25/02/2016

Contre une expulsion indigne de la Jungle

Cet après-midi une trentaine de manifestants se sont rassemblés devant le Consulat de France pour protester contre l’expulsion programmée dans la “jungle” de Calais en France.

DSC_8034.jpg

Depuis quelques jours, la préfet du Pas-de-Calais veut évacuer la zone sud du bidonville que les réfugié-e-s bloqués à Calais, aidés par des associations nationales et internationales ont construit pour avoir un abri de fortune.
Quelques «800 à 1000 réfugié-e-s» devront partir selon la préfet… En réalité beaucoup plus de personnes vivent dans cette zone. L’auberge des migrants a mobilisé ses bénévoles et ceux de Help Refugees durant deux jours pour effectuer un recensement : « 3 455 personnes vivent sur cette moitié de la “jungle”, dont 440 mineurs. » Un nombre accrédité par la consommation d’eau et les tonnes de déchets qui en sont enlevées, selon les militant-e-s.
 
Comme on a vidé le camp de Sangatte en 2002, comme on a vidé la jungle afghane de 2009, l’Etat Français voudrait se « débarrasser » des réfugié-e-s en supprimant simplement leur lieu de vie ou de survie précaire. Une fois de plus, c’est l’évacuation d’un camp de réfugié-e-s, et leur dispersion que les pouvoirs publics envisagent comme unique réponse aux problèmes de la migration.

Bernard Cazeneuve estime que cette évacuation constitue pour les migrants une «opération humanitaire où nous proposons une solution à tous». Les conditions de vie – ou de survie – sont particulièrement difficiles dans la « jungle », certes et il n’est pas question de vouloir pérenniser ces conditions d’accueil à bien des égards dégradantes. Mais force est de constater que ce bidonville s’est développé ainsi du fait de l’impuissance des pouvoirs publics à apporter des réponses à la hauteur de la gravité de la situation.
 
Alors que la préfet évoque les 1500 places du centre d’accueil provisoire (CAP), nous ne pouvons que constater que ce dispositif est encore largement sous-dimensionné, et que des améliorations en terme de respect de l’intimité des personnes et des conditions de vie sur le site sont fortement requises. Si les lieux de vie existant dans la « jungle » disparaissent, il est fort probable que les exilé-e-s refuseront, pour beaucoup, d’accepter cet espace contraint du CAP.

Ce rassemblement doit montrer notre solidarité avec les migrant-e-s à Calais, mais aussi dénoncer la politique criminelle de l’État français. Nous ne pouvons tolérer une gestion si peu humaine du phénomène de la migration. Il est temps que l’État français comprenne qu'il est responsable des conditions de vie indignes des personnes vivant dans la jungle et que la «réponse » qu'il donne n'en n'est pas une !

DSC_8037.jpg

DSC_8046.jpg

DSC_8041.jpg

DSC_8053.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

 

Commentaires

Et qu'est ce que vous faites des gens qui vivaient là avant "la jungle" et dont le sort semble être oublié de tous, surtout des médias et pire, voir criminel: Abandonné par l'état de leur propre pays dont c'est pourtant la mission fondamentale de protéger leur droits et biens matériels.

Écrit par : Eastwood | 24/02/2016

où on apprend que les lois françaises de protection de l'enfance etc, n'autorisent pas l'hébergement des mineurs voyageant seuls, à "sortir" de la jungle

- ni dans les containers neufs installés par MSF
- ni chez les particuliers qui se sont annoncés auprès des autorités (Mairie & Préfecture) bénévoles, pour ces hébergements
- ni dans les CAO (centre d'accueil d'urgence et temporaires...), les rares et seuls lieux d'hébergements proposés par les administrations fr

un pays où plus de 35'000 sans logement sont hébergés en "accueil d'urgence" en hôtels pendant des années, des milliards payés par les contribuables à des hôteliers marchands de la misère


Quid des autorités françaises face à leurs obligations du droit d'asile, des réfugiés politiques, de la protection de l'enfance et des mineurs abandonnés à Calais aux mains des maffias de passeurs?

Pendant ce temps, Amnisty International fait son buzz en condamnant la Suisse..

Écrit par : divergente | 26/02/2016

Les commentaires sont fermés.