15/05/2014

Fast-food: salaires minimums et droits syndicaux maintenant !

Communiqué de presse

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide

Fast-food: salaires minimums et droits syndicaux maintenant !
 

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1391.jpg


Dans plus de 150 villes des Etats-Unis et plus de 30 pays, les syndicats de la restauration ont répondu à l’appel de l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation (UITA) pour dénoncer les conditions de travail des employés de la restauration rapide. En Suisse, deux actions importantes ont été organisées par le syndicat Unia: à Zurich et à Genève. Les travailleurs des fast-food dénoncent les bas salaires de la branche et la stagnation de leur niveau depuis plusieurs années, tandis que les bénéfices millionnaires des multinationales du secteur augmentent sans cesse. Pour ces raisons, Unia se bat pour un salaire minimum de 22 fr. de l’heure et pour le respect du droit à l’information syndicale sur les lieux de travail. En attendant, les salariés appellent à voter OUI à l’initiative pour l’introduction d’un salaire minimum de 4000 francs le 18 mai.
 
Dans le monde entier, les travailleurs de la restauration rapide éprouvent des difficultés à subvenir aux besoins de leur famille. Ils et elles travaillent dur et devraient pouvoir prendre leur avenir en main et régler leurs factures. Mais ils n’y parviennent pas car ils ne sont pas suffisamment rémunérés. De plus en plus de travailleurs se joignent au mouvement en faveur d’une augmentation des salaires et de l’adhésion syndicale. D’une part pour qu’ils puissent satisfaire leurs besoins essentiels et améliorer les conditions de vie de leur famille et d’autre part pour renforcer leur communauté.
Aujourd’hui, jeudi 15 mai 2014, les travailleurs de la restauration rapide des Etats-Unis se sont mis en grève dans plus de 150 villes du pays pour dire aux géants du secteur que les bas salaires sont une entrave à la croissance économique et à la cohésion sociale. Dans tous les pays du monde, les travailleurs sous-payés veulent un salaire équitable et la prospérité pour tous. Soit les mêmes revendications que celles avancées par les travailleurs aux Etats-Unis.
A Genève, plus d’une centaine de personnes, militants de plusieurs organisations syndicales et politiques, ont répondu à l’appel d’Unia, et se sont rassemblées symboliquement sous la statue de l’immigré dans la zone piétonne de la rue du Mont Blanc. Les représentants des travailleurs qui sont intervenus ont demandé un salaire minimum de 22 fr. de l’heure et davantage de droits syndicaux sur les lieux de travail. Par la suite, un petit cortège à «visité» les fast-food de cette rue pour transmettre une lettre de revendications aux directeurs.
 
La bonne santé économique des multinationales de la restauration rapide permettrait déjà de payer des meilleurs salaires aux employés. Quelques exemples: McDonald’s: 7'800 employés, chiffre d’affaire de 780 millions de francs; Autogrill: 1'300 employés, chiffre d’affaires de 170 millions de francs; Burger King: 1'100 employés, chiffre d’affaires de 250 millions de francs; Starbuck’s: 700 employés, chiffre d’affaires de 170 millions de francs. Cependant, McDonald’s a dépensé en 2013 presque 50 millions de francs pour la rénovation de ses restaurants, tandis qu’’en Suisse, ses employés ont vu leurs salaires augmenter depuis le 1er janvier 2014 de seulement 7 francs brut par mois, et cela après plus de 8 ans de stagnation des salaires minimums de la branche.
 
Autre revendication: le droit à l’information syndicale. Sur le modèle de l’accord intervenu entre Unia et Domino’s Pizza en 2013, le syndicat réclame aux sociétés de restauration rapide l’accès aux lieux de travail afin d’informer les travailleurs sur leurs droits, et la possibilité d’avoir des espaces d’affichage.
 
Dernier point: la lutte contre la précarité. Trop de jeunes travaillent dans ces entreprises avec des contrats extrêmement précaires, très souvent sans avoir un minimum d’heures garanties, et pour de salaires bruts de 18,72 francs de l’heure. Unia demande des contrats avec un minimum d’heures de travail et des meilleurs salaires.
 
Renseignements:
Umberto Bandiera, responsable hôtellerie-restauration  Unia Genève

 

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-2.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-3-2.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-3.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1297.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1314.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1317.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1320.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1328.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1333.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1340.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1349.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1365.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1371.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1378.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1389.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1393.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1401.jpg

Journée internationale d’actions des travailleurs de la restauration rapide-1418.jpg

www.photographygeneva.com

Les commentaires sont fermés.