21/03/2016

Newroz : fêtent le nouvel an et la Fête de la résistance!

Dimanche soir environ deux centaine de Kurdes se sont rassemblés dans la zone piétonne de la Rue du  Mont Blanc pour célébrer la fête de Newroz (nouvel an Kurde). Ils ont marché jusqu’à la Plaine de Plainpalais avec des banderoles et des torches. Sur la Plaine, ils ont allumé un feu en l’honneur du jour de la renaissance et de la résistance, suivi de chants et de danse.

DEM_7098.jpg

DEM_7102.jpg

DEM_7104.jpg
Messager de Monsieur  Ihsan KURT ( Conseiller communal PS, Prilly)

NEWROZ PÎROZ BE!

Aujourd'hui, le 20 mars, jour du printemps (Newroz ou Newrouz)), en harmonie avec le renouveau de la nature, tous les peuples kurdes, iraniens, pachtouns parmi d'autres, fêtent le nouvel an. Selon le calendrier solaire, l’heure du nouvel an coïncide donc exactement avec l’équinoxe de printemps, et varie selon les années, qui comptent ainsi exactement 365 jours un quart.

Les kurdes fêtent le Newroz au Kurdistan iranien, irakien, syrien et turque depuis des siècles. En raison des répressions politiques et interdiction de ce jour par les régimes en question, cette fête est très politisée et est devenue un jour ou semaine des protestations contre l'oppresseur. C'est pourquoi on l'appel aussi "La Fête de la résistance!" Ces 30 dernières années notamment au Kurdistan turc, plusieurs personnes ont perdu la vie lors des manifestations de Newroz. Cette année le gouvernement turc a interdit la fête dans plusieurs villes pour des raisons de "sécurité"! Espérons que Newroz soit fêter un jour librement et paisiblement, et que les gens mettent leurs plus bels habits et chantent, dansent au tour du feu!

Vive le Newroz, la fête du printemps, de la justice, de la liberté et de la fraternité! BIJÎ NEWROZ!

DEM_7108.jpg

DEM_7111.jpg

DEM_7117.jpg

DEM_7143.jpg

DEM_7144.jpg

DEM_7175.jpg

DEM_7200.jpg

DEM_7238.jpg

DEM_7294.jpg

DEM_7306.jpg

DEM_7319.jpg

DEM_7361.jpg

DEM_7372.jpg

DEM_7383.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

 

18/03/2016

Rassemblement de solidarité avec la Grève civique nationale du peuple colombien

À l’occasion d'une journée d'action et de solidarité internationale avec le Grève civique et nationale en Colombie contre la politique économique et sociale du gouvernent de Juan Manuel Santos, plusieurs personnes se sont rassemblées au passage piéton du Mont-Blanc à Genève.

99991042.jpg

99991063.jpg

La droite vénézuélienne, qui détient la majorité à l'Assemblée Nationale (AN) depuis les élections parlementaires du 6 décembre 2015, a présenté un projet de loi qui cherche à pardonner une quantité d'actes criminels qui violent les droits de I'homme et les libertés fondamentales assurées par l'État de Droit et de Démocratie au Venezuela.

Au Venezuela, des actions violentes et terroristes ont eu lieu dans diverses régions du pays au cours de la première moitié de l'année 2014 pour chercher à déstabiliser le gouvernement légitime du Président Nicolás Maduro Moros. Les rebelles ont été incités, soutenus et encouragés par Leopoldo López qui a lancé des appels à travers les médias demandant aux vénézuéliens de sortir manifester de manière non pacifique. Leurs actes criminels ont laissé un bilan de 43 morts, 878 blessés et plus de dix milliards de dollars en raison des dommages causés au patrimoine public et à la propriété.

Les victimes continuent à exiger la justice et la paix dans le cadre de l'actuelle session du Conseil des droits humains. Plusieurs personnes et organisations ont manifesté leur soutien au comité des victimes à la Place des Nations.

99990888.jpg

99990894.jpg

99990901.jpg

99990908.jpg

99990911.jpg

99990915.jpg

99990918.jpg

99990925.jpg

99990931.jpg

99990935.jpg

99990954.jpg

99990962.jpg

99990973.jpg

99990989.jpg

99990991.jpg

99991000.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

14/03/2016

Manifestation de soutien à Zeinab Jalalian qui est dans le couloir de la mort

Une trentaine de personnes se sont rassemblées en face du palais Wilson, siège du Haut-Commissariat aux droits de l’homme pour protester contre le régime d'Iran et en soutien aux prisonniers politiques telle que Mme Zeinab Jalalian. Cette dernière est en train de perdre le sens de la vue et on lui refuse des visites médicales pour remédier à sa situation.


Plusieurs centaines de prisonniers Kurdes sont condamnés à de longues sentences en prison et sont exécutés après avoir subi des traitements inhumains.

Mme Jalalian souffre de ptérygion et d'une maladie intestinale, et elle peut perdre complètement la vue, mais les gardiens de la prison ont empêché de la transporter à l'hôpital.

En mars 2008, elle avait été arrêtée par la police à Kermanshah, et elle a subi des interrogatoires, notamment sous la torture. Elle a été condamnée à mort par le tribunal, mais sa peine a été commuée en prison à vie.

Cette prisonnière politique, qui a passé les huit dernières années en prison, a fait des grèves de la faim à plusieurs reprises en raison des pressions qu'elle subit et parce que les autorités lui refusent un accès aux soins.

99990775.jpg

99990781.jpg

99990786.jpg

99990793.jpg

99990795.jpg

99990796.jpg

99990804.jpg

99990824.jpg

99990829.jpg

99990832.jpg

99990834.jpg

99990853.jpg

99990858.jpg

99990868.jpg

99990853.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

13/03/2016

Festival du film et forum international sur les droit humains: palmarès et remise des prix

COMMUNIQUE DE PRESSE - CLOTURE ET PALMARES DE LA 14èME EDITION DU FIFDH

DEM_6077.jpg

DEM_6088.jpg

DEM_6106.jpg

DEM_6126 16-30-29-338.jpg

DEM_6133.jpg

DEM_6150 16-30-41-522.jpg



Le FIFDH vient de livrer son palmarès au terme d’une édition marquée par un engouement et une mobilisation exceptionnels.

OUVRONS LE DEBAT ! Ce slogan a porté la 14ème édition du Festival du Film et Forum International sur les Droits Humains (FIFDH), qui s’est définitivement imposé comme l’événement le plus important consacré au cinéma et aux droits humains à travers le monde. Du 4 au 13 mars 2016, dans 37 lieux du Grand Genève, 210 cinéastes et personnalités internationales ont présenté leurs films, participé à des débats publics de haut niveau en parallèle au Conseil des droits de l’homme de l’ONU et rencontré un public passionné lors de séances à guichet fermé.

DEFENSEUR.E.S DES DROITS HUMAINS ET ARTISTES AU RENDEZ-VOUS

Grande reconnaissance pour le Festival, le Docteur Denis Mukwege présent au débat « RDC: silence on viole! » à la Comédie de Genève a été reçu par le Haut-Commissaire aux droits de l'homme Zeid Ra’ad al-Hussein au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Quelques moments forts de cette édition: Roberto Scarpinato, Procureur général au parquet de Palerme, a demandé la création d’un Tribunal pénal international pour le Mexique, les débats qui ont réuni Zhanna Nemtsova, une année après l’assassinat de son père l’opposant russe Boris Nemtsov, Guy Ryder, Directeur général de l’OIT, le Docteur genevois Didier Pittet, la jeune rappeuse Sonita Alizadeh ou encore, lors du débat autour du terrorisme, Alain Bauer et Deeyah Khan. Sans oublier les interventions par Skype de Robert Badinter, Vandana Shiva, Ensaf Haidar (épouse de Raif Badawi) et la Chinoise Hooligan Sparrow.

Le FIFDH a programmé cette année 46 films documentaires et de fiction. Il s’est aussi intéressé au financement des documentaires avec l’organisation d’une fenêtre sur Good Pitch avec Britdoc et la Fondation Ford. Le cinéaste Brillante Mendoza a donné une Masterclass exceptionnelle. Nabil Ayouch, Mai Masri, Joachim Lafosse, Amos Gitai, Nanfu Wang, Hemal Trivedi et Gael Garcia Bernal ont partagé leur passion pour le cinéma, leur nécessité de dénoncer les atteintes aux droits humains et leur engagement, aux côtés des cinéastes suisses Frédéric Choffat, Jean-Cosme Delaloye ou encore Richard Dindo, tous co-produits par la RTS.

Dans le cadre du programme pédagogique, 2'224 élèves et 188 enseignants ont assisté à 17 séances avec 41 intervenant.e.s.

UN FESTIVAL EN PLEIN ESSOR

Le Festival a noué 40 nouveaux partenariats comme la Fondation Ford, la Déclaration de Berne, l’ISHR, la Cinémathèque suisse, la HEAD-Genève et l’Association des Communes genevoises.

Pour ouvrir le débat, le FIFDH est sorti de ses murs pour aller à la rencontre de nouveaux publics. Soutenu par 18 communes, il a proposé des projections, des débats et des rencontres dans 37 lieux. Des centres d’hébergement collectif de l’Hospice général à la Maison de la Paix, en passant par le CERN, la Comédie de Genève et le Musée International de la Croix-Rouge, cette volonté de mélanger les publics a été récompensée par des salles pleines et des débats de qualité.

UN FESTIVAL PLUS CONNECTE QUE JAMAIS

Le Festival a retransmis en direct sur sa chaîne Youtube tous les débats, qui ont également été tweetés en direct. La page Facebook du Festival a atteint 250’000 personnes en une semaine et a dépassé les 10’000 likes. Une nouvelle application mobile et une plate-forme Instagram ont été lancées avec succès.

DIMANCHE 13 MARS

Dimanche 13 mars, dernier jour du Festival, un débat est proposé sur le Sport et les droits humains, qui comptera sur la présence exceptionnelle de Fani Misailidi, Cheffe des affaires publiques de la FIFA. Le dernier débat traitera de l’Erythrée. Amos Gitai présentera son film Le dernier jour d’Yitzakh Rabin à Genève et à la Cinémathèque suisse.

Le public aura l’occasion de voir ou revoir aux Cinémas du Grütli les films primés dimanche 13 mars.

Cette 14ème édition est dédiée à l’artiste Leila Alaoui, à qui le festival a rendu un vibrant hommage en présence de Christine Alaoui, sa mère, ainsi que Nabil Canaan, son fiancé, sous les notes de We shall overcome, interprété a cappella par Barbara Hendricks.

PALMARES OFFICIEL
SECTION DOCUMENTAIRES DE CREATION

Le Jury international documentaires de création était présidé par Barbara Hendricks aux côtés de Plantu, Philippe Djian, Ece Temelkuran et Daniel Schweizer.

GRAND PRIX DE GENEVE (CHF 10'000)
Offert par le Canton et la Ville de Genève

DEM_6344.jpg

DEM_6356.jpg
AMONG THE BELIEVERS d’Hemal Trivedi et Mohammed Ali Naqvi

Un documentaire courageux qui aborde la question de l’intégrisme religieux qui menace la société pakistanaise. Un film qui aborde la complexité de cette question et montre le fossé qui sépare ces deux mondes. Sans juger, il laisse de la place au spectateur et permet de mieux comprendre la complexité de cette société partagée entre Djihad et démocratie. Un film sur deux Islam, le modéré et le radical qui divise le Pakistan, et ses conséquences.

PRIX GILDA VIEIRA DE MELLO EN HOMMAGE A SON FILS SERGIO VIEIRA DE MELLO (CHF 5'000)

DEM_6310.jpg

DEM_6318.jpg
Offert par la Fondation Barbara Hendricks pour la Paix et la Réconciliation

HOOLIGAN SPARROW de Nanfu Wang

Le film d’une activiste qui avec beaucoup de courage et de conviction suit des protagonistes qui symbolisent la résistance face à l’impunité. Un documentaire engagé et inventif au plus près de Sparrow, une femme admirable qui incarne un des nombreux visages du combat pour les droits humains en Chine.

PRIX SPECIAL DU JURY (CHF 3’000)

Offert par la Fondation Barbara Hendricks pour la Paix et la Réconciliation

A SYRIAN LOVE STORY de Sean McAllister

La petite histoire dans la grande histoire. Un film de captation qui suit une famille, un couple en exode. En immersion, entre confidence et témoignage, le réalisateur a filmé durant cinq années cette chronique politique et familiale. Une démarche respectueuse de ses protagonistes : un couple qui progressivement se défait à cause de la guerre.

PRIX DU JURY DES JEUNES (CHF 500)
Offert par la Fondation Eduki

HOOLIGAN SPARROW de Nanfu Wang

DEM_6287 16-31-46-381.jpg
Ce film marie avec justesse fond et forme. Il nous a plongé dans un combat contre l’oppression et l’injustice et il nous accompagnera encore longtemps. Malgré des moyens restreints, ce documentaire présente des qualités cinématographiques rares et amène de la beauté là où il n’y en a pas.
Jury : Léo Bastianelli, Anjali Bhundia, Charlotte Burnand, Aline Favre, Fabian Menor, Asma Lghazaoui

SECTION FICTION ET DROITS HUMAINS

Le Jury International Fiction et droits humains était présidé par Nabil Ayouch, aux côtés de Marcela Zamora Chamorro, Aude Py et Philippe Cottier.

GRAND PRIX FICTION ET DROITS HUMAINS (CHF 10’000)

Offert par la Fondation Hélène et Victor Barbour

ZVIZDAN (Soleil de plomb) de Dalibor Matanic

DEM_6268.jpg

DEM_6279 16-31-43-636.jpg

Le jury a été touché par la thématique universelle qu’explore le film. L’auteur a une manière très originale de parler de la haine et des moyens de la dépasser. Le parti pris de faire jouer aux acteurs plusieurs rôles est à la fois intriguant et convaincant, et provoque une mise en abîme très réussie. Le jury a été particulièrement sensible à l’ancrage balkanique de l’histoire. La qualité de la réalisation est indéniable, ainsi que l’interprétation des acteurs, notamment l’actrice qui joue les différents rôles de femmes, Tihana Lazovic.

Mention spéciale à EXPERIMENTER de Michael Almereyda

Le jury a éprouvé le besoin de souligner par une mention spéciale l’extrême importance du sujet du film de Michael Almereyda. Ce qu’il révèle, malgré une intrigue située dans les années soixante, est indéniablement contemporain et interroge de manière très subtile les fondements de la nature humaine. Les partis pris esthétiques et l’aspect créatif du film ont enthousiasmé le jury.

PRIX DU JURY DES JEUNES (CHF 500)

DEM_6236 16-31-26-704.jpg

DEM_6231.jpg
Offert par les Peace Brigades International

3000 NUITS de Mai Masri

Le jury fiction des jeunes a choisi de récompenser un film empreint de poésie malgré la violence de la situation qu’il dénonce. Le conflit israélo-palestinien y est reflété en microcosme, dans une prison de femmes. Avec une caméra brute et spontanée, la réalisatrice nous expose avec force un problème très actuel et nous encourage à refuser de nous soumettre aux abus d’un système autoritaire et injuste. Face aux violations des droits humains, son message est clair : solidarité, résistance !
Jury : Victor Delétraz, Ceylin Gercekci, Luana Iarocci, Dylan Kummli, Samantha Morris, Emma Tjepkema


SECTION OMCT
Décerné par le Jury de l’OMCT, attribué à un.e cinéaste dont le film témoigne de son engagement en faveur des droits humains, pour soutenir l’écriture de son prochain film.

GRAND PRIX DE L’ORGANISATION MONDIALE CONTRE LA TORTURE (OMCT) (CHF 5'000)

DEM_6189.jpg

VOYAGE EN BARBARIE de Delphine Deloget et Cécile Allegra

DEM_6213 16-31-15-757.jpg
Ce film donne la parole pour la première fois aux migrants Erythréens qui ont été près de 50’000 dans le désert du Sinaï à subir des sévices dans un but purement économique – crimes pendant longtemps tolérés par le gouvernement égyptien. Il parle de migration, défi central de cette décennie que beaucoup voient comme une menace sociétale. L’usage de la torture (et d’autres formes de maltraitance et d’esclavage) sur les migrants est généralisé et peu documenté. Il se produit non seulement dans le Sinaï mais aussi en Libye et ailleurs sur les parcours les plus fréquemment empruntés par les migrants. C’est aussi un film plein d’espoir qui montre le courage et la résilience incroyable des survivants ainsi que des personnes oeuvrant à distance pour les aider à fuir, à en finir avec l’impunité et à obtenir réparation.

PRIX DU JURY DU CENTRE DE DETENTION DE LA CLAIRIERE

DEM_6184.jpg
SPARTIATES de Nicolas Wadimoff
Un documentaire qui suit la vie d’un éducateur qui se bat sans relâche, avec la volonté d'aider les jeunes, malgré le fait qu'il n'ait aucun moyen. Il aide les hommes et les femmes, les noirs et les blancs, les petits et les grands. Nous avons aussi aimé l’image et les scènes d’actions, quand on entend plus que la respiration du personnage.

DEM_6039.jpg

DEM_6043.jpg

DEM_6050.jpg

DEM_6053.jpg

DEM_6061.jpg

DEM_6066.jpg

DEM_6163.jpg

DEM_6388.jpg

<Pour voir la suite des photos >

http://www.photographygeneva.com/gallery/festival-du-film...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

08/03/2016

Femmes au boulot jusqu'au Tombeau!

A l'occasion de la Journée internationale pour les droits des femmes plus d’une centaine de femmes et d’hommes ont participé à un défilé parti de la Place Bel-Air pour rejoindre la zone piétonne de la rue de Mont-Blanc avec banderoles et pancartes. Certains étaient déguisés pour pourfendre la loi concernant la retraite à 65 ans pour les femmes. "Femmes au boulot jusqu'au Tombeau", c’est bien dit!

DEM_5053.jpg

DEM_5054.jpg

DEM_5058.jpg

DEM_5060.jpg

DEM_5061.jpg

DEM_5066.jpg

DEM_5078.jpg

DEM_5086.jpg

DEM_5101.jpg

Discours d’Amanda Gavilanes

Mesdames,
Chères membres du collectif « Egalité et travail pour tous »
Très chères amies,

Quelle joie et quel plaisir de nous voir toutes ici réunies en cette journée internationale de LA femme. Je vous souhaite à toutes une bonne fête ! Puissent vos maris vous couvrir de fleurs et vos enfants de beaux dessins. La vaisselle attendra demain.

Le 8 mars est habituellement le haut lieu des féministes en tout genre qui crient leur révolte contre le système patriarcal. Il était temps que nous aussi nous fassions entendre notre voix. Il était temps que nous aussi nous nous réunissions afin de manifester notre attachement à cette valeur essentielle pour notre société qu’est le travail. Car, voyez-vous, travailler, c’est la santé ! Et ne rien faire, c’est être femme au foyer. Et cela nous ne pouvons plus l’accepter. Pendant trop longtemps, les femmes se sont cachées derrières leur soi-disant tâches éducatives et la mauvaise répartition des tâches domestiques pour justifier leur manque de productivité. Pendant trop longtemps, elles se sont plaintes d’être les victimes d’un système qui les opprime et les asservit. Cela est inacceptable. Il faut que cela cesse. Il faut que nous soyons conscientes que nos enfants ne sont pas la cause de notre malheur. C’est notre manque de réalisme qui l’est.

A partir de maintenant, ne nous plaignons plus d’être payées moins que les hommes. Quoique nous fassions, nous devons reconnaître que nous nous investissons moins dans nos activités professionnelles car nous sommes toutes des mères avant tout. Il est donc normal que nos maris continuent à ramener le pain quotidien. Cette fameuse double journée dont parlent les féministes, n’existe pas. Une fois rentrée dans nos foyers respectifs, réjouissons-nous d’y trouver nos merveilleuses têtes blondes et de pouvoir avec bonheur et délectation leur préparer leur repas, les aider à faire leurs devoirs et faire la lessive. C’est un privilège que les hommes ne nous voleront pas !

Il en va de même avec l’âge de la retraite. Que celles qui veulent encore longtemps porter le stigmate d’une retraite prématurée, lèvent la main ! Il est de notre devoir en tant que femmes de soutenir l’effort de notre pays en période de crise. Nous nous sommes battues pour avoir le droit de travailler. On ne nous volera plus une année de dur labeur! On ne nous forcera plus à vivre dans l’oisiveté, mère de tous les vices. Je tiens ici, a remercié tout particulièrement, M. le conseiller fédéral Berset. Lui qui dans son infinie sagesse a finalement accepté d’entendre les appels désespérés des milieux patronaux et économiques, eux qui souhaitaient tant donner aux femmes la place qui leur revient de droit.

Soyons fières de pouvoir contribuer au redressement et à la pérennisation de notre système de retraite. Ce n’est que dans l’acceptation de nos rôles respectifs dans la société et en embrassant la complémentarité des hommes et des femmes que nous créerons un système plus juste pour tous.

DEM_5106.jpg

DEM_5109.jpg

DEM_5110.jpg

DEM_5117.jpg

DEM_5118.jpg

DEM_5120.jpg

DEM_5154.jpg

DEM_5157.jpg

DEM_5169.jpg

DEM_5170.jpg

DEM_5173.jpg

DEM_5179.jpg

DEM_5185.jpg

DEM_5188.jpg

DEM_5193.jpg

DEM_5200.jpg

DEM_5203.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

 

DEM_5215.jpg

05/03/2016

FIFDH est dédié à la mémoire de Leila Alaoui

La 14ème Festival du Film et Forum International sur les droit d'humain cérémonie d'ouverture ont eu lieux le 4 mars ,Esapace Pitoëff à Genève.

Cette édition est dédiée à la mémoire de son artiste à l’honneur, Leila Alaoui, victime il y a un mois des attentats de Ouagadougou.

DEM_3997.jpg

DEM_3974.jpg

DEM_3982.jpg

DEM_3987.jpg

Messager de la directrice Madame Isabelle Gattiker

S’EMPARER DU TEMPS

Cette édition du Festival restera à jamais marquée par une tragédie. Notre artiste à l’honneur, Leila Alaoui, a été tuée il y a 6 semaines dans les attentats de Ouagadougou. Tant d’humour, tant d’idées, tant d’avenir... et d’une seconde à l’autre, elle n’est plus là. Leila qui prenait toujours son temps, le temps d’être présente pour les gens qu’elle aimait et celui d’aller à la rencontre de son sujet : elle le saisissait tout doucement, lentement, avant de l’offrir à nos yeux. Leila qui ne savait pas que le temps, tragiquement, lui était compté.

« On n’a pas le temps ! » Le temps nous a. Occupés. Saturés d’informations dans un monde devenu complexe, sans filtre ni filet. Tant de visages en souffrance devant nos yeux, mais si peu de moments pour se mettre à leur place. Si peu d’amour.

Alors notre temps, pour une fois, nous ne le compterons pas. Nous le prendrons pour regarder, passionnément, des films de cinéma. Brillante Mendoza, juste après le typhon Hayan, empoigne sa caméra et construit une œuvre sous tension, directement sur les traces du carnage. Amos Gitaï s’empare de l’assassinat de Rabin pendant 2h30 magistrales. Deux temporalités, deux œuvres à la fois absolument contemporaines et parfaitement intemporelles. Et comme tous les films présentés, longuement mûries, car il faut des montagnes de patience et de volonté pour réussir à nous emmener, pas à pas, vers l’ailleurs et vers les autres.

Il y a tant d’autres et d’ailleurs à raconter, que nous montrerons en écho d’autres formes artistiques : pour raconter le drame des réfugiés, nous proposerons également une performance théâtrale, une vidéo, une œuvre participative et des photographies. Des formes brèves, mais qui résonnent longtemps.

Une image vaut mille mots... mais nous ne comptons rien, ni notre temps, ni notre amour et surtout pas nos mots. Personne ne sait ce que l’avenir nous réserve ? Concentrons-nous sur le présent, à travers des débats que nous avons voulus imprévisibles et surprenants, qui nous mènent de l’Erythrée au Mexique et de Riyad à Paris. Nous savons que le monde idéal n’existe pas, mais nous mettrons en lumière des personnes qui n’ont pas renoncé à faire de notre monde quelque chose de plus beau et de plus juste. Nous les écouterons vraiment, et nous les questionnerons sincèrement, parce que ce qui est vivant, c’est ce qui bouge, ce qui est en équilibre, souvent questionné et constamment réinventé, exactement comme la démocratie et nos valeurs.

L’ambition de ce Festival est d’être, à sa toute petite échelle et avec une formidable équipe, un lieu d’expérimentation, un lieu où l’on se rencontre et un lieu de transformation. Un lieu où on efface la peur et où l’on ose le courage. Un lieu de résistance.

Un lieu vivant, vivant envers et contre tout. Un lieu comme tu l’aurais je l’espère aimé, Leila.

Isabelle Gattiker, Directrice générale et des programmes

DEM_3994.jpg

DEM_4006.jpg

DEM_4018.jpg

DEM_4034.jpg

DEM_4041.jpg

DEM_4060.jpg

DEM_4070.jpg

DEM_4072.jpg

DEM_4077.jpg

DEM_4094.jpg

DEM_4095.jpg

DEM_4105.jpg

DEM_4118.jpg

DEM_4125.jpg

DEM_4129.jpg

DEM_4143.jpg

DEM_4168.jpg

DEM_4177.jpg

DEM_4193.jpg

DEM_4197.jpg

DEM_4202.jpg

DEM_4210.jpg

DEM_4216.jpg

DEM_4225.jpg

DEM_4245.jpg

DEM_4248.jpg

DEM_4251.jpg

DEM_4256.jpg

DEM_4265.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

 

04/03/2016

Inauguration du 86ème salon de l'auto avec le conseiller fédéral Alain Berset et les autorités genevoises.

 Inauguration du 86ème salon de l'auto avec le conseiller fédéral Alain Berset et les autorités genevoises.

 

DEM_2697.jpg

DEM_2767.jpg

DEM_2769.jpg

DEM_2775.jpg

DEM_2805.jpg

DEM_2822.jpg

DEM_2877.jpg

DEM_2893.jpg

DEM_2964.jpg

DEM_2972.jpg

DEM_2992.jpg

DEM_3009.jpg

DEM_3005.jpg

DEM_3010.jpg

DEM_3142.jpg

DEM_3146.jpg

DEM_3155.jpg

<Pour voir la suite des photos >

http://www.photographygeneva.com/gallery/l-inauguration-d...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

 

02/03/2016

« Disorder » au Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

Vernissage de « Disorder »  au Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.
Les travaux des 12 finalistes du prix Pictet sont à découvrir du 2 mars au 8 mai 2016
DEM_2520.jpg

DISORDER PRIX PICTET

2 mars au 8 mai 2016

« Notre époque se caractérise par le désordre. […] La maîtrise que nous avons de nombreux aspects de la vie nous a amenés à croire que nous avions plié la planète à notre volonté. Cependant, la fragilité de cette présomption se révèle à chaque épidémie, tremblement de terre, raz-de-marée ou sécheresse. À mesure que les jours passent, notre illusion d’ordre se désintègre. »

Kofi Annan, Président d’honneur du Prix Pictet

Diso
rder est le thème de la sixième édition du Prix Pictet, prestigieuse récompense dans les domaines de la photographie et du développement durable. Chaos social, débordements politiques, guerres civiles, dérèglements climatiques sont autant de manifestations du désordre retrouvées au coeur des travaux des douze photographes exposés, qui les traitent de façon poétique, abstraite ou documentaire.

À l’issue d’une première sélection qui a vu plus de 700 noms examinés,  Ilit Azoulay, Valérie Belin, Matthew Brandt, Maxim Dondyuk, Alixandra Fazzina, Ori Gersht, John Gossage, Pieter Hugo, Gideon Mendel, Sophie Ristelhueber, Brent Stirton et Yang Yongliang ont été retenus par un jury indépendant.

Après une présentation au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris et au MAXXI à Rome, l’exposition Disorder fait halte, pour la première fois à Genève, au Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Pour plus d’information:

http://www.redcrossmuseum.ch/expo-temporaire/disorder/

DEM_2523.jpg

DEM_2529.jpg

DEM_2531.jpg

DEM_2543.jpg

DEM_2553.jpg

DEM_2555.jpg

DEM_2561.jpg

DEM_2566.jpg

DEM_2567.jpg

DEM_2568.jpg

DEM_2571.jpg

DEM_2572.jpg

DEM_2574.jpg

DEM_2578.jpg

DEM_2581.jpg

DEM_2582.jpg

DEM_2586.jpg

DEM_2598.jpg

DEM_2602.jpg

DEM_2608.jpg

DEM_2611.jpg

DEM_2620.jpg

DEM_2628.jpg

DEM_2646.jpg

DEM_2658.jpg

DEM_2671.jpg

DEM_2674.jpg

DEM_2678.jpg

DEM_2685.jpg

DEM_2621.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.