09/10/2014

Les Kurdes n’abandonnent pas les rues

Si les manifestations des Kurdes pour protester contre les exactions de DAECH (organisation criminelle soutenue par les Etats de la région comme la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar) sont accueillies avec bienveillance dans le monde entier, elles sont durement réprimées en Turquie. En effet, les autorités turques ont décrété l’état d’exception dans 6 provinces et 9 villes et 22 manifestants ont été tués par les forces de l’ordre et une organisation paramilitaire appelée « Hizbullah ».

 

Les Kurdes se mobilisent également à Genève depuis trois jours pour protester contre le silence des gouvernements occidentaux et le manque du soutien efficace des forces coalisées. Ce sont les informations alarmantes faisant état des massacres à Kobane et des assassinats en deux jours de 22 manifestants en Turquie sont à l’origine de ces mobilisations. Malgré le sentiment de révolte compréhensible, les Kurdes gardent leur sang froid et manifestent dignement leur colère dans le respect des règles démocratiques. 

DSC_8200.jpg

DSC_8213.jpg

DSC_8222.jpg

DSC_8223.jpg

DSC_8224.jpg

DSC_8225.jpg

DSC_8243.jpg

DSC_8247.jpg

DSC_8254.jpg

DSC_8263.jpg

DSC_8267.jpg

DSC_8299.jpg

DSC_8328.jpg

DSC_8359.jpg

DSC_8367.jpg

DSC_8394.jpg

DSC_8401.jpg

DSC_8423.jpg

DSC_8430.jpg

DSC_8450.jpg

DSC_8464.jpg

DSC_8482.jpg

DSC_8499.jpg

DSC_8505.jpg

DSC_8509.jpg

DSC_8517.jpg

DSC_8517.jpg

DSC_8888.jpg

DSC_8891.jpg

DSC_8928.jpg

DSC_8930.jpg

DSC_8937.jpg

DSC_8941.jpg

DSC_8950.jpg

DSC_8981.jpg

DSC_8993.jpg

DSC_9004.jpg

 Pour suivre les photos:

www.photographygeneva.com

Commentaires

Le peuple Kurde est un peuple en voie d'extinction, pris entre les Turcs d'une part et Daesh de l'autre.
Les Kurdes n'ont pas le choix, ils doivent combattre pour leur survie.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 09/10/2014

Mes sources nous informent de tous les évènements contrairement aux vôtres les soi-disant pro-"palestiniens" HUMANISTES, gauchistes "COMPASSIONNISTES" à deux vitesses.

En réalité la Turquie soutient l’Etat islamique (EI) et combat les Kurdes
Posted On 09 oct 2014

Michel Garroté, réd. chef — Le régime islamiste turc ment comme à son habitude. Idéologiquement, même s’il prétend le contraire, il soutient l’Etat islamique. Quant aux Kurdes, il les considère – encore et toujours – comme ses ennemis. Le comble, c’est que la confrontation entre les Kurdes et les islamistes se propage également en Europe. Comme ils sont nombreux dans plusieurs pays européens, cela pourrait entraîner sur le Vieux continent des affrontements aussi graves qu’en Turquie.

Après une série d’attaques (insuffisantes) menées par la coalition internationale sous l’égide des USA, les combattants de l’organisation terroriste Etat islamique (EI) ont quitté une partie des positions qu’ils occupaient dans la ville kurde syrienne de Kobani au nord de la Syrie, mais globalement, ils progressent dans cette ville.

Les Kurdes, menacés par l’EI d’une éradication totale, ont annoncé qu’ils étaient prêts à reproduire l’exploit des héros de Stalingrad pour défendre la capitale de leur autonomie en Irak. Quant aux représentants des diasporas kurdes à l’étranger, ils ont déclaré la guerre aux doubles standards. En effet, ils considèrent l’aide d’Obama dans la défense de Kobani comme insuffisante et sont persuadés qu’Obama ne veut pas agir au détriment des intérêts de la Turquie. Ce pays est devenu un centre supplémentaire de résistance kurde, qui menace de s’étendre sur toute l’Europe.

Merab Chamoïev, chef de l’Union internationale des associations kurdes, qualifie les frappes aériennes contre les positions de l’EI de demi-mesures. C’est également l’avis du dirigeant du Kurdistan syrien, Salih Muslim, chef du parti de l’union démocratique, qui s’oppose à une opération terrestre turque en Syrie et demande à l’Occident de fournir des armes aux Kurdes syriens.

Avant cela, Salih Muslim avait formulé la même requête aux autorités turques, mais Ankara avait exclu toute fourniture d’armes aux Kurdes. Il n’est pas étonnant que le leader des Kurdes syriens se prononce contre une opération terrestre, plus résolument encore que Damas : l’expansion de la lutte contre l’EI se traduirait par une implication active de la Turquie dans les opérations.

Certains experts d’Ankara réfutent ce pronostic et affirment que la Turquie ne peut et ne veut pas faire entrer ses troupes sur le territoire du pays voisin. L’aile radicale du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) s’est engagée dans un conflit ouvert avec les autorités turques : une vague d’importantes manifestations frappe le pays. Les membres du PKK dénoncent la position trop passive d’Ankara vis-à-vis des événements à Kobani.

La récente déclaration du président turc Recep Tayyip Erdogan disant que « le PKK et l’EI représentent le même danger pour le pays » n’a fait que jeter de l’huile sur le feu. Les affrontements armés entre la police et les jeunes ont fait au moins 15 morts en Turquie. Un couvre-feu a été instauré dans six provinces de l’est de la Turquie, épicentre des manifestations kurdes. L’armée turque est même entrée dans certains quartiers d’Istanbul et de Diyarbakir, la capitale officieuse du Kurdistan turc.

Michel Garroté, réd. chef www.dreuz.info

http://fr.ria.ru/presse_russe/20141009/202656902.html

Écrit par : Patoucha | 09/10/2014

Allemagne : des centaines d’islamistes supporters de l’Etat islamique attaquent à la machette et au couteau des manifestants kurdes -
http://youtu.be/pviV4-F825w

vive les femmes kurdes
https://www.facebook.com/video.php?v=938730019477735&set=vb.100000222362537&type=2&theater

Écrit par : Patoucha | 11/10/2014

Les commentaires sont fermés.