28/02/2015

Action contre le trafic de transit à la Jonction

Les habitants de la jonction sont descendus dans la  rue pour protester contre le trafic qui s’y déverse quotidiennement. Ils ont formé une chaîne humaine vendredi soir au bord de l’avenue Sainte-Clotilde depuis le Bd. Saint-Georges jusqu’à l’école Cité-Jonction .


JONCTION EN DOUCEUR

Le quartier de la Jonction est asphyxié par le transit automobile depuis l’ouverture de la ligne du tram 14. Les autorités ont pris de mauvaises décisions et la Jonction se retrouve envahie par les voitures, le bruit et la pollution. Le trafic de transit n’est pas canalisé sur les artères avec un gabarit adapté, comme la rue du Stand et le Bd St Georges qui sont aujourd’hui désertes. Au contraire, le trafic est dirigé dans les rues intérieures du quartier où le flot de voitures a explosé: On est passé de 6000 à 12000 voitures/jour à l’avenue Sainte-Clotilde !!! La situation est catastrophique: la rue est étroite et bordée par une crèche, la ludothèque, l’école Cité-Jonction, l’église, la maison du quartier. Chaque déplacement devient dangereux pour les habitants de la Jonction, notamment les personnes âgées et les enfants. Ajoutez à ces difficultés l’abandon de la zone 30 promise depuis 1997! Un constat s’impose: nos autorités ont oublié la population du quartier ! En octobre 2014, souvenez-vous, M. Barthassat avait demandé à la population son avis sur la mobilité; celle-ci avait clairement répondu en demandant moins de voitures. Mais rien n’a été fait pour soulager le trafic dans ce quartier !DSC_6014.jpg

DSC_6021.jpg

DSC_6023.jpg

DSC_6025.jpg

DSC_6029.jpg

DSC_6031.jpg

DSC_6032.jpg

DSC_6037.jpg

DSC_6039.jpg

DSC_6042.jpg

DSC_6051.jpg

DSC_6075.jpg

DSC_6080.jpg

DSC_6086.jpg

DSC_6087.jpg

DSC_6092.jpg

DSC_6096.jpg

DSC_6124.jpg

DSC_6128.jpg

DSC_6135.jpg

DSC_6137.jpg

DSC_6139.jpg

DSC_6140.jpg

DSC_6145.jpg

www.photographygeneva.com

Festival du Film et forum International sur les droits Humains dédié à Madame Razan Zaitouneh et aux victimes de Charlie Hebdo

 

13ème du Festival des Films et Forum International sur des  Droits d'humain cérémonie d'ouverture ont eu lieux le 27 fèvrier  2015 , salle Victoria Hall à Genève.

Cette soirée a été accompagnée par la présence de M. Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, M. Ridha Bouabid, Ambassadeur, Représentant de l’Organisation international de la Francophonie auprès des Nations Unies de Genève (OIF), Monsieur Claude Wild, Ambassadeur, Chef de la Division Sécurité humaine du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), Mme. ANNE Emery – TORRACINTA, Conseillère d’Etat Chargée du département de l’instruction publique, de la Culture et du sport (DIP), M. Sami Kanaan, le maire Ville de Genève, les député-e-s du Grand Conseil Canton de Genève et les conseillers Municipaux Ville de Genève.


Ainsi que les membres du Jury international et  Salle Victoria Hall se fut une journée historique plus mille personnes chères et chers amis des droits humains ont participé à la soirée du 13ème Festival du Film et Forum International sur les droit d'humain. 

Profondément bouleversé, le FIFDH exprime sa solidarité à la rédaction de Charlie Hebdo et rend hommage à toutes les victimes de ce massacre et à leurs familles. Parmi les morts figurent les dessinateurs et caricaturistes Cabu, Charb, Tignous et Wolinski. Ce dernier, armé de son talent, de son humour et de son seul crayon, était venu au FIFDH dénoncer la haine et les atteintes à la dignité humaine.

Le FIFDH œuvre pour la défense et le respect de la personne, dont la liberté d’expression est une des composantes essentielles. Avec ces meurtres, c’est la liberté d’expression, où le dessin et la caricature ont toute leur place, qui a été poignardée. L’hebdomadaire satyrique Charlie Hebdo a été partenaire du Festival entre 2008 et 2010.

Programme 2015

http://www.fifdh.org/site/programme-2015

 

DSC_6198.jpg

 

DSC_6159.jpg

DSC_6160.jpg

DSC_6163.jpg

DSC_6168.jpg

DSC_6169.jpg

DSC_6187.jpg

DSC_6245.jpg

DSC_6265.jpg

DSC_6271.jpg

DSC_6287.jpg

DSC_6335.jpg

DSC_6343.jpg

DSC_6372.jpg

DSC_6392.jpg

DSC_6407.jpg

DSC_6462.jpg

DSC_6509.jpg

DSC_6511.jpg

DSC_6512.jpg

DSC_6514.jpg

DSC_6516.jpg

DSC_6531.jpg

DSC_6533.jpg

DSC_6542.jpg

DSC_6543.jpg

DSC_6545.jpg

DSC_6548.jpg

DSC_6549.jpg

DSC_6551.jpg

DSC_6554.jpg

DSC_6556.jpg

DSC_6557.jpg

DSC_6559.jpg

DSC_6560.jpg

DSC_6561.jpg

DSC_6563.jpg

DSC_6566.jpg

DSC_6568.jpg

DSC_6571.jpg

DSC_6575.jpg

DSC_6580.jpg

DSC_6583.jpg

DSC_6584.jpg

DSC_6586.jpg

DSC_6587.jpg

DSC_6588.jpg

DSC_6589.jpg

DSC_6590.jpg

DSC_6591.jpg

DSC_6592.jpg

DSC_6597.jpg

DSC_6598.jpg

DSC_6599.jpg

DSC_6602.jpg

DSC_6607.jpg

DSC_6611.jpg

DSC_6612.jpg

DSC_6616.jpg

DSC_6619.jpg

DSC_6620.jpg

Pour voir la suite des photos ->

http://www.photographygeneva.com/lens_galleries/13eme-festival-du-film-et-forum-international-sur-les-droit-dhumain-2/

28'000 signatures: « Non à l’achat de drones israéliens »

"Aujourd'hui la pétition lancée par BDS CH et soutenue par une vingtaine d'organisations en Suisse,  contre le projet d'achat de drones israéliens dans le cadre du budget 2015 a été déposé à la Chancellerie à Bern. Plus de 28'000 membres de la société civile en Suisse ont envoyé un message clair au Conseil Fédéral: il faut renoncer à l'achat de 6 drones Hermes 900 produits par la compagnie ELBIT."

 

DSC_5812.jpg

DSC_5848.jpg

DSC_5852.jpg

DSC_5857.jpg

DSC_5860.jpg

DSC_5881.jpg


La remise des pétitions contre l'achat de drones israéliens

Derrière le Palais fédéral, à l'entrée de la Chancellerie fédérale, une foule bigarrée portant des banderoles et des panneaux et survolée de quelques drones en carton accompagnait la soixantaine de militants qui sont venus remettre au Conseil fédéral et au Parlement la pétition «Non à l'achat de drones israéliens".

C'est ainsi que BDS Suisse, avec le soutien d'une série de plusieurs autres organisations et de particuliers, a pu déposer les pétition portant les signatures des 28'878 personnes qui ont signé cette pétition.
Après deux brèves allocutions en allemand et en français, on a pu entendre les bruitage de plusieurs survols de drones et de tirs diffusés par des haut-parleurs, alors que des militants se laissaient fait tomber parterre, symbolisant les Palestiniens tués par les drones.
 
Le but de la pétition est de protester contre l'intention du gouvernement suisse et en particulier du Département militaire fédéral, d'acheter six drones de type Hermes 900 à la société d'armement israélien Elbit Systems dans le cadre du programme d'armement 2015.

En effet, par sa coopération militaire avec Israël et notamment par ses achats en matière d'armement, la Suisse collabore au maintien des violations du droit international de la part d'Israël.
La pétition a été activement soutenue par de nombreuses organisations et individus. Un grand nombre d'activistes ont aidé d'atteindre les près de 29 000 signatures récoltées. Nous tenons à remercier tous ceux qui ont contribué à ce succès, qui a permis d'attirer l'attention sur une problématique qui n'est pas encore suffisamment présente dans le débat public et parlementaire.

Nous demandons au Conseil fédéral qu'il renonce à l'achat de drones d'Israël et cesse la coopération militaire avec Israël tant qu'Israël poursuit ses violations du droit international. Cette remise de la pétition constitue une première étape réussie, mais la campagne contre cet achat de drones israéliens se poursuivra dans les mois à venir, elle fait partie de la campagne à plus long terme pour que la Suisse cesse toute coopération avec Israël en matière de défense et de sécurité.

DSC_5885.jpg

DSC_5891.jpg

DSC_5905.jpg

DSC_5916.jpg

DSC_5922.jpg

 

Aujourd’hui nous remettons la pétition « Non à l’achat de drones israéliens »  au Conseil Fédéral et aux membres du parlement.
 
28'000 membres de la société civile envoient un message clair : il faut renoncer à l’achat des drones  
HERMES 900 choisis par le Dép. de la défense, de la protection et du sport
 
1 : Les 28'000 signataires refusent que l’argent des contribuables finance  la compagnie ELBIT

-compagnie qui se vante d’avoir « testé leurs appareils sur le terrain » c’est à dire sur les Palestiniens à la fois cible et cobaye.

-compagnie qui met en avant l’augmentation de ses ventes et donc de ses bénéfices après chaque guerre meurtrière menée à Gaza

-compagnie qui collabore étroitement avec l’armée israélienne. 85% des drones utilisés par l’armée israélienne sont produit par ELBIT. L’été passé à Gaza, les Hermès 900  de l’armée israélienne ont effectué plus de  800 frappes en 51 jours détruisant maisons,  hôpitaux, écoles, et bâtiments de l’ONU. Ils ont été largement utilisés dans une guerre qui a causé la mort de  plus de 2200 personnes, en majorité des civils, en violation flagrante du droit international


Acheter des drones Hermès 900, même non armés, équivaut à récompenser une compagnie qui assiste l’Etat d’Israël dans ses crimes de guerre. Elbit est une compagnie qui tire profit d’une situation illégale, une compagnie qui soutient activement la politique israélienne d’occupation, de colonisation et d’apartheid ».

2. Les 28'000 signataires demandent à la Suisse de faire respecter le droit international

L’achat de drones israéliens, même non armés, va à l’encontre des obligations de la Suisse en matière de droit international. En tant que signataire de la 4ème Convention de Genève, la Suisse a l’obligation de faire respecter le droit international humanitaire dans les TPO, y compris à Jérusalem Est. Exiger la fin du blocus, protéger les droits de la population civile lors des combats, faire respecter les droits humains des Palestiniens, voilà ce que nous attendons de la Suisse. Elle ne doit donner « ni aide ni assistance à une situation illégale ».

3. Les 28’000 signataires affirment que l’achat des drones ELBIT, ne peut que renforcer l’impunité de l’Etat d’Israël et de sa politique de colonisation, d’occupation et d’apartheid.
 
Le Conseil Fédéral veut nous faire croire qu’il n’y a pas de contradiction entre l’achat des drones israéliens et sa politique étrangère au Moyen Orient. Il y a une énorme hypocrisie de la part de la Suisse et des grandes démocraties occidentales envers Israël. Elles critiquent mollement le triste record d’Israël en matière de violations des droits humains. Mais ces mêmes pays sont à l’affut de cette expertise militaire et sécuritaire « testé sur le terrain »  et ils achètent les armes israéliennes. Comment la Suisse peut-elle faire pression sur Israël pour que ce dernier se soumette au droit international et reconnaisse les droits légitimes des Palestiniens et des Palestiniennes si en même temps elle soutient activement l’industrie d’armement israélien et si elle collabore avec l’armée israélienne?

4. Les 28'000 signataires relaient un appel de la société civile internationale.

Puisque notre gouvernement oublie ses obligations, c’est à nous, membres de la société civile de les lui rappeler. Et nous ne sommes pas seuls dans cette démarche.  Un appel similaire a été lancé par 640 artistes et acteurs culturels en Suisse. De même, au niveau international 7 Prix Nobel et 64  personnes publiques demandant l’arrêt de toute coopération militaire avec Israël. 60'000 personnes ont signés cet appel

Au cours des dernières années, grâce à un travail intensif de la société civile dans le monde entier, plusieurs fonds de pension et banques, en particulier dans les pays scandinaves, ont décidé d'exclure la société Elbit Systems de leur portefeuille en raison de son implication dans les pratiques illégales d'Israël dans les Territoires occupés et dans les violations des Droits humains commis à ces occasions.

En décembre 2014 l’Etat brésilien du Rio Grande do Sol résilie un accord de coopération avec ELBIT suite aux protestations de la société civile et des syndicats.
 
Le droit international est du côté des Palestiniens et les Palestiniennes. Nous demandons  que la Suisse soit du côté du droit international.
 
Aujourd’hui nous déposons cette pétition, mais la campagne contre la collaboration militaire avec Israël  va se poursuivre jusqu’à ce qu’Israël se soumette au droit international et reconnaisse les droits légitimes des Palestiniens et les Palestiniennes.
 
BDS CH

 

DSC_5925.jpg

DSC_5932.jpg

DSC_5945.jpg

DSC_5992.jpg

L1270965.jpg

http://www.photographygeneva.com/lens_galleries/non-lachat-de-drones-israeliens/

21/02/2015

Carnaval genevois aux Bains des Pâquis

Un cortège festif et déguisé est parti de la place de la Navigation aujourd’hui vers 15h45 pour rejoindre le lac et les Bains des Pâquis et y brûler le Bonhomme hiver. Et dès 17h45, de nombreux épisodes marqueront le carnaval: à commencer par la partie officielle, le discours de Sami Kanaan, Maire de la Ville de Genève, l’intronisation de la reine, le bal, les feux d’artifice...Une belle journée aux Bains des Pâquis malgré le mauvais temps.

DSC_5380.jpg

DSC_5396.jpg

DSC_5400.jpg

DSC_5413.jpg

DSC_5430.jpg

DSC_5463.jpg

DSC_5478.jpg

DSC_5487.jpg

DSC_5506.jpg

DSC_5513.jpg

DSC_5518.jpg

DSC_5549.jpg

DSC_5584.jpg

DSC_5611.jpg

DSC_5616.jpg

DSC_5629.jpg

DSC_5636.jpg

DSC_5638.jpg

DSC_5645.jpg

DSC_5657.jpg

DSC_5665.jpg

DSC_5689.jpg

DSC_5694.jpg

DSC_5697.jpg

DSC_5727.jpgPour voir la suite des photos ->

http://www.photographygeneva.com/lens_galleries/carnaval-aux-bains-des-paquis/

16/02/2015

La colère monte en Turquie après le meurtre sauvage d'Özgecan Aslan

Oezgecan-Aslan-la-victime-de-trop_article_landscape_pm_v8.jpg

Pour de nombreux Turcs, c'est le crime de trop. La mort d'Özgecan Aslan, une étudiante de 20 ans violée, assassinée puis brûlée, a soulevé en Turquie une vague d'indignation qui tourne au procès contre le régime islamo-conservateur accusé d'incurie.

Depuis la découverte du corps de la jeune femme vendredi près de Mersin (sud), des milliers de personnes, femmes et hommes confondus, sont descendus dans les rues des grandes villes de Turquie pour exprimer leur colère et surtout dénoncer la recrudescence inquiétante dans leur pays des violences contre les femmes.

Lundi, les associations féministes ont appelé les Turques à porter le deuil et les réseaux sociaux débordent de messages de révolte exhortant les victimes à sortir du silence regroupés sous le mot-clé "‪#‎sendeanlat‬" ("‪#‎toi‬ aussi raconte" en turc).

"Cela ne peut plus continuer. L'agression et le meurtre des femmes sont devenus une banalité en Turquie", a regretté à l'AFP Bilge Dinler, une architecte d'Ankara portant un deux pièces sombre et des gants noirs.

Le présentateur-vedette de la chaîne d'information CNN-Türk, Hakan Celan, s'est associé au mouvement en s'habillant lui aussi en noir. "C'est un crime ignoble, je suis un homme et j'ai honte", a-t-il dit lundi à l'antenne.

Portée disparue le 11 février, Özgecan Aslan a été retrouvée morte deux jours plus tard dans une rivière de sa ville natale de Tarsus (sud).

Selon le récit de la presse locale, la jeune femme a été violée puis tuée à coups de barre de fer par le chauffeur du minibus qui la ramenait de l'université à son domicile. Aidé de deux complices, dont son propre père, le violeur présumé, Ahmet Suphi Altindoken, a ensuite coupé les mains de sa victime et mis le feu au corps pour faire disparaître toute trace d'ADN.

Rapidement identifiés, les trois suspects ont été interpellés par la police et sont passés aux aveux. Ils ont été inculpés et écroués dimanche.

Depuis l'enterrement vendredi de l'étudiante, les manifestations d'indignation se multiplient dans tout le pays et ont pris un tour très politique.

- Critique politique -

Comme elle l'avait fait en mai 2014 après la catastrophe minière de Soma (301 morts) pour critiquer sa responsabilité dans la course la course au profit, l'opposition a profité de ce fait divers pour mettre en cause le gouvernement.

Le chef de son principal parti, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), a directement attribué la hausse des violences faites aux femmes à la "morale" religieuse du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir depuis 2002.

"L'AKP est arrivé au pouvoir en arguant que la moralité avait subi de gros coups (...) mais la démocratie et la morale ont perdu beaucoup de sang toutes ces années", a déploré dimanche Kemal Kiliçdaroglu.

Le président Recep Tayyip Erdogan est un habitué des sorties polémiques sur les femmes. Récemment, il a ainsi estimé "contre nature" l'égalité homme-femme. Dans la même veine, le porte-parole du gouvernement Bülent Arinç s'était illustré avant lui en déconseillant aux dames de rire en public par "décence".

Selon les associations féministes, les meurtres de femmes ont nettement augmenté ces dix dernières années pour atteindre près de 300 cas en 2014.

Mis en cause, le gouvernement a rapidement réagi après le meurtre de l'étudiante.

Le chef de l'Etat a rendu visite à la famille de la victime avec ses deux filles, selon l'agence de presse gouvernementale Anatolie. Lors d'une réunion publique dimanche, le Premier ministre Ahmet Davutoglu a promis une "large campagne contre les violences faites aux femmes" et même de "briser les mains" de leurs auteurs.

Certains de ses ministres ont ouvertement évoqué l'hypothèse d'un rétablissement de la peine de mort, abolie en 2004 dans le cadre des réformes engagées pour la candidature de la Turquie à une adhésion à l'Union européenne (UE).

"Non pas en tant que ministre mais en tant que femme et mère, je pense que les crimes de ce genre peuvent être punis de la peine de mort. Nous pouvons en débattre", a ainsi déclaré la ministre de la Famille, Aysenur Islam, la seule femme du gouvernement.

Une petition en ligne réclamant une "peine exemplaire" contre les assassins présumés d'Özgecan Aslan avait reçu lundi plus de 700.000 signatures. (AFP, 15 février 2015)

 

téléchargement.jpeg

 


 

08/02/2015

Hommage à Maria-Belen Gomez

Une étoile filante du parti socialiste, qui est décédée, le 7 février 2015. Tous nos condoléances pour sa famille et ces proches.

L1000274.jpg

Maria-Belen GOMEZ a été élue au Conseil municipal de Lancy au printemps 2011. Depuis son entrée en fonction le 1er juin 2011, Maria a siégé au sein de la Commission de l’administration, affaires économiques et communication, la Commission des finances et gestion des immeubles locatifs et la Commission des affaires sociales. Elle a été aussi la représentante du Conseil municipal à la Maison de quartier du Plateau.

Maria a fait en sorte de promouvoir avec conviction les valeurs socialistes. Elle a notamment défendu les conditions sociales des collaborateurs de la Ville de Lancy lors de la réforme des statuts en s’appuyant sur ses vastes compétences professionnelles et soutenu avec force les personnes les plus fragiles de notre société dans ses nombreuses interventions au Conseil municipal.
Maria a quitté le Conseil municipal en janvier 2014 et Michel Bellego lui a succédé.

Nous perdons une camarade de grande valeur et une amie.

Toutes nos condoléances à sa famille et à ses proches.

Frédéric  Renevey, Le Maire ville de Lancy

DSC_0013 - copie.jpg

DSC_0109.jpg

DSC_0190.jpg

DSC_0208.jpg

DSC_0280 - copie.jpg

L1000272.jpg

www.photographygeneva.com

04/02/2015

Mexique: Rassemblement de solidarité avec les familles des normaliens d'Ayotzinapa disparus

A l'appel de la Coordination pour Ayotzinapa en Suisse, près de 100 personnes bravant le froid polaire étaient venues à la Place des Nations pour manifester leur soutien aux parents des étudiants d'Ayotzinapa portés disparus ainsi qu'aux familles des disparus des autres régions du Mexique qui se comptent par milliers.

Durant la 8e Session du Comité des disparitions forcées du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, le Mexique a dû présenter son rapport. Les représentants du gouvernement mexicain ont dû s'expliquer en présence d'Hilda Legideño et Bernabé Abraján, mére et père de deux des 43 normaliens, Guadalupe Fernández et  María Olaya Dozal, mères d'autres jeunes portés disparus.

 

DSC_4308.jpg

DSC_4312.jpg

DSC_4322.jpg

DSC_4336.jpg

DSC_4352.jpg

DSC_4373.jpg

DSC_4388.jpg

DSC_4397.jpg

DSC_4399.jpg

DSC_4412.jpg

DSC_4416.jpg

DSC_4432.jpg

DSC_4436.jpg

DSC_4449.jpg

DSC_4464.jpg

J'aimerais exprimer aux parents ici présents, tout notre soutien au nom de la Jeunesse Socialiste, principal mouvement de jeunesse de Suisse.

Nous vous soutenons dans votre lutte pour que justice soit faite et pour qu'on connaisse réellement le sort de vos enfants. Même si aujourd'hui, cela peut paraître un peu utopiste qu'ils soient encore en vie, nous ne devons pas oublier que c'est le combustible qui maintient l'espoir en vie.

Mais n'oublions pas non plus qui'l ne s'agit pas seulement de 43 disparus mais de milliers d'autres. Aujourd'hui ce sont 23'000, les disparus au Mexique. Nous pouvons encore rajouter les autres disparus en Amérique Latine et ailleurs.

Nous sommes totalement solidaires avec vous. Aujourd'hui, ce n'est plus seulement les mexicains et mexicaines au Zocalo à Mexico City mais des milliers et des millions partout dans le monde qui vous soutiennent.

VIVOS SE LOS LLEVARON, VIVOS LOS QUEREMOS!

Bryan Chirinos, La Jeunesse Socialiste

DSC_4467.jpg

DSC_4468.jpg

DSC_4361.jpg