25/07/2014

Déclaration de Demir Sönmez à l’opinion publique Genevoise

Ces derniers temps, je suis souvent interpellé dans la rue sur les revenus que je tire de mes activités de journaliste et de photographe. Comme cette question est devenue récurrente et certain-e-s croient apparemment que je gagne beaucoup d’argent par ce biais, j’ai décidé de faire une déclaration publique et partager les informations suivantes avec mes lecteurs-lectrices. 

J’ai commencé mes activités dans les domaines précités en 2006. J’ai publié mes articles, photos et enregistrements vidéo par l’intermédiaire de multiples outils de communication que j’utilise (mon blog de la Tribune de Genève, Facebook, Twitter, Plus Google, Linkedin, sites internet et près de 12 mille courriels). Ainsi, je partage mes informations, en moyenne, avec des dizaines de milliers de personnes par jour.

Il est vrai que ces activités me prennent beaucoup de temps (4h à 16h de travail par jour), car je suis 3 à 5 événements par jour.

 

Entre 2006 et 2012, j’ai travaillé pour les collectivités publiques (avec des contrats temporaires) et j’ai également utilisé (et épuisé depuis juin 2014) mes droits à l’indemnité de chômage.

 

D’aucuns pensent que je gagne ma vie avec mes activités de photographe. Comme chacun le sait, la photographie constitue un des éléments importants de la mémoire collective. En tant que photographe, mon but est d’enregistrer dans la mémoire historique les témoignages de notre époque pour les générations futures.

Depuis le 1er janvier 2012, j’ai l’autorisation de travailler comme photographe indépendant. Mais, les événements que je couvre sont organisés en général par le milieu associatif qui tire la langue et les entités qui ont de l’argent rechignent bien souvent pour ne pas me payer. Pire, ce qui me blesse le plus, certaines personnes ou entités utilisent mes photos, sans demander mon autorisation et sans me payer bien qu’elles aient les moyens. Les rares fois que je reçois de l’argent pour mon travail de photographe ne constitue pas un salaire pour vivre (environ 6 Frs/jour, selon ma déclaration d’impôt de l’an dernier). Comme je refuse d’entrer dans le système d’assistanat (Hospice général), c’est grâce à la solidarité de ma famille et quelques ami-e-s que je survie.

 

Toutes mes démarches pour trouver un emploi fixe ont échoué ou sont restées sans réponse. Ce qui est également extrêmement blessant et pour moi incompréhensible, c’est le silence assourdissant des personnes et institutions avec lesquelles j’ai eu des collaborations étroites pendant de nombreuses années. Comme le dit le dicton populaire, c’est dans la pratique qu’on apprend le mieux et qu’on connaît les vraies ami-e-s.

 

Je saisis cette occasion pour remercier encore une fois à toutes personnes et institutions qui m’ont apportées leur soutien. Et à vous cher-e-s lecteurs/lectrices pour votre fidélité.


Demir_portait_2_NB.JPG

photo: Patrick Flury



www.photographygeneva.com

 

 

Commentaires

Quant on pense au "réseau" que vous devez avoir de par votre activité, surtout dans les milieux de gauche, ceux là même qui prônent la solidarité envers les réfugiés, les peuples opprimés et les défavorisés de toute sorte, mais qui lorsqu'il s'agit de fournir une aide concrète à une personne proche sont incapables d'agir. C'est assez pathétique.
Bonne chance à vous.

Écrit par : Roby | 25/07/2014

Bonjour,
très touchée par votre déclaration !
La photographe est un noble art et celui du photojournalisme encore plus noble.
Par contre, je ne savais qu'il fallait une autorisation pour devenir photographe indépendant ? Est-ce comme la carte de presse pour les journalistes du milieu de l'écrit ?

Je vous souhaite de continuer dans votre merveilleux métier et je vous adresse mes vives salutations

Écrit par : Lydia Hoffmann | 25/07/2014

Cher Demir,

Votre sincérité est tout à votre honneur! Je salue votre courage et votre témérité. Si la photographie, d'un point de vue culturel, est une activité très enrichissante, il est cependant très difficile, pour ceux qui la pratiquent de vivre de leurs talents.

Je vous souhaite de pouvoir poursuivre sur cette voie et vous adresse mes meilleurs messages.

Écrit par : Vincent Barbey | 25/07/2014

Bah, pour ces gens-là, un photographe est un artiste, ce qui n'est pas faux, mais vu comme sont considérés les artistes de nos jours...

Je n'aime pas forcément tout ce que vous faite Demir, mais je vous soutiens dans votre démarche, parce qu'elle montre des choses parfois que les autres ne montrent pas.

Vous devez protéger vos photos, de façon à ce qu'elle ne soient pas utilisées sans consentement, ce sont vos droits d'auteur.

Écrit par : Jmemêledetout | 25/07/2014

Courage, Demir et tous mes voeux !

Après la pluie revient toujours le beau temps, non ?

La roue finira bien par tourner, aussi pour vous !!

Écrit par : A. Piller | 26/07/2014

Bonsoir Demir, on a du se croiser une ou deux fois durant ces derniers mois en des lieux de combat démocratique. Votre persévérance par tous les temps et face à l'adversité du chômage font d'un vous un combattant authentique de la cause humaine sans discrimination de race, de culture, ou de religion. Nous autres blogueurs et blogueuses avons cet esprit assez libre pour s'évader des contingences matérielles et offrir de la gratuité à nos lectrices et lecteurs. Tout ce qui est gratuit n'est pas insignifiant au contraire de ce que pensent beaucoup de gens dans ce monde matérialiste qui ne juge que par la valeur pécuniaire d'une oeuvre. D'autres avant nous on agit dans la même indifférence collective et individuelle de nos difficultés financières. Ils n'ont pas abdiqué à leur passion et sont, pour certains et certaines, devenus des références bien des dizaines d'années après leur disparition. L'essentiel est de mener le combat que l'on pense juste, de créer selon notre imagination artistique.

Je vous souhaite le meilleur pour la suite de votre activité blogueuse en espérant que vous trouverez quelques contrats rémunérés. Vous êtes précieux à Genève et Vaud, à la blogosphère, et aux manifestants qui, tels des ombres anonymes, ne seraient pas médiatisés de si belle manière si vous et quelques autres n'existaient pas pour couvrir cette actualité parfois déchirante.

Écrit par : pachakmac | 26/07/2014

Bonjour Demir,

J'admire ta force de caractère et ta dignité. Je lis entre les lignes et j'avoue que tu as un sacré courage pour affronter tous les obstacles qu'on t'a mis sur le chemin.
Ta mise au point est absolument nécessaire pour taire les malveillants, les rumeurs et le imbéciles.

Moi, j'aime énormément ton travail, je trouve que tu n'es pas que photographe, mais Artiste-Photographe. Je m'explique: tu ne te contentes pas d'immortaiser les instants d'évènements, mais avec tes différents objectifs de l'appareil, tu sais nous montrer ce qu'il y a à voir, tu nous rapproche de l'objet pour mieux les apprécier. Le cadrage et la recherche d'une certaine composition dans le champ de vision procurent un véritable plaisir de yeux et des sens.
En tout cas, tes clichés sont de véritables tableaux. Je t'imagine en peintre, tu aurais les mêmes exigences esthétiques et communicationnelles.

Merci infiniment à toi Démir pour le magnifique livre de la mémoire collective que tu nous offres GRATIS sur ce blog. jamais, je ne me permettrais de piller une seule photo. Si j'en ai soudain le coup de coeur, je ne manquerai pas de t'écrire personnellement pour t'en demander l'autorisation.

Bonne continuation Démir avec mes meilleurs messages d'amitié.

Écrit par : Beatrix | 02/08/2014

Bonjour Demir,

Je vous remercie pour tout votre travail, même si je partage rarement vos idées militantes.

Votre travail est plus engagé politiquement que celui d'Haykel EZZEDDINE

http://planetephotos.blog.tdg.ch/

Mais je n'ai pas oublié le jour où vous reçu des coups d'un imbécile :

Un cocard qui reste sur ma tête !

Vous n'êtes pas découragé par l'ingratitude humaine, car vous savez bien que ce qui compte sera rétribué par Dieu !


Bonne continuation...



PS: @ Lydia Hoffmann

L'autorisation, c'est probablement celle de l'Office cantonal de l'emploi, du fait des indemnités de chômage perçues.

Écrit par : Lyonnais du 69 | 03/08/2014

Les commentaires sont fermés.