28/08/2016

Un millier de personnes dans les rues de Genève pour la solidarité avec les poissons

 


Des actions partout dans le monde

Des actions similaires ont eu lieu simultanément dans d'autres villes du monde entier, comme notamment à Montréal, Toronto, Paris, Lyon, Nice, ainsi qu'en Pologne, Argentine, Equateur, Nouvelle Zélande, etc.
 
Un millier de personnes dans les rues de Genève pour la solidarité avec les poissons, pour cette manifestation à Genève, environ 1'000 manifestant-e-s étaient présent-e-s des militant-e-s et associations de toute la Suisse se sont joint-e-s à l'association PEA pour appeler à un changement en profondeur de notre rapport aux animaux. Selon la porte-parole Malena Azzam, "nous devons nous diriger vers un monde prenant en considération la vie et les intérêts de tous les êtres sensibles."

Sur le pont des Bergues, tous les manifestants se sont couchés par terre et ont été recouverts par un immense filet de pêche. Pendant ce temps, un violoniste parcourait le pont en jouant de son instrument. Le but de cette action était d'attirer l'attention sur le sort que nos sociétés réservent aux animaux aquatiques. Selon Malena Azzam, porte-parole de l'association PEA, "tout le monde serait choqué que l'on attrape des centaines d'oiseaux dans un filet et qu'on les tue ensuite en les noyant dans l'eau, pourtant c'est exactement ce que la pêche fait endurer aux animaux aquatiques. Les poissons ne peuvent crier pour exprimer leur souffrance, mais celle-ci n'en est pas moins terrible lorsqu'ils meurent par suffocation dans les filets de pêche. Nous devons cesser cette violence et élargir notre cercle de compassion à tous les êtres sensibles. Il ne doit plus être permis de tuer des animaux simplement parce qu'ils sont d'une autre espèce que la nôtre."

Le but de cette action était d'attirer l'attention sur le sort que nos sociétés réservent aux animaux aquatiques.

Selon Malena Azzam, porte-parole de l'association PEA, "tout le monde serait choqué que l'on attrape des centaines d'oiseaux dans un filet et qu'on les tue ensuite en les noyant dans l'eau, pourtant c'est exactement ce que la pêche fait endurer aux animaux aquatiques. Les poissons ne peuvent crier pour exprimer leur souffrance, mais celle-ci n'en est pas moins terrible lorsqu'ils meurent par suffocation dans les filets de pêche. Nous devons cesser cette violence et élargir notre cercle de compassion à tous les êtres sensibles. Il ne doit plus être permis de tuer des animaux simplement parce qu'ils sont d'une autre espèce que la nôtre."

DEM_4680.jpg

DEM_4698.jpg

DEM_4708.jpg

DEM_4713.jpg

DEM_4725.jpg

DEM_4731.jpg

DEM_4760.jpg

DEM_4762.jpg

DEM_4770.jpg

DEM_4807.jpg

DEM_4833.jpg

DEM_4839.jpg

DEM_4945.jpg

DEM_4991.jpg

DEM_5011.jpg

DEM_5035.jpg

DEM_5069.jpg

DEM_5071.jpg

DEM_5077.jpg

DEM_5095.jpg

DEM_5105.jpg

DEM_5114.jpg

DEM_5120.jpg

DEM_5172.jpg

DEM_5202.jpg

DEM_5206.jpg

DEM_5211.jpg

DEM_5217.jpg

DEM_5220.jpg

DEM_5236.jpg

DEM_5228.jpg

DEM_5237.jpg

<Pour voir la suite des photos >

 

http://www.photographygeneva.com/gallery/marche-pour-la-f...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

DEM_5239.jpg

23/08/2016

Genève accueilli Lucas Tramèr médaillé d'or Olympique

Genève accueilli Lucas Tramèr médaillé d'or Olympique

DEM_3960.jpg

DEM_4151.jpg

DEM_3844.jpg

DEM_3853.jpg

DEM_3857.jpg

DEM_3861.jpg

DEM_3862.jpg

DEM_3865.jpg

DEM_3867.jpg

DEM_3870.jpg

DEM_3883.jpg

DEM_3884.jpg

DEM_3893.jpg

DEM_3903.jpg

DEM_3918.jpg

DEM_3952.jpg

DEM_3995.jpg

DEM_3814.jpg

DEM_4028.jpg

DEM_4054.jpg

DEM_4079.jpg

DEM_4088.jpg

DEM_4110.jpg

DEM_4139.jpg

DEM_4151.jpg

DEM_4187.jpg

DEM_4214.jpg

DEM_4240.jpg

DEM_4244.jpg

DEM_4266.jpg

DEM_4269.jpg

DEM_4280.jpg

DEM_4297.jpg

<Pour voir la suite des photos >

 

http://www.photographygeneva.com/gallery/geneve-accueilli...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

DEM_4299.jpg

22/08/2016

Tous les jours action contre le massacre du peuple kurde

Une cinquantaines s’est rassemblée devant la poste du Mont-blanc pour protester contre le massacre de la population kurde à Gaziantep par la coalition Erdogan – état islamique.

Les manifestant ont dénoncé ce massacre et ils ont fait appel à toutes les personnes  originaires du Kurdistan et leur amis à toutes manifestations spontanées  un plan de génocide et en cours.

L1001948.jpg

L1001956.jpg

L1001993.jpg



La déclaration de presse sur l’attentat de Gaziantep.

Erdogan commanditaire du massacre à Gaziantep montre sont vrai vissage !

C’est plus de 50 morts et 90 blessés que l’on décompte parmi la population civile après l’attaque menée par un kamikaze dans le district de Dilok de la ville de Gaziantep, lors d’une cérémonie de mariage d’un jeune couple kurde. Les victimes sont pour l’essentiel des enfants et des femmes.

Malgré son empressement de condamner cet acte barbare, Erdogan n’est pas la victime mais bien le commanditaire de cet attentat. Fort d’avoir maté la tentative de coup d’état du 15 juillet 2016 et ainsi en sauter sur l’occasion pour consolider son hégémonie politique et idéologique dans la région il s’est empressé d’emprisonner et torturer des milliers de militaires partisans de l’axe occidentale et les civiles ayant des affinités avec la confrérie de Gulen. Quant aux forces de gauches et progressistes c’est depuis longtemps qu’elles sont la cible privilégiée.

Reste bien sur le problème essentiel, à savoir les kurdes !

Après une politique de destruction massive des villes kurdes bombardées à l’artillerie lourde durant un an comme ce fut le cas à Sur et Cizre, ils continuent de représenter un obstacle à son désire expansionniste et son idéologie islamiste et ce malgré l’occasion en or offerte à lui par le coup d’état avorté.

Ainsi, très vite Erdogan s’est approché de la Russie, de l’Iran et de la Syrie pour tout en jouant avec la carte de victime mettre en œuvre son propre programme d’ingénierie sociale qui débute avec la tentative même du coup d’état.
Croyant le monde dupe et sans clairvoyance, et ce en profitant au maximum du chaos laissé par la tentative du coup d’état -qu’il a lui-même qualifié d’une faveur de dieux, pour jouer la victime sur la scène internationale, il s’est très rapidement mis d’accord avec la Russie, l’Iran et Esad pour contrer la coalition internationale sur le terrain en Syrie. Bien sûr en présentant cela comme étant une manouvre innocente et cala bien même que la purge des généraux favorable à l’OTAN avait était faite.

Rappelons que la proximité d’Erdogan avec l’état islamique et avec les autres extrémistes a toujours fait l’objet de grands d’ébats et d’irritations. Tout le monde sait qu’Erdogan a grandement contribué au soutien de l’état islamiste en raison de sa phobie envers les kurdes et que par conséquent les kurdes sont leur ennemi commun. De surcroit, là où le gouvernement turc est faible les terroristes du l’EI courent à la rescousse. L’embrouille d’Erdogan est totale et bien menée.

Ainsi tout est mis en œuvre par Erdogan et ce conjointement avec l’EI pour consolider son pouvoir et réaliser son plan d’une Turquie faisant partie des superpuissances de ce monde. L’obstacle c’est les kurdes et le moyen c’est l’Etat Islamique.

Que dire de plus ?

A chacun son rôle !

Erdogan fournie la logistique et les armes !

L’Etat Islamique massacre les kurdes !

Erdogan joue la victime !

L’Etat Islamique contribue à la réalisation du projet d’Erdogan !

Centre Kurde de la Société Démocratique de Genève

L1001962.jpg

L1001967.jpg

L1001977.jpg

L1001987.jpg

L1002007.jpg

L1001999.jpg©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

 

17/08/2016

Manifestation contre le massacre en Ethiopie!

Mardi, après-midi sur le quai Wilson en face du Palais Wilson une centaines de manifestants d’origines érythréenne et éthiopienne de Suisse romande ont condamnė le massacre du week-end dernier, une cinquantaine de personnes ont été tuées samedi et dimanche en Ethiopie lors de manifestations antigouvernementales violemment réprimées par les autorités des régions Oromo (centre et ouest) et Amhara (nord), selon des bilans encore provisoires recueillis lundi auprès de l'opposition et de source diplomatique.

Les manifestant faisaient appel à la conscience de tout être humain qui consiste à briser le silence et condamner le massacre en cours en Ethiopie en utilisant tous les moyens et les occasions possibles.

Ici, nous rendons hommage à nos martyrs qui ont payé de leur vie en défense de leurs droits constitutionnels.

Le massacre actuel en Ethiopie perpètrė contre le peuple Amhara et Oromo est juste l’épisode récent des nombreux massacres que le régime minoritaire avait engagé durant les 25 dernières années sur de nombreux groupes ethnique en Ethiopie comme les Ogadenis, lle Sidamas, les Agnuwask etc.

Les manifestants ont condamné très fermement ces massacres et ces violations des droits fondamentaux et ont fait appel à chacun d’entre vous de pour quil se sent solidaire de notre peuple qui souffre sous régime dictatorial de l’Ethiopie.
L1001783.jpg

L1001706.jpg

L1001721.jpg

L1001729.jpg

L1001758.jpg

L1001763.jpg

L1001767.jpg

L1001774.jpg

L1001777.jpg

L1001779.jpg

L1001785.jpg

L1001788.jpg

L1001795.jpg

L1001800.jpg

L1001803.jpg

L1001811.jpg

 

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

14/08/2016

Feu d'artifice sur le lac de Genève

DEM_3553.jpg

DEM_3564.jpg

DEM_3570.jpg

DEM_3603.jpg

DEM_3610.jpg

DEM_3612.jpg

DEM_3615.jpg

DEM_3620.jpg

DEM_3626.jpg

DEM_3628.jpg

DEM_3633.jpg

DEM_3637.jpg

DEM_3641.jpg

DEM_3650.jpg

DEM_3654.jpg

DEM_3656.jpg

DEM_3666.jpg

DEM_3680.jpg

DEM_3691.jpg

DEM_3693.jpg

DEM_3698.jpg

DEM_3701.jpg

DEM_3706.jpg

DEM_3710.jpg

DEM_3714.jpg

DEM_3716.jpg

DEM_3718.jpg

DEM_3719.jpg

DEM_3720.jpg

 

<Pour voir la suite des photos >

http://www.photographygeneva.com/gallery/feu-dartifice-a-...

 

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

DEM_3721.jpg

DEM_3502.jpg

12/08/2016

Manifestation à Genève contre le dictateur Erdogan

Plus d’une centaine de kurdes se sont rassemblés sur la Place des Nations à Genève afin de réclamer des nouvelles de leur leader, Abdullah Öcalan, et pour montrer leur inquiétude face à la politique de consolidation du pouvoir d’Erdogan qui prend une tournure inédite. Les kurdes ont par la même occasion exprimé la nécessité de la reprise des dialogues pour résoudre la question kurde.

“L’ambiance s’est échauffée hier sur la place des Nations quand cinq jeunes ont escaladé les grilles de l’ONU pour, semble-t-il, tenter de mettre le drapeau turc en berne. Ils ont été arrêtés par la police. Autre incident: le journaliste photo Demir Sönmez, collaborateur occasionnel du Courrier (et qui signe les photos ci-contre), assure avoir été violement poussé au sol par un pandore alors qu’il se trouvait sur le trottoir, occasionnant un bris de lunettes.” (Le Courrier http://www.lecourrier.ch/node/141462 )

 

Comme toujours la police genevoise ne respecte pas liberté d’expression ni le travaille des journalistes.
 
C’est incompréhensible! Même ma carte de presse ne m’a pas protégé contre cette violence aveugle. Un policier m’a interpelé en me disant “Je vous connais bien, dégagez”. Je voudrais savoir comment la police genevoise me connais?

Le monde entier me connais comme « Reporter-photographe, je pense que la police genevoise me prends pour un dictateur comme Erdogan. J’interpelle ici Monsieur Maudet, « vos services de police ou bien ils ne respectent pas la liberté d’expression ou bien on leur a donné comme consigne de me molester lors de mes couvertures de manifestations.

Le 5 janvier 2016 à l’aéroport de Genève, mon matériel de photos a été endommagé par vos gendarmes, hier on m’a cassé mes lunettes et demain ?

M. Maudet j’attends une intervention de votre part pour éclaircir cette cabale contre moi et mon travail.


La tentative de putsch du 15 juillet en Turquie a ouvert la voie à la sale guerre et à la politique antidémocratique que mène Erdogan en Turquie et sa partie Kurde! Les répercussions de cette tentative de putsch et sa récupération par Erdogan pour consolider son pouvoir sont d’ores et déjà claires. Or il sied de rappeler que le vrai coup d’Etat contre la démocratie et les droits humains a eu lieu il y a un an lorsque Erdoğan a intensifié la guerre et a envoyé son armée dans les villes kurdes, enlevé l’immunité des députés, incarcéré des maires et démis de leurs fonctions.
 
On peut le dire sans équivoque : si les résultats des élections du 7 juin avaient été respectés et que le processus de paix avait continué, cette tentative de putsch n’aurait pas eu lieu. L’impasse de la question Kurde et la non démocratisation de la Turquie ont toujours favorisé les conditions pour de tels coups d’Etat. Ce qui s’avère davantage inquiétant  c’est quujourd’hui la volonté d’Erdogan à consolider son pouvoir a atteint un seuil critique. Le mécanisme anti coup d’Etat mis en marche par Erdogan prend le chemin des dictats de la région.
 
Dans de telles conditions, l’état de santé d’Abdullah Öcalan est pour le moins préoccupante pour le peuple kurde dans son ensemble. Lors des visites de ses avocats, de représentants de l’Etat ou encore des comités du HDP, Abdullah Öcalan a toujours souligné le risque d’un putsch en Turquie et les éventuelles menaces dont il pourrait lui-même être la cible. Ce n’est pas sans raison que le peuple kurde s’inquiète et revendique des nouvelles de son Leader Abdullah Öcalans. Car tous ses droits sont usurpés et cela revient à ne pas respecter la volonté des millions d’individus qui le soutiennent. Par conséquent, un comité du HDP doit être immédiatement autorisé à se rendre sur l’île d’Imrali afin de rendre visite à Öcalan.

La Turquie passe par un processus important. Pour cela nous appelons tous les organismes et toutes les personnes responsables, sensibles et susceptibles d’être influents à agir pour cette cause. Les organismes internationaux doivent intervenir au plus vite pour dissiper cette angoisse et incertitude du peuple kurde. Pour cela, nous leur demandons de se rendre à Imrali et d’intervenir pour que la famille d’Öcalan et ses avocats puissent lui rendre visite. Tout doit être fait pour que nous puissions avoir des nouvelles de notre leader Abdullah Öcalan !

DEM_3209.jpg

DEM_3223.jpg

DEM_3230.jpg

DEM_3242.jpg

DEM_3257.jpg

DEM_3258.jpg

DEM_3258.jpg

DEM_3264.jpg

DEM_3284.jpg

DEM_3274.jpg

DEM_3297.jpg

DEM_3320.jpg

DEM_3325.jpg

DEM_3354.jpg

DEM_3374.jpg

DEM_3377.jpg

DEM_3379.jpg

DEM_3382.jpg

DEM_3387.jpg

DEM_3392.jpg

DEM_3399.jpg

DEM_3406.jpg

DEM_3412.jpg

DEM_3417.jpg

DEM_3427.jpg

DEM_3434.jpg

DEM_3461.jpg

DEM_3470.jpg

 

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

 

DEM_3480.jpg

02/08/2016

La Fête nationale

DEM_0914.jpg

DEM_0368.jpg

DEM_0370.jpg

DEM_0378 - copie.jpg

DEM_0412.jpg

DEM_0415.jpg

DEM_0447.jpg

DEM_0488.jpg

DEM_0497.jpg

Discours du maire de Genève à l'occasion de la Fête nationale


Découvrez le discours prononcé par Guillaume Barazzone, maire de Genève, le 1er août 2016 au parc des Bastions.

 

En tant que maire de la Ville de Genève, je vous souhaite à toutes et à tous la bienvenue dans ce magnifique parc des Bastions.

Avant toute chose, je tiens à saluer la présence du Conseiller d’Etat Monsieur Lukas Engelberger qui prendra la parole tout à l’heure et qui représente le canton de Bâle-Ville, invité d’honneur de cette cérémonie. Je le remercie d’avoir accepté notre invitation.

Vor allem freue ich mich über die Anwesenheit des Regierungsrats Herrn Lukas Engelberger, der den Kanton Basel-Stadt vertritt. Ich danke ihm, dass er unsere Einladung angenommen hat.

Vous le savez, la Fête nationale, c’est l’occasion de créer des ponts avec les autres cantons suisses. Nous partageons avec Bâle-Ville plusieurs caractéristiques. Etroitesse du territoire mais vastes liens économiques avec l’étranger, canton-frontière avec de grands voisins, taille de l’agglomération comparable, bref si les Genevois devaient être alémaniques, ils seraient certainement bâlois!

Je salue aussi la présence d’un petit groupe de migrants mineurs non accompagnés qui viennent d’arriver à Genève et qui assistent ce soir à leur première Fête nationale. Les migrants arrivant en Suisse sont confrontés pour la plupart au dénuement, à la solitude, à la barrière linguistique, à l’incompréhension et/ou à une mauvaise connaissance des institutions locales. C’est tout particulièrement vrai pour les requérants mineurs non accompagnés qui sont environ 200 à Genève.

Ces migrants qui sont parmi nous aujourd’hui sont aidés et encadrés par l’Association AMIC qui permet à ces jeunes de se familiariser avec notre pays. Je profite de leur présence pour remercier l’association AMIC pour son travail précieux.

Qu’est-ce qu’être Suisse en 2016? L’histoire de la Suisse est à l’image de notre ville, elle est plurielle. Il y a les récits mythologiques, incarnés par les «trois Suisses» de la Prairie du Grütli et par Guillaume Tell. Ce sont les Suisses héroïques, qui ont forgé notre destin, nous ont libérés du joug de l’oppresseur. Symboliquement, la flèche de Guillaume Tell a brisé nos chaînes et nous a montré le chemin de la liberté. Pour les tenants de la définition mythologique, le Suisse puise surtout sa force dans son désir de liberté, sa capacité à se jouer de rapports de force défavorables.

Il y a aussi l’histoire officielle qui commence par la signature du Pacte de 1291. A travers ce pacte, les communautés des vallées d'Uri, de Schwyz et de Nidwald, se jurent un soutien mutuel contre toute personne extérieure susceptible de les attaquer ou de leur causer du tort. La suite sera un long processus fait d’unions choisies.

Après la bataille de Morgarten, Lucerne, Zurich, Glaris, Zoug et Berne rejoignent les premiers cantons confédérés. «La Willensnation» est en marche. Après la guerre du Sonderbund, entre cantons catholiques et protestants, la première constitution fédérale voit le jour en 1848. Nos institutions actuelles sont créées. Une mécanique juridique complexe est mise en place pour permettre aux minorités d’être associées à la conduite du pays. Entre autorité confédérale et cantonale, on se répartit savamment les tâches et les missions. Le fédéralisme est né.

Pour les tenants de la vision juridique, la Suisse n’avance jamais seul, à l’instar de la devise inscrite sous la Coupole: unus pro omnibus, omnes pro uno, soit: un pour tous, tous pour un. Nous retrouvons ici l’idée de l’union voulue et désirée, qui répond à un besoin de protection.

Pour ma part, j’aimerai aujourd’hui vous proposer une définition plus philosophique de notre identité. Etre Suisse, c’est adhérer consciemment ou non à un système de valeurs qui sont partagées de Chancy à Romanshorn et de Bâle-Ville à Chiasso.

Quelles sont ces valeurs? Là encore, elles nombreuses. Retenons, le pragmatisme, le travail, l’humilité, qui n’exclut pas la fierté, un goût pour la liberté et l’indépendance… Mais notre valeur cardinale, qui sous-tend le fédéralisme, est le respect.

Respect des autres communautés nationales et de leurs langues, respect des minorités, respect de nos différences, respect des autres religions.

Ces valeurs doivent nous servir de boussole, lorsque l’actualité nous désoriente, lorsque l’incompréhension nous guette.

Les conflits au Moyen-Orient, et en Syrie notamment, ont jeté sur les routes des millions de réfugiés. Hommes, femmes, enfants, vieillards ont été condamnés à l’exil. Avant la guerre, j’ai eu l’occasion de visiter Alep. A l’époque Alep était une cité magnifique, prospère avec 3 millions d’habitants. C’est aujourd’hui un champ de ruines, avec moins d’un million d’habitants.

Devant ce monde qui s’emballe, les enjeux migratoires, les réfugiés chassés par les combats, les attentats dans des villes qui nous sont proches, certains ressentent une peur indicible et confuse. Certains craignent pour leurs familles, pour leurs proches. La tentation de la méfiance généralisée est forte.

Mais ne nous laissons pas enfermer par nos émotions et nos peurs. Nous devons nous concentrer sur la défense de nos valeurs.

Un citoyen ou une citoyenne helvétique peut avoir différentes couleurs de peau, parler différentes langues, pratiquer diverses religions, vivre dans le pays ou à l’étranger à l’instar des représentants de la Cinquième Suisse, mais une chose est certaine: les Suisses sont intrinsèquement des personnes qui respectent autrui.

Les individus, les paroles et les initiatives politiques qui stigmatisent les musulmans, bafouent les droits de certaines minorités sexuelles, fustigent les étrangers, vilipendent les frontaliers, ne respectent pas nos valeurs helvétiques. Tout cela n’est pas conforme à notre identité, à notre essence.

Mais respecter autrui, dans ses différences, ne signifie pas tout autoriser. A titre personnel, par exemple, je suis convaincu que nous ne devons pas transiger avec la laïcité. Le fait religieux, fondamentalement, appartient à la sphère privée et je suis d’avis que les représentants de l’Etat en contact avec le public ne devraient pas arborer de signes religieux ostentatoires. L’administration, et à travers elle l’Etat, ne peut pas avoir de religion.

En tant que maire de Genève, je veux rappeler aussi que l’obtention de droits s’accompagne de devoirs. Dans notre société actuelle, ceux-ci sont de plus en plus contestées. Pour rien et pour tout. Pourtant, vivre ensemble, c’est accepter des règles. A travers elles, nous reconnaissons les droits et les besoins de celles et ceux avec qui nous vivons.

En ce jour de Fête nationale, j’aimerai évidemment, au nom de Genève, exprimer ma solidarité vis-à-vis de nos amis français et allemands qui ont été durement frappés par le terrorisme au cours de ces derniers jours. Nous sommes avec eux, nous partageons leurs souffrances et leurs inquiétudes.

Les individus radicalisés qui ont frappé en France, en Allemagne mais aussi en Belgique et aux Etats-Unis n’ont pas déclaré la guerre à ces nations. Ils sont partis en guerre contre un modèle de société. Un modèle occidental qui est bien sûr le nôtre. Ces extrémistes en veulent à notre mode de vie, à notre tolérance, à notre liberté. Genève, symbole d’ouverture, cité de la paix, siège de nombreuses organisations internationales, incarne les valeurs de notre pays et celles de nos voisins.

Avec ces extrémistes-là, nous devons être intraitables car ils visent explicitement notre identité. Avec eux, le temps n’est plus à l’angélisme. Même en Suisse.

Il faut donc accorder les moyens suffisants aux autorités pour mener des actions de surveillance et de renseignement. Notre pays accusait un retard important jusqu’ici. La nouvelle loi fédérale sur le renseignement, que j’ai soutenu au Conseil national, permettra de surveiller les communications de personnes suspectes. Il ne s’agit évidemment pas de ficher l’ensemble des citoyens. La police n’en aurait d’ailleurs pas les moyens. Nous voterons prochainement sur ce sujet, puisque la loi a été combattue par un référendum. J’espère que la population acceptera nettement cette nouvelle loi sur le renseignement.

Je suis interpellé, en tant que responsable politique, par l’’âge des auteurs de ces actes terribles. Ils ont souvent moins de 20 ans. Comme beaucoup d’entre vous, je me questionne. Pourquoi lorsque l’on a la vie devant soi, choisit-on de disparaître et de semer la mort?

Je n’ai pas de de réponse, mais je vois un risque: celui de se tromper d’adversaire. Le terrorisme ne trouve pas sa source dans l’islam, mais dans le nihilisme et la désespérance. Les élus n’ont pas seulement le devoir de mettre en place des politiques publiques, ils doivent aussi créer des conditions-cadres qui offrent des perspectives d’avenir solides pour l’ensemble de la population, et tout particulièrement pour les jeunes.

Pour les 15-24 ans, l’accès à l’emploi est aujourd’hui bien plus difficile qu’auparavant. Selon l’Organisation internationale du travail, dans le monde, 73,3 millions de jeunes sont aujourd’hui sans emploi. Le taux de chômage dépasse les 50% en Espagne et en Grèce. La Suisse est bien mieux lotie, mais Genève reste l’un des cantons où le chômage des jeunes est le plus élevé. Nous devons poursuivre nos efforts pour éviter un gaspillage extraordinaire de ressources.

Nous devons aussi investir pour les générations futures au niveau national. Je soutiens la proposition d’un «fond fédéral pour l’avenir» tournée vers l’innovation et qui doit permettre de garantir les emplois pour nos enfants, et nos petits-enfants.

De manière plus fondamentale, prenons le temps également de transmettre nos valeurs aux générations suivantes. Liberté, tolérance, travail, humilité, celles-ci doivent être répétées, explicitées inlassablement. L’école est naturellement un vecteur, mais la famille en est un autre encore plus important. Si la famille a évolué et est devenue protéiforme, son rôle reste fondamental.

Quel avenir pour la Suisse et Genève?

La fin du secret bancaire qui oblige notre place financière à une profonde mutation, la force du franc qui menace nos exportations et le tourisme, le réchauffement climatique, la lutte contre les extrémistes, sont autant de défis à relever.

J’ai l’intime conviction que nous y parviendrons. Nous, Genevois, nous Suisses, devons, dans chaque domaine, chaque jour, nous appuyer sur nos valeurs, sur notre identité dans ces temps difficiles.

Cela ne passera pas par le rejet de l’autre, mais par le respect de notre identité et notre histoire.

Les Waldstätten se sont unis pour lutter contre plus forts qu’eux. S’ils avaient choisi l’isolement et le repli, nous ne serions certainement pas là aujourd’hui pour célébrer la Fête nationale.

La Suisse est un pays fantastique et ses habitants ont prouvé à travers l’histoire qu’ils ne manquaient jamais de ressources dans l’adversité. Soyons confiants et gardons en tête notre devise, «un pour tous, tous pour un».

Vive la Suisse, Vive Bâle-Ville, vive Genève!

DEM_0513.jpg

DEM_0556.jpg

DEM_0625.jpg

Discours de M. Lukas Engelberger à l'occasion de la Fête nationale, Conseiller d’Etat de Bâle-Ville


"Monsieur le Maire, cher Guillaume

Mesdames, Messieurs

Chères Genevoises et chers Genevois

Les salutations protocolaires ayant déjà été effectuées, permettez-moi de ne pas les répéter.

J’aimerais tout d’abord très cordialement remercier la ville de Genève de votre aimable invitation. C’est un grand plaisir et un honneur de m’adresser à vous à l’occasion de notre Fête Nationale, et je vous transmets les meilleures salutations amicales et confédérées du Conseil d'Etat du Canton de Bâle-Ville.

Je vous assure que je suis arrivé dans un esprit tout-à-fait patriotique et confédéré, car à Bâle, c'est la veille déjà que nous fêtons le 1er août avec un grand feu d'artifice sur les rives du Rhin qui s’est passé hier soir.

Quant à la raison pourquoi nous fêtons en avance sur le reste de la Suisse, je vous avoue mon ignorance. Il est toutefois possible que cela fait preuve de notre attitude avant-gardiste, ou que nous nous laissions inspirer par nos voisins alsaciens. Chez eux aussi, c'est dans la soirée du treize que les fusées du Quatorze juillet décollent.

Le voisinage avec la France constitue l'un des grands points communs que partagent Genève et Bâle. Seconde et troisième villes de Suisse par leur taille, ce ne sont pas seulement des agglomérations urbaines comme d'autres qui occupent une place géographique plutôt centrale au sein de la Suisse. Au-delà, bien que périphérique d’un point de vue suisse et strictement géographique, Genève et Bâle sont au centre de deux régions européennes importantes – avec tous les privilèges et résponsabilités que cela implique.

La proximité de la frontière nationale élargit les horizons.

Ouvre de nouvelles perspectives.

Pousse les gens à mettre le nez à la fenêtre et à se tourner vers le monde.

C'est aussi ce que montrent les résultats des votations lorsqu'un projet touche à la relation de la Suisse avec l'étranger. Bâle-Ville vote souvent de la même manière que Genève et les autres cantons romands, et il n'est pas rare que nous nous retrouvons ainsi isolés au sein de la Suisse alémanique. Entre Bienne et Rorschach, on nous appelle les «romands de la Suisse alémanique». Et j’avoue que nous en sommes toujours un peu fiers!

Mais cette ouverture nous vaut souvent la même expérience, à Genève comme à Bâle, que celle vécue par Londres en période de référendum sur le Brexit voilà quelques semaines: nous nous retrouvons minoritaires, «overruled» comme on dit en Angleterre, face aux autres régions du pays.

A l'écart des agglomérations, la confiance semble avoir du mal à s'établir envers ceux qui sont favorables à une ouverture vers l'Europe et le monde, et qui se prononcent contre un repli de leur pays. Ce scepticisme n'a toutefois pas lieu d'être du tout.

Nous qui vivons à Genève et à Bâle, qui défendons l’ouverture de notre pays, qui cultivons la Suisse moderne et urbaine, nous sommes d'aussi bons citoyens et citoyennes suisses que nos concitoyens des cantons qui ont prêté le Serment du Grütli voilà 725 ans!

Les contributions de nos deux villes pour la Suisse moderne sont importantes et impressionnantes :

Quand on parle de grands salons, on pense à Bâle, avec par exemple Baselworld et Art, ou à Genève, avec le Palexpo. Les experts financiers ont le regard tourné vers Bâle avec sa Banque des règlements internationaux; les politiciens de tous les pays vers Genève où les organisations internationales telles que le Comité international de la Croix Rouge ou l'ONU ont leur siège.

Aussi : Avec nos universités, les hôpitaux universitaires et les grandes entreprises globales, nous sommes à la pointe mondiale de la science et de la recherche. Et c’est nos multinationales avec leurs exportations qui garantissent à la Suisse une économie florissante. C’est bien important de le rappeler à ceux qui prennent l’isolationnisme pour le patriotisme.

Chères et chers Compatriotes :

L'intérêt pour l'étranger ne signifie toutefois pas que nous ne sachions pas soigner nos spécialités nationales, régionales et locales. Bien au contraire : Bâle et Genève sont les cantons suisses qui affichent les plus hautes dépenses par habitant dans le secteur de la culture et des institutions culturelles.

Comme le font nos compatriotes aux régions alpines avec les fameuses montées à l'alpage et les fêtes de la lutte, nous cultivons également, aux frontières de la Suisse, nos traditions locales qui nous sont propres et chères, comme le Carnaval de Bâle ou l'Escalade de Genève.

Nous avons fêté avec beaucoup de fierté le championnat suisse de notre club de football, le FCB, et vous, dans quelques jours déjà, vous allez célébrer la Fête de Genève, une fête populaire retentissante à laquelle, par le passé, des groupes de carnaval bâlois ont régulièrement pu participer - ce qui est une jolie preuve de l'amitié étroite entre Genève et Bâle.

Et en parlant de groupes de Carnaval: je tiens beaucoup à remercier chaleureusement les tambours et les fifres du groupe bâlois «Rätz » qui m'accompagne aujourd'hui et qui assure l’élément bâlois dans le programme musical!

Et naturellement, nous cultivons aussi nos propres spécialités culinaires.

Tandis que Genève est réputée dans le reste de la Suisse pour sa vigne et l'excellent vin qu'elle donne - chez nous à Bâle ce sont les légendaires «Läggerli». Aujourd’hui, le condiment unique du «Läggerli» est présent dans la charcuterie, et ceci grâce au fameux boucher Eiche que je remercie de présenter son saucisson typique à notre fête.

C'est finalement cette diversité des régions, réunies au sein d'un pays unique, quadrilingue, qui fait le charme et l'attrait de la Suisse, à laquelle nous devons prendre soins, tous ensemble. Comme aujourd'hui, le 1er août: les uns allument des feux de joie, les autres des fusées; mais tous célèbrent le même sentiment: l'estime et l'amour de leur patrie; ainsi que la reconnaissance de la paix et de la sécurité qui nous permettent de nous rassembler pour la Fête Nationale, tous réunis joyeux.

Sur cela, mes très chères et chers compatriotes, je vous souhaite une belle Fête Nationale, et je présente à notre Suisse mes meilleurs vœux pour ce nouvel anniversaire.

Vive Genève! Vive Bâle! Vive la Suisse!"

DEM_0617.jpg

DEM_0634.jpg

DEM_0668.jpg

DEM_0681.jpg

DEM_0756.jpg

DEM_0876.jpg

DEM_0923.jpg

DEM_0927.jpg

DEM_0928.jpg

DEM_0930.jpg

DEM_0936.jpg

DEM_0937.jpg

DEM_0938.jpg

DEM_0940.jpg

DEM_0942.jpg

DEM_0948.jpg

DEM_0951.jpg

DEM_0954.jpg

DEM_0956.jpg

DEM_0963.jpg

DEM_0974.jpg

DEM_0979.jpg

DEM_0984.jpg

DEM_0986.jpg

DEM_1002.jpg

DEM_1032.jpg

DEM_1035.jpg

DEM_1054.jpg

DEM_1055.jpg

DEM_1057.jpg

DEM_1061.jpg

DEM_1070 - copie.jpg

DEM_1077.jpg

DEM_1079.jpg

DEM_1086.jpg

DEM_1087.jpg

DEM_1103.jpg

DEM_1108.jpg

DEM_1158.jpg

DEM_1214.jpg

DEM_1231.jpg

DEM_1288.jpg

DEM_1317.jpg

DEM_1350.jpg

DEM_1363.jpg

DEM_1371.jpg

DEM_1476.jpg

DEM_1533 - copie.jpg

DEM_1600.jpg

DEM_1657.jpg

DEM_1727.jpg

DEM_1739.jpg

DEM_1741.jpg

DEM_1752.jpg

DEM_1766.jpg

DEM_1776.jpg

DEM_1809.jpg


<Pour voir la suite des photos >

http://www.photographygeneva.com/gallery/la-fete-national...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.