01/01/2016

Turquie: pour vanter une présidence forte, Erdogan cite l'Allemagne d'Hitler

Le gros dérapage d'Erdogan sur Hitler

Hitler&Erdogan.jpg
Le président islamo-conservateur turc, Recep Tayyip Erdogan, a évoqué l'Allemagne nazie d'Adolf Hitler pour défendre le système présidentiel fort qu'il veut instaurer en Turquie, rapporte vendredi la presse turque.

"Dans un système unitaire (comme la Turquie) un système présidentiel peut parfaitement exister. Il y a actuellement des exemples dans le monde et aussi des exemples dans l'histoire. Vous en verrez l'exemple dans l'Allemagne d'Hitler", a-t-il dit aux journalistes jeudi soir de retour d'une visite de travail en Arabie Saoudite, cité par les journaux.

M. Erdogan qui dirige la Turquie depuis 2002, d'abord comme Premier ministre puis président depuis 2014, veut modifier la constitution afin que le rôle du président passe d'une fonction symbolique à celle d'un dirigeant aux pouvoirs étendus, comme aux Etats-Unis, en Russie ou en France.

M. Erdogan a indiqué qu'il entendait mobiliser dans le courant de la nouvelle année la société turque pour un débat afin de parvenir à un "consensus social" sur ses ambitions présidentielles.

Le projet d'un passage à un système présidentiel défendu par l'homme fort de Turquie est revenu au premier plan après la nette victoire (49,5% des voix, 317 députés) de son parti de la justice et du développement (AKP) aux élections du 1er novembre dernier.

Mais l'AKP n'a pas obtenu la majorité qualifiée (367 députés) pour pouvoir modifier la Constitution seul et doit rechercher le soutien de l'opposition, opposée en bloc à une présidentialisation du régime sous Erdogan qu'elle accuse de dérive autoritaire.

Le Premier ministre Ahmet Davutoglu a, à cette fin, lancé mercredi un premier dialogue avec le chef du principal parti d'opposition CHP (Parti républicain du peuple, CHP), Kemal Kiliçdaroglu, pour relancer les efforts en vue d'une nouvelle constitution plus libérale qui remplacerait l'actuelle héritée du coup d'Etat des militaires, en 1980.

http://www.dhnet.be/actu/monde/le-gros-derapage-d-erdogan...

Turquie: pour vanter une présidence forte, Erdogan cite l'Allemagne d'Hitler

Le président islamo-conservateur turc, Recep Tayyip Erdogan, a évoqué l'Allemagne nazie d'Adolf Hitler pour défendre le système présidentiel fort qu'il veut instaurer en Turquie, rapporte vendredi la presse turque.

"Dans un système unitaire (comme la Turquie) un système présidentiel peut parfaitement exister. Il y a actuellement des exemples dans le monde et aussi des exemples dans l'histoire. Vous en verrez l'exemple dans l'Allemagne d'Hitler", a-t-il dit aux journalistes jeudi soir de retour d'une visite de travail en Arabie Saoudite, cité par les journaux.

M. Erdogan qui dirige la Turquie depuis 2002, d'abord comme Premier ministre puis président depuis 2014, veut modifier la Constitution afin que le rôle du président passe d'une fonction symbolique à celle d'un dirigeant aux pouvoirs étendus, comme aux Etats-Unis, en Russie ou en France.

M. Erdogan a indiqué qu'il entendait mobiliser dans le courant de la nouvelle année la société turque pour un débat afin de parvenir à un "consensus social" sur ses ambitions présidentielles.

Le projet d'un passage à un système présidentiel défendu par l'homme fort de Turquie est revenu au premier plan après la nette victoire (49,5% des voix, 317 députés) de son parti de la justice et du développement (AKP) aux élections du 1er novembre dernier.

Mais l'AKP n'a pas obtenu la majorité qualifiée (367 députés) pour pouvoir modifier la Constitution seul et doit rechercher le soutien de l'opposition, opposée en bloc à une présidentialisation du régime sous Erdogan qu'elle accuse de dérive autoritaire.

Le Premier ministre Ahmet Davutoglu a, à cette fin, lancé mercredi un premier dialogue avec le chef du principal parti d'opposition CHP (Parti républicain du peuple, CHP), Kemal Kiliçdaroglu, pour relancer les efforts en vue d'une nouvelle Constitution plus libérale qui remplacerait l'actuelle héritée du coup d'Etat des militaires, en 1980.


http://www.lalibre.be/actu/international/turquie-pour-van...



Turkey's President Erdogan cites 'Hitler's Germany' as example of effective government

adolf-hitler-vs-recep-tayyip-erdogan.gif

Turkey's Recep Tayyip Erdoğan has reportedly defended his push for a presidential system of government by citing "Hitler's Germany" as an historic example.

The President has pushed ahead with efforts to increase the stature of his own position, despite fears it would split the country's seat of power in two.

Mr Erdoğan cut short a state visit to Saudi Arabia after the death of prominent pro-government political journalist Hasan Karakaya, and in a press conference on his return to Turkey was asked if he thought a presidential system would be possible while maintaining the unitary structure of the state.

According to the T24 news portal, he replied: "Yes. There is nothing to say that you can't have a presidential system in a unitary state.

"There are already some examples in the world today, and also some from the past. You see it when you look at Hitler's Germany. Later you see the example again in various other counties."

In November, Mr Erdoğan's AKP party won a decisive victory in the Turkish parliamentary elections, cementing his grip on power.

Despite his position theoretically making him above the country's party politics, he clearly played a key role in AKP's success and state broadcasters gave little airtime to any of his opponents.

He has previously suggested Turkey already operates under a de facto presidential system, and said his constitutional reforms would only "finalise" the change.

A senior Turkish official said that Mr Erdogan had meant to highlight Nazi Germany as an example of how not to implement such a system. "There are good and poor examples of presidential systems and the important thing is to put checks and balances in place," the official told The Independent. "Nazi Germany, lacking proper institutional arrangements, was obviously one of the most disgraceful examples in history. That's his point."

http://www.independent.co.uk/news/world/europe/turkey-pre...

Commentaires

si les centaines de milliers de turcs établis en Allemagne ont voté contre l'hégémonisme du petit Erdogan monté sans éducation au grade d'élu suprême de la Turquie par voie démocratique,

cela ne s'est pas vu: loin de là.
idem de la promesse de candidature (faite en solo par Angela) d'entrée de la Turquie dans l'UE

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 01/01/2016

Le Kaiser était déjà l'allier de Taalat Pacha lors du génocide arménien. Comme quoi la teutonne souffre du même strabisme que son ancêtre.

Écrit par : norbert maendly | 03/01/2016

Les commentaires sont fermés.