10/04/2015

Action immeuble vide de la tour-Maîtresse


Un immeuble de cinq étages laissé vide depuis 6 ans en plein centre-ville !

Ce matin, des militant·e·s d’Ensemble à Gauche, emmenés par Rémy Pagani, ont déployé des banderoles devant le 8 rue de la Tour-Maîtresse pour dénoncer une situation inacceptable. En plein centre-ville, un immeuble entier est laissé complètement vide depuis 6 ans, malgré une autorisation de construire (pour rénovation) en force depuis mars 2009.

Cet ancien hôtel « L’Hermitage », haut de cinq étages a en effet subi maints changements de propriétaires et des travaux y ont même été commencés, mais jamais terminés. L’intérieur est presque entièrement démoli et laissé à l’abandon depuis des années ! Une situation incroyable en période de pénurie.
 

Brigitte Studer, cheffe de groupe Ensemble à Gauche au Conseil municipal s’interroge : « Comment une telle situation est-elle possible ? Comment se fait-il qu’il soit plus rentable de laisser cet immeuble vide plutôt que de l’utiliser ? Cela pose la question du rôle de l’Etat : pour nous l’Etat doit agir proactivement et pas seulement sur dénonciation, comme il le fait depuis la pratique instaurée par Mark Muller. Il faut exiger des propriétaires, en particulier en situation de pénurie, comme c’est le cas actuellement, qu’ils rénovent et remettent en état les locaux vides. »


Il y a à Genève 108'370 m2 de surface d’activités vacante dont 64% sont des espaces de bureaux (Statistiques DALE, mars 2015). « Dans le même temps, les artisans et petits commerces peinent à payer les loyers prohibitifs des locaux commerciaux en Ville et n’y ont souvent plus accès. Conséquence : nombre de cafés et restaurants populaires ont disparu, alors que c’est leur présence qui rend la Ville vivante ! » dénonce Brigitte Studer
 
« Mais cette situation n’est pas une fatalité, c’est le résultat d’une politique de la droite qui confie le logement au marché et met ce bien fondamental à la merci de l’offre et de la demande. C’est ce qui permet ce genre de situations scandaleuses. Pour nous, le logement est un droit, pas une marchandise. », conclut-elle.
 
Pablo Cruchon, permanent politique de solidaritéS et candidat au Conseil municipal Ville de Genève pour Ensemble à Gauche renchérit : « Ensemble à Gauche s’engage à imprimer une autre politique, à demander des comptes aux propriétaires, à traquer les pratiques spéculatives et frauduleuses, à mettre la pression sur l’Etat pour qu’il agisse et à favoriser la construction de logements abordables.

Notre initiative « Stop à la spéculation : construisons des logements abordables » va dans ce sens. La récolte vient d’ailleurs de démarrer et l’accueil de la population est excellent, preuve, s’il en fallait, que la situation actuelle est intenable. Mais plus encore, il faut une véritable mobilisation de la population pour exiger davantage de logements abordables. Ouvrons les locaux vides, occupons-les, et exigeons des propriétaires qu’ils fassent des projets répondant aux besoins de la population ! », conclut-il.

 

DSC_9298.jpg

DSC_9322.jpg

DSC_9334.jpg

www.photographygeneva.com

Commentaires

Cette action, c'est tout ce que l'on peut souhaiter et soutenir comme action politique: nous sommes informés, nous sommes invités à réagir. Réagissons !

Écrit par : Carol Scheller | 11/04/2015

PETIT RAPPEL: Le 14 juin 2015 la population genevoise se prononcera sur le fait de pouvoir convertir des bureaux en logements bon marché (L 11394 ).
Le bon sens, non, vu le nombre de surfaces vides?
Je prends bonne note, en conformité avec votre argumentaire, que vous inciterez tous les électeurs de gauche de soutenir cette loi lors des votations du 14 juin 2015.

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 11/04/2015

Les commentaires sont fermés.