• Marche pour le Climat à Genève

    Imprimer

    DSC_1040.jpg

    DSC_1057.jpg

    DSC_1064.jpg

    DSC_1067.jpg

    DSC_1068.jpg

    DSC_1080.jpg

    DSC_1104.jpg

    DSC_1106.jpg

    DSC_1117.jpg

    DSC_1183.jpg

    DSC_1185.jpg

    DSC_1188.jpg

    DSC_1214.jpg

    DSC_1221.jpg

    DSC_1227.jpg

    DSC_1302.jpg

    DSC_1319.jpg

    DSC_1327.jpg

    DSC_1333.jpg

    DSC_1350.jpg

    DSC_1356.jpg

    DSC_1368.jpg

    DSC_1370.jpg

    DSC_1387.jpg

    DSC_1395.jpg

    DSC_1411.jpg

    DSC_1418.jpg

    DSC_1420.jpg

    DSC_1423.jpg

    DSC_1426.jpg

    DSC_1433.jpg

    DSC_1436.jpg

    DSC_1447.jpg

    DSC_1501.jpg

    DSC_1541.jpg

    DSC_1550.jpg

    DSC_1566.jpg

    DSC_1582.jpg

    DSC_1584.jpg

    DSC_1587.jpg

    DSC_1593.jpg

    DSC_1594.jpg

    DSC_1600.jpg

    DSC_1603.jpg

    DSC_1617.jpg

    DSC_1620.jpg

    DSC_1621.jpg

    DSC_1645.jpg

    DSC_1666.jpg

    DSC_1670.jpg

    DSC_1704.jpg

    DSC_1709.jpg

    DSC_1711.jpg

    DSC_1715.jpg

    DSC_1723.jpg

    DSC_1727.jpg

    DSC_1744.jpg

    DSC_1758.jpg

    DSC_1791.jpg

    <Pour voir la suite des photos >

    http://www.photographygeneva.com/gallery/journee-daction-mondiale-lors-de-louverture-de-la-cop21-marche-pour-le-climat-a-geneve/

    Vous pouvez commander les photos de votre choix dans les albums de mon site internet

    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
    Tous droits réservés
    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.

    Lien permanent Catégories : Manifestation 0 commentaire
  • Le bâtonnier de Diyarbakir lâchement assassiné en pleine conférence de presse, la responsabilité du gouvernement turc est engagée

    Imprimer

    Tahir Erçi, bâtonnier de Diyarbakir, a été exécuté d’une balle dans la tête ce matin, au cours d’une conférence de presse qu’il tenait à Diyarbakir, en plein centre historique, pour dénoncer les opérations de guerre et les atteintes au patrimoine historique qui en résultent.

    TAHIR ELCI.jpg


    Avocat connu et engagé de la cause kurde, Tahir Elçi faisait l’objet de poursuites pour avoir affirmé sur une chaine d’information que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), n’est pas une organisation terroriste mais un mouvement politique qui a d’importantes revendications politiques et qui dispose d’un large soutien populaire. Interpellé le 20 octobre dans son bureau de Diyarbakir - une première pour un bâtonnier -, mis en examen, il avait été inculpé d’« apologie du terrorisme » avant d’être remis en liberté sous contrôle judiciaire. Selon les réquisitions du parquet, il risquait jusqu’à sept ans et demi de prison.

    Tahir Erçi faisait l’objet d’une véritable campagne de lynchage médiatique et judiciaire, qui touche nombre d’opposants à la politique du président Erdogan, n’hésitant pas à les éliminer d’une façon ou d’une autre, aidé en cela par le nouveau gouvernement composé de sa garde rapprochée, parmi laquelle son gendre, nouveau ministre de l’Energie, pourtant mêlé à quelques affaires de corruption, vite étouffées. Dans ce climat nauséabond, les représentants politiques kurdes sont constamment désignés comme des cibles par les autorités turques. Selahattin Demirtas, lui-même, co-président du Parti démocratique des Peuples était victime, il y a peu, d’une tentative d’assassinat. Mais les Kurdes ne sont pas les seuls à être visés. Deux journalistes viennent d’être écroués pour avoir publié des informations sur les livraisons d’armes de la Turquie en Syrie : il s’agit de Can Dündar et Erdem Gül, respectivement rédacteur en chef et correspondant à Ankara du quotidien Cumhuriyet (La République), de tendance kémaliste et considéré comme un des journaux de référence en Turquie.

    L’exécution d’une balle en pleine tête de Tahir Erçi rappelle celle des trois militantes kurdes exécutées à Paris le 9 janvier 2013. Les commanditaires de ce triple assassinat sont nettement désignés par les magistrats instructeurs qui notent que de nombreux éléments de la procédure permettent de suspecter l’implication du MIT? <http://www.akb.bzh/spip.php?definition48>  (services secrets turcs directement sous la coupe du premier ministre Erdogan devenu président) dans l’instigation et la préparation des assassinats.

    http://www.akb.bzh/spip.php?article1003

    samedi 28 novembre 2015 

     


    Un célèbre avocat kurde tué par balles dans le sud-est de la Turquie

    Le bâtonnier de l'ordre des avocats de Diyarbakir Tahir Elçi, figure renommée de la cause kurde, a été tué par balles samedi lors d'un échange de coups de feu aux circonstances encore confuses dans la grande ville à majorité kurde du sud-est de la Turquie.

    Un policier a été tué et dix autres personnes blessées, dont un journaliste et au moins deux autres membres des forces de l'ordre, lors de cette fusillade, a-t-on appris de sources hospitalières et sécuritaires locales.

    Selon les premiers témoignages, Tahir Elçi, 49 ans, venait de terminer une conférence de presse devant une mosquée dans le district de Sur, théâtre régulier d'affrontements entre la police et des jeunes combattants proches du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), lorsque des coups de feu ont retenti.

    "Lors d'une déclaration à la presse de l'ordre des avocats de Diyarbakir, nos forces de sécurité ont été attaquées. Un policier a été tué et deux autres blessés. Pendant la fusillade qui a suivi, le bâtonnier de l'ordre des avocats de Diyarbakir Tahir Elçi a perdu la vie", a indiqué le bureau du gouverneur dans une déclaration.

    Selon des témoins, le bâtonnier de Diyarbakir a été touché en plein visage lors de ces échanges, sans qu'il soit encore possible de déterminer avec certitude s'il a été spécifiquement visé par un des tireurs ou victime d'une balle perdue.

    Un témoin cité par l'agence Dogan a affirmé qu'un homme barbu avait délibérément ouvert le feu sur Tahir Elçi. Mais ce témoignage n'a pas été confirmé.

    Les autorités locales ont placé le district de Sur sous couvre-feu.

    Lors d'un discours prononcé à Burhaniye (ouest), le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan s'est déclaré "attristé par la mort d'Elçi".

    "Cet incident a démontré combien notre détermination à combattre le terrorisme est justifiée", a ajouté l'homme fort du pays. "Nous continuerons ce combat jusqu'à son terme. Nous ne nous arrêterons pas, nous ne reculerons pas", a-t-il ajouté.


    L'agence de presse progouvernementale Anatolie a attribué l'attaque de Diyarbakir aux rebelles kurdes.

    Après plus de deux ans de cessez-le-feu, de violents combats ont repris l'été dernier entre les forces de sécurité turques et le PKK. Ils ont fait voler en éclat les pourparlers de paix engagés fin 2012 par le gouvernement avec les rebelles pour mettre un terme à un conflit qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984.

    Ces affrontements ont contraint les autorités turques à imposer des couvre-feu dans de nombreuses villes du sud-est du pays, où la police et l'armée livrent de violents combats à des jeunes combattants proches du PKK qui élèvent des barricades.

    Ces combats ont fait des dizaines de victimes civiles.

    Défenseur renommé de la cause kurde, Tahir Elçi faisait l'objet de poursuites pour avoir affirmé à la télévision à la mi-octobre que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène la rébellion kurde depuis 1984 en Turquie, "n'est pas une organisation terroriste".

    Il avait été interpellé le 20 octobre dans son bureau de Diyarbakir puis inculpé d'"apologie du terrorisme par voie de presse" par un tribunal d'Istanbul, avant d'être remis en liberté sous contrôle judiciaire.

    Le parquet a requis contre lui une peine d'un an et demi à sept ans et demi de prison.

    Depuis le mois de juin, les militants de la cause kurde ont été visés par trois attentats attribués par les autorités au groupe jihadiste Etat islamique (EI). Le dernier d'entre eux, le 10 octobre, a fait 103 morts lors d'une manifestation devant la gare d'Ankara.

    Longtemps accusée de complaisance pour les rebelles extrémistes qui combattent le régime de Damas, la Turquie a multiplié les descentes dans les milieux jihadistes et participent aux frappes contre l'EI dans le cadre de la coalition internationale.(AFP, Mahmut BOZARSLAN, 28 novembre 2015)

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le personnel de la Ville de Genève se fait entendre !

    Imprimer

    Plus de 300 employé-e-s de la Ville de Genève se sont rassemblé-e-s devant le Conseil municipal pour exiger que le Statut du personnel et le partenariat social soient respectés et maintenus, et que les montants nécessaires soient octroyés dans le cadre du budget 2016 de la Ville.

    A l’occasion de la séance extraordinaire du Conseil municipal consacrée au budget 2016, le personnel de la Ville de Genève a tenu à manifester son inquiétude et son mécontentement. Plus de 300 salariés, provenant de services très différents, ont participé au rassemblement. Cette diversité démontre que l’inquiétude est globale. Une lettre ouverte a été distribuée aux conseillers municipaux pour leur transmettre la position du personnel et sa détermination à défendre les conditions de travail et les prestations.

    Les manifestants dénoncent les injonctions de la droite élargie du Conseil municipal visant la péjoration du Statut du personnel en proposant notamment: une augmentation du salaire des cadres, la possibilité d’engagement en contrat de droit privé et non pas de droit public, la suppression de l'enquête administrative dans le but de faciliter les licenciements. Ils dénoncent aussi la menace de suppression de certains services ou prestations sous prétexte d'économies (comme la transformation de la Gérance immobilière municipale en Fondation).

    Ils demandent le respect du Statut, qui a été négocié avec les organisations représentatives du personnel et qui est entré en vigueur il y a moins de cinq ans, ainsi que la poursuite des négociations avec le Conseil administratif sur les dispositions transitoires, qui ne sont toujours pas finalisées.

    Le personnel demande également au Conseil municipal d'intégrer au budget 2016 le montant permettant d’appliquer l'accord conclu le 5 mars dernier avec le Conseil administratif. Cet accord porte sur un plan de prévoyance pour les personnes non affiliées à CAP-Prévoyance et sur la prolongation de la durée de la couverture en cas de maladie/accident de 180 à 720 jours pour les auxiliaires et les apprentis

     

    Communiqué aux médias

    Genève, le 26 novembre 2015

    DSC_0871-2.jpg

    DSC_0874-2.jpg

    DSC_0881-2.jpg

    DSC_0887-2.jpg

    DSC_0891-2.jpg

    DSC_0893-2.jpg

    DSC_0902-2.jpg

    DSC_0910-2.jpg

    DSC_0917-2.jpg

    DSC_0925-2.jpg

    DSC_0929-2.jpg

    DSC_0934-2.jpg

    DSC_0941-2.jpg

    DSC_0944-2.jpg

    DSC_0949-2.jpg

    DSC_0954-2.jpg

    DSC_0959-2.jpg

    DSC_0964-2.jpg

    DSC_0981-2.jpg

    DSC_0973-2.jpg

    DSC_0984-2.jpg

    DSC_0996-2.jpg

    <Pour voir la suite des photos >

    http://www.photographygeneva.com/gallery/rassemblement-du-personnel-de-la-ville-de-geneve/

    Vous pouvez commander les photos de votre choix dans les albums de mon site internet
    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
    Tous droits réservés
    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.

    DSC_1002-2.jpg

    Lien permanent Catégories : Syndicale 0 commentaire
  • Grande Kermesse Arménienne

    Imprimer

    Kermesse annuelle de la Paroisse de Genève Région Lémanique Saint-Hagop Eglise Apostolique Arménienne Samedi 21 novembre 2015, 14h00 – 23h00 Dimanche 22 novembre 2015, 11h00 – 18h00 Salle communale de Chêne-Bougeries 1, Route du Vallon - 1224 Chêne-Bougeries

    Spectacles artistiques:

    Danse arménienne

    par les jeunes et talentueux danseurs de la Troupe SANAHIN

    samedi dès 19h, dimanche dès 16h30

     

    Danse néo-classique russe

    par les danseurs de l'école "Dansons comme NOUREEV"

    samedi dès 16h& 18h , dimanche dès 14h

    Danse folklorique portugaise

    par les danseurs de l'école "Casa Benfica Genève"

    dimanche dès 15h

    Nous nous réjouissons de votre présence et invitez vos amis pour savourer les délicieux mets et desserts arméniens.

     

    A cette occasion, vous pourrez également trouver des idées de cadeaux typiquement arméniens.

    DSC_8408.jpg

    DSC_8439.jpg

    DSC_8440.jpg

    DSC_8375.jpg

    DSC_8442.jpg

    DSC_8445.jpg

    DSC_8473.jpg

    DSC_8489.jpg

    DSC_8552.jpg

    DSC_8629.jpg

    DSC_8660.jpg

    DSC_8729.jpg

    DSC_8793.jpg

    DSC_8822.jpg

    DSC_8885.jpg

    DSC_8920.jpg

    DSC_8922.jpg

    DSC_8924.jpg

    DSC_8928.jpg

    DSC_8931.jpg

    DSC_8937.jpg

    DSC_8939.jpg

    DSC_8947.jpg

    DSC_8966.jpg

    DSC_8967.jpg

    DSC_8983.jpg

    DSC_9021.jpg

    DSC_9051.jpg

    DSC_9073.jpg

    DSC_9091.jpg

    DSC_9207.jpg

    DSC_9207.jpg

    DSC_9217.jpg

    DSC_9238.jpg

    DSC_9325.jpg

    DSC_9545.jpg

    DSC_9703.jpg

    DSC_9745.jpg

    DSC_9750.jpg

    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.

     

    Lien permanent 1 commentaire
  • Recueillement à la cathédrale Saint-Pierre et place Neuve

    Imprimer

    DSC_7924.jpg

    DSC_7936.jpg

    DSC_7948.jpg

    DSC_7958.jpg

    DSC_7964.jpg

    DSC_8008.jpg

    DSC_8011.jpg

    DSC_8020.jpg

    DSC_8022.jpg

    Du président de l’EPG
    Au nom des autorités de l’Eglise protestante de Genève, mais aussi au nom de toutes les communautés réunies au sein de la Plateforme interreligieuse à Genève, je vous accueille et vous souhaite la bienvenue à vous tous qui nous avez rejoints pour ce temps de recueillement suite aux terribles attentats commis à Paris à la fin de la semaine dernière. Mais aussi pour nous souvenir et nous solidariser avec les centaines de victimes d’actes meurtriers semblables dans diverses régions du monde.
     
    Nous saluons les membres des autorités politiques de notre canton et des communes genevoises présentes parmi nous. Nous saluons le Consul de France et le peuple qu’il représente ici à Genève. Nous saluons les représentants des diverses communautés chrétiennes, musulmanes, juives, hindouistes, bouddhistes membres de la Plateforme interreligieuse de Genève, ainsi que les représentant-e-s de l’Appel spirituel de Genève.
     
    Ce soir cette cathédrale, symbole de Genève, est la maison de toutes et de tous. Elle permet de nous unir quelques soient nos convictions ou nos religions, d’accueillir notre tristesse et peut-être nos peurs, mais aussi de nous lier dans une même volonté de cultiver entre nous la paix, la justice et l’espoir. Nous remercions aussi  toutes les personnes qui ont préparé l’animation de ce rassemblement en cette cathédrale.
     
    Comme annoncé, ce moment sera fait de silence animé de temps à autre par une musique, une pensée ou une parole pour soutenir notre recueillement

    DSC_8024.jpg

    DSC_8027.jpg

    DSC_8031.jpg

    DSC_8036.jpg

    DSC_8041.jpg

    DSC_8043.jpg
    De l’Abbé Pierre
    Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.
    Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.
    Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.
    Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.
    Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.
    Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.
    Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.
    Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes.
    Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur.
    Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse.
    J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter…
    Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés.

    DSC_8052.jpg

    DSC_8056.jpg

    DSC_8059.jpg

    DSC_8063.jpg

    DSC_8071.jpg

    DSC_8072.jpg

    DSC_8073.jpg

    Laisse-moi Te prier, non pour que le danger me soit épargné,
    mais pour que je ne le craigne pas.
    Laisse-moi Te demander, non de calmer ma peine,
    mais d’avoir le cœur de la dépasser.
    Laisse-moi T’implorer, non pas d’être sauvé de l’angoisse,
    mais d’apprendre à espérer et à savoir patienter
    pour gagner ma liberté.
    Accorde-moi de ne pas être lâche pour que je n’aie pas
    à sentir Ta pitié en évitant de justesse l’échec.
    Mais donne-moi de saisir Ta main tendue
    et de sentir Ton étreinte au moment où je faiblirai.
    RabindranathTagore
    DSC_8078.jpg

    DSC_8086.jpg

    DSC_8090.jpg

    DSC_8098.jpg
    Du Président de la Plateforme interreligieuse de Genève
    Aujourd'hui, nous sommes capables de dire ce que nous ne voulons pas, mais il est parfois difficile d’exprimer ce que nous voulons. Il est donc temps de clamer haut et fort les valeurs auxquelles nous croyons et que nous les partagions fortement avec celles et ceux qui veulent espérer.
    Je souhaite réitérer également les propos du Pape, entendu hier soir: « je veux réaffirmer avec force que la voie de la violence et de la haine ne résout pas les problèmes de l'humanité, et utiliser le nom de D-ieu pour justifier ce chemin de violence est un blasphème ».
    Edmond Fleg écrivait : la nuit la plus noire est une aube qui vient…
    Autrement dit, dans l’obscurité germe toujours la lumière.
    Je veux croire en la lumière, la lumière de la vie.
    Continuons à bâtir, mais ensemble, à bâtir la vie !

    DSC_8104.jpg

    DSC_8109.jpg

    DSC_8113.jpg
    La confession de foi de Martin Luther King. Il l’a prononcée lors de la remise du Prix Nobel de la Paix en 1964


    Aujourd'hui, dans la nuit du monde et dans l'espérance de la Bonne Nouvelle, j'affirme avec audace ma foi en l'avenir de l'humanité.
    Je refuse de croire que les circonstances actuelles rendent les hommes incapables de faire une terre meilleure.
    Je refuse de croire que l'être humain n'est qu'un fétu de paille ballotté par le courant de la vie, sans avoir la possibilité, d'influencer en quoi que ce soit le cours des événements.
    Je refuse de partager l'avis de ceux qui prétendent que l'homme est à ce point captif de la nuit sans étoile, du racisme et de la guerre, que l'aurore radieuse de la paix et de la fraternité ne pourra jamais devenir une réalité.
    Je refuse de faire mienne la prédication cynique que les peuples descendront l'un après l'autre dans le tourbillon du militarisme vers l'enfer de la destruction thermonucléaire
    Je crois que la vérité et l'amour sans condition auront le dernier mot effectivement. La vie et le droit, même vaincus provisoirement, demeurent toujours plus forts que la mort. Je crois fermement que, même au milieu des obus qui éclatent et des canons qui tonnent, il reste l'espoir d'un matin radieux.
    J'ose croire qu'un jour tous les habitants de la terre pourront recevoir trois repas par jour pour la vie de leur corps, l'éducation et la culture pour la santé de leur esprit, l'égalité et la liberté pour la vie de leur cœur.
    Je crois fermement que nous l'emporterons.
    Martin Luther King
    Oslo, 10 décembre 1964

    DSC_8119.jpg

    DSC_8120.jpg

    DSC_8122.jpg

    DSC_8125.jpg

    DSC_8126.jpg

    DSC_8133.jpg

    DSC_8138.jpg

    K (3 sur 23).jpg

    K (6 sur 23).jpg

    K (8 sur 23).jpg

    K (21 sur 23)-1.jpg

    K (22 sur 23).jpg

    DSC_8165.jpg

    DSC_8179.jpg

    DSC_8186.jpg

    DSC_8191.jpg

    DSC_8152.jpg

    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.

     

    Lien permanent 3 commentaires
  • Rallye interculturel et interreligieux aux Pâquis

    Imprimer

    Un rallye en fêtes.

    Elles étaient plus de 150 personnes à avoir participé au premier rallye interreligieux et interculturel des Pâquis ! Sous un doux soleil d’automne, elles ont pu rencontrer des moines du dojo zen soto, admirer la dextérité d’un calligraphe arabe, ou encore découvrir quelques particularités de la religion bahá'íe. Veda, Aïd, Holi ou Yom Kippour ont désormais une résonance pour elles… Une quinzaine de représentants de communautés religieuses et associations ont dialogué avec les participants, les initiant à leurs traditions ou répondant à leurs questions. Sous le couvert du préau de la Maison de quartier, un verre de thé à la menthe ou de tchai à la main, elles ont pu parfaire leurs connaissances avec l’exposition « Un monde en fêtes ».

    Si l’on rajoute les sons de la fanfare luthérienne qui ouvrait les festivités et le groupe Lèche-Béton qui en a fait danser plus d’un, vous aurez une vision encore plus précise de cette exceptionnelle après-midi de novembre qui clôturait la Semaine des religions.

    Enfin, on ne pourra pas, ici, passer sous silence la revigorante soupe parfumée, les vermicelles thaïes et les délices orientales qui accompagnaient les danses du groupe Boliviens sans frontières ! Des livres, bons de repas et autres cadeaux des commerçants du quartier ont récompensé les équipes.

    Organisée par la Plateforme interreligieuse de Genève, la Fondation de l’Entre-connaissance, avec la Maison de quartier des Pâquis, les UAC et l’Espace solidaire Pâquis, cette fête a dépassé le périmètre du quartier, englobant dans la découverte de l’autre, l’échange et la sérénité, les visiteurs et les visiteuses d’un monde coloré et pluriel.

    Une magnifique démonstration d’intelligence du cœur dans cette période troublée !

    DSC_7147.jpg

    DSC_7169.jpg

     

     

    Un crime lâche que rien ne peut justifier

    Déclaration du Bureau de  la Plateforme interreligieuse

    En ce jour nous sommes dans une immense tristesse. Suite aux  actes ignobles et barbares perpétrés dans la soirée de vendredi à Paris nous adressons notre message de profonde sympathie à toutes celles et tous ceux qui ont été meurtris dans leur corps et dans  leur âme. Nous pensons aussi à leurs proches et aux témoins de ces actes, à tout un peuple choqué une nouvelle fois par un crime lâche et que rien ne peut justifier.

    Les horreurs de Paris nous rappellent hélas que d’autres populations vivent ces tueries barbares presque quotidiennement dans plusieurs régions du monde. A chaque fois ce sont les droits fondamentaux des humains, leurs libertés de conscience et de croyance qui sont atteints.

    Les rallyes interculturels et interreligieux organisés ce week-end aux Eaux-Vives et aux Pâquis avec les associations et les unités d’action communautaire de ces quartiers nous donne l’occasion de réaffirmer notre volonté de vivre ensemble dans la paix et de respecter les opinions, les croyances et les coutumes des uns et des autres. Comme le précise la charte de la Plateforme, nous voulons défendre sans relâche la richesse du dialogue entre les religions, les spiritualités et les diverses sensibilités philosophiques.

    C’est seulement ainsi que nous pourrons assumer ensemble notre responsabilité face aux enjeux spirituels, sociaux, économiques et environnementaux actuels. Nous réaffirmons notre rejet de tout recours à la violence et toute justification de cette violence par des motifs ou des textes religieux.

    Le Bureau du Comité de la Plateforme interreligieuse de Genève : Eric Ackermann, Hafid Ouardiri, Henri Maudet, Marguerite Contat, Claire Regad et Maurice Gardiol

    L’Eglise protestante de Genève, en collaboration avec la Plateforme interreligieuse, l’Appel spirituel de Genève et d’autres mouvements religieux ou laïcs, ouvrira la Cathédrale St-Pierre lundi soir 16 novembre de 18h à 20h30 pour toutes les personnes, quelles que soient leurs convictions. Elles pourront ainsi s’unir dans un recueillement silencieux, sans discours ni slogans, pour manifester leur solidarité et leur volonté de résistance suite aux attentats de Paris et de tous ceux qui ensanglantent actuellement notre monde.

    Genève, le 14 novembre 2015

    DSC_7196.jpg

    DSC_7230.jpg

    DSC_7235.jpg

    DSC_7247.jpg

    DSC_7256.jpg

    DSC_7269.jpg

    DSC_7281.jpg

    DSC_7286.jpg

    DSC_7288.jpg

    DSC_7309.jpg

    DSC_7311.jpg

    DSC_7322.jpg

    DSC_7337.jpg

    DSC_7351.jpg

    DSC_7361.jpg

    DSC_7380.jpg

    DSC_7392.jpg

    DSC_7397.jpg

    DSC_7404.jpg

    DSC_7417.jpg

    DSC_7418.jpg

    DSC_7422.jpg

    DSC_7428.jpg

    DSC_7433.jpg

    DSC_7438.jpg

    DSC_7439.jpg

    DSC_7447.jpg

    DSC_7454.jpg

    DSC_7499.jpg

    DSC_7508.jpg

    DSC_7517.jpg

    DSC_7534.jpg

    DSC_7538.jpg

    DSC_7546.jpg

    DSC_7555.jpg

    DSC_7565.jpg

    DSC_7566.jpg

    DSC_7573.jpg

    DSC_7579.jpg

    DSC_7582.jpg

    DSC_7588.jpg

    DSC_7589.jpg

    DSC_7616.jpg

    DSC_7625.jpg

    DSC_7627.jpg

    DSC_7638.jpg

    DSC_7656.jpg

    DSC_7663.jpg

    DSC_7676.jpg

    DSC_7680.jpg

    DSC_7685.jpg

    DSC_7688.jpg

    DSC_7692.jpg

    DSC_7700.jpg

    DSC_7706.jpg

    DSC_7723.jpg

    DSC_7728.jpg

    DSC_7740.jpg

    DSC_7750.jpg

    DSC_7757.jpg

    DSC_7767.jpg

    DSC_7783.jpg

    DSC_7808.jpg

    DSC_7810.jpg

    DSC_7873.jpg

    DSC_7891.jpg

    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
    Tous droits réservés 

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.

    Lien permanent 1 commentaire
  • Ce sont les nôtres à Beyrouth, Ankara et Paris

    Imprimer

    Hommage à Paris de Genève


    Cet après midi plus de 200 cent personnes se sont réunis devant le consulat de France à Genève pour rendre hommage aux victimes de Paris suite au carnage d’hier. Ce rassemblement est un hommage aux victimes des attentats de Paris, Beyrouth et Ankara. Paris, le 13 novembre 2015 attentat au stade de France, fusillades sur les terrasses de café et prise d'otages au Bataclan. Bilan: 128 morts et 180 blessés. Beyrouth, le 12 novembre 2015 attentat dans une rue commerçante du quartier de Bourj al-Barajné. Bilan: 44 morts et 239 blessés. Ankara, le 10 octobre 2015 attentat lors d'une manifestation pacifiste. Bilan: 102 morts et 500 blessés.

    021_9537.jpg

    021_9546.jpg

    021_9562.jpg

    021_9568.jpg

    021_9578.jpg

    021_9599.jpg

    021_9611.jpg

    021_9614.jpg

    021_9620.jpg

    021_9627.jpg

    021_9637.jpg

    021_9640.jpg

    021_9642.jpg

    021_9652.jpg

    021_9661.jpg

    021_9665.jpg

    021_9669.jpg

    021_9681.jpg

    021_9686.jpg

    021_9694.jpg

    021_9700.jpg

    021_9708.jpg

    021_9713.jpg

    021_9734.jpg

    021_9750.jpg

    021_9763.jpg

    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
    Tous droits réservés



    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Manifestation de la fonction publique et ses supporters

    Imprimer

    Manifestation de la fonction publique et ses supporters

    DSC_5158.jpg

    DSC_5169.jpg

    DSC_5171.jpg

    DSC_5178.jpg

    DSC_5179.jpg

    DSC_5184.jpg

    DSC_5197.jpg

    DSC_5205.jpg

    DSC_5207.jpg

    DSC_5217.jpg

    DSC_5222.jpg

    DSC_5227.jpg

    DSC_5229.jpg

    DSC_5234.jpg

    DSC_5236.jpg

    DSC_5239.jpg

    DSC_5241.jpg

    DSC_5248.jpg

    DSC_5255.jpg

    DSC_5262.jpg

    DSC_5269.jpg

    DSC_5273.jpg

    DSC_5279.jpg

    DSC_5285.jpg

    DSC_5299.jpg

    DSC_5305.jpg

    DSC_5316.jpg

    DSC_5323.jpg

    DSC_5324.jpg

    DSC_5326.jpg

    DSC_5343.jpg

    DSC_5369.jpg

    DSC_5375.jpg

    DSC_5388.jpg

    DSC_5417.jpg

    DSC_5420.jpg

    DSC_5426.jpg

    DSC_5438.jpg

    DSC_5449.jpg

    DSC_5453.jpg

    DSC_5462.jpg

    DSC_5463.jpg

    DSC_5474.jpg

    DSC_5481.jpg

    DSC_5484.jpg

    DSC_5486.jpg

    DSC_5498.jpg

    DSC_5506.jpg

    <Pour voir la suite des photos >

    http://www.photographygeneva.com/gallery/manifestation-de-la-fonction-publique-et-ses-supporters/

    Vous pouvez commander les photos de votre choix dans les albums de mon site internet


    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
    Tous droits réservés
    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.

    DSC_5543.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • Manifestation des ouvriers de la construction et de la fonction publique

    Imprimer

    Communiqué de presse
    Genève, le 11 novembre 2015
    Lutte pour la Convention nationale du secteur principal de la construction

    Grève massive sur les chantiers genevois
    3000 maçons genevois se sont rassemblés dès 7h30 ce matin à la Place des XXII Cantons à Genève pour manifester leur colère contre la Société suisse des entrepreneurs (SSE), qui bloque toute négociation sur l’amélioration de leur convention collective et le maintien de la retraite à 60 ans. Signal fort de leur détermination, les maçons ont ensuite bloqué le Pont du Mont-Blanc où ils ont été rejoints par le personnel de la fonction publique et parapublique, également en grève. En fin de journée, les travailleurs de la construction ont décidé de remettre une résolution à la section genevoise de la SSE, en se donnant rendez-vous le 10 décembre, pour décider de la suite du mouvement.

    Dans le cadre des journées de protestation, qui ont vu plusieurs milliers de travailleurs de la construction arrêter leur travail dans toute la Suisse, les maçons genevois sont également en grève aujourd’hui 11 novembre. La raison de leur colère est facile à comprendre : Dans un secteur particulièrement frappé par la sous-enchère salariale et la précarisation des conditions de travail à travers l’utilisation massive du travail temporaire, dans un métier qui reste à haut risque pour la santé, il n’est pas acceptable que la Société suisse des entrepreneurs (SSE) refuse depuis ce printemps de négocier les nécessaires améliorations de la convention collective du travail.
     
    Plus de protection et pas touche aux 60 ans
    Les travailleurs doivent finalement bénéficier de davantage de protection face au dumping, aux licenciements et en cas d’intempéries. Grande avancée sociale datant de 2005, les maçons défendent par ailleurs le droit de partir à la retraite à 60 ans, droit qui est actuellement remis en question par les entrepreneurs.
     
    Négociations bloquées – pont bloqué
    En bloquant depuis des mois la recherche de solutions, la SSE ne prend pas au sérieux les problèmes des travailleurs. Elle use de prétextes et arguments fallacieux pour refuser de négocier. En guise de protestation, les maçons genevois ont ainsi pris d’assaut le Pont du Mont-Blanc, en le bloquant à la circulation pendant plusieurs heures. Fait historique du mouvement social genevois, les employés de la fonction publique et parapublique, en grève contre le plan d’austérité cantonal, les ont rejoint en fin de matinée, pour défiler ensuite ensemble dans les rues de Genève et envoyer un signal fort de solidarité entre les travailleurs du public et du privé, au moment où plusieurs attaques sont menées contre les droits de l’ensemble des salariés.
     
    Reprise des grèves en fin d’année
    En fin de journée, réunis sur la Plaine de Plainpalais, les travailleurs de la construction ont décidé de remettre une résolution à la section locale de la SSE l’invitant à œuvrer pour l’ouverture de vraies négociations.
    Les syndicats ont donné rendez-vous aux travailleurs de la construction pour une Assemblée générale qui se tiendra le 10 décembre, date à laquelle la suite des mobilisations sera décidée. En vue d’un éventuel vide conventionnel dès le 1er janvier 2016, il faut s’attendre à ce que le mouvement de grève se poursuive l’année prochaine.

    DSC_6412.jpg

    DSC_6432.jpg

    DSC_6442.jpg

    DSC_6449.jpg

    DSC_6513.jpg

    DSC_6518.jpg

    DSC_6570.jpg

    DSC_6587.jpg

    DSC_6619.jpg

    DSC_6660.jpg

    DSC_6741.jpg

    DSC_6798.jpg

    DSC_6834.jpg

    DSC_6838.jpg

    DSC_6846.jpg

    DSC_6927.jpg

    DSC_6960.jpg

    DSC_6963.jpg

    DSC_6977.jpg

    DSC_6981.jpg

    DSC_7009.jpg

    DSC_7018.jpg

    DSC_7023.jpg

    DSC_7032.jpg

    DSC_7036.jpg

    DSC_7075.jpg

    DSC_7084.jpg

    DSC_7098.jpg

    DSC_7110.jpg

    DSC_7118.jpg

    <Pour voir la suite des photos >

    http://www.photographygeneva.com/gallery/manifestation-des-ouvriers-de-la-construction-et-de-la-fonction-publique/

    Vous pouvez commander les photos de votre choix dans les albums de mon site internet
    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
    Tous droits réservés
    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.
    DSC_7125.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • 11'000 manifestants mobilisés pour défendre les services publics

    Imprimer


    Le Mouvement populaire des familles apporte son soutien aux employés de la fonction publique en grève
    Communiqué de presse

    Pour le MPF cette grève est on peut plus légitime au vue des attaques irresponsables du Conseil d’Etat.

    Pour rappel si la situation financière de l’Etat est ce qu’elle est, c’est bien par la volonté politique des partis de droite qui sont à l’origine des plusieurs baisses d’impôts, depuis 1996, favorisant essentiellement les personnes les plus riches de ce canton. A titre d’exemple la seule baisse d’impôts de 12 % votée en 1996 pour les personnes physiques a engendré de 1997 à ce jour une perte d’environ 9 milliards de francs, pour l’Etat de Genève. Sans cette diminution d’impôt, la dette du canton s’élèverait aujourd’hui à moins de 4 milliards de francs.

    Ce n’est donc pas aux employés de la fonction publique ni à la population de faire les frais et de payer la note des résultats de la politique irresponsable voulu par les partis bourgeois en matière de financement de l’Etat.

    Le Mouvement Populaire des familles est solidaire de la position et des revendications exprimées par les Associations syndicales et les employés de la fonction publique ainsi que des actions menées pour faire valoir leurs droits.

    De plus, alors qu’il est prôné par quasi tous les acteurs de la société l’importance de trouver des solutions pour concilier vie familiale et vie professionnelle, l’augmentation de l’horaire de travail de 40 à 42 heures par semaine, à moins d’être schizophrène, va exactement à l’encontre de cette nécessité reconnu par tous. Ceci va donc péjoré la vie des familles alors que celle-ci sont déjà passablement sous pression.

    Le Mouvement Populaire des familles appelle encore toutes les familles à exprimer leur solidarité et à soutenir la grève de la fonction publique et la grève des maçons.

    Pour le Mouvement populaire des Familles
    Jean Blanchard
    Secrétaire général
    mardi 10 novembre 2015

    DSC_5777.jpg
    Message de solidarité du SSP Vaud avec les grévistes de la fonction publique et de la construction de Genève


    Chères et chers collègues,
    Le région Vaud du Syndicat des services publics vous adresse ses plus chaleureuses salutations et son soutien le plus total pour votre mobilisation importante de ce jour et des jours suivants.

    Dans votre canton comme dans le notre, les cadeaux fiscaux à répétition faits aux possédants entrainent une dégradation des conditions de travail et des prestations du service public. Cette situation a des conséquences sur l’ensemble de la population salariée. Quand les grandes entreprises et les grandes fortunes empochent les cadeaux fiscaux, nous devons tous passer à la caisse pour payer la facture : c’est cette logique que votre grève de ce jour combat. Nous sommes d’autant plus solidaires de votre lutte que dans notre canton, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Sur l’austérité déjà installée et après les attaques contre les retraites (caisse de pensions) et la dégradation des conditions de travail de l’ensemble de la fonction publique et du secteur parapublic, le gouvernement veut transférer plus de 500 millions de francs des collectivités publiques vers les très grandes entreprises multinationales. Nous combattons aujourd’hui ce projet vaudois de RIE 3 par un référendum tout en sachant que, demain, nous devrons comme vous nous organiser et nous défendre contre les attaques par la grève et la lutte collective.

    Nous saluons également et apportons notre soutien le plus total à la lutte des travailleurs de construction. Elle montre que ceux qui cherchent à opposer les salariés du secteur privé et du secteur public ne font que le jeu des employeurs et des gouvernants. C’est de luttes ensemble et de solidarité de toutes les travailleuses et de tous les travailleurs dont nous avons besoin pour résister aux offensives patronales et gouvernementales.

    DSC_5793.jpg
    Soutien de l’Union syndicale vaudoise aux camarades en lutte
    Fonction publique et secteur de la construction :



    Contrairement à ce que d’aucun aimerait nous faire croire, la fonction publique n’est pas constituée de salarié-e-s trop gâté-e-s, mais de femmes et d’hommes qui accomplissent, avec beaucoup de conscience, les tâches difficiles qu’on leur confie pour le bien de la société toute entière.

    Ne pas le reconnaître c’est condamner les services publics (les services AU public) à la sous-dotation systématique. C’est mettre en danger la santé des salarié-e-s et programmer une baisse des prestations aux usager-e-s que nous sommes tou-te-s !
    C’est le cas à Genève et ce sera certainement aussi le cas dans le canton de Vaud si on accepte la réforme RIEIII.

    La retraite à 60 ans, dans le secteur du bâtiment, n’est pas non plus un privilège. C’est une condition indispensable dans un secteur où l’espérance de vie est statistiquement plus faible que dans d’autres secteurs moins dangereux pour la santé. Une bonne convention collective de travail dans le bâtiment, qui emploie beaucoup de monde, est également une arme efficace contre le dumping salarial et la dégradation des conditions de travail pour tou-te-s les salarié-e-s.


    L’immense majorité des gens subit depuis trop longtemps l’injustice d’une répartition des richesses (produites par les travailleuses et les travailleurs) qui se fait de plus en plus en faveur des riches. Il est temps de revendiquer que les services à la population et les conditions de travail de tou-te-s soient clairement amélioré, pour permettre aux habitant-e-s de ce pays de vivre dans la sécurité et la dignité.
    C’est pourquoi, l’Union syndicale vaudoise soutient les salarié-e-s de la fonction publique genevoise ainsi que ceux du bâtiment, dans leur lutte indispensable pour un monde plus juste.

    Lausanne, le 10 novembre 2015

    DSC_5828.jpg
    La section Genève de syndicom soutient le combat des fonctionnaires

    COMMUNIQUÉ
    NON aux coupes dans les prestations ! NON à la dégradation des conditions de travail !


    Le service public ne doit pas être détruit ! Nous sommes contre la destruction des services publics et leur privatisation. Les fonctionnaires n’ont pas à payer seuls la facture des cadeaux faits aux entreprises et aux plus riches.


    Une délégation de syndicom Genève sera présente au côté des fonctionnaires ce mardi 10 novembre 2015.
    Genève, le 9 novembre 2015
    José Ramon Gonzalez, membre du comité

    DSC_5829.jpg

    DSC_5847.jpg

    DSC_5858.jpg

    DSC_5875.jpg

    DSC_5880.jpg

    DSC_5888.jpg

    DSC_5922.jpg

    DSC_5929.jpg

    DSC_5976.jpg

    DSC_5983.jpg

    DSC_5991.jpg

    DSC_6002.jpg

    DSC_6008.jpg

    DSC_6017.jpg

    DSC_6030.jpg

    DSC_6036.jpg

    DSC_6043.jpg

    DSC_6058.jpg

    DSC_6069.jpg

    DSC_6103.jpg

    DSC_6118.jpg

    DSC_6135.jpg

    DSC_6148.jpg

    DSC_6156.jpg

    DSC_6159.jpg

    DSC_6164.jpg

    DSC_6194.jpg

    DSC_6195.jpg

    DSC_6211.jpg

    DSC_6261.jpg

    DSC_6263.jpg

    DSC_6295.jpg

    DSC_6360.jpg

    DSC_6368.jpg

    DSC_6392.jpg

    <Pour voir la suite des photos >
    http://www.photographygeneva.com/gallery/greve-de-la-fonction-publique/
    Vous pouvez commander les photos de votre choix dans les albums de mon site internet
    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
    Tous droits réservés
    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Nous avons un devoir de mémoire: 9 novembre 1932

    Imprimer

    Cet après-midi, plus de 300 manifestants se sont rassemblés devant la Pierre sur la Plaine de Plainpalais pour la commémoration du 9 novembre 1932. Souvenez-vous, il y a 83 ans, l’armée suisse tire sans sommation sur des manifestants protestant contre la tenue d’un meeting fasciste. Bilan: treize personnes sont tuées sur la plaine de Plainpalais. Nous avons un devoir de mémoire.

    Les manifestants ont défilé depuis la Pierre sur la Plaine de Plainpalais jusqu'à la Caserne des Vernets. Les manifestants ont dénoncés la militarisation des frontières et la multiplication de l'usage des armées face aux réfugiés qui viennent chercher l'asile en Europe. Au lieu et place des bunkers souhaitant plutôt la bienvenue des migrant(e)s.

    DSC_5631.jpg

    DSC_5638.jpg

    DSC_5641.jpg

    DSC_5644.jpg

    DSC_5645.jpg

    DSC_5655.jpg

    DSC_5663.jpg

    DSC_5664.jpg

    DSC_5667.jpgDSC_5674.jpg

    DSC_5682.jpg

    DSC_5694.jpgDSC_5691.jpg

    DSC_5709.jpg

    DSC_5722.jpg

    DSC_5719.jpgDSC_5735.jpg

    DSC_5745.jpg

    DSC_5747.jpg

    DSC_5756.jpg

    DSC_5760.jpg

    DSC_5764.jpg

    DSC_5773.jpg

    Discours Madame Amanda Gavilanes, pour le GSsA

    NON au développement de l’armée à Genève
    Non aux engagements de l’armée à l’intérieur

    Nous voici une nouvelle fois réunis pour commémorer le massacre du 9 novembre 1932. En ce jour fatidique, l’armée suisse tira sur une foule de manifestants et de passants désarmés. Elle fit usage de la force pour soumettre son ennemi intérieur. Il s’agit là d’un rappel douloureux du rôle de répression sociale que l’armée eut historiquement: en 1918 déjà, c’est l’armée que la bourgeoisie suisse appela pour mater la grève générale.
     
    Aujourd’hui, ce rôle de contrôle et de répression sociales est assumé de plus en plus ouvertement. La « nouvelle armée » voulue par la droite avec son plan de Développement de l’armée (DEVA) est résolument tournée vers le soi-disant maintien de la sécurité intérieure.
     
    Les nouveaux ennemis de la Suisse ne sont donc plus les chars et les avions de l’armée rouge. Ce sont les manifestant-e-s qui protestent contre le G8 ou le Forum économique de Davos où l’armée se mobilise chaque année. A l’heure actuelle et de façon encore plus dramatique, les nouveaux ennemis dont l’armée veut protéger la Suisse ce sont aussi les réfugié-e-s, chassé-e-s de leurs pays par les guerres et la misère.
     
    Non aux coupes budgétaires dans les services publics !
     
    Non à des dizaines de millions de francs pour de nouvelles casernes !
     
    C’est pour cette armée de sécurité intérieure que le canton de Genève veut financer de nouvelles infrastructures pour un total de 75 millions de francs. Alors que la droite et l’extrême droite veulent imposer des coupes massives dans les prestations sociales et dans les services publics, elle affecte des centaines de millions de francs pour construire de nouvelles prisons et de nouvelles casernes pour l’armée.
     
    C’est contre cette logique sécuritaire et antisociale que le GSsA a lancé le référendum contre la construction d’une nouvelle caserne à Meyrin aux frais du canton et des futurs locataires. Ce n’est pas un hasard que cette nouvelle caserne soit située près de l’aéroport. Ce n’est pas un hasard non plus qu’elle soit imaginée en même temps que la mise en place à Genève du « Hub » de détention et d’expulsion des personnes migrantes en provenance de toute la Suisse romande.
     
    Le GSsA s’oppose à cette augmentation de la présence militaire dans le canton. La solidarité, la justice et la sécurité sociales, sont les seuls moyens de garantir la sécurité de toutes les populations, ici et ailleurs dans le monde. Une chose est sûre : ce ne sont pas les armées et les dépenses militaires qui vont les produire. Celui qui veut la paix ne doit pas préparer la guerre. Les armées sont là pour servir les classes dominantes et pour maintenir les injustices. Les armées ne garantissent pas la démocratie. C’est un système juste, égalitaire et solidaire qui permet de la garantir !

    Ouvrons les portes des casernes aux réfugié-e-s et aux sans abris !
    Utilisons l’argent de l’Etat pour renforcer les prestations sociales, pas pour développer l’armée suisse !

    DSC_5771.jpg

    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

     

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • l’Élection au Conseil des États 2015

    Imprimer

    2ÈME TOUR DE LÉLECTION

    DU CONSEIL DES ETATS

    DU 8 NOVEMBRE 2015

     

    DSC_5056.jpg

    DSC_5057.jpg

    DSC_5059.jpg

    DSC_5061.jpg

    DSC_5063.jpg

    DSC_5065.jpg

    DSC_5070.jpg

    DSC_5080.jpg

    DSC_5088.jpg

    DSC_5098.jpg

    DSC_5101.jpg

    DSC_5105.jpg

    DSC_5115.jpg

    DSC_5120.jpg

    DSC_5126.jpg

    DSC_5140.jpg

    DSC_5149.jpg

    DSC_5155.jpg

    DSC_5179.jpg

    DSC_5196.jpg

    DSC_5199.jpg

    DSC_5201.jpg

    DSC_5202.jpg

    DSC_5204.jpg

    DSC_5221.jpg

    DSC_5223.jpg

    DSC_5228.jpg

    DSC_5247.jpg

    DSC_5270.jpg

    DSC_5314.jpg

    DSC_5331.jpg

    DSC_5346.jpg

    DSC_5350.jpg

    DSC_5351.jpg

    DSC_5354.jpg

    DSC_5358.jpg

    DSC_5362.jpg

    DSC_5400.jpg

    DSC_5408.jpg

    DSC_5414.jpg

    DSC_5443.jpg

    DSC_5448.jpg

    DSC_5461.jpg

    DSC_5467.jpg

    DSC_5470.jpg

    DSC_5472.jpg

    DSC_5476.jpg

    DSC_5482.jpg

    DSC_5493.jpg

    DSC_5498.jpg

    DSC_5500.jpg

    DSC_5506.jpg

    DSC_5518.jpg

    DSC_5529.jpg

    DSC_5530.jpg

    DSC_5532.jpg

    DSC_5537.jpg

    SECOND TOUR DE L'ÉLECTION DU CONSEIL DES ETATS DU 8 NOVEMBRE 2015.jpg

    <Pour voir la suite des photos >

    http://www.photographygeneva.com/gallery/lelection-au-conseil-des-etats-2015/

    Vous pouvez commander les photos de votre choix dans les albums de mon site internet

    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.  

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • La Semaine suisse des religions:« Un monde en fêtes »

    Imprimer

    DSC_4678.jpg

    DSC_4683.jpg

    Allocution d’ouverture par Marguerite Contat, membre du Bureau de la Plateforme interreligieuse


    Mesdames et Messieurs les magistrats du Canton et de la Ville de Genève,
    Mesdames et Messieurs les représentants des communautés religieuses,
    Mesdames et Messieurs, chers amis,

    Permettez-moi au nom de la  Plateforme interreligieuse de vous souhaiter la bienvenue dans ce lieu d’accueil chaleureux qu’est le temple de la Fusterie.
    Comme chaque année, lors de la Semaine suisse des religions, la Plateforme organise un certain nombre de manifestations publiques dédiées à la connaissance des traditions religieuses et au dialogue interreligieux.
     
    Ce soir, c’est à un voyage culturel et spirituel, dans le temps et l’espace, que nous vous convions…

    Voyage dans le temps, puisque cette soirée marque le vernissage de la 20 ème édition du calendrier interreligieux  publié par les éditions Agora dont vous pouvez  voir la magnifique exposition.  Un monde en fêtes.
    Cette exposition nous rappelle que
     
    Civiles ou religieuses, les fêtes ont été de tout temps des moments de commémoration et d’échanges, rythmant le temps  d’une communauté, au gré des saisons ou de célébrations d’évènements fondateurs. Les fêtes assurent diverses fonctions, de transmission des valeurs, de renouvellement du lien entre le divin et l’humain, ou de renforcement de la cohésion sociale.
     
    A l’heure du pluralisme culturel et de la sécularisation, cette exposition vient à point nommé pour nous rappeler la place importante occupée par les fêtes religieuses dans la construction de nos identités culturelles. Alors que l’expérience genevoise de la laïcité est appelée à se développer, il nous paraît essentiel de reconnaître la place du religieux dans le champ public
    et de favoriser, notamment à l’école, le mieux vivre ensemble à travers un débat ouvert et exigeant sur nos valeurs communes.
     
    A ce titre, le  calendrier interreligieux peut être à Genève, à l’instar de ce qui se fait dans les autres cantons romands,  un  excellent outil à l’usage des enseignants  qui abordent les questions d’intégration et d’enseignement du fait religieux.
     
    Voyage dans l’espace car nous serons amenés ce soir à goûter aux rythmes des musiques d’Inde et d’Afghanistan, à partager l’intériorité des chants judéo – andalous, ou encore à méditer sur le sutra du cœur. En d’autres termes à renouer avec nos aspirations profondes de spiritualité,  de partage et d’enchantement.
     
    Ce voyage, nous le souhaitons festif  et joyeux, un rien officiel aussi  qui permettra aux autorités politiques de nous transmettre leur message.
     
    En sus des  nourritures spirituelles, un buffet convivial devrait réjouir nos papilles et mettre fin à la première partie de cette soirée
     
    Je vous remercie de votre attention et vous souhaite une excellente soirée ! !

     

    DSC_4685.jpg

    DSC_4696.jpg

    DSC_4710.jpg

    Discours de Monsieur Eric Ackermann
    Le président de la Plateforme inter-religieuse de Genève

     

    Mesdames et Messieurs les représentants du canton de Genève,

    Mesdames et Messieurs les représentants de la Ville de Genève,

    Chers hôtes de l'Espace Fusterie,

    Cher éditeur,

    Chères sœurs et chers frères des communautés religieuses et spirituelles à Genève,

    Mesdames et Messieurs,

    Chères amies et chers amis,

    Soyez les bienvenu-e-s.

    « Nous croyons à l’ouverture de l’intelligence et du cœur. Pour nous, la religion apporte la paix intérieure et elle incite à rechercher la paix avec les autres. Face aux incompréhensions, aux intolérances et aux exclusions, nous désirons partager le même esprit d’ouverture, de disponibilité spirituelle, d’accueil de la richesse de l’autre et de respect de son identité. »

    Tel est le Préambule de la Charte de la Plateforme inter-religieuse de Genève.

    Cette association, créée en 1992, réunit aujourd'hui 23 entités représentant les principales sensibilités et traditions religieuses installées et actives à Genève.

    Depuis sa création, la Plateforme n'a cessé d’encourager l’ouverture et la collaboration entre les différentes traditions religieuses par un dialogue en profondeur, une écoute attentive, des réflexions partagées, des célébrations communes ainsi que des publications ou encore des conférences publiques.

    Dans le contexte nouveau d'une laïcité ouverte et dynamique, il advient que le religieux a sa place, une place à redéfinir et à aménager avec l'ensemble des acteurs sociaux dans le champ public. Avec ceux-ci, la Plateforme tente aujourd’hui, grâce à sa composition multi-sensible, de construire des passerelles avec et entre les diverses composantes de la société genevoise car elle partage la même conviction d’une communauté de destin, et au sein de laquelle la composante  religieuse a sa part de responsabilité et ne peut être ignorée.

    Aussi, nous nous réjouissons en particulier de l’intérêt manifesté par les autorités politiques de Genève à l'égard du projet de la Plateforme inter-religieuse que celle-ci a engagé, à savoir celui de la valorisation de la diversité et du dialogue inter-religieux à Genève, deux des conditions élémentaires de la cohésion sociale dans notre canton. Grand merci à nos autorités.

    La nouvelle édition du Calendrier inter-religieux, dont nous fêtons ce soir la 20ème édition, est, de la conviction très forte et de l'expérience de la Plateforme inter-religieuse genevoise, l'un des moyens de susciter et de développer la connaissance du fait religieux dans notre société désormais multi-culturelle et multi-religieuse.

    Cet outil de connaissance et de partage, en suscitant et en favorisant le dialogue interreligieux, la Plateforme inter-religieuse de Genève forme pour lui le vœu de son meilleur usage possible.

    Et aussi que les traditions et sensibilités religieuses ici présentes puissent continuer à renforcer le dialogue et à apporter leur contribution à la paix sociale et au bien vivre-ensemble, peut-être modestement, mais sûrement.

    Enfin, je ne manquerai pas de rappeler que cette soirée ouvre également la Semaine (suisse) des religions 2015 à Genève, et je vous invite vivement à y participer, sachant le programme riche et diversifié. Ce dernier est à votre disposition, à l’entrée du temple.

    J’aimerais, en conclusion, enfin inviter ici toutes les personnes de bonne volonté à faire leur possible pour construire à Genève et au-delà une fraternité et une solidarité véritables entre tous les habitants, quelles que soient leurs convictions personnelles, à s’opposer au mépris, à la haine et à la violence, et à œuvrer pour la paix, la paix de tous entre tous !

    Soyons fiers de nos différences et osons cultiver le bonheur d'être ensemble.  Je vous remercie.
     

    DSC_4725.jpg

    DSC_4732.jpg

    Yves Dutoit, directeur des éditions AGORA, rappelle que le calendrier interreligieux fête ses 20 ans et précise les raisons pour lesquelles cette maison d’édition scolaire a développé tout au long des années cette publication en plus de ce qu’elle réalise en lien avec les Départements de l’instruction publique de la plupart des cantons romands.

     

    DSC_4745.jpg

    Madame Esther Alder, Maire de la Ville de Genève, adresse ses salutations à l’Assemblée et rappelle le rôle que Genève a joué depuis fort longtemps dans l’accueil de communautés diverses. Elle remercie la Plateforme du rôle qu’elle joue aujourd’hui en valorisant le dialogue entre les communautés et aussi entre ces communautés et la population.

    DSC_4757.jpg

    DSC_4777.jpg

    Monsieur Sami Kanaan, Conseiller administratif de la Ville de Genève est touché de l’invitation à cette soirée qui fait suite à la réception qu’il avait organisée l’année dernière à la Mairie avec les communautés religieuses. Il  rappelle que sa propre histoire est faite de rencontre avec des communautés religieuses différentes au Liban, son pays d’origine, qu’il avait lui-même un grand-père musulman et des parents catholiques. Il est donc bien placé pour apprécier la nécessité de se connaître pour mieux se comprendre et trouver de nouvelles possibilités de vivre ensemble. Le calendrier interreligieux et le travail de la Plateforme sont dès lors une contribution remarquable pour avancer dans ce sens. 

    DSC_4783.jpg

    DSC_4784.jpg

    DSC_4799.jpg

    DSC_4805.jpg

    Discours de Pierre Maudet, Conseiller d’État, chargé du département de la sécurité et de l'économie


    Madame la Vice-présidente du Conseil d’État, Monsieur le Conseiller administratif, Mesdames, Messieurs,

    C’est en ma qualité – Sami Kanaan parlait il y a quelques instants du fait qu’il fallait se méfier des éléments radicaux – d’élément radical du gouvernement ((rires du public)) que j’ai le plaisir de vous adresser un bref message au nom des autorités, après avoir préalablement consulté ma collègue, qui m’a autorisé – vous voyez, à l’État, on a quelques pratiques différentes de la Ville – à m’exprimer en notre double nom. Vous n’aurez, pour ce soir, qu’un seul petit discours de l’État, mais un discours qui nous semblait important.

    La présence par ma personne, par la personne d’Anne Emery-Torracinta, du Conseil d’État, ce soir, se veut un double message. Un message de remerciements d’abord. Je ne vais pas manquer de m’associer aux propos émis par les responsables politiques précédents, de remerciements à la Plateforme pour l’ensemble de son activité, mais en particulier pour son activité de cette année. J’ai souvenir aussi de ce moment très fort, symbolique, et si l’on parle aujourd’hui de calendrier, il faut se rappeler de cette année qui a mal commencé, de se souvenir très fort, de ce symbole, d’un rassemblement, d’un sentiment d’unité, dans cet espace magnifique [la Fusterie] au cœur de la cité. Eh bien c’est la Plateforme qui l’a provoqué. C’est dans ces murs que nous avons été accueillis pour cet instant de communion – très laïque, je veux le croire en tout cas. Un instant qui a marqué, je crois, le reste de l’année. Donc, des remerciements profonds et chaleureux de la part du gouvernement de la République et Canton de Genève pour la Plateforme, pour son activité, pour sa vocation aussi – et vous le matérialisez bien, Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, à travers ce calendrier, sa vocation de rappeler des repères.

    Le Conseil d’État estime qu’il est éminemment important, en période de beau temps comme en période de gros temps, de rappeler d’où nous venons, de donner quelques paramètres pour savoir où nous allons, de rappeler également que cette diversité, elle n’est pas tombée du ciel – en réalité, elle a poussé, elle a germé dans un terreau qui lui était propice. Esther Alder l’a rappelé tout à l’heure avec l’histoire genevoise.
    Le deuxième élément du message du Conseil d’État, ce soir, c’est un message d’encouragement. Pour vous, Mesdames, Messieurs, que nous nous trouvons dans un contexte un peu particulier. Ce contexte, c’est celui d’une nouvelle Constitution genevoise qui consacre en son article 3 le principe de laïcité. Alors même que la laïcité fait partie, je dirais, du code génétique genevois, la laïcité n’était pas mentionnée dans la Constitution précédemment. Elle l’est depuis la Constitution de 2012, entrée en vigueur le 1er juin 2013. Et cela a son importance. Le Conseil d’État a en effet consacré passablement de temps, dans une vision ouverte, de dialogue, à travers un groupe de travail, à travers l’ouverture à la société civile, pour redéfinir ce que c’était qu’une laïcité moderne, ouverte, un laïcité du 21e siècle. Une laïcité qui ne se veut pas un élément de béatitude, une laïcité naïve, comme on peut le voir ou l’entendre ça et là, mais une laïcité profondément républicaine. Et j’aimerais ce soir vous dire que nous sommes, au Conseil d’État, à bout touchant d’un projet de loi qui va permettre d’expliquer notre vision, de la proposer dans le champ public, dans le champ du Parlement bien sûr, d’en débattre. Pour vous dire comment, aujourd’hui, l’exécutif – qui est investi par la Constitution de cette responsabilité de faire respecter, mais donc de préalablement définir, la laïcité – comment est-ce que nous la voyons dans notre société contemporaine.

    Cette laïcité – je reprends vos termes – ouverte, dynamique, une laïcité en mouvement, nous avons commencé par la définir – c’est singulier, mais je vous le révèle ici – en essayant de dire ce qu’elle n’était pas. La laïcité comme on aurait pu la croire à la genevoise, ce n’est en tout cas pas de nier l’existence des religions. La Constitution le dit – et c’est d’ailleurs l’un des aspects difficiles de ce travail auquel nous nous livrons actuellement : nous devons définir ce que c’est qu’une communauté religieuse et définir quelle est la nature, la qualité, le type de liens, de relations que nous voulons entretenir avec les religions présentes à Genève, avec les communautés religieuses. Donc, la laïcité, ce n’est pas nier la religion. Au contraire, c’est la reconnaître, c’est les reconnaître, les reconnaître dans leur diversité.

    Deuxième élément, la laïcité, ce n’est pas méconnaître. C’est au contraire développer sa capacité de savoir, de connaître, d’avoir ces points de repères – et vous [la Plateforme] y contribuez directement. C’est toute la question – très sensible à Genève – de l’enseignement du fait religieux, qui doit s’inscrire dans un cadre, un cadre romand, qui doit s’inscrire également dans une perspective, une perspective qui est celle de la connaissance, du savoir. Précisément, on ne protège bien que ce que l’on connaît, et l’on ne connaît bien que ce que l’on enseigne. Tout l’enjeu ici réside dans la question de savoir qui doit enseigner quoi, à quel degré, dans quelles circonstances, et avec quelle perspective. C’est un des éléments sur lesquels le Conseil d’État doit débattre et conclure, proposer là aussi sa vision dans cette loi sur la laïcité.
     
    Et puis le troisième et dernier aspect, c’est un aspect qui m’est plus proche, plus naturel, un aspect dirais-je de police, au sens large, puisque la laïcité ce n’est en tout cas pas s’accaparer ou s’arroger des espaces du domaine public au détriment des autres. Et c’est peut-être l’un des aspects les plus difficiles aujourd’hui : c’est rendre possible cette cohabitation – quoique plus qu’une cohabitation, cette présence assumée dans l’espace public, sans en revendiquer la totalité. Faire en sorte qu’on n’ait pas non plus de juxtaposition de communautés, mais véritablement une interpénétration, une capacité – au-delà de la connaissance – de débattre et de dialoguer.
    En un mot, et pour le définir maintenant positivement, la laïcité, c’est la réponse à ce que le Conseil d’État a placé au frontispice de son discours de Saint-Pierre : une place pour chacun, mais surtout le respect et l’encouragement de la multiplication des appartenances. Ce qui fait la richesse de Genève dans son histoire, c’est le fait que ces différentes appartenances aient été reconnues et que leur addition représente véritablement une valeur ajoutée.

    Pour toutes ces raisons, Mesdames, Messieurs, je vous invite à participer au débat qui se fera de nouveau jour, ces prochaines semaines, à travers la publication de notre projet de loi sur la laïcité, où l’on parlera d’aumôneries, d’aspects très concrètes dans les prisons, dans les hôpitaux, où l’on parlera d’enseignement du fait religieux, où l’on parlera également, bien évidemment, de présence des religions dans l’espace public, de relations avec des communautés, de relations à travers l’autorité, d’une laïcité que nous voulons, encore une fois, véritablement ouverte, dynamique, en un mot : républicaine.

    Je vous souhaite à chacune et à chacun une magnifique soirée sous les auspices de ce temple de la Fusterie. Et je me réjouis de vous retrouver dans le champ public pour poursuivre cet utile débat. Merci beaucoup. 

    DSC_4814.jpg

    DSC_4834.jpg

    Jean-Claude Basset, initiateur du calendrier, se souvient des premiers balbutiements du calendrier dans ce même lieu qui abritait alors le Centre protestant d'Etudes dont il était l’un des co-directeurs. Ce calendrier a d’abord une simple feuille A4 recto-verso polycopiée. Grâce à la collaboration qui a pu s’établir avec les éditions AGORA, ce projet a peu à peu pris une ampleur inespérée. Il s’est amélioré d’année en année et la qualité de sa présentation actuelle n’a plus rien à voir avec les premières éditions. Le professeur Basset informe encore l’assistance que le calendrier est maintenant aussi publié en allemand et en catalan. Par ailleurs en collaboration avec une fondation qui soutient le projet, il a aussi été adapté en Inde dans la région de Bengalore. Une version arable sera aussi bientôt disponible au Liban. 

    DSC_4847.jpg

    DSC_4855.jpg

    DSC_4863.jpg

    DSC_4886.jpg

    DSC_4641.jpg

    DSC_4654.jpg

    DSC_4657.jpg

    DSC_4659.jpg

    DSC_4663.jpg

    DSC_4672.jpg

    DSC_4911.jpg

    DSC_4917.jpg

    DSC_4918.jpg

    DSC_4937.jpg

    DSC_4952.jpg

    DSC_4959.jpg

    DSC_4971.jpg

    DSC_5043.jpg

     

    <Pour voir la suite des photos >

    http://www.photographygeneva.com/gallery/un-monde-en-fetes/

    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.  

    Lien permanent 1 commentaire
  • Le Club en fauteuil roulant Genève fête ses 25 ans

    Imprimer

    « Le Club en fauteuil roulant Genève fête ses 25 ans en 2015. Hormis les quelques 200 activités annuelles pour nos membres, dont certaines spécialement apprêtées pour cette année jubilaire, une fête publique a été organisée le 31 octobre à l’Alhambra, scène culturelle de la Ville de Genève. Cette fête a été ouverte par une cérémonie officielle au cours de laquelle les représentants de l’Association Suisse des paraplégiques et du Conseil d’Etat ont apporté d’importants messages de soutien et de remerciements au travail de cette association au service des personnes vivant avec des lésions médullaires et d’autres personnes en fauteuil roulant.
     
    Le parrain de l’événement est Philippe Pozzo di Borgo(*) qui a adressé au public un message marquant dont voici l’introduction…
    « Décalages

    De mon lit d’hôpital à Nantes où je traine depuis de trop longs mois, je suis en pensée avec vous à l’occasion de cette fête du 25è anniversaire du Club en Fauteuil Roulant de Genève.
    Décalages donc…

    Il y a un premier décalage entre l’apparente fragilité liée au handicap et la force de la personne en situation de handicap.

    Il y a un deuxième décalage à affirmer que la fragilité est source de valeurs dans notre société de performance et de normalité.
    Et enfin, considérer le handicap nécessite de se décaler et ce décentrage, ce décalage, est source d’intelligence et de beauté à l’image des photos éditées par le Club en Fauteuil Roulant de Genève à l’occasion de ses 25 ans.

    Le thème choisi pour cette fête est donc…

     

    « Décalages

    Handicapé ?
    Parce que j’ai une incapacité, une déficience ou une maladie ?

    Participer aux activités de tout un chacun m’est limité,

    Aller et venir, sortir le soir m’est limité,

    Accéder à un magasin, un cinéma ou un bar, un restaurant ou une boîte de nuit m’est limité.

    Mais qu’est-ce qui me limite ainsi ?

    Le handicap ou simplement...
    - le fait que les espaces et aménagements publics, les lieux de loisirs et de travail, les appartements, les transports publics, les avions ne sont pas accessibles ou si difficilement ?

    - les stéréotypes ?

    Question de préjugés, de regard et d’attitude, créateurs de situations handicapantes…

    Le fait est que je suis en fauteuil roulant et que celui-ci ne peut franchir un seuil, passer certaines portes, rouler sur des pavés avec aisance, monter des rampes raides ou longues, se déplacer facilement dans mon appartement, descendre ou monter des escaliers...

    Je suis une personne en situation de handicap, variable selon l’espace qui m’entoure et le regard qu’on porte sur moi. Un environnement adapté à mes roues efface cette situation discriminante, un autre regard m’inclut dans le monde.
    Avant tout, je suis une personne comme vous, ...juste pas pareille ! »

    A l’instar d’Edouard Glissant, le Club en fauteuil roulant Genève propose de « courir le risque de l’échange, de la rencontre » ...du partage avec le public de deux musiques représentatives. Le Tango comme le Rock sont des musiques issues du mélange. Mélange de rythmes africains, de la musique des esclaves, des rythmes américains du sud ou du nord avec les musiques diverses des émigrés d’Europe. Rencontres donc d'histoires de 3 continents, de migrations de la pauvreté, de la domination, porteuses des émotions retenues longtemps dans le coeur de femmes et d'hommes blessés. Le Tango "explose" ces émotions, ses souffrances, nous livre la mélancolie au travers des cordes et du bandoneon. Le Rock, lui, porte les émotions du rythm’n blues, mêlé à l'esprit festif des fêtes populaires. Comme le Tango, une musique qui fait danser, chalouper, tanguer, et se rencontrer les danseurs et danseuses!

    Pour cette fête, le Club en fauteuil roulant Genève a choisi des musiciens et musiciennes de talents, « Cuarteto Tango Indigo » et « Le Beau Lac de Bâle », reconnaissables entre tous par leurs styles, car, comme le dit Astor Piazzolla, "Quand on créé, il faut avoir son propre style. Sans style, il n'y a pas de musique".

    Une très belle fête donc, comme les affiches créées par des étudiant-e-s de la HEAD-Genève, filières Design Mode et Communication visuelle. »

    (*) dont l’histoire personnelle racontée dans « Le second souffle », a servi de base au film « Intouchables » 

     

    DSC_2380.jpg

    DSC_2388.jpg

    DSC_2392.jpg

    DSC_2395.jpg

    DSC_2399.jpg

    DSC_2399.jpg

    DSC_2408.jpg

    DSC_2415.jpg

    DSC_2423.jpg

    DSC_2429.jpg

    DSC_2438.jpg

    DSC_2453.jpg

    DSC_2458.jpg

    DSC_2463.jpg

    DSC_2474.jpg

    DSC_2511.jpg

    DSC_2535.jpg

    DSC_2578.jpg

    DSC_2594.jpg

    DSC_2606.jpg

    DSC_2612.jpg

    DSC_2636.jpg

    DSC_2638.jpg

    DSC_2679.jpg

    DSC_2683.jpg

    DSC_2707.jpg

    DSC_2716.jpg

    DSC_2831.jpg

    DSC_2948.jpg

    DSC_3006.jpg

    DSC_3202.jpg

    DSC_3212.jpg

    DSC_3325.jpg

    Copyright ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.  

    Lien permanent 0 commentaire
  • La Journée internationale de soutien à Kobané

    Imprimer


    La Journée internationale de soutien à Kobané, Coordination pour la paix et la démocratie au Kurdistan et en Turquie a organisé une manifestation à Genève. Dimanche après midi plus deux cents personnes se sont rassemblées à la zone piétonne du Mont-Blanc pour soutenir le peuple Kobane. Les manifestants ont défilé depuis la zone piétonne du Mont-Blanc jusqu'à la Plaine de Plainpalais en agitant des drapeaux Kurdes et des banderoles, Ils ont défilé avec des banderoles et des pancartes en faveur de la paix et de la démocratie au Kurdistan et en Turquie.
    Cette manifestation, fait partie des centaines de manifestation qui ont eu lieu à la même date partout dans le monde, à l'occasion de la Journée mondiale pour Kobane (en réponse à l’appel pour un «Global Rally for Kobane»)

     

    DSC_3332.jpg

    DSC_3336.jpg

    DSC_3339.jpg

    DSC_3347.jpg

    DSC_3354.jpg

    DSC_3356.jpg

    DSC_3375.jpg

    DSC_3394.jpg

    DSC_3400.jpg

    DSC_3402.jpg

    DSC_3430.jpg

    DSC_3433.jpg

    DSC_3445.jpg

    DSC_3459.jpg

    DSC_3490.jpg

    DSC_3491.jpg

    DSC_3497.jpg

    DSC_3500.jpg

    DSC_3542.jpg

    DSC_3548.jpg

    DSC_3557.jpg

    DSC_3562.jpg

    DSC_3573.jpg

    DSC_3578.jpg

    DSC_3582.jpg

    DSC_3583.jpg

    DSC_3584.jpg

    DSC_3594.jpg

    Copyright ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.  

    Lien permanent 0 commentaire