27/09/2016

Je soutiens la tribune de Genève

L1010322.jpg

Discours de  Laurence Bézaguet, journaliste à la Tribune de Genève.

L'heure est graver pour la Julie, cette institution genevoise fondée en 1879 et pour tous ceux qui le confectionnent avec passion chaque jour, mais aussi- vous en êtes la preuve incarnée – pour tous ceux qui sont attachés à leur cher journal.

Alors d'ores et déjà je vous transmets, au nom de tous les collaborateurs de la tribune de Genève, un GRAND MERCI pour votre présence aujourd'hui et pour votre soutien qui nous fait vraiment chaud au cœur en ces moments particulièrement douloureux. 

Car à l'heure ou je vous parle un véritable tsunami vient de frapper la presse régionale. On s'attendait, depuis quelques semaines à un sérieux nombre de licenciement, la casse humaine est encore bien plus terrible que ce que l'on redoutait !

Nous venons en effet d'apprendre avec consternation la perte de 10.5 postes à la TG et de 14.4 postes à 24h,Au total, 12 personne en moins, dont 8 licenciement sont a déplorer à la TG. Et pas moins de 19 personne en moins dont 16 licenciement à 24h.Soit 31 personnes en moins au total dans les deux titre, quel choque !

Cette restructuration mets en péril la diversité de la presse régionale, et sa viabilité à plus ou moins long terme. Nous exigeons donc l'ouverture de négociation avec Tamedia, afin de défendre la qualité de l'information, pilier de notre démocratie.Des rédactions fortes, dotées d'effectif en suffisance, sont le seul moyen de permettre a la tribune et à 24H de mené la révolution structurelle qui touche tous les médias de presse écrite. Démanteler les rédactions...C'est une mortel fuite en avant assurée.

Même si nous sommes parfaitement conscient des difficultés économique que provoque partout la chute des recettes publicitaire dans les médias traditionnel... Faut-il rappelé que Tamedia à réaliser 330'000 Millions de bénéfice en 2015, qui ont permis a son directeur général Christoph Tonini de toucher 6 millions de revenu.

Et Tamedia serait malgré tous prés à lâcher le secteur qui fait la vitrine du groupe : la presse. Nous refusons même si songé. Tous n'est pas perdu nous nous battrons avec toute notre énergie pour convaincre nos dirigeant de renoncer à leurs vils dessins.

Comme vous pouvez le voir, j'ai d’ailleurs choisi un vêtement en dégradé...Illustrant mon état d'esprit du moment.

Et puis nous pouvons compté sur votre soutien du jour et sur un élan populaire conséquent, via une pétition en ligne qui a déjà récolter plus de 2200 signature. Sans compté toute les personnalité qui ont manifesté nommément leur appui dans un appel à Tamedia. Ses personnalité de tous horizon – politique, économique, social, culturel, sportif – demande a se que le groupe s'engage a fin de maintenir la qualité de l'information en suisse romande plutôt que d'y sacrifié des emplois, démarche d’ailleurs peu cohérente avec la récente élection de Tamedia parmi les meilleurs employeurs de Suisse.

Alors TOUS ENSEMBLE sauvons l'information de demain, NON au restructuration ! NON au sabordage de la presse romande !

_DSC0962.jpg

L1010318.jpg

L1010319.jpg

L1010323.jpg

L1010335.jpg

L1010337.jpg

L1010343.jpg

L1010350.jpg

L1010356.jpg

L1010368.jpg

L1010370.jpg

L1010372.jpg

L1010381.jpg

L1010391.jpg

L1010410.jpg

L1010412.jpg

L1010418.jpg

L1010428.jpg

L1010443.jpg

 

 

L1010446.jpg

Pour les photos Alternatiba 2016

http://www.photographygeneva.com/gallery/festival-alterna...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

 

 

26/09/2016

Des Tamouls à Genève contre la violence au Sri Lanka

Plusieurs milliers de Tamouls de différents pays européens se sont rassemblés ce matin au Parc des Cropettes à 13h00, répondant à l’appel de plus de 3000 associations Tamouls de toute l’Europe.

Les manifestants ont défilé depuis la parc Cropettes de Genève jusqu’à la Place des Nations en agitant des drapeaux de l’Eelam Tamoul. Ils ont défilé avec des banderoles et des pancartes pour demander justice et dénoncé le génocide du peuple Tamoul. Parmi les revendications: la libération des détenus politiques et une enquête internationale de l'ONU sur les violences au Sri Lanka.

DEM_1659.jpg

Communique de Presse
Le Gouvernement Sri Lankais a mis fin a la guerre en Mai 2009 en tuant plus de 146 000 personnes, en l’espace de 6 mois (entre Décembre 2008 et Mai 2009). Depuis de 18 mai 2009 et la fin des combats entre les forces gouvernementales et les Tigres Tamouls, la situation au Sri Lanka n'a fait que de s'aggraver. Le peuple Tamoul continue d'être persécuté, exterminer et spolié de ses droits démocratiques les plus élémentaires.
 
Le Swiss Council of Eelam Tamils avec les associations partenaires exige:

  • La reconnaissance du droit à l'autodétermination de la Nation Tamoule, à être une Nation et à posséder leur territoire traditionnel (plébiscité    par le peuple tamoul lors de la Résolution du Vaddukoddai (1976), et des élections de 1977, 2001, 2004 et 2010)
  • L'instauration d'un mécanisme international indépendant d'investigation sur la situation au Sri-Lanka
  • L'arrêt de l'occupation militaire des territoires d'Eelam tamouls et la suppression des camps militaires secrets
  • La libération immédiate des prisonniers politiques et de guerre
  • L'arrêt de la destruction des temples hindouistes
  • L'arrêt du changement des noms des villes tamouls
  • La mise en œuvre de recherches sérieuse concernant l'identification des personnes disparues ou emprisonnées
  • Le retrait de l’armée Sri Lankaise de tous les territoires occupés.
  • L’envoi d’une force de protection internationale sous l’égide des Nations Unis pour protéger le peuple Tamoule victime de grave violation par      les militaires Sri Lankais.
  • Respect de la liberté de presse. Respect du principe de laïcité dans le pays. 
  • Mettre fin à l'impunité dont jouissent les assassins de journalistes tamouls.
  • Cesser les actes de torture, de viols, commis dans le cadre du conflit armé et des enquêtes de police.
  • Des sanctions contre le Gouvernement Sri Lankais tant qu’il bafouera les droits fondamentaux.

DEM_1495.jpg

DEM_1507.jpg

DEM_1518.jpg

DEM_1536.jpg

DEM_1539.jpg

DEM_1542.jpg

DEM_1543.jpg

DEM_1554.jpg

DEM_1566.jpg

DEM_1568.jpg

DEM_1573.jpg

DEM_1574.jpg

DEM_1582.jpg

DEM_1601.jpg

DEM_1606.jpg

DEM_1613.jpg

DEM_1615.jpg

DEM_1620.jpg

DEM_1624.jpg

DEM_1672.jpg

DEM_1685.jpg

DEM_1690.jpg

DEM_1734.jpg

DEM_1737.jpg

DEM_1743.jpg

DEM_1745.jpg

DEM_1750.jpg

DEM_1766.jpg

Pour les photos Alternatiba 2016

http://www.photographygeneva.com/gallery/festival-alterna...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

 

Les colombiennes manifestent à Genève dans la joie pour la Paix

Dimanche 25 septembre 2016, dans une ambiance festive et colorée, des centaines de colombiens, tous âges confondus se sont assemblés au Parc des Cropettes pour une Marche en faveur de la paix en Colombie. Ils furent rejoints par autant d'amis de la paix, couvrant autant de nationalités que recèle Genève, pour dire "OUI" au référendum du 2 octobre prochain qui devra avaliser l'Accord de paix signé à la Havane par le Gouvernement colombien et les Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes -FARC. Le "OUI" à ce référendum, pensent les marcheurs, ouvrira la porte à une nouvelle étape dans le développement politique, économique et socio-culturel de la Colombie. Des personnalités politiques et académiques ont manifesté leur soutien à ce processus de paix et à la Marche de ce dimanche 25 septembre, parmi lesquelles Carlo Sommaruga, Laurence Fiehlmann, Jean Ziegler, Yves Flïkiger, René Longet,Cruz Melchor Eya Nchama, Melik ÖZDEN, et Ramazan Tutar. De nombreux représentants de la société civile ont également exprimé leur soutien à la paix et à la fin des violences contre les femmes (Alliance mondiale contre les mutilations génitales féminines) et le problème de la distribution de la terre et le traitement du monde paysan (CETIM), la liberté d'expression et d'existence des différents ethnies (Mouvement kurde). 

Les organisateurs pensent aussi aux nombreuses difficultés qu'attendent la mise en oeuvre de l'Accord. C'est pourquoi ils ne comptent pas s'arrêter là, avec cette action. Une véritable paix en Colombie ne passera qu'au travers de la solution aux véritables problèmes qui sont à l'origine de la violence et de la polarisation entre colombiens: une véritable démocratie moderne, les problèmes agraires et l'égalité femmes / hommes, la fin des groupes paramilitaires et de leur principale source de financement: le trafic de drogue, la fin de l'impunité et de la corruption,...etc.

DEM_1377.jpg

DEM_1174.jpg

DEM_0995.jpg

DEM_1014.jpg

DEM_1019.jpg

DEM_1021.jpg

DEM_1031.jpg

DEM_1054.jpg

DEM_1055.jpg

DEM_1061.jpg

DEM_1066.jpg

DEM_1076.jpg

DEM_1088.jpg

DEM_1089.jpg

DEM_1091.jpg

DEM_1112.jpg

DEM_1149.jpg

DEM_1152.jpg

DEM_1164.jpg

DEM_1168.jpg

DEM_1177.jpg

DEM_1184.jpg

DEM_1218.jpg

DEM_1254.jpg

DEM_1274.jpg

DEM_1292.jpg

DEM_1296.jpg

DEM_1329.jpg

DEM_1347.jpg

DEM_1359.jpg

DEM_1367.jpg

DEM_1372.jpg

DEM_1380.jpg

DEM_1381.jpg

DEM_1397.jpg

DEM_1449.jpg

Pour les photos Alternatiba 2016

http://www.photographygeneva.com/gallery/festival-alterna...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

22/09/2016

Pour le retour de la fratrie Musa !

Aujourd'hui 22 septembre, Solidarité Tattes, Lisa Mazzone et l'Espace solidaire Pâquis ont appelé à un rassemblement devant l'hôtel de ville à 16h30. Une cinquantaine de personnes ont suivi cet appel. Ce rassemblement avait pour objectif de montrer notre soutien aux député.e.s d'Ensemble à Gauche, les Verts, du Parti socialiste, et du Parti démocrate-chrétien qui ont déposé un projet de motion et un projet de résolution "pour une application digne et humaine de la politique d'asile".

Pour le retour de la fratrie Musa!
Pour la fin des renvois Dublin!
Pour une Genève terre d'asile!

La motion invite le Conseil d’Etat à utiliser la marge de manœuvre à sa disposition dans l'application des expulsions et notamment de tenir compte de la situation familiale. D’autre part elle demande de recréer la Délégation du Conseil d’Etat aux réfugié.e.s, chargée de dialoguer et négocier avec les autorités fédérales; et finalement de se positionner clairement sur la manière dont il entend appliquer la politique d’asile dans notre canton.

La résolution quant à elle s’adresse au Conseil fédéral sous forme d’initiative cantonale et l’invite au respect du droit international et à renoncer aux renvois lorsque la situation familiale l’exige en empêchant ainsi de désunir inutilement les membres d’une famille.

L’arrestation brutale par les forces de l'ordre, puis l'expulsion par vol spécial vers la Croatie d'une partie de la fratrie Musa, ont stupéfait et profondément choqué de nombreuses personnes et un certain nombre de député.e.s qui ont pris des positions publiques contre ces renvois et ont déposé ces deux textes.

Nous nous réjouissons que, par ces textes, le débat sur l’application de la politique d’asile en Suisse et dans notre canton en particulier soit abordé par le parlement cantonal. Toutefois, nous ne nous faisons pas beaucoup d’illusions sur l’issue de ce débat. Où sont aujourd’hui les conseiller.ère.s d’Etat de l’envergure d’un Dominique Föllmi prenant par la main une petite clandestine et l’accompagnant à l’école pour défendre le droits à la scolarisation pour tous? Aujourd'hui, la police continue à faire irruption au petit matin dans les chambres des foyers où sont entassées des familles et arracher des femmes avec leurs enfants et bébés pour les expulser vers l’Italie, connu pour être dans l’impossibilité matérielle de faire face au nombre colossal de réfugiés qu’il accueille.

Nous sommes convaincus que sur ces questions, les lignes peuvent bouger seulement grâce à l’engagement citoyen.ne et aux actions de désobéissance civile.

Aujourd’hui et demain, car le combat est loin d’être terminé, notre présence active, nos actions en défense du droit d’asile doivent montrer à nos concitoyens et à nos élu.e.s toute l’absurdité de poursuivre dans une politique de l’asile aussi aveugle, inhumaine et peu perspicace pour ne pas dire stupide.

Ce n’est pas parce qu’une loi est légale qu’elle est juste !

Nous continuerons à nous engager à côté des réfugié.e.s !

Nous continuerons à les parrainer !

Nous continuerons à les héberger chez nous !

Nous réaffirmons notre soutien au collectif R qui dénonce les pressions policières subies ces derniers jours !

Communiqué de presse Solidarité Tattes - 22.09.2016

 

 

Pétition à signer en ligne veuillez cliquer sur lien suivant

https://www.change.org/p/solidarit%C3%A9-tattes-stop-%C3%...

DEM_9279.jpg

Je rentre de Zagreb où je suis allée voir la fratrie Musa et les conditions dans lesquelles ils vivent là-bas.

La première chose qu'ils ont tenu à me raconter, c'est les conditions de leur arrestation mardi 6 septembre.

Pour rappel, ils ont été arrêtés brutalement alors qu'ils se rendaient à l'office de la population pour une démarche administrative obligatoire. Une dizaine de policiers en civil ont sauté sur les trois Musa et sur les membres de Solidarité Tattes présents pour les menotter et les embarquer dans une camionnette.

Alors que nous les cherchions partout dans Genève, ils étaient amenés menottés au commissariat du boulevard Carl-Vogt, à la Jonction. Là, ils ont été déshabillés et fouillés, puis laissés sans nouvelles, ni nourriture pendant des heures. Un médecin a observé la main de Walat, écrasée durant l'arrestation. A 15h30, ils ont été amenés à l'aéroport de Genève pour y passer la nuit dans des cellules séparées. Avant cela, Walat a été emmené aux HUG pour y passer une radiographie de la main. Acte charitable semble-t-il mais bien inutile au final puisque, une fois la radio faite, la police a refusé d'attendre qu'un médecin analyse la radio et Walat est reparti sans information, direction les cellules de l'aéroport.

A 4h du matin le mercredi 7 septembre, Walat, Hazna et Slava ont été emmenés menottés dans une camionnette depuis Cointrin jusqu'à l'aéroport de Zurich. Là, ils ont été mis de force dans un vol spécial, Walat toujours attaché, direction Zagreb. Ils n'avaient toujours reçu ni nourriture ni eau. Ce n'est qu'une fois en Croatie qu'ils recevront à boire.

Ce récit démontre la violence d'une réalité qui existe aujourd'hui en 2016, à Genève et en Suisse. A l'heure des excuses et du regret face à l'enfermement des filles-mères et de tous les internés administrativement en Suisse jusque dans les années 80, la pratique continue aujourd'hui encore. On emprisonne des migrants parce qu'ils n'ont pas les bons papiers. Jusqu'à quand l'amnésie et l'aveuglement?

Ce récit prouve aussi l'absurdité d'une telle démarche: le coût d'une radio qui ne sera jamais lue? Le coût d'un avion de ligne utilisé comme vol spécial pour 5 personnes? (A ce sujet, le système commence à se rôder, il faut le souligner: le vol spécial des Musa a servi d’avion de ligne normal au retour, de manière à diviser le coût du renvoi par deux.)

Dans les journaux, M. Maudet nous demande de ne pas médiatiser les renvois. Devrions-nous nous taire face à cette violence et à cette absurdité? Il prétend que nous devons faire confiance au travail de la police. Et bien non, M. Maudet, heureusement nous ne lui faisons pas confiance et pour cause! Et tant que des arrestations et des violences pareilles existeront, nous continuerons à œuvrer pour que cette absurdité soit dénoncée, pour que les renvois cessent! A Lausanne, les parrains du collectif R qui accueillaient des réfugiés, ont subi des perquisitions policières. Nous nous associons à leur indignation face à de telles pratiques. La population ne doit pas recevoir d'intimidations parce qu'elle défend la cause des demandeurs d'asile. Les réfugiés doivent avoir les mêmes droits!

A l'heure actuelle, les Musa vivent dans moins de 12 mètres carrés dans un centre d'accueil prévu pour 200 personnes et qui en accueille à ce jour 550. Ils n'ont aucune perspective d'avenir. Dans une interview, M. Maudet a prétendu qu'une fois obtenu le statut de réfugié en Croatie, ils pourraient se mouvoir en Europe et venir en Suisse. Dans la réalité, obtenir le statut de réfugié en Croatie est un processus qui leur prendra encore des mois. Et s'ils obtiennent (comme c'est le cas de la plupart des Syriens en Suisse) un permis de type F, ils ne pourront pas franchir de frontières croates.

Ce n'est pas une vie,
ce n'est pas de l'asile,
s'établir où bon nous semble est un droit fondamental.
Nous exigeons le retour des Musa, d'Abozar et la fin des renvois Dublin.

DEM_9282.jpg

DEM_9294.jpg

DEM_9303.jpg

Nous sommes ici aujourd’hui afin de soutenir les députés verts, socialistes, d’ensemble à gauche et démocrates-chrétiens qui ont déposé un projet de motion et un projet de résolution « pour une application digne et humaine de la politique d’asile ».

Techniquement la motion invite le Conseil d’Etat à utiliser la marge de manœuvre qu’il a dans l’exécution des expulsions et notamment de tenir compte de la situation familiale. D’autre part elle demande de recréer la Délégation du Conseil d’Etat aux réfugiés chargée de dialoguer et négocier avec les autorités fédérales. Et finalement demande à ce même Conseil d’Etat de se positionner clairement sur la manière dont il entend appliquer la politique d’asile dans notre canton.

Quant à la résolution, elle s’adresse au Conseil fédéral sous forme d’initiative cantonale et l’invite au respect du droit international et à renoncer aux renvois lorsque la situation familiale l’exige en empêchant ainsi de désunir inutilement les membres d’une famille.
Le dépôt de ces deux textes fait suite à l'action citoyenne menée depuis plusieurs mois pour protéger le droit des requérant-e-s d'asile à rester auprès de leur famille et à s'opposer à leur renvoi vers d'autres pays au nom des accords de Dublin.
L’arrestation brutale par les forces de l'ordre, puis l'expulsion par vol spécial vers la Croatie d'une partie de la fratrie Musa, ont stupéfait et profondément choqué de nombreuses personnes et un certain nombre de députés qui ont pris des positions publiques contre ces renvois et ont déposé ces deux textes.
Nous nous réjouissons que par ces textes le débat sur l’application de la politique d’asile en Suisse et dans notre canton en particulier soit abordé par le parlement cantonal.
 
Toutefois nous ne nous faisons pas beaucoup d’illusions sur l’issue du débat puisque ce qui règne dans ce parlement c’est le conformisme aux discours sécuritaires et frileux certainement pas à l’ouverture et à l’application courageuse d’idéaux moraux plus hauts que l’application aveugle et inhumaine des lois. En effet où sont aujourd’hui les conseillers d’Etat de l’envergure d’un Dominique Föllmi prenant par la main une petite clandestine et l’accompagnant à l’école pour défendre le droits à la scolarisation pour tous même pour les enfants de clandestins.

Non, le gouvernement genevois n’est pas inspiré par une telle figure ! La police continue à faire irruption au petit matin dans les chambres des foyers où sont entassées des familles et arracher des femmes avec leurs enfants et bébés pour les expulser vers l’Italie. L’Italie pays notoirement connu pour être dans l’impossibilité matérielle de faire face au nombre colossal de réfugiés qu’il accueille.

Nous sommes convaincus que les lignes vont bouger sur ces questions seulement grâce à l’engagement citoyen et aux  actions de désobéissance civile. Un front d’individus motivés par le sens de justice couvrant un large éventail d’origines politiques, socio-économiques, culturelles ou religieuses peut motiver les élus à se battre pour une politique d’asile digne et humaine.

Aujourd’hui et demain, car le combat est loin d’être terminé, notre présence active, nos actions en défense du droit d’asile doivent montrer à nos concitoyens et à nos élus toute l’absurdité de poursuivre dans une politique de l’asile aussi aveugle, inhumaine et peu perspicace pour ne pas dire stupide.
 
Nous devons affirmer haut et fort aux conseillers d’Etat genevois, vaudois et de toute la Suisse qu’il y a une marge de manœuvre politique pour éviter ces renvois brutaux et qu’ils doivent l’utiliser.

Que ce n’est pas parce qu’une loi est légale qu’elle est juste !
Que nous continuerons à nous engager à côté des refugiés
Que nous continuerons à les parrainer.
Que nous continuerons à les héberger chez nous.

Nous invitons les députés genevois à faire preuve de courage politique, à soutenir les textes déposés aujourd’hui et à parrainer des réfugiés contre leur expulsion à l’instar de la conseillère nationale verte Lisa Mazzone à Genève ou du député PDC Manuel Donzé dans le canton Vaud, pour ne citer que deux exemples.

Continuons dans notre mobilisation
Pour le retour de la fratrie Musa !
Pour l’abolition des accords de Dublin et un traitement humain des demandes d’asile !
Pour une Genève terre d’asile !

DEM_9300.jpg

DEM_9306.jpg

DEM_9237.jpg

DEM_9240.jpg

DEM_9242.jpg

DEM_9252.jpg

DEM_9256.jpg

DEM_9258.jpg

DEM_9261.jpg

DEM_9262.jpg

DEM_9307.jpg

DEM_9309.jpg

DEM_9311.jpg

DEM_9316.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

Referendum Now pour le peuple sahraoui

Hier, devant les Nations Unies les membres du comités suisses de soutien au peuple sahraoui pour remettre la pétition internationale en faveur d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental.

Depuis 25 ans, date du cessez-le-feu entre le Maroc et le Front Polisario, le peuple sahraoui attend l'organisation du référendum d'autodétermination qu'il doit pouvoir exercer en conformité avec le droit international et les résolutions onusiennes. Pour appuyer fermement son impatience, les Comités suisses de soutien au peuple sahraoui (romand et alémanique) ont lancé une pétition demandant au Conseil de sécurité d'organiser ce référendum en 2017. Hier,  mercredi 21 septembre 2016, les comités ont déposé les 32'913 signatures de la pétition Referendum now auprès du Haut Commissariat aux Droits de l'Homme avant de les remettre à New-York, au Conseil de sécurité. Ces signatures proviennent du monde entier. Pour l'occasion, plus de 70 Sahraouis et des amis européens ont manifesté sur la place des Nations pour faire  entendre à l'ONU que 40 ans d'exil dans des camps de réfugiés sahraouis, ça suffit ; que 40 ans sous la répression marocaine, dans les territoires occupés du Sahara Occidental, c'est assez. L'ONU doit les entendre et organiser ce référendum dans l'année qui vient afin que le peuple sahraoui puisse décider de son avenir, comme dernière colonie d'Afrique et territoire non-autonome selon l'ONU. Pour que ses droits soient respectés et pour la paix dans la région, la République Arabe Sahraouie Démocratique doit pouvoir rejoindre le plus rapidement possible le concert des Etats libres.

DEM_9125.jpg

DEM_9116.jpg

DEM_9117.jpg

DEM_9128.jpg

DEM_9130.jpg

DEM_9131.jpg

DEM_9146.jpg

DEM_9159.jpg

DEM_9171.jpg

DEM_9177.jpg

DEM_9179.jpg

DEM_9184.jpg

DEM_9210.jpg

DEM_9229.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.
www.photographygeneva.com

DEM_9204.jpg

20/09/2016

Des femmes Kurdes se mobilisent contre la Turquie

En marge de la 33ème session du Conseil des droits de l'homme, les femmes kurdes de suisses ont organisée une manifestation sur la Place des Nations pour protester contre la politique du gouvernent turc qui continue de persécuter le peuple kurde.

Le but de cette démarche et au dela de la condamnation c’est interpeler les Nations unies et les organisations internationales pour réagir contre le gouvernent turc.

Les femmes kurdes restent toujours mobilisées et continuent la lutte contre la Turquie

DEM_9036.jpg

DEM_8996.jpg

DEM_9000.jpg

DEM_9002.jpg

DEM_9010.jpg

DEM_9027.jpg
Coup d'Etat contre les Mairies au Kurdistan

A la veille de la fête du sacrifice, dans la matinée du 11 septembre, les autorités turques ont envahi 28 municipalités et déclaré mettre la main sur leur administration, ce qui ne manque pas de rappeler le coup d'Etat du 12 septembre 1980.

Il n'y a aucune différence entre ceux qui ont lancé des bombes sur l'Assemblée nationale le 15 juillet dernier et ceux qui, aujourd'hui, ont pris d'assaut les Mairies et déclaré en hurlant mettre la main sur l'administration municipale, au mépris total de la démocratie et de la volonté populaire.

Nous rappelons que le décret permettant la désignation d'administrateurs à la tête des Mairies a été pris par le gouvernement de l'AKP en violation de nombreuses dispositions de la Constitution, ainsi que des conventions internationales ratifiées par la Turquie, notamment la Convention européenne des Droits de l'Homme et la Charte européenne de l'Autonomie locale.

Nous considérons comme nulle et inexistante cette règlementation qui ignore la volonté des électeurs et qui prive les élus et les collectivités locales de toutes leurs compétences.

Ce coup d'Etat vise essentiellement les Mairies kurdes dont les élus ont obtenu de 65 à 95 % des votes. Cette mesure illicite et arbitraire ne peut avoir d'autres effets que d'exacerber les problèmes actuels dans les villes kurdes et de rendre encore plus difficile la résolution de la question kurde.

Le peuple va défendre ses Maires et ses conseils municipaux. Le peuple ne va pas courber l'échine face à ceux qui méprisent et sapent sa volonté, il ne va pas accepter ce coup d'Etat contre la démocratie.

Le pouvoir turc doit immédiatement renoncer à la politique dévastatrice à laquelle la tentative de putsch du 15 juillet a servi de prétexte.

Conseil exécutif central du Parti démocratique des Peuples

11septembre 2016


Liste des municipalités de province ou de district dont les Maires ont été remplacés

1. Batman
2. Batman – Beşiri
3. Batman – Gercüş
4. Batman- Beşiri – İkiköprü
5. Hakkari
6. Adana – Pozantı
7. Ağrı – Diyadin
8. Diyarbakır – Silvan
9. Diyarbakır – Sur
10. Erzurum – Aşkale
11. Erzurum – Hınıs
12. Giresun – Çamoluk
13. Iğdır – Tuzluca
14. Iğdır- Merkez – Hoşhaber
15. Konya – Ilgın
16. Mardin – Dargeçit
17. Mardin – Derik
18. Mardin – Mazıdağı
19. Mardin – Nusaybin
20. Muş – Bulanık
21. Siirt – Eruh
22. Urfa – Suruç
23. Şırnak – Cizre
24. Şırnak – Silopi
25. Van – Edremit
26. Van – Erciş
27. Van – İpekyolu
28. Van – Özalp

DEM_9039.jpg

DEM_9041.jpg

DEM_9081.jpg

DEM_9093.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.
www.photographygeneva.com

18/09/2016

A Russin on préfère éviter les photographes

Plus les jours passent et plus les droits de travail des journalistes deviennent difficiles à gérer à Genève. La  première fois à la manifestions des Kurdes à l'aéroport de Genève les policiers ont cassé mon objectif, la deuxième fois la police a cassé mes lunettes sur la Place des nations lors d’une autre manifestation.  Pour ces  2 situations j’ai montré ma carte de presse et j’ai reçu la même réponse: “Carte de presse, on s’en fout” puis “nous on te connaît”.  Qu’est-ce que cela veut dire? Je ne le sais pas. Aujourd’hui, je suis allé à la fête des vendanges de Russin pour photographier l’événement et informer le public, quand je suis arrivé à la partie officielle, les responsables de l’accueil m’ont dit “pour la sécurité des invités vous ne pouvez pas entré”. Les photographes de presse sont dangereux pour les invités? A les entendre oui. Que veulent-ils cacher? Les journalistes ne sont pas des terroristes donc il n’est pas utile de se comporter avec eux comme de la sorte. Tamedia a licencié des journalistes, la situation des médias à Genève se dégrade, je ne veux rien dire de plus, je vous laisse aller voir mes réponses sur les réseaux sociaux.

DEM_8875.jpg
A lire également sur ce sujet la note de mon ami Haykel Ezzeddine sur son blog



Pas de photos aux Fêtes des vendanges de Russin!

Sans titre.jpgLa 54ème édition de la fête des vendanges de Russin n’est pas encore terminée qu’elle fait déjà parler d’elle. Non pas à cause d'éventuels soulards mais de la censure! Les journalistes et surtout les photographes ne sont pas les bienvenus. Tout le gratin politique genevois est sur place ce dimanche à l’heure de l’apéro dont les conseillers d’État Pierre Maudet, Serge Del Busco, Luc Barthassat...

L’interdiction de laisser entrer les photographes pour soi-disant assurer la sécurité des convives est formelle, elle provient des organisateurs. On demande aux photographes professionnels d’être muni d’une invitation pour faire leur travail. Ceci dit ils étaient les bienvenus hier toute la journée, aujourd’hui aussi s’ils se contenteront de prendre en photo les anonymes ou autres « petites personnalités ». Politique est vin ne font pas bon ménage. Et voir un conseiller trinquer n’est pas bon pour son image. Mon ami le photographe indépendant Demir SÖNMEZ a été empêché d’accéder au carré officiel pour question de sécurité. Allez tant pis je n’irais pas à Russin ni pour prendre des photos ni pour pour boire un verre.

http://planetephotos.blog.tdg.ch/archive/2016/09/18/pas-d...

DEM_8388.jpg
et les commentaires de Priscilla Albrecht sur FB.

Demir Sönmez communique à l'instant que : "LES JOURNALISTES ET PHOTOGRAPHES SONT INTERDITS D'ENTRER DANS CETTE PORTE POUR LA SECURITE DES INVITES !
FÉTE DES VENDANGES." Russin, Canton de Genève, 18.09.2016.

Priscilla Albrecht à proximité de Genève
Tapez :
- 1 : si les médias sont interdits pour que les politiciens puissent se souler entre eux sans être vus,
- 2 : si les médias sont interdits car c'est une private party entre politiciens et leurs "graves erreurs",
- 3 : si les médias sont interdits car le vin offert aux politiciens est payé par le contribuable,
- 4 : si les médias sont interdits car ils sont devenus les toutous des politiciens et doivent attendre dehors qu'on les sonne lorsque l'on a besoin d'eux pour faire sa promo,
-5 : si les médias sont interdits car .....

Priscilla Albrecht: C'est donc le Canton qui censure, bravo !

Voici la réponse que je viens de recevoir suite à mon commentaire sur la page Facebook de la Fête des Vendanges de Russin :

"Madame, Je me permets de vous contacter au sujet de votre réaction sur notre page Facebook.

La réception que vous mentionnez dans votre article est organisée par le canton. Si vous souhaitez avoir des informations précises, merci de joindre notre responsable communication par le biais de notre site internet ou notre président.

Si vous le souhaitez je vous donne un contact direct par téléphone. En vous souhaitant un bon dimanche, meilleures salutations,

Céline Froidevaux , responsable animations & webmaster”.


https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1164051107001222&...

DEM_8397.jpg

DEM_8421.jpg

DEM_8439.jpg

DEM_8457.jpg

DEM_8460.jpg

DEM_8465.jpg

DEM_8475.jpg

DEM_8478.jpg

DEM_8484.jpg

DEM_8486.jpg

DEM_8508.jpg

DEM_8522.jpg

DEM_8525.jpg

DEM_8540.jpg

DEM_8543.jpg

DEM_8587.jpg

DEM_8605.jpg

DEM_8608.jpg

DEM_8612.jpg

DEM_8620.jpg

DEM_8668.jpg

DEM_8671.jpg

DEM_8674.jpg

DEM_8696.jpg

DEM_8720.jpg

DEM_8722.jpg

DEM_8734.jpg

DEM_8757.jpg

DEM_8771.jpg

DEM_8779.jpg

DEM_8793.jpg

DEM_8801.jpg

DEM_8808.jpg

DEM_8812.jpg

DEM_8819.jpg

DEM_8827.jpg

DEM_8836.jpg

DEM_8838.jpg

DEM_8840.jpg

DEM_8851.jpg

DEM_8855.jpg

DEM_8867.jpg

DEM_8906.jpg

DEM_8915.jpg

DEM_8918.jpg

DEM_8920.jpg

DEM_8922.jpg

DEM_8948.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

16/09/2016

Filmer des passants pour dire « NON À LA LOI SUR LE RENSEIGNEMENT »

Une dizaine de membres de la JSG a organisé une action contre la Lrens sur la Place de Neuve.
Quelques membres ont incarné le rôle d'agent des service de renseignement et ont filmé les passants, pour symboliser la grave intrusion dans la vie privée que représente la loi sur le renseignement.

DEM_8265.jpg
La Jeunesse Socialiste Genevoise dit NON À LA LOI SUR LE RENSEIGNEMENT. Retour en photos sur cette action.


Extraits de nos courriers des lecteurs

L’histoire de la surveillance étatique en Suisse va de pair avec l’histoire de la répression des mobilisations sociales. Les pressions diplomatiques du ministre-président allemand Bismarck suite à la fuite de milliers de républicains radicaux, socialistes et anarchistes étaient à l’origine de la création du Ministère public de la Confédération ainsi que de la police fédérale. Au lendemain de la grève générale de 1918, les compétences du service secret ont été agrandies. En 1950, tout-e employé-e de l’administration publique soupçonné-e de tendances communistes a été viré. Dans les années 70, les mouvements écologistes contre les centrales nucléaires étaient une des cibles principales des services secrets. En Suisse, entre 1973 et 1987, 900'000 personnes ou organisations ont été surveillées. Aujourd’hui, les faits se présentent de la même manière. En décembre dernier, 700 perquisitions administratives et 24 assignations à résidence de militants ont eu lieu lors de la conférence climatique à Paris. 3200 perquisitions ont été effectuées pendant les trois premiers mois de l’Etat d’urgence en France dont 2 (deux !) à cause d’un soupçon terroriste. Aux Etats-Unis, en 2013, sur 11'129 formulaires de perquisitions, seuls 51 touchaient des enquêtes antiterroristes. En 2010, 20 ans après le fameux scandale des fiches, se trouvaient 200'000 personnes sur les listes du service secret suisse. En conclusion, il est essentiel d’analyser tant l’histoire que les tendances générales afin de pouvoir tirer des conclusions sur le sens, le but et les effets des mesures de l’Etat bourgeois.

Dersu Heri Bezençon, JS Genève

DEM_8210.jpg

DEM_8223.jpg

DEM_8229.jpg

DEM_8231.jpg

DEM_8245.jpg

DEM_8249.jpg

DEM_8254.jpg

DEM_8259.jpg

DEM_8260.jpg

DEM_8261.jpg

DEM_8271.jpg©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

14/09/2016

Plus de 11`500 signatures pour le maintien de REGA 15, l'hélicoptère de sauvetage genevois!

Maintien de REGA15, l'hélicoptère de sauvetage genevois!
 
Remise de la pétition au Président du Grand Conseil Jean-Marc Guinchard

DEM_7773.jpg

Pétition lancée suite à une question urgente (QUE 502-A) au Conseil d'Etat du député Jean-Luc Forni, en date du 22 juin 2016. Partie de réponse hallucinante du Conseil d'Etat :

"L’analyse de l’ensemble des prises en charge héliportées sur le canton ces deux dernières années confirme que l’aide médicale urgente peut être assurée sans problème par voie terrestre et que la prise en charge héliportée n'a permis de sauver aucune vie supplémentaire. Ainsi, les conséquences médicales dues à l’absence d’un hélicoptère de proximité sont jugées très faibles par la Brigade sanitaire cantonale."

En début d'après-midi de ce mercredi 14 septembre 2016,  les pétitionnaires ont remis au Président du Grand Conseil Jean-Marc Guinchard la pétition, lancée cet été, munie de 11'534 signatures (signatures papier : 6536  et signatures on-line: 4998)

De très nombreux témoignages sont venus confirmer l'attachement des genevoises et genevois et notamment des communes périphériques de Genève et des habitant-e-s des régions limitrophes au "Poussin", l'hélicoptère jaune.
 
Témoignages émouvants de tous ces transports pour sauver des vies, rendre le transport plus supportable quant aux douleurs et permettant parfois la recherche en terrains hostiles.

"A participé ce midi au sauvetage chez sa voisine d'une personne qui a fait un malaise et tient à souligner l'efficacité de tout le staff de l'hélicoptère des HUG ... Atteindre Gy en ce temps record a permis je l'espère de sauver la personne en question. Une chose est sûre : sans ce service, le Monsieur n'aurait eu que deux amateurs pour tenter de le réanimer pendant de longues et précieuses minutes, et là, même avec la meilleure volonté, c'était cuit!!! En espérant que nos édiles resteront raisonnables et ne feront pas passer ce service à la trappe il en va de la vie des personnes éloignées du centre ville. Encore merci et bravo aux intervenants professionnels."
A. M.


Genève tient à REGA15 et à maintenir une base hélicoptère à Genève, complément indispensable au dispositif de sauvetage genevois, pour le Canton et sa région.

DEM_7757.jpg


Signataires pétitionnaires:
M. Laurent Cossy, ambulancier SSA, Grand-Saconnex - M. Eric Dubouloz, Ingénieur sécurité, Cartigny
, Mme. Christel Steiner Eckert, Enseignante, Genève - Mme. Catherine Etienne, Assistante sociale retraitée, Grand-Saconnex - M. Jean-François Duchosal, Ancien Cdt SSA, Grand-Saconnex, Jean-Jaccques Steiner et Jean-Luc Forni

Communiqué de Presse du mercredi 14 septembre 2016

DEM_7761.jpg

DEM_7763.jpg

DEM_7768.jpg

DEM_7770.jpg

DEM_7771.jpg

DEM_7782.jpg

DEM_7790.jpg

DEM_7799.jpg

DEM_7802.jpg

DEM_7804.jpg

DEM_7809.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

11/09/2016

Plus de 20 000 manifestant-e-s pour une AVS plus forte

Plus de 20 000 manifestant-e-s pour une prévoyance vieillesse digne de ce nom

Plus de 20 000 personnes ont revendiqué aujourd’hui, lors d’une manifestation nationale organisée à Berne, une prévoyance vieillesse digne de ce nom. Vania Alleva, présidente d’Unia, a souligné dans son discours que les travailleuses et travailleurs n’acceptaient pas le vol de leurs rentes.

Beaucoup de personnes à la retraite n’arrivent pas à maintenir de manière appropriée leur niveau de vie antérieur. Les rentes des caisses de pensions diminuent, et l’AVS accuse un retard croissant sur les salaires. D’où la nécessité de renforcer le pilier le plus stable et le plus sûr de la prévoyance professionnelle, comme l’exige l’initiative populaire AVSplus.

Empêcher le massacre des rentes

Il est d’autant plus urgent de renforcer l’AVS que dans le cadre de Prévoyance vieillesse 2020, les tenants de la ligne dure prévoient un véritable massacre des rentes. Il est question de réduire massivement le taux de conversion du 2e pilier – et donc les rentes – sans la compensation requise, tout en relevant l’âge de la retraite à 67 ans pour tout le monde. Les manifestant-e-s ont vivement dénoncé une telle façon d’agir.

Améliorer la protection des salaires

La manifestation visait aussi à mieux protéger les salaires et les conditions de travail en Suisse. Il est par conséquent urgent de renforcer les mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes.

L1002258.jpg

DEM_6185.jpg

DEM_6205.jpg

DEM_6230.jpg

DEM_6255.jpg

L1002241.jpgDEM_6322.jpg

DEM_6326.jpg

DEM_6333.jpg

DEM_6364.jpg

DEM_6403.jpg
Intervention de Manuela CATTANI,
présidente CGAS-Communauté genevoise d’action syndicale,
secrétaire générale SIT-Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs, Genève


Chères et chers camarades,

Nous sommes là pour dire Oui à AVS+ parce que 10% de rentes supplémentaires est un pas en avant dans lutte pour des rentes décentes qu’attendent des dizaines de milliers d’actuels et futurs retraité-e-s.

Nous dénonçons en particulier le cynisme sans limites du Conseil fédéral, de la droite et du patronat : cependant qu’ils combattent AVS+ parce que son coût menacerait la stabilité financière de l’AVS, ils approuvaient des milliards de cadeaux fiscaux aux actionnaires et aux grandes entreprises en soutenant la réforme de l’imposition du bénéfice des entreprises RIEIII. Plusieurs milliards de pertes fiscales pour les collectivités publiques avec des conséquences dramatiques pour la population : moins d’écoles et d’éducation, moins d’hôpitaux, de homes pour personnes âgées, d’aide sociale, moins de transports publics, de culture, etc.

Et moins de justice sociale : avec la RIEIII les bénéfices des entreprises seront en réalité imposés à seulement 3 à 4%, alors qu’un salarié sera imposé à 16%. Seul un soutien fort au référendum lancé par la gauche et les syndicats qui est encore en cours, permettra de dire Non à la RIEIII et au plan patronal de fin du partage des richesses et de démantèlement des services publics.

Les syndicats genevois profitent de cette manifestation pour mettre en garde le parlement fédéral à propos de l’application d’immigration massive : le compromis qui va de la droite au PS et aux Verts, consistant à échanger l’amélioration des vraies mesures d’accompagnement contre la mesure de préférence nationale à l’emploi est un marché de dupes dans lequel les syndicats genevois ne marcheront pas. Parce que la préférence nationale à l’emploi n’a aucun sens pour combattre le chômage ni pour empêcher les employeurs abusifs de continuer à verser des salaires moindres. Son seul objectif est de stigmatiser les migrants-e-s et de les rendre responsables du chômage et de la sous-enchère, et d’affaiblir l’unité de nos luttes syndicales pour plus de droits et de protection des salarié-e-s.

Chères et chers camarades, le mouvement syndical suisse doit revendiquer des droits égaux pour tous et toutes sans considération d’origine et de résidence et revendiquer de vraies mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes et ne pas céder un millimètre à l’idéologie nationaliste de l’extrême droite qu’est la préférence nationale à l’emploi.

L1002254.jpg

DEM_6409.jpg

DEM_6425.jpg

DEM_6474.jpg

DEM_6501.jpg

DEM_6522.jpg

DEM_6524.jpg

DEM_6648.jpg

DEM_6680.jpg

DEM_6684.jpg

DEM_6703.jpg

DEM_6746.jpg

DEM_6755.jpg

DEM_6758.jpg

DEM_6765.jpg

DEM_6776.jpg

DEM_6847.jpg

DEM_6858.jpg

DEM_6865.jpg

DEM_6931.jpg

DEM_7000.jpg

DEM_7006.jpg

DEM_7049.jpg

DEM_7054.jpg

DEM_7059.jpg

DEM_7062.jpg

L1002281.jpg

<Pour voir la suite des photos >

http://www.photographygeneva.com/gallery/manifestation-po...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

 

 

06/09/2016

Appel Urgent contre le renvoi de la fratrie Musa

Une centaine personnes se sont rassemblées devant le temple des Pâquis contre le renvoi absurde des 3 frères et sœurs Musa vers la Croatie.

Parmi eux, Jean Ziegler est venu montrer sa solidarité à la cause

Depuis le 3 juin, Solidarité Tattes et la conseillère nationale Lisa Mazzone dénoncent le manque de bon sens et d’humanité dans la décision de renvoi de la Fratrie Musa au nom des accords de Dublin. Aujourd’hui, ce renvoi pèse plus que jamais sur leurs têtes telle l’épée de Damoclès. La date butoir est le 7 septembre, délai pour l’application du renvoi. Après cette date, leur demande d’asile devrait être obligatoirement traitée par la Suisse. Slava, Hamza et Walat ils ont trouvé refuge au Temple des Pâquis (49 rue de Berne).

Demain mardi 6 septembre à 10H00, les défenseurs des Musa proposent de venir nombreux devant l'OCPM (Route de Chancy 90 à Onex) pour les soutenir. Un point de situation sera fait devant le temple des Pâquis à 18h30

DEM_5775.jpg

DEM_5782.jpg

DEM_5783.jpg

DEM_5790.jpg

DEM_5793.jpg
DEM_5799.jpg

DEM_5802.jpg

DEM_5807.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

DEM_5806.jpg