15/01/2015

Ensemble pour dire que Dieu aime la vie et le rire au temple de la Fusterie!

Après les attentats contre Charlie-Hebdo à Paris il y a une semaine, un recueillement interreligieux a eu lieu au temple de la Fusterie avec la participation de la Plteforme interreligieuse de Genève qui compte plus de 22 entités religieuses dans son Comité et l'Appel Spirituel qui a été créé en 1990 et dont la charte a été lue en arabe et en français par 2 jeunes filles universitaires musulmaneetprotestante.

(www.aasg.ch) (http://www.interreligieux.ch)

Plus de 600 personnes de toutes religions, spiritualités et philosophies ainsi que des représentants politiques du canton, de la ville, un représentant du Vatican et Madame la Consule de France, des êtres humains en toute fraternité, se sont rassemblés serrés les un(e)s contre les autres dans le temple de la Fusterie plein à craquer pour dire NON à la barbarie, pour défendre la liberté d'expression et pour rendre hommage à toutes les victimes innocentes exécutées sauvagement par des barbares qui clamaient tuer au nom d'un "dieu" qui n'est pas le nôtre.

La lecture d'un message de la part du caricaturiste Hani Abbas syrien-palestinien qui a reçu le Prix du meilleur dessin de presse en 2014.

Entre chaque témoignage de la belle musique et du rire avec le très chaleureux caricaturiste Thierry Barrigue qui a honoré l'assemblée de sont esprit rieur et savoureux.


Cette célébration a été présidée par le modérateur de la compagnie des pasteurs et des diacres de Genève, Patrick Baud et animée par Pierre Farine (évêque auxiliaire de l’Eglise catholique romaine), Jean-Claude Mokry (Eglise catholique chrétienne), François Garaï (GIL), Yzhack Dayan (grand rabbin de la Communauté israélite de Genève) et Hafid Ouardiri (Fondation pour l’Entre-connaissance). Puisqu’il faut des dessinateurs de presse pour coller à l’actualité Thierry Barrigue côté suisse et le caricaturiste réfugié syrien Hani Abbas qui a reçu le prix du dessinateur de presse en 2014 ont participé à cette soirée mémorable. Enfin pour la partie musicale a été confiée à Vincent Thévenaz.

Parmi les personnalités j’ai relevé la présence de Madame Odile SOUPISON, Consule générale de France, M. Antonio DROIN, président du Grand Conseil, M. François LONGCHAMP, président du Conseil d'Etat, M. Sami KANAAN, Maire de la Ville de Genève, Madame Sandrine SALERNO, Conseillère administrative en charge du Département des finances et du logement, Manuel TORNARE, Conseiller National, Micheline Calmy-Rey,  ancienne Membre du Conseil fédéral suisse...

Un recueillement dont le but est de dénoncer tout crime commis au nom d’une religion. Rien ne justifie de tuer autrui et surtout pas à cause de dessins. Dieu n’a jamais interdit à l’homme de rire!

 

DSC_2280.jpg

DSC_2283.jpg

DSC_2304.jpg

DSC_2316.jpg

DSC_2327.jpg

DSC_2339.jpg

DSC_2342.jpg

DSC_2358.jpg

DSC_2373.jpg

DSC_2376.jpg

DSC_2387.jpg

DSC_2391.jpg

DSC_2397.jpg

DSC_2401.jpg

DSC_2404.jpg

 

 B-hani1[1].jpg

Message du caricaturiste Hani Abbas, Prix du meilleur dessin de presse pour le recueillement interreligieux du 14.01.2015 au Temple de la Fusterie, Genève :


 
Texte lu par Hafid Ouardiri, ami du caricaturiste
 
Il y a à peine une semaine aujourd’hui le monde entier a subit un choc tellurique suite aux crimes odieux commis par l’attaque terroriste contre le siège du journal Charlie Hebdo, dans une imprimerie et dans une épicerie « casher » à Paris faisant de nombreuses victimes innocentes, dont des caricaturistes, des employés, des policiers et de clients juifs un soir de Shabbat.
 
Dès les premiers instants, nous avons déclaré notre solidarité avec les victimes et notre condamnation la plus ferme de ces actes terroristes, aveugles, fanatiques et inqualifiables.
 
Ces actes veulent nous faire taire et constitue une atteinte grave et mortelle à la vie des gens.

Ces actes ont et auront des conséquences néfastes et négatives sur les communautés arabes et musulmanes partout dans le monde.

Ces communautés se sont toujours dressées contre ces actes criminels et les ont désavoué en manifestant dans plusieurs villes du monde pour dire haut et fort : NON au terrorisme, à la haine, à l’ignorance et au fanatisme barbare perpétrés en leur nom et à leur insu.
 
Elles veulent aussi dire qu’il n’y avait aucune justification pour tuer, exécuter sauvagement des innocents dans leur vie quotidienne. Il n’y a et il n’y aura jamais aucun prétexte pour justifier le terrorisme et le fanatisme et pour tuer au nom de Dieu ou d’une quelconque religion ou idéologie.
 
En tant que caricaturiste syrien et palestinien, je réitère ma farouche opposition et mon rejet total du terrorisme et du fanatisme de quelque bord qui soit, comme je dénonce toute atteinte à la vie des gens en raison de leurs idées.
 
Je présente mes sincères condoléances et offre toute ma compassion aux familles des victimes et à leurs amis et je vous assure que je continuerais à transmettre une image d’authenticité sur la civilisation de nos sociétés partout ou nous sommes et où que nous serons.
 
Notre combat est permanent pour soutenir nos causes justes et humaines.

Que la Paix de Dieu soit avec vous.

 

B-hani2[1].jpg

DSC_6353.jpg

DSC_2406.jpg

DSC_2410.jpg

DSC_2421.jpg

DSC_2423.jpg

Texte lu par Jean-Claude Mokry, curé de l’Eglise catholique-chrétienne de Genève lors du temps de recueillement organisé le mercredi 14 janvier au temple de la Fusterie à Genève.
Le sacrifice d’Abraham (Woody Allan)

Et Abraham s’éveilla au milieu de la nuit et dit à son fils unique Isaac :

« J’ai fait un rêve où la voix du Seigneur m’ordonnait de sacrifier mon seul enfant, aussi habille-toi en vitesse. »
Et Isaac trembla et demanda :

- « Alors, qu’as-tu répondu? Je veux dire quand il t’a annoncé tout ça?

- Que pouvais-je répondre? fit Abraham. Je suis là, à 2 heures du matin, en chemise de nuit, en face du Créateur de l’univers. Qu’est-ce que je peux dire? »
Isaac demanda des précisions :

- Il a bien dit qu’il veut que tu me sacrifies? »
Mais Abraham dit :

-  Le croyant ne pose pas de question. Maintenant, allons-y parce que je n’ai pas que ça à faire! »
Alors Sarah, qui avait écouté sans mot dire le projet d’Abraham s’échauffa et dit :
 

  • Comment peux-tu être certain que c’était bien le Seigneur, et pas un de tes farceurs de copains? Car il est dit que le Seigneur déteste les farces de mauvais goût, et que tout homme qui fait des farces sera livré aux mains de ses ennemis, même s’il refuse de signer le récépissé! »


Sur quoi Abraham répondit sans se démonter :
- Je suis bien certain que c’était le Seigneur ! Il avait une voix profonde, retentissante, bien modulée, et personne dans ce désert ne peut produire des hurlements comme ça! »
Alors Sarah dit :

- Et tu tiens à aller jusqu’au bout de ce projet ridicule?

Mais Abraham rétorqua :
- Franchement oui, car mettre en doute la parole du Seigneur est la dernière chose à faire, avec la situation économique actuelle!
Alors il emmena Isaac dans un endroit lointain et s’apprêta à le sacrifier, mais à la dernière minute, le Seigneur saisit la main d’Abraham et lui demanda :
- Comment peux-tu faire une chose pareille? »

Abraham protesta :

- Mais, c’est Toi qui m’as dit…
- Ne t’occupe pas de ce que je dis, énonça le Seigneur. Est-ce que tu avales tous les bobards qu’on te raconte?
- Euh… hé bien... non, dit Abraham, honteux.
- Alors, je te suggère par manière de plaisanterie que tu sacrifies ton propre fils, et toi, tu le fais aussitôt, sans discuter, sans te poser de question.

Et Abraham tomba à genoux :
- C’est que, Seigneur, avec toi, on ne sait jamais quand Tu plaisantes. »

Le Seigneur tonna :
- Aucun sens de l’humour ! C’est incroyable !
- Mais cela ne te prouve-t-il pas que je T’aime? J’étais prêt à tuer mon fils unique pour Te montrer mon amour… »

Et le Seigneur parla en sa grande sagesse :
- Ça ne prouve qu’une chose : que les crétins suivront toujours les ordres, si imbéciles soient-ils, pour peu qu’ils soient formulés avec une voix autoritaire, retentissante, bien modulée !
Là-dessus, le Seigneur ordonna à Abraham de prendre quelque repos et de se pointer à son bureau le lendemain à la première heure.

Woody Allan, Dieu Shakespeare et moi, Opus 1 et 2, Ed. Solar, trad.. Michel Lebrun, p. 45

DSC_6374.jpgDSC_2430.jpg

DSC_6387.jpg

DSC_2433.jpg

Le texte du Rabbin François  Garaï

Nous avons demandé au prophète Elie:

Que s'est-il passé dans l'espace divin ces derniers jours?

Il répondit:

Des gens sont arrivés avec leurs crayons et leurs plumes. Apprenant qu'ils étaient journalistes et caricaturistes, Dieu leur demanda de produire un hebdomadaire pour le faire sourire. Puis arrivèrent des policiers et des travailleurs qui se joignirent aux premiers arrivés, car ils avaient eux aussi des choses à dire.

Dans ce nouvel environnement, l'humour était d'une exquise délicatesse et les textes d'une grande profondeur. Dieu lisant Paradis hebdo, en apprécia la ligne rédactrice et surtout l'humour qui s'en dégageait.

Car Dieu aime l'humour.

Alors, poursuivit Elie, un éclatant sourire naquit en Dieu, diffusant une lumière étincelante de pureté, lumière qui réconforta les nouveaux venus.

Puis arrivèrent quatre personnes désorientées. Chabbat approchait, mais comment allaient-ils faire pour la sanctification du jour, sans bougies et sans vin?

Dieu les rassura et leur dit: même ici la joie du Chabbat est vécue, un Chabbat sans fin d'où vous pourrez, à tout moment, bénir les vôtres et les autres aussi.

Soudain trois hommes hagards, de noir vêtus, arrivèrent en courant, cherchant désespérément le paradis.

C'est ici, repartit Dieu.

Mais, répondirent-ils, cette lumière nous meurtrit. C'est un véritable supplice.

Il en est ainsi, dit Dieu. Ma lumière apporte la félicité aux justes et si elle vous blesse, c'est que vous avez agi contre moi.

Alors Dieu convoqua Mahomet, Jésus et Moïse. Ils arrivèrent, hilares, se moquant les uns des autres et brandissant leur autoportrait qu’ils avaient dessiné avec le crayon emprunté aux caricaturistes. Cela fit à nouveau sourire Dieu.

Dieu leur dit "enseignez à ces hommes les fondements de ma doctrine et qu'ils répètent: " La vie et la mort sont placés devant toi, tu choisiras la vie et tu vivras". Et qu'ils répètent aussi " Tu aimeras l'autre, fidèle ou infidèle ». Peut-être un jour, laisseront-ils se révéler mon reflet que j’ai mis en eux pour être, à leur tour, baignés de ma lumière.

Devant nos interrogations, Elie ajouta: Cette compassion divine vous étonne, mais elle est consubstantielle à Dieu car il est Amour.

Et que fait Dieu maintenant, avons-nous demandé au prophète Elie?

Il attend avec impatience le deuxième numéro de Paradis Hebdo car, décidément, il a pris goût à l'humour!

DSC_6394.jpg

DSC_2444.jpg

DSC_6337.jpg

DSC_6341.jpg

DSC_6344.jpg

DSC_6348.jpg

DSC_6350.jpg

DSC_6353.jpg

DSC_6360.jpg

DSC_6371.jpg

DSC_6396.jpg

DSC_6402.jpg

www.photographygeneva.com

Commentaires

Merci Démir pour ces photos qui illustrent un moment d'une sérénité et d'une force sans pareille durant lequel nous étions toutes et tous un seul et même être humain, un seul et même coeur pour dire en choeur vive la vie ensemble dans le respect et la joie.

Dieu qu'il fait bon se retrouver dans la chaleur de la fraternité pour avancer debout libres et sans peur pour vivre dans la dignité et la liberté en criant ensemble mort à la haine, à l'ignorance, à la violenve et à la barbarie.

Bien à vous toutes et tous pour toujours.

Écrit par : Ouardiri Hafid | 15/01/2015

Les commentaires sont fermés.