11/09/2014

Genève, Valais et Neuchâtel fêtent les 200 ans de leur entrée dans la Confédération

Genève, Valais et Neuchâtel  fêtent les 200 ans de leur entrée dans la Confédération 

DSC_4640.jpg

DSC_4666.jpg

DSC_4674.jpg

DSC_4690.jpg

DSC_4694.jpg

DSC_4721.jpg

DSC_4724.jpg

DSC_4726.jpg

DSC_4728.jpg

DSC_4734.jpg

DSC_4741.jpg

DSC_4751.jpg

DSC_4755.jpg

DSC_4758.jpg

DSC_4759.jpg

DSC_4761.jpg

DSC_4764.jpg

DSC_4766.jpg

DSC_4768.jpg

DSC_4769.jpg

DSC_4775.jpg

DSC_4785.jpg

DSC_4797.jpg

DSC_4803.jpg

DSC_4817.jpg

DSC_4829.jpg

DSC_4841.jpg

DSC_4843.jpg

DSC_4870.jpg

DSC_4881.jpg

DSC_4886.jpg

DSC_4899.jpg

DSC_4902.jpg

DSC_4917.jpgAllocution de Monsieur François LONGCHAMP, 

Président du Conseil d'Etat
 
A l'occasion de la célébration du
Bicentenaire de l'entrée de Genève dans la Confédération suisse,
A Berne, place fédérale, le 10 septembre 2014 à 13h25


Monsieur le Conseiller fédéral,

Mesdames et Messieurs les représentants des autorités cantonales,

Mesdames, Messieurs,
 
Ce que nous célébrons aujourd'hui, réunis sur la place fédérale, au fond, n'est pas un anniversaire. C'est bien plus que cela. En réalité, ce bicentenaire est un révélateur, voire un projecteur éclairant, non pas la Suisse d'il y a 200 ans, mais bien celle d'aujourd'hui.

Nous parlons, d'abord, d'un pays qui s'est redessiné en 1814  pour  stabiliser l'Europe. C'est l'instauration par les Empires d'un Etat-tampon, respecté pour sa neutralité, et renforcé dans ses frontières. Un Etat stabilisateur. Cet Etat, c'est la Suisse. Pas encore la Suisse contemporaine, qui naîtra en 1848. Mais bien, déjà, la Suisse moderne.  

En quoi cette Suisse pouvait-elle alors rassurer les Etats voisins ? Ce n'est pas sa taille qui en imposait mais son système. La Prusse, la Savoie, l'Autriche et la France d'un Napoléon au crépuscule, mais craint comme on peut craindre un animal blessé ; ces voisins royaux ou impériaux répondaient à des pouvoirs souverains et centralisés. Par essence, le sceptre et la couronne ne se partagent pas.

La Suisse pour sa part avait imaginé et mis en pratique la cohabitation des souverainetés, le pacte d'assistance. La Suisse allait inventer encore la libre circulation entre ses Etats membres, et le principe de délégation des compétences. Les Etats fédérés se rapprocheront si bien que, 34 ans plus tard, ils aboliront  entre eux les droits de douane et frapperont monnaie commune.

Mesdames et Messieurs,

Nous parlons, ensuite, de trois cantons qui se sont fondus dans une nouvelle nation pour en faire leur patrie.

La patrie, c'est le territoire de la nation, ce groupe humain conscient de son unité.  La patrie n'est pas un don mais une construction. Genève et ses enfants y ont leur part. Par exemple…

-      Charles Pictet de Rochemont a fait reconnaître par les puissances étrangères la neutralité et l'intégrité territoriale de la Confédération.

-      Guillaume-Henri Dufour a donné à la Suisse son drapeau, son armée, sa paix confessionnelle et même sa cartographie.

-      Louis Favre a percé les montagnes pour relier entre eux les hommes et les femmes de notre pays.

-      James Fazy a doté la Suisse d'un parlement bicaméral qui préserve la diversité cantonale.

-      Gustave Ador a obtenu le siège de la Société des Nations, ancrant  le destin de la "Suisse internationale par Genève".

-      Henry Dunant a donné au monde une conscience en initiant le droit humanitaire et les conventions dont la Suisse est dépositaire.

Nous parlons, enfin, d'une Suisse enviée, tenaillée parfois par ses contradictions mais solide. Et surtout, tellement diverse. Diverse par ses paysages de lacs et de montagnes; par la variété de ses villes et ses campagnes. Diverses par ses traditions locales. Diverses par les nations qui la composent. A Genève, ville construite par des étrangers, on compte près de 200 nationalités et toujours 60% de Suisses, car n'en déplaise à certains contempteurs, Genève reste suisse.

Mesdames et Messieurs, la nature du fil de ces 200 années, s'étirant de l'entrée de nos cantons dans la Confédération à l'instant que nous vivons ensemble pour se le rappeler, sa matière, c'est la diversité.

Notre système politique singulier fait de la coalition le principe et non l'exception. Ce système valorise les niveaux – commune, canton, Confédération – en prenant soin d'éviter, en principe, les redondances. Ce système n'est pas celui de la "démocratie directe": c'est celui du "pouvoir partagé."

Il importe que cette diversité demeure. C'est une protection et la seule attitude possible dans un monde de circulation immédiate. Il importe que les cultures demeurent. Leur réunion donne à la Suisse une identité. Il importe que l'on apprenne la langue de l'autre, dans ce pays, et résiste à la tentation de communiquer entre nous en anglais – langue à maîtriser pour d'autres usages. Il importe de chérir cet oxymore: la Suisse pluraliste est singulière!

Et de proclamer à nouveau ensemble:

Vive Genève! Vive le Valais! Vive Neuchâtel !

Et

Vive la Confédération suisse !DSC_4932.jpg

DSC_4943.jpg

DSC_4944.jpg

DSC_4978.jpg

DSC_4981.jpg

DSC_4998.jpg

DSC_5011.jpg

DSC_5016.jpg

DSC_5019.jpg

DSC_5021.jpg

DSC_5024.jpg

DSC_5026.jpg

DSC_5029.jpg

DSC_5030.jpg

DSC_5032.jpg

DSC_5035.jpg

DSC_5037.jpg

DSC_5046.jpg

DSC_5050.jpg

DSC_5054.jpg

DSC_5058.jpg

DSC_5062.jpg

DSC_5064.jpg

DSC_5067.jpg

DSC_5072.jpg

DSC_5079.jpg

DSC_5081.jpg

DSC_5086.jpg

DSC_5096.jpg

DSC_5109.jpg

DSC_5114.jpg

DSC_5120.jpg

DSC_5123.jpg

DSC_5124.jpg

DSC_5128.jpg

DSC_5137.jpg

Pour suivre les photos:

 

www.photographygeneva.com

09:50 Publié dans Fête, Genève, Histoire, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

Commentaires

Super Demir, merci pour ces belles photos!!

Écrit par : Sobanek | 11/09/2014

Il y a d'autres photos, mais Démir semble vouloir les mettre de coté !

C'est vrai, ces dernières dérange les "âmes" sensibles et socialistes !

Écrit par : Corto | 12/09/2014

Demir avant de pavoiser sur l'entrée des 3 derniers cantons dans la Confédération j'aimerai rafraîchir votre mémoire car le Valais par exemple n'avait jamais demandé son adhésion à la Confédération Helvétique. Suite au traité de Vienne de 1815 il fut forcé d'adhérer car en aucun cas les vainqueurs du criminel de guerre Napoléon 1er ne souhaitaient que les cols du Grand Saint Bernard et celui du Simplon ne tombassent dans les mains des successeurs du nabot.

Quant à moi, je ne participerai pas à ses festivités car je ne tiens nullement à croiser des ennemis déclarés du Valais comme le sont bien des habitants du pays des veaux et certaines gueules élastiques.

Demir mes amitiés et publie ce commentaire afin d'ouvrir un débat sur l'après 1815 voire la guerre du Sonderbund

Écrit par : Hypolithe | 12/09/2014

Les commentaires sont fermés.