28/11/2014

POST TENEBRAS ROM

Ce jeudi soir, sur le Bateau Genève, une fête célébrait la publication aux éditions d’en bas du livre Post Tenebras Rom d’Eric Roset. Fruit de 10 ans de travail auprès des migrants roms de passage à Genève, ce livre illustre avec beaucoup d’émotions la réalité du vécu des roms à Genève. Il est  très loin de l’image misérabiliste ou délinquante qu’une certaine presse s’évertue à mettre en avant et de celle véhiculée par des politiciens utilisant les roms à des fins électorales. Où étaient-ils d’ailleurs ce soir les politiciens et les journalistes, ceux qui parlent des roms sans les connaître ? Où étaient-ils les journalistes corrompus de Temps Présent tournant des reportages dégueulasses et xénophobes enseignant le mépris des roms ? Ils n’étaient pas sur le bateau genève, non,  ils n’étaient pas là. La moitié du public était composée de roms et l’autre moitié de genevois-e-s curieux de découvrir le travail d’Eric Roset,  d’aller au-delà des préjugés.

 

En première partie de soirée, Tiberiu, Mihail, Ilie, Sarita et Viorel ont parlé de leur migration, des difficultés et des joies qui ont parcouru leur trajectoire de migrants. Animé par Sylvain Thévoz, cet échange a permis de mettre en avant une réalité que les genevois ne veulent pas voir et de soulever le poids des préjugés.  Jean Richard, éditeur, Dina Bazarbachi, membre de Mesemrom, Stéphane Herzog et d’Eric Roset ont retracé la façon dont ce livre est né, remerciant la Ville de Genève, le Canton, la commune de Plan les Ouates, la Loterie Romande, pour leur soutien, avant que l’orchestre de Vagabontu et son Balamouk orchestra ne fasse lever tout le monde pour une soirée folle, où les frontières n’existaient plus, au son des cuivres et des claquements de mains.  

Achetez le livre d’Eric Roset, photographe, vous ne verrez plus jamais les roms de la même façon ! Et peut-être vous découvrirez-vous aussi autrement dans le miroir.

DSC_5790.jpg

 

POST TENEBRAS ROMS, Eric Roset, images de Roms migrants de passage à Genève, 2004-2014. Textes d’Eric Roset, de Dina Bazarbachi, de Sylvain Thévoz et de Stéphane Herzog., 222pages.

DSC_5768.jpg

DSC_5771.jpg

DSC_5775.jpg

DSC_5776.jpg

DSC_5779.jpg

DSC_5783.jpg

DSC_5792.jpg

DSC_5795.jpg

DSC_5797.jpg

DSC_5798.jpg

DSC_5802.jpg

DSC_5809.jpg

DSC_5818.jpg

DSC_5819.jpg

DSC_5827.jpg

DSC_5856.jpg

DSC_5861.jpg

DSC_5863.jpg

DSC_5866.jpg

DSC_5877.jpg

DSC_5885.jpg

DSC_5900.jpg

 

DSC_5902.jpg

DSC_5906.jpg

www.photographygeneva.com

15:46 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | | | |

Commentaires

Très joli Demir. J'ai pris la photo ou on est les trois, à bientôt
merci

Carlos Serra

Écrit par : carlos | 28/11/2014

@Demir le photographe, on vous aime sauf que.

Encore une fois ici vous vous fourvoyez
en faisant de la pub pour un photographe français faisant l'apologie de roms... en sens unique

quand tout genevois sait, pour y avoir été confronté directement ou pas,
que le problème des roms ne se résume pas à ce que ces photos françaises (ni d'autre nationalité) présentent

car ce livre n'expose ni l'exploitation par la mendicité ni la prostitution sexuelle
de tous mineurs roms
ni les raisons de l'incapacité des parents
à s'installer là où tous pays leur offrent pourtant toutes conditions (scolarité des enfants, allocations parentales, assistances médicales et psy, logement, etc)

Pour avoir été témoin de la prostitution de mineurs roms organisée par des roms en zone frontalière de Genève
Pour avoir été témoin de l'aide apportée en France frontalière aux femmes roms enceintes
Pour être contribuable payant des impôts contribuant au logement de roms sans droits
Pour être témoin de victime de roms, voleurs en bande organisée, de bijoux de vieux retraités
etc

Ce bouquin ne relate pas l'ensemble des réseaux type mafieux organisant, supportant et nourrissant ce système
qui sévit à Genève

Genève et zones frontalières où cette mendicité rom inclue bb et enfants en bas âge, qui est organisée en système de type maffieux, récoltant et ramassant les mendiants/mendiantes à heures fixes en zones frontalières, où ils résident en camps, système organisé entre Genève et le 74 et le 01 contre lequel nos autorités genevoises ne font rien

mais SYSTEME D'EXPLOITATION HUMAINE dont le bouquin de ce français de Lyon, Eric Roset, fait l'apologie

TOUT COMME VOUS le faites ici sur ces réseaux tdg.

Écrit par : pierre à feu | 28/11/2014

Un photographe français, des photos françaises, bouquin d'un français de Lyon, et puis quoi? Ah oui, le problème des Roms, la prostitution, les bandes mafieuses...
Pff
Moi j'ai vu de belles photos de gens dansant, riant, des hommes, des femmes, des enfants.

Écrit par : Karl Grünberg | 28/11/2014

Il y a, en effet, des gens bien dans toutes les populations du monde … mais il y a aussi des salauds qui les exploitent dans toutes ces populations. Mais les gentils préfèrent évidemment voir ceux qui leur ressemblent et les salauds préfèrent que leurs saloperies ne soient pas mises sur le devant de la scène.
Encore faut-il que les gentils acceptent que cette part de salauds soient dénoncés et s'abstiennent de s'en prendre à ceux qui les dénoncent parce que cela les obligent à ouvrir plus les yeux ou parce que cela arrange leurs affaires.

Écrit par : Mère-Grand | 28/11/2014

Mère-Grand et karl Grünberg

1) Impossible de croire les photos sur site en Roumanie ou en Bulgarie des roms, car aucune n'est certifiable de leur réalité

2) témoignages et photos de roms vivant illégaux en caravanes et autre habitat en zones frontalières CH/Fr: aucun contrôle réel ou n'aboutissant

3) beaucoup d'argent dépensé par les contribuables à leur soutien,

4) beaucoup d'argent amassé grâce aux vols des mineurs / à la mendicité et est prélevé par des réseaux roms (ici, on ne parle pas de maffia, mais de famille Rom appliquant les mêmes principes que ceux de la maffia italienne)

4) en France: toute femme rom enceinte (mineure ou majeure) est prise en charge à 100% par les contribuables (libre circulation dans l'UE oblige)

Écrit par : pierre à feu | 28/11/2014

Le "roi" Cioaba des rroms de Roumanie est décédé.
Où se trouvait votre photographe à ce moment là ?
Certainement pas à Istanbul, lieu du décès du "roi".
Immortaliser la richesse en or portée autour du cou par les femmes rroms, les voitures (Mercedes) flambant neuves, les costumes Gucci, Versace, etc.

Bon ... ce bouquin est un blanc sain pour les rroms et tant pis pour les détracteurs.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 29/11/2014

@pierre à feu
Je pense que vous m'avez mal compris (ou que je me suis fait mal comprendre), car je suis généralement d'un avis opposé à celui de Grünberg.

Écrit par : Mère-Grand | 29/11/2014

Pierre à feu, moi je signe de mon nom, au cas où vous en auriez... Eric est mon ami. Sa nationalité n'a aucune importance. Il a de longues années travaillé auprès de nos enfants, genevois, meyrinois en particulier... Vous n'êtes rien qu'un anonyme sans talent, contrairement à lui.

Écrit par : Pérez de Tudela Antoni | 29/11/2014

Les commentaires sont fermés.