en installant des panneaux d’explication reprenant le texte de Pierre-André Magnin et Nicolas Derungs et les dessins de Yann Le Bris dans des endroits significatifs sans aménagement particulier. Le graphisme est dû à l’Atelier Schegg + O. Walker, l’installation des panneaux aux équipes du Jardinier-chef Nicolas Freyre, et plus particulièrement au secteur Dendrologie et Entretien du parc, conduit par Jean-Marie Robert-Nicoud. Dès lors certains d’entre vous risquent d’être surpris par la modestie de ce parcours. Les idées maîtresses sous-jacentes sont de faire prendre conscience que la nature a besoin d’espace, a besoin de tranquillité, a besoin de plantes indigènes, a besoin de permanence de certaines structures tout au long de l’année, sans pour autant que l’activité humaine ne puisse s’y développer. Dans ce Jardin botanique, parcouru tout au long de l’année par plus de 350'000 visiteurs, peut-être un peu moins dans la Terre de Pregny, il est possible de trouver des espaces répondant aux suggestions de la Charte des Jardins, et nous les avons matérialisés avec ces quelques panneaux explicatifs. 

 

Je vous encourage à faire ce parcours qui, s’il est modeste, révélera toute la richesse des animaux et des plantes qui vivent déjà là, qu’on pourra observer pour autant qu’on y passe un peu de temps à les observer un à un. Nous sommes un peu trop nombreux et la saison n’est pas encore assez avancée pour pouvoir faire ces observations aujourd’hui, mais je vous encourage à revenir un peu plus tard, notamment lorsque le pré de fauche sera en pleine floraison. Je vous souhaite une belle visite."

 nature-3939.jpg

 

nature-3943.jpg

nature-3950.jpg

nature-3963.jpg

nature-3973.jpg

nature-3977.jpg

nature-3983.jpg

nature-3977.jpg

nature-3983.jpg

nature-3984.jpg

nature-3996.jpg

nature-4000.jpg

nature-4002.jpg

nature-4003.jpg

nature-4009.jpg

nature-4017.jpg

nature-4117.jpg

nature-4122.jpg

nature-4123.jpg

nature-4124.jpg

nature-4126.jpg

nature-4130.jpg

nature-4134.jpg

nature-4137.jpg

nature-4141.jpg

nature-4145.jpg

nature-4151.jpg

nature-4155.jpg

nature-4160.jpg

nature-4168.jpg

nature-4174.jpg

nature-4217.jpg

nature-4221.jpg

nature-4239.jpg

nature-4245.jpg

nature-4250.jpg

nature-4263.jpg

 

abielle-4050.jpg

abielle-4109.jpg


06/04/2014

Plus de 25’000 gourmands à l’attaque du chocolat!

Pour le 10ième festival du chocolat plus de 25’000 gourmand du chocolat ont participé au festival, à cette occasion plus de 1’500 m2 de tente où les gourmand ont pu gouté à tous les chocolats fait par des artisans, des expositions diverses sur le chocolat des élevés en pâtisserie de 1ère, 2ème et 3ème année du canton de Genève, des lauréat à été remis au élevés qui ont exposé leurs travaux, Le festival du chocolat célèbre ses dix ans et ce clôture avec grand succès.

 

festival chocolat-3320.jpg

festival chocolat-3326.jpg

festival chocolat-3345.jpg

festival chocolat-3362.jpg

festival chocolat-3354.jpg

festival chocolat-3359.jpg

festival chocolat-3365.jpg

festival chocolat-3368.jpg

festival chocolat-3371.jpg

festival chocolat-3380.jpg

festival chocolat-3387.jpg

festival chocolat-3390.jpg

festival chocolat-3393.jpg

festival chocolat-3404.jpg

festival chocolat-3411.jpg

festival chocolat-3422.jpg

festival chocolat-3434.jpg

festival chocolat-3456.jpg

festival chocolat-3477.jpg

festival chocolat-3491.jpg

festival chocolat-3500.jpg

festival chocolat-3502.jpg

festival chocolat-3506.jpg

festival chocolat-3510.jpg

festival chocolat-3512.jpg

festival chocolat-3518.jpg

festival chocolat-3519.jpg

festival chocolat-3521.jpg

festival chocolat-3525.jpg

festival chocolat-3527.jpg

festival chocolat-3533.jpg

festival chocolat-3534.jpg

festival chocolat-3537.jpg

festival chocolat-3538.jpg

festival chocolat-3541.jpg

festival chocolat-3544.jpg

festival chocolat-3546.jpg

festival chocolat-3550.jpg

festival chocolat-3553.jpg

festival chocolat-3555.jpg

festival chocolat-3557.jpg

festival chocolat-3565.jpg

festival chocolat-3570.jpg

festival chocolat-3572.jpg

festival chocolat-3573.jpg

festival chocolat-3575.jpg

festival chocolat-3576.jpg

festival chocolat-3579.jpg

festival chocolat-3580.jpg

festival chocolat-3583.jpg

festival chocolat-3594.jpg

festival chocolat-3596.jpg

festival chocolat-3608.jpg

festival chocolat-3618.jpg

festival chocolat-3621.jpg

festival chocolat-3626.jpg

festival chocolat-3627.jpg

festival chocolat-3629.jpg

festival chocolat-3632.jpg

festival chocolat-3635.jpg

festival chocolat-3636.jpg

festival chocolat-3638.jpg

festival chocolat-3646.jpg

festival chocolat-3650.jpg

festival chocolat-3663.jpg

festival chocolat-3664.jpg

festival chocolat-3670.jpg

festival chocolat-3679.jpg

festival chocolat-3684.jpg

festival chocolat-3689.jpg

festival chocolat-3692.jpg

festival chocolat-3694.jpg

festival chocolat-3697.jpg

festival chocolat-3698.jpg

festival chocolat-3700.jpg

festival chocolat-3703.jpg

festival chocolat-3705.jpg

festival chocolat-3709.jpg

festival chocolat-3710.jpg

festival chocolat-3713.jpg

festival chocolat-3714.jpg

festival chocolat-3716.jpg

festival chocolat-3717.jpg

festival chocolat-3751.jpg

festival chocolat-3758.jpg

festival chocolat-3763.jpg

festival chocolat-3764.jpg

festival chocolat-3768.jpg

festival chocolat-3773.jpg

festival chocolat-3776.jpg

festival chocolat-3780.jpg

festival chocolat-3739.jpg

festival chocolat-3641.jpg

festival chocolat-3648.jpg

festival chocolat-3643.jpg


La fête est finie, 4000.- minimum pour toutes et tous!

Vendredi 4 avril sur le chantier des Cèdres de Cologny, 200 travailleurs ont organisé une pause prolongé avec le Sit, l’unia et Syna pour protester contre :

-    3 ans de bonne conjoncture dans le second œuvre romand
-    3 ans d’augmentations de primes d’assurance-maladie
-    3 ans sans augmentations de salaire

pendant cette pause prolongée tous le travailleurs ont décidé de reclamé une augmentation de leurs salaires, et un Oui pour l’initiative du salaire minimun de 4000.-

les trois syndicat ont organisé sur place une grillade, les travailleurs on passait leur pause dans une bonne ambiance.

 

L fete est finie-2292.jpg

L fete est finie-2298.jpg

L fete est finie-2315.jpg

L fete est finie-2325.jpg

L fete est finie-2327.jpg

L fete est finie-2329.jpg

L fete est finie-2334.jpg

L fete est finie-2336.jpg

L fete est finie-2343.jpg

L fete est finie-2350.jpg

L fete est finie-2382.jpg

L fete est finie-2385.jpg

L fete est finie-2394.jpg

L fete est finie-2423.jpg

L fete est finie-2441.jpg

L fete est finie-2447.jpg

L fete est finie-2450.jpg

L fete est finie-2456.jpg

L fete est finie-2465.jpg

L fete est finie-1160619.jpg

L fete est finie-1160622.jpg

L fete est finie-1160622.jpg

L fete est finie-1160655.jpg

L fete est finie-1160671.jpg


05/04/2014

Bas les masques, et brisons les chaînes aux bas salaires !

Le comité pour l’esclavagisme en Suisse manifeste contre le salaire minimum légal

Le comité pour l’esclavagisme en Suisse  a organisé une manifestation à Genève  cet après-midi pour rappeler à la population genevoise a nécessité de considérer l’esclavagisme comme forme de travail reconnue et légale.
 
Les employés refusent de se plier à la tâche de façon convenable et avancent de plus en plus de revendications inacceptables telles que de pouvoir bénéficier de jours de congés et même de semaines de vacances. Les heures supplémentaires sont contestées … et y’en a même qui prétendent bénéficier de droits syndicaux !
 
Et maintenant, comble de l’arrogance, voilà qu’ils se mettent à réclamer un salaire minimum légal. Et puis quoi encore ? Bientôt, il faudra aussi leur enlever les chaînes ?

 l'esclavagisme en Suisse - Genève-3001.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3024.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3031.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3048.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-1160713.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-1160715.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-1160718.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3065.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3078.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3080.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3082.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3084.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3087.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3092.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3093.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3109.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3119.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3122.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3123.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3126.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3135.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3140.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-1019564.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-1019570.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-1019571.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-1019572.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-1160709.jpg

Aux représentants des médias
 
OUI au Salaire Minimum à 4000 francs pour toutes et tous !
Juste, Nécessaire, Possible.
 
Dans le cadre de sa campagne en faveur de l’initiative fédérale pour un salaire minimum à 22 France de l’heure (4000 francs par mois), le Syndicat SIT a manifesté aujourd’hui pour dénoncer les bas salaires et le travail mal rétribué, dans une mise en scène faisant référence à une sorte « d’esclavage moderne ». Un défilé de quelques dizaines d’hommes et femmes masqué-e-s et enchainé-e-s a en effet traversé les Rues basses, lors d’une manifestation organisée par un prétendu « Comité pour l’introduction de l’esclavagisme en Suisse ». Bien entendu, il s’agissait uniquement d’une parodie, mais la réalité de l’exploitation éhontée de la force de travail est souvent plus proche de ce qu’on imagine …
 
D’ailleurs, les chiffres dénoncées par l’étude menée par le SIT en 2013 sur la base des données genevoises de l’enquête suisse des salaires 2010 de l’OFS (« 4'000.- Minimum pour tous ! », août 2013) confirment que Genève bénéficie d’une image surfaite quant aux conditions réelles de son marché du travail. En effet, malgré que Genève soit régulièrement classée parmi les villes les plus chères du monde, 10,67 % des salarié-e-s gagnent moins de 4000 francs bruts par mois ! Et à ce pourcentage il faut encore ajouter les salarié-e-s de certains secteurs économiques (l’agriculture, l’économie domestique et les emplois de solidarité) qui ne sont pas considéré-e-s par la base de données OFS. Dans les faits, ce sont donc 33’000 personnes qui gagnent moins de 4000 francs par mois à Genève, sur un total d’environ 210’000 emplois. Et alors que les salaires baissent (depuis 2004, les salaires moyens et médians de l’ensemble du secteur privé ont baissé passant respectivement de 42'442 francs annuels à 41'239 et de 43’335 à 42'372 francs annuels) les inégalités se creusent : les 10% de hauts salaires accaparent 30% de la masse salariale, tandis que les 30% les moins payés se partagent le 10% restant. Cette situation est inacceptable, et l’initiative pour un salaire minimum  légal sera un pas décisif vers une politique salariale plus juste et une plus grande répartition des richesses, ainsi qu’une véritable protection contre le dumping salarial.
 
L’action d’aujourd’hui a certainement choqué par la violence des propos et des images. De notre côté, nous sommes plutôt choqués par la réalité des bas salaires à Genève, et nous continueront à la dénoncer pendant les semaines qui nous séparent encore du vote sur l’initiative syndicale.
 
Bas les masques, et brisons les chaînes aux bas salaires ! Oui au salaire minimum légal le 18 mai.
 
Pour plus d’informations :
Giangiorgio Gargantini
secrétaire général adjoint SIT
Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs
 l'esclavagisme en Suisse - Genève-3148.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3151.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3158.jpg l'esclavagisme en Suisse - Genève-3156.jpg

02/04/2014

Messieurs Barazzone et Pagani: sont les jeux d’enfants, à l’île Rousseau?

Rénovation à l’île rousseau pendant 1 mois et demi, afin de rénover le revêtement du sol, pour les personnes à mobilité réduite, sans avoir penser aux jeux d’enfants.


Uniquement les adultes peuvent profiter de cette place touristique au milieu de Genève.

J’ai rencontré cette après-midi quelques familles avec des enfants, qui visitaient cette place avec ces cygnes et ces oiseaux.

Une maman, m’a expliqué que cette place était un lieu magnifique pour le publique genevois, mais au centre ville aucun lieu pour que les enfants puissent jouer.
Pourquoi sur cette île, il n’y a pas quelques jeux pour les enfants?

Les enfants apprécient d’avantage aller voir les cygnes et les oiseux au bord de l’eau, sur une place publique, ainsi  que d’aller au Pavillon de l’île Rousseau.

Adressé à Messieurs Barazzone, Pagani, et le conseiller administratif: “Les familles de la Ville de Genève demandent de construire un lieu d’épanouissement pour leurs enfants en pensant aux jeux.” 

 

ile re-1160520.jpg

ile re-1160512.jpg

ile re-1160510.jpg

ile re-1160514.jpg

ile re-1160516.jpg

ile re-1019484.jpg

ile re-1160538.jpg

ile re-1160556.jpg


01/04/2014

Des lacrymogènes pour défendre le Sommet mondial sur les matières premières..

Mobilisons nous contre la confiscation des matières premières par une poignée de multinationales sans scrupules!

Plus 500 personnes ont manifesté contre le «Sommet mondial sur les matières premières» qui se tient à l'Hôtel Beau-Rivage. Les manifestants ont défilé à la place St – François jusqu’à devant à l'Hôtel Beau-Rivage à Lausanne.

Pour la troisième année consécutive, le Beau-Rivage palace accueille, du 31 mars au 2 avril, le Sommet mondial des matières premières, où se réunissent sociétés de négoce, banques et investisseurs. En quelques années, la Suisse est devenue un acteur central du commerce mondial des matières premières. Des multinationales responsables de désastres sociaux et environnementaux comme Cargill, Archer Daniels Midland, Louis Dreyfus, GlencoreXstrata ou encore Vale bénéficient d’avantages fiscaux indécents sur le territoire suisse, privant ainsi les pays producteurs de leurs revenus. Les banques, en particulier la BCV - Banque Cantonale Vaudoise et le Credit Suisse, participent à ce pillage par l’intermédiaire de fonds spéculatifs.

Au printemps 2013, le précédent Sommet a suscité une vive opposition. Sous l’impulsion du Collectif contre la spéculation sur les matières premières, plus d’un millier de personnes ont défilé dans les rues de Lausanne sous le slogan «Les spéculateurs s’enrichissent, les peuples s’appauvrissent». Plusieurs centaines d’autres se sont retrouvées lors d’un contre-sommet lors duquel se sont exprimés des militants suisses et européens, éclairés de témoignages d’invités engagés dans des luttes dans des zones touchées au Congo, en Colombie et au Canada.

Revendications de Manifestant:

! Pour protester contre la tenue du sommet des affameurs et des pilleurs de la planète.

! Pour affirmer notre solidarité avec les peuples du monde entier, victimes de la rapacité des sociétés de trading.

! Pour l’abandon des privilèges fiscaux octroyés à ces entreprises.

! Pour exiger que soit mis fin à la spéculation sur les matières premières alimentaires.

! Pour la reconnaissance du droit à la souveraineté alimentaire.

! Pour que les multinationales domiciliées en Suisse respectent les droits humains et environnementaux partout dans le monde.

 

manif lausanne-1864.jpg

manif lausanne-1878.jpg

manif lausanne-1885.jpg

manif lausanne-1887.jpg

manif lausanne-1881.jpg

manif lausanne-1887.jpg

manif lausanne-1890.jpg

manif lausanne-1891.jpg

manif lausanne-1892.jpg

manif lausanne-1893.jpg

manif lausanne-1896.jpg

manif lausanne-1905.jpg

manif lausanne-1907.jpg

manif lausanne-1909.jpg

manif lausanne-1925.jpg

manif lausanne-1932.jpg

manif lausanne-1937.jpg

manif lausanne-1941.jpg

manif lausanne-1947.jpg

manif lausanne-1962.jpg

manif lausanne-1964.jpg

manif lausanne-1977.jpg

manif lausanne-1987.jpg

manif lausanne-1019408.jpg

manif lausanne-1019416.jpg

manif lausanne-1019421.jpg

manif lausanne-1620.jpg

manif lausanne-1627.jpg

manif lausanne-1662.jpg

manif lausanne-1675.jpg

manif lausanne-1682.jpg

manif lausanne-1695.jpg

manif lausanne-1704.jpg

manif lausanne-1710.jpg

manif lausanne-1713.jpg

manif lausanne-1734.jpg

manif lausanne-1739.jpg

manif lausanne-1764.jpg

manif lausanne-1776.jpg

manif lausanne-1786.jpg

manif lausanne-1790.jpg

manif lausanne-1793.jpg

manif lausanne-1803.jpg

manif lausanne-1819.jpg

manif lausanne-1829.jpg

manif lausanne-1831.jpg

manif lausanne-1832.jpg

manif lausanne-1837.jpg

manif lausanne-1840.jpg